THÈse pour le diplôme d’État








télécharger 329.25 Kb.
titreTHÈse pour le diplôme d’État
page14/25
date de publication19.10.2016
taille329.25 Kb.
typeThèse
b.21-bal.com > documents > Thèse
1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   ...   25

VI)Comparaison entre les entretiens des médecins généralistes et des patients




Avec le chercheur qui a mené les entretiens aux patients nous avons croisé les réponses

patients/médecins.
Certaines réponses convergeaient et d’autres divergeaient.
Les entretiens effectués auprès des patients retrouvaient des étiologies de prescriptions
d’anticoagulants mixtes alors que les médecins ont évoqué l’ACFA en majorité.
Les traitements anticoagulants les plus prescrits par les médecins sont les AVK avec pour
problème majeur d’après les médecins l’équilibration des INR, en particulier chez les personnes âgées. Les entretiens chez les patients ont été effectués pour la moitié chez des patients sous AVK et l’autre moitié chez des patients sous anticoagulants oraux directs. Les problèmes majeurs retrouvés par les patients étaient les risques de saignements.

Pour les médecins l’éducation thérapeutique est essentielle et les patients sont satisfaits des conseils reçus. Cependant, les médecins jugeaient que l’éducation thérapeutique était très difficile et que malgré les efforts souvent les patients connaissent mal leur pathologie et leur traitement.
Les patients connaissaient bien leur surveillance biologique d’ après eux. Les médecins traitants prescrivent les INR pour les suivis des patients sous AVK mais ne connaissent pas bien pour la majorité, quel est le suivi biologique et clinique pour les patients sous AOD.

Les médecins et les patients communiquaient principalement par téléphone les résultats biologiques et la fréquence des consultations étaient tous les mois environ mais les médecins trouvaient que les sollicitations étaient trop soutenues. Les patients n’ont cependant pas l’impression de solliciter leur médecin généraliste de manière exagérée.
En ce qui concerne les aidants extérieurs, les patients ne les sollicitaient pas puisqu’ils ne semblaient pas informés de leur existence. Alors que les médecins traitants trouvaient indispensable la participation de tous les professionnels de santé notamment les infirmiers et pharmaciens et l’utilisation d’outils de suivi, mais eux même reconnaissaient qu’ils n’utilisaient pas assez ces ressources, soit par méconnaissance soit par faute de temps pour la mise en place .

Ni les patients ni les médecins ne connaissaient d’outils électroniques d’aide au suivi des traitements anticoagulants.
L’utilisation des outils informatiques est générationnel tant chez les patients et les médecins.
Si un outil est créé, les attentes des patients seraient un outil simple d’utilisation avec un accès facile sur Smartphone, un système d’alerte, un moyen de communication direct avec les médecins qui suivent leur pathologie, des rappels des interférences. Les médecins étaient

plutôt intéressés par un outil qui pourrait gérer les INR des patients sous AVK et un outil avec système d’alerte en cas d’anomalies biologique ou clinique, ce qui pourrait améliorer la prise en charge du patient par une communication directe et plus rapide et limiter le caractère chronophage de la surveillance de ce traitement pour le médecin.
La limite de cet outil qui est retrouvé dans les 2 catégories est l’utilisation par les sujets âgés.
Les médecins traitants ont relevé les problèmes médico-légaux qu’engendreraient un tel outil (problème de respect du secret médical, problème de responsabilité, problème de transfert de données non sécurisées), les patients quant à eux n’y ont fait aucune allusion.
Tableau - Récapitulatif comparaison des données





PATIENTS

MEDECINS TRAITANTS

ETIOLOGIE


50% ACFA

50% MTEV


Majorité ACFA

TRAITEMENT


50% AVK (majorité COUMADINE)

50% AOD

Majorité AVK (++COUMADINE)

DIFFICULTES

MAJEURES

- Pas de notion de problème d’équilibration de l’INR
- Risques de saignements


- Equilibration de l’INR du sujet âgé


EDUCATION THERAPEUTIQUE

- Ressenti de bonne éducation sur hygiène de vie, surveillance biologique mais pas en cas d’épisode aigu



- Education primordiale pour la bonne équilibration du traitement anticoagulant mais manque de temps pour l’optimiser

SURVEILLANCE

- Biologie :

-) INR

-) Fonction rénale, hémoglobine

- Surveillance biologique par médecin :

-) communication téléphonique

-) consultations


- Biologie :

-) INR

-) Inconnue pour les AOD
- Surveillance biologique par médecin :

-) communication téléphonique (se sont les patients qui appellent les médecins)

-) mail pour population jeune

-) consultation


PRISE EN CHARGE DES EPISODES AIGUS


Directement aux urgences

Médecins généralistes non concernés

DISPONIBILITE

Sollicitation 1x/mois environ


Trop de sollicitation

-) chronophagie


INTERVENANTS ET ELEMENTS AIDANTS EXTERIEURS

Pas d’intervention des infirmières
Instauration du traitement par le cardiologue en majorité pour les patients jeunes en ACFA

1 patient évoque la CAC

Prévention des interférences médicamenteuses par les pharmaciens (2 citations)
Carnet de surveillance sous utilisé

Aide à l’éducation thérapeutique et à la surveillance en partie par les IDE

Instauration du traitement et +/- switch du traitement par cardiologue

CAC jamais évoquée

Nécessité de former les pharmaciens aux anticoagulants
Volonté des médecins d’obtenir carnet de surveillance


UTILISATION DES OUTILS ELECTRONIQUES

Oui pour patients jeunes

Non pour les patients âgés


Internet / Smartphone :

-) oui pour les jeunes médecins traitants

-) +/- pour les autres médecins


CONNAISSANCE D’OUTIL INFORMATIQUE D’AIDE AU SUIVI

Non

Non

FONCTIONNALITE

DE L’OUTIL

Préférence pour smartphone

Système d’alerte pour la prise du traitement

Souhaiteraient un partage d’outil entre les médecins et les patients


Préférence pour internet

Interface simple d’utilisation
Bon système d’alerte en cas d’anomalie


SURVEILLANCE VIA OUTIL

INR pourrait être géré par outil mais difficultés pour personnes âgées

Surveillance interactions médicamenteuses

Conduite à tenir si événement indésirable (notamment lieux où se rendre)


Outil gèrerait l’INR mais sous contrôle du médecin

Recueil des effets secondaires


CONNAISSANCE D’OUTIL INFORMATIQUE D’AIDE AU SUIVI

Non

Non

FONCTIONNALITE

DE L’OUTIL

Préférence pour smartphone

Système d’alerte pour la prise du traitement

Souhaiteraient un partage d’outil entre les médecins et les patients

Préférence pour internet

Interface simple d’utilisation
Bon système d’alerte en cas d’anomalie


LIMITES DE L’OUTIL

Sujet âgé

Pas de médico légal


Sujet âgé

Problème médico légal



CONNAISSANCE D’OUTIL INFORMATIQUE D’AIDE AU SUIVI

Non

Non

FONCTIONNALITE

DE L’OUTIL

Préférence pour smartphone

Système d’alerte pour la prise du traitement

Souhaiteraient un partage d’outil entre les médecins et les patients


Préférence pour internet

Interface simple d’utilisation
Bon système d’alerte en cas d’anomalie



L’OUTIL ELECTRONIQUE
1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   ...   25

similaire:

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État de

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplome d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com