La pestiologie








télécharger 19.94 Kb.
titreLa pestiologie
date de publication31.03.2017
taille19.94 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > documents > Documentos

Le gardien des soirs de bridge – Annie Bacon – Littérature – Développement – Recherche et création

Le gardien des soirs de bridge

Description du projet
Le gardien des soirs de bridge est une série fantaisiste de romans pour lecteurs intermédiaires dans laquelle deux enfants se font garder par un professeur spécialisé en créatures domestiques insolites appelées « pestioles ». Tout en aidant le scientifique dans ses observations, les enfants découvrent qu’une faune merveilleuse partage leur quotidien.
La présente demande de bourse englobe la finalisation de l’univers de la série ainsi que la rédaction du premier tome.

La pestiologie


Cette branche méconnue (et créée de toutes pièces!) de la biologie se penche sur les organismes vivants n’appartenant ni au règne des insectes, ni à celui des animaux. On les appelle pestioles, acronyme des mots « pestes » et « bestioles », puisqu’elles parasitent leur environnement. Ces créatures ont la particularité d’être invisibles à l’œil nu, ce qui explique qu’elles soient encore peu connues des hautes sphères scientifiques. Heureusement, en réunissant certaines conditions environnementales telles que l’éclairage, la température ou même la nourriture disponible, on peut leur rendre leur visibilité, et ainsi les observer à loisir.
La pestiologie se divise en différentes catégories selon l’habitat de prédilection des créatures. On retrouve, par exemple, des pestioles sauvages, nordiques, aquatiques et bien d’autres encore. Le professeur de Le gardien des soirs de bridge, s’est spécialisé dans l’étude des pestioles de maisons, aussi appelées Pestiolus Domesticus. Voici quelques exemples-unes de sous-catégories de cette grande famille.
Aquidex : pestioles prenant résidence dans les tuyaux de la maison. Elles sont d’apparence noire et gélatineuse, mais ne peuvent être vues que dans une eau à une température d’exactement 28 degrés centigrades. Les aquidex tressent des nids de cheveux auxquels ils s’accrochent pour ne pas couler jusqu’aux égouts. Il n’est pas rare, lorsqu’un drain est bouché, d’y trouver un nid de cette race de pestioles.
Fripatules : ces créatures aplaties peuvent se glisser dans les endroits les plus restreints, avec une prédilection pour les livres, dont elles lèchent la colle des reliures pour se nourrir. Lorsque certains de vos livres perdent leurs pages, il y a de bonnes chances pour que votre bibliothèque soit infestée de fripatules.
Pilivores : Les pilivores à jeun ne sont que de petits points noirs ailés, difficiles à différencier d’une mouche à fruits. Ils se réfugient dans les jouets et gadgets électroniques desquels ils siphonnent l’énergie. Une fois bien gavées, ils brillent alors d’une faible lumière bleue. Les petits éclairs bleutés que l'on attribue à l’électricité statique sont en fait les hoquets de pilivores.
Spiratins : les spiratins sont si poilus que tous leurs organes externes (yeux, nez, oreilles, etc.) sont posés au bout de tentacules rétractables qui leur permettent de s’éloigner du cocon pileux pour expérimenter le monde extérieur. Ils aiment particulièrement les dessous de lits et de sofas, où leurs poils tombés s’agglutinent en ce que l’on croit, à tort, être des moutons de poussière.
À la fin de chaque tome, le lecteur retrouvera la fiche identitaire de toutes les pestioles croisées au cours de l’aventure. La fiche comprendra leur alimentation, leurs habitudes de vie, la meilleure manière de repérer leur présence dans la maison, et finalement, les circonstances à réunir pour pouvoir les observer.

Personnages principaux


Afin d’offrir un héros adulte sans pour autant s’éloigner de la réalité des lecteurs, le gardien, sera accompagné dans ses aventures de deux enfants, un frère et une sœur.

Le professeur Latremouille (nom temporaire)


Grand, maigre avec l’apparence négligée des scientifiques étourdis du dernier siècle. Ses cheveux sont bruns, un peu trop longs, et ont tendance à rester dans la dernière position qu’on leur a attribuée, que ce soit par le port d’un chapeau, un ébouriffement de vent, ou encore au lissage arrière d’une main nerveuse. Il porte habituellement une longue chemise sortie de son pantalon, sur laquelle est boutonnée une veste sans manches. À sa taille, un sac banane lui permet de transporter son matériel de chercheur : lampe de poche, carnet de notes, pince à épiler, etc. Il est si habitué à côtoyer d’autres éminents scientifiques que les règles de bienséance lui apparaissent comme des faits sociologiques fascinants plutôt que des obligations, à l’exception du vouvoiement, sur lequel il insiste fortement.

Ophélie


Fille de dix ans avide de connaissances et plutôt bonne élève. Elle corrige souvent son jeune frère, qui répond plutôt à ses remontrances par une grimace. Ophélie est une fanatique des guides internet grâce auxquels elle apprend de nouvelles habiletés (cuisine, jonglerie, mécanique, etc.) d’utilité variable. Elle adore le rangement bien structuré, établir des listes et élaborer des plans. Elle prend son rôle d’assistant du professeur très au sérieux.

Émile


De deux ans son cadet, Émile est le roi de la construction. À l’aide de quelques jeux de blocs différents, rien n’est à son épreuve, surtout lorsqu’il s’agit de construire des pièges à pestioles. Inventif et drôle, il transforme la moindre situation en jeu, y ajoutant des règles et des pointages selon ses désirs. Il adore les aventures que le professeur leur fait vivre, mais s’ennuie rapidement lors des longues attentes et des tâches fastidieuses. Son langage, plus familier que le reste du ton du livre, vient ajouter une touche de modernité qui contraste de manière intéressante avec le personnage plus classique du professeur.

Résumé du premier tome


Le professeur Latremouille s’inquiète. Il vient d’apprendre qu’il est trois points derrière les frères Tartignole et Tartempion au grand concours annuel de repérage de pestioles de la communauté scientifique internationale. Heureusement, son appareil détecteur lui indique qu’une maison de Saint-Brosseuil regorge de plus d’une trentaine d’espèces différentes, de quoi reprendre une confortable avance.

C’est ainsi qu’il arrive chez Ophélie et Émile alors que leurs parents sont en pleine situation d’urgence. En effet, la jeune fille qui garde habituellement le frère et la sœur lors de leur partie de bridge hebdomadaire débute ses cours du soir et ne peut plus leur offrir ses services. Pendant que les adultes cherchent désespérément une nouvelle gardienne, les deux enfants s’occupent de cet étrange visiteur qui regarde sous les sofas et frappe sur les murs en tendant l’oreille. Avec de plus en plus d’enthousiasme, ils aideront le professeur à réunir les conditions loufoques qui permettent de voir les créatures insolites qui partagent leur quotidien.

Intention de l’auteur


De plus en plus, dans la littérature jeunesse contemporaine, il y a antagonisme entre l’enfant et l’adulte. Ces derniers sont relégués dans des rôles peu reluisants, allant du vilain de service au simple empêcheur de tourner en rond. J’avais envie de redonner à l’adulte « guide » sa place dans la littérature. Ainsi, le héros de Le gardien des soirs de bridge est un admirable passeur de savoir par lequel les enfants découvrent un monde insoupçonné.
Je désire également changer le regard des enfants sur leur quotidien en les amenant à chercher le merveilleux dans l’invisible. Alors que les créatures magiques sont souvent associées à la campagne, les pestioles de la série habitent les maisons de banlieue, comme une grande majorité des lecteurs. Je souhaite ainsi qu’une fois la lecture terminée, les enfants ne voient plus le dessous du sofa et les craquements de leur maison de la même manière.
Finalement, la série explorera la relation entre frères et sœurs à travers les interactions des deux accompagnateurs du héros, un aspect social que j’ai vécu, et dont je suis témoin à tous les jours, sans avoir eut jusqu’ici l’occasion de le développer dans mes livres.

Ton et style


L’écriture est faite au passé simple, mais en phrases courtes pour conserver la facilité de lecture. Le narrateur est omniscient, doté d’une personnalité qui lui permet de s’adresser directement au lecteur. Pointilleux, il agrémente le récit de détails précis et n’hésite pas à mentionner la différence entre les faits et ses propres suppositions.
Malgré la présence des technologies modernes, l’ambiance est intemporelle et presque classique, comme un livre de Roald Dahl dans lequel internet aurait été inventé.

Inscription dans mon parcours professionnel


Mes autres séries s’adressant à un public de 9-12 ans, ce sera la première fois que j’écris pour un lectorat plus jeune. Je désire le faire en gardant les caractéristiques qui font la force de mon écriture, soit la beauté de la langue et la richesse du vocabulaire. Pour que l’oeuvre reste accessible aux lecteurs débutants, un important travail de stylistique sera nécessaire. Par exemple, les mots plus recherchés devront êtres utilisés de manière à ce que leur sens soit compréhensible naturellement dans la phrase, et les images poétiques seront démystifiées par le narrateur-présent.
Je désire également développer un ton plus humoristique que ce que j’ai exploré dans mes deux premières séries. Lors d’un travail de bandes dessinées au format « Strip » écrites pour le Journal de Montréal, je me suis découverte une certaine aisance avec l’humour, sans encore avoir eut l’occasion d’intégrer cette nouvelle corde à mes ouvrages littéraires.

Extrait du premier tome



Sur l’asphalte chauffé par le soleil d’une entrée de banlieue, deux enfants dessinaient à la craie. Ophélie, 10 ans, reproduisait un tableau célèbre en suivant les étapes d’un guide trouvé sur Internet. Rendu à la dixième étape, le futur chef d’œuvre ressemblait plutôt à un bol de ravioli dans lequel un éléphant se serait assis. La fillette n’en était nullement découragée. Son frère de 8 ans, Émile, créait pour sa part d’artistiques feux d’artifice en écrasant les bouts de craie sous les semelles de ses souliers de course. Comme ces derniers étaient ornés de lumières, l’effet était assez réussi.

Ni l’un, ni l’autre ne se doutait qu’à l’autre bout de la rue, le professeur Latremouille avait pointé un étrange radar sur leur maison et que les voyants lumineux de l’appareil s’étaient allumés à l’unisson.

/








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com