Recherche du laboratoire umr stef de l’ens cachan «Analyse des articles publiés dans la revue Technique Art Science (T. A. S.) (1946-1977)»








télécharger 1.16 Mb.
titreRecherche du laboratoire umr stef de l’ens cachan «Analyse des articles publiés dans la revue Technique Art Science (T. A. S.) (1946-1977)»
page1/30
date de publication18.11.2017
taille1.16 Mb.
typeRecherche
b.21-bal.com > documents > Recherche
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   30
Recherche du laboratoire UMR STEF de l’ENS CACHAN



« Analyse des articles publiés dans la revue Technique Art Science (T.A.S.) (1946-1977) »

sous la direction de J.Lebeaume et J.Lamoure

LES AUTRES REVUES DIDACTIQUES ET PEDAGOGIQUES DE L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE

(1930-2005)
Environnement de la revue Technique Art Science (T.A.S.)

Ignace RAK

IA IPR honoraire en sciences et techniques industrielles

Chercheur associé UMR STEF ENS CACHAN
Avec la collaboration de

Josette FAVIER

Professeur honoraire

Agrégée en économie et gestion
Octobre 2005

Remerciements pour les renseignements fournis

A
- Me BLOT-JOLIVET IA IPR STI honoraire
- Me CHEHATA et M. BENET Editions Foucher
- M. CRINDAL chercheur à l’UMR STEF ENS Cachan, comité de rédaction des revues Les publications de Montlignon et Education Technologique
- M. DEBETTE Doyen honoraire de l’IGEN STI, rédacteur en chef de la revue Technologies & Formations
- M. DUCEL IGEN honoraire en STI
- M. FOURNIER professeur honoraire d’IUFM en histoire géographie, rédacteur en chef de la revue Cibles
- M. KERADEC professeur agrégé d’économie et gestion, rédacteur en chef de la revue Economie et Management
- M. LONGEOT IGEN honoraire en STI
- M. TEIXIDO professeur agrégé de construction mécanique, rédacteur en chef de la revue Technologie
- Les membres de l’équipe de recherche sur le dépouillement de la revue Technique, Art, Science de l’UMR STEF de l’ENS de Cachan



SOMMAIRE

1- Synthèse générale 7
- Limites de la recherche 9

- Synthèse 9
2- Etude des revues en Sciences et Techniques Industrielles (S.T.I.) 31
- Technologie (1950-2005) 33

- Technologies & Formations (1932-2005) 45

- Le Cours féminin (1946-1975) 57

- Le Cours ménager (1952-1971) 66

- Le Cours industriel (1940 -1983) 76
3- Etude des revues en Economie et gestion 87
- Economie et management (1956-2005) 89

- Cours commercial (1939-1993) 132
4- Etude des revues d’autres domaines techniques 147
- Education technologique (1990-2005) 149

- Cours agricole et rural (1954-1971) 160

- Cibles (1982-1996) 171
Annexe A 187
- Quelques textes extraits des revues 189



Annexe B 221
- Index des sigles 223

1 – SYNTHESE GENERALE



Limites de la recherche
Contrairement à la revue T.A.S. (1946-1977) consistant à analyser en détail le contenu des articles et de leurs auteurs, le dépouillement des 10 revues didactiques et pédagogiques (1930-2005) ayant existé au cours de la même période est essentiellement descriptif et comparatif. Ce dépouillement porte sur les diplômes et formations de l’enseignement technique, les acteurs (responsables, auteurs, institutions, organismes de formation, comités de rédaction), les éditeurs impliqués, la durée de la vie de ces revues, de leur audience ainsi qu’une analyse générale mais fragmentaire du contenu (éditoriaux, thèmes, rubriques et articles).

La période étudiée est limitée en amont puisqu’elle ne débute qu’en 1930, date de la gestation de la revue la plus ancienne. La catégorie des revues de l’enseignement technique relevant du Ministère de l’éducation nationale, se limite à l’enseignement technique non agricole après l’année 1971, date où paraît le dernier numéro de la revue « le cours agricole et rural ».

Les nombreuses autres revues strictement éditées par les propres moyens d’associations spécialisées de professeurs dont l’acquisition se fait en accompagnement d’une adhésion et non d’un simple abonnement (électricité, mécanique, menuiserie, métaux en feuilles, économie et gestion, etc.), ne font pas ici l’objet d’une étude malgré l’intérêt que cela aurait pu apporter en raison des complémentarités et des comparaisons d’articles et d’auteurs. D’ailleurs une étude inachevée a été menée sur cette catégorie de publications par M. Tacaille professeur de psychopédagogie à l’ENNA de Créteil dans les années 2000. Il faut néanmoins signaler que parmi les 10 revues étudiées, la plus ancienne (Technologies & Formations) a été créée et pilotée par une association, « L’association des Gadz’arts de l’enseignement technique » en 1931 et relayée pendant plusieurs années seulement (1950-1970) par trois autres associations de professeurs. La composition et l’édition de la revue sont toujours assurées par une maison d’édition privée d’ouvrages techniques (aujourd’hui PYC Edition).

Pour faciliter le suivi de la lecture par les titres des revues qui ont parfois changé, la règle adoptée dans le texte ci-après est la citation du dernier nom des 4 revues encore existantes qui sont d’ailleurs étudiées en tête de chacune des 3 grandes catégories de classement :

- sciences et techniques industrielles,

- économie et gestion,

- autres domaines techniques.

Deux documents récapitulatifs permettent de vérifier le nom exact de chaque revue à une date antérieure à 2005 (figure 1 et figure 2).
Synthèse

Les diplômes et formations de l’enseignement technique concernés

Les revues étudiées portent uniquement sur les niveaux de diplômes de l’enseignement technique relevant du Ministère de l’éducation nationale du CAP au baccalauréat professionnel, baccalauréat, BTS, voire DUT très récemment (2002 pour Technologies & Formations) et classes préparatoires aux grandes écoles. La même revue (Technologies & Formations), publie dans les premières années de son existence (1934-1950), quelques articles destinés aux écoles d’ingénieurs des arts et métiers.

Des articles techniques et pédagogiques sont parfois consacrés à des formations ne conduisant pas à des diplômes (CPPN, 4e et 3e technologiques, etc.). L’exemple le plus récent est la création (1990) d’une revue entièrement consacrée à la technologie au collège (Les Publications de Montlignon devenant Education technologique).

L’ensemble des revues dépouillées couvre essentiellement deux groupes de disciplines d’enseignement : l’économie et gestion et les sciences et techniques industrielles. Un troisième groupe, l’enseignement agricole, en faisait partie jusqu'à prendre son autonomie au sein du Ministère de l’agriculture.

Pour les sciences et techniques industrielles, les revues ayant existé et/ou encore existantes, couvrent essentiellement entre 1930 et 2005 les domaines de la mécanique (conception et réalisation), de l’électricité-électronique, des métaux en feuilles et des constructions métalliques, du second œuvre du bâtiment (menuiserie, installations sanitaires et thermiques), de l’industrie de l’habillement, des sciences biologiques et sociales. Il n’y a pas de revues spécifiques consacrées au gros œuvre du bâtiment, certainement en raison du nombre restreint de lecteurs potentiels. Quelques thèmes et sujets sont traités épisodiquement dans les revues des sciences et techniques industrielles.

Pour l’économie et gestion les articles publiés suivent l’évolution des disciplines dans 7 champs disciplinaires principaux : économie et économie d’entreprise, droit (civil, commercial, social, du travail, fiscal), commerce et techniques commerciales, comptabilité et gestion, informatique, bureautique, mathématiques et statistiques.

Mais la moitié des revues, celles réalisées et éditées par les Editions Foucher (Le cours féminin, Le cours ménager, Le cours industriel, Le cours commercial, Le cours agricole et rural), publient systématiquement des articles et des sujets d’examen de l’ensemble des disciplines générales enseignées dans la préparation des diplômes techniques : mathématiques, français, anglais, espagnol, etc.

La présence d’articles sur les disciplines d’enseignement général diminue progressivement, jusqu'à disparaître dans certaines revues vers la fin de leur vie : par exemple le français pour la revue Cours industriel et le Cours commercial en 1975. Par contre les 4 revues encore existantes en 2005 (cf. fig. 1), n’ont jamais créé de rubriques relatives aux disciplines dites « générales ». Elles ne traitent que des différentes « matières » des disciplines technologiques (construction, fabrication, etc.) ou de thèmes organisateurs, voire matériels (systèmes automatisés, machines à commande numérique, logiciels de CAO, DAO, FAO, gestion de la production, etc). En économie gestion en dehors des articles se situant dans les 7 champs disciplinaires cités précédemment, le rôle informatif est présent par des notes de lecture, les évènements ponctuels et des pages Internet utiles pour l’enseignement.
Les éditeurs

Quatre éditeurs ont contribué et certains contribuent toujours à l’existence de ces revues didactiques et pédagogiques :

- l’éditeur Foucher est celui qui s’est le plus impliqué avec 5 revues entre les années 1939-1993) ; toutes ces revues ont disparu ;

- le Centre de Documentation Pédagogique de l’éducation nationale (CNDP, aujourd’hui SCEREN) qui avec 3 revues (Technologie, Economie et management, Education technologique) sur les quatre existantes, reste l’éditeur le plus présent dans la pérennité des revues de l’enseignement technique (1950-2005) sachant que le CRDP de Nantes était aussi coéditeur de la revue Cibles (1982-1996) pendant la première période de sa vie;

- PYC édition (anciennement Editions Pierre Yves Colombot), est l’éditeur privé le plus ancien avec l’édition de la revue Technologies & Formations ;

- Delagrave qui s’est récemment (1998) associé à l’éditeur public SCEREN pour redémarrer la revue Education technologique intéressant potentiellement 19 000 professeurs de technologie au collège et que l’éditeur public avait auparavant en coresponsabilité avec le centre national de formation de Montlignon sous le titre « Les publications de Montlignon » entre 1990 et 1997.


Naissance, vie et arrêt de publication de certaines revues
Durées comparées

Si l’on compare les périodes de vie de chacune des revues, (cf. fig. 1), viennent en tête :

- Technologies & formations (73 années) ;

- Le cours commercial qui a cessé de paraître (54 années) ;

- Economie et management (49 années) ;

Toutes les autres revues ont, ou ont eu, une durée de vie inférieure à 50 années. La durée la plus courte a été celle de la revue Cibles (14 années). La plus jeune revue encore existante est la revue Education technologique (15 années).

L’existence de certaines revues reflète les clivages puis les regroupements du moment entre les différentes filières de formation en France. Par exemple le Cours féminin (1950-1970) coexiste avec le Cours ménager (1952-1971) et rejoint ensuite le Cours féminin. Le cours féminin disparait en 1975 pour rejoindre les sciences et techniques industrielles dans le Cours industriel à l’occasion de la fusion des corps d’inspection « industriel féminin » et « industriel masculin ».

Dans une grande partie de la période après la seconde guerre mondiale de 1939-1945, certaines revues s’inspirent et s’appuient sur des sujets d’examen (1945 à 1970 pour les éditions Foucher) ou par la reproduction d’articles provenant d’autres revues (1945-1986 pour Technologie) et plus récemment pour Tertiaire (1988-2004).
Nombre de numéros et de tirages

Un décompte assez précis des numéros parus (cf. fig.2), fait apparaître que c’est Le cours commercial (1939-1993) qui est paru avec le plus grand nombre de publications (768). Mais ce premier décompte serait à corriger en fonction du nombre comparé de pages de chacune des revues existantes de cette période.

Pour les 4 revues encore existantes, c’est la revue Technologies & Formations qui totalise le plus grand nombre d’exemplaires parus (502), sachant que les deux autres revues Technologie (426) et Economie et management (402) avec un nombre de pages plus important, arrivent à sa hauteur.

Le nombre de numéros par titre indiqué dans la figure 2, est une estimation de la totalité des numéros. En effet s’il a été décompté avec précision les numéros disponibles dans toutes les collections de revues consultées, il manquait dans ces collections un certain nombre de numéros que nous avons tenté mais pas pu retrouver, donc pas pu comptabiliser.

Il n’a pas non plus été fait de recherche particulière sur le nombre de tirages par numéro. Ceci aurait pu nous donner une idée de l’audience respective de chacune des revues. Cependant des fiches accompagnant le dépôt légal à la Bibliothèque nationale de France, en donne une idée : 2400 en 1978 et 2300 en 1981 pour Le cours industriel.

Actuellement (2005) les 4 revues existantes ont approximativement un tirage de :

- 3000 pour Technologie ;

- 2200 pour Technologies & Formations ;

- 2000 pour Economie et management ;

- 2000 pour Education technologique.
Les acteurs
Les comités de rédaction

Dans l’ensemble du dépouillement des 10 revues didactiques et pédagogiques de l’enseignement technique (1930-2005), la présence d’un comité de rédaction clairement identifié n’apparaît qu’assez récemment (années 1980) dans deux revues éditées par le service public de documentation du Ministère de l’éducation nationale (Technologie, Economie et management), et depuis le début pour la revue Technologies &Formations (1932), Cibles (1982) et Education technologique (1990).

On peut classer les revues en deux grands groupes.

Tout d’abord les 5 revues éditées par l’éditeur privé Foucher (Le cours féminin, Le cours industriel, Le cours ménager, Le cours commercial, Le cours agricole et rural). Cet éditeur ne publiera jamais la composition des comités de rédaction. Ayant interrogé un inspecteur général qui a participé à la vie de l’une des revues, celui-ci a déclaré que la rédaction était directement assurée par le personnel de la maison d’édition. Pour régler des questions de contenus et d’articles, cette maison d’édition faisait appel, selon le problème posé à des inspecteurs généraux et/ou à des responsables de départements dans les instituts de formation de professeurs.

Pour la revue Cibles comprenant un comité de rédaction, celle-ci semble gérer en toute autonomie l’ensemble de ses articles. Cependant pour la revue Le cours commercial, on remarque qu’au travers d’un texte publié en 1982 (n° 1) à l’occasion de la mort subite de H. Court Inspecteur général, ce dernier est nommément mentionné pour divers projets qu’il n’aura pu mener à terme au sein de cette revue.

Viennent ensuite les 4 revues encore existantes qui ont toujours eu un comité de rédaction dirigé par un inspecteur général de l’éducation nationale. Ces comités de rédaction vont voir ses membres (une dizaine) augmenter d’années en années pour atteindre 15 à 20 membres. Ils sont composés de membres de corps d’inspection (IA IPR, IEN) et de professeurs des disciplines concernées par le lectorat.

Peu ou pas de représentants d’entreprises ont fait partie ou font partie du comité de rédaction. Nous avons par exemple relevé A. Clément ingénieur chez Dassault Systèmes (1977-2005) dans la revue Technologies & Formations. Ils sont cependant indirectement présents lorsque les revues en sciences et techniques industrielles comme en économie et gestion publient des sujets d’examen ou de concours (concours généraux, épreuves d’entrée en écoles d’ingénieurs, CAPET, agrégations, etc.) qui s’appuient sur des systèmes ou études de cas d’entreprises, voire dans des entreprises qui ouvrent leurs portes pour des stages de professeurs organisés par le CERPET et qui ensuite font l’objet d’articles.

Quant aux universitaires, ils sont eux aussi peu présents dans les comités de rédaction, à l’exception de deux revues : Cibles (1982-1996) et Education technologique (1997-2005).
Les institutions

On peut constater pour les 4 revues encore existantes, qu’il y a toujours eu un engagement direct ou indirect de responsables et/ou de cadres et professeurs du Ministère de l’éducation nationale dans les comités de rédaction, même si la revue est éditée par,

- un éditeur totalement privé (PYC Edition pour Technologies & Formations),

- en coédition privé-public (Delagrave-SCEREN pour Education technologique)

- un éditeur totalement public (SCEREN pour Economie et management, Technologie).

Il a été précédemment signalé le désengagement progressif des organismes de formation et en particulier les IUFM dont les nouveaux professeurs, professeurs d’universités et maîtres de conférences, n’ont pas pris le relais en 1991 des centres de formations C.F.P.T. et ENNA comme en témoignent certaines revues (Le cours commercial et Cibles), sans négliger non plus l’influence de la recrudescence de manuels des années 1970-1990. Ceci participe ainsi depuis les années 1980 à la disparition progressive des revues faute d’articles contribuant à la diffusion d’informations et de résultats de recherches, même si quelques professeurs d’IUFM, maîtres de conférences ou professeurs d’universités écrivent, principalement en économie et gestion dans la revue Economie et management.

La totalité des 4 revues encore existantes, le sont du fait de l’engagement de l’inspection générale de l’éducation nationale d’économie et gestion et des sciences et techniques industrielles qui en ont la responsabilité éditoriale (cf. les parties 2, 3, et 4). Signalons en particulier la collaboration très longue et très étroite avec,

- une institution privée d’entreprise comme par exemple le Centre d’études techniques des industries de l’habillement (Le cours féminin, 1967-1985),

- une institution publique au sein du Ministère de l’éducation nationale, le CRPET puis le CERPET en terme de lieu de réunions, de lancement de recherches pédagogiques innovantes, de liaisons avec les stages de formation en entreprise organisés par cette institution et d’interviews de personnes (Economie et management, 1956-2005), et de façon plus épisodique (Technologie, Technologie & formations, Le cours féminin, 1950-1970).
Les personnes

Incontestablement la période étudiée de l’histoire de la pédagogie de l’enseignement technique des sciences et techniques industrielles (1930-2005), a été fortement influencée, pilotée et structurée dans les enseignements industriels par les ingénieurs des arts et métiers (Loisy, Luc, Buisson, Campa, Géminard, Donnadieu, Longeot etc.) parmi lesquels H. Luc et A. Buisson deviendront Directeurs de l’enseignement technique, pour ne citer que quelques noms de ceux qui ont occupé des postes d’enseignants et/ou de responsables administratifs dans le corps d’inspection générale ou locale après être passés ou non par l’ENSET (années 1930-1980). Ces ingénieurs arts et métiers ont été progressivement remplacés dans ces postes et revues par des professeurs agrégés et/ou certifiés formés à l’ENSET de Cachan à partir du moment où ont été mises en place les agrégations techniques (1963 pour l’économie et gestion) ou d’autres ENS pour les disciplines générales.

Pour les enseignements d’économie et gestion, le début de la période étudiée (1939-2005) révèle que les revues ont eu l’aval des Directeurs de l’enseignement technique, H. Luc (Le cours commercial, n° 1, 1939), A. Buisson (Technologie, n°2,1950 ; Economie et management, n° 1, 1956) et que ce sont les certifiés puis les agrégés issus de l’ENSET qui orientent les positions de cette branche de l’enseignement technique. Les auteurs relèvent de trois catégories qu’il faudrait quantifier dans une recherche plus exhaustive, sachant aussi que leurs titres ne sont pas toujours mentionnés :

- les enseignants,

. professeurs de L.P., de lycée, de l’ENSET,

. directeurs de collège, de lycée

. professeurs de grandes écoles,

. universitaires,

- les hauts fonctionnaires (essentiellement de 1956 à 1966),

. administrateurs civils au Ministère, dans les administrations,

- les personnes des entreprises, les professions libérales,

. conseils en organisation,

. directeurs des relations humaines, etc.,

. experts comptables, commissaires aux comptes.

Concernant l’enseignement agricole et rural (Editions Foucher), ce sont essentiellement des ingénieurs (agronome, arts et métiers, eaux et forêts, génie rural, ponts et chaussées, etc.) mais aussi des inspecteurs (agriculture, lois sociales, etc.), ainsi que des spécialistes locaux de haut niveau (ingénieur en chef et ingénieur agricole, etc.) qui rédigent des articles pour les formations agricoles et orientent ces enseignements dans la période étudiée (1954-1971) alors sous la responsabilité du Ministère de l’éducation nationale avant d’être rattaché au Ministère de l’agriculture et dont, de ce fait, nous n’avons pas ensuite étudié les revues spécifiques puisqu’elles relevaient de ce dernier Ministère.

Pour les enseignements industriels et économiques (1930-2005), à une exception près (Le cours féminin chez l’éditeur Foucher) où c’est le responsable (G.Dugas) du « Centre d’études techniques des industries de l’habillement » (C.E.T.I.H.), rattaché à la profession qui pilote la revue pendant la quasi-totalité de son existence (1957-1975) et qui fait intervenir de nombreux formateurs et/ou responsables d’entreprise de l’industrie de l’habillement, la quasi-totalité des auteurs sont des enseignants de toute la France en poste dans les établissements scolaires et instituts de formation. Certains deviennent inspecteurs (IET, IPR, Inspecteurs généraux). Si le corps d’inspection, d’une façon générale, rédige un nombre restreint d’articles, il rédige cependant quelques éditoriaux ou articles sur des sujets clés de l’orientation de l’enseignement technique, comme par exemple :

- « évolution de l’industrie et formation professionnelle » par A.Campa Inspecteur général ex ingénieur des arts et métiers dans le n° 94-95 de mai-juin 1960  de la revue Technologie;

- « orientation et enseignement : nouvelles classes de seconde, rentrée 1981 », par H.Longeot Inspecteur général ex ingénieur des arts et métiers dans le n° 226 de septembre octobre 1980 de la revue Technologies & Formations ;

- « la rénovation de l’enseignement commercial », interview de R.Maniak Inspecteur général d’économie et gestion dans le n° 1 de novembre 2004 de la revue économie et management.

- « ouvrir la réflexion » sur l’éducation technologique au collège par Pierre Lebon Inspecteur général, ex ingénieur SUPELEC dans le n° 1 de juin 1998 de la revue Education technologique. 

D’une façon plus générale, il est à signaler trois faits concernant les personnes ayant contribué à la vie de ces revues :

- une seule revue et un seul numéro spécial, sur 3200 numéros examinés et 73 années de publications, est entièrement consacré à un auteur, Y. Deforge, IA IPR, maître de conférences à l’Université de Compiègne, et auteur de nombreux ouvrages et articles sur l’éducation technologique (Education technologique, n° spécial des Cahiers de Montlignon, mai 1996),

- une relation forte entre les auteurs d’articles qui sont eux-mêmes auteurs d’ouvrages chez l’éditeur (les cinq revues des Editions Foucher, 1939-1993),

- des enquêtes et des relances fréquemment faites auprès des professeurs pour alimenter les revues en articles, en particulier et quasiment systématiquement dans deux revues (Economie et management, 1956-2005 ; Education technologique 1990-2005)

On retrouve dans la revue T.A.S. des acteurs et des auteurs qui interviennent dans les 10 revues situées dans l’environnement de celle-ci, notamment des inspecteurs généraux anciens ingénieurs des arts et métiers ou professeurs d’ENSET en économie et gestion.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   30

similaire:

Recherche du laboratoire umr stef de l’ens cachan «Analyse des articles publiés dans la revue Technique Art Science (T. A. S.) (1946-1977)» iconCours d’analyse des organisations
«la nécessité d’un concept d’organisation qui ne se réduise pas àcelui de structure» (Le Moigne 1977 d’après F. Varella p17)

Recherche du laboratoire umr stef de l’ens cachan «Analyse des articles publiés dans la revue Technique Art Science (T. A. S.) (1946-1977)» icon1. Concepts clefs
«Et pourquoi pas ?» a trouvé sa source dans les Rencontres «Science et Citoyens» organisées du 26 au 28 octobre dernier. La rencontre...

Recherche du laboratoire umr stef de l’ens cachan «Analyse des articles publiés dans la revue Technique Art Science (T. A. S.) (1946-1977)» iconRevue science des matériaux

Recherche du laboratoire umr stef de l’ens cachan «Analyse des articles publiés dans la revue Technique Art Science (T. A. S.) (1946-1977)» iconDial que Skinner fit ses premiers pas avec la science. Au début simple...

Recherche du laboratoire umr stef de l’ens cachan «Analyse des articles publiés dans la revue Technique Art Science (T. A. S.) (1946-1977)» iconAdresse de dépôt des candidatures
«cinpharm», société spécialisée dans la fabrication des produits pharmaceutiques, recherche des techniciens de laboratoire pour les...

Recherche du laboratoire umr stef de l’ens cachan «Analyse des articles publiés dans la revue Technique Art Science (T. A. S.) (1946-1977)» iconL'ambition politique sans le progrès technique : c'est être condamné à partager la pénurie
«révolution verte», avec certes des contradictions, a permis d'arrêter ce cycle infernal en introduisant des techniques modernes...

Recherche du laboratoire umr stef de l’ens cachan «Analyse des articles publiés dans la revue Technique Art Science (T. A. S.) (1946-1977)» iconRésumé Notre recherche consiste à présenter une étude sur les matériaux...

Recherche du laboratoire umr stef de l’ens cachan «Analyse des articles publiés dans la revue Technique Art Science (T. A. S.) (1946-1977)» icon1946-01-00 intervention sur l’exposé de A. Borel : «le symptôme mental. Valeur et signification»
«Le symptôme mental. Valeur et signification» en janvier 1946, Groupe de l’évolution psychiatrique, paru dans l’Évolution Psychiatrique,...

Recherche du laboratoire umr stef de l’ens cachan «Analyse des articles publiés dans la revue Technique Art Science (T. A. S.) (1946-1977)» iconRecherche ird à l’umr ipsl-locean coordonnées du directeur de stage
«Effets in situ du pH sur l'activité érosive de la microflore perforante colonisant des coraux morts»

Recherche du laboratoire umr stef de l’ens cachan «Analyse des articles publiés dans la revue Technique Art Science (T. A. S.) (1946-1977)» iconLaboratoire d’analyse du développement et de l’insertion professionnels en enseignement








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com