Des eaux et des forêts dossier de Motivation / Notice








télécharger 163.57 Kb.
titreDes eaux et des forêts dossier de Motivation / Notice
page1/3
date de publication14.05.2017
taille163.57 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3

Recrutement sur l’Ecole polytechnique Année 2010


CORPS DES INGÉNIEURS DES PONTS,

DES EAUX ET DES FORÊTS

- Dossier de Motivation / Notice -

LA PROCÉDURE D'ADMISSION
La procédure d’admission est celle définie par l’ordonnance n° 58-1136 du 28 novembre 1958 modifiée portant loi organique concernant les nominations aux emplois civils et militaires de l’Etat, le décret n° 84-117 du 16 février 1984 relatif à l’admission dans les services publics des ingénieurs diplômés de l’Ecole polytechnique et le décret n° 2001-622 du 12 juillet 2001 relatif à la formation des élèves de l’Ecole polytechnique.

LE DOSSIER DE MOTIVATION
A la demande des ministères dont relève le corps des ingénieurs des ponts, des eaux et des forêts, tout élève de l’Ecole polytechnique qui s’est porté, conformément à l’article 2 du décret du 16 février 1984, candidat à l’admission dans ce corps doit fournir un dossier de motivation comprenant :
. La partie A jointe dûment complétée ;
. Le projet de parcours de formation individualisé (partie B) joint dûment complété ;
. Le relevé de notes obtenues à l'Ecole polytechnique (partie C) ;
. La fiche élève (partie D).
Le dossier doit être adressé à l’adresse électronique : ipef-promo12@paristech.fr au plus tard le 8 janvier 2010.
Attention :
Les ministères sont conscients que les candidats se situent à des niveaux très variables de réflexion et de mûrissement de leur projet professionnel. C’est pourquoi, il ne s’agit pas, au travers du « dossier de motivation », d’émettre un quelconque jugement de valeur sur les candidats.
Bien au contraire, les informations fournies dans le « dossier de motivation » relatives au projet professionnel et au parcours de formation en école d’application, qui n’ont qu’une valeur indicative à ce stade, constituent un état des lieux de votre réflexion très utile pour apprécier la nécessité de l’accompagner et de l’approfondir notamment grâce aux entretiens (cf. infra).
Il s’agit ainsi d’une part, de s’assurer de l’adéquation de votre projet avec les missions du corps et, d’autre part, à plus court terme de valider votre Année 1 de formation (2010-2011) dans le cadre du corps.
ENTRETIENS
Tout élève de l’Ecole polytechnique qui s’est porté candidat à l’admission dans le corps des ingénieurs des ponts, des eaux et des forêts est susceptible d’être invité à un ou plusieurs entretiens entre janvier et avril 2010, en particulier lorsque l’adéquation de son projet avec les missions du corps ne ressort pas avec évidence.
Pendant cette période tout élève candidat a ainsi l’occasion d’approfondir avec des représentants du corps sa réflexion personnelle et peut préciser ou modifier le projet.
Les contacts s’effectueront par l’intermédiaire de l’adresse électronique mentionnée dans la partie A (état civil) du dossier de motivation.
Au moment du dépôt de son dossier de candidature, chaque candidat aura à préciser un projet de parcours de formation individualisé où il indiquera la formation qu’il aimerait suivre. Ces intentions de départ pourront par la suite être précisées, adaptées voire modifiées dans le dossier de motivation. Il pourra être demandé à certains candidats de préciser et d’approfondir leur projet.
Les informations permettent de mieux vous connaître d’une manière générale, d’avoir une idée du niveau de réflexion sur votre projet professionnel et donc de vos motivations à intégrer le corps, enfin de connaître votre projet de formation. Vous aurez la possibilité, de janvier à avril 2010, de préciser progressivement votre projet de parcours de formation individualisé.
ELEMENTS SUR LES PARCOURS DE FORMATION
Le 1er octobre dernier le corps des ingénieurs des ponts et chaussées et celui des ingénieurs du génie rural, des eaux et des forêts ont fusionné. Ce nouveau corps supérieur à caractère technique et interministériel relève du ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer (MEEDDM) et du ministère de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche (MAAP).
Votre cursus de formation dans le corps :
Les ingénieurs-élèves des ponts, des eaux et des forêts suivent une formation qui à pour but de les préparer à un début de carrière au sein de la sphère publique (Etat, collectivités territoriales, établissements publics, entreprises publiques) :

    • dans des fonctions de recherche ou d’expertise, d’encadrement et de chef de projet avec une prise de responsabilité importante dès le premier poste ;

    • dans l’action publique au service du développement durable ;

    • sur des problématiques multiacteurs (locaux, nationaux ou internationaux) et pouvant faire appel à la fois à de nombreux champs disciplinaires (ingénierie mathématique, ingénierie de la construction, sciences du vivant, sciences économiques, sciences sociales et politiques)


La formation dispensée vise également à leur permettre d’asseoir leur capacité d’élargissement de déroulement de carrière :

    • à toutes les échelles : collectivités territoriales, État, Europe, international

    • à de nombreux secteurs d’activités


et enfin d’évoluer dans leurs postures professionnelles :

    • encadrement supérieur puis cadre dirigeant ;

    • chercheur puis expert de haut niveau ou cas précédent ;

    • régulateur.


Deux parcours de formation :
Parcours ingénieur-docteur :
Ce parcours conduit au diplôme d’ingénieur de l’École des Ponts ou d’AgroParisTech et celui de docteur. Il suppose l’affirmation préalable d’un projet personnel fort présentant des applications potentielles intéressant le corps. Avant l’inscription en thèse, la formation s’effectue sur 2 années.
L’Année 1 conduit au diplôme d’ingénieur. Elle permet de maîtriser les problématiques scientifiques et techniques propres à un ou plusieurs des grands domaines d’action du corps : le climat, la demande énergétique, l’aménagement et le développement durable des territoires, le logement et la ville, les transports, la mise en valeur agricole et forestière, la gestion et la préservation des espaces et ressources naturelles terrestres et maritimes, l’alimentation et l’agro-industrie.
A l’Ecole des Ponts, les 6 départements d’enseignement de cycle master sont accessibles : Génie civil & construction ; Génie mécanique & matériaux ; Ingénierie Mathématique & Informatique ; Génie Industriel, Ville-Environnement-Transport ; Sciences Economiques-Gestion-Finances.
A AgroParisTech, 10 parcours sont accessibles : « Ingénierie de l’environnement : eau, déchets et aménagement durables », « Production et innovation dans les systèmes techniques végétaux », « Gestion des milieux naturels », « Sciences et ingénierie pour les filières animales », « Sciences et technologies de la biologie, la nutrition et l’alimentation humaines », « Sciences pour les industries biologiques et alimentaires », « Stratégie d’élaboration des aliments et bioproduits », « Management et ingénierie du système d’information », « Développement agricole », « Gestion environnementale des écosystèmes et forêts tropicales ».
Les formations dans les départements/domaines sont dispensées au format « formation complémentaire intégrée » dans le cadre des conventions en vigueur entre les 2 écoles et l’Ecole polytechnique (4ème année de l’X).
L’ingénieur-élève suit en parallèle un M2 cohabilité par l’une des deux écoles (cf. annexe). Certains enseignements de la formation d’ingénieur peuvent être validés pour la formation de master, et réciproquement.
L’Année 2 prépare le futur Ingénieur à sa prise de poste dans un champ d’action publique. Les formations dispensées sont des mastères spécialisés labellisés par la CGE proposés par les deux écoles comme par exemple (liste non exhaustive) :

    • Action publique ;

    • Aménagement & maîtrise d’ouvrage urbaine ;

    • Ingénierie & gestion de l’environnement ;

    • Systèmes de transports ferroviaires & guidés ;

    • Gestion de l’eau ;

    • Forêt, Nature & Société ;

    • Politiques publiques & stratégies pour l’environnement (projet) ;

    • Action publique pour le développement durable des territoires et de l’agriculture (projet) ;

    • Management des risques sanitaires alimentaires et environnementaux (projet).


Le deuxième semestre peut être consacré au Projet de Fin d’Etudes de la formation d’ingénieur / stage M2.
Dans ce parcours, le PFE/stage de M2 est orienté vers la thèse. En effet, l’admission en thèse nécessite d’avoir mûri son projet professionnel et d’avoir montré, notamment lors de son stage de réelles aptitudes à la recherche. Cette admisssion est validée par le comité d’orientation bi-partite MEEDDM-MAAP de la formation du corps (cf. IV). Un dispositif d’accompagnement, mis en place par les écoles, permet à l’ingénieur-élève pendant les 2 années de formation de mûrir le sujet de thèse.
La thèse débute en début d’année 3.
Par rapport à ce schéma de base, des adaptations sont possibles sur justification dans le cadre de la validation du parcours individualisé de formation.
Parcours ingénieur :
Le cycle de formation est similaire au précédent à la différence qu’il conduit seulement au diplôme d’ingénieur de l’École des Ponts ou d’AgroParisTech. L’inscription parallèle dans un M2 cohabilité n’est donc pas nécessaire.
Choix du parcours et des formations :
Les choix du parcours, des formations ainsi que les adaptations éventuelles par rapport au schéma de base présenté ci-dessus, s’effectuent progressivement et principalement entre le janvier et juin 2010 selon le processus :


  • Octobre à décembre : mûrir son choix

    • prise de contact libre

    • 19 novembre : X forum

  • Tout début Janvier :

    • limite de remise des “feuilles de botte” à l’X

    • envoi d’un dossier de motivation à l’adresse ipef-promo12@paristech.fr

  • Janvier à Avril :

    • itération avec les candidats sur les parcours de formation individualisés

  • Début Mai :

    • pré-validation des parcours de formation individualisés des candidats par le comité d’orientation bi-partite MEEDDM-MAAP

  • 15 mai :

    • limite des désistements dans les corps de l’Etat

  • Juin :

    • Validation définitive des PFI des candidats admis par le comité d’orientation bi-partite MEEDDM-MAAP


Les candidats doivent engager, si ce n’est déjà fait, une réflexion sur leur projet professionnel. Cette réflexion doit être préalable à toute considération de choix de parcours et de formation ; il ne doit en être que la conséquence.

Les directions des deux écoles se tiennent à la disposition des candidats pour les aider et les guider dans cette réflexion.
Contacts dans les Ecoles
- Ecole des Ponts : Gilles ROBIN, directeur-adjoint de l’Ecole, gilles.robin@enpc.fr
- AgroParisTech-ENGREF : Laurent ROSSO, directeur de l’ENGREF, laurent.rosso@agroparistech.fr
Pour plus d’information :


PRESENTATION DU CORPS

Les ingénieurs des ponts, des eaux et des forêts forment un corps supérieur à caractère technique et interministériel relevant conjointement du ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de mer (MEEDDM) et du ministère de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche (MAAP). Ils participent à la conception, à l’élaboration, à la mise en œuvre et à l’évaluation des politiques publiques notamment dans les domaines du climat, de l’énergie, de l’aménagement et du développement durable des territoires, du logement et de la ville, des transports, de la mise en valeur agricole et forestière, de la gestion et de la préservation des espaces et des ressources naturelles terrestres et maritimes ainsi que de l’alimentation et de l’agro-industrie.

Ils ont vocation à exercer des fonctions de direction, d'encadrement, de contrôle, d'inspection, d’étude, d’expertise, d'évaluation des politiques publiques, d'enseignement et de recherche, y compris dans les organismes internationaux. Toutes autres missions de nature scientifique, technique, administrative, économique ou sociale peuvent leur être confiées par tout ministre.

Si le corps présente un caractère interministériel marqué, le MEEDDM et le MAAP, compte tenu de leurs champs d’intervention, offrent à ses membres une très large palette de métiers (transport, aménagement, environnement, énergie, alimentation, agriculture) et de fonctions (manager-chef de projet, spécialiste, chercheurs) dans les différents sous-ensembles composant le MEEDDM et le MAAP.

Le MEEDDM comprend :

- une administration centrale structurée en un secrétariat général (ressources humaines, affaires européennes & internationales, affaires juridiques, défense & sécurité, communication), un commissariat général au développement durable (affaires scientifiques & techniques, affaires économiques & statistiques), une délégation interministérielle (sécurité routière) et cinq directions générales thématiques :

  • aviation civile : navigation aérienne (opérations ; technique-innovation), contrôle-sûreté-sécurité, transport aérien, aéroports, programmes aéronautiques ;

  • transports terrestres et maritimes : infrastructures, mer, services de transport ;

  • prévention des risques : risques technologiques, risques naturels & hydrauliques, déchets, pollutions

  • aménagement, ressources naturelles, logement ;

  • énergie : hydrocarbures, industrie nucléaire, gaz, système électrique, climat, qualité de la construction, réglementation des véhicules

- des services déconcentrés structurés :

  • au niveau régional : une direction régionale rassemblant les compétences des anciennes directions régionales de l’équipement, de l’environnement et de l’industrie et qui voit se renforcer sa capacité de coordination, d’évaluation et d’animation économique, et sur les façades maritimes une direction interrégionale de la mer ;

  • au niveau interdépartemental : direction interdépartementale des routes, services de navigation ;

  • au niveau départemental : une présence principalement au travers de la direction départementale des territoires (rassemblant les compétences des anciennes directions départementales de l’équipement et de l’agriculture) et de la direction départementale de la population et de la cohésion sociale (fonction sociale du logement).


- un réseau scientifique et technique composé de nombreux organismes spécialisés :

  • dans le champ transport : Institut national de recherche et d’études sur les transports et leur sécurité (INRETS), laboratoire central des ponts et chaussées (LCPC), service d’études sur les transports, les routes et leurs aménagements (SETRA), centre d’études des tunnels (CETU), centre national des ponts de secours (CNPS), service technique des remontés mécaniques et des transports guidés (STRMTG), service national d’ingénierie aéroportuaire (SNIA), le service technique de l’aviation civile (STAC), le centre d’études techniques maritimes et fluviales (CETMEF), l’Institut national de sécurité routière et de recherche (INSERR), l’établissement public de sécurité ferroviaire (EPSF), les écoles nationales de la marine marchande (4), l’école nationale de l’aviation civile (ENAC) ;

  • dans le champ de l’aménagement et du logement : le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), le centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques (CERTU), l’Institut Géographique National (IGN) ;

  • dans le champ de l’énergie : le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et l’Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN), l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA), l’Institut français du pétrole (IFP) et l’Ecole nationale supérieure du pétrole et des moteurs (ENSPM) ;

  • dans le champ de la préservation des espaces et des ressources naturelles : l’Institut français de l’environnement (IFEN), l’Institut de formation à l’environnement (IFORE), le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN), l’Agence de l’environnement de la maîtrise de l’énergie (ADEME), le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), l’Institut français de recherche sur l’exploitation de la mer (IFREMER), l’Observatoire des territoires ;

  • dans le champ de la prévention des risques : l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (AFSSET), l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (INERIS), service technique de l’énergie électrique et des grands barrages (STEEGB), service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévention des inondations (SCHAPI), Météo-France ;

  • multi-champs : l’Ecole nationale des ponts et chaussées (ENPC), l’Ecole nationale des travaux publics de l’Etat (ENTPE), l’Ecole nationale des techniciens de l’équipement (ENTE), les centres d’études techniques de l’équipement (CETE), les centres interrégionaux de formation professionnelle (CIFP).


- d’autres opérateurs sous tutelle :

    • dans le champ transport : Réseau ferré de France (RFF), Voies navigables de France (VNF), la SNCF, la RATP, les grands ports maritimes et les ports autonomes (10), l’Agence de financement des transports de France (AFITF), caisse nationale des autoroutes, chambre nationale de la batellerie artisanale, aéroport de Bâle-Mulhouse, établissement national des invalides de la marine ;

    • dans le champ de l’aménagement et du logement : les établissements publics d’aménagement (14) ou foncier (14), caisse de garantie du logement locatif social, agence nationale de l’amélioration de l’habitat, agence nationale pour la participation des employeurs à l’effort de construction, agences des 50 pas géométriques (2), agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) ;

    • dans le champ de l’énergie : agence nationale pour la garantie des droits des mineurs ;

    • dans le champ de la préservation des espaces et des ressources naturelles : l’Office national des forêts (ONF), l’Office nationale de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) les parcs nationaux (10), l’Office nationale de l’eau et des milieux aquatiques (ONEMA), le Domaine national de Chambord, les agences de l’eau (6), l’Agence des aires marines protégées, le Conservatoire des rivages lacustres et du littoral ;


Dans son champ d’activités se trouvent également :

- des autorités administratives indépendantes : autorité de sûreté nucléaire (ASN), commission nationale du débat public (CNDP), autorité de contrôle des nuisances sonores aéroportuaires (ACNUSA), commission de régulation de l’énergie (CRE),

- des entreprises publiques : Areva, GdF-Suez, EDF, Autoroute et tunnel du Mont-Blanc, Société française du tunnel routier du Fréjus, Aéroports de Paris, Aéroports de Lyon, Aéroport de Toulouse-Blagnac, Aéroport de Bordeaux-Mérignac, Société d’économie mixte d’exploitation du marché d’intérêt national de Paris Rungis (SEMMARIS), Air France-KLM, société de valorisation foncière et immobilière (SOVAFIM).
Pour en savoir plus : www.developpement-durable.gouv.fr


Le MAAP comprend de la même manière :

- une administration centrale structurée en un secrétariat général (ressources humaines, affaires juridiques, communication, affaires économiques & statistiques) et 4 directions générales thématiques :

  • alimentation & prévention risques sanitaires ;

  • production agricole, forêt-ruralité-cheval, agroalimentaire & développement durable ;

  • enseignement supérieur & recherche ;

  • pêches maritimes & aquaculture.


- des services déconcentrés structurés :

  • au niveau régional : une direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt ;

  • au niveau départemental : une présence au sein des directions départementales des territoires (rassemblant les compétences des anciennes directions départementales de l’équipement et de l’agriculture), et des directions de la population et de la cohésion sociale (services vétérinaires).


- un réseau d’enseignement et de recherche composé de nombreux organismes spécialisés :

- enseignement supérieur et recherche : l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), le Centre national du machinisme agricole, du génie rural, des eaux et des forêts (CEMAGREF), l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) ; l’Institut national de formation des personnels du ministère de l’agriculture, les écoles nationales vétérinaires (4), l’Institut des sciences et industries du vivant et de l’environnement (AgroParisTech), l’établissement national d’enseignement supérieur agronomique de Dijon (ENESAD), les instituts supérieurs d’agriculture (2), l’Institut supérieur des sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage (AgroCampus-Ouest), l’Ecole nationale du génie de l’eau et de l’environnement de Strasbourg (ENGEES), l’Ecole nationale supérieure du paysage de Versailles, l’Ecole nationale d’ingénieurs des techniques des industries agricoles et alimentaires, l’Institut supérieur de l’agro-alimentaire, l’Ecole supérieure du bois (ESB), l’Ecole d’ingénieurs de Purpan, le Centre international d’études supérieures en sciences agronomique de Montpellier (Montpellier SupAgro), l’Institut polytechnique LaSalle Beauvais, les écoles nationale d’ingénieurs des travaux agricoles (2) ;

- enseignement agricole : les lycées (218), les centres de formation d'apprentis (100), les centres de formation professionnelle et de promotion agricoles (147) ;
- d’autres opérateurs sous tutelle : l’Inventaire forestier national (IFN), l’Office nationale des forêts (ONF), le Centre national professionnel de la propriété forestière (CNPPF), l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO), les Haras nationaux, l’Office de développement de l’économie agricole des DOM (ODEADOM), l’Etablissement national des produits de l’agriculture et de la mer (FranceAgriMer), l’Agence de services et de paiement ;
Pour en savoir plus : www.agriculture.gouv.fr
L’ingénieur des ponts, des eaux et des forêts peut trouver naturellement sa place au sein d’autres ministères par exemple sur des fonctions liées à la construction d’équipement publics (Justice via l’Agence des programmes immobiliers de la justice, Enseignement supérieur-recherche en particulier via l’établissement public du campus de Jussieu, Culture via l’établissement public de maîtrise d’ouvrage des travaux culturels de l’Etat, Affaires étrangères, Intérieur, Défense via le service d’infrastructure de la Défense, Santé), ou sur des fonctions à caractère économique plus marqué (Economie-Industrie-Emploi au sein de la direction générale du Trésor et des politiques économiques ou la direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services), ou encore sur des fonctions liées à la conduite du changement, à la modernisation de l’action publique, à la dimension financière et budgétaire (Comptes publics-Budget-Fonction Publique au sein de la direction du budget ou la direction générale de la modernisation de l’Etat).
Pour en savoir plus : sites internet des différents ministères
Il en est de même au sein des collectivités territoriales sur les thématiques déjà exposées comme l’aménagement urbain ou rural, le logement, les transports publics, la voirie, les constructions publiques, l’eau, les déchets, ….
La structure du corps est la suivante en 2009 compte tenu de la fusion :


Grade

Effectif

%

Ingénieur général

703

33%

Ingénieur en chef

1 621

4%

Ingénieur

1 521

20%

Total

3 845

100


A titre indicatif et à l’heure actuelle, les règles de gestion pour les promotions sont les suivantes : Le passage au grade d’ingénieur en chef, au choix, s’effectue autour d’une durée moyenne dans le grade d’ingénieur de 10 ans (typiquement 35 ans). Le passage au grade d’ingénieur général, au choix également, s’effectue autour d’une durée moyenne depuis la titularisation de 24 ans (typiquement 49 ans).

La rémunération en qualité d’ingénieur-élève est de l’ordre de 1 470 € nets mensuels. A partir de la titularisation le traitement indiciaire est complété par un jeu de primes variables spécifiques au corps. A titre indicatif, en première affectation, la rémunération nette mensuelle se situe aux alentours de 3 600 €. (D’autres éléments de rémunération (réglementés) liés aux fonctions occupées peuvent être le cas échéant perçus en complément.)

Annexe
Masters co-habilités par l’Ecole des Ponts ParisTech ou AgroParisTech

pouvant accueillir des ingénieurs-élèves


1/ Ecole des Ponts ParisTech


Mention MÉCANIQUE & GÉNIE CIVIL

Mécanique des matériaux et des structures (MMS)

Mécanique des sols, des roches et des ouvrages dans leur environnement (MSROE)

Sciences des matériaux pour la construction durable (SMCD)

Mention SCIENCES & GÉNIE DE L’ENVIRONNEMENT

Systèmes aquatiques et gestion de l’eau (SAGE)

Océan, atmosphère, climat et observations spatiales (OACOS)

Matériaux du patrimoine dans l’environnement (MAPE)

Mention ENERGIE NUCLÉAIRE

Génie nucléaire

Conception des installations nucléaires

Exploitation des installations nucléaires

Cycle du combustible

Démantèlement et gestion des déchets

Mention CITÉ & MOBILITÉ

Transports et mobilité (TM)

Mention ENTREPRISE, RESSOURCES HUMAINES, INNOVATION, COMMUNICATION, COMPÉTENCES

Entreprise Innovation et Société (EIS)

Mention ÉCONOMIE

Economie du développement durable, de l’environnement et de l’énergie (EDDEE)

Analyse et Politique Economique (APE)

Politiques Publiques et Développement (PPD)

Mention MATHÉMATIQUES

Mathématiques de la modélisation – parcours Analyse numérique et équations aux dérivées partielles (ANEDP)

Mention INFORMARTIQUE

Mathématiques et modélisation – parcours Mathématiques, vision, apprentissage (MVA)

Mention FINANCE

Financement de Projet- Financements Structurés (FP-FS)
  1   2   3

similaire:

Des eaux et des forêts dossier de Motivation / Notice iconNotice explicative dossier acces sélectif Master 2ème année

Des eaux et des forêts dossier de Motivation / Notice iconL’hydrosphère est l’ensemble des eaux qui se trouvent sur la surface...

Des eaux et des forêts dossier de Motivation / Notice iconFederation des conseils de parents d’eleves des ecoles publiques
«printemps-jeunesse» beaucoup de difficultés à s’impliquer dans ce projet. Manque de motivation

Des eaux et des forêts dossier de Motivation / Notice iconProgramme de gestion decentralisee des forets phase II «gedefor ii»

Des eaux et des forêts dossier de Motivation / Notice iconCours «Incidences sanitaires de la réutilisation des eaux usées dans l'agriculture»
«Incidences sanitaires de la réutilisation des eaux usées dans l'agriculture» (3ème cycle)

Des eaux et des forêts dossier de Motivation / Notice iconLa surface de la Terre n’est pas uniforme, mais varie d’un lieu à...

Des eaux et des forêts dossier de Motivation / Notice iconNote explicative pour le lâcher en milieu naturel de jeunes
«fils» a progressivement été constitué à Berlin (Institut d’écologie des eaux douces) à partir de poissons issus des reproductions...

Des eaux et des forêts dossier de Motivation / Notice iconInterviews 44
«refuge d’écosystèmes naturels», participant à la biodiversité des agglomérations urbaines [4]. IL est donc nécessaire de préserver...

Des eaux et des forêts dossier de Motivation / Notice iconChapitre premier
«Boogie Chickens». À en croire la notice au-dessous, moyennant un dollar on pouvait voir quatre poules Brahma danser sur les tubes...

Des eaux et des forêts dossier de Motivation / Notice iconUn générateur d’électrons, d’ondes élastiques et d’ondes infra-rouges...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com