Amelioration des variétés de Tournesol population








télécharger 61.34 Kb.
titreAmelioration des variétés de Tournesol population
date de publication06.12.2016
taille61.34 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > documents > Documentos


AMELIORATION des variétés de Tournesol POPULATION
François Delmond

Octobre 2003 pour Biodynamis



Suite de l’article sur les hybrides F1 (Biodynamis n°43, juin 2003) et de celui sur le Tournesol (Biodynamis n°36, déc. 2001).

Cet article ne tient que pour une faible part à mon expérience personnelle (je ne produits que de la semence de tournesol décoratif). Je ne prétends donc pas détenir une quelconque vérité. Je tente seulement de présenter des hypothèses, des interrogations et des pistes de travail qui pourront d’ailleurs être utiles pour l’amélioration d’autres plantes.
En 30 ans, les variétés de tournesol hybrides F1, à stérilité mâle cytoplasmique*, ont totalement remplacé les variétés populations cultivées jusqu’alors. Ces variétés ont permis de nettes augmentations de rendements, mais en contre partie, le paysan bio a dû en payer le prix :

  • dépendance à 100% des semenciers conventionnels et en particulier de ceux qui cherchent par tous les moyens à nous imposer les OGM, le Gaucho, etc.

  • dépendance économique car les semenciers sont en situation de quasi-monopole et peuvent fixer les prix des semences qu’ils veulent. Seule la concurrence entre eux freine l’envolée des prix. Coût de la semence bio: 92€/ha soit environ 15% de la récolte.

  • dépendance pour le choix des variétés qui sont toutes sélectionnées par des conventionnels, en conditions conventionnelles, pour des conventionnels (une année ou deux de multiplication en bio n’y change pas grand chose). Cette dépendance est inacceptable quand on réfléchit à l’énorme importance qu’a le choix de la variété pour la conduite de la culture et la qualité du produit récolté (tourteau + huile).

  • Impossibilité pour l’agriculteur qui le souhaite d’adapter la variété à son domaine, à sa région, à ses pratiques culturales ou à des conditions particulières d’utilisation telles que : extraction à la ferme en conditions artisanales, utilisation sur la ferme du tourteau, utilisation comme plante fourragère, comme plante mellifère.

  • Il n’existe pratiquement plus aucune variété population (non hybride) sur les fermes en France en dehors des variétés décoratives (en maïs, il en existe encore quelques unes). A ce propos, si quelqu’un en possède une, nous serions très heureux d’en recevoir un échantillon ( 20 g environ ) accompagné d’un descriptif (origine, caractéristiques, etc.).


Pour sortir, avant qu’il ne soit trop tard, de cette situation insupportable pour de très nombreux paysans bio, il faut revenir à des variétés populations stables. Mais ce n’est pas si simple car, contrairement au maïs, les fleurs du tournesol sont hermaphrodites, comme chez la plupart des plantes, c’est-à-dire à la fois mâle (étamine+pollen) et femelle (ovaire+ovule). Il y a donc impossibilité de castrer une lignée (en enlevant les étamines) pour la rendre « femelle » et pouvoir ensuite la polliniser soi-même avec une autre lignée soigneusement choisie. Chez le maïs, on peut facilement effectuer un tel croisement à l’échelle du champs entier ou de quelques plants en coupant l’inflorescence mâle sur la lignée « femelle ». Chez le tournesol, la pollinisation manuelle ne peut se faire que sur quelques fleurs de quelques plantes et elle est délicate et laborieuse.
Par contre, cet inconvénient est en partie compensé par quelques avantages :

  • le tournesol est une plante cultivée pour sa graine. Donc les techniques de culture pour la graine et pour la semence sont les mêmes.

  • C’est une plante annuelle : donc possibilité d’amélioration rapide si on sème la population choisie chaque année. Il serait intéressant d'étudier dans quelle mesure la population s'améliore déjà par le seul fait de semer chaque année la semence (principe masculin) dans la terre (principe féminin) qui a reçu les préparations biodynamiques et qui est ainsi vivifiée et rendue plus sensible aux influences du cosmos.

  • Il faut peu de semences pour ensemencer 1 ha : environ 2 kg soit la semence récoltée sur une cinquantaine de plantes seulement. Les échanges de semences entre agriculteurs, même éloignés, en sont grandement facilités. Un agriculteur peut facilement produire la semence pour lui-même (ce qui est autorisé) et pour ses collègues (ce qui est interdit, mais il n’y a pas trop de contrôleurs dans les champs).

  • La semence de tournesol quand elle est de bonne qualité et conservée dans de bonnes conditions a une bonne longévité : en gros, 5 à 10 ans. Il est donc facile de conserver durablement la semence de lignées ou de populations. Ce qui permet aussi à celui qui dispose d’une bonne population de ne pas avoir à produire de semence chaque année : le travail de sélection conservatrice + multiplication peut n’être fait que tous les 3-4 ans, une fois la population suffisamment améliorée. Il n'est pas souhaitable de multiplier moins souvent si l'on veut que la population continue à s'adapter aux changements continuels des conditions de milieu, surtout à notre époque (variations climatiques, pollutions chimiques de l'air et de l'eau, pollutions électromagnétiques et radioactives, etc.)

  • La dose de semence pour un hectare est faible : il y a donc possibilité de stocker facilement la semence pour plusieurs campagnes. A condition que les rongeurs qui l’adorent n’y aient pas accès.



La biologie du tournesol



La biologie de la plante a été présentée dans un précédent article mais nous pouvons revenir sur quelques points intéressants à connaître pour le bio-dynamiste:

  • Le développement de la plante est particulièrement rapide et précoce. Les 40 jours qui suivent la levée correspondent à la phase d’enracinement. Les racines peuvent très vite descendre à 1,50 m de profondeur puis jusqu’à 5 m (sol sableux). D’où nécessité d’un décompactage du sol en profondeur à la fin de l’été précédent pour casser toute semelle de labour. Nécessité aussi de favoriser l’enracinement par pulvérisation de la bouse de corne lors de la préparation du sol (automne + printemps) et lors du semis. La plante résistera bien mieux à la sécheresse estivale.

  • Le semis n’étant pas trop précoce, cela laisse le temps de faire un engrais vert en automne-hiver car le tournesol est une plante gourmande. Le paysan aura largement le temps de le broyer puis de l'enterrer en surface (+ compost de bouse Maria Thun ou 500 préparé). Il aura aussi le temps, en année normale, de faire un ou deux faux semis.

  • La graine est grosse et germe facilement. Le semis n’est donc pas très délicat. Attention cependant aux oiseaux et rongeurs pendant la germination, aux limaces et taupins en début de culture.

  • Pendant les 40 premiers jours après la levée, la partie aérienne se développe peu mais l’ébauche des feuilles se fait dans le 7ème jour après la levée et l’ébauche des fleurs dès le 18ème jour, autrement dit la taille des fleurs et leur alimentation par les feuilles se met en place très tôt. Donc :

      • La 1ère pulvérisation de silice de corne doit se faire tôt pour favoriser le développement ultérieur des feuilles et de l’inflorescence (le nombre de feuilles est proportionnel à la vitesse de croissance).

      • Il est probablement intéressant de pulvériser la préparation valériane + fientes de poules ou mieux de pigeon pour soutenir la floraison et la maturation des graines : une pulvérisation sur jeune plante de 15-20 cm de haut + une pulvérisation en début de formation du bouton floral. Cette pulvérisation a en outre un effet réchauffant et desséchant en période froide et humide.

  • Les caractéristiques des feuilles permettent d’identifier les variétés.

  • Il faut voir le capitule comme un épi aplati dont les grains des cercles extérieurs correspondent au pôle terrestre de l’inflorescence. Ils sont mieux nourris par le tissu sous-jacent et sont plus riches en huile et plus mûrs. Vers le centre (= pôle cosmique), les fleurs sont plus petites mais plus riches en protéines, car plus jeunes ou moins mûres. Elles sont souvent moins bien nourries car se sont les dernières à fleurir et fructifier. Les fleurs en ligules de la périphérie (les grands pétales jaunes) sont généralement stériles. On n’obtiendra certainement pas le même résultat, si, année après année, on récolte les fleurs de la périphérie ou les fleurs du centre. Les grains de la périphérie donnent plus d'huile et celles du centre sont plus intéressantes pour nourrir les animaux.

  • La plante est à dominante allogame, signe d’ouverture à l’environnement : la pollinisation croisée améliore le rendement en grain et la teneur en huile. Le taux d’auto-incompatibilité (système empêchant l’autofécondation) est élevé et varie selon les populations de 10 à 90 %. L’autofécondation forcée donne donc moins de graines.

  • Le grain de pollen est gros et donc peu disséminé par le vent (quelques mètres). La pollinisation croisée est avant tout assurée par les insectes : en général, 90% par l’abeille domestique et 10% par les bourdons. Il faut donc installer des ruches à proximité des parcelles en fleur. Les abeilles viennent surtout récolter le nectar. 2 ruches par ha suffisent ; pour les grandes surfaces les ruches ne doivent par être regroupées mais dispersées car plus la distance entre la ruche et les fleurs est petite, plus l’efficacité des abeilles est grande. Les abeilles sont sensibles aux différences entre variétés et ont leur préférées. Sur un capitule, les auto-pollens et les allopollens sont mélangés. Mais les allopollens germent plus vite et assurent l’essentiel de la pollinisation. Sous voile, un capitule de tournesol a donné (autofécondation) 20% de graines pleines en l’absence d’abeilles et 80% de graines pleines en présence d’abeilles et ces graines étaient plus riches en huile.

  • Ce n'est pas parce que le pollen voyage peu par lui même qu'il ne voyage pas: les abeilles s'en chargent! Aussi la distance d'isolement entre votre parcelle et les champs d'hybrides des voisins ne devrait pas être inférieure à 1 km, plus si c'est possible. Diminuer la distance si vous avez suffisamment d'abeilles tout près de votre champ ou si les autres parcelles sont sous le vent dominant de votre champ. Les échanges de pollen se font généralement dans les ruches entre les abeilles revenant de butiner des parcelles différentes. Augmenter la distance si votre population est très différente de ce qui se cultive dans votre région ou très rare et très intéressante.



Schéma d’amélioration du Tournesol



Dans tout travail d’amélioration il faut distinguer plusieurs tâches qui peuvent se succéder ou se superposer.

  1. Acquisition et approfondissement des connaissances sur la plante,

  2. Définition des objectifs d’amélioration,

  3. Acquisition de variabilité : il s’agit de disposer de populations (individus, lignées, populations, variétés hybrides) suffisamment nombreuses et différentes pour pouvoir y opérer un certain choix. On peut combiner la variabilité disponible en effectuant des mélanges en proportion diverses ou des croisements.

  4. La sélection proprement dite qui consiste à faire des choix dans les populations disponibles ou obtenues par mélange ou croisement, en fonction des objectifs de sélection. On peut soit éliminer des individus indésirables, soit choisir comme reproducteurs les individus les plus méritants, soit les deux, de façon à rendre les populations plus homogènes en augmentant la proportion d’individus correspondant aux objectifs, tout en gardant une certaine hétérogénéité qui permettra ultérieurement à la population d’évoluer ou de s’adapter à de nouvelles conditions du milieu.



  1. Approfondissement des connaissances sur la plante


Le plus souvent, le lien entre le paysan et le tournesol est assez superficiel ; même s’il met beaucoup de passion et d’amour dans son travail, il reste dans une relation de domination vis à vis de la plante qui doit lui obéir : « je veux une variété de tournesol à une seule fleur, précoce et à forte teneur en huile ». Il impose ses choix à la plante sans se préoccuper de savoir s’ils sont compatibles avec les possibilités de la plante. La plante est plus ou moins considérée comme une machine perfectionnée dont il voudrait bien changer quelques pièces ou le fonctionnement de certaines d’entre elles.

Mais le tournesol est aussi un être vivant. Quelle attitude choisir pour le respecter totalement ? Pour lui donner la possibilité de s’exprimer pleinement, librement ? d’évoluer ? N’oublions pas qu’un être vivant forme un tout cohérent jusque dans les plus infimes détails, dont chaque partie, chaque fonction est en constante relation avec toutes les autres.

Le paysan peut faire un grand pas s'il observe avec intérêt la vie du tournesol, et tente de découvrir les lois auxquelles il est soumis dans sa croissance et son développement, et ses besoins, ses préférences, et aussi ses possibilités cachées. Comme chez l’enfant, ses capacités ne se révèleront que si on ne les étouffe pas.

Pour cela, le paysan peut semer des variétés très différentes : des précoces et des tardives, des grandes et des petites, des sauvages et des cultivées, des hybrides et des non hybrides, des variétés décoratives et des variétés sélectionnées pour leur huile, etc. Il peut, en outre, cultiver ces variétés dans des conditions différentes et en comparant : en semant tôt au printemps ou plus tard, près de l’été ; à l’ombre ou au soleil ; en terre riche et humide ou pauvre et sèche ; en haut d’une butte ; seules ou en association avec d’autres plantes, etc. Par une observation régulière, il se familiarisera avec le tournesol, apprendra à connaître sa nature profonde, comprendra les particularités propres à cette espèce. Peu à peu, un lien authentique se tissera entre le paysan et cette plante. Il renoncera progressivement à son attitude dominatrice, généralement inconsciente, et la remplacera par une écoute attentive et consciente. Une véritable collaboration naîtra entre l’homme et la plante, chacun pouvant donner et recevoir. Nos ancêtres, lorsqu’ils ont domestiqué les plantes sauvages, n’ont pas procédé autrement.

Il est possible de franchir un pas supplémentaire. A notre époque, nous croyons que le tournesol pousse tout seul. Oui, il s’agit bien d’une croyance et nous pensons que nous sommes objectifs, neutres, bref scientifiques. Pourtant il n’en a pas toujours été ainsi, loin de là : la plupart des paysans, sous toutes les latitudes et à toutes les époques ont eu la conviction que ces miracles quotidiens que sont la germination, la croissance, la floraison puis la fructification d’une plante ne se produisent pas tout seul et sont, en fait, le résultat du travail incessant d’être invisibles actifs tout au long de la vie de la plante : les êtres élémentaires. D’autres ont su qu’au dessus de ces travailleurs infatigables et désintéressés, il existe des êtres plus évolués dont chacun est responsable de la vie de toutes les plantes d’une même espèce : certains les nomment dévas, d’autres âme-groupe. Autrefois les paysans percevaient ces êtres ou du moins leur activité et s’y reliaient. Cette faculté naturelle a maintenant disparu mais elle peut être exercée consciemment. R. Steiner a consacré de nombreuses conférences à ces êtres et à la voie à suivre pour les percevoir à nouveau. Certains comme U. Burckhardt, M. Pogacnik ont suivi avec persévérance cette voie et ont raconté leurs expériences dans des articles ou des livres. On pourra aussi relire "les Jardins de Findhorn", récemment réédité, qui raconte comment des jardiniers anglais ont collaboré avec ces êtres invisibles.

De ces témoignages, il ressort que, pour commencer, il faut changer d’attitude intérieure lorsque nous cultivons les plantes. Les règles suivantes paraissent simples mais demandent en fait un effort sans cesse renouvelé pour devenir des habitudes :

  • toujours prévenir les plantes à l’avance de nos intentions, de ce qu’on envisage de faire comme arracher, replanter, tailler, greffer, etc.

  • toujours penser aux êtres actifs autour des plantes lorsque nous semons, arrosons, désherbons, etc.

  • conserver en permanence une attitude joyeuse et enthousiaste car ces êtres ne peuvent « travailler » que dans cette ambiance.

  • Toujours remercier ces êtres spirituels pour le travail merveilleux qu’ils accomplissent.


Il me semble que la collaboration avec ces êtres doit être prise au sérieux car elle peut être une aide inestimable tout particulièrement dans le travail d’amélioration des plantes. C’est pourquoi j’ai pensé nécessaire d’aborder ce point de vue inhabituel, au risque de passer pour complètement loufoque aux yeux de certains. Je sais d’ailleurs que certains sélectionneurs professionnels vivent une telle relation avec leurs plantes mais n’osent pas ou ne veulent pas en parler.


  1. Définition des objectifs d’amélioration


Ces objectifs seront défini à partir :

  • D’une part, de la connaissance approfondie de la plante, des possibilités de la plante.

  • D’autre part de la destination de la plante qui peut d'ailleurs être mixte :

    • Production d’huile alimentaire : quelles sont les qualités de cette huile ? Quelle est sa place dans l’alimentation humaine ? qu’apporte-t-elle de spécifique que n’apportent pas les autres huiles ? Quelles sont les qualités à renforcer, les défauts à atténuer ?

    • Plante fourragère (tige et feuillage – tourteau) : pour quels animaux ? quelle place dans l’alimentation de ces animaux ?

    • Plante mellifère (pollen et surtout nectar) : pourquoi ne pas sélectionner des variétés pour les abeilles? Quelles qualités à renforcer, défauts à atténuer, en fonction des besoins des abeilles, des qualités de miel à chercher ?

    • Fleurs décoratives: la diversité des variétés horticoles est beaucoup plus grande que celle des variétés agricoles: variétés géantes ou naines, à fleur unique ou à plusieurs fleurs, à fleur simple ou double (chez ces dernières, toutes les fleurs du cœur ont un grand pétale coloré comme celles de la périphérie: le capitule ressemble à un gros pompon ), à fleur blanche, jaune, orange, rouge, pourpre, acajou ou bicolore. On trouve en outre d'autres espèces, cousines du tournesol annuel (Helianthus annuus). Le jardinier peut donc s'en donner à cœur joie! Les usages peuvent être variés: haies temporaires, massifs de fleurs, fleurs à couper.

    • Autres : engrais vert, bio-masse, grain à croquer ou à décortiquer, concours du plus gros ou du plus haut tournesol, etc.

Ils dépendent aussi des besoins de l’agriculteur :

  • Durée du cycle de culture qui dépend des conditions climatiques.

  • Mécanisation de la récolte du grain qui impose une maturation groupée et donc des plantes à une seule fleur (ou un petit nombre de fleurs) bien que, par nature, le tournesol soit plus équilibré quand il a plusieurs fleurs (les tournesols sauvages sont tous multiflores).

  • Hauteur de la plante.

Peu à peu, en fonction de ses connaissances et de son expérience, l’agriculteur élaborera en lui une image du tournesol idéal qu’il aimerait sélectionner. C’est vers cette image qu’il orientera son travail lors des 2 étapes suivantes.


  1. Acquisition de la variabilité




  1. Se procurer des variétés populations :




  • Dans les fermes, en France, il n’y a pratiquement plus de variétés population disponibles.

  • Dans les banques de semences publiques (INRA, GEVES, …) ou privées il y a sans doute des populations intéressantes mais l’accès à ces ressources génétiques est difficile à moins d’avoir de bonnes relations. Les échantillons seront petits (100 à 200 grains) et généralement fournis une seule fois: attention aux semis et aux isolements pour ne pas perdre ces précieuses variétés !

  • Dans les pays étrangers on peut trouver de nombreuses variétés. Les variétés américaines risquent d’être géantes et tardives, comme chez le maïs. En Europe du Sud où les variétés hybrides ne sont pas présentes à 100% il y a peut-être encore des populations : la dernière population cultivée en France, Pérédovick serait encore disponible en Espagne. Mais l’essentiel de l’amélioration du tournesol, surtout du tournesol oléagineux a été réalisé en Union Soviétique et Pays de l’Est. En outre, ces pays ont moins misé que les pays occidentaux sur les variétés hybrides. Mais attention, il existe des règlements sanitaires pour l’importation de semences et vos échantillons risquent, par voie postale, d’être interceptés par la douane.

  • Vous pouvez enfin acquérir de nombreuses variétés de tournesol, auprès d’association ou réseaux de collectionneurs ou semenciers en France (par ex : association Kokopelli, Baumaux, Ducrettet ) ou à l’étranger, surtout aux USA (ex : réseau Seed Saver’s Exchange www.seedsavers.org) : ce sont surtout des variétés décoratives de toutes couleurs et de toutes tailles mais qui peuvent présenter des caractéristiques intéressantes.




  1. Se procurer des variétés hybrides F1 :


Les variétés hybrides F1 sont des variétés "pas finies", instables, immatures (voir Biodynamis St Jean 2003). Pourquoi ne pas finir le travail que le sélectionneur n’a pas voulu faire pour s’assurer de la dépendance du paysan ? D’autre part, ces variétés sélectionnées pour le rendement en grain et la teneur en huile peuvent avoir des caractères tout à fait intéressants. En théorie, toute variété hybride F1 peut être fixée à condition qu’elle ne soit pas stérile: les hybrides de tournesol ne sont jamais stériles puisqu'ils sont destinés à la production de graines.

On peut soit travailler sur la descendance d'un seul hybride (mais en général un hybride a une faible diversité génétique) soit, pour augmenter la diversité génétique de la population finale, mélanger plusieurs hybrides (voir §4 ). Dans ce cas, il vaut mieux acheter la semence de variétés de même précocité, mais provenant de semenciers différents en espérant qu'ils n'ont pas utilisé les mêmes lignées mâles ou femelles.


  1. Autres possibilités :


Pour le moment nous avons choisi le point de vue conventionnel selon lequel les gènes ne sont que des puces électroniques chargées d’une ou plusieurs fonctions : acquérir de la variabilité revient à acquérir le plus grand nombre de gènes possible.

On peut choisir un autre point de vue, plus global : dans ce cas, le gène est considéré comme le reflet matériel des aptitudes acquises par la plante au cours de sa vie ou après plusieurs générations dans un milieu donné. Selon ce point de vue, vivre dans des milieux différents permet à la plante d’acquérir des aptitudes nouvelles qu'elle pourra transmettre à sa descendance. Ces aptitudes nouvelles se traduisent par la présence de nouveaux gènes ou de gènes ayant acquis de nouvelles fonctions. C'est la fameuse idée de l'hérédité des caractères acquis qui est considérée comme une véritable hérésie par les biologistes contemporains, on se demande pourquoi!

On constate, en effet, que les plantes, à force d'être toujours cultivées de la même manière et dans le même milieu, acquièrent des habitudes et deviennent routinières. S'il survient un nouveau ravageur ou des conditions météorologiques exceptionnelles, ces plantes auront du mal à réagir positivement. La première chose à faire pour qu'elles acquièrent des aptitudes nouvelles, est de rompre ces habitudes. Pour cela, on cultivera la population successivement dans des conditions très différentes, voire extrêmes:

  • en plaine puis en altitude,

  • en climat océanique puis continental ou méditerranéen,

  • en sol siliceux puis en sol calcaire,

  • tôt en saison (semis sous abri si nécessaire) puis tard en saison (juin par exemple).

  • etc. Se reporter, pour plus de détails, aux conférences de G. Schmidt en 1985 et 1986 sur la régénération des plantes (disponibles au MCBD).

Bien entendu, on pourra faire varier simultanément plusieurs facteurs. Exemple: culture en sol calcaire, en plaine et climat océanique (pendant 1 an ou 2 si on cherche seulement à rompre des habitudes ou pendant 2 ou 3 ans si on souhaite que la population acquiert de nouvelles habitudes) puis culture en sol siliceux, en montagne et climat méditerranéen pendant 1 à 3 ans. Ces choix se feront bien entendu en fonction des caractéristiques de la population et des objectifs que l'on s'est fixés tout en respectant les possibilités naturelles du tournesol. Une fois les habitudes défaites, on peut entreprendre l'éducation de la population devenue ainsi plus malléable, pour l'adapter à de nouvelles conditions qui nous intéressent davantage: résistance au froid ou à la chaleur, ou à la sécheresse, etc. Si l'on souhaite, par exemple, obtenir une population plus précoce, on la cultivera quelques années dans une zone où la saison est nettement plus courte: soit en altitude, soit plus au nord. C'est une œuvre de longue haleine qui demande un travail en équipe, beaucoup de sérieux, de détermination et de patience… et un minimum de compétences.

Le SABD et son animatrice ou le Réseau Semences Paysannes peuvent probablement aider un groupe d'agriculteurs motivés à se mettre en réseau pour effectuer ce travail. Le résultat en vaut la chandelle! Que les agriculteurs intéressés contactent le syndicat.


  1. Brassage des populations :


On peut aussi choisir de rassembler dans une seule population des caractéristiques intéressantes de deux ou plusieurs populations. La méthode la plus évidente est de mélanger les semences des populations (ou des hybrides F1). Ce n'est pas la meilleure solution car le mélange se fera vraiment au hasard. On peut aussi semer des rangs alternés de chacune d'elles: si on ne souhaite mélanger que deux populations, c'est un bon système: les plantes se polliniseront les unes les autres par fécondation libre, mais le croisement ne sera pas réalisé à 100% la première année car des plantes d'une population seront fécondées par des plantes de la même population.

Si on a 3 ou 4 populations à mélanger, il vaut mieux n'en semer que deux la première année (et éventuellement semer le mélange obtenu une deuxième fois, pour renforcer le mélange des deux populations), puis semer la deuxième année (ou la 3ème année) le mélange obtenu en rangs alternés avec la troisième variété. Et ainsi de suite. On a donc:

A x B x C  ABC

Ou mieux: A x B  AB ; AB x C  ABC ; ABC x D  ABCD

Une autre possibilité est d'effectuer une fécondation forcée en mettant deux capitules de deux variétés différentes prêtes à fleurir dans un sac étanche au pollen et à frotter les deux têtes l'une contre l'autre de temps en temps pendant la durée de la floraison. Quelques jours après la fin de la floraison, on enlève le sac et on marque les deux fleurs (on peut remettre le sac en fin de maturation pour éviter les dégâts d'oiseaux). Cette technique ne permettra pas un croisement parfait de chaque fleur car une partie d'entre elles sera fécondée par le pollen d'autres fleurs du même capitule. Bien entendu, il faudra effectuer ce travail sur plusieurs couples de fleurs pour être sûr de conserver l'essentiel de la diversité génétique des deux populations.

En effet, il est peut-être utile de rappeler que le travail décrit aux § 3 & 4 se fait sur des surfaces relativement petites: si on compte qu'une belle inflorescence donne environ 50 g de semences à 30 grains par gramme et qu’il faut mettons 2 kg de semences par ha: il suffit de récolter 50 belles plantes pour avoir de quoi ensemencer 1 ha. D'autre part, si le paysan veut conserver toutes les caractéristiques d'une population de plantes allogames comme le tournesol, il ne doit pas conserver moins de 100 plantes à chaque récolte. Ou, en tout cas, ne jamais descendre en dessous de 50 plantes à chaque génération. Plus la population présente de variabilité, d'hétérogénéité, plus ce nombre minimum de plantes sera élevé. Avec 200 plantes bien choisies pour être représentatives de la population, on est tranquille: on peut récolter ces 200 plantes parmi 1000 plantes ce qui représente une parcelle de 200 m². Avec les 10 kg de semences récoltées, le paysan pourra semer une bonne parcelle, en donner un peu à des collègues (rappelons que, dans l'état actuel de la législation, la vente, le don ou l'échange de semences entre agriculteurs sont interdits!) et mettre le reste en lieu sûr pour éviter tout risque de perdre la population ce qui est capital dans le cas d'une population nouvelle ou non disponible dans le commerce, bref dans le cas de toute variété population.


  1. Sélection :


Le paysan a maintenant une population plus ou moins homogène qu'il veut améliorer: le travail de sélection proprement dite peut commencer. Il consiste à choisir les plantes qui présentent les meilleures caractéristiques et les meilleures aptitudes pour obtenir une population plus homogène et plus stable. Si la sélection est faite toujours dans la même direction, plus elle sera intense (ou sévère), plus l'amélioration sera rapide: si vous gardez 200 plantes sur 250 (= 80%), vous ne faites pas une sélection aussi intense que si vous les choisissez avec autant de soin parmi 10000 plantes (= 2%).

C'est là qu'une connaissance approfondie de la plante est vraiment nécessaire. Car, finalement, qu'est-ce qu'un beau et bon tournesol? Nous allons signaler quelques caractéristiques qu'il peut être intéressant de prendre en compte; chacun pourra ensuite compléter en fonction de ses choix, de ses observations et de ses connaissances.

Comme nous le suggérions dans un précédent article, il nous semble que les variétés modernes de tournesol souffrent d'un excès de pesanteur, de lourdeur. Elles auraient besoin d'être allégées pour être plus harmonieuses, plus équilibrées. Il est probable qu'alors elles seraient moins la proie de maladies cryptogamiques et que leur huile gagnerait en qualité.

Pour cela, éviter de choisir systématiquement les plantes qui ont les plus grosses feuilles et le plus gros capitule! Choisir plutôt celles qui présentent une métamorphose régulière des feuilles: les plus grosses feuilles se situent vers le milieu de la tige; les dernières, avant la fleur, doivent être plus petites, plus fines, plus dentelées aussi. Le capitule doit se dégager nettement, mais sans excès, au dessus des dernières feuilles; il ne doit pas rester juste au dessus d'elles.

Un autre caractère important à prendre en compte est l'agencement des fleurons et des graines en spirale, en double spirale. On voit parfois des capitules dont les fleurs sont disposées dans le désordre. Or, de ces deux spirales, l'une vient d'en bas, du monde terrestre (elle est le prolongement de la spirale des feuilles insérées autour de la tige) et l'autre vient d'en haut (forces d'en haut qui arrêtent la croissance de la tige, permettent l'apparition de l'inflorescence qui est aplatie - comme la spirale d'un ressort de montre), du cosmos. Cette double spirale est le signe du lien qui unit cette plante à la Terre et au Ciel. Un agencement parfait des fleurons est la marque d'une bonne réceptivité de la plante à ces forces.

La double spirale est nettement visible quand les fleurons sont tombés et que les graines sont formées. Mais il est préférable de repérer ce caractère en tout début de floraison pour éliminer les plantes non conformes avant qu'elles ne fleurissent et ne pollinisent leurs voisines.

Signalons au passage que le tournesol est une plante typiquement fleur; ses noms français et latin (Helianthus = plante du Soleil) l'indiquent clairement. C'est d'ailleurs la plante de climat tempéré qui offre les plus grosses fleurs. Maria Thun a fait de nombreux essais dont elle rend compte en particulier dans le calendrier des semis de 1996 (magnifiquement illustré par deux "Tournesol" peint par son défunt mari Walter Thun). Selon elle, on obtient les meilleurs rendement en graines et en huile, et la meilleure qualité d'huile, en semant en jours fruit et en donnant les soins en jours fleur (binage, sarclage, pulvérisation de silice de corne et bien entendu récolte). W. Thun a fait des essais de peinture avec les huiles provenant des essais comparatifs de M. Thun et ce sont les huiles provenant de tournesol cultivés selon les recommandations de sa femme qui lui donnaient les couleurs les plus lumineuses et les plus durables. Dommage que Van Gogh dont les jaunes des fameux "tournesol" ont mal vieilli parce que, par manque de moyens, il utilisait des couleurs de qualité médiocre, n'ait pas connu lui aussi Mme Maria Thun! Dans ce calendrier de 1996, M. Thun nous explique que la double spirale dans le capitule est la même que celle que dessine Vénus en 8 ans de course autour du soleil, Vénus planète lumière par excellence!

Il peut être intéressant aussi de sélectionner des plantes colorées et pas seulement en vert. Certaines variétés de tournesol décoratifs ont des fleurs d'un beau brun-rouge. Les tiges et feuilles de ces plantes sont généralement colorées en violet (on les dit "anthocyanées"). Ce caractère, quand il est intense, est visible dès le stade plantule et peut donc être sélectionné très tôt. Il y a peut- être un lien entre cette coloration et la qualité de l'huile. Les plantes anthocyanées – et pas seulement chez le tournesol - sont souvent plus petites, plus concentrées et de croissance moins rapide ; elles sont davantage dans le qualitatif quand les plantes vertes sont davantage dans le quantitatif. Cette coloration est associée à une plus grande rusticité, une meilleure résistance au froid (chou et poireau d’hiver). Mais, chez le tournesol, ce n'est pas un caractère dominant: il a tendance à disparaître si on ne le maintient pas volontairement par la sélection.

Profitons de conditions climatiques excessives pour faire une sélection efficace! Les années humides permettent de repérer les plantes qui résistent bien aux maladies cryptogamiques; les années sèches, celles qui se débrouillent le mieux et qui ont probablement une bonne aptitude à s'enraciner en profondeur. La rugosité des feuilles, liée à la présence de poils raides, est probablement un signe de résistance à la sécheresse. Il est recommandé de sélectionner à tous les stades, y compris sur plantules. Si vous voulez sélectionner l'aptitude à se développer en conditions fraîches, n'hésitez pas à semer vos tournesols beaucoup plus tôt que d'habitude: semez dense et éclaircissez en ne conservant que les plantules les plus vigoureuses. Les jeunes semis supportent les gelées blanches.

Bon à savoir: les tournesols (au moins les variétés décoratives à feuilles souvent plus petites) supportent très bien le repiquage même s'ils mesurent déjà 30 cm de haut.


CONCLUSION



Le but de cet article est de partager des informations et de proposer des réflexions. Nous proposons aux agriculteurs intéressés une lecture active: si vous avez des remarques, critiques, suggestions, expériences à partager suite à cet article, merci de nous en informer: Si vous n'aimez pas écrire, téléphonez à l'animatrice du Syndicat ou à l'auteur de l'article. Nous pourrons faire profiter les lecteurs de toutes les informations que vous nous apporterez pour compléter cette étude.
* La stérilité mâle cytoplasmique est nécessaire pour pouvoir obtenir une variété hybride F1 dont on ne peut pas castrer manuellement (comme chez le maïs) ou chimiquement une des lignées. Grâce aux biotechnologies ou par croisement naturel, on introduit ce caractère de stérilité mâle (qui se trouve naturellement dans certaines populations ou chez des espèces voisines) dans la lignée A qui deviendra mâle - stérile: ce sera la lignée femelle. Elle recevra le pollen de la lignée mâle B et c'est sur elle que seront récoltées les semences hybrides F1 qui seront vendues aux paysans. La lignée B sera détruite avant récolte.
Bibliographie:

Alain Bonjean. Le Tournesol: origine, histoire, écologie, sélection. Les Editons de l'Environnement. Paris. 1993. 240 p. Le seul ouvrage en français consacré à cette plante, par un sélectionneur de Limagrain.

P. Pesson et J. Louveaux. Pollinisation et Production végétale. INRA. Paris. 1984. 660 p. page 317-322.

M. Thun. Calendrier des Semis. MCBD. Colmar. Page 3 à 9.
Cet article peut être reproduit à condition de citer la source.


similaire:

Amelioration des variétés de Tournesol population iconRapport de mission
«push pull»; (III) Caractérisation des variétés locales de céréales et légumineuses en vue de l’enregistrement pour le Sud; (IV)...

Amelioration des variétés de Tournesol population iconEssaires pour assumer la prise en charge de toutes les pathologies...
«coupe transversale», IL donne la «photographie» d’une population à un moment donné, dans un objectif de comparaison de services,...

Amelioration des variétés de Tournesol population iconC urriculum vitae
«disafa» à Grugliasco, Turin, Italie. Etude technologique et caractérisation rhéologique des variétés et cultivars locaux d’orge...

Amelioration des variétés de Tournesol population iconAmélioration des Plantes par les Biotechnologies

Amelioration des variétés de Tournesol population iconBiopolitique et métrologie de la construction
«modernisation» agricole, de la construction des marchés et des qualités, de la sociologie de la mesure et de l’histoire des sciences...

Amelioration des variétés de Tournesol population iconIntitulé : Master Sciences Agro-Alimentaires et Sécurité Sanitaire des Aliments (msaa)
...

Amelioration des variétés de Tournesol population iconLa regulation de population de chrysomele des racines du maïS

Amelioration des variétés de Tournesol population iconRésumé de lecture Manuel de recherche en sciences sociales par Mélanie fauvel
«Se tenir informé des acquis de la recherche afin de pouvoir s'engager dans des projets et des démarches d'innovation pédagogique...

Amelioration des variétés de Tournesol population iconRapport entre le nombre des naissances et le chiffre de la population...

Amelioration des variétés de Tournesol population iconLe programme d’amélioration (optionnel, payant) p








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com