Montpellier notre ville / n ° 3








télécharger 0.68 Mb.
titreMontpellier notre ville / n ° 3
page2/12
date de publication18.01.2018
taille0.68 Mb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

Jeu de l’oie sur le cerveau (Inserm).
27/10, 14h30-16h, pour les 8-11 ans.

Infos :

Maison de la prévention santé,
6, rue Maguelone, 04 67 02 21 60
.........................................................................................................................
p6
Nouvelles de la ville

Actualités
Article 1

L’Espace Montpellier jeunesse souffle ses vingt bougies et fête l’événement
du 2 au 10 novembre.

Un espace devenu grand

Depuis vingt ans, près d’un million de jeunes a franchi la porte de l’Espace Montpellier jeunesse, pour obtenir une info, participer à un stage pendant les vacances, bénéficier d’une bourse, profiter des loisirs de la carté été jeunes… Créé le 31 octobre 1990, l’Espace Montpellier jeunesse est devenu un lieu incontournable pour tous les jeunes montpelliérains : un espace d’information, de documentation et d’accompagnement des projets. De nombreuses permanences sont proposées avec des partenaires autour de l’emploi (séances de coaching, atelier CV…), de la santé, ou encore des droits (aide juridique et permanence d’avocat). L’espace Montpellier jeunesse est ouvert à tous mais les dispositifs sont réservés aux jeunes âgés de 16 à 29 ans. « Cette extension de 25 à 29 ans a été mise en place cette année pour mieux tenir compte des réalités économiques et sociales », précise Michel Passet, adjoint au maire délégué à la jeunesse.
Concert gratuit au Rockstore !

Du 2 au 10 novembre, de nombreuses animations marquent cet anniversaire, à commencer par un concert gratuit le
3 novembre au Rockstore avec le groupe rock pop montpelliérain exclusivement féminin, Les Girlsgirls (ex Trash aka L) et Pfel, un des meilleurs Dj de la scène internationale. Sont prévus également des conférences à la Maison de la prévention santé, une rencontre avec Michel Ancel, autour de l’emploi dans les jeux vidéo et une soirée en présence des derniers lauréats des bourses. Les membres du Conseil Montpelliérain de la jeunesse sont associés aux festivités. Au cours de cette semaine anniversaire, le maire de Montpellier dévoilera le projet de la Cité de la jeunesse.

Infos : 6 rue Maguelone

04 67 92 30 50 / Ouvert du lundi
au vendredi de 12h à 18h
Photo : Un lieu incoutournable pour tous les jeunes.


Article 2

La Semaine du rein a lieu du 2 au 10 octobre. Des dépistages gratuits sont proposés à l’hôpital Lapeyronie le 8 octobre de 10h à 16h.

Avez-vous les reins solides ?

Organisée par la Fédération nationale d’aide aux insuffisants rénaux (FNAIR), la Semaine du rein est l’occasion de sensibiliser le grand public aux maladies rénales. « Lorsque les premiers symptômes se manifestent, il est souvent trop tard car ce sont des maladies silencieuses, explique Jacky Clapier, vice président de la FNAIR. C’est alors la mise en dialyse et dans le meilleur des cas, la greffe. Pourtant, bien souvent, l’insuffisance rénale terminale pourrait être retardée, voire évitée ! ».
Test urinaire

C’est ce constat qui a motivé voilà 6 ans la création de cette campagne nationale qui vise en premier lieu à dépister gratuitement et anonymement le plus possible de personnes. On estime à 3 millions en France le nombre d’individus atteints d’une maladie rénale à un stade plus ou moins avancé. L’an dernier, plus de 15 000 personnes ont été dépistées. Pour environ 10% d’entre elles, le dépistage s’est révélé positif. Cette année, le dépistage gratuit a lieu le 8 octobre dans le hall de l’hôpital Lapeyronnie, de 10h à 16h. Un test à la bandelette urinaire y est effectué afin de chercher la présence de sang et d’albumine dans les urines. Le personnel, avec l’aide des bénévoles de la FNAIR, offre également une information détaillée sur les maladies rénales, leur prévention et les bonnes pratiques d’hygiène et de diététique. « Grâce au dépistage, il est possible de détecter une insuffisance rénale à un stade très précoce et de prendre alors les mesures qui s’imposent : un régime alimentaire adapté, la prise ou l’arrêt de certains médicaments » précise Jacky Clapier.

Pour plus d’informations sur les lieux de dépistage et pour découvrir le programme complet de la Semaine nationale du rein : www.semainedurein.fr.

Infos : FNAIR Languedoc-
Roussillon. 06 07 87 06 07

Photo : Dépister le plus possible de personnes.

Brèves

Stage de secourisme

La prochaine formation Prévention et secours civique de niveau 1 (PSC1) a lieu du 25 au 29 octobre. Dispensée par l’association Aqualove Sauvetage, elle permet d’apprendre les gestes qui peuvent sauver une vie. Inscriptions à l’Espace Montpellier jeunesse : 04 67 92 30 50
Créer son jeu vidéo

De la conception à la mise en application d’un jeu vidéo, l’Espace Montpellier jeunesse propose un stage en partenariat avec ECM Kawenga, du 25 au 29 octobre). Attention, places limitées, inscriptions

au 04 67 92 30 50
Devenir animateur

La Ville prend en charge financièrement une partie de la formation au brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (Bafa). Cette aide est réservée aux jeunes âgés de 17 à 24 ans, résidant à Montpellier depuis plus d’un an. La prochaine session de formation se déroulera du 25 au 29 octobre, puis pendant les vacances de février et de Pâques.
Infos : au 04 67 92 30 50
Rencontres européennes

Les 5e rencontres Jeunes et sociétés en Europe se déroulent pour la première fois à Montpellier, du 28 au 30 octobre à la Maison Aimé-Schoenig (faculté de Richter). Habituellement réservées à un public de spécialistes, ces rencontres ouvriront plusieurs espaces au public et notamment aux jeunes du Conseil montpelliérain de la jeunesse.

Infos : 04 67 15 85 12 ou www.univ-montp1.fr

.........................................................................................................................
p7
Nouvelles de la ville

Actualités
Article 1

SOS Amitié Montpellier Languedoc fête les 50 ans de l’association, le 9 octobre. Rencontre avec l’un de ses écoutants. Locataires à la cité des artistes

Un demi-siècle d’écoute

Le 6 octobre 1960, le premier poste d’écoute a vu le jour en région parisienne, à Boulogne. Depuis 50 ans, des millions d’appels de détresse, de souffrance, d’inquiétude sont reçus par des bénévoles de SOS Amitié, qui répondent et se relaient chaque jour 24h/24 dans un lieu anonyme.

À Montpellier, SOS Amitié existe depuis 1971. En 2009, 35 écoutants ont répondu à 18 161 appels téléphoniques, 2 782 messages par mail et 1 420 appels par “chat ”.

Plusieurs règles d’or sont essentielles : une écoute anonyme, confidentielle, respectueuse et non directive.

Des bénévoles formés

Un écoutant témoigne : « SOS Amitié est reconnue d’utilité publique, ses objectifs sont la lutte contre l’isolement, la prévention du suicide et la re-création de lien grâce à la parole et l’écoute. Pour être écoutant, il faut avoir une petite dose d’idéalisme, être sensible aux autres et écouter sans jugement. Cette expérience au sein de SOS Amitié m’a permis de découvrir un large panorama de la nature humaine. L’être humain a un besoin fondamental de communiquer surtout dans cette société mécanisée et violente. L’écoute des autres nous apprend beaucoup sur nous-mêmes, elle crée du lien. Je crois sincèrement à ses bienfaits auprès de ceux qui crèvent de solitude ».

Bien entendu, tout bénévole qui entre à SOS Amitié bénéficie d’une rigoureuse formation et est encadré par l’équipe de l’association. Aussi, des liens d’amitié se tissent entre les bénévoles.

Pour célébrer ce demi-siècle, le ­comité Montpellier Languedoc invite les Montpelliérains, le 9 octobre de 10h à 17h sur la place Paul-Bec. Dès 10h, les bénévoles sont à la disposition du public pour raconter leur expérience. Des animations se succèdent tout l’après-midi, dont un lâcher de ballons. L’occasion d’attirer, pourquoi pas, de nouveaux bénévoles. Le 22 octobre de 10h à 14h, une réunion d’information se tient à la Maison de la Prévention sur l’écoute spécifique et le bénévolat à SOS Amitié.

Pour devenir bénévole et pour toute information, écrire à SOS amitié Montpellier Languedoc BP 6040,

34030 Montpellier cedex 1

ou sosamontpellier@wanadoo.fr.

Pour un besoin d’écoute, téléphonez au 04 67 63 00 63 ou connectez-vous à www.sos-amitié.org.

Article 2

Les 3e Assises du corps transformé, les 8 et 9 octobre au Corum, proposent une vision transversale de la problématique du vieillissement.

Regards d’experts

«La vieillesse, c’est une mauvaise histoire ; je vous conseille de l’éviter si vous le pouvez ! » ironisait Woody Allen. Pour débattre de la problématique du corps vieillissant, thème de ces
3e Assisses du corps transformé, chercheurs et spécialistes ont rendez-vous les 8 et 9 octobre au Corum. L’idée de ces Assisses est née d’une rencontre entre François Vialla, maître de conférences et vice-doyen de la faculté de droit de Montpellier et du docteur Jacques Mateu, « pour confronter l’approche du médecin à celle du sociologue, de l’historien, du juriste et du psychologue et construire ensemble une peinture éclairée et sensible de la vieillesse. » Durant deux jours, il sera notamment question des stigmates physiques de la vieillesse et de leur traitement, de la sexualité des seniors, du vieillissement cellulaire, du “pouvoir gris”, de la recherche pharmaceutique, de l’âge apparent ou encore de la fin de vie…

Ces rencontres orchestrées par le Centre européen d’études et de recherche droit et santé ( Montpellier 1 ) et le club Villandry, association de chirurgiens plasticiens, sont ouvertes au public. Elles réuniront des chercheurs et des spécialistes venant de toute la France, aux côtés des intervenants montpelliérains : l’hématologue John De Vos, le chirurgien plasticien Jacques Mateu, le neurologue Jacques Touchon, les professeurs Michel Miaille et François Vialla, le rabbin Didier Kassabi et les psychologues Aude Michel et Grégory Ninot…

Infos : les 8 et 9 octobre, de 8h30 à 18h, au Corum, salle Einstein.

04 67 61 51 85
Photo : De gauche à droite : F. Vialla, J. Mateu et M. Reynier.
.........................................................................................................................
p8
Nouvelles de la ville

Actualités
Article 1

Foire internationale de Montpellier. La Ville propose sur son stand de nombreuses animations autour du Plan local de déplacements.

Testez vos déplacements !

Rendez-vous dans le hall Marco-Polo de la Foire internationale de Montpellier. Du 8 au 18 octobre, la Ville y présente le Plan local de déplacements (PLD). Des espaces d’information sont aménagés et un jeu vidéo pédagogique intitulé “plus cool la ville” est proposé. Le principe est simple : le joueur se déplace virtuellement en ville en combinant les différents modes de transport. Un moyen ludique d’appréhender toutes les facettes du Plan local de déplacements et d’apprendre à mieux partager l’espace public. Un comptage de points permettra au meilleur de gagner un scooter électrique. Dans le même temps, un quizz offrira la possibilité de tester ses connaissances sur la thématique du déplacement. À la clé, cinq VTT sont à gagner !

Autre rendez-vous important, le 15 octobre à 20h, les visiteurs pourront déguster la clapassade, le plat de Montpellier, qui aura été désigné par un jury de professionnels, le 6 octobre, parmi les dix plats restant en compétition (lire aussi page 10).
Le sport s’invite à la Foire

La 62e édition de la Foire Internationale de Montpellier sera déclinée autour du thème du sport. Chaque jour, des sportifs médaillés seront présents et un espace sport permettra aux visiteurs de découvrir et pourquoi pas, de tenter une initiation. Pour la première fois, une fête foraine s’installera au cœur de la Foire, avec une grande roue, un booster, des auto-tamponneuses, des trampolines, palais des glaces et manèges pour enfants.

Infos : Parc des Expositions.
Tous les jours de 10h à 20h.
Nocturnes les 9, 12, 15 et 16 octobre 04 67 17 67 17

www.enjoy-montpellier.com

Accès bus ligne n°28 de la place de l’Europe renforcée par des navettes Foire (les après-midi, les samedis, les dimanches et lors des nocturnes).


Article 2

Les demandeurs d’emploi frappent à la porte des entreprises le jeudi 21 octobre pour récolter les offres des employeurs.

En route pour le Markethon 2010

Le Comité pour le développement de l’économie régionale Languedoc Roussillon (Comider) organise le jeudi 21 octobre, pour les demandeurs d’emploi volontaires, le Markethon de l’emploi, une journée de collecte des propositions de travail auprès des entreprises de la région. Avec pour devise, “les relais de l’expérience”. L’association, composée de retraités ayant exercé des responsabilités, cherche à transmettre son expérience dans les domaines de l’emploi, de la formation et de l’insertion. Par le biais de cette opération de prospective, l’association vise à aider les demandeurs d’emploi, qui, dans le cadre d’une action de terrain, active et solidaire, vont, par équipe de 3 ou 4, à la rencontre des employeurs potentiels en frappant directement à leur porte ! Les participants sont identifiables par un badge à leur nom ; chaque équipe dispose d’un plan correspondant à une zone géographique et d’une lettre de recommandation. Les employeurs rencontrés doivent apposer un cachet et faire part de leurs éventuels projets de recrutement pour l’avenir. Cette opération est un excellent moyen pour les demandeurs d’emploi de retrouver confiance en eux et en leur avenir, d’où le slogan du Markethon : “ l’emploi, c’est l’affaire de tous ”. Ainsi rassemblé, l’ensemble des offres d’emplois de la région sera affiché dès le 25 octobre sur le site internet du Comider, uniquement destiné aux “markethoniens” avec un code d’accès réservé.

Inscriptions : les 14, 15, 18, 19 et 20 octobre de 9h30 à 12h et de 14h à 17h.
1 rue Embouque d’Or, 04 67 04 55 41
et comider.mtp@neuf.fr
Des annonces examinées avec attention.
.........................................................................................................................
p9
Nouvelles de la ville

Actualités
Article 1

Plan local de déplacements. La Ville multiplie les dispositifs d’information et met en place des itinéraires de contournement. Explications de Serge Fleurence.

«Il faut changer nos habitudes»

La Ville met en place un plan de déplacements en même temps que les travaux de la 3e ligne de tramway. Pourquoi ?

La mise en place d’un nouveau plan de circulation est devenue nécessaire pour s’adapter à l’essor de la ville et accompagner le développement des transports doux, notamment la mise en service de la 3e ligne de tramway et de la circulade. On profite des travaux du tramway et de certaines voies déjà fermées pour faire ces changements de circulation. C’est un projet majeur qui s’est ouvert dans le cadre du Printemps de la démocratie, lors des dix-sept réunions de concertation organisées avec les habitants. Il permet de repenser les déplacements en ville et de mieux partager l’espace public pour les trente ans à venir.
Mais en attendant, cela coince du côté des automobilistes !

Bien sûr, le chantier lié à la construction de la 3e ligne engendre des désagréments pour les automobilistes, mais franchement, la rentrée s’est à peu près bien passée. On n’a pas connu le cataclysme qui avait été annoncé. La Ville a tout fait pour atténuer ces difficultés, en mettant en place de nouveaux axes de circulation avec le plan local de déplacements. Elle accompagne ces changements en distribuant plus de 200 000 dépliants d’information. Des agents de la police municipale sont présents aux carrefours stratégiques pour réguler la circulation et ils y resteront tant que cela sera nécessaire. On a encore six mois difficiles à passer avec des chantiers lourds du côté de la 3e ligne, comme me l’a confirmé mon collègue et vice-président de l’agglomération, Robert Subra. Mais déjà, les premières plateformes sont installées, la circulation vient d’être rétablie au rond-point des Près d’Arènes… Les difficultés sont là, mais on fait le maximum pour minimiser les désagréments. Par exemple, exceptés les travaux sur l’avenue du Maréchal-Leclerc, la Ville a suspendu tous ses chantiers sur la voirie. Les seuls qui subsistent sont réalisés par des concessionnaires et sont impératifs. C’est le cas des travaux de raccordement au gaz de ville ou encore ceux concernant le remplacement des conduites en plomb.
Ce plan de déplacements est-il définitif ?

Oui, la première tranche, qui consiste à mettre en place un anneau de distribution au sud avec le double sens des avenues Vieussens, Berthelot et Renouvier, est définitive. Tout comme l’inversion du cours Gambetta.

Début 2011, sera mis en service la partie nord de l’anneau, le long des quais du Verdanson et des avenues Louis-Blanc et Pasteur. Une réunion de concertation est prévue le 6 octobre avec les riverains pour arrêter définitivement l’itinéraire.

Le plan local de déplacements sera décliné dans les quartiers dans les années à venir. Des concertations auront lieu, rue par rue, pour préciser les aménagements, notamment la mise en place des pistes cyclables, des zones 30… On va faire du “cousu main” pour apaiser la circulation en ville.
C’est l’abandon de la voiture ?

Non, mais il faut qu’on réussisse à mieux partager la voirie. Il ne s’agit pas de chasser la voiture de la ville, mais plutôt d’écarter le trafic de transit. Il faut donner plus d’espace aux autres modes de déplacement (piétons, deux-roues), mais aussi permettre à ceux qui viennent en centre-ville d’y accéder plus facilement, y compris en voiture. Je crois qu’il faut que chacun adopte de nouvelles habitudes pour circuler, utilise les nouveaux itinéraires de contournement et privilégie les transports doux. Quatre itinéraires de substitution au départ des différents quartiers de la ville et en direction des destinations les plus courantes (plage, préfecture, Corum, parking de la Comédie) ont été conçus par les techniciens de la ville pour désengorger les artères les plus bouchées. Sur le papier, ces trajets peuvent sembler plus longs, mais ils représentent un gain réel de temps. Ces itinéraires sont édités sur 40 000 dépliants et consultables sur le site internet. Ils sont également présentés dans un cahier détachable au milieu du journal. Je vous invite à les suivre !

Infos : n° vert : 0 800 34 07 07 ou

www.montpellier.fr

Photo : Serge Fleurence, premier adjoint au maire.

Encadré

Retrouvez les itinéraires de contournement dans le plan inséré en pages centrales.
Brèves

Tramway : la ligne 3 avance

Rue de l’Agathois fermée et circulation alternée sur la rue Sainte-barbe.

Avenue de Lodève mise à sens unique depuis la rue du Professeur-Forgues jusqu’au boulevard Benjamin-Milhaud.

Parking Laissac. Son accès s’effectue par la rue d’Alger, le boulevard Grand-Saint-Jean et la rue Henri Guinier.

Route de Lodève - rue du Pilory - rue d’Alco.

À sens unique en raison des travaux de réseaux, voirie et plateforme. Des déviations sont en place.

Carrefour avenue Bringuier et avenue de Lodève. La circulation est de nouveau permise dans les deux sens de circulation sous la trémie. Les bretelles restent fermées.

Bld des Consuls-de- Mer fermé à la circulation. La déviation s’effectue par le chemin de Moularès et la rue du Pont-Juvénal.

Rue des Payroliers fermée. Déviation en place par les boulevards de la Perruque et Vieussens.

Infos : www.ligne3-montpellier-agglo.com
Info circulation

Retrouvez chaque matin sur France Bleu Hérault (101,1 FM), toutes les infos en temps réel sur le trafic pour mieux circuler en ville ! Du lundi au vendredi, un agent de la Ville fait un point sur l’état de la circulation en temps réel à 7h47, 8h15, 8h35 et 8h59. Il vous indique les chantiers perturbant fortement la circulation et propose des itinéraires de délestage quand cela est possible.
.........................................................................................................................
p10
La ville évolue

Dossier
Article 1

Notre spécialité gastronomique locale, est désormais une recette reconnue. Venez
la découvrir à la Foire internationale, le 15 octobre à 20h. La dégustation est offerte.

Et la clapassade est née…

Les consignes étaient claires : « Le plat doit être familial, cuisiné avec des produits locaux, facile à composer et avec un réel rapport qualité-prix ». La sauce a particulièrement bien pris, puisque 240 recettes originales ont été reçues par la Ville, en réponse au concours culinaire “Inventez le plat de Montpellier, qu’elle a lancé en août 2009, afin de doter Montpellier d’un plat emblématique.

« Ce plat, explique Michel Aslanian, conseiller municipal, est beaucoup plus qu’une simple recette : il doit représenter un terroir, une histoire, un état d’esprit ». Son nom, la clapassade, vient du mot occitan, “Lou Clapas”, qui signifie amoncellement rocheux. En référence au site sur lequel la ville s’est développée dès le Xe siècle. Parmi toutes ces recettes concoctées, dix d’entre elles ont été retenues par un jury de présélection : des plats aux bons fumets d’agneau, de veau, de légumes, de poissons et de bœuf. Et puis le 6 octobre, un autre jury composé de professionnels, de journalistes et de Montpelliérains, tirés au sort en juin 2010, s’est réuni pour la sélection finale...

Dix chefs montpelliérains ont répondu à l’appel de l’association des disciples d’Escoffier qui les avait contactés pour faire partie du jury : Laurent Pourcel (Jardin des sens), Vincent Valat (restaurant du musée Fabre), Gérard Cabiron (traiteur, meilleur ouvrier de France), Eric Cellier (Maison de la Lozère), Charles Fontès (Réserve Rimbaud), Philippe Chapon (Le tamarillos), Jean Michel Bourgal (traiteur), Jacques Mazerand (le Mazerand), Michel Lousteau (Domaine de Soriech) et Pierre Olivier Prouhèze (Prouhèze Saveurs). Dans un premier temps, chacun des chefs a préparé l’une des recettes, dans sa propre cuisine, avec, et selon les indications du lauréat. L’occasion de l’affiner et de l’amender avec un savoir-faire professionnel. Enfin, le 6 octobre, jour J du concours, dans les cuisines du Jardin des Sens, les dix recettes ont été cuisinées. Puis dégustées et notées. La clapassade était née.

Si vous voulez goûter ce plat gagnant et rencontrer le lauréat, il vous faudra attendre jusqu’au 15 octobre. À la Foire, sur le stand de la Ville, une dégustation vous sera offerte. Pas besoin de plan ce jour-là : laissez-vous guider par les bons effluves. Ainsi comme Marseille et sa bouillabaisse, Nîmes avec sa brandade et Sète avec sa tielle… Montpellier a maintenant sa clapassade !
Photo : Guy Prouhèze (le père de Pierre-Olivier), un des grands chefs du jury, avec une cuisinière lauréate.
Article 2

Le flash code, apposé sur les bouteilles des Grès, permet, via un portable, d’accéder à une mine d’infos sur les vignes et la ville de Montpellier.

Ambassadrice du terroir

Pas de problème d’étiquette, pour les Grès de Montpellier. C’est bien une AOC Languedoc-Grès de Montpellier, une appellation reconnue depuis 2003 pour la qualité de ses vins haut de gamme. Elle regroupe les vignobles classés de 46 communes de l’agglomération montpelliéraine et de ses alentours, et tire son nom des galets, appelés grès en occitan, que l’on trouve sur son terroir. 5 000 hl par an, du rouge uniquement, émanent, de ses trois cépages principaux : syrah, mourvèdre et grenache. Montpellier, située au cœur de ce vignoble, a noué un partenariat original avec les Grès, en faisant la promotion des vins de ce terroir, aux caractéristiques méridionales : une robe à la structure puissante, un nez complexe, une bouche généreuse et surtout des tanins fins et soyeux… Les vendanges, effectuées le 19 septembre dans les vignobles de l’abbaye de Valmagne, auxquelles le maire Hélène Mandroux a participé, ont été l’occasion de dévoiler “le look” de la nouvelle bouteille gravée de notre cru local. Celle-ci présente la particularité d’être équipée d’une technologie appelée flash code, sur sa contre-étiquette. Le procédé permet à toute personne passant son mobile sur l’imprimé – il doit être adapté pour la lecture pda smartphone - d’accéder à une page Internet partagée, reliant les sites respectifs de la Ville et des Grès. Chaque bouteille devient ainsi potentiellement une ambassadrice du terroir et de l’actualité de Montpellier, dans toute la France, mais aussi à l’étranger. Une manière pour la Ville de soutenir le syndicat des Grès, mais par la même occasion, de faire connaître Les Grisettes, son propre vignoble de 12 hectares, situé au Mas Nouguier, qui produit jusqu’à 15 000 bouteilles par an. La municipalité a d’ailleurs sollicité un classement de certaines de ses parcelles en appellation Grès de Montpellier. Une démarche environnementale qui s’ajoute à d’autres projets, comme celui de l’Agriparc, avec la plantation d’oliviers et l’installation de 15 ruches.
Photo : La nouvelle bouteille, gravée, équipée d’un flash code.
.........................................................................................................................
p11
La ville évolue

Dossier
Article 1

Botanique au zoo. En septembre, un cycle de cours d’initiation à la botanique a débuté. Deuxième session en janvier.

Leçon de flore sauvage

Une loupe de poche, voilà le matériel nécessaire pour se lancer dans l’étude des végétaux. Ainsi que l’indique Thibaut Suisse, le professeur des plantes « la botanique, c’est d’abord une question d’observation ». C’est le maître mot ! À première leçon, première consigne : il faut s’immerger dans le site, apprendre à observer, s’imprégner de l’environnement et avoir une approche particulière car c’est de la botanique au zoo !
Il faut musarder…

Lundi 13 septembre, avait lieu la première leçon de deux heures : “ Introduction et visite du Parc de Lunaret. Premier pas en botanique pour apprendre à observer les végétaux qui vous entourent ”… Tout un programme ! « Les plantes bougent, il faut musarder » précise Jean Burger, Président des écologistes de l’Euzière… Les 40 élèves écoutent avec attention et patience les explications sur l’histoire du parc zoologique, la constitution géologique du site et les précautions de sécurité à respecter. Par cette séance, les élèves inaugurent la nouvelle vie du Centre de Ressources Darwin qui remplace la Ferme pédagogique du Lunaret.
… les cinq sens en éveil

Le groupe de botanistes en herbe s’arrête et doit pendant deux minutes sans bouger, être attentif, les cinq sens en éveil… Une première leçon pour s’initier au secret des plantes sous le regard de deux cerfs immobiles : crissement des pas sur les pins séchés, effluves de menthe et de romarin, mouvement du vent dans les feuilles, chant de la dernière cigale de la saison,

La consigne est ensuite de cueillir neuf échantillons de plantes lignères et une plante entière avec la racine. On s’installe comme à l’école et on observe méticuleusement le fruit de la récolte. Pour connaître une plante, l’idéal est de la dessiner pendant une heure pour distinguer comment elle est structurée, ordonnée et d’en repérer les différentes parties.

Une autre sortie de terrain est prévue parmi les pins et les érables pour comprendre les graminées et les stratégies de dispersion. Les autres leçons seront consacrées à la flore méditerranéenne, à la morphologie des plantes, aux plantes avec et sans fleur et enfin au règne végétal. La botanique n’est pas uniquement un loisir qui consiste à admirer les plantes, c’est surtout une science fondamentale nécessaire à l’étude de nombreuses autres disciplines, notamment l’agriculture, l’agroalimentaire, la pharmacologie, les biotechnologies, l’écologie. Une première leçon de fleurs agréable et instructive !

Ce programme de formation, “Découvrir les plantes”, est organisé par la Ville de Montpellier, en partenariat avec l’Université Montpellier 2, les écologistes de l’Euzières, l’Apieu et Tela Botanica. Il faudra patienter jusqu’en janvier pour participer à la 2e session.

Infos : inscriptions auprès de Tela Botanica.

04 67 52 41 22 ou accueil@tela-botanica.org
Photo : À la recherche de plantes lignières.

Brèves

Un prêtre hors normes

Le 23 et le 24 octobre, le Père Guy Gilbert, prêtre des rues, rend visite à Saint-Vincent-de-Paul. De 11h à 15h, le samedi  23, il rencontrera les “accueillis” de Montpellier, les bénévoles et le public à la Halte Solidarité. Conférence/dédicace de ses livres : salle Pétrarque, le 23 octobre à 20h30 entrée libre.

Infos : 04 99 63 69 10
Halte au diabète !

L’association Française des Diabétiques de
l’Hérault organise le 30 octobre, de 9h à 18h, place paul-Bec, une journée gratuite d’information destinée à informer et à sensibiliser le public sur les méfaits du diabète, avec pour thème notamment  je ne suis pas seul face au diabète.

Infos : 04 67 65 51 26 ou assodiab.34@free.fr
Non au mariage forcé !

Vendredi 8 octobre dès 8h, au CRDP, le planning familial organise, avec le soutien de la Ville, un colloque international sur le thème Mariage forcé, expériences européennes .

Inscriptions préalables obligatoires de 10 €.

Infos : 1 allée de la Citadelle, www.mariageforce.fr
Concours de l’innovation artisanale

Les artisans du Languedoc-Roussillon ont jusqu’au 26 novembre pour participer au concours Stars & métiers Languedoc-Roussillon, en vue de faire connaître et reconnaître leurs démarches innovantes. Des conseillers peuvent aider les chefs d’entreprise à la constitution de leur dossier de candidature.

Infos : 04 67 02 68 41 ou http://innovation.
cma-languedocroussillon.fr
Copropriété et énergie

Copropriétaire, syndic bénévole ou professionnel, vous souhaitez diminuer vos consommations d’énergie et d’eau, vous avez des projets de rénovation, ou d’utilisation d’énergies renouvelables ? L’Agence Locale de l’Energie Montpellier organise le 16 octobre de 10h à 17h, au Corum, une journée d’information sur les méthodes d’actions, les travaux possibles en copropriété, les aspects juridiques et les aides financières. Entrée libre sur inscription.

Infos : 04 67 91 96 96 ou www.ale-montpellier.org
Conférence sur l’homéopathie

Samedi 16 octobre à 14h30, l’association Homeopathie pour tous organise, au 27 rue Louis Blanc, une conférence animée par le Docteur Caron-Philippon. Entrée : 5 €.

Infos : 04 67 65 40 02 ou homepourtous@free.fr
.........................................................................................................................
p12
La ville évolue

Dossier
Le premier marathon de Montpellier se court le 17 octobre. Avec un départ et une arrivée sur la Comédie.

Un sacré défi

Trois, deux, un, top ! Au coup de pistolet, les coureurs du premier marathon de Montpellier s’élanceront dans la ville, le 17 octobre à 9h (8h50 pour la catégorie handisport). Le parcours composé d’une seule boucle a nécessité deux ans de recherches. « Nous en avons testé quinze avant de trouver le bon, indique Claude Alcade, un des bénévoles du Montpellier Athlétic Méditerranée (MAM) responsable de la logistique de l’événement. Car c’est le MAM qui a été chargé d’organiser la manifestation.
Sport et santé

Le départ et l’arrivée se font sur la place de la Comédie. Le parcours en forme de trèfle, passe par le centre historique et les nouveaux quartiers. Il offrira aux coureurs et aux spectateurs une belle découverte de la ville et de ses monuments. « Les 42km195 s’effectueront sur un parcours assez plat, qui devrait permettre de faire une bonne performance, poursuit Claude Alcade. Avec une petite difficulté, juste avant l’arrivée sur la place de la Comédie au 41e km, la côte qui tue : la montée du boulevard ­Henri-IV. Les meilleurs coureurs devraient mettre entre 2h15 et 2h30  ».

Pour cette première édition, « nous avons voulu un marathon populaire. Il s’articulera autour de 3 thèmes, explique Sophie Boniface-Pascal, adjointe au maire déléguée au sport solidaire. Le sport bien sûr, avec une course ouverte au plus grand nombre et pas seulement aux marathoniens, puisqu’elle peut se courir en relais par équipe.

Le tourisme a, lui aussi, été un point important dans l’organisation. Le MAM organise la veille de la course, une chasse au trésor, afin d’aller à la rencontre de la ville, de ses monuments et de découvrir une activité physique en famille, en l’occurrence la marche.

Et puis, il y a aussi un volet très important, celui de la santé. Le marathon est organisé en partenariat avec le CHU qui s’engage en matière d’éducation à la santé. Un colloque et des conférences grand public gratuites sont programmés la veille de la course et des patients qui après avoir perdu beaucoup de poids participent à l’événement en effectuant à leur rythme, le parcours en équipe.

Le marathon sera aussi un événement festif, parrainé par la patineuse Surya Bonaly. La veille du départ, une immense pasta party sera un moment de convivialité pour les participants et leurs accompagnants. Et sur le village de tentes installé durant le week-end sur l’Esplanade, de nombreuses activités et initiations sportives seront proposées, comme du roller, de l’accroroller, du trampoline, du saut à la perche…

Alors que vous soyez coureur ou spectateur, rendez-vous le 17 octobre, pour l’événement sportif de la rentrée !

Infos : www.premiermarathondemontpellier.fr
.........................................................................................................................
p13
La ville évolue

Dossier
Article 1

Le Montpellier Athlétic Méditerranée organise le premier marathon de Montpellier pour ses un an.

Un challenge fédérateur

Avec douze ans d’expérience dans l’organisation du marathon de Toulouse, de 1985 à 1997, Richard Descoux est plus qu’expert en la matière. Directeur technique national de 1997 à 2001 auprès de la Fédération française d’athlétisme, il est, entre autres, le président du Montpellier
Athlétic Méditerranée (MAM). Ce club regroupe différentes associations sportives. C’est le plus important de la région en matière d’athlétisme. Créé il y a un an, il regroupe près de 700 licenciés. « On attend un gros boom en terme d’effectifs cette année, précise Richard Descoux. Les championnats d’Europe de Barcelone cet été ont suscité des envies chez les jeunes.

Montpellier n’avait pas de grand club d’athlétisme. Nous avons répondu au vœu d’Hélène Mandroux, en associant la création d’un grand club, avec la réalisation d’un grand événement. »

Alors qu’il souffle sa première bougie, le MAM organise le 1er marathon de Montpellier. « Cette manifestation a deux atouts. Elle fait connaître notre club et ses différentes sections locales. Elle rapproche et fédère nos licenciés, dans un autre esprit que celui de la pratique compétitive. Les gens sont solidaires autour de ce projet d’organisation, de ce nouveau challenge en termes d’organisation. Aujourd’hui, on peut dire que Montpellier a un grand club d’athlétisme et une manifestation sportive mythique ». 

Côté coureurs, « à part les quinze ou vingt jeunes qui font de la compétition et qui sont devant, le reste, ce sont des gens qui se remettent à pratiquer, qui courent tous les jours au bord du Lez, par- ci, par-là, et qui se disent : il y a un marathon chez moi, je vais me tester, voir ce que je peux faire. »
En relais, c’est possible

Pour cette première édition, il ne sera pas possible de courir le semi-marathon. « Il y a le 20 km de Montpellier quelques semaines après notre manifestation, on ne va pas leur faire de la concurrence », poursuit Richard. Mais pour ceux qui le désirent, il est possible de faire la course en relais par équipe.

Infos : 2 avenue Charles-Flahault, Creps. 04 34 35 43 84

www.m2am.org

www.marathondemontpellier.fr
Exergue

La course mythique de l’athlétisme
Photo : Richard Descoux, président du MAM et Sylvie Fourdrinier, coach athlé santé, chargée de l’entraînement au marathon.
Interview

Trois questions à Sophie Boniface-Pascal, adjointe au maire déléguée au sport solidaire
Montpellier est-elle une ville sportive ?

Je suis une adjointe aux sports heureuse. Montpellier est la ville où l’on ne s’arrête jamais de faire du sport. Entre les grandes équipes (foot, rugby, hand, water-polo, volley) qui jouent en National et toutes celles qui offrent de la pratique à tous niveaux… tous les sports sont représentés à Montpellier. Il ne manquait qu’une manifestation d’envergure comme le marathon. Car il y a un engouement pour ce type de course depuis une dizaine d’années. Il n’y avait pas de raison, que nous n’en ayons pas un, mais il fallait un grand club pour le porter. Avec le Montpellier Athlétic Méditerranée (MAM), nous avons trouvé la structure capable d’organiser une telle manifestation.
Est-ce vraiment le premier marathon de Montpellier ?

À chaque fois, on m’objecte qu’il y a déjà eu un marathon. Bien sûr, mais il s’agissait d’un marathon «deux boucles» et les marathoniens préfèrent une seule boucle. Celle que nous proposons ne se croise jamais et reste toujours dans les limites de la commune. Nous allons joindre l’utile à l’agréable, car avec ce marathon nous proposons aux sportifs de découvrir la ville en même temps qu’ils courent.

La réalisation du parcours a demandé une grosse année de travail pour le MAM qui s’est totalement impliqué dans l’organisation. Je salue d’ailleurs toute son équipe qui travaille d’arrache-pied pour organiser ce qui sera un des grands événements sportifs de l’année. Le marathon touchant toutes les tranches d’âge.
Quelles sont les perspectives pour l’athlétisme avec le MAM ?

Tous les clubs montpelliérains qui ont d’excellents résultats en élite, font un travail de fond dans les quartiers pour essayer d’amener les jeunes à une pratique sportive. Le MAM s’est tout de suite investi dans la ville. Grâce à son travail, j’espère qu’on verra poindre des vocations pour l’athlétisme et pourquoi pas, voir naître de futurs athlètes de renommée nationale et internationale, comme Romain Barras, puisque la Fédération française d’athlétisme vient de choisir Montpellier pour devenir “Pôle olympique”. Il n’y en a que deux en France, celui d’Aix-les-Bains et celui de Montpellier, qui aura pour support le MAM. Une belle réussite pour ce jeune club et pour la Ville !
.........................................................................................................................
p14-15
La ville évolue

Dossier
Article 1

Tout ce qu’il faut savoir sur le marathon

Encadré

42,195 kilomètres avec un départ et une arrivée place de la Comédie

Meneurs d’allure

Le marathon est une course d’endurance qui demande rythme et régularité. Il est difficile pour les coureurs de tenir une allure régulière. Pour ceux qui se fixent un objectif chronométrique, les organisateurs offrent la possibilité de se caler dans la foulée de coureurs confirmés. Ils sont appelés “meneurs d’allure” et sont repérables par un ballon ou un drapeau de couleur visible de loin. Ils ont pour mission de boucler le parcours en un temps défini. Six types d’allures sont proposés : 3h couleur rouge, 3h15 couleur jaune, 3h30 couleur bleue, 3h45 couleur violette, 4h couleur verte et 4h30 couleur rose.

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

similaire:

Montpellier notre ville / n ° 3 iconMontpellier notre ville / n ° 3

Montpellier notre ville / n ° 3 iconLa Ville est partenaire de Suivez le Phil, une émission radio qui...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Montpellier notre ville / n ° 3 iconLe catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur "International"...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Montpellier notre ville / n ° 3 iconC2m institut Charles Gerhardt Montpellier, Equipe C2M, umr 5253 cnrs,...

Montpellier notre ville / n ° 3 iconVive Montpellier Méditerranée Métropole !
«Six ans à Montpellier, entre cafés et concerts en terrasses, expos folles et espaces calmes, des gens, croisés au hasard de ruelles...

Montpellier notre ville / n ° 3 iconPourquoi Nathalie va en ville? Nathalie va en ville pour (acheter...

Montpellier notre ville / n ° 3 iconL'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

Montpellier notre ville / n ° 3 iconL'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

Montpellier notre ville / n ° 3 iconL'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

Montpellier notre ville / n ° 3 iconL'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com