Dossier de presse








télécharger 170.97 Kb.
titreDossier de presse
page2/6
date de publication20.11.2017
taille170.97 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6

Le 17 décembre 1903, les frères Lumière déposent le brevet principal du "Procédé de photographies en couleurs", suivi de trois additifs, deux en 1904, un en 1906, complété par un ultime brevet déposé en 1910. Commercialisé quatre ans plus tard, ce procédé sera à la disposition des professionnels comme des amateurs. De longues années, 1904 - 1907, ont donc été nécessaires à Louis Lumière pour


finaliser son idée jusqu'à la concrétisation industrielle : la plaque autochrome commercialisée. Décrite par son auteur comme l’invention majeure de sa vie, l’autochrome lui a demandé un investissement en temps jamais égalé. La complexité de sa fabrication toutefois s’efface devant la simplicité de son emploi.
Les autochromes ne sont pas les toutes premières photographies en couleurs de l’histoire (le procédé d'enregistrement direct des couleurs sur un support sensible par voie chimique ou physique avait été expérimenté). Mais elles sont le premier procédé industriel : elles permettent enfin de manière simple et fiable, tout du moins pour des photographes expérimentés, de fixer les couleurs de leur époque.

Les collections autochromes du musée Albert-Kahn



On en dénombre quelques 72 000. Entreposées jusqu'à peu dans leur conditionnement d’origine, des boîtes en bois réparties sur les rayonnages de la « salle des plaques » au rez-de-chaussée de l’une des maisons du musée Albert- Kahn, ancien « Laboratoire des Archives de la Planète », elles sont aujourd'hui en cours de conditionnement et d'installation dans un espace climatisé conçu à cet effet.

La grande majorité de ces plaques est de format 9 x 12 cm. Outre un petit nombre de plaques stéréoscopiques, il existe également une importante série de plaques 13 x 18 cm.

Le procédé autochrome



Après avoir travaillé sur la plupart des propositions émises à la fin du XIXe siècle, les Frères Lumière choisissent de concrétiser les solutions entrevues, trente ans plus tôt, par un illustre pionnier de la photographie, Louis Ducos de Hauron. En guise de conclusion à un des nombreux brevets qu’il déposa, celui-ci déclarait : « Enfin, il existe une dernière méthode par laquelle la triple opération se fait sur une seule surface. Le tamisage des trois couleurs simples s’accomplit non plus au moyen de verres colorés, mais au moyen d’une feuille translucide recouverte mécaniquement d’un grain de trois couleurs."’ (23 novembre 1868).
Cette petite phrase, en apparence anodine, qui n’avait pas inspiré les contemporains de Louis Ducos de Hauron, retint l’intérêt de Louis et Auguste Lumière qui durent néanmoins déployer une bonne dose d’invention, sinon de génie, pour matérialiser cette proposition.
La mise au point de la plaque Autochrome, divulguée lors d’une réunion de l’Académie des Sciences le 30 mai 1904, marqua l’aboutissement de ces longues années de recherches. La solution, qualifiée « d’élégante » par de nombreux commentateurs de l’Art Photographique, associait sur un support unique (verre) un film noir et blanc et une mosaïque trichrome constituée de grains microscopiques de fécule de pomme de terre colorés alternativement en violet, vert et orangé. L’utilisation de la fécule de pomme de terre qui fait aujourd’hui sourire, répondait efficacement aux critères de transparence et de sphéricité exigés pour les grains de matière colorés. La taille de ces grains pouvait varier entre 12 et 16 microns ; à la surface de la mosaïque trichrome on en dénombrait environ 6 à 7000 au millimètre carré. La nature des matières colorantes ne fut pas révélée par les fabricants.
Les grains de fécule mélangés de manière homogène étaient saupoudrés à la surface de la plaque puis laminés à l’aide d’une presse à cylindre afin d’éviter des superpositions de colorants néfastes à la transparence de la plaque. Le réseau étalé était ensuite recouvert d’un vernis qui le protégeait de l’émulsion photo-sensible. Dans l’appareil de prise de vues, la lumière provenant du sujet impressionnait l’émulsion photosensible après avoir été filtrée par la mosaïque trichrome. Selon la qualité (couleur) et la quantité de lumière incidente, on obtenait une exposition sélective des micro-surfaces d’émulsion placées sous chaque grain coloré de la mosaïque. Après le développement qui correspondait à celui d’une diapositive noir et blanc, les grains de fécule, qui n’étaient pas nécessaires à la formation de l’image finale, se trouvaient obturés par des amas argentiques formés pendant le développement à l’intérieur de l’émulsion. Le développement nécessitait un matériel minimum qui se réduisait à quelques cuvettes placées dans une chambre noire. Bien souvent, les autochromistes en voyage développaient leurs plaques sur place pour s’assurer du bon résultat de leurs prises de vues.
Texte de Jean-Paul Gandolfo sur l'autochrome in Panorama des Collections du musée départemental Albert-Kahn

Albert Kahn et les frères Lumière : la rencontre

Albert Kahn – créateur de diverses fondations convergeant vers la construction de la paix mondiale – amorce en 1909 l’un de ses grands projets, les Archives de la Planète. Pour constituer cet « inventaire photographique de la surface du globe, occupée et aménagée par l’homme, telle qu’elle se présente au début du XXe siècle », il choisit deux techniques de prises de vue mises au point par les frères Lumière :

le cinématographe et l’autochrome.

Le cinéma saisit le mouvement, tandis que l’autochrome restitue les couleurs. Leur complémentarité apporte une double réponse au souhait d’Albert Kahn de diffuser par l’image la connaissance la plus «réaliste» possible du monde dans toute sa diversité :

«aller saisir la vie là où elle est, à l’étranger, dans la rue, partout ».
 Les frères Lumière, une aventure industrielle

Auguste 1862 - 1954 et Louis 1864 - 1948
Lorsque les frères Lumière déposent en 1903, le brevet du "Procédé de photographie en couleurs", qui allait bientôt être commercialisé sous l'appellation Autochrome, ils bénéficiaient déjà d'une grande renommée due à leurs découvertes photographiques et cinématographiques.
L'origine de la maison Lumière est liée à l'invention par Richard Leach Maddox dans les années 1870 de plaques au gélatino bromure, procédé qui permet d'éviter les contraintes techniques de la fabrication et d'offrir au public des plaques sensibles prêtes à l'emploi. Antoine Lumière, peintre photographe, établit en 1883 un atelier de fabrication de ces plaques au gélatino bromure à Lyon, qu'il met au point avec l'aide de ses fils Auguste et Léon. Avec ces plaques extra rapides, les fameuses "Etiquettes bleues" fabriquées à l'usine de Lyon qui seront vendues dans le monde entier, l'entreprise familiale connaît une rapide prospérité. En 1894, la société prend le nom de "Société anonyme des plaques et papiers photographiques Antoine Lumière & Fils".
L'heure de gloire viendra en 1895, alors que les deux frères dirigent l'usine de photographies - l'une des plus importantes d'Europe avec 300 ouvriers - grâce à l'invention du cinématographe par Louis Lumière, premier appareil permettant de projeter des photographies animées sur un écran. Le cinéma s’inscrit dans les multiples déclinaisons de leur activité : le noir et blanc, la couleur, le relief et … la photographie animée. La première projection devant un public a lieu le 22 mars 1895, à l'occasion d'une conférence de Louis Lumière et le film d'une minute " La sortie des usines Lumière" est accueillie avec un enthousiasme dont les premiers surpris sont les inventeurs du Cinématographe.

Louis Lumière, 30 ans en 1895, a certes inventé le cinématographe mais l'œuvre de sa vie est la reproduction photographique des couleurs. Plusieurs procédés furent étudiés avant d’aboutir à l’autochrome : la photographie en couleurs, sous la forme de diapositives trichromes, accompagnait déjà les premières projections cinématographiques, lors des présentations officielles mais aussi lors de séances publiques.
La plaque autochrome rencontre un succès immédiat notamment auprès des photographes amateurs dits "autochromistes" qui assurent une large diffusion au nouveau procédé. La société Lumière est la première sur le marché de la photographie en couleurs. Elle exporte les plaques aux Etats-Unis et en Angleterre, sa renommée est mondiale et la qualité de ses produits unanimement reconnue.
La personnalité des frères Lumière, à la fois savants et industriels, les incite à approfondir sans cesse leurs recherches et à explorer de nouveaux champs, ce qui fait d'eux des personnalités estimées des milieux scientifiques en même temps que des industriels prospères. Les deux frères suivent chacun leur chemin, recherche et inventions dans le domaine de la photographie pour Louis (relief, mouvement,

couleur …) travaux sur la biologie et la pharmacologie pour Auguste.
Sur le marché de la photographie en couleurs, qui reste à l'époque marginal par rapport à celui du noir et blanc, l'autochrome, en dépit de tentatives de concurrence plus ou moins réussies, tient une place dominante jusqu'en 1931, avant de passer du support verre au support souple.

Autochromes présentées : fonds et thématiques

§ Le champ de la documentation : un outil pour une organisation meilleure de l’humanité

Les autochromes des Archives de la Planète, musée départemental Albert-Kahn

Albert Kahn (1860-1940), banquier philanthrope, a consacré une grande partie de sa fortune à promouvoir la paix dans le monde. Son idée maîtresse : réunir une vaste documentation sur les questions de société communes à tous les peuples et les solutions spécifiques apportées par chaque culture.

Pour atteindre son objectif, Kahn crée et finance plusieurs organisations réunies en 1929 sous le titre générique de" la Centrale de recoordination ». Celle-ci vise à pérenniser plus de 20 années d’exercice de son grand œuvre.
L’une des pièces importantes de cette œuvre, les Archives de la Planète, est le maillon « visuel » de l’entreprise documentaire. Son but : saisir la vie quotidienne des peuples, spécialement dans les aspects que la modernité condamne irrémédiablement à disparaître. En mai 1909, de retour d’un voyage autour du monde, Albert Kahn convie son ami Auguste Rodin et le Conseil de l’Université de Paris à une projection d’autochromes de l’explorateur - photographe Jules Gervais-Courtellemont, « auxquelles seront jointes quelques vues animées (…) rapportées de mon dernier voyage ». Cette séance qui combine le film noir et blanc muet et l’autochrome, est la préfiguration des Archives de la Planète qui naîtront officiellement l’année suivante.
Grâce à la reproduction en couleurs, le témoignage sur l’état du monde qu’entreprend Albert Kahn acquiert toute sa dimension réaliste. De 1910 à 1932, date de l’interruption du projet en raison de la ruine d’Albert Kahn, les opérateurs des Archives de la Planète parcourent cinquante-quatre pays. Les missions sont planifiées et dirigées par le directeur scientifique choisi par Albert Kahn : le géographe Jean Brunhes. Les autochromes ramenées de ces expéditions étaient projetées devant des publics choisis au sein de la Société autour du Monde (une des institutions crées par Kahn) à Paris, à la Sorbonne, dans les grandes écoles… en province et à l’étranger.
Plus qu’un support de cours de sciences humaines, les autochromes ont été au cœur du projet du fondateur des Archives de la Planète : contribuer à l’édification d’une science de l’homme.
1   2   3   4   5   6

similaire:

Dossier de presse iconMerci de suivre précisément les instructions (textes en bleu qui...

Dossier de presse iconDes eaux et des forêts dossier de Motivation / Notice
«dossier de motivation», d’émettre un quelconque jugement de valeur sur les candidats

Dossier de presse icon Le dossier de candidature au contrat doctoral 2017, ainsi que le...

Dossier de presse iconCommunique de presse

Dossier de presse iconCommuniqué de presse

Dossier de presse iconC ommuniqué de presse

Dossier de presse iconCommuniqué de presse

Dossier de presse iconPour le lecteur presse

Dossier de presse iconPour le lecteur presse

Dossier de presse iconRevue de presse Février 2009








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com