Economie francaise








télécharger 213.16 Kb.
titreEconomie francaise
page1/7
date de publication18.01.2018
taille213.16 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7

ECONOMIE FRANCAISE





ECONOMIE FRANCAISE 1

Gauche 2

Propositions économiques 8

Droit 30

Entreprises 39

Banques 45

International 49



Gauche




MODIFICATION DE LA CONSTITUTION FRANCAISE

Le PS s'est encore une fois opposé par principe. Même si le texte proposé n'était pas parfait aux yeux de la gauche, il était néanmoins à mi-chemin de l'objectif (renforcement des pouvoirs du parlement, une partie de l'ordre du jour à son initiative). Ce n'est pas en se tirant une balle dans le pied pour faire un croc en jambe à Sarkozy que le PS va reconquérir sa crédibilité !

PROPOSITIONS SOCIALISTES

Bon, vous rejetez les conclusions du rapport Attali. Les Français voudraient savoir ce que vous proposez en alternative. Vous vous referez tous à Mitterrand, mais vous semblez avoir oublié qu'il a remporté les premières élections présidentielles à gauche de la 5° république grâce aux fameuses 110 propositions, qui, certes, n'ont pas toutes été tenues, mais au moins elles avaient le mérite de donner un cap. Et vous, les dirigeants des années 2000, où sont VOS PROPOSITIONS ? Y-en-a marre d'attendre...

EXTREME GAUCHE

Le PS ne doit pas se laisser piéger dans le discours d’adolescent attardé d’Olivier Besancenot. Il vend du rêve, de l’utopie (ce qui, par définition, n’existe nulle part). Il refusera toujours de se cogner à la réalité des affaires, c’est tellement plus confortable de rêver et d’être aimé ... L’économie administrée, çà ne marche pas et çà a conduit à des catastrophes historiques. Le troc, c’est un casse-tête ingérable. Le don + contre-don, çà ne marche pas à l’échelle d’un pays. Le capitalisme a l’avantage de prendre les hommes tels qu’ils sont, et non tels qu’on voudrait qu’ils soient : nous sommes plus avides et égoïstes que généreux et altruistes. Il faut seulement que l’état veille à réguler la puissance brutale du marché. En particulier, le capitalisme Rhénan fonctionne de manière plus équitable que le libéralisme Anglo-Saxon.

Je propose un programme de gauche pour l’économie : « produire plus pour redistribuer plus », via les impôts sur les sociétés, sur les revenus, sur la consommation (TVA). En ce qui concerne la croissance, disons clairement : « créons des conditions favorables à la croissance du secteur marchand, pour que le plus de citoyens possible puisse gagner sa vie ».

Il faut une politique industrielle qui soit adaptée à la raréfaction structurelle du pétrole et à la nécessité de diminuer les gaz à effet de serre : c’est l’économie de l’intelligence (recherche dans les énergies renouvelables, chimie verte, biotechnologies, médecine, services à haute valeur ajoutée, université, informatique, etc.).

ELECTIONS PS

Gagnant du scrutin : François Bayrou. Des wagons de militants du centre gauche vont quitter un parti aux élections truquées. Martine Aubry ne devrait pas accepter d’être si mal élue, même si c’est un ou plusieurs de ses lieutenants qui ont organisé la fraude. Les Français n’apprécient pas, cela pèsera gravement dans les prochaines élections. La seule issue, c’est de revoter pour départager équitablement les deux camps. Personne ne connaît bien la psychologie des foules, on ne sait pas a priori quel camp sera le gagnant, mais ils ne seront pas à égalité : Les électeurs de Martine Aubry peuvent se sentir encouragés à confirmer le vote, ceux de Ségolène Royal, à se venger, ou bien ils seront déjà dégoutés de l’expression démocratique. Le scrutin pourrait avantageusement être précédé d’un débat entre les deux finalistes, du type de ceux organisés pendant la présidentielle, et animé dans le but de distinguer clairement les options d’avenir des deux candidates, à l’oral, en interaction, dans un format de temps de débat de second tour à la présidentielle.

MATCH COUPE DE FRANCE

Il se joue actuellement en France à l’ombre des caméras un match bien saugrenu : La tyrannie jacobienne contre l’aristocratie des copains.

La tyrannie jacobienne est basée sur l’autorité conférée à la hiérarchie : Président sur ministres, ministres sur administrations, chef de départements sur chefs de services, chefs de services sur employés et ouvriers, Etat sur régions et départements, capitale sur province. Cette autorité est tantôt justifié par le droit divin, tantôt par le sang bleu, tantôt par les diplômes, tantôt par l’expérience etc. la liste se renouvellera …

Pour contourner cette autorité absolue officielle se sont mises en places pléthore de sociétés plus ou moins secrètes de solidarité entre initiés reconnus : Francs-Maçons, Opus Dei, réseau des chefs d’entreprises, capitalisme de la barbichette, syndicats, réseaux politiques, mafieux, anciens élèves d’une grande école, etc. la liste ne fait que s’allonger.

Aussi, si l’on veut que la France ne devienne pas un mille-feuille de sociétés secrètes spoliatrices du plus grand nombre, et antagonistes à l’idée républicaine, les plus hautes autorités de l’Etat serait bien fondées de réfléchir à la notion d’autorité légitime. NB. En France, nous avons eu des résistants contre l’occupation Nazie, mais biens plus de Collaborateurs : Pourquoi ? 60 ans après, la question est restée taboue …

GRANDES ECOLES

Les professeurs en charge de la sélection dans l’enseignement supérieur Français feraient bien de reconnaître qu’ils se sont imprégnés, peut-être à leur insu, d’une doctrine néo-darwinienne sociale malthusienne. Et des conséquences sur les jeunes cerveaux qu’ils déforment, ceux des futures élites : l’esprit concours dans les grandes écoles et les filières sélectives à l’université sont le creuset de l’égoïsme et de la supériorité supposée à vie et en tout, mais en fait qui correspond à la rencontre momentanée d’un jeune esprit malléable, à une date donnée de sa vie, sur quelques matières consensuellement admises et enseignés, et des mentor habiles et manipulateurs (du type « s’ils réussissent cet examen malgré sa difficulté et ma notation rébarbative, je pondrais un sujet encore plus dur la prochaine fois, seuls 3 élèves doivent avoir la moyenne ! »). Est-ce des élites déformées par cette torture précoce dont nous avons vraiment besoin aujourd’hui ?

NICOLAS A DIT … ET SEGOLENE A DEMANDE PARDON …

Gamineries, absolument pas à la hauteur de leurs responsabilités à chacun des 2 !

FESTIVALS D’ETE

Je viens d'entendre sur Arte culture s'exprimer le directeur du théatre de Rennes. En substance il disait qu'il fallait condamner la réforme en cours des collectivités territoriales, voire mettre en péril les festivals de l'été, parce que cette réforme était calculée par l'UMP pour torpiller les élites critiques de gauche.

Comment ose t-on tenir un tel raisonnement propagandiste PS ? La réforme du financement des régions, via l'abandon de la partie de la taxe professionnelle qui pèse sur l'investissement des entreprises, est destinée à créer des emplois dans les entreprises privées.

Bien que l'on puisse regretter que l'éventuelle baisse des recettes des régions n'affecte la culture, il ne faut pas élaborer des raisonnements type billard-à-quatre-bandes qui aboutirait à paralyser les professions culturelles et intellectuelles. Dans le cas présent, mieux vaut en rester à des revendications catégorielles de protection de l'emploi.

LA CUREE

Aujourd’hui le gouvernement est faible dans les sondages. Du coup, les mêmes qui encensaient avec zèle Nicolas Sarkozy quand il était au plus haut de sa popularité, se réunissent pour parler en concert de catastrophe gouvernementale : par lâcheté ordinaire, par vil opportunisme, en fonction d’un modèle économique (il faut que les journaux se vendent, que les papier soient acceptés par les rédacteurs en chef, que les journaux télévisés confirment ce que les téléspectateurs ont envie d’entendre, pour augmenter l’audimat et mieux vendre la publicité).

Bref, l’économie politico-médiatique en démocratie est un système régulé par rétroaction positive, qui veut que plus une idée est populaire, plus elle sera martelée dans la diffusion médiatique, et en retour elle deviendra encore plus populaire, les esprits des consommateurs étant plus malléables que critiques !

Je ne peux me passer de ressentir un malaise devant un tel écart entre la théorie de la démocratie (chacun juge en conscience, après mûre réflexion), et ce qu’en on fait les média : Une batterie de bien-pensants officiels, toujours les mêmes, qui se cooptent entre eux, s’évertuent à nier dans leur éditoriaux les évidences à la fois vécues et ressenties par les couches populaires et les classes moyennes.

LE CHARABIA DES VERTS

Sociologiquement, les verts sont des intellos révoltés contre l’ordre établi. Comme tels, ils sont friands de toute nouvelle idée contestataire. Mais voilà le problème : toutes les nouvelles idées à la mode ne sont pas forcément bonnes ! D’où l’impression de charabia, de novlangue, de globiboulga que l’on éprouve quand on écoute le discours des verts.

L’ARGENT, CA N’EST PAS MAGIQUE !

Avis aux fonctionnaires déconnectés de la réalité de l’argent (public …), dont le salaire est assuré, identique chaque mois, à vie ; 850 000 d’entre eux n’ont une charge de travail que de 20H par semaine, sont dotés de 4 mois de congés payés.

L’argent çà se gagne avant de se dépenser. Ceci est valable pour les particuliers comme pour l’Etat. Si on ne veut pas faire des économies, au moins doit-on rester à l’équilibre budgétaire. Sinon, c’est la fuite en avant, la cavalerie.

Non, l’argent çà n’est pas sale ! Les profs vivent dans un monde utopique où le savoir seul est monnaie d’échange, dans le don + contre-don, un monde qui n’existe pas dans la réalité, dès qu’ils ont quitté leur salles de classes, un monde dont ne veulent pas tous les élèves qu’ils ont dégoûté par la sélection sur des savoirs non opérationnels.

Tout l’enjeu de la politique de réforme de l’Etat, c’est de faire comprendre aux fonctionnaires que nous vivons dans un monde à 200 pays, que nous n’imposerons pas notre vision française de l’argent - sale, parce que l’argent sert à acheter du confort via les biens et services, parce que l’argent est dans la période actuelle le seul signe – dénominateur commun accepté par toute l’Humanité. Le rapport à l’argent (comment le dépenser, comment l’économiser, comment le gagner) est le fruit d’un long apprentissage, mais précisément n’est pas enseigné à l’école française, les profs français n’y comprenant rien …

NIVEAU OPTIMAL DE SOLIDARITE

Pour un socialiste lucide, le niveau optimal de solidarité, c’est le niveau de solidarité maximal que l’on peut se payer ! sans hypothéquer les générations futures, en conservant la capacité de la nation à absorber les prochaines crises majeures internationales prévisibles (ou pas : toujours garder de la marge de manœuvre …).

Les maîtres mots de l’action publique doivent être : Ethique, responsabilité, lisibilité, liberté, solidarité.

Dans le cas des retraites qui nous préoccupe ces jours-ci, le Parti Socialiste et les syndicats apportent une mauvaise réponse à un réel problème. Comment imaginer que Nicolas Sarkozy soit un sadique qui veuille nous obliger à travailler plus par plaisir ? Qu’il soit un masochiste qui veuille se couper d’une partie de l’électorat ? Il affronte seulement une difficulté, que la gauche, si elle revient au pouvoir, rencontrera à nouveau : Les hypothèses du comité sur les retraites CORE sont trop optimistes (5% de chômeurs) ; en fait la logique voudrait qu’on revienne à la règle de 65 ans pour la plupart, avec des exceptions médicales à 60 ans. C’est l’application du principe de lisibilité de l’impôt, pour qu’il soit largement accepté : Comme c’est la durée de vie qui augmente et qui déstabilise l’équilibre du régime de retraite par répartition, c’est donc un problème démographique, et on lui donne une réponse démographique par conséquent, l’augmentation de la durée des cotisations.

Dans le cas de la médecine gratuite, un bon principe de lisibilité serait de faire payer modérément les soins par les malades (médicaments pas chers non remboursables, franchise de 5€ à chaque consultation médicale, concurrence de l’offre par la suppression du numerus clausus imposé par les corporations médicales et une politique mauvaise de la sécurité sociale). En revanche, la prise en charge des maladies graves (personnel médical, médicaments) doit être absolument maintenue, car sinon les personnes atteintes se retrouveraient dans des situations médicales et financières insortables, ce qui va à l’encontre des standards de l’humanité de nos jours en pays développé.

  1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Economie francaise iconQuelques elments de debat autour du livre «le negationnisme en economie»...
«dissidents» ou «hétérodoxes», l’économie ne serait pas une discipline scientifique comme la physique, la biologie, la médecine ou...

Economie francaise iconÉconomie : le modèle de Montpellier

Economie francaise iconOu la nouvelle economie du developpement durable

Economie francaise iconForum de l’economie sociale et solidaire

Economie francaise iconChapitre Ier : Principes et champ de l’économie sociale et solidaire

Economie francaise iconAu cours des dix dernieres annees, I'economie tunisienne est devenueplus

Economie francaise iconDess management Public, module 10 : Cours économie pour un développement durable, cadrage

Economie francaise iconDess management Public, module 10 : Cours économie pour un développement durable, cadrage

Economie francaise iconPolynésie française

Economie francaise iconAlliance Française de Valparaíso








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com