Résumé : Dans un contexte de croissance de l'économie immatérielle, on constate paradoxalement le développement de lieux physiques favorisant la coopération d'entreprises et de travailleurs.








télécharger 124.05 Kb.
titreRésumé : Dans un contexte de croissance de l'économie immatérielle, on constate paradoxalement le développement de lieux physiques favorisant la coopération d'entreprises et de travailleurs.
page5/5
date de publication03.02.2018
taille124.05 Kb.
typeRésumé
b.21-bal.com > économie > Résumé
1   2   3   4   5

Enseignements généraux, selon les promoteurs des projets



Par leur mise à disposition de services et d'infrastructures, ces lieux constituent un vecteur de sédimentation et/ou d’accélération des processus productifs et innovants, qui rend compte de la tension entre conditions locales et globalisation des économies. En effet, leur matérialité leur permet de remplir des besoins fonctionnels pour les participants, de structurer localement des interactions, de nourrir concrètement des orientations voire un projet de territoire, et de construire une identité dans un rapport au monde. Pour les promoteurs des projets, que nous avons interrogés, les principaux enseignements en sont les suivants :
    1. Facteurs clés de succès



La constitution d'un écosystème est primordiale. Dans la plupart des cas, sont observées la grande motivation des entreprises, la mobilisation des acteurs privés, avec la volonté d'impliquer les acteurs publics, la construction d’une dynamique de confiance avec toutes les parties prenantes de la filière, une volonté commune des entreprises et des élus, l'intérêt d'être intégré dans une démarche stratégique de développement économique du territoire et d’en être le bras opérationnel, l'inscription au cœur d'un territoire (implantation au centre bourg, et non dans une zone d'activité), dans un territoire d'initiatives (exemple de "Bio-Vallée" pour le fab lab de Crest), une approche de projet avant d'avoir une approche "bâtiment", voire la constitution d'un écosystème qui intègre les différents aspects de la vie (recrutement, financement, projet de vie…).
De bonnes conditions techniques sont également indispensables. Elles reposent essentiellement sur la fourniture d'une offre qualitative (accueil, etc…), au caractère attractif sur le plan financier (loyers…), la mise en place d'une équipe technique compétente, la capacité d'identifier les bons sujets et d'être en veille sur les financements mobilisables, la réalisation des objectifs et l’atteinte des indicateurs de performance, l'équilibre des recettes publiques et privées, la pratique de recherche de labellisations, le fait d'être ouvert sur tous les publics, qui peut déboucher sur des projets de création d'entreprises, une bonne communication, l'importance d'être réactif, la mise en réseau et la proximité d'une grande ville.

    1. Difficultés



Les principales difficultés proviennent de l'accès aux financements, en termes de complexité des procédures (par exemple, programme européen Leader), dépendance des politiques publiques, manque de visibilité des perspectives financières, déficit de compréhension et d'implication des collectivités territoriales et de leurs agents, temps de décision des élus trop long par rapport à la mise en œuvre des projets et dispositifs d'aides publiques pas suffisamment en phase avec le "time to market", et de difficulté d’accès aux financements privés. S'avère ainsi nécessaire le maintien d'un minimum de financement public, pour assurer notamment la fonction de sensibilisation.
Les acteurs soulignent que l'innovation (plutôt organisationnelle mais parfois en termes de procédés) requiert une culture naissante et pas encore diffusée dans la sphère politique, la nécessité de convaincre par rapport à une innovation pas toujours palpable immédiatement, le besoin de transversalité des approches et des acteurs, un travail de qualification du lieu, de ciblage des entreprises et de stratégie de spécialisation économique, et la constitution d'une équipe d'animation adéquate, notamment pour pouvoir suivre la croissance.
Conclusion
Notre étude fait état d’une nouveauté importante de ces tiers lieux : il s’agit de nouvelles formes d’innovations, qui font appel à des déterminants hybrides entre les formes traditionnelles de travail et de loisir, mêlant professionnels, citoyens et utilisateurs dans un jeu innovant et souvent difficile à relier de manière claire aux catégories anciennes. L’idée de collaboration, qui les anime, repose sur la constitution d'une dynamique forte portée par des acteurs privés bénéficiaires, sur la création de synergies, la mise en place de projets collaboratifs et la nécessité de penser la solution avec les acteurs.
En matière technique et financière, il est important de disposer d'un support de compétences techniques permettant de développer une forte capacité de veille et de conviction des élus, de ne pas séparer les publics (entreprises/particuliers), qui constitue une possibilité de créer des projets économiques, de rester sur des coûts abordables (avant de se spécialiser dans l'achat de matériel lourd) et d'échanger avec d'autres expériences.
Les neuf cas étudiés nous permettent de rentrer de plein pied dans des expériences concrètes, à partir de différentes situations, et de dégager trois principaux enseignements  :

  1. Au vu des exemples, les opérations qui fonctionnent le mieux reposent sur la mise en commun de différentes expériences et la mutualisation de différents moyens. Les plus convaincantes font la mise à disposition et la somme de différents outils, ou du moins d’une partie d’entre eux, et s’ouvrent au maximum aux collaborations et aux expériences, sans trop d’exclusives. Ceci est sans doute à relier au fait que l’on ne sait pas toujours bien quelles innovations se jouent ou sont installées, voire vont résulter du processus ainsi mis en place.

  2. Les opérations qui rencontrent le plus de succès sont soutenues par une logique de territoire, i.e. portées par des structures fortement implantées et déjà solides au niveau local, quelle que soit leur forme ou leur origine (publique, privée, national, déconcentrée, locale…).

  3. Ces lieux ne peuvent s’abolir de la contrainte de financement, et ce d’autant plus qu’ils marchent bien quand ils présentent différentes facettes et peuvent s’adresser à des publics différents. Il est donc important qu’ils trouvent des financements adaptés, pour louer, acheter ou faire construire des espaces dédiés, les équiper et acheter des machines et des moyens informatiques, offrir les équipements annexes nécessaires à l’accueil et au confort des participants, et rémunérer les personnels, qu’il s’agisse de compétences techniques et d’accompagnement dédiées ou de l’ingénierie administrative.


Ces lieux sont-ils réservés aux zones les plus densément peuplées, ou au marquent-ils la renaissance du rural, avec un accent mis sur des solidarités locales traditionnelles plus fortes dans ce type d’espace ? Si les espaces ruraux sont capables de donner naissance à des formes d’innovations importantes et de favoriser les interactions, comme on le voit ici dans plusieurs exemples, il n’existe pas pour autant de solidarités particulières réservées à des communautés plus " traditionnelles ".
Il apparait en fait que les projets qui fonctionnent le mieux sont partie prenante de la stratégie de développement d’un territoire, qu’il s’agisse d’une structure institutionnelle forte, comme une ville moyenne, ou d’un territoire d’initiative. On voit se développer ici de véritables dispositifs, au sens de Foucault5, qui font sens et s’ancrent dans un territoire. Il ne s’agit pas seulement de mobiliser différentes formes de partage ou de construction d’innovation, mais aussi d’y ajouter des éléments tels que le financement du projet, la diversité des partenaires impliqués, l’obtention d’un lieu dédié, adapté et équipé, la définition de règles de travail ou de partage, l’existence d’une structure de gouvernance adaptée, et la diversité des participants ou parties prenantes (des particuliers aux intervenants publics, en passant par des entreprises ou des associations).
On comprend alors que les clusters et autres systèmes localisés de production puissent offrir des possibilités à la mise en place de ces opérations. En effet, ils fournissent des garanties de pérennité et possèdent souvent tout ou partie des éléments présentés ci-dessus, au sein d’une structure de gouvernance et organisationnelle déjà bien rodée. Pour ces raisons, ainsi que pour leur connaissance des modes et des pratiques d’innovation, ils peuvent jouer un rôle important dans le lancement, le financement et l’organisation de certains de ces lieux.


Références bibliographies


ARADEL, 2016, Lettre partenariale de veille sur l'économie de proximité, juillet.

Besson R., 2015. « La mise en réseau des espaces de coworking au service de la régénération des territoires », Urbanews.fr, https://www.urbanews.fr/2015/09/30/49648-la-mise-en-reseau-des-espaces-de-coworking-au-service-de-la-regeneration-des-territoires/

Boboc A., Bouchareb K., Deruelle V., Metzger J.-L. 2014, « Le coworking : un dispositif pour sortir de l’isolement ? », SociologieS.

Borel S., Masse D., Demailly D., 2015, « L’économie collaborative, entre utopie et big business », Esprit, n° 7.

Burret A. 2013, « Démocratiser les tiers-lieux », Multitudes, n° 52.

Capdevilla I. 2015, « Les différentes approches entrepreneuriales dans les espaces ouverts d’innovation », Innovations, n° 48.

Courlet C., 2002, Les systèmes productifs localisés. Bilan de la littérature. Cahier d’Economie et Sociologie Rurales, 58-59.

Jacobsen N.B., 2006, Industrial Symbiosis in Kalundborg, Denmark: a Quantitative Assessment of Economic and Environmental Aspects. Journal of Industrial Ecolology, 10, 239-55.

Janin C., Pecqueur B., Besson R., 2013, Les Living Labs : Définitions, enjeux, comparaisons et premiers retours d’expériences, Alcotra Innovation.

Foucault M., 2004, Sécurité, territoire, population, Gallimard/Seuil.

Landel P.-A., Leroux S., 2012," TIC et Construction de ressources territoriales : Observations à partir de trois territoires d'étude : Diois, Maurienne, Vésubie", CNRS. Villes et Territoires Numériques.

Langlois P.-M., 2016, "De plus en plus de régions se mobilisent en faveur des tiers-lieux de travail", Localtis, 21 décembre.

Leac J.-P., 2015, "Tiers-lieu et autres fablab, hackerspace, medialab, living lab, … vous n’y comprenez plus rien ?", 25 avril 2015, Mis à jour 4 janvier 2016, www.lescahiersdelinnovation.com

Lebreton C., 2013, Les territoires numériques de la France de demain, rapport à Mme la Ministre de l'Égalité des territoires et du Logement, La documentation française.

Mira-Bonnardel S., Geneau I., Serrafero P., 2012, Naissance d'un écosystème d'affaires. Entre stratégie délibérée et stratégie chemin faisant, Revue Française de Gestion, 3, 222, 23-134.

Moriset B., 2015, " Inventer les nouveaux lieux de la ville créative : les espaces de coworking ", Territoire en mouvement. Revue de géographie et aménagement.

Moriset, B. 2011. « Tiers-lieux de travail et nouvelles territorialités de l’économie numérique : Les espaces de coworking », Spatialité et modernité : lieux et territoires, SET-CNRS, Pau.

Muchnik J., de Sainte Marie C. (direction), 2010, Le temps des Syal : techniques, vivres et territoires,Versailles, Éditions Quae.

Oldenburg R., 1991, The Great Good Place. New York, Marlowe & Company.

Pecqueur B., 2016, "Pôles, Clusters, Districts industriels, SPL etc., les différentes formes d'agglomération géographique de la production", Wikiterritorial, CNFPT, encyclopédie en ligne.

Pin C., 2016, "Avant-propos", in L’avenir des pôles et clusters : incarner son réseau dans un lieu d’innovation, Synthèse de l'AG de France Clusters, 27 mai.

Riutort L., 2016, "Des "tiers-lieux" à la campagne : quels univers de justification ?", http://www.agrobiosciences.org

Torre A, 2008, "On the role played by temporary geographical proximity in knowledge transfer ", Regional Studies, vol. 42.

Torre A., Zimmermann J-B., 2015, "Des clusters aux écosystèmes industriels locaux", Revue d'Economie Industrielle, 152.

Suire, R., 2013, "Innovation, espaces de coworking et tiers-lieux : entre conformisme et créativité", Working Paper, Université de Rennes 1.

Suire R., Vicente J., 2015, " Récents enseignements de la théorie des réseaux en faveur de la politique et du management des clusters ", Revue d’économie industrielle, n°152.

1 Nous tenons à remercier pour leur confiance Xavier Roy et Elise Durey de France Clusters. L'ensemble des monographies est consultable sur : http://franceclusters.fr/wp-content/uploads/2017/04/Memento1_WEB.pdf

2 Présentation des principaux concepts à partir de des "Cahiers de l'innovation" (J.-P. Leac, 2015), de Capdevilla (2015) de la lettre de l'ARADEL (2016) et de Wikipédia : références complètes en fin de document.

3 La particularité du statut SCIC (Société Coopérative d'Intérêt Collectif), issue de la loi du 17 juillet 2001, est de permettre l'association de divers acteurs autour d'un même projet de production économique et d'intérêt collectif. On doit retrouver trois types d'associés : salariés de la SCIC, bénéficiaires de l'activité de la coopérative et au moins une troisième catégorie (au choix, collectivités publiques, financeurs, bénévoles…). L'ensemble des collectivités territoriales ne peut détenir plus de 20 % du capital.

4 Les pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) sont constitués par le regroupement sur un même territoire d’entreprises de l’économie sociale et solidaire qui s’associent à des entreprises, en lien avec des collectivités territoriales et leurs groupements, des centres de recherche, des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, des organismes de formation… pour mettre en œuvre une stratégie commune et continue de mutualisation, de coopération ou de partenariat au service de projets économiques et sociaux innovants, socialement ou technologiquement, et porteurs d’un développement local durable (Loi relative à l’ESS du 31 juillet 2014, Article 9).

5 M. Foucault (2004) définit les dispositifs comme des ensembles hétérogènes, constitués de discours, de personnes, d’institutions, d’aménagements, de règles et de lois…
1   2   3   4   5

similaire:

Résumé : Dans un contexte de croissance de l\«Trois visions d’un futur réussi pour la France dans son contexte international en 2050» est
«Etat des lieux prospectif…» et «Trois visions…» s’inscrivent dans le cadre du Programme «Transitions de long terme vers une économie...

Résumé : Dans un contexte de croissance de l\Résumé : Dougherty et Dune (2011) montrent que pour développer les...

Résumé : Dans un contexte de croissance de l\RÉsumé Dans le contexte industriel actuel, l’innovation est une question...
«familiale» qui conçoit et fabrique des produits intégrant des éléments mécaniques, électroniques et informatiques dans le domaine...

Résumé : Dans un contexte de croissance de l\Synthèse du Parcours Professionnel
«émergents» par leur poids dans l’économie mondiale. Ces pays comptent jusqu’à 40% de la population mondiale et devraient selon le...

Résumé : Dans un contexte de croissance de l\Résumé Ce guide présente les évolutions significatives de Microsoft...

Résumé : Dans un contexte de croissance de l\Economie francaise
...

Résumé : Dans un contexte de croissance de l\Résumé de la contribution : Les politiques dites de gestion de la «diversité»
«socle commun» dans les discours actuels sur la diversité dans les grandes entreprises

Résumé : Dans un contexte de croissance de l\I préambule permettant aux candidats d’appréhender le contexte
...

Résumé : Dans un contexte de croissance de l\Résumé Ce guide présente les évolutions significatives de Microsoft...

Résumé : Dans un contexte de croissance de l\Ou la nouvelle economie du developpement durable








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com