Rapport final








télécharger 1.61 Mb.
titreRapport final
page3/27
date de publication20.11.2017
taille1.61 Mb.
typeRapport
b.21-bal.com > documents > Rapport
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   27


L’assainissement par réseau n’est pas le seul modèle mais, le taux de connexion au réseau constitue un indicateur permettant d’évaluer l’investissement public en assainissement. Il ressort que l’assainissement ne constitue pas une priorité dans les dépenses publiques, encore moins dans l’aide étrangère : des 4,5 milliards de US$ investis dans les programmes d’adduction d’eau pendant les années quatre-vingt-dix, seulement le neuvième, soit 0,5 milliards de US$ a été utilisé dans le domaine de l’assainissement et tout le reste a été destiné aux projets d’approvisionnement en eau potable. De plus, sur ces 4,5 milliards, seulement 30% relèvent des budgets d’investissement nationaux, 70 % provenant de financements étrangers.

II.1.1/ Typologie de l’habitat et systèmes d’assainissement

Les disparités socio-économiques de la ville africaine, la croissance démographique, le développement spatial, le mode anarchique d’occupation du sol, l’absence de contrôle du développement urbain de la part des pouvoirs publics ont généré d’énormes déficits en matière d’infrastructures collectives, un développement très diversifié des tissus urbains et une ségrégation de la population urbaine. La Figure 2 montre qu’à l’exception de l’Europe et de l’Amérique du Nord, la plupart des villes du monde utilisent différents modes d’assainissement, individuels ou collectifs.

Figure 2 : Assainissement dans les plus grandes villes du monde : pourcentage moyen de chaque typologie employée, par régions.



Avoir un système d’assainissement ne signifie pas disposer un service « qualité ». Ceci pose la question du niveau minimum de service acceptable. À partir des suggestions faites par L’OMS (2000) et des observations de terrain, l’on a classé dans le tableau 1 les systèmes d’assainissement « améliorés » et ceux « non-améliorés ».


Tableau 1 : Systèmes d’approvisionnement en eau et Assainissement  « améliorées » ou « non-améliorées » en milieu urbain dense.

dispositifs améliorés :

Approvisionnement en eau

Branchement au domicile

Borne fontaine

Forage

Assainissement

Branchement aux réseaux d’égouts publics

Branchement à un système septique

Latrines sèches, ventilées et à double fosse

dispositifs non-améliorées :

Approvisionnement en eau

Puits non protégé, sans tertre etc.

Source non protégée

Eau de pluie

Assainissement

Latrines mouillées à fond perdu

Rigoles à ciel ouvert

Les coûts moyens des infrastructures que nous montre la Figure 3 indiquent que l’utilisation des différents modes d’assainissement est à mettre en relation avec le niveau de revenu des usagers. L’on peut souligner aussi que les populations qui ont des latrines simples ont investi par leurs moyens propres, sans aucune aide des pouvoirs publics ni des crédits bancaires.


Figure 3 : Coût moyen par personne utilisatrice de la construction des installations d’assainissement en Afrique, Asie et Amérique Latine et les Caraïbes.



Source : OMS, 2000


Le coût moyen d’une latrine sèche ventilée à double fosse (sur une moyenne de 30 latrines construites entre 2001 et 2002) dans le quartier Melen IV à Yaoundé, est de 600 000 fcfa dont 60 % pour la construction de la fosse et 40 % pour la superstructure, sachant que Melen IV est un quartier à habitat spontané dense. Une latrine dessert en moyenne 13 personnes et est construite pour durer plus de 30 ans si elle est bien entretenue.
II.1.2/ Pratiques de l’assainissement collectif en Afrique : état des lieux
Les eaux usées des grandes agglomérations en particulier constituent une importantes source de contamination des milieux récepteurs par des polluants chimiques, microbiens, parasitaires, etc., avec des conséquences néfastes aussi bien sur la santé humaine et animale que sur la biologie des écosystèmes aquatiques. Ces ressources en eau constituent un appoint pour les activités agricoles (irrigation) mais avec d’énormes risques si elles ne sont pas épurées.

Plusieurs procédés d’épuration (lits bactériens, boues activées, lagunage, fosse Imhoff, ont été testés dans différents pays en Afrique. Malheureusement, ils connaissent de nombreuses difficultés de fonctionnement et de gestion liées au dimensionnement, au réseau de collecte (pentes et débits trop faibles, obstructions et ensablements, entretien, …), et au rejet des effluents à l’aval des stations (risques sanitaires). De nombreuses raisons sont évoquées pour expliquer les difficultés de fonctionnement et de gestion on peut citer :

  • les dispositifs d’assainissement ne suivent pas le rythme de la forte croissance démographique des centres urbains.;

  • l’absence de contrôle notamment auprès des industriels et autres artisans : moins de 20% d’industries disposent d’un système d’assainissement répondant aux exigences des milieux récepteurs.

  • la mauvaise prise en compte, voire une totale ignorance du contexte et des contraintes liées à la mise en place de ces procédés d’épuration, les systèmes de traitement des eaux usées sont par ailleurs inadaptés aux réalités locales. Moins de 10% des systèmes classiques sont fonctionnels.

  • un important vide juridique marqué par la quasi-absence de règles du respect de l’environnement.

  • L’absence des moyens techniques et faible niveau professionnel des personnels,

  • la modicité des moyens financiers.

L’épuration des eaux usées par lagunage est un procédé largement répandu et en expansion tant sur le plan technique que scientifique à travers le monde en s’étendant vers les régions tropicales (ADAN et LEE, 1980 : PEARSON et al., 1987). C’est une technique basée sur les principes des phénomènes d’auto épuration s’établissant naturellement dans les mares et les étangs par l’intermédiaire de facteurs physiques (rayonnement solaire, température, sédimentation …), chimique (pH, produits germicides, métaux lourds, …) et biologiques (prédation, parasitisme, antagonisme, compétition, etc.). Elle présente des avantages biens connus (simplicité et économie de fonctionnement ; efficacité de désinfection et réduction des pollutions dissoutes, adaptabilité aux variations de charge,…), qui ont accéléré son développement dans des pays très diversifiés tant par leurs latitudes que par leurs conditions climatiques (C.I.E.H., 1984). En chine, en Sicile et dans la Grèce antique, cette technique a été utilisée pour l‘élevage des poissons. En Europe Centrale, cette technique existe depuis le moyen-âge, où de petits étangs ont été utilisés pour accumuler des matières organiques pour l’utilisation agricole. En Allemagne le lagunage naturel le plus ancien est construit en Bavière en 1920. Le plus grand nombre d’installations de lagunages est recensé aux Etats-Unis où en 1962 on comptait déjà environ 3250 et plus de 7500 en 1987 (PIETRASANTA et BANDON, 1994). Aux Etats-Unis la première grande installation a été construite en 1901 dans la ville de San Antonio au Texas sur une superficie de 275 hectares et fonctionne toujours.

A ses débuts, le lagunage a connu des difficultés car dans la conception des bassins il n’y avait aucun calcul, aucune méthodologie et ceci a conduit à des déconvenues comme les odeurs et les moustiques. Depuis quelques années des études et recherches réalisées sur les sites existants ont permis de mieux comprendre le fonctionnement de ces écosystèmes et de proposer des dimensionnements. Des nombreux travaux ont alors été effectués sur le comportement des bassins de lagunage vis-à-vis des paramètres physico-chimiques et environnementaux (GLOYNA et TISCHLER, 1979 ; MEZRIOUI , 1987 ; BAHLAOUI, 1990) ; sur les performances des bassins dans la réduction des bactéries témoins de contamination fécale (MARA et SILVA, 1979 ; BALEUX et al., 1988 ; CURTIS et al. , 1992) ; des bactéries pathogènes (EVISON, 1988 ; ALIBOU, 1987 ; MORINIGO et al. , 1990), des parasites intestinaux (PANIKER et KRISHNAMOORTI, 1981 ; SHUVAL et al. , 1986 : GASPARD et SCHWARTZBROD, 1993 : WIANDT, 1994 : GRIMASON et al. , 1995).

Les recherches scientifiques et les données épidémiologiques ont largement contribué à établir des directives pour que les politiques d’aménagement tiennent compte de la protection de la santé publique et de la préservation de l’environnement. Certains pays essaient d’adapter les recommandations sur la qualité de l’eau potable et les eaux usées destinées à l’irrigation à leurs priorités nationales en tenant compte des caractéristiques économiques, sociales, culturelles et politiques ainsi que les contraintes (HESPANHOL et PROST, 1994).

Des études bactériologiques ont abouti à des résultats qui ont permis de constater que les évolutions des abondances des coliformes thermotolerants et des streptocoques fécaux ne varient pas suivant un cycle saisonnier, contrairement à ce qui a pu être observé dans les zones tempérées où il y a de fortes amplitudes de rayonnement entre l’été et l’hiver ( SCHWARTZBROD ET COLLOMB, 1983; BAHLAOUI, 1990) les performances épuratoires sanitaires vis-à-vis de l‘élimination des coliformes thermotolérants (CF) sont de 2 à 3 unités logarithmiques (ulog10) alors que le rendement d’élimination des streptocoques fécaux (SF) est de 2 ulog10.
II.1.3/ Etude des cas de lagunage en Afrique
Peu de travaux ont été faits en Afrique sur les stations à boue activées, lit bactériens ou digestion anaérobie (tableau n°2). Car en fait que très peu de stations de ce type aient été réalisées, à cause du coût d’exploitation élevé. Autre remarque, la plupart des cas étudiés en Afrique sont des expériences pilotes, en dehors de Biyem Assi II au Cameroun, et Castor au Sénégal. La plupart des stations étudiées sont à lagunage naturel ou à macrophytes flottantes. Seul le cas de Guédiawade au Sénégal, sont des puisards suivis d’une infiltration des eaux stockées. Malheureusement, très peu de données techniques sont disponibles pour que l’on puisse tirer des conclusions robustes de ce qui apparaît cependant comme bien adapté aux conditions d’assainissement dans les pays chauds.

Le principal point fort de l’action de Guédiawade (Sénégal), c’est la mise en œuvre d’une stratégie de gestion communautaire des puisards qui repose sur la participation des populations bénéficiaires : la gestion de chaque puisard revient à un comité de gestion constitué de 5 femmes élues par les habitants raccordés à un même puisard. Le comité assure le suivi des règles de fonctionnement. Le gardien qui assure l’ouverture, la fermeture, la récupération des cotisations, le tamisage des eaux usées, le nettoyage du puisard et la maintenancel consacre en moyenne 3 heures /jour à ce travail pour un salaire mensuel de 5000 FCFA. Chaque ménage cotise 750 FCFA pour couvrir le salaire du gardien et les frais de maintenance.
Tableau n 2: Synthèse des études des cas d’assainissement dans les villes d’Afrique.

Ville/Pays

Technique utilisée

Capacité

Rendement épuratoire

Forces

Faiblesse

Guédiawade (Sénégal)

Puisard communautaire

15 600 habitants pour 61 puisards

Pas connu

stratégie de gestion communautaire ;

Contribution à l’entretien 750 FCFA/mois / ménage

Résultats techniques non disponibles ;

Pas d’informations économiques

Ouagadougou (Burkina Faso) (EIER)

Lagunage à macrohytes

inconnue

DCO : 30 à 63,6%

DBO5 : 48 à 65% ;

CF : 4,9 ulog

Durée longue (7 ans) des expérimentations conforte les résultats obtenus

temps de séjour des effluents inconnu

Ouagadougou (Burkina Faso) (EIER)

Lagunage à microphyte

inconnue

MES : 82%

DBO5 : 94%

CF : 3,5 ulog

Augmentation du rendement épuratoire pour certaines substances

C’est un pilote expériemental

Niamey (Niger)

Digestion anaérobie

inconnue

MES : 48%

DCO : 44%

DBO5 : 20%

Peut supporter des charges organiques très élevées

Temps de séjour inconnu,

Pilote

Niamey (Niger)

Lagunage à microphyte

Inconnue

DCO : 40 à 63%

DBO : 57 à 63%

MES : 16%




Débit faible forte évaporation

Niamey (Niger)

macrophyte

Inconnue

MES : 93%

DCO : 80 à 85%

DBO : 77 à 80%




Pilote expérimental forte évapo transpiration

Carstors-Arafat et Diokoul (Sénégal)

Macrophytes (et réseau de collecte)

2 stations pour 300 et 150 habitants

Non disponible

Système adapté au revenu des ménages.

Existence d’un fond de renouvellement provenant de la contribution des populations

Rendements épuratoires non disponibles. Les macrophytes n’ont pas survécu sur l’une des stations .

Biyem Assi II, Yaoundé (Cameroun)

macrophyte

650 habitants

MES : 95%

DCO : 92%

DBO5 : 87%




Entretien irrégulier ;

Surcharge organique

Biyem Assi II, Yaoundé (Cameroun)

microphyte

650 hab

CF : 3,77 ulog

SF : 3,34 ulog








L’étude des performances du lagunage de l’EIER dans l’élimination des œufs de nématodes et de kystes de protozoaires a révélé la présence dans les eaux usées brutes, des œufs d’helminthes (Ascaris lumbricoides, Ankylostoma duodenale ), des kystes de protozoaires (Entamoeba coli, Entamoeba histolytica) et des larves d’anguillule. Avec un temps de séjour de 18,3 jours dans les bassins de lagunage (2 à 3 heures dans le décanteur, 3 à 4 jours dans le premier bassin, 14,9 dans le deuxième bassin), les kystes d’hentamoeba coli et d’entamoeba histolytica sont éliminés respectivement à 94et 96 % , les œufs d’ascaris à 100 % les œufs d’ankylostoma duodenale à 90 % et les larves d’anguillule à 92 %. Quand on considère tous les parasites confondus, le décanteur a un rendement éliminatoire de 33 %, le premier bassin 62 % (malgré la forte charge appliquée), le deuxième bassin 78 %. Le rendement global obtenu sur l’ensemble des parasites est de 94 %. Si les évolutions des concentrations des parasites fluctuent dans le temps, il y a une différence très significative entre les concentrations obtenues en sortie du lagunage et celles des eaux usées brutes. On a constaté l’absence des œufs d’ascaris pendant toute la période de l’étude ; il en a été de même pour les œufs d’ankylostoma duodénale durant une période de 10 mois.
II.1.4/ Macrophytes ou microphytes ?

Les travaux de KONE (2000) montrent que le pilote de lagunage à microphytes de l’EIER permet d’obtenir un rendement épuratoire de la DCO de l’ordre de 30 à 63%. Le rendement optimal est obtenu avec un débit des eaux usées compris entre 16 et 20 m3 par jour. Sur la DBO5, on obtient un rendement compris entre 48 et 65%, cette fois le rendement optimal est obtenu avec un débit de 35 m3/jour, avec une charge de DBO5 de 946 kg/hab/jour (Kone, 2000).

Avec le lagunage à macrophyte, on obtient sur le même site, avec une série de 5 bassins de 24 m de long et 70 cm de profondeur, un rendement épuratoire variant de 82% pour les MES à 94% pour la DBO5. Dans le même temps, on obtient un abattement global de coliformes fécaux de 3,5 unités logarithmiques pour une charge organique entrante de 500 kg de DBO5/hab/jour.

Sur le même site, il est démontré que le lagunage naturel parait aussi très performant dans l’élimination des parasites. Mais cette performance diminue en fonction de la charge organique à l’entrée. Par exemple une charge organique de 350 kg de DBO5/hab/jour, permet d’avoir un abattement de 4,9 unités logarithmiques sur les coliformes fécaux, tandis que à 1500 kg de DBO5/hab/jour, cet abattement n’est que de 2. Sur 7 années d’expérimentation, le meilleur rendement est obtenu pour les charges inférieures à 400 kg de DBO5/hab/jour.

Les travaux de KLUSTE, 1995 permettent aussi d’affirmer que le lagunage naturel permet d’éliminer complètement les œufs d’helminthes, lorsque l’abattement des indicateurs de pollution fécale est réduit. Malheureusement, il apparaît d’autres nuisances par la présence des bassins de lagunage. Il semble que les hôtes intermédiaires de la transmission de la schistosomiase soient capables de survivre dans les bassins de lagunage.

L’auteur conclu que les performances obtenues avec les bassins à laitue d’eau montrent que le procédé peut constituer une alternative efficace pour l’épuration des eaux usées domestique dans le contexte sahélien.

Dans la station de Biyemassi II à Yaoundé, les performances épuratoires de la station en 1998 sont bonnes et se situent au-delà de 80% pour la plupart des paramètres considérés. En effet, les taux de rabattement sont de l’ordre de 95% (MES), 92% (DCO), 90% (turbidité), 88% (couleur) et (87% (DBO5). La station élimine moyennement les ions phosphates (55%), les ions ammonium (54%) et faiblement la conductivité (38%) [KENGNE NOUMSI, 2000].

L’auteur conclue que la station de lagunage à macrophytes de Biyemassi a montré une performance épuratoire globalement satisfaisante. Son entretien facile et son faible coût de fonctionnement ont joué un rôle important dans le choix de cette technologie.

La même station a été mise en lagunage naturel entre 1998 et 2002. Les travaux de NYA et al, (2002), montrent que pour une charge de 530 kg BDO/hab/jour et un temps de séjour de 15 jours, on obtient un abattement d’environ 60 à 90% pour la plupart de paramètre physico – chimiques. Cet abattement est encore plus important pour ce qui est des germes tests de la contamination fécale (99,98 et 99,95%) correspondant à 3,77 et 3,34 unités logarithmiques de réduction respectivement pour les coliformes fécaux et streptocoques fécaux.

L’abattement physico – chimique reste quelque peu faible pour certains paramètres tels que la DCO, la DBO et la couleur, comparé au résultat d’analyse dans la même station. Cependant, ces résultats sont nettement meilleurs que ceux de cet auteur pour l’abattement des nutriments et surtout des bio – indicateurs de pollution fécale. En effet, on note une amélioration d’environ une unité log de bactéries dans l’effluent comparé au lagunage à macrophytes.

Ces trois études de cas mettent en évidence une insuffisance de l’analyse des données de gestion et d’exploitation des stations pilotes. Pour pallier à cela, un diagnostic critique approfondi des expériences reste à mener. Il est regrettable que la question de l’entretien des lagunes qui est importante ne soit pas au centre d’intérêt de ces recherches. Il n’est pas fait mention du problème sanitaire posé par l’utilisation des macrophytes.

Si les travaux effectués sur le lagunage donnent des résultats qui se rejoignent, lorsqu’on passe d’un type à l’autre ou d’une région à une autre, des particularités existent. RACAULT (1993), révèle que plusieurs facteurs interviennent en synergie et fragilisent ainsi l’équilibre biologique quand la charge organique dépasse 60 % de la charge normale. Il a pu établir l’impact des gaz sulfurés dans le dégagement des odeurs lors du mauvais fonctionnement des bassins. SCHWARTBROD et COLLOMB (1983), ont constaté que pour un climat de type continental seule la comparaison été-hiver révèle des variations importantes. En été, les concentrations sont très élevées en coliformes et les taux sont très bas en hiver, alors que les abondances des streptocoques fécaux restent stables pendant ces deux périodes. En climat méditerranéen, GHRABI et al. (1993), ont obtenu pour des effluentss dont les temps de séjour vont de 20,5 à 50 jours une élimination des coliformes totaux, coliformes fécaux et streptocoques fécaux allant de 99,3 % à 99,99 %. Ils ont ensuite constaté que les meilleurs rendements sont enregistrés durant la saison chaude qui coïncide avec la période d’irrigation. DEMILAC et al. (1987) ont observé que la concentration en germes tests de contamination fécale des eaux usées brutes admises dans les bassins de lagunage est quasiment constante alors que les abondances de ces germes dans les eaux usées traitées sont influencées par les conditions climatiques. MEZRIOUI (1987) ; MEZRIOUI et BALEUX –1992) ont constaté une évolution cyclique des abondances bactériennes dans le lagunage de Mèze en France avec des maxima en hiver et des minima en été où l’efficacité épuratoire est la plus importante. Le rayonnement paraît être le facteur important pour la disparition des bactéries pathogènes. L’effet combiné du pH et du rayonnement est beaucoup plus important lorsque les facteurs agissent ensemble que lorsque l’un des deux est pris isolement. Il paraît que les faibles températures et les pH proches de la neutralité favorisent mieux la survie des bactéries pathogènes.

Si les performances épuratoires du procédé de lagunage naturel peuvent être démontrées ainsi que son impact sur la protection de l’environnement et la santé des populations en zone soudano-sahelienne, il demeure que les eaux usées en rétention dans les bassins de lagunage comme toute autre collection d’eau (mare temporaire ou artificielle) pourraient favoriser la création de gîtes de développement des vecteurs de parasites (vecteurs du paludisme et de la Schistosomiase, etc).

Les moustiques (anophèles) sont des vecteurs de la principale endémie qui sévit en Afrique ; le paludisme qui cause environ un million de perte en vie humaine. Ils transmettent en outre des maladies graves comme la filariose lymphatique et la fièvre jaune (HOLSTEIN, 1949). Des études menées en Afrique montrent que deux espèces sont les plus souvent rencontrés : Anophèles gambiae et anophèles funestus (HOLSTEIN, 1949 ; BONDON , 1990 GAZIN, 1990 ; TOUZE, 1990 ; KARCH et al., 1992). Les gîtes anophéliens créés par l’homme sont diversifiés. Les lacs de retenu de barrage, les canaux d’irrigation, les puits, les mares ; les chantiers crées en vue des travaux d’assainissement peuvent être des sources d’accumulation des moustiques (RANDRIANTSIMANIRY, 1987 ; MOUCHET et al., 1990). En effet, si les bassins de lagunage, biens adaptés aux conditions socio-économiques et climatiques de l’Afrique sud-saharienne présentent une bonne performance épuratoire vis-à-vis de l’élimination de la matière organique des bactérie et œufs des d’helminthes, le fait de retenir l’eau pendant un temps assez long pourrait permettre la prolifération des moustiques dans les zones où ces bassins sont installés. Cet aspect mérite une attention particulière dans la mesure où le besoin devient de plus en plus croissant d’assainir les grandes villes africaines par de tel systèmes d’épuration en vue de préserver la santé des populations.

Les mollusques d’eau douce qui représentent un maillon de cycle de transmission de la schistosomiase sont des espèces animales dont la reproduction nécessite aussi la présence de l’eau. Ces dernières années la prévalence de la Schistosomiase ne fait qu’augmenter surtout au sein des populations recensées autour des point d’eau ( BANI 1989 : VERA, 1991 ; PODA et al ; 1994) et l’ampleur du problème mérite d’être prise en compte dans les projets de développement rural ainsi que ceux visant à protéger la santé des populations.
II.2/ LE CONTEXTE DU CAMEROUN

    La gestion urbaine au Cameroun : organisation et domaines de compétence

L’Etat a mis en place plusieurs structures qui contribuent à la production et à la gestion de la ville. Le Ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat (minuh), le Ministère de la Ville (MINVIL) et le Ministère des Mines, de l’Eau et de l’Energie (MINMEE). Ils élaborent les politiques générales en matière d’urbanisation et établissent les schémas et plans directeurs d’urbanisme. Leurs services techniques sont chargés de réaliser des opérations d’aménagement du cadre de vie urbain. A côté de ces principaux ministères, il y en a d’autres qui interviennent dans la ville : le Ministère de Poste et Télécommunications (MINPT), le Ministère de l’Economie et des Finances (MINEFI). Sous l’autorité de tous ces départements ministériels, des « outils d’application des politiques de l’Etat » ont été crées avec des objectifs bien précis (Mougoue, 2001 a) :

  • La Mission d’Aménagement et d’Equipement des Terrains Urbains et Ruraux (MAETUR) est chargée de réaliser les opérations d’aménagement et d’équipement des terrains en vue de la promotion immobilière et de l’habitat social. Elle étudie les plans de lotissement, assure la production et exécute l’aménagement des parcelles et la restauration des quartiers sous-équipés.

  • La Société Immobilière du Cameroun (SIC) est un organisme parapublic qui réalise des études sur l’habitat social et construit des logements qu’elle met en vente ou en location.

  • La Société National des Eaux du Cameroun (SNEC) et la Société Nationale d’Electricité du Cameroun (AES-SONEL) responsables de l’approvisionnement de la ville en eau potable et en électricité.

  • La Mission d’Aménagement et de Gestion des Zones Industrielles (MAGZI) assure la création et l’aménagement des zones industrielles. Elle les gère et les équipe en ouvrages et systèmes d’assainissement des eaux usées industrielles.

  • Le Crédit Foncier du Cameroun (CFC) participe au financement des projets et programmes d’aménagement des terrains et de construction des logements. Il accorde des prêts aux personnes pour la promotion de l’habitat.


II.2.1/ Le contexte de la ville de Yaoundé

II.2.1.1/ un bref aperçu sur la ville de Yaoundé

La ville de Yaoundé est située sur le plateau central africain, en zone forestière, à environ 200 km de la côte Atlantique. Sur son axe principal (d'Est en Ouest) la ville a une longueur de 23,4 km avec une surface urbanisée de près de 18.500 ha en 2002. son altitude moyenne est de 760 m (variant de 600 à 1200 m). Elle possède des plateaux convexes et la plupart des bas fonds sont de faibles pentes inclinées vers le sud. La présence de failles et collines compartimente la ville en plusieurs bassins versants.

Le sous-sol de la ville est en général férrallitique avec une superposition successive de gneiss sous-jacent (sur les berges), d'argile sableuse (sous la couche superficielle), suivent de gros blocs cuirassés, de gravillons et d'argile rocheuse. Dans les lits des cours d'eau, le sol est argilo-sableux. Du nord au sud, d'est en ouest, Yaoundé a un sol de nature latéritique. Il est insaturé à un pH acide (<5) (Bachelier, 1959).

La température moyenne dans la ville de Yaoundé est de 23,5oC, avec températures maximales de 31oC le mois de mars et minimales de 16oC le mois de juillet. L'hygrométrie moyenne est de 80% dans toute la ville, avec variations entre le jour et la nuit respectivement de 35 à 98% (Suchel, 1987). Le réseau hydrographique est composé de ruisseaux permanents, de rivières, de cours d’eau, de lacs et d’étangs. La densité moyenne de drainage (longueur totale des canaux d’écoulement par unité de surface urbanisée) est d’environ 2,5 km/km². Ces ruisseaux permanents constituent les exutoires naturels des systèmes d’assainissement.

Le cours d’eau principal est le Mfoundi qui traverse la ville du Nord au Sud et possède plusieurs affluents formant des sous-bassins versants de formes allongées.

Le taux de croissance annuel de la population était d’environ 9% avant 1976, et de 6,2% par an entre 1977 et 1990. Aujourd’hui, il s’est stabilisé à environ 4,7% et en septembre 2002, Yaoundé compte plus de 230.000 logements pour 1.300.000 habitants.

Cette croissance résulte principalement d’un taux de natalité élevé et de l’exode rural.

Le développement spatial de Yaoundé est aussi de type exponentiel et sa superficie double pratiquement tous les 20 ans. Il est aussi accentué par le mode de construction qui ne privilégie pas les constructions en hauteur et l’absence d’un programme d’habitat social. Entre 1980 et 1990, l’Etat lance de grands chantiers de lotissement comme Biyemassi, Mendong, ce qui accentue le développement spatial de la ville. La MAETUR et la SIC s’investissent dans la production de l’habitat urbain.

Au moment où ils ont été aménagés, tous les lotissements de la SIC ou de la MAETUR étaient en zone périurbaine et parfois assez loin des centres urbains. La MAETUR puis la SIC équipent les terrains en réseaux urbains de base (eau assainissement, voirie et électricité). Les terrains voisins, souvent non immatriculés, gagnent en valeur de par la proximité des réseaux, les anciens champs de cultures sont subitement intégrés à la ville. Les propriétaires fonciers ne résistent pas à la tentation de vendre les terrains autour des lotissements, et, en l’absence de suivi de la part des pouvoirs publics, des quartiers à habitat spontané naissent autour des lotissements à un rythme beaucoup plus accéléré que ce qui est observé dans les autres zones périurbaines où la densification est plus lente. Les lotissements SIC et MAETUR jouent donc un rôle moteur dans la dynamique urbaine locale bien qu’ils aient accueilli finalement peu de ménages.

En décembre 2002, nous avons décompté six sociétés de vidange de fosses septiques équipés de camions de vidanges et camion hydrocureur pour une d’entre elles. Les prix pratiqués varient entre 40000 et 60000 fcfa. Toutes ces entreprises déversent les boues de vidange sur des terrains vagues situés dans le Sud-Ouest de la ville à environ 15 kilomètres de la ville. L’une des sociétés a acheté un terrain à cet effet et accueille contre paiement les camions des autres sociétés. Les ruraux propriétaires coutumiers de terrains acceptent que l’on y déverse les boues contre le paiement de la somme de 5000 fcfa/camion de 5m3. . La plupart de ces sociétés ont fait l'objet d'une visite au cours de laquelle nous avons tour à tour eu un entretien avec les différents promoteurs. Les exploitants de ces société affirment avoir expressément demandé à la Communauté Urbaine de Yaoundé de leur ouvrir une station d’épuration avec des équipements adéquats pour le traitement et la valorisation des boues de vidange. Ces sociétés ont pour client, les hôtels, les ambassades, les habitants des quartiers moyen et haut standing, l’Etat, et les propriétaires de puisards et autres latrines mouillées accessibles aux camions de vidange.




Figure 4 : Typologie de l’habitat et bassins versant de la ville de Yaoundé
Des travaux ont été dans le but de décrire la typologie de l’habitat dans la ville de Yaoundé, suivant des critères variés liés à l’économie, à l’accès aux services urbains de base etc. Ils ont conduit à des classifications assez semblables qui diffèrent en fonction des niveaux de détail considérés. Celle que nous avons établie et qui a été validée par la Communauté Urbaine de Yaoundé figure dans le tableau n°3 suivant.

    Tableau n°3 : Typologie de l’habitat dans la ville de Yaoundé

Types de tissus

Caractéristiques principales des différents types de tissus urbains

Centre administratif

  • 85 hab/ha ou 12 maisons/ha

  • Disponibilité des réseaux techniques urbains et trame bien fournie par la voirie primaire

  • Taux de desserte élevé

  • Occupation légale du sol

  • Prédominance d’immeubles en hauteur

  • Réseaux d’assainissement suivis de fosses septiques et de puisard

  • Collecte journalière des déchets solides

Haut Standing

  • 40 hab/ha ou 5 maisons/ha sur terrains lotis avec jardin et clôture (COS<20%)1

  • Infrastructures et équipements élevés

  • Taux d’accessibilité du 100%

  • Logements de haut standing

  • Chaque parcelle est reliée à une fosse septique privée suivie d’un puisard

  • Collecte quotidienne des déchets solides

Moyen Standing SIC et MAETUR

  • 45 hab/ha ou 25 maisons/ha sur terrains lotis (COS<50%)

  • Infrastructures et équipements élevés

  • Taux d’accessibilité aux réseaux urbains de 90%

  • Logements de moyen standing

  • Réseau d’assainissement suivi ou non de station d’épuration dans les zones SIC et MAETUR

  • Collecte régulière des déchets solides

Moyen Standing Lotissements communaux

  • 100-150 hab/ha ou 20 maisons/ha sur terrains lotis et viabilisés (COS=60%)

  • Infrastructures secondaires

  • Taux d’accessibilité 70-90%

  • Logements décents en matériaux mixtes

  • Chaque parcelle est reliée à une fosse septique privée suivie d’un puisard dans les lotissement de la Communauté Urbaine de Yaoundé

  • Collecte hebdomadaire des déchets solides

spontané dense

  • 250-400 hab/ha ou 40 maisons/ha sur terrains illégaux sous-équipés (COS>90%)

  • Infrastructures tertiaires non carrossables

  • Taux d’accessibilité<30%

  • Logements en matériaux provisoires

  • Assainissement par latrines

  • Collecte irrégulière des déchets solides

Spontané peu dense ou périurbain

  • 100 hab/ha ou 15 maisons/ha sur terrains de statut mixte, en voie de densification (COS=30-60%)

  • Infrastructures tertiaires ou spontanées

  • Taux d’accessibilité < 30%

  • Logements de standing mixte

  • Assainissement par latrines ou fosses septiques suivi de puisard

  • Collecte irrégulière ou inexistence des déchets solides


II.2.2/ L’assainissement des eaux usées à Yaoundé : techniques et contraintes



Les travaux de Wethe (2000) présentent la réalité des systèmes d’assainissement et de traitement des eaux usées de la ville de Yaoundé leurs résultats concordent avec ceux du schéma directeur d’assainissement de 1993 (Sogreah 1993) sur la typologie des infrastructures d’assainissement associée à chaque zone d’habitat (Tableau n°4).

Le manque de suivi de l’application effective des textes d’urbanisme a contribué à l’émergence de divers types de systèmes d’assainissement, fonctions de la typologie de l’habitat. Yaoundé ne dispose pas de réseau général d’assainissement. Les ouvrages d’assainissement individuel sont utilisés par environ 98% des ménages de la ville (DSCN, 1999) parmi lesquels, 66% utilisent des latrines sommaires constituées d’un puisard non étanche sur une profondeur variable en fonction de la hauteur de la nappe phréatique, et 32% des fosses septiques et des latrines améliorées et 6% des latrines améliorées que l’on trouve principalement dans les lotissements communaux. La plupart de ces nombreuses latrines ont en une très faible capacité d’épuration : Les fosses qui les constituent ne sont pas souvent étanches et d’autres effluents issus des usages domestiques de l’eau y sont dirigés.

Conseillé par les ingénieurs de la Direction de l’Eau et de l’assainissement du MINMEE et par les ingénieurs du Ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat (MINUH), l’Etat a fait construire des stations d’épuration pour desservir des lotissements ou des équipements publics dans la ville de Yaoundé pour les cas les plus récents. En ce qui concerne les stations d’épuration de la SIC et de la MAETUR, l’influence des bailleurs de fonds a été déterminante dans le choix des équipements, toujours est-il que ces choix en leur temps ont été approuvés par les ingénieurs du MINUH d’une part et d’autre part par ceux de le Direction de la Construction du Ministère de l’Equipement (aujourd’hui Ministère des Travaux Publics).


Tableau n°4 : Les stations d’épuration des eaux usées à Yaoundé

ENSEMBLE



LIEU

Cours d’eau récepteur

Filière

Débit m3/j

Equival habitants.

Zones résidentielles de la SIC et de la MAETUR

05

Nsam

Mfoundi

Boues activées

5.943

-

Grand-Messa

Mingoa

450

4.500

Biyemassi

Biyémé

Lagunage

45

650

Mendong *

Mefou

Boues activées

2.100

30.000

Cité Verte

Abiergué O

1.020

12.000

Équipements urbains à caractère collectif

06

Hôpital Général

Ntem

Boues activées

355

855

Hôpital de la Caisse

Mfoundi

-

-

Lycée Tech. Nkolbisson

Mefou

144

-

Centre Hospitalier Univ.

Olézoa

425

15.000

Université de Yaoundé I

Olézoa

500

3.900

Aéroport de Nsimalen

Mefou

-

-

Équipements administratifs

02

Palais de l’Unité

Mfoundi

Boues activées

190

1.150

Garde présidentielle

Biyeme

Lits bactériens

-

-

(* : données prévues dans le projet de construction de la STEP)

Les stations d’épuration en ‘‘italique’’ sont hors service. Les stations du Lycée de Nkolbisson, de l’Hôpital de la Caisse et de l’Hôpital Général fonctionnent et subissent des entretiens réguliers parce qu’elles sont directement placées sous la responsabilité de l’établissement, lequel planifie et finance les travaux d’entretien.

La problématique de l’assainissement des eaux usées à Yaoundé porte sur quatre points : les défaillances de la gestion, les contraintes socio-économiques, l’inadéquation des techniques et l’absence de culture de la maintenance.

D’une manière générale, l’on peut faire le constat suivant :

  • il n’existe pas d’études complètes qui permettent un choix judicieux des ratios spécifiques de production des eaux usées. En conséquence, le dimensionnement des ouvrages existant n’a utilisé que des valeurs par défaut et le choix des filières d’épuration n’est pas justifié par des études qui intègrent des paramètres fiables. Cet éloignement de la réalité entraîne la mise en place d’ouvrages inadaptés avec des investissements parfois trop élevés. La dispersion des sources d’acquisition des données accroît les difficultés de synthèse.

  • La plupart des latrines et fosses septiques ne sont pas étanches par rapport à la nappe phréatique. L’absence de dispositif d’aération des latrines et fosses septiques est cause des dégagements d’odeurs et de l’envahissement de ces ouvrages par les mouches, cafards et autres insectes vecteurs de maladies. L’irrégularité de la vidange, due au faible revenu des ménages ou à la précarité des services, provoque l’abandon ou le débordement des ouvrages existants.

  • L’entretien, le suivi et la maintenance des ouvrages sont irréguliers du fait du manque des ressources humaines, matérielles et financières et du non-respect des normes lors des travaux ; ce qui influence le bon fonctionnement des infrastructures. La faiblesse des débits ainsi que les pratiques malveillantes des usagers qui introduisent à partir des appareils sanitaires des déchets solides, posent également le problème de fonctionnement des systèmes ne permettant pas l’auto-curage des canalisations.


II.3/ CONTEXTE INSTITUTIONNEL DE L'ASSAINISSEMENT AU TCHAD

II.3.1/ Evolution des dispositions réglementaires sur l'assainissement.

Au Tchad, l'arrêté municipal n°109 du 25/12/59 de 1959 réglemente le service d'enlèvement des ordures à l'intérieur du périmètre de la ville de Fort-Lamy (aujourd’hui N’djamena), seule agglomération considérée à l’époque comme urbain. C’était la première disposition réglementaire mettant sur pied un cadre juridique pour l'assainissement. L’analyse du contexte institutionnel de l'assainissement au Tchad permet de distinguer trois périodes :

A/ La période allant de 1959 à 1981:

Cette période est marquée par les faits suivants :

  • La création du premier bureau urbain d'hygiène en 1959 chargé de la réglementation des pratiques d'hygiène à Fort Lamy ;

  • La mise en application de l'arrêté n° 87 du 19/05/60 interdisant le déversement des eaux usées sur la voie publique.

  • La mise sur pied d'un programme national d'assainissement en 1961 piloté conjointement par L'OMS, L'UNICEF et la République du Tchad.

  • La création d'un centre national de formation du personnel de la salubrité publique en 1965.

  • La création d'une Direction du génie sanitaire et de l'assainissement (DGSA) en 1981.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   27

similaire:

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final d’évaluation

Rapport final iconRapport final d’execution

Rapport final iconRapport final du projet a 4 (1996-1999)

Rapport final iconRapport final sur l’expérience acquise au niveau national

Rapport final iconRapport final oecd org/pdf/M00025000/M00025632. pdf Juillet 2001...
«Synthèse des questions liées à la façon dont les adultes apprennent pédagogie et motivations»

Rapport final iconFinal exam vocab 2








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com