Sommaire








télécharger 274.61 Kb.
titreSommaire
page6/7
date de publication01.04.2017
taille274.61 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6   7

COCHER



Présentation : le plus vieux métier du monde avec un maréchal ferrant et ce depuis que la roue et le cheval ont été associé pour la création de l’attelage. Il est vraisemblable que la formation a d’abord été empirique avant que les anciens ne prennent les jeunes en apprentissage. Ce métier était alors important car les cocher étaient les chauffeurs de bus et de camions de l’époque. Ils ne faisaient pas que conduire, ils soignaient leurs chevaux, les nourrissaient, réparaient leur voiture. La voiture, l’autobus, les camions ont remplacé les attelages hippomobiles et le métier a disparu.
Il réapparaît aujourd’hui, non pour de nouveau devenir un outil de travail car la lutte est définitivement inégale, mais pour être utilisé comme image touristique ou environnementale : le cheval est devenu un signe de nature, et son intégration dans notre monde moderne est appréciée même si dans la réalité le cheval trouve difficilement sa place dans le flot des automobiles. Il n’empêche qu’on le retrouve, monté pour de la surveillance et attelé pour promener des touristes.
Les professionnels du métier se sont regroupés, les formations se sont codifiées et un ruban pédagogique a vu le jour. Le but est de structurer la profession et de faire reconnaître le diplôme par la commission de validation des certificats et diplômes. Le métier de cocher reprend donc sa place et le diplôme professionnel sanctionne des connaissances spécifiques. Il devrait logiquement entrer dans la convention collective de la CPNE EE et les formations devenir des formations classiques : initiales, apprentissages, alternance, adulte.

Sommaire
L’École Supérieure d’Ingénieur et de Techniciens pour l’Agriculture (ESITPA)
L’ESITPA a été fondé en 1919 à l’initiative de responsables professionnels agricoles avec le soutien et le concours de l’Institut National Agronomique. Elle est aujourd’hui l’école consulaire de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture (APCA). Son objectif est de former des cadres pour l’agriculture et tous les secteurs d’activités qui lui sont rattachés. Elle propose une formation en 5 ans très polyvalente. Son diplôme est visé par le Ministère de l’Agriculture.

L’ESITPA recrute en première année des titulaires du Bac S ou des étudiants ayant au moins à leur actif une année d’étude scientifique après le bac Des admissions parallèles sont possibles en deuxième et troisième année. Elle est actuellement installée sur 2 sites, le premier à Val de Reuil pour les 3 premières années de formation et l’autre à Rouen ou les étudiants terminent leurs deux dernières années. Durant la formation, 60 semaines de stages en entreprise et missions d’étude, en France ou à l’étranger, complètent l’enseignement général afin de confronter les étudiants avec la réalité du terrain. Lors de la dernière année un stage de 6 mois vient clôturer le cursus à l’issue duquel un mémoire et une soutenance valident l’intégralité des acquis.

L’ESITPA en chiffre c’est : 4 laboratoires de recherche ; 14 enseignants permanents et 200 enseignants vacataires ; une centaine de diplômes délivrés chaque année  et 460 étudiants actuellement en formation pour 5400 étudiants diplômés depuis la création de l’école. Elle touche à de nombreux domaines scientifiques et agricoles (sciences fondamentales, sciences agronomique, sciences économiques et sociales, science de l’environnement, biotechnologie ….).

L’une des préoccupation de l’ESITPA est d’enrichir l’enseignement et la formation des futurs ingénieurs par des travaux de recherche. Aux total ce sont 11 enseignants chercheurs assistés de 3 techniciens, d’un post doctorant, d’un doctorant et d’une douzaine de stagiaires qui participent à ces recherches. On y trouve enfin une vie associative riche : l’association des étudiants ; ESITPA voile dont le but principal est de participer à la course croisière de l’EDHEC ; Ingénieurs sans frontière pour mettre sur pied des projets aux cotés des pays en voie de développement ; Pro-Service qui met en contact les étudiants et les entreprises ; l’association sportive ; et l’association des anciens élèves.
Contact

ESITPA

Rue Grande BP 607

27106 VAL DE REUIL

Tel : 02 32 59 14 59

Fax : 02 32 59 66 21
ESIPTA

13 rue du Nord

76000 ROUEN

Tel : 02 35 07 48 80

Fax : 02 35 07 48 97
EMAIL : esitpa@esitpa.org

URL : www.esitpa.org

Sommaire


INSTITUT DES HAUTES ETUDES DE DROIT RURAL ET D’ECONOMIE AGRICOLE (IHEDREA)
L’institut des Hautes Études de Droit Rural et d’Économie Agricole a été créé en 1950 par Jean MEGRET (Membre de l’académie d’agriculture de France, avocat à la cour, spécialiste des questions de droit rural). C’est un établissement libre d’enseignement supérieur, régi par la loi du 12 juillet 1875. Il dispose d’un conseil de présidence qui définit les orientations scientifiques. Il a développé un partenariat avec la société Communication et développement depuis septembre 1997. L’institut est placé sous le haut patronage du Ministère de l’Agriculture. Il développe un diplôme spécifique homologué au niveau II (JO du 19 janvier 1978).
L’HIEDREA est un établissement pluridisciplinaire formant en 4 ans des généralistes de haut niveau susceptibles d’intervenir comme cadres juridiques et de gestion de l’agriculture, l’agroalimentaire, et l’espace rural. Il privilégie la polyvalence des étudiants grâce à un cycle d’études modulables et une spécialisation juridique ou économique ; par une association étroite entre universitaire et praticiens ; par une sensibilisation des étudiants au milieu agricole grâce à des stages pratiques ; par une évolution des programmes en fonction des exigences spécifiques du monde professionnel.
La durée de la formation est de 4 ans. Les conditions d’accès en première année est le baccalauréat ; en deuxième année le DEUG de droit, de géographie, de biologie, de sciences économiques, DUIT, BTS agricole ou diplômes équivalents ; en troisième année la licence ou maîtrise de droit, de géographie, de biologie, de science économiques, diplôme de grande école ou bac + 3.
On y trouve également un DESS (Diplôme d’Études Supérieures Spécialisées) préparé conjointement avec l’institut d’administration des entreprises de Caen pour former des cadres de gestion de l’agriculture ainsi qu’un centre de documentation important.
Adresse

28-28 bis rue d’Alsace

92300 LEVALLOIS PERRET

Tel : 01 41 06 62 22

Fax : 01 42 70 96 41

URL : www.ihedrea.net²


Sommaire

FONDS POUR LA FORMATION DES ENTREPRENEURS DU VIVANT (VIVEA)
VIVEA est la suite du FAFEA (Fonds pour la formation des responsables d’entreprises agricoles) qui a changé de nom il y a 2 ans. Cette entreprise est un organisme collecteur de la participation des entreprises qui les redistribuent pour permettre la formation des entrepreneurs agricoles. Elle a défini ses priorités en fonction des évolutions de la relation des entrepreneurs agricoles avec l’environnement rural.
VIVEA a élaboré le cadre de la politique de la formation professionnelle continue à destinations de ses contributeurs et en a défini les orientations générales dans le cadre d’un plan stratégique triennal : les contributeurs de VIVEA travaillent sur et avec du vivant pour contribuer à l’alimentation et à la bonne santé d’autres êtres vivants que sont les hommes. les cycles biologiques des végétaux et animaux domestiques valorisent des ressources naturelles et s’inscrivent dans les écosystèmes propices à leur développement. Ces ressources vitales constituent le patrimoine commun d’une société qui demande aux entrepreneurs du vivant d’en prendre soin pour satisfaire ses besoins actuels et les transmettre en bon état aux générations suivantes.
Les formations qui sont des lieux de rencontres et d’échanges sont le plus souvent organisées en petites groupes et durent 3 jours en moyenne. Elle touche à l’installation (en travaillant sur le projet), à la gestion, à la modernisation de l’entreprise, l’amélioration des produits voire en se reconvertissant, réfléchir sur l’organisation collective et tous autres projets.
Les contributeurs sont les exploitations et entreprises agricoles (culture, élevage, dressage, entraînement, activités touristiques), les entreprises de travaux forestiers sauf négociants en bois), entreprises de travaux agricoles (y compris création et entretien de parcs et jardin). Pour accéder à toutes formations vous devrez vous adressez à un conseiller VIVEA soit en région soit sur le site Internet.

Siège social

81 Boulevard Berthier

75017 PARIS

Tel : 01 56 33 29 19

URL : www.vivea.fr
Sommaire

 VETERINAIR E EQUIN

Définition du métier


Les métiers des soins aux chevaux ont la cote auprès du public qui veut travailler dans la filière cheval. C'est ainsi que l'on trouve aujourd'hui, outre des vétérinaires, des auxiliaires vétérinaires, des ostéopathes, des kinésithérapeutes , des dentistes. Toutefois cela pose un certain nombre de questions quant ce ne sont les vétérinaires eux mêmes qui lèvent des problèmes de déontologie. L'ordre des vétérinaires a bien compris la problématique puisqu'il a produit une plaquette d'explications qui permet de mieux comprendre les droits et les devoirs des vétérinaires et des citoyens mais également d'expliquer comment fonctionne le métier. Cet ordre des vétérinaires "représente tous les professionnels qui ne relèvent pas directement de l'autorité publique et qui se prévalent de leur titre dans l'exercice". (mettre lien avec institution de l'ordre) (ordre des vétérinaires : loi 47-1564 du 23 août 1947 Articles 25, 28, publiée au Journal officiel “Lois et Décrets”   du 24 août 1947  page 8345).
"Médecin des animaux", est l'image que l'on accole à ces professionnels de la santé dont la fonction première est de soigner et de guérir. C'est un spécialiste de la pathologie animale, mais également un chirurgien, un radiologue, un ophtalmologiste, un anesthésiste, un dentiste et même un pharmacien. C'est un conseiller dont la clientèle est tout autant des animaux de rente (élevage) que de compagnie (chien et chat). Comme un médecin, il est tenu à une déontologie, qui en même temps le soumet à des règles mais également protège la profession des charlatans puisque les soins aux animaux (comme ceux prodigués aux humains) sont réglementés (faire un lien avec l'ordre des médecins et les textes de lois).
On trouve des vétérinaires dans beaucoup de domaines et la part du cheval n'y est pas négligeable ; vétérinaire rural, canin, directeur de laboratoire, des haras nationaux, salariés d'entreprises pharmaceutiques, d'entreprises de l'agroalimentaires, inspecteurs, fonctionnaires, sapeurs pompiers, expert auprès des tribunaux ou des ONG, formateurs dans les écoles vétérinaires ... Le vétérinaire est présent : Pour ce qui concerne la santé animale (chirurgie, radiologie, cardiologie) du chien au cheval en passant par la fouine ou le lion ; Pour la santé publique (recherches, prévention, veille épidémiologie, mise au point de nouveaux médicaments) auprès des éleveurs, dans la chaîne et le réseau de distribution alimentaire, auprès des laboratoires ; Pour la sécurité alimentaire en vérifiant les conditions sanitaires des élevages, des normes sanitaires, en veillant au respect des conditions d'élevage et aux délais entre la consommation des viandes et les traitements sanitaires ; Pour la mise au point de nouveaux médicaments et traitements, sur les contrôles visant à l'enregistrement des dossiers d'autorisation de mise sur le marché ; Pour la formation puisque l'activité professionnelle de vétérinaire est parfaitement encadrée : diplôme d'études Fondamentales Vétérinaire (DEFV) et docteur vétérinaire après la soutenance d'une thèse (doctorat).


Ministère concerné par la formation

Le ministère de l’Agriculture gère les formations et les diplômes des vétérinaires.
Condition d’accès à la formation

Avant tout, la réussite au concours d'entrée à l'École nationale vétérinaire (ENV) est incontournable. Cette épreuve a la réputation d'être très difficile. Quatre écoles vétérinaires existent : Maisons-Alfort, Lyon, Toulouse et Nantes.

Trois concours ouvrent la voie aux études :

  • Concours A, passé au terme d’une année de classe préparatoire, permettant aux lauréats d’entrer en deuxième année du premier cycle,

  • Concours B, ouvert aux titulaires d'un DEUG, science et technologie, mention science de la vie, permettant aux lauréats d’entrer en première année du deuxième cycle,

  • Concours C, ouvert aux titulaires d'un BTSA ou d’un DUT, permettant aux lauréats d’entrer en première année du deuxième cycle.
Diplôme

Le diplôme qui valide la formation est le diplôme d'État de docteur vétérinaire. L’étudiant peut arrêter ses études à l’issue du diplôme d’Études fondamentales vétérinaires d’assistant vétérinaire (DEFV) ou finir le cursus complet par la soutenance d’une thèse qui donne le titre de docteur vétérinaire. On peut également préparer un diplôme d’études spécialisés vétérinaires (DESV) ou encore passer un certificat d’études approfondies en médecine et chirurgies des équidés.
Formation

La formation vétérinaire dure six à neuf ans, selon que l'on arrête ses études à la thèse de doctorat ou que l'on aille jusqu'au diplôme d'études spécialisées vétérinaires.

  • Premier cycle : formation scientifique en biologie, physique et chimie (sur 2 ans).

  • Deuxième cycle : formation théorique, pratique et clinique (sur 3 ans) qui est sanctionnée par le diplôme d’études fondamentales vétérinaires d'assistant vétérinaire (DEFV).

  • Troisième cycle : formation à des activités professionnelles diversifiées ou à la recherche.

La soutenance d'une thèse de doctorat est obligatoire pour exercer à son propre compte. Le vétérinaire peut alors préparer le diplôme d'études spécialisées vétérinaires sur trois ans.
Emploi

Environ 13560 vétérinaires sont recensés en France (dont plus de 8000 libéraux). L’association des vétérinaires équins compte plus de 300 membres dont une cinquantaine n’exercent que sur les chevaux. On estime que la moitié travaille en solitaire et l’autre moitié au sein d’une association professionnelle.

Avis personnel : ce métier intéresse de plus en plus de jeunes, mais les études sont longues et l’accès est particulièrement difficile. En tout état de cause, être vétérinaire représente un beau métier de relation avec les animaux. Attention au fait que les vétérinaires sont de plus en plus attentifs à la bonne marche de leur profession. C’est ainsi que l’ordre des vétérinaires surveille de prés les pratiques parfois hasardeuses des métiers tels que dentiste équins, ostéopathe, kiné, qui ne peuvent être pratiqués que par les seuls vétérinaires diplômés.
Adresses




    Association des vétérinaires équins français (AVEF)
    63, rue Victor Hugo
    BP 30
    94701 Maisons-Alfort cedex
    Tél. 01.45.18.09.93

Écoles nationales vétérinaires (ENV) de Lyon
1, avenue Bourgelat, BP 83
69280 Marcy l'Etoile
Tél. 04.78.87.25.25 / 04.78.87.82.62
direction@vet-lyon.fr

Écoles nationales vétérinaires ENV de Maisons-Alfort
7, avenue du Général de Gaulle
94704 Maisons-Alfort
Tél. 01.43.96.71.81

Écoles nationales vétérinaires ENV de Nantes
Atlenpole La Chantrerie
BP 40706
44307 Nantes cedex 3
Tel : 02 40 68 77 77

Écoles nationales vétérinaires ENV de Toulouse
23, chemin des Capelles
31076 Toulouse cedex 03
Tél. 05.61.19.38.02 / Fax 05.61.19.39.93


Sommaire

L'ORDRE DES MEDECINS ET CHIRURGIENS VETERINAIRES
C'est un 1881 que l'état reconnaît l'exclusivité du diplôme pour l'exercice de la médecine vétérinaire dans les maladies contagieuses des animaux. Il faut attendre 1923 pour que soit créé le titre de doctorat Vétérinaire et 1938 pour que celui ci devienne un monopole. Le premier ordre des Vétérinaire est créé en 1942 et ses membres sont nommés par le gouvernement.

En 1947 une loi est votée relative à l'institution d'un Ordre National des Vétérinaires qui permet aux membres d'être élus. Elle représente en 2003 plus de 12000 vétérinaires (loi 47-1564 du 23-08-1947). De la même manière que l'ordre des médecins, tous les vétérinaires relèvent de l'autorité de cet organisme qui n'est pas un syndicat. Son rôle administratif est d'établir la liste des personnes physiques ou morales aptes à exercer, de vérifier la conformité des contrats conclus entre vétérinaires ou avec leurs clients, produire les textes réglementant la profession, sanctionner les manquements au code de déontologie, participer à la gestion de la caisse de retraite, représenter la profession auprès des pouvoirs publics, intervenir dans le cadre de l'enseignement vétérinaire ...

Au quotidien, l'ordre des médecins vétérinaires, qui est représenté par des instances régionales, procède à un certain nombre de missions : remise de la carte professionnelle ; information sur les modalités d'exercice ; garantir l'indépendance des professionnels dans tous les actes relevant de sa compétence ; assurer la défense des praticiens pour son installation ; garantir la qualité des prestations des professionnels auprès du grand public.

De 1974 à 2002, le nombre des vétérinaires en exercice à triplé (4323 en 1997 / 2216 en 2002) avec une prévision de 13000 en 2003. On compte de plus en plus de femmes ayant rejoint cette profession, le nombre des jeunes étudiantes en formation représentant 60 % des effectifs. En revanche, le nombre des activités des vétérinaires en milieu rural est passé de 74 % en 1951 à 24 % en 2002.

Depuis 2001, l'ordre des médecins vétérinaires communique sur une idée originale "Vétérinaire pour la vie" afin de faire découvrir au grand public toutes les facettes de la profession. Ses grands thèmes d'actualités sont de protéger et soigner les animaux, sécuriser les prescriptions des médicaments, préserver l'environnement, valoriser l'image de la profession et respecter son éthique, assurer la sécurité alimentaire, garantir la santé publique, développer la recherche et la formation.

Contact

ORDRE DES VETERINAIRES

34 RUE bREGUET


75011 PARIS

Tel : 01 53 36 16 00

Fax : 01 53 36 16 01

Eamil : cso.paris@veterinaire.fr

Web : www.veterinaire.fr

Sommaire
1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Sommaire iconLe catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur "International"...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconLa Ville est partenaire de Suivez le Phil, une émission radio qui...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com