Déjà, un colloque interdisciplinaire de philosophes, de scientifiques et de sociologues s'était réuni à l'Université de Stanford en Californie en 1981 pour débattre du thème : un nouvel ordre à partir du








télécharger 120.61 Kb.
titreDéjà, un colloque interdisciplinaire de philosophes, de scientifiques et de sociologues s'était réuni à l'Université de Stanford en Californie en 1981 pour débattre du thème : un nouvel ordre à partir du
page3/5
date de publication18.11.2017
taille120.61 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5

IV


CRITIQUES    CONTRE    LES    SOCIO - STYLES 

1 - Un étudiant en Communication nommé Nicolas Ritoux a ouvert un site qualifié de Phénoménologie du Quotidien Anonyme, voilà qui méritait une visite attentive. On y trouve une philosophie de bar, de comptoir, de descente de lit et de salle de bain . Dans les Archives du site un rien satirique et globalement hebdomadaire , on trouve une page intitulée
" Un peu de gauche dans un gros monde de droite"
Après une attaque en règle contre  la World Company de Bill Gates, il tire à boulets rouge contre je cite " ces outils dégueulasses et immondes que je suis censé utiliser" et de développer sa révolte en ces termes :
" Je ne suis pas contre le capitalisme: je suis au contraire pour un capitalisme où on gagne et perd à tour de rôle (Venise était la capitale économique du monde il y a 400 ans, Wall Street sera Venise aujourd'hui dans 400 ans). mais j'aime un capitalisme qui ne détruit pas les cultures. Car celles-ci sont plus importantes que les portefeuilles. Je le dis dans le sens de la quête d'un bonheur sociétal, où le relationnel prime sur le matériel (et ce fut démontré). le charme d'un capitalisme à l'ancienne est de prendre des risques en s'attaquant à des cultures et comportements variés et inattendus; là il s'agit d'un jeu d'échecs amusant et motivant qui correspond à l'épanouissement du cerveau d'un vendeur, et qui satisfait autant le consommateur qui reste encore le client-roi (concept faux à présent)
Si on trace des socio-styles , si on bâtit des bases de données comportementales avec les consommateurs, alors il n'y a plus de jeu d'Echecs. On se met à jouer au Solitaire. Et non seulement l'aspect ludique n'y est plus, mais en plus cela se fait au détriment des civilisations et de leurs cultures".
http://www.hysterie.qc.ca/pdqa/




2 - La compétence sociale relationnelle est abordée avec les sociostyles de Bernard Cathelat et là il faut être très prudent. Le gros danger est qu'il nous présente déjà un discours métaphorique.
Quand une théorie s'appuie sur la métaphorique, cela nous rapproche plus de l'église et du catéchisme que du discours scientifique.
Pourquoi faut-il être prudent ?
Car la théorie des sociostyles présente une météorologie sociale et on a l'impression que les individus se distribuent avec leur libre arbitre, avec des repères libres dans l'espace social. Il y aurait des mentalités activistes, rigoristes, matérialistes etc...
Bien sûr, Cathelat dit qu'il y a des déterminismes sociaux et que par exemple, les rigoristes, c'est la classe la plus bourgeoise, la plus sédentaire, la plus attachée aux valeurs traditionnelles, alors que les égocentrés, ce sont les pauvres, qui ont une vision réductrice de l'espace social, très centrés sur eux mêmes. Mais cette météorologie sociale ne permet pas de comprendre suffisamment de l'intérieur, comment les choses fonctionnent.

L'intérêt des sociostyles pour les élèves, c'est de donner une vision aérienne de la distribution des familles sociales et des mentalités. cela permet aux élèves de voir un début d'ordonnance par rapport au chaos social. En revanche la notion de rôle social s'est considérablement enrichie avec les disciples de Erwin GOFFMAN, les études interactionnistes sur le temps du soupçon. Lire l'article de Luc Boltanski in Information et Société n°13 (3).
L'accent est placé sur les notions de statut, de rôle, de situation, de contexte, tout ce qui fait vraiment une analyse micro-structurelle des situations de communication. Alors que les sociostyles se reportent sur une analyse macro-sociale,trop aérienne.
http//www.ac-versailles.fr/cr2t/pnf23-24mai951.html
Lexique de l'Ethnométhodologie par Yves Lecerf de l'Université de Paris VIII :
http://inferno.cs.univ-paris8.fr/~elyousfi/index.htm
Les Communautés virtuelles :
http://inferno.cs.univ-paris8.fr/~elyousfi/invites/cvirtuel.htm




3 - " Eurocom a intenté un procès à Pierre Valette-Florence (professeur agrégé de gestion) qui a conduit à l'interdiction de son livre : "Les styles de vie . Fondement, méthodes et applications" Paris - Economica, 1989.Critiqueà l'encontre des sociostyles.
celui-ci rendait de plus publiques des informations confidentielles du CCA. L'événement a donné lieu à de nouvelles puiblications critiques sur "les styles de vie" :  "Les styles de vie en question : mythes et réalité" in Revue française de marketing 1990.
Il a ensuite suscité une prise de position de l'Association française de marketing par Jean François BOSS, président de l'AFM.
Vécu sur le mode de "l'affaire" par les enseignants de gestion, il a enfin contribué à fédérer un peu plus ces derniers en tant qu'opposants." (extrait de l'article de Didier Georgakakis in Genèses 29 , déc.1997 p.67)
En 1994, Pierre VALETTE-FLORENCE professeur agrégé à l'Ecole supérieure des affaires de Grenoble publie chez Nathan dans la Collection :Connaître et pratiquer la gestion: "les Styles de Vie : bilan critique et perspectives".
" Issues des recherches universitaires et de l'expérience des praticiens il y a plus d'une vingtaine d'années, les études de styles de vie occupent toujours une place privilégiée pour le chercheur et l'homme d'entreprise désireux de mieux cerner les modes de comportement des individus et les pratiques de consommation. Il n'est cependant guère aisé de déceler les avantages et les inconvénients respectifs des différentes approches qui sont proposées. Entre le mythe et la réalité, cet ouvrage essaie de faire la juste part des choses ».
Quatre parties principales et complémentaires en constituent l'ossature:
1) la première partie clarifie l'émergence du concept des styles de vie et définit les fondements théoriques des diverses approches qui en découlent.
2) la deuxième aborde  ces différentes approches tour à tour, en les illustrant par des exemples complets et révélateurs de leur mise en oeuvre.
3) la troisième développe de façon détaillée l'ensemble des applications auquel elles donnent lieu, mais aussi les critiques et les problèmes méthodologiques qu'elles soulèvent.
4) la quatrième enfin présente pour la première fois en France les améliorations tant conceptuelles que méthodologiques qu'il est désormais possible d'envisager.




4 - Diffusés pour eux mêmes au même titre qu'une production intellectuelle médiatisée, ils concourent à l'imposition d'une vision de la société sur le mode du symbole, des courants de mode, occultant conflits sociaux et rapport de classe. Servant de matrice à la décision, ils participent en outre, à la fabrication de produits de consommation matériels ou symboliques à partir desquels s'organisent représentations et pratiques des agents sociaux.(...)
Les effets sociaux du classement apparaissent tout aussi limités lorsqu'on étudie ses usages professionnels. La procédure conditionnant l'usage des sociostyles a en effet peu de choses communes avec celle, rationalisée, qui est énoncée dans les manuels de marketing. Si on suit  les "normes" des manuels, l'utilisateur consulte l'étude, puis il balise sur la carte les espaces occupés par la concurrence, déterminant corélativement les créneaux libres et cibles potentielles. En fonction des informations que le modèle lui livre sur cette cible, il peut alors créer un produit  - automobile ou publicité - ou tout au moins en prescrire la forme ou en organiser la diffusion auprès de ceux qui en ont la charge les phases de réalisation et de commercialisation. Décrit comme tel, le modèle confirmerait parfaitement l'hypothèse d'effets mécaniques du classement.




5 - Les sociostyles heurtent  souvent l'idéal quantitativiste des commerciaux de formation classique du type HEC, ESSEC, ESC etc... et correspondent mal aux dispositions de "créatifs" spontanément méfiants envers ce qui peut nuire à l'imagination pure et débridée dont ils se veulent porteurs.




6 - Lire Leïla RABIA " Une évaluation empirique des études de styles de vie dans les agences de publicité en France" in Cahiers lyonnais de recherche en gestion , n°12, avril 1992 pp.155-173




7 - Lorsqu'ils y sont plutôt favorables, les utilisateurs se trouvent par ailleurs contraints par leurs partenaires de tempérer leur engouement. Pour quitter le pôle publicitaire au sens large, les propos du Directeur du département d'études et prospective du Ministère de la Culture, commanditaire d'études, est à ce titre significatif :
" Je me suis adressé à ces gens là, j'ai été très mal jugé par la communauté scientifique, par des collaborateurs qui trouvaient que c'était du vent. Moi, ça me paraissait plus prometteur. Mais il y a toujours une sorte de boîte noire dans ces trucs là qui fait qu'à un moment il se prend des décisions au niveau des gars qui élaborent sur des logiciels de traitement , soit les questionnaires qui étaient extraordinairement difficiles à décrypter en d'autres termes que celui de la subjectivité. C'était difficilement acceptable". (Automne 1992)  in Genèses n°29 - Dosssier de Didier Georgakakis.




8 - Dans son article sur les échelles d'observation de la consommation de Février 99, Dominique Desjeux note que
1) " la première faiblesse des auteurs postmodernes est que la plupart d'entre eux ne réalisent pas d'études empiriques. Ils s'appuient le plus souvent soit sur leur feeling , soit sur la publicité, voire sur les résultats des études de marketing publiées dans les magasines. Cela les conduit à développer, sur un mode esthétisant souvent stimulant, des conclusions sur le temps des tribus pour reprendre le titre de l'un des livres les plus significatifs de Michel Maffesoli, ou sur « l'esthétisation de la société » des styles de vie volatils".
2) " la seconde faiblesse du postmodernisme est d'avoir généralisé un moment "romantique", celui de la jeunesse, pour en faire une caractéristique de la société. La société ne serait ni individualisée, ni structurée en classes mais organisée en petits groupes émotionnels et provisoires. Or cette approche n'est pertinente que pour deux catégories spécifiques :
d'un côté , les adolescents et une partie des jeunes (publicité pour Tamtam ou Tatoo.)
de l'autre une fraction limitée des adultes qui s'occupent la nuit dans les bars ou les rallyes à la recherche d'une forme de transgression sociale éphémère et émotionnelle, parce qu'ils sont seuls ou en période d'instabilité. (publicité pour le whisky Campbell)
La vision post-moderne a donc fortement imprégné l'imaginaire des publicitaires.




" Socio - style "  par Nicolas HERPIN in Revue Française de Sociologie , Avril-Juin 1986, Vol.XXVII-2 pp.265 à 271.
En marge de la recherche universitaire et des publications savantes, s'est développée une littérature qui prétend se rattacher à la sociologie.
Ni les informations qu'elle établit, ni ses concepts, ni ses méthodes ne confèrent aux écrits sur les socio-styles une situation très remarquable et, assurément , l'apport scientifique de cette approche ne mérite pas une discussion approfondie. cependant un mouvement d'opinions autour des socio-styles existe.
Cette note se propose d'esquisser l'étude de ce phénomène. 
La démesure des prétentions de ses initiateurs rapproche ce mouvement du prosélytisme de secte.

 
 

C O N C L U S I O N


L'approche descriptive de l'étude de la civilisation et l'acquisition d'une compétence socio-culturelle doit faire l'objet d'une approche descriptive des traits caractéristiques d'un groupe humain en l'occurence les Français à partir d'informations recueillies sur :
1) le système social qui comprend tout ce qui concerne la vie, la reproduction et la subsistance de la population: la famille, les relations de parenté, les relations entre les sexes et les âges, les problèmes de la santé, de l'alimentation, de l'habillement, de l'habitat, de la sécurité des biens et des personnes, du travail et des loisirs.
2) le système économique qui comprend tout ce qui concerne la production, la consommation et l'échange de biens et de services. On devra donc y inclure aussi bien les moyens de communication que les entreprises, les techniques , la vie syndicale, la planification et l'aménagement de l'espace, enfin les problèmes monétaires et financiers.
3) le système politique qui comprend tout ce qui concerne l'organisation des rapports entre les hommes en tant que citoyens et les pouvoirs de décision, plus ou moins institutionnalisés, qu'implique cette organisation. Doivent donc être inclus dans le système linguistique le droit et les coutumes, les institutions et administrations publiques, ainsi que la vie civique, les partis et mouvements, enfin l'organisation et la répartition du pouvoir.
4) le système culturel qui correspond lui aussi, à un secteur bien défini du système social. Il concerne tout ce qui se rapporte à la vie de l'esprit, c'est à dire, en termes plus sqcientifiques, la création et la diffusion des codes de toutes sortes.(linguistique, ethnique, esthétique, code du savoir, code des croyances etc....) autrement dit le domaine des signes , des symboles, des normes et des valeurs. C'est grâce à ces codes que les hommes ont entre eux des rapports de communication proprement dits.

Ces différents points ont été développés par
Agnesa FANOVA de l'Université Comenius dans un article "
le professeur de FLE : médiateur culturel et interculturel"et
Henri HOLEC du CRAPEL de l'Université de NANCY II dans un article :
" l'acquisition de la compétence culturelle; Quoi ? Pourquoi ? Comment ? " Publié dans le numéro 69 des Etudes de Linguistique Appliquée,  coordonné par Geneviève Zarate (en Janvier 1988).
Dans cet article, H.HOLECdresse la liste des domaines dans lesquels l'enseignant de civilisation doit recueillir des informations:
- histoire du groupe humain considéré: les Français.
- la société dans laquelle vivent les individus de ce groupe  (institutions, modes de vie, comportements sociaux, pratiques langagières, courants philosophiques, religieux, artistiques, traditions, etc....)
- les production de tous ordres de ce groupe : porduits artistiques (littérature, architecture, peinture, cinéma, télévision) produits techniques.etc...
Il ne doit pas s'agir d'une présentation fourre-tout, de type encyclopédique, qui risque vite de devenir indigeste.

Si les 4 grandes distinctions énoncées plus haut  (sociale, politique, économique, et culturelle) servent la plupart du temps de guide aux auteurs de Manuels de Civilisation de FLE ( Knox,R.Steele,  Paoletti, Torrès, Béacco, Monnerie, Kimmel, Beauchamp,  etc..) la conception de toute civilisation comme un système doit amener l'enseignant dans une seconde phase à une réflexion plus synthétique .
"Il n'est pas question  pour un didactologue de chercher à imposer sa culture. Son seul but doit être de faire comprendre la culture de la langue étrangère qu'il enseigne et non de la faire acquérir. Or , l'accès à la culture ne peut se faire que par le langage : il en est le véhicule  (véhicule de la littérature, des sciences, des rites, des mythes, des comportements etc...) , il en est le produit qui s'adapte aux cultures et à leur évolution (création continue de néologismes à interpréter comme les marques d'une certaine acceptation culturelle: cf . la page des lexicolstyls) il en est le producteur parce que c'est par l'entremise du langage que les représentations , les attitudes collectives etc.. se font et se défont.
Malgré cette constante symbiose entre langue et culture, on essaie encore parfois de séparer la langue de sa culture pour n'emprunter que le véhicule, ce qui se traduit toujours par un échec, soit par l'ennui des apprenants.
En réalité, il faut accéder à la culture partagée par l'entremise de la langue , et spécialement  par le lexique parce que ce sont les mots qui sont les réceptacles privilégiés pour certains contenus de culture qui s'y déposent, y adhèrent et ajoutent ainsi une autre dimension à la dimension sémantique ordinaire des signes".Pierre Dumont Université Paul Valéry Montpellier III (Travaux de Didactique du FLE - 1995)
C'est l'objet de cette présentation et des exercices autour des techniques d'analyses empruntés au marketing et à la science politique,  basés sur la segmentation en stéréotypes.Ce détournement volontaire interdisciplinaire au profit de l'apprentissage interculturel apporte beaucoup à dynamique de la classe et la mise en oeuvre pratique en est immédiate .

 
 

LIENS   SUR   LES   SOCIOSTYLES

1   2   3   4   5

similaire:

Déjà, un colloque interdisciplinaire de philosophes, de scientifiques et de sociologues s\Résumé : Les concepts scientifiques pour comprendre, des pistes pédagogiques...

Déjà, un colloque interdisciplinaire de philosophes, de scientifiques et de sociologues s\Dans le domaine de l’édition : traduction à partir du russe
«Sagesses populaires» pour le Nouvel Observateur, hors-série n°47, mai 2002, «La sagesse d’aujourd’hui»

Déjà, un colloque interdisciplinaire de philosophes, de scientifiques et de sociologues s\Un tournant géopolitique vers le nouvel ordre mondial et la gestion de l’environnement ?

Déjà, un colloque interdisciplinaire de philosophes, de scientifiques et de sociologues s\2- recherche : Chercheur à l’Institut de Pédiatrie Sociale de l’Université de dakar depuis 1981

Déjà, un colloque interdisciplinaire de philosophes, de scientifiques et de sociologues s\Colloque national du Chantier Arctique Français «Arctique : les grands enjeux scientifiques»

Déjà, un colloque interdisciplinaire de philosophes, de scientifiques et de sociologues s\La fin du vingtième siècle et le début du vingt et unième siècle...
«scientifique». Sa réflexion entend apporter un correctif qu'il juge important pour le progrès scientifique lui même, au sens englobant...

Déjà, un colloque interdisciplinaire de philosophes, de scientifiques et de sociologues s\Une réception posthume difficile pour un nom de plus en plus inconnu
«qu’était Marcel Jousse ?» La réponse à cette question de fond se révèle plus difficile qu’il n’y paraît, surtout si un souci rigoureux...

Déjà, un colloque interdisciplinaire de philosophes, de scientifiques et de sociologues s\Salle 103 : Études scientifiques à l’Université et dut

Déjà, un colloque interdisciplinaire de philosophes, de scientifiques et de sociologues s\Vingt mille lieues sous les mers’’
«Vous ne regretterez pas le temps passé à mon bord […] À partir de ce jour, vous entrez dans un nouvel élément, vous verrez ce que...

Déjà, un colloque interdisciplinaire de philosophes, de scientifiques et de sociologues s\Pistes pour la construction d’une progression pour le thème 1 : matièRE,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com