Solution de problème. Définition, description, historique et ex








télécharger 195.65 Kb.
titreSolution de problème. Définition, description, historique et ex
page1/4
date de publication01.04.2017
taille195.65 Kb.
typeSolution
b.21-bal.com > documents > Solution
  1   2   3   4

Cours PPA-6015 : Fiche d’analyse d’une méthode
d’enseignement


Nom de la méthode :

Étude de cas

Vos noms : Nouara MOUDOUD, Asmaâ NAJAH.



Autres appellations

Méthode par cas, méthode de résolution de problème.

Définition, description, historique et ex.


Plusieurs définitions ont été données à l’étude de cas, mais on a retenu celle de MUCCHIELLI (l’un des pionniers en la matière), laquelle, bien que datant de 1969, semble très actuelle : « un texte écrit ou simulé, un témoignage oral ou enregistré relatant une situation problématique concrète et réaliste, c'est-à-dire un incident significatif, une situation embarrassante ou critique ou tout simplement le déroulement d'une situation dans le temps. L'étude de cas sert, lors de discussions de groupe, soit à amorcer une quête d'information, soit à amener une analyse du problème, soit à une prise de décision » [6]
C’est une méthode qui a été rendue célèbre par l’université HARVARD [2] et [13].

Il s’agit d’une formule pédagogique active qui met un groupe d’élèves dans une situation de résolution de problèmes ou de recherche de solutions.

L’étude de cas est une démarche de recherche qui se situe dans l’horizon des méthodes qualitatives. Elle peut être considérée à juste titre comme l’une des plus stimulantes tant par ce qu’elle comporte d’exigences pour le chercheur, que par les défis théoriques et méthodologiques qu’elle pose et enfin, par les connaissances du social qu’elle permet d’élaborer. [14]
L’étude de cas comprend 3 phases :

  1. Une analyse faite individuellement par l’élève qui aboutit au diagnostic de la situation

  2. Une discussion en petits groupes pour confronter les diagnostics et construire une solution

  3. Une séance plénière pour confronter les thèses et discuter des avantages et inconvénients des solutions proposées. [10]



Explication des LienS avec les théories de l’apprentissage :
L’étude de cas est une méthode active s’inscrivant dans le cadre des approches cognitiviste et socioconstructiviste. L’élève est responsable de son enrichissement au niveau cognitif et de la contribution à l’apprentissage des autres. Les élèves procèdent, chacun de leur côté, à une analyse individuelle pour cerner le problème. Pour cela, ils sont amenés à faire des recherches et collecter les informations les plus pertinentes sur le sujet afin d’enrichir leurs banques de connaissances par une mise en relation de leurs anciennes connaissances avec celles nouvellement acquises. Il s’en suivra une discussion en petits groupes où il y aura une confrontation des différents diagnostics faits par chacun des élèves. Enfin, les petits groupes vont se réunir pour une séance plénière afin de discuter des solutions possibles et pour arriver, à la suite des débats, à une ou des solutions efficaces. À ce niveau, l’apprentissage va se faire en groupe. L’enseignant n’est là que pour diriger la discussion, il est considéré comme un membre du groupe. L’élève est actif dans son apprentissage. Il va construire son savoir à partir de connaissances antérieures en relation avec son environnement et les autres élèves, donc par interaction. [8]
CONTEXTES APPROPRIÉS
L’étude de cas est une formule pédagogique qui s’applique à tous les niveaux, du primaire (forme simplifiée) au niveau universitaire (forme complexe).

Elle s’applique à divers domaines : histoire, biologie, chimie, communications, médecine, droit, administration… [13]


Possibilités d’Utilisation des technologies de l’information (AU MOINS à 3/4 page en texte suivi) :

Les possibilités d’utilisation des TIC à l’occasion d’une étude de cas sont nombreuses.

Vu que cette dernière peut être précédée d’un exposé pour munir les élèves d’informations nécessaires à la compréhension du cas, celui-ci peut se faire à l’aide d’un PowerPoint. Les élèves peuvent, en outre, être amenés à compléter l’information dispensée par l’enseignant par un travail de recherche qui pourra être fait par internet. Les élèves utiliseront aussi l’ordinateur pour chercher de la documentation utile dans les bases de données des bibliothèques. Une fois que les élèves auraient, chacun de son côté, diagnostiquer le cas et cerner le problème soulevé par ce dernier, ils vont se réunir en petits groupes pour que chacun puisse exposer l’analyse qu’il aurait faite. Ceci pourra être fait par le biais de forums de discussions ou par une correspondance par courrier électronique par exemple. À la suite de cela, une séance plénière à laquelle devront être présents l’enseignant et les membres des équipes aura lieu. Il se peut que l’enseignant ne puisse pas être présent à la séance plénière ou que l’étude de cas mette en cause une autre classe géographiquement éloignée, à ce moment-là le recours à la vidéoconférence s’impose pour éliminer les distances.


EFFICACITÉ de la méthode
L’étude de cas est une méthode scientifique de recherche qui suit une procédure logique et scientifique. C’est une méthode généreuse qui offre la possibilité d’étudier un contexte en profondeur (de l’intérieur, mais aussi dans son contexte naturel).

L’utilisation de cette méthode fait engager l’élève activement dans son apprentissage. Elle peut être un complément précieux à l’exposé magistral qui, contrairement à la méthode, objet de notre recherche, ne développe pas les capacités d’analyse, de synthèse et de jugement. Elle permet aux élèves d’acquérir indirectement de l’expérience à partir de problèmes concrets et de développer des habiletés de niveau supérieur (donc de les préparer pour leur vie future et pour l’exercice de leur profession) tout en augmentant leur motivation à apprendre [3].

En outre, elle permet aux élèves de développer des habiletés de communication, de défendre leurs opinions face à un groupe en acceptant les critiques et les opinions des autres.

Elle augmente la motivation des élèves puisque le travail en classe ne se fait pas de manière routinière (discussions en petits groupes, débats en plénière, résolution de problèmes…).

Des recherches ont même démontré que l’utilisation de cette méthode en classe, permet aux élèves de retenir l’information beaucoup plus longtemps que s’ils avaient recours à un exposé magistral par exemple.

Elle présente les caractéristiques de l’approche par compétences préconisée par la réforme du collégial de 1993 [7].
AVANTAGES POUR LES ÉLÈVES :
L’élève qui utilise cette méthode pédagogique développe des habiletés de haut niveau aussi bien sur le plan cognitif que sur le plan social et relationnel. Elle lui donne la possibilité de toucher à des connaissances plus exploitables et plus contextualisables (une couverture plus large du cas et des contextes rencontrés) en plus de lui faire acquérir une plus grande autonomie au niveau des études et de la volonté de continuer à apprendre.

L’élève dispose, en outre, d’une plus grande liberté de choix quant à la tâche à accomplir, aux démarches à entreprendre et aux ressources à consulter. Ceci impliquerait un engagement très profond de sa part en plus d’une grande prise de responsabilités. [13]

Par cette méthode, l’élève apprend comment chercher et sélectionner l’information et apprend des autres élèves. Elle lui permet de faire une intégration des connaissances pour faciliter leurs transferts une fois rendus sur le marché du travail. L’une des préoccupations de l’approche par compétences [7].

G.SCALLON dans son ouvrage intitulé « L’évaluation des compétences dans une approche par compétences met l’accent sur le transfert d’apprentissage en insistant sur le recours aux situations problèmes comme meilleur moyen pour amener l’élève à « recontextulaliser ses connaissances» [9]. Elle permet aussi d’entrainer les élèves à aborder des situations concrètes pour exercer leur esprit à effectuer un diagnostic, à poser correctement les problèmes, à rechercher les solutions. [13]. La pratique d’étude de cas permet aux étudiants de participer plus activement au cours et de discuter ensemble en classe. Ils sont souvent contents de constater qu’ils sont capables de fournir une bonne proposition. [1] et [4].

Par cette méthode, les élèves participent activement à un processus proche de l’expérience réelle, ce qui entraîne une forte implication de leur part dans le processus d’apprentissage.

L’application de ce qui est étudié en classe, prépare à la situation de travail réel. Les élèves pourront faire des transferts plus rapidement une fois rendus sur le marché du travail. [13]

L’étude de cas augmente la motivation des élèves, car il y a moins de routine en classe (discussions et plénière).
DÉSAVANTAGES POUR LES ÉLÈVES :

Elle exige une très grande préparation de la part des élèves, beaucoup de temps en classe et une grande disponibilité de leur part (ce qui n’est pas évident quand l’élève a d’autres travaux à préparer en parallèle). Du fait qu’il s’agit d’une méthode active, sa valeur formatrice est très faible au début et ne s’élève qu’au bout de 10 à 15 séances. Néanmoins, elle progresse très rapidement par la suite.

Il peut y avoir une limite à la réalisation de l’étude de cas si la taille du groupe est trop grande. Ce qui rend le débat plus difficile et la compréhension limitée.

L’efficacité de cette méthode s’en ressent, car on ne peut exercer un contrôle absolu sur le contenu. En outre, cerner le problème et trouver des solutions prend plus de temps que la simple prise de notes sous dictée. De plus, cette méthode exige une grande préparation de la part des enseignants et des élèves. [2] et [13].
AVANTAGES POUR l’enseignant :
L’étude de cas est une méthode pédagogique qui vise à maximiser l’apprentissage. Pour ce faire, l’enseignant doit être à la fois celui qui apporte les connaissances et qui anime les discussions. [11] et [12].

Il lui faut :

- choisir le cas en fonction des objectifs poursuivis

- préparer la documentation théorique nécessaire

- préparer et animer le cas en permettant aux participants de s’exprimer pleinement

- poser des questions qui ouvrent des pistes de recherche

Du fait que l’étude de cas se présente comme un dispositif de formation particulièrement adapté aux objectifs professionnels poursuivis, elle consiste à rendre l’enseignant plus réflexif, capable de réfléchir sur sa pratique et de l’analyser. [13] et [2].

DÉSAVANTAGES POUR l’enseignant :

Le cas est limité à un genre de problèmes. Il permet certes de faire le lien avec la réalité, mais il n’est pas l’équivalent de cette dernière. D’où l’incertitude quant à la couverture de l’ensemble du contenu de la matière. Pour pallier cet inconvénient, l’enseignant va recourir le plus souvent à l’exposé pour transmettre la documentation théorique nécessaire aux élèves avant de passer à la préparation du cas et de son étude. Elle exige une très grande préparation de sa part ainsi que beaucoup de temps en classe (des auteurs ont parlé d’un temps de travail échelonné sur 10 à 15 séances de 2 à 3 heures chacune). [13]-[5].
Conseils pratiques :

Pour que l’étude de cas soit efficace et que les élèves en dégagent les enseignements nécessaires, les enseignants doivent être formés à cette méthode, car elle exige d’eux une préparation spéciale.

Du fait qu’il s’agit d’une méthode très intéressante, eu égard à la qualité et à la quantité d’habiletés qu’elle sollicite, il conviendrait de familiariser les élèves avec son utilisation.

Il serait intéressant pour faciliter le recours à cette méthode d’allouer les ressources nécessaires à un enseignement basé sur celle-ci.

Pour que l’étude de cas soit efficace, elle doit être combinée à d’autres formules pédagogiques telles l’exposé magistral et le jeu de rôle qui permettent aux élèves de comprendre clairement le problème et de déterminer les solutions possibles [13] et [2].

Et pour ce faire, l’enseignant doit faire appel à des méthodes d’enseignement variées de manière à :

- atteindre tous les types d’élèves

-développer les attitudes, les habiletés et les connaissances qui facilitent l’apprentissage autonome.

Il ne faut pas confondre la méthode de cas et l’apprentissage par problème (APP). Gilbert et Ouellet (1997) [4]

ont comparé ces deux formules à plusieurs niveaux. Dans la méthode des cas, la situation présentée aux élèves est réelle et les informations qu’ils doivent trouver sont disponibles et structurées tandis que dans l’APP, la situation présentée est réaliste et les informations à utiliser doivent être trouvées, organisées et synthétisées par les individus en formation. Tout comme le projet et la controverse structurée, l’étude de cas et l’apprentissage par problème font partie de l’approche par problème.
Scénario d’utilisation dans un cours de votre discipline (1/2 à 3/4 de p.)

Contexte du cours :
Le cours qui a fait l’objet de notre étude de cas s’intitule «Assurance automobile» (410-F43). Il est offert dans le cadre du programme d’attestation d’études collégiales en assurances de dommages d’une durée d’un an (A.E.C /LCA.6A), le cours d’assurance automobile se donne en 02e session et se situe dans le grand axe de la formation spécifique.

La compétence visée par ce cours est 01RL «promouvoir les produits d’assurance automobile auprès d’une cliente ou d’un client» .L’élément de la compétence concerné s’intitule «Analyser les contrats d’assurances automobiles».

Cette étude de cas vise à rendre l’étudiant très proche de la réalité, elle s’inspire de son quotidien de courtier d’assurance automobile, elle lui permet de connaître le régime d’indemnisation au Québec et son mode de fonctionnement pour savoir qui prend en charge quoi. Ce cas proposé représente un cas pertinent, car il est pratique et développe chez l’élève l’esprit d’analyse et la capacité de jugement en le poussant à réfléchir avant de répondre aux questions de ses futurs clients.

Cette méthode amène la confrontation d’idées et développe la capacité de résolution de problèmes.

Ce cas est proposé à la fin de la séance, après un cours où le professeur utilise l’exposé multimédia comme stratégie d’apprentissage, il finit avec une projection du cas sur Diaporama PowerPoint dans le but d’attirer l’attention de ses élèves, d’avoir l’opinion de chaque étudiant et d’orienter le débat vers les réponses attendues.

Scénario :

Marie est impliquée dans une collision au centre-ville de Montréal avec le véhicule de Marc, elle se casse le bras droit et sa voiture est très endommagée; elle est responsable de l’accident.
Marc se retrouve avec une fracture du fémur gauche, ses vêtements sont abîmés en plus de subir des dommages à son véhicule qui s’élèvent à 2500 $.
Marie est assurée auprès d’ING et Marc est assuré avec Desjardins assurances générales.
Marc et Marie sont des résidents du Québec.

  • Qui paye pour les blessures de Marie?

1-ING (assureur de Marie).

2-Desjardins (assureur de Marc).

3-Marie payera pour elle.

4-La société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ).

5-La Régie de L’assurance Maladie du Québec (RAMQ).


  • Qui paye pour les blessures de Marc?

1-ING (assureur de Marie).

2-Desjardins (assureur de Marc).

3-Marc payera pour lui.

4-La société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ).

5-La Régie de L’assurance Maladie du Québec (RAMQ).


  • Qui paye pour les dommages matériels de Marie?

1-ING (assureur de Marie).

2-Desjardins (assureur de Marc).

3-Marie payera pour elle.

4-La société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ).

5-La Régie de L’assurance Maladie du Québec (RAMQ).


  • Qui paye pour les dommages matériels de Marc?

1-ING (assureur de Marie).

2-Desjardins (assureur de Marc).

3-Marc payera pour lui.

4-La société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ).

5-La Régie de L’assurance Maladie du Québec (RAMQ).
Question 1 avec choix de réponses

Qu’est-ce qui n’est pas vrai?
1. L’étude de cas est un scénario basé sur une situation de la vie réelle.

2. L’étude de cas est un problème concret, réalisé à partir d’un problème réel ou simulé.

3. l’étude de cas est une analyse systématique d’une situation dont le but est de trouver des solutions.

4. L’étude de cas est une démarche de recherche qui se situe dans l’horizon des méthodes quantitatives.

QUESTION 2 AVEC CHOIX DE

REPONSES

Quel niveau taxonomique du domaine cognitif est le plus sollicité dans une étude de cas?

1. Le niveau connaissance.

2. Le niveau compréhension.

3. Le niveau application.

4. Le niveau analyse.
Question 3 avec choix de réponses

À quels courants peut-on relier l’étude de cas?


  1. Le courant béhavioriste.

  2. Le courant cognitiviste.

  3. Le courant humaniste.

  4. Le courant socioconstructiviste.



Question 4 avec choix de réponses

L’étude de cas est une méthode d’apprentissage qui fait partie :

  1. De l’apprentissage par problème.

  2. De l’approche par problème.

  3. Du projet.

  4. De la controverse structurée.


Question à discuter

Comment rendre cette méthode efficace très rapidement pour profiter de ses avantages avant la fin d'un cours?

  1   2   3   4

similaire:

Solution de problème. Définition, description, historique et ex iconColloque «Le végétal»
«De l'agriculture comme problème à l'agriculture comme solution: des plantes et des hommes»

Solution de problème. Définition, description, historique et ex iconLe travail de préparation du commentaire d'arrêt
«coller à l’arrêt», c’est-à-dire ne pas se saisir du problème de droit pour en faire une dissertation, mais montrer en quoi cet arrêt...

Solution de problème. Définition, description, historique et ex iconSolution fille

Solution de problème. Définition, description, historique et ex iconSolution : Exercice N°1

Solution de problème. Définition, description, historique et ex iconSolution solvant

Solution de problème. Définition, description, historique et ex iconSolution à 25 Mm noté

Solution de problème. Définition, description, historique et ex iconSolution technique

Solution de problème. Définition, description, historique et ex iconLa solution trouvée

Solution de problème. Définition, description, historique et ex iconLa solution intérieure

Solution de problème. Définition, description, historique et ex iconSolution Concentration molaire








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com