Annales de biophysique : questions rédactionnelles








télécharger 145.29 Kb.
titreAnnales de biophysique : questions rédactionnelles
page1/4
date de publication15.11.2016
taille145.29 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3   4




ANNALES DE BIOPHYSIQUE : questions rédactionnelles

Janvier 1994  (1):

  1. De quels réglages dispose-t-on sur un appareil de radiographie de radio diagnostic médical ? Expliquer très brièvement leur rôle.

  2. Décrire schématiquement les mécanismes de réparation de l’ADN après irradiation.

  3. Enumérer dans l’ordre les étapes qui permettent d’obtenir une coupe en tomographie axiale numérique.

Janvier 1994 (2) :

  1. Qu’appelle-t-on effet oxygène ?

  2. Que représente la courbe de sensibilité d’un film ? Quelles grandeurs sont représentées en abscisse et en ordonnées ?

  3. Temps de relaxation en Résonance Magnétique Nucléaire. Définition, description et intérêt en imagerie.

Janvier 1999 :

  1. Qu’appelle-t-on « renforcement postérieur » et « cône d’ombre » en échographie ?

  2. Quels sont les paramètres à régler pour optimiser l’image en vue d’un examen de radiologie conventionnelle ?

  3. Temps de relaxation en Résonance Magnétique Nucléaire. Définition et intérêt en imagerie.

Janvier 2000 :

  1. Qu’appelle-t-on effet direct ou indirect des radiations ionisantes sur les molécules d’ADN ?

  2. Qu’appelle-t-on scintigraphie dynamique ? Donner un exemple.

  3. Qu’est-ce que l’effet piézoélectrique ? Quelles sont les applications principales en imagerie médicale ?

Janvier 2001 :

  1. Qu’appelle-t-on fréquence de Larmor en Imagerie par Résonance Magnétique Nucléaire ? (si vous utilisez des symboles dans la définition, définissez-les également)

  2. De quels facteurs dépend la variabilité de la réponse cellulaire à l’irradiation ?

  3. Quels est le paramètre local représenté sur une image scanographique (Tomographie X) ? Définissez les symboles que vous utiliserez éventuellement et donnez l’unité dans laquelle ils sont mesurés.

Janvier 1991 :

  1. Description sommaire des éléments constituants une gamma-caméra.

  2. Qu’est-ce que l’échelle de Hounsfield en scanographie ? Avantages.

  3. Définir l’efficacité biologique relative d’un rayonnement A par rapport à un rayonnement de référence.

Janvier 1992 :

  1. Expliquer schématiquement le rôle des écrans renforçateurs en radio-diagnostic.

  2. Qu’appelle-t-on « mort cellulaire » après une irradiation ?

  3. Définir et illustrer, à l’aide de l’exemple de la tomodensitométrie, une image numérique. Intérêt de la numérisation (ou digitalisation).

Janvier 2005 :

  1. Citer et décrire brièvement les principales étapes permettant d’obtenir l’image d’une coupe axiale en tomographie X (scanographie).

  2. Décrire sommairement les différents types de radiographie (externe et interne) que l’on peut proposer à un sujet porteur d’un cancer, leur principe et la nature des rayonnements utilisés.

  3. En échographie : - Qu’est qu’une interface ?

  1. Quels sont les paramètres permettant de la caractériser ? On définira les symboles utilisés.

Janvier 2007 :

  1. Indiquer, de manière concise, ce que l’on appelle « effet direct » et « effet indirect » des rayonnements ionisants.

  2. Expliquer succinctement le principe de la détermination des vélocités sanguines par ultrasons. Quel est l’intérêt du point de vue médical.

  3. Tomographie par émission de positons : principe de fonctionnement et modes d’acquisition. 

Janvier 2006 :

  1. Décrire brièvement le principe et l’intérêt de la technique du patch-clamp.

  2. Définir ce qu’est un radio-traceur et indiquer ses principales caractéristiques. Donner un exemple.

  3. Quelle grandeur physique est représentée en chaque pixel d’une image des techniques suivantes : - Imagerie par Résonance Magnétique

  1. Scanographie

  2. Echographie

  3. Scintigraphie

Janvier 2008 :

  1. De quels paramètres dépend le contraste au niveau de l’image radiante en radiographie ? Les citer et expliquer brièvement l’influence de chacun d’entre eux. (max 10 lignes)

  2. Enumérer les avantages de la technique du patch-clamp par rapport aux autres techniques élecrophysiologiques. (max 10 lignes)

  3. Quelles est l’utilité de l’impulsion radiofréquence en Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) (max 10 lignes)

Janvier 2002 :

  1. Quels réglages peut-on faire sur un tube à rayons X ?

  2. En l’absence de moyens dosimétriques, pourquoi peut-on utiliser les études portant sur la fréquence des aberrations chromosomiques instables des lymphocytes circulants dans le but d’une dosimétrie rétrospective ?

  3. Donner une définition de la résolution spatiale d’un système d’imagerie (en une phrase). De quoi dépend la résolution spatiale en échographie d’une part et en IRM d’autre part ?


ANNALES DE BIOLOGIE CELLULAIRE : questions rédactionnelles

Janvier 2001 :

  1. Décrire l’ultra-structure du pore nucléaire et dire comment une protéine du haut poids moléculaire passe du cytoplasme dans le noyau.

  2. Décrire succinctement les différents mécanismes de la transformation tumorale non rétrovirale d’une cellule somatique.

  3. Décrire en microscopie électronique la structure des jonctions intercellulaires qu’on observe au niveau du complexe de jonction au cadre cellulaire d’une cellule épithéliale. Pour chacune d’elles, indiquez le rôle et précisez la nature des principales glycoprotéines qui les constituent.

Janvier 1995 :

  1. Décrire les différentes étapes du passage d‘une chaine d’AA dans la lumière du REG.

  2. Définir en donnant en exemple l’hypothèse de Knudson à propos des gènes suppresseurs ou anti-oncogènes.

  3. Les intégrines : structure biochimique, principales fonctions.

Janvier 1999 :

  1. Définir ce que l’on entend par site chromosomique fragile. Illustrer par des exemples.

  2. A propos de la structure des protéines par les ribosomes liés au RE, décrire les différentes étapes du passage d’une chaîne d’AA n cours de synthèse vers la lumière du RE. Dire pourquoi une chaîne d’AA s’arrête à un niveau ou à un autre du réseau membranaire intracellulaire ou est sécrétée à l’extérieur. Indiquer les principales modifications post-traductionnelles d’une protéine dans le RE.

  3. Décrire la structure morphologique et biochimique des microtubules cytoplasmiques et énumérer leurs principales fonctions.

Janvier 2000 :

  1. Définir l’euchromatine. Dire à quelles structures elle correspond dans le noyau et décrire les principales étapes de la transcription des ARN messagers.

  2. Quels sont les mécanismes de régulation qui interviennent dans le contrôle de l’activité enzymatique du MPF (Maturing Promoting Factor) ?

  3. Quelles sont les fonctions des peroxysomes ? Dire en fonction de quoi on classe les principales pathologies héréditaires du peroxysome ? Précisez comment sont les peroxysomes sous l’angle ultra-structural dans chacune des classes de maladie.

Janvier 2001 :

  1. Décrire l’ultra-structure du pore nucléaire et dire comment une protéine de haut poids moléculaire passe du cytoplasme dans le noyau.

  2. Décrire succinctement les différents mécanismes de la transformation tumorale non rétrovirale d’une cellule somatique.

  3. Décrire en microscopie électronique la structure des jonctions intercellulaires qu’on observe au niveau du complexe de jonction au cadre cellulaire d’une cellule épithéliale. Pour chacune d’elles, indiquez le rôle et précisez la nature des principales glycoprotéines qui les constituent.

Janvier 2003 :

  1. Définir la maladie de surcharge lysosomale. Décrire brièvement son mécanisme et ses conséquences au niveau de la cellule. Donner 3 exemples de maladie de surcharge. Dire comment on peut traiter une maladie lysosomale.

  2. Le caryotype est un examen biologique pratiqué lorsqu’on soupçonne l’existence d’une aberration chromosomique. On distingue 2 types de caryotype selon que cet examen est réalisé avant la naissance (caryotype prénatal) ou après (caryotype postnatal). Donner les principales indications de ces examens.

  3. En prenant l’exemple de l’endocytose des particules LDL.

  1. Définir succinctement ce type de transport membranaire et ses 2 principales différences avec la pinocytose.

  2. A l’aide si nécessaire d’un schéma, expliquer les différentes étapes du mécanisme de pénétration intracellulaire des LDL.

  3. Donner le nom d’une maladie due à un trouble de ce mécanisme en précisant sa principale caractérisation biologique.

Janvier 2004 :

  1. Décrire la structure en microscopie électronique des pores nucléaires et indiquer les principales caractéristiques du transport permettant le passage cytoplasmo-nucléaire d’une protéine d’un poids moléculaire supérieur à 50 kda.

  2. Décrire la structure morphologique et biochimique des microtubules cytoplasmiques.

  3. Décrire les caractéristiques morphofonctionnelles de cadhérines. Précisez leur localisation au niveau de la membrane plasmique cellulaire. Enumérer les principaux organes dans lesquels on les observe.

Septembre 2004 :

  1. Glycosylation post traductionnelle des protéines. Définition et rôle principal. Quels sont les différents types de protéines concernées ? Décrire les différentes étapes de ce processus en précisant dans quel organite chacune se déroule.

  2. Citer les 2 principales catégories de protéines cytosoliques qui s’associent à la paroi des vésicules cytoplasmiques responsables du transport vésiculaire des protéines. Précisez leur lieu de synthèse leur localisation et leurs rôles respectifs. Donner des exemples. Enumérer les autres facteurs intervenant dans le transport vésiculaire.

  3. Les filaments intermédiaires sont classés en 6 catégories différentes par leur structure moléculaire. Enumérer les différentes molécules qui les forment en précisant pour chacune la cellule ou elles se trouvent et en indiquant leurs particularités subcellulaire quand elle est connue.

Juin 2003 :

  1. Décrire 3 exemples d’anomalies moléculaires entraînant des maladies hématologiques. Donner un exemple de thérapeutiques ciblées actuelles ou futures pour une de ces pathologies.

  2. Définition d’une cellule souche unipotente.

Juin 2004 :

  1. Plusieurs facteurs de croissance augmentent la synthèse de matrice extracellulaire. Choisissez 2 d’entre eux comme exemple et dites, pour chacun :

  1. Sur quels types de cellules il s’agit

  2. Comment il agit sur ces cellules (récepteur, effet sur la prolifération et la différenciation)

  3. Donnez des exemples en physiologie et en pathologie de l’implication de ce facteur de croissance.


Janvier 2005 :

  1. A propos de la transcription des ARN :

  1. Faire le schéma d’un « arbre de noel » en indiquant la nature des différentes parties.

  2. A quoi ces différentes parties correspondent-elles dans le nucléole ? (faire un schéma au besoin)

  3. Précisez les différentes étapes du devenir de l’ARN précurseur transcrit au niveau du nucléole.

  4. Est-ce que la transcription des ARN messagers prend l’aspect de « l’arbre de noel »?

  5. Observe-t-on la structure de l’ »arbre de noel » in vivo dans le noyau inter-phasique ?

  1. La cellule cancéreuse. Dire quelles sont ses 2 caractéristiques principales. Décrire les caractéristiques morphologiques qui différencient in vivo la cellule cancéreuse d’une cellule normale. Décrire brièvement les caractéristiques fonctionnelles des cellules cancéreuses in vitro.

  2. Les cellules souches. Donner la définition, l’aspect morphologique et les propriétés d’une cellule souche embryonnaire humaine. Dire en quelles cellules elle peut se différencier. Précisez les facteurs qu’on utilise pour la différencier.


Janvier 2007 :

c:\users\hélène\pictures\mp navigator ex\2008_09_14\img_new.jpg

  1. Cette courbe décrit le pourcentage de malade survivants (l=100%) en fonction du temps après une intervention chirurgicale suivant qu’ils « sont MMP9positifs ou négatifs ». Décrivez brièvement :

  1. Quels patients ont été étudiés

  2. Comment ces résultats ont pu être obtenus

  3. A quelle famille appartient MMP9

  1. On veut maintenant savoir s’il existe une relation de cause à effet entre la MMP9 et la survenue de métastases. Quelles expériences pourriez-vous mettre en place ?

  2. Par quels mécanismes la MMP9 peut favoriser les métastases ?


Janvier 2006 :

c:\users\hélène\pictures\mp navigator ex\2008_09_14\img_new_0001.jpg

  1. Quelles sont les différentes sources de cellules souches hématopiétiques. Décrivez brièvement les avantages et les inconvénients de chacune d’elle.

  2. Vous souhaitez mettre en place une thérapie cellulaire de l’insuffisance cardiaque ischémique. Dans quels buts souhaitez-vous réaliser une telle transplantation cellulaire ? Quels sont les différents types cellulaires que vous envisagez d’utiliser ? Citer 2 examens complémentaires vous permettant d’évaluer l’efficacité de votre traitement.

  3. Des cellules malignes sont cultivées en suspicion liquide en présence des drogues W65 et S89 à 3 concentrations différentes. Chaque jour, le nombre de cellules vivantes par millilitres est obtenu après test au bleu de trypan. Les résultats du nombre des cellules vivantes obtenus en fonction du temps en présence des drogues est présenté sur le schéma. Que pouvez-vous dire de l’effet de ces drogues sur les cellules malignes ?

Janvier 2008 :

Une nouvelle drogue ZIP a été isolée d’une plante et serait susceptible d’entraîner la prolifération et la différenciation des progéniteurs des cellules du foie de souris.

  1. Définissez le terme « progéniteurs ».

  2. Décrivez les expériences nécessaires pour étudier la prolifération des progéniteurs des cellules du foie en présence de la drogue : décrire notamment le type de technique de culture, les paramètres à analyser, et les résultats attendus pour définir l’induction d’une prolifération de ces cellules e présence de ZIP.

  3. Décrivez les expériences nécessaires pour définir l’induction de la différenciation des progéniteurs des cellules du foie en présence de drogue : décrire notamment les expériences que vous ferez, les outils utilisés et les résultats attendus pour démontrer l’induction de la différenciation avec ZIP.

ANNALES DE BIOCHIMIE : questions rédactionnelles

Janvier 2008 :

  1. Lors d’un déficit en ornithine transcarbamylase, on observe une diminution de la citrulline plasmatique alors que la concentration en glutamine augmente. Expliquez pourquoi en décrivant les réactions biochimiques participant à l’élimination de l’azote par le cycle de l’urée. Expliquez également l’augmentation de l’acide orotique urinaire, intermédiaire de la synthèse des bases pyrimidiques.

  2. Le diabète touche aujourd’hui plus de 100 millions d’individus dans le monde et constitue un problème majeur de santé publique. Le diabète de type 2 (diabète non insulino-dépendant ou DNID) est de loin le plus fréquent, représentant environ 90% de l’ensemble des diabètes. Il combine un déficit de sécrétion insulinique et une résistance à l’insuline.

  1. Décrire brièvement les principaux mécanismes de la résistance à l’insuline associés à l’insuline.

  2. Les sulfamides hypoglycémiants (sulfonylurées) sont très utilisés dans les traitements du diabète e type 2. Ils se fixent sur la SU SUR-1 des canaux K+ ATP-dépendants de la cellule béta d pancréas et miment l’action de l’ATP. Connaissant le mécanisme d’action de ce canal K+, comment pouvez-vous expliquer l’action corrective des sulfamides hypoglycémiants sur le diabète de type 2.

  3. Malgré leur efficacité certaine, la prescription des sulfonylurées présente un certain nombre d’inconvénients, dont le plus alarmant est l(hypoglycémie avec risque de coma hypoglycémique. C’est pourquoi la recherche d’une alternative thérapeutique reste d’un très grand intérêt. L’utilisation du GTP-1 (Glucagon-like peptide 1) est l’une des pistes actuellement étudiées. En vous aidant de vos connaissances sur son action physiologique, expliquer les raisons pour lesquelles cette molécule pourrait présenter d’intéressantes propriétés antidiabétiques.

  1. La rapamycine est l’une des drogues utilisées en thérapie chez les patients atteints de la maladie de Huntington. Sachant que la rapamycine peut se complexer à la protéine kinase mTOR et l’inhiber, expliquer quel mécanisme de dégradation protéolytique est ciblé par cet antibiotique, et en quoi est-ce bénéfique pour les patients ?

  2. Quels sont les différences entre le fonctionnement du récepteur aux estrogènes et de celui de l’acide rétinoique ?

Septembre 2008 :

  1. Utilisation d’anticorps recombinant dans le traitement du cancer du sein HER2 positif :

  1. Définir les caractéristiques de cet anticorps recombinant

  2. Quelle est la cible moléculaire de cet anticorps recombinant ?

  3. Quels sont les mécanismes d’action de cet anticorps recombinant qui expliquent son efficacité thérapeutique ?

  1. Décrire en les illustrant d’un exemple, les différentes lésions génétiques conduisant au développement des cancers.

  2. – Quel est le précurseur de la synthèse du cholestérol et à quels constituants majeurs, le cholestérol donne-t-il naissance ?

_ Quels sont les mécanismes de régulation à long terme d’un excès de cholestérol au niveau intra-cellulaire ?

_ Citez un médicament hypoglycémiant et décrivez brièvement son mécanisme d’action.

Janvier 2007 :

  1. Chez un homme sain absorbant 3 repas équilibrés par jour, décrivez les éléments cellulaire et métaboliques qui permettent au foie de maintenir une glycémie normale après 8heures de sommeil (10min).*

Expliquer les propriétés anti agrégantes plaquettaires de l’aspirine (5 min)

Biosynthèse de la désoxy thymidine et anticancéreux (5min)

  1. Citer, en les illustrant par un exemple, les différents types de lésions génétiques pouvant favoriser le développement des cancers (10min).

Fonctionnement comparé des récepteurs nucléaires pour les estrogènes et pour l’acide rétinoique (10min).

  1. Un homme de 75 ans est venu consulter suite à des douleurs osseuses persistantes. Il présente une protéinurie importante (correspondant à des chaînes légères libres monoclonales de type lambda) et la radiographie crânienne montre un aspect de géodes :

  1. Quelle est la pathologie évoquée par ces résultats ?

  2. Des analyses par électrophorèse et immunofixation sériques ont été effectuées : _ donner le principe de ces 2 techniques

_ quels sont les résultats attendus de ces 2 analyses pour ce type de pathologie (cas typique) (10min)

Principe des mesures par PCR quantitative cinétique dite « en temps réel ».

Janvier 2006 :

  1. En vous situant en phase perprandiale (pendant un repas…), décrire à l’aide d’un schéma les 3métabolismes glucidiques, lipidiques et protidiques avec les principaux organes effecteurs et le rôle du couple Insuline/Glucagon.

  2. Rôles et composition des 3 grandes classes de lipoprotéines dans la voie endogène du transport des lipides.

  3. Contrôle de la transition G1/S : mécanismes biochimiques et régulations.

  4. Comparer les fonctionnements moléculaires des récepteurs nucléaires de type I et II.

  5. PCU et grossesse : que risque une fille phénylcétonurique enceinte et non-prise en charge (son traitement pour PCU s’étant arrêté à l’adolescence) ? Comment explique-t-on les lésions engendrées chez le fœtus ? En quoi consiste la prise en charge des filles phénylcétonuriques en âge de procréer ?

Septembre 2006 :

  1. Mécanismes hyperglycémiants en période interprandiale.

  2. Rôle des virus dans la transformation cellulaire.

Septembre 2007 :

  1. Régulation de la glycémie le matin au réveil.

  2. La phénycétonurie :

  1. Quel est le déficit lié à cette maladie métabolique ?

  2. Quelles sont les conséquences principales dues à ce déficit ?

  3. Quel est le problème posé par les femmes phénycétonuriques et comment sont-elles pris en charge ?

  1. Définition et exemples d’oncogènes et anti-oncogènes.


ANNALES DE PHYSIOLOGIE : questions rédactionnelles

Janvier 2006 :

  1. En vous aidant d’un schéma, expliquez les particularités de la circulation cutanée chez l’homme qui permettent la modulation du transport de chaleur du noyau à la périphérie.

  2. Décrire les mécanismes de régulation successivement mis en jeu au cours d’une acidose métabolique par production endogène d’acide.

  3. Décrire les principaux mécanismes mis en jeu au cours du jeûne prolongé qui permettent de maintenir un apport énergétique au cerveau tout en éliminant la fonte musculaire.

Janvier 2001 :

  1. Décrire les mécanismes impliqués dans l’ovulation.

  2. Décrire les propriétés physiologiques des récepteurs dans le système somesthésique.

  3. Décrire l’évolution des flux de glucose au cours du jeûne.

Janvier 2007 :

  1. Décrivez la voie du système nerveux végétatif impliqué dans la sudation et la vasomotricité. Quelles conséquences pouvez-vous attendre d’une section d’un nerf spinal ?

  2. Comment évoluent les propriétés mécaniques et les capacités de stockage sanguin au cours d’une hypertension artérielle aigue et chronique ?

  3. Expliquez brièvement les principaux rôles du foie dans le métabolisme des glucides, des lipides et des protéines, en distinguant (sans les détailler) les principales voies métaboliques mises en jeu pendant la période post-prandiale et pendant la période inter-prandiale.

Janvier 1999 :

  1. Quelles sont les conséquences métaboliques de l’hyperglycémie et de l’hyperinsulinémie post-prandiales ?

  2. Décrire les mécanismes d’ajustement du débit cardiaque et du retour veineux lors d’un exercice musculaire dynamique.

  3. Une pression non douloureuse est exercée sur la pulpe de votre index. Décrivez les structures nerveuses et les principaux mécanismes neurophysiologiques mis en jeu, de la périphérie au cortex, conduisant à la perception et l’intégration de ce stimulus.

Janvier 2000 :

  1. Décrire succinctement les principaux mécanismes d’adaptation au jeûne.

  2. Rôle et mode d’action du système nerveux autonome sur les glandes sudoripares.

  3. Indiquer les principaux éléments de la boucle régulatrice entre glycémie et la sécrétion d’insuline.

Janvier 1992 :

  1. Quel est l’effet d’un arrêt de fonctionnement de la Na/K ATPase sur le potentiel membranaire de repos ? Quel est le mécanisme mis en jeu dans la modification observée ?

  2. Par quels critères caractérise-t-on un canal ionique ?

  3. Décrire brièvement les modifications des compartiments liquidiens induites par une perfusion de 2 L de solution de glucose isotonique à 5%.

Janvier 1994 :

  1. Par quels critères caractérise-t-on un canal ionique ?

  2. Comment évolue la concentration plasmatique de bicarbonates lors d’une augmentation de la PCO2 ? Pourquoi ?

  3. Décrire brièvement les modifications des compartiments liquidiens induits par la perfusion de 2L de solution de chlorure de sodium à 4.5% (4.5 g/L).

Janvier 1995 :

  1. Décrire brièvement les étapes consécutives à la fixation du cortisol sur ses récepteurs.

  2. Décrire le chemin de la noradrénaline dans la synapse du système sympathique.

  3. Quelle modification du volume cellulaire l’arrêt de la Na/K ATPase entraîne-t-il ? Quel est le mécanisme mis en jeu ?

Septembre 2008 :

  1. Citez un agoniste et un antagoniste des récepteurs muscarinique et nicotinique. Expliquer pourquoi le curare bloque à la fois le système nerveux sympathique et parasympathique.

  2. Quels sont les effets biologiques d’une hypophysectomie (énumérer chacun des effets par une courte phrase, hormone par hormone)

  3. Décrire brièvement les mécanismes impliqués dans la régulation de la prise alimentaire à court terme et à long terme en citant les principaux facteurs impliqués, leur lieu de sécrétion et d’action.

Janvier 2008 :

  1. Décrivez l’organisation du système nerveux entérique. Donnez un exemple de malformation affectant le système nerveux entérique et la complication grave qui est à craindre lors d’une atteinte sévère.

  2. Un sujet se présente avec les gaz du sang suivants :

  1. PaO2=55mmHg

  2. PaCO2=55mmHg

  3. pH=7,35

  4. HCO3-=35mmol/l

  1. Définir son état acido-basique

  2. Quel est l’élément initialement perturbateur ?

  3. Quelle est la réaction de l’organisme ?

  4. Sur quel élément devrait-on agir pour corriger au mieux l’anomalie initiale ?

  1. Par quels mécanismes, l’altération de la paroi artérielle des petites et des grosses artères entraîne-t-elle une hypertension artérielle ?


ANNALES ECO/EPIDEMIO/ETHIQUE

Janvier 2001 :

  1. Différences diagnostic-dépistage : Influence sur l’utilisation des tests diagnostiques.

  2. Principe et but de la randomisation dans un essai thérapeutique

  3. Etude cas-témoin : principes

Janvier 2002 :

  1. Décrivez succinctement les différents types d’études utilisés en périphérie étiologique (ou analytique) ?

  2. Quelles sont les conditions dans lesquelles se justifie la mise en place d’un programme de dépistage ?

  3. Procédures d’aveugle dans les essais thérapeutiques : description, intérêt, difficultés rencontrées.

Septembre 2002 :

  1. Principe et but de la randomisation dans essai thérapeutique.

  2. Qu’est-ce qu’une enquête de cohorte ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ?

  3. Indices permettant d’évaluer la performance d’un test diagnostique (définition, propriétés)

Janvier 2005 :

  1. ECO : Définition de la qualité des soins et différents niveaux auxquels on peut porter l’évaluation l’évaluation de la qualité des soins.

  2. ECO : Compromis entre la sensibilité et la spécificité, choix des seuils.

  3. ETHIQUE : Vous êtes médecin, Pauline 12ans vient consulter seule, pour des brûlures urinaires, elle se dit fatiguée et nauséeuse depuis plusieurs jours, elle vous paraît inquiète et mal à l’aise. En l’examinant, vous constatez qu’elle présente des ecchymoses d’âges différents sur les cuisses et les bras qui vous semblent correspondre à des violences répétées. Vous l’interrogez avec tact et, petit à petit, elle vous révèle qu’elle est victime des sévices presque quotidiens de la part d’une personne de sa famille. Elle vous supplie de ne rien dire car elle a peur des représailles. Quelle conduite proposez-vous pour assurer la protection de cette enfant ? Argumentez votre réponse. (vous traiterez cette question seulement sous l’angle éthique et déontologique sans aborder les explorations complémentaires et les traitements médicaux)

Janvier 2006 :

  1. ECO : la CSBM :

  1. Définition de cet agrégat

  2. Pourcentage par rapport au PIB

  3. Evolution sur 50 ans

  4. Répartition en secteur de dépenses

  5. Financement de la CSBM par les  « assurances complémentaires et obligatoires » 

  1. ETHIQUE : Delphine, 6mois, est examinée aux urgences pour un hématome très étendu du front, attribué par ses parents à la chute d’une boîte à musique du haut du berceau. L’enfant paraît pâle et triste. Les radiographies du crâne et les examens de l’hémostase (recherche de troubles de la coagulation) sont normaux. Quelles attitudes adopteriez-vous par rapport à l’enfant, par rapport à la famille ? Argumentez vos réponses.

  2. EPIDEMIO : Quels sont les différents facteurs pouvant expliquer la réponse à un traitement ?

Janvier 1994 : Epidémio

  1. Quelles sont les étapes importantes d’un essai thérapeutique ?

  2. Pourquoi évaluer la qualité des soins ?

  3. Budget global :

  1. Qui le paie ?

  2. Quelle est sa principale composante ?

Janvier 1995 : Epidémio

  1. Qu’est-ce qu’une étude cas-témoins ?

  2. Dans un essai thérapeutique, que signifient les termes double insu et double aveugle ?

  3. Quels sont les éléments qui permettent de définir l’évaluation de la qualité des soins ?

Janvier 1991 : Epidémio

  1. En quoi les études exposé /non exposé différent des études cas-témoins ? Précisez leurs avantages et leurs limites réciproques.

  2. La randomisation dans un essai thérapeutique : intérêt

  3. Quels sont les principaux postes de dépense dans un hôpital ?

Janvier 1992 : Epidemio

  1. Incidence/prévalence : Donner la définition de ces 2 termes, indiquez en quoi ils diffèrent et leurs modalités d’utilisation.

  2. Quelles sont les principales sources de recettes et les principaux postes de dépenses pour l’hôpital et la part de chacun d’eux ?

  3. Qu’est-ce que la randomisation dans un essai thérapeutique ? A quoi sert-elle ?

Janvier 1990 : Epidemio

  1. Valeur prédictive d’un test de dépistage : expliquer cette notion à l’aide d’un exemple et indiquez succinctement son intérêt en médecine génarale.

  2. Qu’est-ce que le budget global d’un hôpital ?

  3. Expliquez la différence de méthode utilisée dans les enquêtes exposé/non exposé et les études cas-témoin. Quels sont leurs avantages et leurs inconvénients respectifs.

Septembre 2006 :

  1. EPIDEMIO : Objectif, intérêts et limites des enquêtes cas-témoins ?

  2. ETHIQUE : Le docteur B, médecin généraliste, est appelé une nuit, en urgence, auprès d’un patient, monsieur M. Lorsqu’il arrive, il constate que l’adresse indiquée est celle d’un entrepôt désaffecté, squatté par monsieur M. Monsieur M souffre d’une plaie superficielle de la cuisse droite. Le docteur B pense qu’il s’agit très probablement d’une plaie récente causée par une balle de revolver. Monsieur M lui parle d’une rixe dans un bar qui se serait mal terminée. Le docteur B apporte au blessé les soins appropriés à son état et repart vers d’autres urgences. Le lendemain, dans le journal, le docteur B voit en première page le portrait robot de son patient. Monsieur M est recherché par la police pour l’attaque à main armée d’une banque effectué la veille. La police est intervenue. Des coups de feu ont été échangés. Le braqueur s’est enfuit, un policier a été tué. Quelle doit-être l’attitude du docteur B ? Argumentez vos propositions.

  3. ECO :

  1. Quels sont les facteurs de consommation de soins de santé ?

  2. Quels sont les différents types d’établissements de santé publics et privés ?

Septembre 2007 :

  1. ETHIQUE : Pour lui sauver la vie, vous devez pratiquer une transfusion à un enfant de 5 ans victime d’un accident de la voie publique. Le père refuse catégoriquement cette transfusion en raison de ses convictions religieuses. Quelle attitude adoptez-vous ? Quelle aurait été votre attitude si une telle transfusion avait été nécessaire pour la mère, également victime dans l’accident ? Argumentez chacune de vos réponses.

  2. ECO : Le financement des dépenses de santé :

  1. A quel montant s’élèvent les dépenses de santé (CSBM) en 2006 ? A quel % du PIB cela correspond-il ?

  2. Quels sont les différents acteurs qui financent les dépenses de santé ?

  3. Quelle est la contribution de chacun de ces acteurs au financement de la CSBM ? au financement des dépenses hospitalières ? au financement des dépenses de médecine ambulatoire ? Existe-il une différence entre les taux de financement par les assurances maladies pour l’hôpital et la médecine ambulatoire ? Qu’en concluez-vous ?

  4. Les dépenses de santé sont en partie financées par les assurances maladies obligatoires et les assurances maladies complémentaires. Quelle sont les principales caractéristiques des 3 types d’organismes d’assurance maladie complémentaire ?

  1. EPIDEMIO : Vous devez comparer l’efficacité d’un nouveau traitement A qui s’administre par voie orale 3 fois /jour à un traitement B qui s’administre par voie sous-cutanée 1 fois par semaine.

  1. Quelle étude allez-vous mettre en œuvre ? pourquoi ?

  2. Comment allez-vous assurer le maintien de la comparabilité des groupes au cours de l’étude ?

  3. La figure ci-dessous résume le flux des patients dans cette étude. 50 patients du groupe B ont refusé le traitement B et ont été traités par le traitement A. L’investigateur vous propose de les exclure ou de les analyser avec les patients du groupe A. Qu’en pensez-vous ?

c:\users\hélène\pictures\mp navigator ex\2008_09_14\img_new.jpg

Janvier 2007 :

ETHIQUE : Madame M, âgée de 87 ans et vivant en maison de retraite est hospitalisée après une chute, pour fracture du col du fémur. L’équipe chirurgicale, pour raisons médicales, décide de ne pas l’opérer. Après 3 jours de soins dans le Service d’Orthopédie, madame M est, de nouveau, transféré dans sa maison de retraite. A partir de cette date, son état physique et psychique se dégrade ; totalement immobilisée alitée, elle souffre beaucoup ; très vite des escarres se développent. Ne pouvant plus aller prendre ses repas et partager des activités avec d’autres pensionnaires, elle refuse de se nourrir er de boire. Un mois après son retour de l’hôpital, madame M, devenue grabataire, est amaigrie, déshydratée. Le médecin de la maison de retraite constate que les fonctions supérieures de madame M, sont conservées et demande son admission dans le Service des Soins Palliatifs du Centre hospitalier.

  1. L’état de madame M relève-t-il des soins palliatifs ?

  2. Quels sont les problèmes éthiques posés pas cette situation ?

  3. Quels sont les devoirs du médecin ?

  4. Quels sont les besoins de la patiente ?

  5. Quelles décisions de traitements et de soins proposez-vous ?

A l’aide de vos connaissances et de votre réflexion, argumentez chacune de vos réponses.

EPIDEMIO : Dans un service d’hépato-gastro-entérologie, on souhaite étudier la relation étiologique entre consommation d’alcool et cirrhose hépatique. Dans le service, on recense 100 patients atteints de cirrhose. Par ailleurs, on en sélectionne 200 exempts de toute cirrhose. On explore la consommation d’alcool dans les 10 dernières années et on quantifie le volume moyen consommé pour chaque sujet de l’étude. Les consommateurs d’alcool sont 80 parmi les cirrhotiques et 50 chez les personnes sans cirrhose.

  1. De quel type d’étude s’agit-il ?

  2. Quels sont les avantages et les inconvénients de ce type d’étude ?

Janvier 2003 : Epidemio

  1. Etude de cohorte : définitions, avantages, inconvénients

  2. Facteurs influençant la réponse au traitement

  3. Test de dépistage : définition, indicateur de performance diagnostique

Janvier 2002 : Epidemio

  1. Décrivez succinctement les différents types d’études utilisés en épidémiologie étiologique (ou analytique) ?

  2. Quelles sont les conditions dans lesquelles se justifie la mise en place d’un programme de dépistage ?

  3. Procédures d’aveugle dans les essais thérapeutiques : description, intérêt, difficultés rencontrées.

Septembre 2002 : Epidemio

  1. Principe et but de la randomisation dans un essai thérapeutique

  2. Qu’est-ce qu’une enquête de cohorte ? Quels sont Ses avantages et ses inconvénients.

  3. Indices permettant d’évaluer la performance d’un test diagnostique (définitions, propriétés)

Janvier 2000 : Epidemio

  1. Principaux facteurs pouvant expliquer la réponse à un traitement

  2. Sensibilité, spécificité, valeur prédictive : définitions, interprétation, limites

  3. 2 traitements A et B sont disponibles pour traiter la pathologie Z. Quels sont les principaux éléments à prendre en compte pour choisir le traitement le mieux adapté à un patient spécifique ?

Janvier 1999 : Epidemio

  1. Le traitement X a pour but de prévenir la survenue d’une pathologie, mais peut lui-même entraîner des complications iatrogènes, et a un coût non négligeable. L’observation des pratiques : montre que ce traitement est prescrit fréquemment dans certains services, plus rarement dans d’autres services recevant le même type de malades. Quelles sont les principales hypothèses que vous pouvez évoquer devant cette observation et quelles peuvent être vos recommandations ?

  2. Qu’est-ce que l’effet placebo ?

Septembre 2003 : Epidemio

  1. Etude cas-témoin : définition, avantages, inconvénients

  2. Incidence, prévalence : définition et relation

  3. Intérêt de l’utilisation des placebos dans les essais thérapeutiques

Janvier 2004 : Epidemio

  1. Avantages et inconvénients d’une enquête cas-témoins

  2. Principe et but de la randomisation dans un essai thérapeutique

  3. Facteurs pronostiques : définition et intérêt en pratique courante

Janvier 2008 :

ECO :

  1. La consommation des soins et des biens médicaux :

  1. Définition

  2. Différence avec la consommation médicale totale

  1   2   3   4

similaire:

Annales de biophysique : questions rédactionnelles iconL’examen dure 1h30 et sera composer de 2 questions rédactionnelles, de qcm, et de qroc

Annales de biophysique : questions rédactionnelles iconProgramme 2eme annee medecine biophysique I- biophysique des solutions

Annales de biophysique : questions rédactionnelles iconLa biophysique I : Définition de la biophysique et rappel sur la structure des protéines

Annales de biophysique : questions rédactionnelles iconFull text of "Annales du Midi" annales du midi �NMaLes du Midi. �...

Annales de biophysique : questions rédactionnelles iconAnnales de biologie

Annales de biophysique : questions rédactionnelles iconAnnales Toulouse 2016

Annales de biophysique : questions rédactionnelles iconAnnales de Biologie Clinique. Vol. 55, Numéro 3, Mai Juin 1997 : 189-93, Revues générales

Annales de biophysique : questions rédactionnelles iconReferences bibliographiques
«Platypus cylindrus Fabr.» : Annales Universitatis Saraviensis Scientia, 4, p. 348-356

Annales de biophysique : questions rédactionnelles iconAnnales de Biologie Clinique. Vol. 59, Numéro 6, Novembre Décembre...

Annales de biophysique : questions rédactionnelles iconAnnales de Biologie Clinique. Vol. 57, Numéro 6, Novembre Décembre...
...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com