Qu'est ce que le cycle veille/sommeil?








télécharger 141.33 Kb.
titreQu'est ce que le cycle veille/sommeil?
page5/5
date de publication18.05.2017
taille141.33 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5

Le sommeil lent aurait plus des fonctions somatiques (qui concernent le corps, fonctionnement de l'organisme), il pourrait permettre la sécrétion d'hormones de croissances, il aurait un rôle de protection de l'organisme (activation immunitaire), mais aussi un rôle dans l'homéostasie et il permet la mise en place du sommeil paradoxal.

Le sommeil paradoxal aurait des fonctions neurocognitives qui permettrait la maturation du système nerveux, la synaptogénèse (formation de nouvelles synapses). Il aurait un rôle dans la mémoire, le rappel de l'information et l'encodage. Il permettrait la réactivation d'informations vitales à la survie et il est un support physiologique du rêve.

Les études chez l'animal vont montrer que :

- L'architecture générale du sommeil est modifiée la nuit faisant suite à un apprentissage.

- L'entraînement à des tâches variées amène à une augmentation du sommeil paradoxal qui retrouvera son niveau de base lorsqu'on maîtrise la tâche.

- Si on entraîne les animaux à une tâche spatiale (nourriture/labyrinthe), des cellules de l'hippocampe se mettent à décharger lorsque l'animal se dirige dans l'emplacement correct. Au cours du sommeil, ces mêmes cellules vont se mettre à décharger, comme si pendant le sommeil les neurones ayant codés l'information dans l'hippocampe étaient réactivés pour consolider l'apprentissage.

Chez l'homme :

- Maquet va montrer que les régions cérébrales activées lors du sommeil sont similaires à celles activées lors de l'acquisition en phase de veille.

- Amélioration des performances uniquement après 6h de sommeil.

- Augmentation du sommeil REM suite à certains apprentissages mais pas tous.

- La privatisation sélective de phase REM consécutive à un apprentissage perturbe les performances de l'apprentissage.

- Relation importante entre la quantité de sommeil REM et la difficulté de l'apprentissage.

On observe que la maladie de Morvan n'a pas de conséquence sur la mémoire. Les enfants vont passer une grande partie de leur temps à dormir mais pourtant ils ne vont rien se rappeler de cette période.

VI) Les troubles du sommeil

Il existe à peut près 50 sous-types de troubles du sommeil. 1 personne sur 6 se plaint de trouble du sommeil. En milieu psychiatrique ces plaintes vont atteindre 33 à 60%, ce qui nous amène à penser qu'il y a un rapport entre troubles psychiatriques et troubles du sommeil.

A) Les insomnies

C'est une plainte qui peut prendre différents aspects, elle peut se traduire par un trouble de l'initiation du sommeil ou du maintient du sommeil, ou par des réveils précoces ou un sommeil non réparateur. A ces troubles vont êtres associés des conséquences diurnes : fatigue du sujet, troubles de la vigilance, de la concentration, atteinte des performances du sujet, nervosité, des maladresses. Dans la population française on estime à 22% le nombre d'insomnie, qui peut survenir à tout âge même si on a le plus de plainte d'insomnie à partir de 40-50 ans. Les femmes vont plus se plaindre d'insomnie que les hommes, et chez les ados l'insomnie s'élèverait à 14%, 8% ont des réveils nocturnes fréquents et 6% des réveils pro-matinaux.

1. Les différentes insomnies

Il existe différents types d'insomnie comme l'insomnie aigüe ou insomnie d'ajustement (ou psychophysiologie transitoire). Elle est liée à un stress en général identifiable, le sujet va devoir s'adapter à ce stress qui peut être psychologique (ex : anxiété), familial, social (ex : travail), physique ou médical, lié à l'environnement du sujet (ex : changement de mode de vie). Elle est de courte durée, se traduit par un allongement du délai d'endormissement, par des réveils nocturnes. La durée du sommeil sera plus courte. Une mauvaise adaptation phase à ces troubles pourra faciliter le développement d'une insomnie durable ou dite primaire, et une fois qu'elle est développé, elle aura tendance à s'auto-entretenir même après la disparition de la circonstance à l'origine de l'insomnie.

L'insomnie paradoxale ou perception erronée du sommeil, est définie par une plainte de mauvais sommeil mais lorsqu'on va regarder son passé du sommeil on ne va pas constater ce qu'il rapporte. Le sujet va juger de façon disproportionné son insomnie. Si on réveil le sujet pendant son sommeil lent, profond, il dira qu'il ne dormait pas. (Figure 22)

L'insomnie lié à des maladies organiques, est dû aux symptômes de la maladie du sujet comme : les maladies cardio-vasculaire, broncho-pulmonaire, rhumatismale, thyroïdienne, gastrique, les insuffisances rénales. La grossesse et la ménopause peuvent être aussi source d'insomnie causés par les crampes ou les bouffés de chaleur.

On a des insomnies liés à l'apnée de sommeil qui peut apparaitre jusqu'à 500 fois par nuit et diminue le taux d'oxygène dans le sang, ce qui réveil le sujet par des micros réveils qui fractionnent le réveil et qui peut entraîner une somnolence.

Le syndrome des jambes sans repos se caractérise par des douleurs des membres inférieurs (essentiellement le soir au moment du couché) ce qui oblige le sujet à bouger en permanence, lorsque ce syndrome est sévère, il entraîne un inconfort tel que le sujet se trouve incapable de dormir.

Les maladies dégénératives (ex : Alzheimer) vont altérés les mécanismes du sommeil contrairement aux autres qui ont une action sur le système d'éveil.

Il y a aussi des insomnies liés aux médicaments ou des substances qui peuvent agir comme des stimulants (ex : caféine, amphétamine, cocaïne), ou au contraire comme des dépresseurs (ex : alcool) du système nerveux. Mais si on utilise l'alcool de façon prolongé il n'aura plus ses effets d'endormissement et si on l'arrête brusquement cela entraînera des troubles du sommeil.

Il existe des insomnies idiopathiques, qui sont chroniques qui remontent à l'enfance. On ne décèle pas de causes psychiatriques ou physiques. Les insomnies sont durables et sont responsables de malaises, de fatigue, de somnolence, de troubles de l'humeur.

2. Traitements

Le plus souvent des thérapies il existe des thérapies médicamenteuse. Les plus courantes sont les hypnotiques : substance qui augmente la durée totale du sommeil et qui diminue la latence d'endormissement. Ils ont un effet dépressif sur le cerveau. Si on augmente progressivement les doses on aura d'abord une sédation suivit du sommeil, on aura ensuite une absence de réflexe (aréflexie), on aura ensuite un coma et enfin la mort par arrêt respiratoire.

Chez les ados, la France est la troisième consommatrice d'hypnotique. (Figure 25)

Les benzodiazépines sont des molécules anxiolytiques, hypnotiques, les benzo vont améliorer la continuité du sommeil en diminuant la latence d'endormissement, ils vont diminuer le nombre et la durée des éveils, vont allonger la durée totale du sommeil (surtout stade 2) et améliorer l'efficacité du sommeil. Ils ont une faible toxicité, mais on tout de même des inconvénients : diminuent le sommeil profond, le sommeil paradoxal, ils vont potentialiser les effets de l'alcool et peuvent avoir des effets résiduels (somnolence dans la journée), ils agissent sur les performances des sujets. A long terme ils vont perdre de leur efficacité d'où la nécessité d'augmenter les doses, on peut avoir une dépendance, et à l'arrêt des benzo, on peut voir apparaitre une hyperexcitabilité. Cela amène à des troubles de l'attention et de la vigilance, mais aussi des troubles de la mémoire.

Le rohypnol (drogue des violeurs) est composé de Benzo, il est 10 fois plus puissant que le valium et est inodore. Il est utilisé par les toxicomanes et les prédateurs sexuels. Lorsque cette molécule est prise en association avec de l'alcool, elle va provoquer un effet sédatif, une désinhibition sexuelle par une suppression des défenses psychologique, le sujet va se sentir détendu (effet sur les muscles), invincible. Les effets vont se faire sentir dans les 20 à 30 min suivant l'ingestion et il peut aller jusqu'à 8h, son effet optimal va se faire sentir 2H après consommation. A très forte dose elle peut entraîner la perte de conscience, une désorientation, des étourdissements. On estime qu'il y a 1millier de victimes chaque année en France.
1   2   3   4   5

similaire:

Qu\Le programme d'enseignement du cycle des apprentissages fondamentaux...

Qu\Ce bulletin de veille est une

Qu\Ce bulletin de veille est une

Qu\Preparation de stage actif lecon n° 2
«Relation entre le cycle menstruel, le cycle ovarien et la fluctuation des concentrations hormonales»

Qu\Une nouvelle de Rupert Goodwins
«snooze». 9 minutes de sommeil en plus, ça ne peut pas faire de mal. Et ça lui apprendra

Qu\Veille media
«A quoi bon arriver quand l'action est terminée» a débarqué à Bakou 11 jours après le début des événements. Le Collectif van vous...

Qu\1S’inscire dans une démarche de veille mise à jour avril2013

Qu\1S’inscire dans une démarche de veille mise à jour avril2013

Qu\L'ambition politique sans le progrès technique : c'est être condamné à partager la pénurie
«révolution verte», avec certes des contradictions, a permis d'arrêter ce cycle infernal en introduisant des techniques modernes...

Qu\Pour ou contre l’experimentation animale ?
«pré-cliniques», où la molécule est évaluée, sélectionnée et testée sur des animaux avant de passer à la phase d’essais sur l’homme.(Cf...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com