Leçon 1 18 novembre








télécharger 4.67 Mb.
titreLeçon 1 18 novembre
page10/49
date de publication15.05.2017
taille4.67 Mb.
typeLeçon
b.21-bal.com > documents > Leçon
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   ...   49

10 février 1954 Table des séances



HYPPOLITE 


LACAN

Ceux qui étaient là la dernière fois ont pu entendre poursuivre un dévelop­pement sur le passage central

de l'écrit de FREUD sur La dynamique du transfert.
Je rappelle…

pour ceux qui peut–être n'étaient

pas là cette dernière fois

…que tout mon développement a consisté à vous montrer comme étant le phénomène majeur du transfert ce quelque chose qui part de ce que je pourrais appeler le fond du mouvement de la résistance.
C'est à savoir ce moment où ce quelque chose

qui reste masqué dans la théorie analytique

par toutes ces formes et ces voies

…à savoir la résistance dans son fond le plus essentiel,

se manifeste par cette sorte de mouvement

que j'ai appelé « bascule de la parole vers la présence » de l'auditeur et du témoin qu'est l'analyste.
Et comment nous le saisissons en quelque sorte

à l'état pur dans ce moment où le sujet s'interrompt…

et nous le savons :

dans un moment qui le plus souvent est le plus significatif de son approche vers la vérité

…dans une sorte de sentiment fréquemment teinté

d'an­goisse de la présence de l'analyste.
Je vous ai montré aussi, ou indiqué que l'interrogation de l'analyste qui…

parce qu'elle vous a été indiquée par FREUD

…est devenue pour certains presque automa­tique :
« Vous pensez à quelque chose qui me regarde, moi, l'analyste ? »
…n'est là qu'une sorte d'activisme tout prêt en effet,

à cristalliser un discours plus orienté vers l'analyste,

mais où ne fait que se manifester ce fait qu'en effet,

pour autant que le discours n'arrive pas jusqu'à cette parole pleine qui est celle où doit se révé­ler

ce fond inconscient du sujet, déjà le discours

en lui–même s'adresse à l'ana­lyste, l'intéresse,

est fait pour intéresser l'analyste, et pour tout dire se manifeste dans cette forme aliénée de l'être qui est identique à ce qu'on appelle son ego.
En d'autres termes, que la relation de l'ego à l'autre, le rapport du sujet à cet autre lui–même,

à ce semblable par rapport auquel d'abord il s'est formé,

et qui constitue une structure essentielle de la constitution humaine,

et qui est certai­nement la fonction imaginaire à partir

de laquelle nous pouvons comprendre, concevoir, expliquer, ce qu'est l'ego dans l'analyse.
Je ne dis pas « ce qu'est l'ego » en tant que ce qu'il est dans la psychologie…

fonction de synthèse, comme dans toutes

les formes où nous pouvons certainement

le suivre et le voir se manifes­ter

…mais dans sa fonction dynamique dans l'analyse,

l'ego pour autant qu'il se manifeste alors comme défense, refus qu'il inscrit en quelque sorte toute l'his­toire des successives oppositions qu'a manifestées le sujet à l'intégration de ce qu'on appelle ensuite seulement, ce qui se manifeste ensuite comme étant là,

dans la théorie, ses tendances, ses pulsions

les plus profondes et les plus méconnues.
En d'autres termes, que nous saisissons dans

ces moments si bien indiqués par FREUD ce par quoi

le mouvement même de l'expérience analytique rejoint

la fonction de méconnaissance fondamentale de l'ego.
Nous sommes donc amenés à la fin de ce progrès,

de cette démonstration, dont je vous ai montré quel est le ressort, le point sensible de l'investigation de FREUD sur toutes sortes d'autres plans.
Je vous l'ai montré à propos de ce qui pour FREUD

se manifeste être l'essence même de l'analyse du rêve, et je vous l'ai montré là, saisissable sous une forme presque paradoxale, combien pour FREUD l'analyse

du rêve est l'analyse littéralement de quelque chose qui a dans son investigation fonction de parole.
Et combien ceci est démontré par le fait que ce qu'il saisit comme la dernière trace d'un rêve évanoui

est très précisément au moment où il se tourne tout entier vers lui, vers FREUD, que c'est en ce point qu'il n'est plus qu'une trace, un débris de rêve,

que là nous retrouvons cette pointe transférentielle par où le rêve se modèle en un mouvement identique, cette interruption significative manifestée ailleurs comme le point tournant d'un moment de la séance analytique.
Je vous ai également montré la signification

du rapport entre la parole non dite, parce que refusée, parce que verworfen, à proprement parler rejetée par le sujet, le poids propre de parole dans un fait de lapsus,

plus exactement d'oubli d'un mot, exemple extrait

de la Psychopathologie de la vie quotidienne, et com­bien là aussi

le mécanisme est sensible de ce qu'aurait dû formuler la parole du sujet et de ce qui reste pour s'adresser à l'autre, c'est–à–dire dans le cas présent de ce qui manque, la soustraction d'un mot, « Herr », au vocable SIGNORELLI, qu'il ne pourra plus évoquer l’instant d'après, précisément avec l'interlocuteur devant qui, de façon potentielle, ce mot « Herr » a été appelé

avec sa pleine signification.
Nous voici donc amenés autour de ce moment révélateur du rapport fonda­mental de la résistance et de la dynamique du mouvement de l'expérience ana­lytique, nous voilà donc amenés autour d'une question qui peut se polariser entre ces deux termes :

l'ego et la parole.

Quelque chose qui parait si peu appro­fondi dans cette relation qui pourtant devrait être pour nous l'objet de l'inves­tigation essentielle, que quelque part, sous la plume de M. FENICHEL nous trouvons

par exemple que :
« C'est par l'ego qu'incontestablement

il est tenu en quelque sorte pour acquis, donné

vient au sujet le sens des mots. »
Pourtant, est–il besoin d'être analyste pour trouver qu'un pareil propos peut être, pour le moins,

sujet à contestation ?
Est–ce qu'on peut même dire qu'actuellement notre discours

en admettant qu'en effet l'ego soit ceci qui, comme on dit, dirige nos manifestations motrices, par conséquent l'issue en effet de ces vocables qui s'appellent des mots

…est–ce qu'on peut dire même que dans cet acte

l'ego soit maître de tout ce que recèlent les mots ?
Est–ce que le système symbolique formidablement intriqué, entrecroisé, marqué de cette Verschlungenheit, en effet,

de ce quelque chose qui est impossible à tra­duire autrement que par propriété d'entrecroisements,

et que le traducteur des Écrits techniques

le mot est dans cet article que je présentais devant vous [Die außerordentliche Verschlungenheit des in dieser Arbeit behandelten Themas legt die Versuchung nahe, auf eine Anzahl von anstoßenden Problemen einzugehen, deren Klärung eigentlich erforderlich wäre, ehe man von den hier zu beschreibenden psychischen Vorgängen in unzweideutigen Worten reden könnte.]

…a traduit par « complexité », qui est combien faible.
Tandis que Verschlungenheit est pour désigner l'entrecroisement linguistique : tout sym­bole linguistique aisément isolé est solidaire, non seulement de l'ensemble,

mais se recoupe et se constitue par toute une série d'affluences, de surdétermina­tions oppositionnelles

qui le situent à la fois dans plusieurs registres.
Pour tout dire que, précisément, ce système du langage, dans lequel se déplace notre discours, n'est–il pas quelque chose qui dépasse infiniment toute l'in­tention momentanée que nous y pouvons mettre ?
Et combien c'est précisé­ment sur cette fonction

de résonance, d'ambiguïté, de communications, de richesses impliquées d'ores et déjà dans le système symbolique tel qu'il a été constitué par la tradition dans laquelle nous nous insérons comme individus,

bien plus que nous ne l'épelons et ne l'apprenons.
Combien ce langage est justement ce sur quoi joue l'expérience analytique, puisque, à tout instant,

ce que fait cette expérience est de lui montrer

qu'il en dit plus qu'il ne croit en dire

pour ne prendre cette question que sous cet angle.

Si nous la prenions sous l'angle génétique,

nous serions portés à toute la question de savoir comment l'enfant apprend le langage, et nous serions alors entraînés dans une question d'investigation psychologique dont on peut dire qu'elle nous mènerait si loin à propos de méthode que nous ne pouvons

même pas l'aborder.
Mais il semble incontestable que nous ne pouvons pas juger précisément de l'acquisition du langage par l'enfant, par la maîtrise motrice qu'il en montre, par l'apparition des premiers mots.
Et que ces poin­tages, sans aucun doute très intéressants,

ces catalogues de mots…

que les obser­vateurs se plaisent à enregistrer pour savoir chez tel ou tel enfant quels sont

les premiers mots qui apparaissent et à en tirer des significations rigoureuses

…laissent entier le problème de savoir dans quelle mesure ce qui émerge en effet dans la représentation motrice ne doit pas être considéré comme justement émergeant d'une première appréhension de l'ensemble du système symbo­lique comme tel, qui donne à ces premières apparitions…

comme d'ailleurs la clinique le manifeste

…une signification toute contingente.

Car chacun sait avec quelle diversité paraissent

ces premiers fragments du langage qui se révèlent dans l'élocution de l'enfant, combien il est frappant d'entendre l'enfant expri­mer par exemple des adverbes, des particules, des mots comme « peutêtre » ou « pas encore », avant d'avoir exprimé un mot substantif, le moindre nom d'objet.
Il y a là manifestement une question de préposition

du problème qui paraît indispensable à situer

toute observation valable.
En d'autres termes, si nous n'arrivons pas à bien saisir et comprendre la fonc­tion essentielle…

l'autonomie de cette fonction symbolique

dans la réalisation humaine

…il est tout à fait impossible de partir

tout brutalement des faits sans faire aussitôt

les plus grossières erreurs de compréhension.
Ce n'est pas ici un cours de psychologie générale,

et sans doute je n'aurai pas l'occasion de reprendre le problème que soulève l'acquisition du langage chez l'enfant.
Aujourd'hui, je ne pense pouvoir qu'introduire

le problème essentiel de l'ego et de la parole

et en partant, bien entendu, de la façon

dont il se révèle dans notre expérience

…ce problème que nous ne pouvons poser qu'au point

où en est la formulation du problème.
c'est–à–dire que nous ne pouvons pas faire comme si la théorie de l'ego, dans toutes les questions

qu'elle nous pose…

théorie de l'ego telle que FREUD l'a formulée

dans cette opposition avec le Ça, un jour proférée par FREUD

…et qui imprègne toute une partie de nos conceptions théoriques et du même coup techniques […]
Et c'est pourquoi aujourd'hui, je voudrais attirer votre attention sur un texte qui s'appelle

la Verneinung12.
La Verneinung, autrement dit…

comme M. HYPPOLITE me le faisait

remarquer tout à l'heure

la dénégation, et non pas la négation, comme on

l'a traduit fort insuffisamment en français.

C'est bien toujours ainsi que moi–même je l'ai

évo­quée chaque fois quand j'en ai eu l'occasion,

dans mes explications ou sémi­naires, ou conférences.
Ce texte est de 1925, et postérieur à la parution

de ces articles si on peut dire limites par rapport

à la période que nous étudions des Écrits techniques,

ceux qui concernent la psychologie du moi

et son rapport […] l'article Das Ich und das Es.
Il reprend donc cette relation toujours présente

et vivante pour FREUD, cette relation de l'ego

avec la manifestation parlée du sujet dans la séance. Il est donc à ce titre extrêmement significatif.
Il m'a paru…

pour des raisons que vous allez voir se manifester, …que M. HYPPOLITE…

qui nous fait le grand honneur de venir participer ici à nos tra­vaux par sa présence, voire par ses interventions

…il m'a paru qu'il pourrait m'ap­porter une grande aide pour établir ce dialogue…

pendant lequel on ne peut pas dire que

je me repose, mais pendant lequel tout au moins je ne me manifeste plus d'une façon motrice

…de nous apporter le témoignage d'une critique élaborée par la réflexion même de tout ce que nous connaissons de ses travaux antérieurs, de nous apporter l'élaboration d'un problème qui, vous allez le voir, n'intéresse rien de moins que toute

la théorie sinon de la connaissance, au moins du jugement.

C'est pourquoi je lui ai demandé, sans doute avec

un peu d'insistance, de bien vouloir non seulement me suppléer, mais apporter ce que lui seul peut apporter dans sa rigueur à un texte de la nature de celui

que vous allez voir, précisément, sur la dénégation.
Je crois qu'il y a là des difficultés,[…]

et certainement qu'un esprit autre qu'un esprit formé aux disci­plines philosophiques dont nous ne saurions nous passer dans la fonction que nous occupons.

Notre fonction n'est pas celle d'un vague frottifrotta affectif dans lequel nous aurions à provoquer chez le sujet, au cours d'une expérience confuse, de ces retours d'expériences plus ou moins évanescentes en quoi consisterait toute la magie de la psychanalyse.
Nous ne faisons pas ce que nous faisons

dans une expérience qui se poursuit au plus sensible de l'activité humaine…

c'est–à–dire celle de l'intelligence raisonnante : le seul fait est qu'il s'agit d'un discours

…nous ne faisons rien d'autre que d'approximatif,

qui n'a aucun titre à la psychanalyse.

Nous sommes donc en plein dans notre devoir

en écoutant, sur un texte comme celui que vous allez voir, les opinions qualifiées de quelqu'un d'exercé

à cette critique du langage, à cette appréhension de la théorie.
Comme vous allez voir que ce texte de FREUD manifeste, une fois de plus chez son auteur,

cette sorte de valeur fondamentale qui fait

que le moindre moment d'un texte de FREUD nous permet une appréhension technique rigoureuse, que chaque mot mérite d'être mesuré à son incidence précise,

à son accent, à son tour particulier, mérite d'être inséré dans l'analyse logique la plus rigoureuse.
C'est en quoi il se diffé­rencie des mêmes termes groupés plus ou moins vaguement par des disciples pour qui l'appréhension des problèmes a été de seconde main, si l'on peut dire, et après tout jamais pleinement élaborée, d'où résulte cette sorte de dégradation où nous voyons se manifester sans cesse par ses hésitations le développement de
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   ...   49

similaire:

Leçon 1 18 novembre iconLeçon I 18 novembre 1953

Leçon 1 18 novembre iconLeçon 1 17 novembre 1954

Leçon 1 18 novembre iconLeçon 21 05 Juin 1963 Leçon 22 12 Juin 1963 Leçon 23 19 Juin 1963...

Leçon 1 18 novembre iconLeçon 21 17 Mai 1961 Paul Claudel : Trilogie Leçon 22 24 Mai 1961...
«De l’amour». Trad. Léon robin ( texte grec et trad. Fr.) Notice pp 13–129, texte pp 130–313

Leçon 1 18 novembre iconLeçon 1A Ça va?

Leçon 1 18 novembre iconLeçon 1A Ça va?

Leçon 1 18 novembre iconLeçon 10

Leçon 1 18 novembre iconLeçon 1A Ça va?

Leçon 1 18 novembre iconLeçon n°8

Leçon 1 18 novembre iconLeçon Programme








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com