Cours de medecine sociale








télécharger 420.62 Kb.
titreCours de medecine sociale
page9/11
date de publication06.01.2017
taille420.62 Kb.
typeCours
b.21-bal.com > documents > Cours
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

Facteurs de pollution de la source La pollution d’une source d’eau peut être occasionnée par plusieurs causes, notamment

  1. Les activités humaines effectuées aux alentours de la source parmi les activités humaines dont la pollution de la source peut être tributaire, nous pouvons citer : la lessive, la vaisselle, la breuvage des animaux, le bain des hommes dans l’eau, la construction des latrines à proximité. Ces pollutions se font soit directement (c’est le cas des eaux de surface), soit indirectement par infiltration des eaux usées (c’est le cas des eaux souterraines).

  2. L’insuffisance ou le manque d’aménagement des points d’eaux : les sources d’eaux non aménagées ou insuffisamment aménagées sont prédisposées à la pollution à cause des risques de ré infiltration possible des eaux usées ou des chutes d’animaux ou d’autres objets dans ce point d’eau.

2. Facteurs provenant des maillons de la chaîne de l’eau (collecte, transport, stockage, exploitation ou utilisation)

La contamination de l‘eau peut intervenir à tous les niveaux des maillons de la chaîne de l’eau si des dispositions nécessaires ne sont pas prises au préalable. Pour minimiser les risques de contamination, il convient donc :

De prendre soins à ne pas souiller l’eau au moment de sa collecte car une main sale peut être dangereuse dans eau des germes des maladies ou des substances toxiques

Que les ustensiles des collectes soient propres et biens couvertes pour éviter toutes souillure au cours du puisage et du transport de l’eau • Que les récipients de stockage d’eau à la maison soient propres et bien couverts de façon à ne pas permettre leur accès au tout petit enfant ou aux animaux domestiques.

En fin, au moment de l’exploitation / utilisation que les pots et les gobelets soient propres

F. Procédés d’obtentions de l’eau potable à l’échelle domestique (méthodes de traitement de l’eau).

1) Procédés physiques

a) La décantation : La décantation permet de clarifier l’eau car toutes les particules solides sont précipitées au fond du récipient. Malheureusement ces procédés ne débarrassent pas l’eau des germes microbiens. La décantation doit toujours être complétée par l’ébullition, la filtration ou l’ajout des substances chimiques telles que le chlore

b) L’ébullition : L’ébullition de l’eau à 100 degrés Celsius suffit pour tuer tous les germes, Mais il convient de souligner que l’eau bouillie perd certaines de ces qualités et les sels calcaires sont précipités au fond du récipient. Cette eau bouillie est donc peu agréable à boire. Il faut donc l’aérer dans le même récipient en tapotant l’eau avec une louche,

c) La filtration On plie un tissus propre à plusieurs épaisseur et on verse l’eau au travers ce tissus. Ce dernier retient les saletés de même que les arthropodes.

NB : l’eau claire obtenue par décantation ou par filtration n’est cependant pas potable. Elle doit donc subir une deuxième opération (la traiter avec les produits chimiques) avant d’être potable.

2) Procédés chimiques Pour la désinfection de l’eau, les produits suivants sont utilisés :

a) Le produit « pur» Un petit sachet de 240g dans 10 litres d’eaux. Pour plus de renseignements (composition, rôle, manipulation et démonstration, lire le dépliant préparé pour vous à cette fin).

b) Le produit « AQUATAB» Un comprimé dans 20 litres d’eaux en condition que cette eau soit déjà claire (limpide).

c) Le produit « UZIMA» Un bouchon du flacon dans 20 litres d’eaux en condition que cette eau soit déjà claire.

d) L’eau de JAVEL - Pour un litre d’eau ajouter 4 gouttes d’eaux de javel - Pour un bidon de 4 litres ajouter 12 gouttes d’eaux de javel - Pour un bidon de 20 litres ajouter une cuillère à café d’eau de javel

G. MALADIES D’ORIGINE HYDRIQUES

a) Les maladies liées à la consommation de l’eau non potable sont : le choIéra, la dysenterie amibienne, dysenterie bacillaire, les ténias, la fièvre typhoïde et para typhoïde, amibiase, ascaridiose...

b) Les maladies liées à la qualité chimique de l’eau (à l’excès ou à l’insuffisance de certains produits chimiques dans l’eau).

- Le goitre (manque d’iode), - La fluorose (excès de fluor) - La carie dentaire (insuffisance de fluor)

c) L’eau peut servir de gite à des arthropodes vecteurs ou à certains parasites dans la transmission des maladies telles que le paludisme, la fièvre jaune, la filariose, schistosomiase,…

H. REGLES DE L’HYGIENE DE L’EAU Les mesures à respecter pour l’eau potable sont

1° s’approvisionner à un point d’eau sûr.

2° Traiter les eaux de boisson par l’ébullition et en utilisant les produits chimiques (pur. uzima, aquatabs, ...).

3° Collecter l’eau dans les récipients propres et bien couverts (fermés).

4° Transporter et stocker l’eau dans les récipients propres et bien couverts (fermés).

5° Eviter aux enfants de plonger les mains dans les récipients de stockage de l’eau.

6° Nettoyer régulièrement les récipients de stockage d’eau avant de le remplir de nouveau.

I. AMENAGEMENT DES POINTS D’EAU Plusieurs techniques de construction des points d’eaux sont utilisées actuellement dans différentes parties du monde. Parmi ces techniques, nous citons en guise d’exemple : la collecte des eaux de pluie, le captage des sources souterraines, la construction des adductions gravitaires, l’aménagement des puits et des forages. 4 8

2. LES MATIERES USEES

Les matières usées sont les déchets. On distingue les déchets solides et les déchets liquides.

3. Collecte et élimination des déchets solides

1. Définition des concepts

a) Déchet: résidu de l’emploie de matière solide qui peut être putrescible ou non putrescible.

b) Débris ou déchets solides non putrescibles.

c) Ordure ménagère: toute matière putrescible d’origine animale ou végétale résultant de la manipulation, de la préparation ou de la consommation des aliments domestiques.

d) Fumier: excréta des animaux domestiques.

e) Décombres ou gravats: déchets provenant de la démolition des maisons.

2. Sources de déchets

a) Les ménages : diverses activités du ménage comme la préparation. La consommation des aliments, les balayages et les nettoyages sont des sources des déchets.

b) La communauté: le déchet d’une communauté ont comme origine : les ménages, les hôtels et restaurants, les établissements tels que les écoles et les hôpitaux, les maisons de commerces et d’alimentations, les abris pour les bétails et les volailles.

3. Importance de la collecte et traitement des déchets solides. La collecte et l’élimination des déchets est nécessaire pour des raisons d’hygiène, d’esthétique et surtout de santé. En effet, les déchets attirent les mouches, les rats, ainsi que les chiens et se purifiant dégager des odeurs. En outre, s’ils sont contaminés, ils peuvent renfermer les germes pathogènes et les parasites. Certains types des déchets par exemple les boites de conserve peuvent recueillir l’eau de pluie et devenir une gite pour les moustiques. Les cendres et les poussières agitées par le vent deviennent de nuisance et des sources de pollution atmosphérique.

4. Activité de gestion des déchets solides La gestion des déchets solides recouvre trois types d’activités :

a) Le stockage des déchets à la source (conditionnement sur le lieu): Il se fait dans une poubelle contrôlée. Cette poubelle peut être des cartons, des fus, sac en plastique, un tas installé au coin de la maison. Pour lutter contre les insectes vecteurs, il est essentiellement utilisé pour la conservation solide soit muni d’un couvercle et nettoyé ou désinfecté régulièrement.

b) Enlèvement des déchets: Il consiste principalement dans leur ramassage puis leur transport depuis l’endroit où ils sont entreposés, jusqu’à celui où ils sont éliminés. Les véhicules d’enlèvement sont souvent variés charrettes, tracteurs, véhicule en moteur, véhicule camion chargeur, L’enlèvement des déchets solides doit avoir lieu au moins trois fois par semaine et si possible tous les jours. En outre, il faut régulièrement nettoyer les installations de stockage et les matériels d’enlèvement pour éliminer les résidus des graisses et de la boue. Le lieu d’enlèvement des déchets doit être fixé par la municipalité et on parle des dépotoirs publics.

c) Elimination des déchets L’élimination des déchets solides s’effectue par l’ensemble de méthodes dont les désavantages sont minimes du point de vue santé et hygiène. Ce sont :

1. Décharge contrôlé ou enfouissement sanitaire Elle consiste à verser les déchets sur le sol, dans les conditions et aux endroits stipulés par la réglementation, puis à les tasser avant de les recouvrir d’une couche compact de terre d’au moins 15cm d’épaisseur pour rendre leur accès impossible aux insectes et aux rats ou aux rongeurs.

2. Incinération C’est avant tout un procédé urbain d’élimination finale des déchets. Pour sa réalisation, il est important de faire le triage afin de dissocier les déchets combustibles et non combustibles. Quand cette condition est réunie, il peut être considéré comme un procédé excellent de traitement des immondices. Au point de vie sanitaire, c’est une méthode satisfaisante. Cependant elle présente quelques inconvénients

- Le triage est nécessaire et obligatoire - Elle nécessite la construction d’un incinérateur qui demande un investissement sérieux et dont le coût d’exploitation est souvent élevé. Elle peut présenter un danger de pollution atmosphérique si les appareils de poussièrage ne sont pas installés ;

- La méthode ne suffit pas en elle-même, car il faut de toute façon évacuer les résultats de construction

3. Le compostage Le compostage consiste dans la transformation par voie biologique des substances putrescibles contenues dans les déchets solides en un fumier organique appelé composte.

4. Déchets solides provenant de notre communauté et leur type d’élimination

DECHETS

METHODES D’ELIMINATION

RAISON

Bouteille en verre

Enfouissement sanitaire

Ne peuvent être ni brûlés ni composés. Ce verre brisé est dangereux

Matière végétale (tiges, bois, feuilles)

compostage

Fermement et fournissent un excellent engrais

Boite de conserve

Enfouissement sanitaire

Ne brûlent pas mais on peut les aplanir et les enterrer si elles ne servent à rien d’autres (comme récipient par exemple)

Papier, chiffon et autres matières comestibles

incinération

Certains matériaux peuvent demander beaucoup de temps pour pourrir et il vaut mieux les brûler. Cependant, les matières en plastic émettent souvent de fumés dangereux et il vaut mieux les enterrer


4. EVACUATION DES EXCRETA Le terme « excréta » inclut les urines et les matières fécales. A) Objectif principal de l’évacuation des excrétas

L’évacuation des excréta a pour objectif de réduire la transmission des maladies dues à la contamination de l’environnement par les matières fécales et par la prolifération des insectes vecteurs. En effet, une bonne évacuation des excréta humains permet d’éliminer certaines maladies telles que les choIéra, les dysenteries, les fièvres typhoïdes et paratyphoïdes, les diarrhées infantiles, l’ankylostomiase l’ascaridiase, les schistosomiases, et autres infections intestinales ou d’en diminuer la fréquence.

B) RISQUES SANITAIRES LIES AUX EXCRETA De nombreuses maladies infectieuses sont transmises par les excréta humains. Les agents pathogènes passent du corps dans les excréta d’un individu infectant et contaminent un ou plusieurs individus sains. Les urines sont moins dangereuses que les matières fécales sauf dans les cas de présence de la fièvre typhoïde et des paras typhoïdes et de leptospirose. On distingue cinq catégories de voies de transmission de pathogène liées aux excréta, il s’agit

1) La transmission féco-orale

2) Les helminthes (vers) transmis par le sol

3) Les helminthes basés dans l’eau

4) Les ténias de bœuf et de porc

5) Les maladies liées aux excréta et transmises par les insectes vecteurs exemple le paludisme

C) Cycle de transmission de la maladie par les excrétas les sels faites ou jetés en plein air, contaminent l’eau de source, de rouissons, de rivières, des puits ou d’arrosage des légumes ou encore l’eau de préparation des aliments par le ruissellement ou par la poussière. L’homme sait qui boit une telle eau ou qui mange ses aliments souillés par cette eau contaminée.

Ce cycle de transmission est applicable à toutes les maladies des mains sales appelés aussi « maladies du péril fécal ».

D) Technique d’élimination des excrétas

il est conseillé d’éliminer les excréta dans une latrine hygiénique

Installation des latrines: II est souhaitable que les latrines soient installées les plus loin possible ces puits d’eau La distance minimale recommandée entre une latrine et la source d’eau potable est de 15cm sur un terrain en pente. Le dimensionnement d’une fosse de latrine se fait en général en fonction de nombre d’usagé et de la durée souhaitée En effet, une latrine doit être installée à 2m de l’habitation et de la nappe souterraine. Lorsque le niveau de la nappe est haut, on agit sur l’ouverture de la fosse pour obtenir le volume souhaité.

Utilisation et entretien des latrines

D’une manière générale, une latrine devra être utilisé par 25 personnes selon le cas. En effet, les latrines sont correctement utilisées et entretenues lorsque : - Elles sont correctement utilisées par tous les membres du ménage. - Les sels et les urines sont faits dans la fosse. - Elles sont régulièrement nettoyées à l’eau et désinfectées par la cendre ou par les produits chimiques comme la créoline - La fosse est couverte au moyen d’un couvercle au moment où la latrine n’est pas utilisée. - Les usagers ont constamment à leurs dispositions de l’eau et du savon ou du papier hygiénique pour se nettoyer. - Si la fosse est pleine, elle est vidangée ou remplacée par une nouvelle fosse Outre cela, les matériels utilisés pendant l’entretien des latrines sont le savon, l’eau, un récipient, les gants, le ballet ou la raclette, ... elle devra avoir aussi une toiture avec tôle, un mur et une porte.

Type des latrines Il existe plusieurs types des latrines, mais généralement, il y a le système n’utilisant pas d’eau et le système utilisant l’eau. Le type des latrines les plus rependues dans le monde sont les fosses arabes et la fosse septique. La durée de vie conseillée d’une latrine à fosse simple (fosse arabe) non vidablengeable est de 5 à 10 ans et celle d’une latrine vidangeable est d’au moins 2 ans.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Cours de medecine sociale iconFaculté de médecine d’Oran Département de médecine dentaire Module...
«science» vient du latin, «scientia» («connaissance»), lui-même du verbe «scire» («savoir»)

Cours de medecine sociale iconCours essca 2013 de Psychologie Sociale
«Manuel visuel de Psychologie Sociale» (2010), disponible dans la mediathèque (Dawsonera)

Cours de medecine sociale iconCours essca 2013 de Psychologie Sociale
«Manuel visuel de Psychologie Sociale» (2010), disponible dans la mediathèque (Dawsonera)

Cours de medecine sociale iconCours essca 2014 de Psychologie Sociale
«Manuel visuel de Psychologie Sociale» (2010), disponible dans la mediathèque (Dawsonera)

Cours de medecine sociale iconCours essca 2014 de Psychologie Sociale
«Manuel visuel de Psychologie Sociale» (2010), disponible dans la mediathèque (Dawsonera)

Cours de medecine sociale iconCours La reproduction sociale (M1)
«reproduction sociale». IL est désormais ressenti comme synonyme de déterminisme, de fatalité, de destin. IL est devenu un thème...

Cours de medecine sociale iconI. Qu’est-ce que la sécurité sociale ? La sécurité sociale, c’est...
«Toute personne en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale»

Cours de medecine sociale iconCours de Médecine

Cours de medecine sociale iconEtablissement n° 1
«cours du soir» était exclusivement un instrument de formation pour adultes actifs : IL leur permettait une «promotion sociale»

Cours de medecine sociale iconCours essca 2015-16 de Psychologie Sociale
«liasse» de documents distribuée par l’essca vous est donnée sous forme électronique








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com