Parfois cela concernait la reformulation d’une phrase : dans ce cas là les modifications ont été faites directeme nt dans le texte








télécharger 396.81 Kb.
titreParfois cela concernait la reformulation d’une phrase : dans ce cas là les modifications ont été faites directeme nt dans le texte
page4/9
date de publication19.05.2017
taille396.81 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9

Contextualisation




Chiffres clés en région

- 59 habitants au km² contre 117 en France métropolitaine (a)

- 98 médecins généralistes libéraux/100 000 habitants (France métropolitaine : 105) (b)

- 148 médecins spécialistes libéraux/100 000 habitants (France métropolitaine : 183,2) (b)

- 90 maisons de santé pluridisciplinaires (c)

- 38 contrats d’engagement de service public (c)

- 20 praticiens territoriaux de médecine générale (c)

Source : (a) INSEE 2015, (b) Statiss (1er janvier 2015) et (c) ARS 2016
La région Bourgogne-Franche-Comté est l’une des quatre régions où l’on constate une baisse du nombre de médecins généralistes en particulier dans la Nièvre et l’Yonne et le risque de création de déserts médicaux. Pour pallier cette situation, plusieurs dispositifs ont été mis en œuvre depuis quelques années permettant :

  • d’aider les professionnels lors de leur installation (aides conventionnelles à l’installation, contrat d’engagement de service public-CESP, praticien territorial de médecine générale-PTMG) ;

  • d’accompagner les professionnels dans leur exercice (structures d’exercice coordonné comme les maisons de santé pluridisciplinaires) ;

  • de soutenir le développement de la coordination d’appui aux professionnels de santé gérant des situations complexes ;

  • d’organiser l’accès à des soins non programmés quel que soit le degré d’urgences, en lien avec une régulation des appels optimisée et un maillage efficient du territoire par les structures d’urgence ;




  • de s’appuyer sur une offre hospitalière de proximité, maillon essentiel notamment dans l’offre de soins gériatriques;

  • de favoriser l’utilisation des nouvelles technologies (télémédecine, messagerie sécurisée) ;

  • de susciter l’engagement des acteurs locaux (communautés professionnelles territoriales de santé, équipes de soins de proximité, réseaux de soins, contrats locaux de santé-CLS…).

  • de favoriser la création de maisons de santé pluridisciplinaires permettant le renouvellement des pratiques professionnelles et la lutte contre les déserts médicaux.





Ce que l’on attend pour 2027



Pour tout usager, quels que soient son domicile et sa situation :
Une organisation de proximité de qualité et accessible dans des délais raisonnables sur tout le territoire, y compris dans les territoires isolés
Un égal accès aux soins à toute la population y compris en situation vulnérable,, y compris en urgence
Une continuité et une permanence des soins garanties
Des professionnels de santé de premier recours positionnés comme maillons essentiels en matière de prévention et promotion de la santé
Une coordination optimale des acteurs de santé, qui inclut les acteurs du social, de la PPS,… dans le cadre d’une approche globale de la santé de la personne.

Les objectifs généraux



Soutenir l’offre de soins de premier recours
Les soins de premier recours sont assurés par les professionnels de santé de proximité. Or, la Bourgogne-Franche-Comté présente des disparités territoriales dans la répartition de cette offre. Elle est de plus confrontée à de graves difficultés démographiques médicales et paramédicales et notamment à une problématique de maintien des professionnels formés en région.

Il s’agit par conséquent, pour veiller à l’équité territoriale et au regard des besoins locaux, d’utiliser tous les moyens à disposition, et en particulier les dispositifs du Pacte Territoire Santé, afin de renforcer l’offre de santé disponible sur le territoire, accompagner les professionnels de santé en début de carrière, favoriser leur installation et les fidéliser dans le but de maintenir une offre de soins de proximité au service des usagers. Les dispositifs conventionnels rénovés, à commencer par ceux issus de la nouvelle convention médicale, permettront de bénéficier de nouveaux leviers incitatifs à l’installation ou au maintien d’activité en zones sous-denses.
Anticiper les difficultés
L’observation et les études prospectives doivent être développées de manière à anticiper les évolutions démographiques des professionnels de santé et les besoins de santé sur les territoires. La collaboration et la concertation avec les décideurs (Ministère, Conseil régional, universités, organismes de formation, URPS, Ordres…) seront renforcées, afin d’augmenter les quotas en formation médicale et paramédicale et de réfléchir à de nouvelles modalités d’exercice, permettant d’inciter les jeunes professionnels à s’installer dans des zones déficitaires.

Favoriser le travail en équipe pluridisciplinaire
Pour répondre, d’une part, aux attentes des nouveaux professionnels de santé qui ne souhaitent plus exercer de manière isolée et, d’autre part, aux besoins de la population qui évoluent, les modalités d’accompagnement permettant de favoriser le travail en équipe sont à développer : maisons de santé pluridisciplinaires, centres de santé polyvalents, pôles santé, communautés professionnelles de territoire ... La coordination qui en résulte permet d’améliorer la prise en charge dans les domaines des soins, de la prévention et de l’accompagnement du patient.de la personne
Développer des modalités d’intervention des professionnels de santé à l’égard des publics fragiles
Les personnes âgées ou les personnes handicapées sont régulièrement confrontées à des difficultés d’accès aux dispositifs de soins de droit commun. De même, les publics en situation de vulnérabilité sont souvent les plus éloignés du système de santé. Pour en favoriser l’accès, des modalités particulières doivent être développées au sein des établissements ou sur le champ ambulatoire. Une sensibilisation des professionnels de santé, et des formations spécifiques, ainsi que des dispositifs « passerelle » (LHSS, PASS, LAM) seront mises en place en particulier pour améliorer l’attractivité en structures sociales et médico-sociales. Celles-ci favoriseront la prise en charge globale de la personne et limiteront les phénomènes de sur-handicap (dans le secteur social, par exemple). De plus, des dispositifs d’interprétation et traduction devront permettre de ne pas exclure les personnes non francophones.
Optimiser l’organisation de la permanence des soins et faciliter l’accès aux soins non programmés
La permanence des soins est un élément essentiel de l’organisation du système de soins. L’optimisation et l’efficience du dispositif reposent sur la complémentarité entre la permanence des soins ambulatoire et la permanence des soins en établissement de santé (dont les services d’urgences), et l’amélioration de l’utilisation de ce dispositif par les usagers. L’organisation de la permanence des soins nécessitera, sur certains territoires, une révision des modalités de réalisation.
L’organisation de soins non programmés pourrait être une alternative au recours aux services d’urgence hospitaliers tout en apportant une réponse aux besoins de la population.

Ces services pourraient être proposés dans les maisons médicales de garde ou les MSP dotées d’un plateau technique adapté. Ils ont pour vocation d’accueillir des patients des personnes ne nécessitant pas d’intervention chirurgicale et sans détresse vitale immédiate. La présence de cette activité renforcerait par ailleurs l’attractivité de la structure auprès des médecins généralistes et favoriserait également les possibilités de mutualisation avec les autres acteurs du territoire comme les hôpitaux de proximité.
Pour les situations graves nécessitant une prise en charge rapide, l’accès à la médecine d’urgence en moins de 30 minutes doit être la règle impliquant d’optimiser le maillage territorial des SU, SMUR terrestres et héliportés, mais aussi en développant des réponses innovantes telles que les médecins correspondants de SAMU ou l’identification de consultations ou centres de soins non programmés et l’articulation avec les services de santé des SDIS.
Permettre une offre de transports sanitaires adaptée aux besoins
La région Bourgogne Franche Comté connait une inadéquation entre la demande de transport sanitaire (en forte hausse) et l’offre ambulancière (stagnante et sectorisée). Les gardes ambulancières, les activités programmées/non programmées et les urgences pré hospitalières sont autant de sollicitations auxquelles les ambulanciers ne peuvent plus répondre sur l’ensemble du territoire. L’évolution de l’offre doit donc s’appuyer sur :

  • une coordination régionale efficiente (le vecteur de transport le plus adapté à l’état de santé du patient) ;

  • un système de géolocalisation renforcé ;

  • un cahier des charges revisité et innovant en matière de sectorisation.


Assurer la gradation des soins et la coordination des acteurs pour des parcours efficients
La région Bourgogne-Franche-Comté présente des disparités territoriales qui nécessitent d’organiser la gradation de l’offre de soins et médico-sociale. Adapter la prise en charge aux besoins des personnes suppose que, autour de l’usager, quel que soit le professionnel de santé sollicité, les différents acteurs puissent se coordonner afin d’apporter une réponse globale et non cloisonnée.
L’identification de parcours ou de filières de soins permet, sur un territoire donné, d’associer l’ensemble des acteurs concourant à la prise en charge et d’orienter la personne, selon ses besoins, vers une prise en charge de proximité ou l’accès à un plateau technique spécialisé. Cet objectif vise, d’une part, à fluidifier le parcours de santé de la personne fragilisée en tenant compte de son environnement et de ses souhaits, d’autre part, à faciliter les sorties d’urgences ou d’hospitalisation en organisant le retour au domicile ou le suivi en structures d’aval, en mobilisant son entourage pour éviter ainsi toute rupture de prise en charge. Il vise aussi à décloisonner les disciplines médicales, ville et hôpital, préventif et curatif, et à accroître les compétences des acteurs via les nouveaux modes de transmission de l’information, l’élaboration et l’appropriation de référentiels, les échanges de pratiques, la formation, la construction d’un projet territorial commun en référence aux besoins de la population.
Les établissements de santé devant mettre en place une nouvelle organisation territoriale pour s’adapter au virage ambulatoire s’inscriront dans un partenariat rapproché avec les soins ambulatoires.
En facilitant l’organisation de la sortie d’hospitalisation, le parcours PRADO, développé sur un nombre croissant d’épisodes de soins facilitera cette adaptation au virage ambulatoire.
Innover pour s’adapter aux évolutions du système de santé et améliorer la qualité de la prise en charge
L’innovation permettra d’accompagner la transformation du système de santé.

De nouveaux modes d’exercice réglementaires ont émergé et sont à développer :

  • l’exercice des pratiques avancées avec le développement des compétences des professionnels concernés (infirmiers par exemple), et de façon plus générale la délégation de tâche de façon à mieux répartir les taches soignantes et ainsi diminuer les délais de prises en charge ;

  • la mise en place de plateformes territoriales d’appui pour la coordination des parcours de santé complexes ;

  • la création d’équipes de spécialistes médicaux et paramédicaux territoriales ou régionales en particulier en cancérologie ;

  • les expérimentations dans la prise en charge des personnes âgées en perte d’autonomie ou en situation de précarité.


De même, sur le champ hospitalier, de nouvelles modalités d’exercice doivent également être pensées : consultations avancées ou équipes mobiles « hors les murs », mutualisation des moyens entre établissements, …
Par ailleurs, les nouvelles technologies de l’information et de la communication vont, par leur déploiement, ouvrir de nouvelles perspectives pour améliorer la coordination des soins, la circulation de l’information et la qualité de la prise en charge (projet territoire de soins numérique eticss). La télémédecine rend possible le diagnostic et le soin à distance et développe le travail en équipe, les avis partagés et le suivi du patient sans lui imposer les transports d’un service à un autre. De même, le dossier médical partagé et le dossier de coordination eticss favorisent la circulation des données de santé, tout en respectant les impératifs de sécurité, de consentement et de confidentialité des données.
Le numérique va progressivement s’imposer dans les pratiques apportant une réponse aux questions de la démographie médicale et de l’accès de tous aux soins. Adaptée à la prévention, au suivi des maladies chroniques, à la vigilance médicale d’individus à risques et aux urgences, la télémédecine va être plus développée et utilisée. Elle sera complétée par des objets connectés qui permettront d’assurer un suivi médical continu. L’usager pourra ainsi gagner en autonomie dans la prise en charge de sa maladie.

II.4 Faire progresser la performance et la qualité du système de santé en particulier par le soutien à l’innovation
La transformation du système de santé par la qualité
Recevoir « les bons soins, par les bons professionnels, dans les bonnes structures, au bon moment » constitue un enjeu fondamental pour notre système de santé. Pour cela, l’approche parcours de santé, qui repose sur l’intervention coordonnée des professionnels de santé et du social, est ainsi une alternative à notre organisation actuelle, encore trop cloisonnée et centrée sur le soin.
Les établissements doivent ainsi progressivement se recentrer sur leur mission première, les soins et non l’hébergement, avec des hospitalisations plus adéquates, des durées de séjours plus conformes aux besoins des patients et une offre de soins plus graduée. Par ailleurs, leur architecture doit être souple et adaptable aux évolutions de la prise en charge des malades.
Cette évolution s’accompagne d’une obligation de mieux informer l’usager, ce dernier souhaitant devenir acteur de sa prise en charge et d’offrir à tous la meilleure qualité de soins possible, ce qui implique une amélioration continue de la performance, notion qui recouvre la qualité de la prise en charge et la qualité des soins, la qualité des organisations et des conditions de travail ainsi que le rapport coût-efficacité (efficience). Ce gain de qualité s’applique aussi bien aux soins pratiqués dans le champ hospitalier et ambulatoire mais également aux soins prodigués dans les établissements médico-sociaux.
Le succès repose principalement sur le questionnement des pratiques professionnelles, lesquelles doivent évoluer pour mieux répondre aux nouveaux besoins, par le renforcement de la coordination des soins et des parcours de soins, par la mise en œuvre du virage ambulatoire (hospitalisation à domicile, chirurgie ambulatoire, services à domicile et inclusion sociale, hôpital hors les murs, télémédecine) et l’intégration de pratiques innovantes techniques et thérapeutiques.


  • Chiffres clés en région


    • 8,3 Mds € (dont 85 % pour l’assurance maladie) de dépenses de santé en 2015 (dont 3,37 Mds€ pour les établissements de santé) (Etat et AM) ; 4,2 % des dépenses nationales, soit 2964 €/hab

    • +1,17 % d’évolution des dépenses 2015/2014 des soins de ville, + 2,09 % des établissements de santé, + 1,76 % des établissements et services médico-sociaux

    • 207 établissements de santé dont 24 ayant une maternité

    • Source : Etat financier ARS BFC en 2015
1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Parfois cela concernait la reformulation d’une phrase : dans ce cas là les modifications ont été faites directeme nt dans le texte iconDiscours rapportés direct et indirect 55
«Dans Titanic, c’est impossible de distinguer les scènes qui ont été réalisées par ordinateur de celles qui ont été tournées de manière...

Parfois cela concernait la reformulation d’une phrase : dans ce cas là les modifications ont été faites directeme nt dans le texte icon1 ] une équation plus simple et plus précise, analogue à celle de...
«( … ) les progrès récents des observations ont été foudroyants. (… ); mais le lecteur ne devra pas s’étonner si des remises en causes...

Parfois cela concernait la reformulation d’une phrase : dans ce cas là les modifications ont été faites directeme nt dans le texte iconRéflexions de j-m martin à partir de deux fragments
«Dans le texte IL y a un glissement continu des désignations et des dénominations, ce qui en rend difficile l'intelligence alors...

Parfois cela concernait la reformulation d’une phrase : dans ce cas là les modifications ont été faites directeme nt dans le texte iconCours 1 : Principes du diagnostic anatomo-pathologique des tumeurs
«je vois une tuméfaction» car cela n’est pas forcément grave, dans ce cas on fait une biopsie pour faire le diagnostic

Parfois cela concernait la reformulation d’une phrase : dans ce cas là les modifications ont été faites directeme nt dans le texte iconLa diurèse correspond à la fabrication de l’urine et à son élimination...
«clinistix», nous constatons l’absence de glucose dans les urines dans cette expérience

Parfois cela concernait la reformulation d’une phrase : dans ce cas là les modifications ont été faites directeme nt dans le texte iconCas N° 01 : Lésion de néoplasie intra-épithéliale (dysplasie) 8
«à cellules caliciformes» observée dans l’estomac dans le contexte particulier et rare des formes familiales de cancer gastrique...

Parfois cela concernait la reformulation d’une phrase : dans ce cas là les modifications ont été faites directeme nt dans le texte icon2. Recherche et Dialogue (Card. Gianfranco Ravasi) p. 2
«recherche» dans le sillage de l’avertissement qui ressortait dans l’Apologie de Socrate, où Platon plaçait sur les lèvres de son...

Parfois cela concernait la reformulation d’une phrase : dans ce cas là les modifications ont été faites directeme nt dans le texte iconRéunion scientifique Modérateur du jour
«peuplement monospécifique» a été redefini. En effet, selon la définition d’un écologue, les espèces Isopernia et Anosercus sot des...

Parfois cela concernait la reformulation d’une phrase : dans ce cas là les modifications ont été faites directeme nt dans le texte iconRÉsumé IL y a aujourd'hui un consensus pour reconnaître que les années...

Parfois cela concernait la reformulation d’une phrase : dans ce cas là les modifications ont été faites directeme nt dans le texte iconNom et prénom de l’étudiant auteur de la présente trace
«t’inquiètes pas tout se passera pas bien tu aura une matinée cool» Hors vous comprendrez très vite que cela n’avait pas été le cas...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com