Rapport final








télécharger 1.61 Mb.
titreRapport final
page14/27
date de publication20.11.2017
taille1.61 Mb.
typeRapport
b.21-bal.com > documents > Rapport
1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   ...   27

On cherche un repreneur pour la STEP après la construction …

Dès 1985, le contrat passé entre RCC et la MAETUR prévoit la formation d’agents responsables de l’entretien de la station, sans préciser le statut de ces agents. Une fois les travaux de génie civil achevés, l’entreprise demande d’affecter les agents en question. Bien que la formation des agents soit financée par la MAETUR, celle-ci considère que la formation doit concerner des agents de la Commune de Yaoundé. La MAETUR ne saurait prendre en charge la gestion des équipements puisqu’elle n’a aucun moyen de recouvrement des frais qu’elle serait amenée à engager. La SIC est alors consultée en tant que propriétaire des logements, mais elle refuse de prendre en charge la station et se défausse sur la Commune. La MAETUR se retourne vers celle-ci, qui refuse également d’entretenir les réseaux et la station. À moins que la SIC ne lui reverse une quote-part sur ses ventes, ce que la SIC refuse.

Face à cette situation de blocage, la MAETUR se retourne vers le MINUH, son ministère de tutelle, et lui demande de trancher. Suite à de nombreuses réunions avec les différentes parties, le MINUH décide en 1985 que la SIC prendra en charge toutes les opérations de maintenance et d’exploitation des réseaux de collecte et des stations d’épuration de ses ensembles immobiliers, quitte à en répercuter le coût sur les prix de vente et de location des logements. La SIC accepte de mauvaise grâce de prendre en charge la station d’épuration de la Cité Verte. Seuls des logements SIC sont raccordés à la station, ce qui empêche la SIC d’argumenter en termes d’intérêt communautaire. En revanche, elle est catégorique sur l’entretien des autres stations : à Biyemassi, les stations sont communes aux logements SIC et aux particuliers des lots MAETUR. La SIC réceptionne donc la station de la Cité Verte.

En août 1986, la SIC demande au MINUH l’autorisation de taxer chaque logement à hauteur de 5 000 FCFA par mois pour couvrir les frais d’assainissement : cette initiative n’a pas abouti. Il est utile de noter qu’avant la mise en exploitation de la station, des discussions ont eu lieu sur le système d’exploitation à mettre en place et à cet effet, l’on a envisagé puis abandonné les possibilités suivantes :

      • une taxe de 500fcfa/mois à payer par chaque locataire ou propriétaire connecté au réseau (août 1986)

      • une subvention accordée à la SIC par le MINUH pour l’entretien de la STEP (juin 1988)

      • un comité de contrôle des installations d’assainissements des eaux usées dans les lotissements SIC-MAETUR (1988)

La station est finalement mise en exploitation en 1987. In fine, la SIC et la MAETUR se partagent les dépenses générées par l’entretien. Elles se sont bien retournées vers la CUY, en espérant un geste de sa part, mais la nouvelle collectivité est encore plus catégorique que la précédente : elle ne veut rien réceptionner qu’elle n’ait programmé. La SIC prend à sa charge les frais de matériel et les factures d’électricité et d’eau de la station, La MAETUR met en place le personnel nécessaire à l’entretien. Pourquoi ce geste dont l’arbitrage ministériel la dispensait ? Soit que les relations entre SIC et MAETUR sont alors à la pacification, soit que, conformément au contrat avec RCC, la MAETUR a déjà sur les bras des employés formés. Autant les employer, et puisque le ministère soulage la MAETUR de la station, celle—ci peut se montrer bon prince en mettant à la disposition de la SIC ces employés sans contrepartie. On peut craindre que ce bricolage ne soit pas pérenne.

Un an après sa mise en route, la station reste en arrêt plus de trois mois. Le service de maintenance enregistre une coupure d’électricité et n’intervient pas immédiatement, de sorte que l’avarie réelle n’est pas dépistée et que la station se dégrade. Les boues activées dégénèrent et les effluents sont rejetés sans traitement dans l’environnement.

L’incident, au départ bénin, mais aux conséquences graves, est dû au fait que les rapports entre la SIC et la SONEL sont conflictuels. La SONEL est propriétaire de logements dans le camp SIC de la Cité Verte mais ne verse pas les loyers de manière régulière. Par mesure de rétorsion, la SIC tarde volontairement à régler les factures d’électricité de la station, de sorte que l’arrêt brutal de la station est imputé à une coupure d’électricité punitive de la part de la SONEL. La lenteur des échanges administratifs ne favorisant pas la correction rapide des malentendus, la panne prend des proportions dommageables.

La station est définitivement abîmée. Elle fonctionne au coup par coup jusqu’en 1992, avec des performances qu’on devine navrantes.
IV.1.1.4/ Mendong : un projet d’assainissement mort-né.

Le maître d’ouvrage des travaux d’assainissement est la MAETUR. Il devait construire en un système de décantation-digestion, mais seuls de simples bacs de décantation ont été mis en place pour traiter les effluents des 8 000 habitants. Ces bacs ont été d’abord obstrués par les rejets d’ordures ménagères, puis comblés par les nouveaux arrivants des quartiers spontanés. Deux exutoires rejettent les eaux usées brutes dans le milieu récepteur. La situation est déplorable au point que les acteurs ne sont même pas entrés en conflit à propos de l’assainissement : SIC, MAETUR et CUY ignorent le problème pour exprimer silencieusement que la responsabilité ne leur incombe en rien.

Les stations sont abandonnées simultanément. C’est seulement la fin de la période durant laquelle les techniciens ont expérimenté l’assainissement collectif. Depuis, l’assainissement se fait de manière individuelle, dans tous les sens du terme, sans que quiconque n’envisage le devenir du produit des vidanges.

La maintenance des équipements réalisés dans le cadre de la cité SIC de Mendong réunit sur le même théâtre plusieurs acteurs aux champs d'intérêts diversifiés et aux relations, somme toute, conflictuelles. Il s'agit de l'Etat, des autorités municipales, des concessionnaires et de la population résidente, bénéficiaire des installations.

La SIC, évoque entre autres, la malfaçon dans la réalisation des équipements d'assainissement. Les loyers d’équilibre perçus par la SIC sont en dessous de ceux de la loi du marché, ils n’intègreraient pas l’entretien des équipements en place. La MAETUR n'est pas allée jusqu'au bout de ses interventions. C'est dire que la SIC ne souhaite et ne veut en aucun cas endosser la responsabilité de la pollution de l'environnement par les eaux de la cité de Mendong. Elle pense en outre que l'échelle du problème interpelle les autorités municipales à tous les niveaux.

Bien que la ville soit avant tout celle du maire, les autorités municipales estiment n'être pas initiateur de ce projet de grande envergure. La modicité de leur budget ne leur permet pas de prendre en charge la maintenance des équipements existants, encore moins la construction d'une station d'épuration. Elles renvoient l'ascenseur à la SIC, qui doit consacrer un pourcentage des loyers perçus à l'entretien du parc immobilier et de ses équipements. En même temps, elles interpellent l'Etat pour solliciter des subventions lui permettant d'agir efficacement.

De plus en plus, l’Etat prône le recouvrement des coûts comme panacée au problème d'entretien des équipements. Il souhaite mobiliser l'apport de la population et donc des bénéficiaires dans une démarche participative.

Mais la crise économique, a démembré cette force qu’est la population, diminué ses moyens d'intervention. Il faut donc proposer des alternatives réalistes dont on peut assurer les investissements et la maintenance.

Face aux difficultés d'assainissement observées dans la cité SIC de Mendong, les acquéreurs des logements individuels recherchent aussi des solutions individuelles. Dans les parcelles, les ménages adoptent sans consulter la SIC, l'assainissement par fosses septiques et puisards.

L’Etat, s’était engagé à faciliter la délivrance de titres fonciers aux acquéreurs des parcelles ou des maisons, moyennant la simplification des procédures et l’établissement collectif de ce document.

Aujourd’hui, la MAETUR s’oriente vers la réalisation de l’assainissement individuel (Fosse + puisard) dans ses opérations de constructions.
IV.1.2/ Les usagers : des acteurs à part …

IV.1.2.1/ Les usagers face aux dysfonctionnements des systèmes d’assainissement

Dans les zones à habitat planifié (SIC ou MAETUR), les usagers des réseaux ont l’un ou l’autre des statuts suivants :

  • locataire d’un logement SIC,

  • propriétaire d’un logement SIC,

  • propriétaire d’une parcelle MAETUR sur laquelle il a construit son logement

  • locataire d’un logement SIC auprès d’un particulier propriétaire

  • locataire d’un logement construit sur une parcelle MAETUR auprès d’un particulier propriétaire

  • occupant d’un logement de fonction (personnels de l’Assemblée Nationale, étudiants de l’ISSEA, militaires etc.)

  • sous-locataire d’un logement auprès d’un locataire de la SIC.

Les conséquences de cette configuration sur l’assainissement apparaissent clairement dans la diversité des comportements des usagers face aux dysfonctionnements.

Devant l’inertie des gestionnaires à régler les problèmes que rencontrent les populations, les habitants se mobilisent et interviennent pour améliorer leurs conditions de vie selon trois démarches : la modification du réseau (débranchement, construction de fosses septiques et de by-pass), l’intervention auprès des structures responsables ou considérées comme telles, et l’intervention curative sur les dispositifs techniques.

Tableau n°22 Fréquence des usagers favorables à la modification de réseau

Réponse

Nombre

Pourcentage

Oui

52

27

Non

136

72

Ignore

2

1

Total

190

100,00

La plupart du temps, c’est parce que les organismes interpellés restent sourds à leurs doléances, et devant l’urgence de la situation, que les habitants doivent se résoudre à financer ou à réaliser les travaux qu’ils jugent nécessaires. Les modalités de l’intervention des usagers sont propres à des critères personnels suffisamment variés pour qu’une part importante de la population soit concernée par l’un d’entre eux : niveau de sensibilité aux nuisances, niveau de connaissance des risques sanitaires encourus ou du cadre institutionnel, refus de la dévalorisation de son patrimoine, moyens financiers et techniques disponibles…

Tableau n°23 : répartition des contacts en cas de problème sur le réseau

Contact

Nombre

Pourcentage

SIC

153

81

Mairie d'arrondissement

3

2

CUY

1

0,5

Association de quartier

3

1,6

SIC et Mairie d'arrondissement

3

1,6

Le ménage

18

9

Plombier

8

4

Propriétaire

6

3

Autres

3

1,6

Total

198

100,00

Les habitants branchés au réseau2.

Les populations ont développé une forme d’expertise des problèmes techniques et ont acquis certains comportements pour les résoudre, notamment par le développement du tissu associatif.

Les locataires de la SIC.

Ils s’adressent spontanément à leur bâilleur. Suivant le règlement intérieur des groupes immobiliers SIC, 7,7 % des recettes perçues sont allouées à la maintenance des équipements collectifs. L’antenne SIC de chaque lotissement devrait être l’interlocuteur privilégié de ces locataires. En pratique, les agents d’entretien de la SIC n’interviennent qu’occasionnellement, avec plus ou moins de bonne volonté selon les cités : tonte des herbes, ramassage sommaire des ordures sur les espaces publics, entretien des parties communes des immeubles collectifs et, parfois, curage des regards et des drains des réseaux d’assainissement. Les locataires de la SIC considèrent que les problèmes qui surviennent dans le lotissement, qu’ils relèvent du domaine privatif ou de l’espace public, sont du ressort du « bâilleur » : ils se réfèrent volontiers au règlement intérieur qui limite la marge de manœuvre des locataires et les soumet à l’autorisation préalable de la SIC pour toute intervention sur le patrimoine SIC. Enfin, les locataires ne sont pas enclins à investir pour un logement ou une cité qu’ils savent pouvoir quitter à tout moment, de gré ou de force. Ils se refusent donc à financer des interventions pour le compte du propriétaire, la SIC.

Tableau n°24 : indication des structures auxquelles les usagers pensent qu’il faut s’adresser en en cas de problème

Destinataire

Nombre

Pourcentage

SIC

87

82,08

Le Ménage

8

7,55

Plombier

2

1,89

Propriétaire

1

0,94

Voisins

3

2,83

Mairie

1

0,94

Autres

4

3,77

Total

106

100,00
1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   ...   27

similaire:

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final d’évaluation

Rapport final iconRapport final d’execution

Rapport final iconRapport final du projet a 4 (1996-1999)

Rapport final iconRapport final sur l’expérience acquise au niveau national

Rapport final iconRapport final oecd org/pdf/M00025000/M00025632. pdf Juillet 2001...
«Synthèse des questions liées à la façon dont les adultes apprennent pédagogie et motivations»

Rapport final iconFinal exam vocab 2








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com