Les faux-monnayeurs








télécharger 28.16 Kb.
titreLes faux-monnayeurs
date de publication07.01.2017
taille28.16 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > documents > Documentos
Envoyé par Delphine.

LES FAUX-MONNAYEURS


GIDE

I - LE RECIT
1) Structure du roman
 En dépit de la complexité du texte, on peut dégager les modèles qui ont servi à construire le roman : un roman d’apprentissage, quatre intrigues sentimentales liées les unes aux autres, une intrigue policière qui tourne au roman noir, des intrigues secondaires qui se rattachent aux précédentes.
 Un roman d’apprentissage

Bernard Profitendieu, héros adolescent, se découvre à travers les faits auxquels il assiste. Apprenant qu’il est bâtard, il quitte la maison, exerce deux professions, aime deux femmes successivement, avant la crise qui le révèle à lui-même et lui permet de rentre chez lui au terme de l’initiation.
 Un roman d’aventures sentimentales
 L’écrivain Edouard est amoureux de son neveu Olivier Molinier, mais c’est Bernard, l’ami d’Olivier, qu’il prend comme secrétaire tandis qu’Olivier entre au service de Passavant, qu’il n’aime pas.
 Les amours de Laura Vedel sont condamnées : repoussée par Edouard qui aime Olivier, elle épouse Douviers sans amour, devient la maîtresse de Vincent Molinier qui l’abandonne, cherche en vain secours auprès d’Edouard, se laisse aimer platoniquement par Bernard, avant de retourner sans joie avec son mari.
 Aux amours de Laura se rattachent celles de Vincent Molinier, son amant, qui l’abandonne pour Lady Griffith, et celles de Bernard, platoniques avec Laura, physique avec Sarah, la soeur de Laura.
Ces quatre intrigues dépendent les unes des autres : tout découle logiquement des tendances d’Edouard, qui le poussent à délaisser Laura pour Olivier. Dès lors, Laura ne peut qu’échouer avec Vincent qui se tourne vers Lady Griffith, et avec Bernard, qui se tourne vers Sarah.
 Roman policier et roman noir
L’intrigue policière repose sur des énigmes et la découverte progressive d’indices qui permettent de les résoudre : qui est impliqué dans l’affaire de moeurs dont parlent le père de Bernard et celui d’Olivier? Que signifie l’étrange conduite de Georges, le jeune frère d’Olivier ? Qui est le mytérieux Strouvilhou ? La solution est donnée dans la troisième partie : Georges fait partie d’une bande de faux-monnayeurs que dirige Strouvilhou.

Mais les coupables seront-ils découverts et châtiés ? C’est là que le roman policier rejoint le roman noir ébauché depuis le début : un mécanisme implacable prépare une victime aux faux-monnayeurs devenus bourreaux par la faute des justiciers eux-mêmes : un enfant fragile, le jeune Boris, est en lieu sûr auprès d’un médecin. Mais sont grand-père charge Edouard de rechercher son petit-fils, et Edouard provoque indirectement la perte de Boris quand il décide de l’installer à la pension Vedel, où il sera en butte à la cruauté de ses camarades les jeune faux-monnayeur. Le juge d’instruction demande à Edouard de prévenir Georges que ses activités sont connues de la police. Dès lors, l’énergie des faux-monnayeurs qui ne trouve plus d’emploi se tourne en cruauté contre Boris.
 Les intrigues secondaires
La splendeur de la famille Vedel-Azaïs semble culminer lors du mariage de Laura Vedel. Mais à la rentrée des pensionnaires, c’est déjà la décadence et le suicide de Boris annonce la ruine et la dispersion de la famille.

Les projets littéraires d’Edouard rejoignent les amours d’Edouard : il ne commence à écrire que quand il est heureux.

 Une composition naturelle

Pour donner l’illusion du naturel, Gide obéit à un principe rigoureux : dès le début, il a l’intention d’ébaucher systématiquement des intrigues secondaires inutiles qu’il ne poursuivra pas. Il justifie ce dessein : dans son incapacité à unifier l’intrigue, le romancier imite la vie : « La vie nous présente de toutes parts quantité d’amorces de drames, mais il est rare que ceux-ci se poursuivent et se dessinent comme a coutume de les filer un romancier. Et c’est là précisément l’impression que je voudrais donner dans ce livre. »

Gide ne cherche pas la vraisemblance mais le sentiment de l’inachevé. Ce livre « s’achèvera brusquement, non point par épuisement du sujet, qui doit donner l’impression de l’inépuisable, mais au contraire, par son élargissement et par une sorte d’évasion de son contour. Il ne doit pas se boucler, mais s’éparpiller, se défaire ».

3) Les personnages
 Description
Tous les personnages ont un air de famille : tous sont parisiens, bourgeois d’esprit, chrétiens et artistes. Ils sont très cultivé et au courant de l’actualité.

Ces personnage du roman ne sont jamais décrits dans leur apparence extérieure, ils sont réduits à leur voix : « Je sais comment ils pensent, comment ils parlent ; je distingue la plus subtile intonation de leur voix ». En effet, ils nous sont souvent présentés dans un dialogue, où l’auteur commente les « tons » de leur voix. Bien plus, ce qui s’impose d’abord à Gide lorsqu’il crée un personnage, ce n’est pas son visage ou sont caractère mais un discours qui exprime un état d’âme.

Cette méthode explique que presque tous ses personnages soient des intellectuels, même les plus caricaturaux : Gide ne crée que des personnages qui aiment parle. Ils évoluent dans un univers social limité : celui de la bourgeoisie cultivée, des professions libérales fondées sur l’art de la parole. Leur vie mentale s’exprime tout naturellement en monologues, en lettres, en discussions.

Des tics professionnels marquent le langage de tous : pour Profitendieu, c’est le « je sais que » du juge d’instruction ; pour Vincent, ce sont les termes techniques de la biologie ; pour Bernard et Olivier, c’est le jargon des lycéens.

Cela permet à Gide « ne jamais exposer d’idées qu’en fonction des tempéraments et des caractères » Il parle plusieurs fois de sa faculté de dépersonnalisation, de son inaptitude à s’exprimer en son nom propre.

Voici la règle que se donner Gide pour présenter les personnages : « Ne pas amener trop au premier plan - ou du moins pas trop vite - les personnages les plus importants, mais les reculer, au contraire, les faire attendre. Ne pas les décrire, mais faire en sorte de forcer le lecteur à les imaginer comme il sied. »
 La mise en oeuvre des personnages
Gide écrit qu’il tâche d’enrouler les fils de son intrigue autour de ces petites bobines que sont ses personnages. Ils sont neutres. Ils ne sont rien. Ils sont des personnages en quête de leur situation qu’ils trouveront dans le roman.

Les personnages de Gide sont au départ des signes impersonnels. Le personnage part d’une idée qui est l’âme créative; Bernard, le personnage le plus proche de Gide peut-être, est d’abord une idée d’un être de volonté, de rigueur, de liberté, d’un être sans racine. Sa situation familiale fait de lui un bâtard. Edouard doit à sa situation de narrateur d’être le romancier de cet univers. Comme tel, il n’est l’être de personne, il n’est l’être de nulle part.

Tous peuvent être étudiés dans le rapport avec leur situation, qui fait leur véritable personnalité. Cette vue, fondamentalement artistique, réconcilie le monde réel et le monde fictif.

Un élément propre au créateur intervient au moment de l’écriture, c’est le hasard.
 La base fondamentale des personnages : la personnalité gidienne.
Les personnages dépendent intimement de l’écrivain. Ils sont des éléments de sa particularité.

Tous les personnages des Faux-Monnayeurs forme une ronde des diverses personnalités de Gide à ses différents âges.
II - LA NARRATION
1) La présentation indirecte des faits
Gide veut « éviter à tout prix le simple récit impersonnel ». Il exige l’effort du lecteur pour reconstituer un réel qui lui demeure caché : « Je voudrais que les événements ne fussent jamais racontés directement par l’auteur, mais plutôt exposés par ceux des acteurs sur qui ces événements auront quelque influence. Je voudrais que, dans le récit qu’ils en feront, ces événements apparaissent légèrement déformés ; une sorte d’intérêt vient, pour le lecteur, de ce seul fait qu’il ait à rétablir. L’histoire requiert sa collaboration pour se bien dessiner. »
 Le récit dans le dialogue
Pour cela, la plupart des personnages assument tout à tour le rôle du narrateur : au cours d’un dialogue, ou par lettre, ils racontent à un tiers ce qu’ils savent de leurs proches. On pourrait ainsi classer les personnages selon leur mode de présentation : la présentation objective est réservée aux grotesques ; l’analyse et le monologue intérieur dotent de subjectivité les deux héros, Edouard et Bernard.

L’avantage de la présentation indirecte, c’est qu’elle décrit autant celui qui parle que celui dont on parle, tout en laissant le lecteur faire lui-même le travail d’analyse.
2) La « mise en abyme »
Le tiers du livre est constitué par le journal d’Edouard.
 La lutte entre le réel et sa stylisation
Le journal d’Edouard peut simplement réfracter les faits, mais il a aussi une autre fonction : grâce à lui, les théories littéraires d’Edouard deviennent l’un des sujets du livre, sinon, comme le prétendait Gide, le sujet principal. Au début, Edouard note ce qu’il voit dans son journal, et ses théories littéraires sur un carnet. Ensuite il écrit tout dans le même journal ; dès lors, il ne raconte plus les faits comme les autres personnages, il les met en forme en vue de les intégrer dans son roman
 Le roman du roman
Le roman de Gide et d’Edouard porte le même titre ; on pourrait en déduire qu’Edouard est la représentation de Gide, et que le roman de l’un est celui que l’autre essaie de faire ; ce serait une véritable « mise en abyme ». Il n’en n’est rien. Gide proteste quand les critiques voient en Edouard un auto-portrait. Le livre qu’écrit Edouard, ce n’est pas les FM puisque «  ce pur roman, il ne parviendra jamais à l’écrire. »
 Le Journal des FM
A l’origine, ce journal était le brouillon du cahier d’Edouard : c’était la clé du roman destinée à être intégrée au roman lui-même. Mais Gide n’a pas réalisé ce dessein : il n’a retenu, pour le journal d’Edouard, que les passages les plus théoriques et la véritable histoire des Faux-Monnayeurs n’est pas dans Les FM. Dans ces conditions, le JFM a un rôle ambigu : il n’a pas le caractère brut des documents posthumes ; il forme une « oeuvre » en ce sens qu’il est organisé en vue d’une publication à part.
3) Le narrateur (multiplicité)
 Le narrateur masqué
Les FM se cache parfois derrière une fausse objectivité. Ainsi, dans certains dialogues, il apparaît en donnant des indications scèniques concernant les gestes et le ton des personnages. Dans d’autres, les répliques alternent avec une analyse, souvent en style indirect, des pensées et des sentiments qui ont motivé la réplique. Dans les deux cas, le narrateur sert à révéler, dans l’instant, un décalage entre la pensée et la parole, entre l’être et l’apparence.
Le monologue intérieur a une fonction différente. Gide reste plus près du monologue dramatique, libre mais structuré, que du discours intérieur plus obscur et plus informe. Seul Bernard, dans la première moitié du texte, se livre à un « dialogue intérieur » : Gide cherche à traduire ainsi la lutte d’un être qui se cherche, sa tendance à l’analyse et au dédoublement. Le monologue intérieur a donc ici un rôle exceptionnel ; il signifie la crise psychologique d’un personnages. La plupart du temps, Gide préfère le style indirect libre, à la troisième personne, parce qu’il permet une distanciation plus grande entre le narrateur et les personnages.
 Le narrateur apparent
Il arrive à Gide d’intervenir comme un personnage distinct, à la première personne, d’ignorer ce que font les personnages, de ne pas pouvoir en oberver plusieurs à la fois, d’être obligé d’interprêter leur comportement : « quittons-les », « je ne sais trop où il dîna ce soir ». Ce procédé tend à créer une nouvelle illusion : les personnages semblent ainsi vivre d’une vie autonome et imprévisible.

Que le narrateur s’identifie au lecteur, c’est encore plus manifeste lorsqu’il réagit affectivement à l’égard de ses personnages.

4) Les dialogues
 Les dialogues extérieurs des personnages entre eux
Ces dialogues sont les plus nombreux et établissent les rapports des personnages entre eux. Le roman offre toute une hiérarchie de dialogue. Il y a d’abord les dialogues des protagonistes : Edouard et Passavant. Avec Passavant, le dialogue est bref. Edouard, quand il le rencontre, n’échange que quelques mots. Et lorsqu’il va lui reprendre les affaires d’Olivier, ce n’est plus un dialogue, mais un duel. Et le muet dialogue de leurs confrontations au cours du roman est plus éloquent encore.
Autre dialogue de protagonistes, celui de Bernard et d’Olivier. Dialogue in presentia dans la première scène du Luxembourg. Bernard cherche à briller aux yeux de son ami. De fait, les propos sont amicaus, sans emphase. Il en sera tout autrement dans le dialogue in absentia entre la Corse et Saas-Fée. Bernard y sera à la fois naturel et brillant, parce que son discours par lettre est richement motivé par la présence d’Edouard.

similaire:

Les faux-monnayeurs iconGénéralités sur les marqueurs
«à partir de quand» on est malade et à partir de quand on est «bien portant»,tout en sachant que l’on va forcément avoir des «faux...

Les faux-monnayeurs iconPour les articles homonymes, voir
«induction» est donc venu à signifier un genre de raisonnement qui n'assure pas la vérité de sa conclusion en étant donné les prémisse...

Les faux-monnayeurs iconRésumé Questions Exemples L’écologiste, l’économiste et le statisticien...
«the dismal science», la science lugubr C'est probablement parce que les économistes sont souvent les messagers de mauvaises nouvelles;...

Les faux-monnayeurs iconCours 4 Exercices
«Il avait insulté ma mère» C'était faux, ses complices l'ont avoué. Jean-Marc avait seulement dit non, ce dimanche 30 novembre à...

Les faux-monnayeurs iconCalculs de moyennes de bac avec un tableur
«valeur si faux» ou la «valeur si vrai» de la fonction Si…Alors…Sinon peut contenir une autre fonction Si…Alors…Sinon

Les faux-monnayeurs iconCentre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale
«Ce sont les entreprises réalisant plus de 750 000 euros de chiffre d'affaires qui connaissent les tendances les plus favorables,...

Les faux-monnayeurs iconEssai de définition
«un ensemble complexe qui comprend les connaissances, les croyances, l’art, le droit, la morale, les coutumes et toutes les autres...

Les faux-monnayeurs iconLa Transcription Les fonctions et les caractéristiques de chaque...
«copie» de l’information génétique contenu dans l’adn. Ils sont synthétisés rapidement et leur demi-vie est courte (quelques minutes...

Les faux-monnayeurs icon«Je hais les voyages et les explorateurs. Et voici que je m’apprête à raconter mes expéditions»
«étonnant voyageur», je n’y ai jamais mis les pieds et que je n’y mettrai jamais les pieds

Les faux-monnayeurs iconCamoufler l’intérêt privé en intérêt général ?
«les concepteurs du site souhait[ai]ent brouiller les frontières entre les systèmes […] pour que l’internaute ne distingue plus les...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com