Résumé Dans ce projet pédagogique, les élèves sont amenés à se comporter comme des scientifiques auxquels on a demandé d’écrire un article sur la question de la vie extraterrestre. Cet article est destiné au








télécharger 124.24 Kb.
titreRésumé Dans ce projet pédagogique, les élèves sont amenés à se comporter comme des scientifiques auxquels on a demandé d’écrire un article sur la question de la vie extraterrestre. Cet article est destiné au
page3/4
date de publication22.01.2018
taille124.24 Kb.
typeRésumé
b.21-bal.com > documents > Résumé
1   2   3   4

T est la durée passée à chercher des transmissions interstellaires, en années

Bien sûr, à l’époque où cette équation a été formulée, personne n’avait la certitude que d’autres étoiles possédaient un système planétaire. Il a fallu attendre 1995 pour que les scientifiques en aient la preuve, et depuis, de nombreuses exoplanètes (des planètes gravitant autour d’une autre étoile que le Soleil) ont été détectées.

La conférence de Green Bank a donné une réelle impulsion à la recherche d’une intelligence extraterrestre, et des projets variés ont été lancés dans le cadre du programme SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence).L’un de ces projets, appelé SETI@home, a démarré en 1999. Il s’agit d’un projet de calcul distribué, basé sur la mise en réseau d’ordinateurs personnels. N’importe qui peut y prendre part en téléchargeant le logiciel correspondant et en permettant au programme de lancer un processus d’arrière-plan qui exploite la puissance inutilisée de son ordinateur. Avec plus de 5,2 millions de participants depuis son lancement, ce projet de calcul distribué est celui qui a recueilli le plus de participants jusqu'ici.

Actuellement, tout autour du monde, des astronomes enregistrent les ondes radio provenant de l’espace dans l’espoir de découvrir des « messages d’un autre monde ». Des scientifiques américains ont même construit des récepteurs capables d’enregistrer en même temps les signaux sur 8 millions de longueurs d’onde différentes. Autre tentative de communication : en 1974, le radiotélescope d’Arecibo a envoyé un message codé vers l’amas d’étoiles M13. Mais si le signal est reçu par des êtres intelligents, on ne peut pas espérer une réponse avant 50 000 ans…


Vous pourriez faire des recherches sur les exoplanètes actuellement recensées et combien d’entre elles présentent des caractéristiques propices à la vie


Article 3

Voyage dans un trou de ver

Spéculations sur les modes de transport possibles vers les étoiles

Voyage interstellaire

Au cours des siècles passés, des Objets Volants Non Identifiés (OVNI) auraient été observés à plusieurs reprises. Mais l’intérêt pour les ovnisn’a réellement débuté qu’en 1947, quand l’aviateur américain Kenneth Arnold signala qu’il avait vu un groupe de disques brillants au-dessus des Rocheuses de l’État de Washington. Il les décrivit « comme des soucoupes qui ricocheraient sur l'eau », et l’expression « soucoupe volante » s’introduisit rapidement dans l’imaginaire collectif. Depuis, il y a eu des milliers d’observations d’ovnisde par le monde. La plupart des cas ont été élucidés mais, pour l’instant, 23% n’ont pas reçu d’explications satisfaisantes.

Toutefois, les scientifiques sont très sceptiques sur l’existence des ovnis. Lorsqu’on a demandé au célèbre professeur Stephen Hawking s’il croyait que la Terre avait été visitée par des extraterrestres, il répondit : « Je ne pense pas que cela ait été le cas. Si une telle visite avait eu lieu,elleaurait été manifeste et évidente pour tous car assurément, elle aurait été très déplaisante. À quoi servirait-il que des aliens révèlent leur existence à seulement quelques illuminés ? »

D’autres scientifiques soulignent les difficultés considérables posées par le voyage sur de très longues distances. Un moyen de comprendre le problème est d’étudier la situation inverse, celle où les êtres humains envisagent de visiter une planète gravitant autour d’une étoile proche. La plus proche des étoiles, Proxima du Centaure, se situe à 4,3 années-lumière. Des fusées fonctionnant avec des carburants classiques mettraient 200 000 ans pour s’y rendre, et la quantité de carburant nécessaire serait incommensurable.

Cependant, rien n’interdit d’imaginer d’autres modes de transportpour voyager loin dans l’espace.

L’arche interstellaire

Comme les distances qui séparent les étoiles sont très grandes, les scientifiques s’accordent à penser qu’un voyage interstellaire prendrait plusieurs milliers d’années. Selon eux, la seule solution envisageable serait de construire une version spatiale de l’Arche de Noé, et d’ailleurs, ce mode de transport constituerait la solution la plus économique pour voyager sur de telles distances.


Vous pourriez rechercher les raisons de l’échec de Biosphère 2 (physique ? biologique ? psychologique ?)
À la fin des années 80, une expérience a été menée pour voir si des personnes pouvaient vivre dans un espace clos et confiné. Sous un dôme immense, Biosphère 2 (voir Figure 1) a été rempli de plantes et d’animaux. Huit scientifiques y furent isolés pendant deux ans. Les portes étaient hermétiquement étanches à l’air. L’idée initiale était de reproduire un écosystème autonome où tout était recyclé. Afin de voir s’il était possible d’utiliser une structure similaire pour un voyage d’une longue durée, toute la nourriture était produite en interne. L’expérience échoua partiellement, notamment concernant le recyclage de l’air. Mais il est possible de s’en inspirer pour imaginer une arche interstellaire. Elle aurait la taille d’une ville, transporterait des milliers de personnes, et utiliserait d’immenses réacteurs nucléaires. Jusqu’à ce qu’il atteigne une étoile, ce vaisseau constituerait l’unique domicile des êtres humains, des animaux et de tous leurs descendants pour des milliers d’années.

Figure 1
Plutôt que le vaisseau-génération décrit ci-dessus, une arche interstellaire pourrait aussi être un vaisseau-couchette où les voyageurs seraient cryoconservés. Pour l’instant, la cryoconservation et les autres formes de « sommeil froid » restent totalement spéculatives, puisqu’il demeure impossible d’inverser le processus de congélation.

La fuséeà propulsion photonique

Les fusées fonctionnant avec des carburants classiques sont irrémédiablement inadaptées pour un voyage au long cours. Bon nombre de recherches ont été menées pour étudier la faisabilité d’un moteur où les gaz émis par la combustion des carburants classiques seraient remplacés par un large flux de photons – en d’autres termes, un faisceau de lumière. La poussée produite serait très petite mais elle pourrait être maintenue indéfiniment, si bien qu’avec les années, les effets d’accélération s’accumuleraient jusqu’à ce que le véhicule approche la vitesse de la lumière.

Le vaisseau ferait 10 km de long, embarquerait de 300 à 500 personnes, et comporterait des réacteurs nucléaires. Sur le papier, un tel véhicule est possible, mais on est loin de disposer de la technologie pour le construire et le faire fonctionner.

Les trous de ver

Si un écrivain de science-fiction voulait écrire une histoire où les voyages interstellaires prenaient peu de temps, il pourrait consulter le physicien Kip Thorne pour savoir si cela est théoriquement possible. Thorne lui proposerait alors d’utiliser une propriété nommée pont d’Einstein-Rosen, ou, plus communément, « trou de ver ». Cet objet hypothétique, qui serait associé à un trou noir, formerait un raccourci dans l’espace-temps. Selon les lois de la physique, l’existence des trous de ver est possible mais ils devraient être faits de « matière exotique » : cette matière est constituée de particules très étranges qui ont des propriétés bizarres, comme par exemple une masse négative. Peut-être la matière exotique existe-t-elle mais on n’en a encore jamais trouvée. On ne sait pas non plus à quoi ressemblent les trous de ver. S’ils existent, voyager vers les étoiles pourrait être relativement simple et les voyages dans le temps seraient alors aussi possibles !


Les deux textes suivants parlent du programme SETI. Même s’ils ne sont pas très récents, je les trouve très intéressants car ils comportent des allégations qui font débat. En fait, ces textes constituent un bel exemple de controverse entre deux éminents scientifiques. Vous pourriez les résumer, sélectionner les affirmations les plus discutables, et chercher des arguments qui remettent en cause ces affirmations. Je pense que ce travail d’analyse argumentative vous aidera énormément pour rédiger un article profond et solide.


Article 4

Une critique des projets de recherche d’intelligence extraterrestre (programme SETI)

Ernst Mayr2, Professeur émérite de zoologie, Université Harvard, USA.

D’aprèsBioastronomy News, vol. 7, n°3, 1995.
La vie peut-elle apparaître ailleurs dans l’Univers ?

Même les personnes les plus sceptiques à propos du programme SETI répondront favorablement à cette question. Les molécules à l’origine de la vie, telles que les acides aminés et les acides nucléiques, sont présentes dans la poussière interstellaire tout comme d’autres macromolécules. Il est donc fort probable que la vie puisse apparaître ailleurs dans l’Univers.

Certains des scénarios modernes qui décrivent l’apparition de la vie démarrent même avec des molécules plus simples, ce qui rend l’éclosion de la vie encore plus probable. Mais un tel mécanisme aboutirait vraisemblablement à des êtres radicalement différents de ceux qui existent sur Terre.

Où peut-on espérer trouver la vie ?

Évidemment, seulement sur les planètes. Jusqu’à présent, nous n’avons la preuve de l’existence que des planètes de notre système solaire, mais il n’y a pas de raison de douter qu’il existe des millions, sinon des milliards d’autres planètes. Leur nombre exact, même dans notre propre galaxie, est impossible à estimer.

Combien de planètes pourraient héberger la vie ?

De façon évidente, il y a des contraintes assez strictes pour que la vie apparaisse et se maintienne sur une planète. Par exemple : la température moyenne doit y être propice ; les variations saisonnières ne doivent pas être trop excessives ; la planète doit se situer à une distance appropriée de son soleil ; la masse de la planète doit être suffisante pour que la gravité retienne une atmosphère ; cette atmosphère doit avoir la bonne composition chimique pour favoriser les formes de vie qui apparaîtraient ; elle doit aussi être suffisamment opaque aux rayonnements ultraviolets et aux autres rayonnements nocifs.

Dans notre système solaire, la bonne combinaison de ces conditions n’a été satisfaite que sur une seule des planètes. Assurément, cen’était qu’une question de chance.Difficile de dire combien de planètes, dans les autres systèmes solaires, bénéficient d’une tellecombinaison gagnante : une sur dix ?une sur cent ? une sur un million ? La réponse est forcément subjective car l’extrapolation d’un résultat à partir d’un seul exemple est impossible. Et pourtant, cette réponse est d’une importance toute singulière en regard du nombre limité de planètes concernées par les projets SETI.

Combien de planètes pourraient héberger une forme de vie intelligente ?

La vie est apparue sur la Terre il y a environ 3,8 milliards d’années mais les formes de vie intelligentes ne se sont développées qu’il y a environ 500 000 ans. Si la Terre s’était provisoirement refroidie ou réchauffée au cours de ces 3,8 milliards d’années, les espèces intelligentes ne seraient pas apparues.

Pendant les 2 premiers milliards d’années où la vie existait sur Terre, seules des bactéries très simples, sans noyau cellulaire, étaient présentes. Il y a environ 1,8 milliard d’années, les premières cellules avec un noyau organisé se sont formées. Ces organismes se sont alors peu à peu complexifiés pour former les champignons, les plantes et les animaux. Aucun des champignons et des plantes n’a évolué vers une forme de vie intelligente, quant aux animaux, ils se sont divisés en 60 à 80 lignées. Celle des vertébrés a conduit à l’apparition de l’intelligence animale. Et parmi les vertébrés, seuls les mammifères ont acquis une forme plus élevée d’intelligence. Les cerveaux des hominidés ont commencé à évoluer il y a moins de 3 millions d’années, et l’Homo sapiens – l’être humain moderne – n’est apparu qu’il y a 300 000 ans environ. Ce résumé condensé de l’histoire de l’évolution montre que la probabilité pour que la vie aboutisse à une forme élevée d’intelligence est extrêmement faible.

Pourquoi l’intelligence est-elle si rare ?

Les évolutionsfavorisées par les processus de sélection naturelle, comme l’apparition des yeux ou la bioluminescence, se sont produites à différentes reprises, de manière indépendante, dans différentes catégories d’êtres vivants. Mais l’apparition d’une forme élevée d’intelligence ne s’est produite qu’une seule fois : chez les êtres humains. Je ne vois que deux explications possibles à cette singularité.

L’une de ces explications, c’est de dire que la sélection naturelle ne favorise pas la caractéristique « intelligence » : ça peut sembler paradoxal, et pourtant, tous les autres êtres vivants, des millions d’espèces, se portent très bien sans être particulièrement intelligentes.

L’autre explication consiste à affirmer qu’il s’agit d’une caractéristique extraordinairement difficile à acquérir. Tout d’abord, l’intelligence n’est présente que chez les animaux à sang chaud (les oiseaux et les mammifères), ce qui n’est pas surprenant vue la quantité d’énergie considérable dont les cerveaux ont besoin. Mais cette condition biologique ne suffit pas. Il y a environ 5 millions d’années, la lignée des hominidés s’est séparée de celle des chimpanzés, et pourtant, l’énorme cerveau de l’homme moderne n’est apparu qu’il y a 300 000 ans. Comme Stanley l’a suggéré en 1992, il a fallu que la vie dans les arbres soit abandonnée et que la bipédie soit adoptée pour que les mères puissent porter leurs bébés durant la phase finale de leur développement cognitif. Un gros cerveau, permettant une intelligence élevée, n’est apparu que chez 6% des hominidés. Tout ceci montre que pour produire une espèce vivante dotée d’une forme d’intelligence élevée, une complexe combinaison de circonstances favorables est nécessaire (Mayr, 1994).

Quel degré d’intelligence est nécessaire pour fonder une civilisation ?

Comme mentionné précédemment, des formes d’intelligence rudimentaire sont présentes chez les oiseaux (corbeaux, perroquets) et chez les mammifères (carnivores, marsouins, singes…), mais aucune n’a permis de fonder une civilisation.

Une civilisation est-elle forcément capable d’envoyer et de recevoir des signaux dans l’espace ?

La réponse n’est en aucun cas évidente. Même sur la Terre, de nombreux groupes d’animaux sont spécialisés pour réagir à des stimuli olfactifs ou chimiques et ne sont pas sensibles aux signaux électroniques. Bien entendu, ni les plantes ni les champignons ne sont capables de recevoir des signaux électroniques. Et s’il existe des organismes plus complexes que des plantes sur une planète, il est très peu probable qu’ils aient développé les mêmes organes sensoriels que les nôtres.

Pendant combien de temps une civilisation est-elle capable de recevoir des signaux ?

Toutes les civilisations ne durent qu’un temps. Je vais tenter de souligner l’importance de ce point en racontant une petite histoire. Supposons qu’il existe des êtres réellement intelligents sur une autre planète de notre galaxie. Il y a un milliard d’années, les astronomes de cette planète ont découvert la Terre et sont arrivés à la conclusion que cette planète présentait les bonnes conditions pour héberger une forme de vie intelligente. Pour le vérifier, ils ont envoyé des ondes radio vers la Terre pendant un milliard d’années sans jamais recevoir de réponse. Finalement, au cours de l’année 1800 (de notre calendrier), ils décidèrent qu’ils cesseraient d’envoyer des signaux cent ans plus tard. En 1900, comme aucune réponse n’avait été reçue, ils en conclurent qu’il n’y avait pas de vie intelligente sur la Terre.

Cette histoire montre que, même s’il existait des milliers de civilisations dans l’Univers, la probabilité pour que l’on puisse échanger avec l’une d’elle serait extrêmement faible en raison de la courte durée de la « fenêtre de tir ». Or, les projets SETI sont très limités et ne concernent qu’une partie de notre galaxie.
1   2   3   4

similaire:

Résumé Dans ce projet pédagogique, les élèves sont amenés à se comporter comme des scientifiques auxquels on a demandé d’écrire un article sur la question de la vie extraterrestre. Cet article est destiné au iconRésumé Dans ce projet pédagogique, les élèves jouent le rôle de scientifiques...

Résumé Dans ce projet pédagogique, les élèves sont amenés à se comporter comme des scientifiques auxquels on a demandé d’écrire un article sur la question de la vie extraterrestre. Cet article est destiné au iconRésumé : Dans cet article, nous introduisons la technique des réseaux...

Résumé Dans ce projet pédagogique, les élèves sont amenés à se comporter comme des scientifiques auxquels on a demandé d’écrire un article sur la question de la vie extraterrestre. Cet article est destiné au iconRésumé Cet article a pour objectif de faire connaitre les nouvelles...
...

Résumé Dans ce projet pédagogique, les élèves sont amenés à se comporter comme des scientifiques auxquels on a demandé d’écrire un article sur la question de la vie extraterrestre. Cet article est destiné au iconL'eau et la vie  Cet article aurait bien pu s’intituler...

Résumé Dans ce projet pédagogique, les élèves sont amenés à se comporter comme des scientifiques auxquels on a demandé d’écrire un article sur la question de la vie extraterrestre. Cet article est destiné au iconArticle 2 : Prestations concernées
«tiers payant» objet de la présente convention, le patient choisira une clinique parmi celles figurant sur la liste des cliniques...

Résumé Dans ce projet pédagogique, les élèves sont amenés à se comporter comme des scientifiques auxquels on a demandé d’écrire un article sur la question de la vie extraterrestre. Cet article est destiné au iconRésumé Partant du constat de risque d’effondrement de notre civilisation...
«On ne peut pas résoudre un problème avec le même type de pensée que celle qui l’a créé.»

Résumé Dans ce projet pédagogique, les élèves sont amenés à se comporter comme des scientifiques auxquels on a demandé d’écrire un article sur la question de la vie extraterrestre. Cet article est destiné au iconCellule marchés publics
«Random Access», c’est-à-dire permettre le chargement en continu des échantillons et des réactifs, sachant qu’il est demandé dans...

Résumé Dans ce projet pédagogique, les élèves sont amenés à se comporter comme des scientifiques auxquels on a demandé d’écrire un article sur la question de la vie extraterrestre. Cet article est destiné au iconDéfinition du rôle propre de l'infirmier
«Dans ce cadre, l'infirmier a compétence pour prendre les initiatives et accomplir les soins qu'il juge nécessaire conformément aux...

Résumé Dans ce projet pédagogique, les élèves sont amenés à se comporter comme des scientifiques auxquels on a demandé d’écrire un article sur la question de la vie extraterrestre. Cet article est destiné au iconRésumé Cet article propose une tentative d'«archéologie»
«action située» originelle, le courant de l' «apprentissage situé» et celui de la «cognition distribuée»

Résumé Dans ce projet pédagogique, les élèves sont amenés à se comporter comme des scientifiques auxquels on a demandé d’écrire un article sur la question de la vie extraterrestre. Cet article est destiné au iconRésumé. Nous présentons la réponse que Leibniz a donnée à la
«la vie est l’ensemble des forces qui résistent à la mort» (Recherches physiologiques sur la vie et la mort, Paris, 1801). La controverse...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com