Arrêté du 10 mai 2000








télécharger 7.51 Kb.
titreArrêté du 10 mai 2000
date de publication11.09.2017
taille7.51 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > documents > Documentos

Arrêté du 10 mai 2000 organisant pour les personnes sourdes
l'accès à la formation conduisant au diplôme d'aide-soignant


NOR : MESP0021449A

(Journal officiel du 18 mai 2000)

La secrétaire d'Etat à la santé et aux handicapés,
Vu le décret n° 94-626 du 22 juillet 1994 modifié relatif à la formation des aides-soignants et des auxiliaires de puériculture et modifiant le décret n° 47-1544 du 13 août 1947 modifié instituant un diplôme d'Etat de puériculture ;
Vu l'arrêté du 22 juillet 1994 modifié relatif au diplôme professionnel d'aide-soignant et au diplôme professionnel d'auxiliaire de puériculture,

Arrête :

Art. 1er. - Afin d'assurer la formation des personnes sourdes qui auront vocation à exercer dans les réseaux de professionnels de la santé bilingues (français, langue des signes française), une formation est organisée par l'école d'aides-soignants du groupe hospitalier La Pitié - La Salpêtrière de l'Assistance publique - hôpitaux de Paris au titre de l'année 2000-2001. Le nombre de places est fixé à 6, en sus des places ouvertes à la sélection organisée conformément aux dispositions des articles 2 à 10 de l'arrêté du 22 juillet 1994 susvisé, par le directeur de l'école d'aides-soignants sur proposition du directeur général de la santé.

Art. 2. - Peuvent être admises à la formation les personnes sourdes reconnues travailleurs handicapés par la commission technique d'orientation et de reclassement professionnel prévue à l'article L. 323-11 du code du travail et qui ont satisfait à des épreuves de sélection, organisées par l'école, comprenant une épreuve écrite et un entretien avec le jury.
L'épreuve écrite et anonyme, d'une durée de deux heures, notée sur 20, est constituée de questions à choix multiple de réponses et de cinq questions courtes, le tout portant sur le programme de biologie humaine, nutrition et alimentation du brevet d'études professionnelles « carrières sanitaires et sociales ».
L'entretien, d'une durée maximale de trente minutes, noté sur 20, est destiné à apprécier les motivations du candidat et son aptitude à suivre la formation. Le jury dispose du dossier du candidat.

Art. 3. - Le jury des épreuves est nommé par le préfet du département de Paris, sur proposition du directeur départemental des affaires sanitaires et sociales. Il comprend, en nombre impair, le directeur départemental des affaires sanitaires et sociales ou son représentant, président, un ou plusieurs infirmiers exerçant des fonctions d'enseignant dans une école d'aides-soignants et une ou plusieurs personnes choisies en raison de leur compétence, dont au moins un professionnel de santé bilingue.
Si le nombre de candidats le rend nécessaire, le jury peut se constituer en groupes d'examinateurs. Dans ce cas, le jury opère s'il y a lieu la péréquation des notes attribuées par chaque groupe d'examinateurs et procède à la délibération finale.
Le jury détermine les conditions particulières d'assistance dont peuvent bénéficier les candidats lors des épreuves.
La somme des notes des deux épreuves détermine le rang de classement des candidats.
La liste de classement comprend une liste principale et une liste complémentaire.

Art. 4. - Les candidats admis bénéficient au cours de la formation d'un soutien pédagogique adapté, dont les modalités sont fixées par le directeur de l'école d'aides-soignants, après avis du conseil technique et en accord avec le directeur départemental des affaires sanitaires et sociales de Paris.

Art. 5. - Sur proposition du directeur de l'école d'aides-soignants et après avis du conseil technique, le directeur départemental des affaires sanitaires et sociales de Paris détermine les conditions particulières d'installation, de temps et d'assistance dont peuvent bénéficier les candidats lors des épreuves du contrôle continu et des épreuves finales de l'examen.
Art. 6. - Le directeur général de la santé est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.
Fait à Paris, le 10 mai 2000.

Dominique Gillot

similaire:

Arrêté du 10 mai 2000 iconJournal du Palais – 16 mai 2005
«Lumières sur l’Yonne», à Auxerre, prévue pour l’an 2000 : un an de travail en apnée, 700 exposants, 60. 000 visiteurs, un baptême...

Arrêté du 10 mai 2000 iconArrêté du 4 avril 2016 modifiant l'arrêté du 31 juillet 2014 relatif...
«Le fonctionnaire exerce ses fonctions avec dignité, impartialité, intégrité et probité. Dans l'exercice de ses fonctions, IL est...

Arrêté du 10 mai 2000 iconRapport d’information de l’Assemblée Nationale sur l’innovation en France, mai 2000
«modèle grenoblois» témoigne de la fertilité des liens qui unissent la recherche, l'innovation et l'enseignement supérieur quand...

Arrêté du 10 mai 2000 iconTu parles l’anglais? La langue anglaise vient d’où? Vous avez des mots allemands par exemple
«Mayday ! Mayday !» Traduction en français, «Le premier mai! Le premier mai !»

Arrêté du 10 mai 2000 iconRapport annuel 2000 G. B. S

Arrêté du 10 mai 2000 iconLeçon 21 17 Mai 1961 Paul Claudel : Trilogie Leçon 22 24 Mai 1961...
«De l’amour». Trad. Léon robin ( texte grec et trad. Fr.) Notice pp 13–129, texte pp 130–313

Arrêté du 10 mai 2000 iconArrêté N° 216/10 minesec/SG/desg/sdsepeg/sgepesg du 15/10/2010

Arrêté du 10 mai 2000 iconAdénopathies cervicales nolette 20 janvier 2000

Arrêté du 10 mai 2000 iconArrêté du 14 juin 2012 relatif au diplôme d'Etat de manipulateur d'électroradiologie médicale

Arrêté du 10 mai 2000 iconL'arrêté du 6 janvier 2005 relatif à la procédure de cotutelle internationale de thèse (France)








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com