Un voyage apprenant dans la Silicon Valley








télécharger 25.41 Kb.
titreUn voyage apprenant dans la Silicon Valley
date de publication16.05.2017
taille25.41 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > documents > Documentos
The new gold rush!

Un voyage apprenant dans la Silicon Valley,


Jean-Charles Cailliez (9-14 mars 2013)

La ruée vers l’or (gold rush) au milieu du XIXème siècle a attiré dans l’ouest américain une multitude d’aventuriers venus du monde entier. Un rêve était né, dont on pensait qu’il ne pourrait durer que le temps d’extraire ce que l’on pouvait du sol. Cet engouement pour le métal précieux a transformé la Californie en y amenant une foule d’immigrants non seulement cosmopolite, mais aussi volontaire et imaginative. Il ne s’est jamais éteint. Aujourd’hui, les descendants de ces courageux pionniers sont de nouveaux chercheurs, des orpailleurs des temps modernes, sans cesse à l’affût d’une bonne idée, d’un nouveau savoir, d’une découverte,… d’une nouvelle pépite à exploiter !



Un voyage apprenant dans la Silicon Valley. Voilà ce qui nous a été proposé. Un programme riche et varié entre Stanford et Berkeley, concocté du 9 au 14 mars 2013 dans la baie de San Francisco par l’agence PRIME, le journal l’Etudiant et sa déclinaison EducPros au service des professionnels de l’enseignement supérieur. Au menu, la découverte des deux plus prestigieuses universités de la côte ouest américaine ainsi qu’une dizaine d’entreprises toutes plus innovantes les unes que les autres. Comment refuser, nous qui sommes cadres et dirigeants d’universités, de facultés, de grandes écoles françaises et représentants du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ? Nous avons donc participé à l’aventure dont il est difficile aujourd’hui de faire un résumé exhaustif, mais que je peux essayer de rapporter ici avec un regard personnel.

Tout d’abord, San Francisco et son décor de rêve,… de cinéma. Un relief chahuté, des collines escarpées et de larges rues plus que pentues. Implantée sur la faille de San Andreas, donc soumise régulièrement aux tremblements de terre, cette ville et son environnement n’ont jamais eu l’habitude de sommeiller. Et bien que les rues soient d’une quiétude étonnante, on y ressent l’activité et le dynamisme de la population. J’ai l’impression que cela m’aide à mieux comprendre le développement extraordinaire des universités que je vais découvrir et celui du tissu entrepreneurial qui s’est développé autour d’elles. Bienvenu au pays des chercheurs d’or qui, faute de trouver de nouvelles pépites, les ont réinventées en devenant créateurs de richesse. Voilà ce qui m’attendait : rencontrer des pionniers de l’or jaune devenus alchimistes de nouvelles idées !



Montés sur le toit végétalisé de la California Academy of Sciences, à la fois musée d’histoire naturel et centre de recherche en biologie marine, nous admirons le concept au cœur du Golden Gate Park. Il s’agit d’un véritable « toit vivant », aux allures vallonnées rappelant la topographie de Frisco, d’une surface d’environ un hectare et contenant près de deux millions de plantes originaires de Californie. Décor irréel sur un bâtiment fondé en 1853, puis détruit par le terrible tremblement de terre de 1989 avant d’être complètement reconstruit en 2008. Tout a été pensé pour en faire un modèle de design éco-énergétique : isolation avec du tissu recyclé (en grande partie de vieux jeans usés…), panneaux solaires, récupérateurs d’eau de pluie, et montants en acier recyclé. Un musée ultramoderne qui se suffit à lui-même en produisant sa propre énergie… son énergie propre ! A l’intérieur de ce gigantesque bâtiment, des laboratoires de recherche avec leurs doctorants qui étudient la microfaune marine (même la taxonomie des nudibranches y est décortiquée !) et qui se retrouvent au milieu des salles d’exposition à la vue du public. Laboratoires aux murs de verre… translucides ! Notre guide Angela nous décrit ce monde de sciences avec un enthousiasme démesuré. Tout y est spectacle ! Un planétarium où l’on projette des films en images de synthèse, une forêt pluviale avec une passerelle en spirale qui permet de découvrir la végétation tropicale, un marais reconstitué qui héberge un extraordinaire et unique alligator albinos (Claude, dont l’anniversaire est fêté chaque 16 septembre), un aquarium géant avec un millier d’animaux marins doublé d’un massif corallien multicolore tout droit venu des Philippines. Enfin, d’immenses salles d’exposition, d’animaux et de végétaux du monde entier, juxtaposées aux laboratoires de recherche en anthropologie, paléontologie, ichtyologie, entomologie, malacologie et même microbiologie. Ici le savoir se construit avec passion, puis se partage avec enthousiasme et pédagogie.



Viennent ensuite les universités de Stanford et Berkeley. Deux mondes différents mais similaires et complémentaires. Pour la première, un campus gigantesque aux allures d’anciennes missions hispaniques qui accueille plus de 18.000 étudiants pour un budget annuel de 4,4 milliards de dollars (un tiers provenant de subventions pour la recherche et plus d’un milliard de donations). Une centaine de laboratoires de recherche ayant déjà produit une vingtaine de Prix Nobel, des centaines de brevets chaque année générant des dizaines de millions de dollars de revenus et une bibliothèque dont le budget annuel est de 300 millions… pour ne citer que quelques chiffres. Astronomique ! Pour la seconde, un campus urbain accueillant 36.000 étudiants, soit le double de sa voisine du sud, pour un budget de presque la moitié (2,4 milliards de dollars, dont plus de 300 millions en dons privés). On y trouve comme à Stanford une centaine d’équipes de recherche ayant produit aussi une vingtaine de Prix Nobel. Si on y ajoutait l’USCF (University of California, San Francisco) et l’UCSC (University of California, Santa-Cruz), cela ferait un total de 74.000 étudiants pour un budget annuel de 11 milliards de dollars ! Que dire ?



C’est à Berkeley que notre visite a été la plus intéressante avec une succession de présentations allant de l’explication de l’offre d’enseignement gratuit en ligne (BerkeleyX) au programme de campus durable (Berkeley bright green) en passant par ce que l’on pourrait appeler des instituts de l’entrepreneuriat qui soutiennent plus de 100 projets par an pour 10 créations de start-ups ! Une université qui me semble, bien plus que Stanford, tournée vers l’humain avec la volonté affichée de vouloir « changer les choses », notamment par l’entrepreneuriat en technologies innovantes.



Les plateformes de cours en ligne gratuits ou Massive Open Online Courses (MOOC) de la Khan Academy et de Coursera nous ouvrent leurs portes. C’est open comme on dit chez eux ! La première a été fondée en 2008 par Salman Khan, la deuxième en 2012 par deux professeurs de Stanford, Andrew Ng et Daphne Koller. Les cours en vidéo sont dispensés sur You tube, complétés par des exercices et des outils d’évaluation. Des millions d’étudiants ainsi connectés de chez eux se forment en droit, mathématiques, informatique, économie, finances, biologie,… en suivant des enseignements produits par les plus grands noms du campus ou d’une trentaine d’autres grandes universités à travers le monde. Leur progression est suivie grâce à des outils informatiques et des logiciels ultraperformants. Ces MOOC sont aussi utilisés par les enseignants sur place en blended-learning, soit un mélange équilibré de présentiel et de distanciel. Tout est organisé pour que les étudiants progressent en mode « sur mesure », chacun à son rythme. Même la voisine de Berkeley a construite son offre de formation à distance qu’elle produit avec la plateforme EdX. Elle poursuit en inventant une déclinaison SPOCs (Small Private Online Courses) qui permet de proposer de manière plus individualisée encore ses cours en ligne. Au pays de l’esprit compétitif, pas question de se faire distancer ! Les mots clés pour caractériser ces MOOC sont rigor, great teachers, diversity, enhance campus experience. L’excellence et la qualité en ligne au service des apprenants dans un campus mondial et dans la plus grande diversité des matières. Learning is now global !



Au programme de notre petite expédition, la visite de quatre lieux d’innovation permanente à travers les rues de Palo Alto a sans doute été le moment le plus apprécié, car le plus original. De la D School à TechShop en passant par IDEO et l’Institute for the Future, nous avons pu observer les différentes facettes de ce qui constitue aujourd’hui le codesign ou le design thinking, nouvelles façons de dessiner ensemble un même objet, de travailler sur un nouveau projet, en le faisant de la manière la plus transversale possible avec une approche transdisciplinaire. Des entreprises comme IDEO qui aident leurs clients à innover et à se développer en favorisant le processus de création, voire jusqu’à provoquer même la sérendipité. Ici, la chance se provoque ! Dans des espaces physiques complètement repensés comme au cœur du centre d’innovation de la Design School, organisés très souvent en open space amovibles et couverts de post-it multicolores et calligraphiés, des équipes pluridisciplinaires cogitent à de nouveaux concepts. Nous sommes à l’interface des nouvelles technologies, du business et de la connexion avec l’humain. C’est la première phase d’un processus de réflexion qui nous conduit à observer pour devenir inspirés. Cette inspiration qui va naître de ce mécanisme créatif sera ensuite visualisée, puis prototypée. C’est là qu’interviennent les lasers, les imprimantes 3D, les ordinateurs et logiciels de design, les découpages et maquettages, voire même les outillages des plus simples aux plus sophistiqués. Une démarche en ateliers créatifs, dont certains comme chez TechShop se transforment en terrains de jeu pour toutes celles et ceux qui ont la fibre du bricolage intelligent, et qui donnent naissance à de nouveaux objets parmi les plus inattendus. Enfin, tout cela mené dans une démarche de réflexion et de prospection sur les nouvelles technologies et leurs applications à travers le monde, à l’image de ce qui est le moteur de l’Institute for the Future.



Puis arrive le décalage « exponentiel » de la Singularity University. Peut-être la rencontre la plus décalée de notre périple à San Francisco ? En tout cas, un sentiment bizarre ressenti à la présentation de cette institution située sur le campus de la NASA et qui se présente, dixit, comme une université singulière proposant des formations de courtes durées et particulièrement intensives sur des problématiques liées à l’impact des nouvelles technologies. Leur credo est que tout processus évolutif est exponentiel et qu’il est donc important d’avoir cela à l’esprit quelle que soit la réflexion dans laquelle on s’engage et notamment si l’on souhaite anticiper intelligemment dans une prise de décision. Plus que le fond, avec lequel on peut être plus ou moins d’accord, c’est la forme qui a surpris dans la présentation de cette « université », avec un amphi ressemblant davantage à un décor de plateau de télévision, des chaises-tables multicolores sur roulettes faisant penser à un parc d’auto-tamponneuses et une présentation un peu trop prosélyte sur une estrade aux allures de talk-show. Mais c’est sans doute un mauvais pli universitaire qui me fait réagir de la sorte. Déformation professionnelle, assurément !



Autre lieu, autre décor. Comment une start-up peut-elle naître et se développer dans la Silicon Valley, qu’elle en soit issue ou pas d’ailleurs ? C’est à cela que travaillent des centres de recherche scientifique et technologique comme le Stanford Research Institute (où a été créée la première souris d’ordinateur… aujourd’hui emprisonnée à vie dans une petite vitrine) ou des développeurs spécialisés dans la croissance de start-ups technologiques comme Plug and Play. Des entreprises qui travaillent sur l’innovation, présentée ici comme un véritable processus disciplinaire et non comme un simple événement : la création de nouveaux objets par des personnes aux profils différents, des objets à valeur ajoutée pour le consommateur et correspondant à une part de marché pour laquelle un modèle économique durable est envisageable. De la présentation qui nous a été faite à la SRI, ressemblant davantage à un cours de MBA sur l’innovation entrepreneuriale qu’à une réelle visite d’entreprise, à celle chez Plug and Play pendant laquelle nous avons parcouru des open spaces dédiés aux clients venus du monde entier ou presque, c’est le fourmillement de projets et l’ampleur des moyens investis qui nous ont étonnés. Plus de 300 start-ups en incubation, rien que pour Plug and Play et près de 2500 employés pour SRI travaillant pour le gouvernement américain et les entreprises privées de la région. Autre chose nous a interpellés. Alors que l’on aurait pu s’attendre en raison de la confidentialité requise dans le milieu de l’entreprise, à des espaces de travail confidentiels et ultra protégés… bien au contraire, tout est en open space favorisant les rencontres et discussions possibles entre start-up et spin-off travaillant côte à côte. Plutôt que de perdre son énergie à protéger ce que l’on développe, pourquoi ne pas l’utiliser à la créativité par interaction avec les autres, l’un n’empêchant pas l’autre.



Enfin, la fondation Mozilla et le réseau professionnel de Linkedin nous invitent à découvrir le 2.0 à la californienne. Pour la première qui a créé des logiciels libres (en open source) pour naviguer différemment sur internet, l’opportunité et l’envie de se développer sur la toile ont été guidées par un seul credo : « Don’t work for the man, work for the mankind ». Pour la seconde, il a été imaginé de relier entre eux les profils professionnels (plus de 200 millions d’utilisateurs à travers 200 pays différents) pour favoriser la rencontre entre l’offre et la demande en matière de ressources humaines et ceci en privilégiant l’expérience au curriculum vitae. Dans les deux cas, il s’agit de placer la personne humaine au cœur de l’activité économique. Bien sûr, on y parle de business et de développement de produits innovants, mais c’est le capital humain qui reste la valeur absolue. Comment toutes ces personnes partagent-elles leurs connaissances et leur savoir-faire ? Comment créer des communautés de discussion, de réflexion, voire même de projets ? De nouveaux espaces collaboratifs au service de la société, voilà qui permet d’amplifier le potentiel d’innovation, bien au-delà de la Silicon Valley !



En conclusion, je dirais que ces quelques jours à San Francisco m’ont laissé un excellent souvenir et surtout la très grande envie d’y revenir. Malgré un emploi du temps fort chargé, qui nous a fait déjeuner à l’aurore pour quitter l’hôtel sur les coups de 7 heures et rentrer tard le soir, j’ai réussi à y glisser des moments de rencontres et d’ambiance au milieu de nos rendez-vous professionnels (un jour de plus sur place m’a aussi beaucoup aidé) : un footing matinal jusqu’au Golden Gate en passant par la Lombard Street, seule rue sinueuse de la ville et voisine de celles ayant vécu la course poursuite mémorable du lieutenant Bullitt (alias Steeve McQueen) au volant de sa Mustang, une visite à la Mission Dolores, plus ancienne bâtisse de la ville et son petit cimetière blanc, lieu de tournage de Vertigo par le maître du suspense (Sir Alfred Hitchcock), le Street Art multicolore du quartier hispanique de Mission, le Golden Gate Park et son jardin japonais, le Chinatown et le Little Italy du Down-town, le trajet du Cable Car jusqu’à l’Union Square où l’on peut déguster des burgers à la française, le campus de l’University of California de San Francisco (UCSF) avec sa superbe bibliothèque, ses deux lignes de métro (le Bart et le Muni), les quais du Pier 39 avec ses éléphants de mers et ses restaurants de crabe, la vue splendide sur l’île d’Alcatraz, mystérieuse… il ne m’a manqué que le vol des pélicans, trop lointain cette fois-ci pour que je puisse les admirer et la maison bleue de Maxime dans le quartier de Castro. Bref, un vrai coup de foudre pour la ville américaine sans doute la plus accueillante qui, une fois quittée, peut vous donner le blues, … et le Golden Gate s´endort, sur Alcatraz où traînent encore des sanglots couleur de prison…. So far away from LA, so far ago from Frisco, I´m no one, but a shadow, but a shadow... a shadow… (Nicolas Peyrac).



Impossible de terminer ce regard sans remercier chaleureusement nos guides sympathiques Marie BAHSA et Xavier WARTELLE de PRIME à San Francisco, ainsi que nos accompagnateurs Emmanuel DAVIDENKOFF, Camille RABEHANTA, Hélène ALLAIRE et Hélène LESOURD de l’Etudiant (EducPros) qui nous ont permis de vivre ces moments de découverte au pays de la recherche et de l’innovation.

similaire:

Un voyage apprenant dans la Silicon Valley iconText previous evidence of hominin occupation in the Western Rift Valley

Un voyage apprenant dans la Silicon Valley icon2. Le voyage et mon séjour
«Dans ces temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire», Georges Orwell

Un voyage apprenant dans la Silicon Valley iconC’est d’un voyage dans le néant que je reviens, exposé à l’accident....

Un voyage apprenant dans la Silicon Valley iconVoyage au centre de la Terre’’
«Descends dans le cratère du Yocul de Sneffels que l'ombre du Scartaris vient caresser avant les calendes de juillet, voyageur audacieux,...

Un voyage apprenant dans la Silicon Valley iconCours voyage

Un voyage apprenant dans la Silicon Valley iconDivers internet, Voyage, Lecture, Musique, Permis de conduire B

Un voyage apprenant dans la Silicon Valley iconInformations concernant les bourses de voyage pour congrès de biologie se tenant à l'étranger

Un voyage apprenant dans la Silicon Valley iconLa définition; ‘Responsible voyage à nature régions qui conservent...

Un voyage apprenant dans la Silicon Valley iconPetit voyage vers la surface : Structure et réactivité de solides inorganiques
«…salimmo sù, el primo e io secondo, tanto ch'i' vidi de le cose belle che porta 'l ciel, per un pertugio tondo. E quindi uscimmo...

Un voyage apprenant dans la Silicon Valley iconRemittances Costly cash Regulation is raising the cost of sending...
«Ibnou Assabil». Qu’on pourrait traduire par : gens de la route, voyageur sans but, gens du voyage, fils du chemin etc…








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com