Cours de neuro psychiatrie








télécharger 455.72 Kb.
titreCours de neuro psychiatrie
page6/20
date de publication18.10.2016
taille455.72 Kb.
typeCours
b.21-bal.com > documents > Cours
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   20

Conclusion


L’examen neurologique doit être complété par un examen somatique général et des explorations para cliniques. A la fin de l’examen clinique, on doit pouvoir grouper les symptômes en syndromes neurologiques qui traduisent l’atteinte de telle ou telle fonction du système nerveux central ou périphérique.

2.6. Méthodes biologiques et instrumentales

Nous citerons les méthodes instrumentales les plus utilisées

Examens biologiques


Ils sont d’un intérêt particulier pour la mise en évidence des pathologies inflammatoires et infectieuses. Des perturbations enzymatiques (maladies héréditaires, familiales, acidophiles,…) maladies génétiques.

L’examen du LCR :

  • On doit étudier nécessairement : l’aspect, le nombre d’éléments, la quantité des protéines et du glucose, études immunologiques éventuelles (taux d’anticorps spécifiques par des méthodes quantitatives et qualitatives)

  • Elle permet le diagnostic de manière certaine de méningite

Examens ophtalmologiques


  • Le fond d’œil

  • Etude du champ visuel au lit du malade et par campimétrie

Examens Oto-rhino-laryngologies


    • Audiogramme (acuité auditive)

    • Epreuves vestibulaires (avec stimulation rotatoire et stimulation calorique)

    • Imagerie médicale

    • Radiographie du crâne

    • Radiographie de la colonne vertébrale (segment cervical, lombaire et segment sacré)

    • Lyélographie

    • Scanner (cérébral, rachidien)

Eléctroencéphalographie


  • Etude des activités électriques cérébrales

  • Indication dans les épilepsies, encéphalite herpétique…

Electromyographie


  • Etudier l’activité électrique des nerfs et détecter toute atteinte musculaire

Biopsie

  • Diagnostic des maladies musculaires



CHAPITRE II. LE SYSTEME NERVEUX

II. a. DEFINITION

Le système nerveux est le centre de régulation et le réseau de communication pour les informations concernant l’ensemble de l’organisme. Il a trois fonctions de base :

  • Fonction relative à la sensibilité: qui permet de détecter tous changements dans l’environnement, tant dans le milieu interne que dans le milieu externe

  • Une fonction d’intégration : permet d’analyser et d’interpréter ces modifications environnementales.

  • Une fonction motrice : réagit à l’intégration en ordonnant une activité : la contraction musculaire et la sécrétion glandulaire, par exemple.

II. b. ORGNISATION DU SYSTEME NERVEUX

  • Système nerveux cérébro-spinal

  • Système nerveux central: Encéphale, Moelle épinière.

  • Système nerveux périphérique: Nerfs câniens, Nerfs rachidiens

  • Système nerveux végétatif :

  • Système nerveux sympathique

  • Système nerveux para-sympathique.



II. c. LE TISSU NERVEUX

Le tissu nerveux est composé de 2 cellules: les neurones et les cellules de la névroglie, celles-ci ont une fonction de soutien, de nutrition et d’isolement des neurones ( elles forment les gaines de myéline).

Le neurone est une cellule nerveuse, élément de base du tissu nerveux. Il est composé d’une membrane, un noyau, du cytoplasme et neurofibrilles. Le neurone possède deux prolongements :

  • Dendrites : prolongements cellulaires courts formant la structure réceptrice, recevant de très grand nombre des signaux, leurs points de contact, les synapses, sont le lieu de transmission chimique (les neurotransmetteurs).

  • Axone : prolongement cytoplasmique unique qui transmet l’influx nerveux du corps cellulaire vers l’extrémité de l’arborisation (la gaine de myéline isole électriquement les axones les uns des autres, mais accroit également la vitesse de transport électrique).


II.d. LE SYSTEME NERVEUX CENTRAL



Centres

nerveux
Le SNC est l’ensemble des centres nerveux qui sont chargés d’assurer le bon fonctionnement de différents appareils : centre de régulation. Toutes les informations sensitives y arrivent et toutes les informations motrices en partent.

Effecteurs
Stimulus


Récepteurs

Schéma de l’arc réflèxe

Réponse correctrice du trouble

engendré par le stimulus
Le SNC comporte deux parties :

  • L’encéphale (cérébro-)

  • La moelle épinère ( spinal)




  • L’encéphale est le contenu de la boite crânienne, il est composé d’avant en arrière par : le cerveau, le cervelet et le tronc cérébral. L’encéphale est séparé du crâne par les méninges.

  • Le cerveau est logé dans la partie supérieure et antérieure de la boite crânienne. Il est constitué de 2 hémisphères cérébraux creusés par les ventricules contenant le liquide céphalo-rachidien. Le cortex cérébral est la couche de substance grise qui occupe toute la surface des hémisphères cérébraux. La substance grise comprend les zones du SNC contenant les corps cellulaires des neurones, la couleur grise est due à l’absence de myéline dans ces régions. La substance blanche qui est centrale comprend les zones du SNC constituées par les fibres nerveuses (ou axones), la couleur blanche est due à la gaine de myéline qui entoure les fibres nerveuses.

  • Le tronc cérébral est situé entre le cerveau et la moelle épinière. Le TC est formé de haut en bas par:

  • Le mésencéphale

  • La protuberance annulaire

  • Le bulbe rachidien

On y trouve des noyaux des nerfs crâniens qui donnent naissance aux 12 paires des nerfs crâniens. Il est composé de substance grise au centre et la substance blanche à la périphérie.

On trouve également dans le TC des voies de conduction ascendantes et descendantes qui vont unir les voies sus-jacentes avec les voies médullaires.

  • Le cervelet : est situé en arrière de la protubérance annulaire et du bulbe rachidien.

Il est composé de 2 hémisphères qu’on appelle les hémisphères cérébelleux.

Fonctions du cervelet :

  • Assure la régulation de l’équilibre en relation avec l’oreille interne

  • Régulation du tonus musculaire en relation avec les récepteurs proprioceptiques périphériques.

  • Coordination des mouvements volontaires en relation avec la circonvolution frontale ascendante.



Encéphale

Tronc cérébral

Cervelet

Moelle épinière Fig 2 : Coupe frontale de

AVANT ARRIERE l’encéphale :

Sbce grise et blanche

Figure 1 : Coupe sagittale de l’encéphale (vue latérale gauche).


  • La moelle épinière: La ME est une structure qui assure la jonction entre l’encéphale et le nerf périphérique.

C’est un long cordon blanc d’environ 45 cm de long et de 1 à 2 cm de diamètre se trouvant dans le canal rachidien à l’intérieur de la colonne vertébrale. Elle est composée d’une partie centrale, la substance grise, et d’une partie périphérique, la substance blanche. Au centre se trouve le canal de l’épendyme. La ME va du trou occipital au bord inférieur de la deuxième vertèbre lombaire ( L2), c’est-à-dire qu’en dessous de L2 il n’y a plus de ME, mais elle est accrochée au coccyx par un cordon fibreux : le filum terminal.

La ME donne naissance aux 31 paires des nerfs rachidiens. Chaque nerf contient 2 racines : une postérieure (sensitive) où l’on trouve le ganglion rachidien et racine antérieure (motrice).

Les deux racines se rejoignent avant la sortie du canal rachidien pour donner un nerf périphérique mixte. Le nerf rachidien une fois sortie du canal se divise à nouveau en deux branches mixtes: une branche antérieure innerva la partie antérieure du tronc et les membres en fonction du niveau de l’étage considéré et une branche postérieure innerva la partie postérieure du tronc.

  • De C1 à C4: muscles du cou et du diaphragme

  • De C5 C8: muscles des membres supérieurs

  • De D1 à D12: tronc

  • A partir de L1: membres inférieurs.

La substance grise de la moelle se divise pour chaque hémi-moelle en deux cornes: antérieures et postérieures. Au centre de cette substance grise le canal de l’épendyme permet l’écoulement du LCR.

L a substance blanche de la moelle se subdivise en cordons : deux cordons antérieurs, deux cordons postérieurs, et deux cordons intermédio-latéraux. Chaque hémi-moelle est séparé de l’autre par un sillon postérieur et par sillon antérieur (plus large). La moelle et ses racines sont protégées jusqu’au trou de conjugaison par des enveloppes qu’on appelle les méninges. Au nombre de 3, de la superficie vers la profondeur on va trouver : la dure-mère, l’arachnoïde, et la pie-mère.

La ME constitue le grand centre des reflexes sensitivo-moteurs de la vie végétative comme de la vie de relation. Elle transmet les informations du cerveau à la périphérie (muscles, peau, …) et de la périphérie au cerveau à partir des voies de conduction ascendants (vers le cerveau) et des voies descendantes ( vers les organes effecteurs). Tous ces axones ascendantes et descentes se trouvent dans la substance blanche de la ME. Les voies ascendantes regroupent tous les influx sensitifs et les voies descendantes sont constituées des fibres motrices qui partent de l’encéphale et qui se terminent dans les cornes antérieures de la ME.

Elles sont réparties en deux systèmes:

  • Le système de motricité volontaire qu’on appelle le système pyramidal. Les fibres motrices de ce système sont regroupées en un faisceau appelé pyramidal. Ces fibres naissent dans un hémisphère cérébral au niveau d’une zone du lobe frontal appelé circonvolution frontale ascendante. Les neurones descendent verticalement jusqu’au bulbe rachidien. A ce niveau une décussation dite bulbaire fait que 9/10 des fibres du faisceau croisent la ligne médiane et forment le FPC. Le dixième restant, reste du même côté, chemine dans la ME au niveau du cordon antérieur : c’est le FPD.

Donc, l’innervation motrice d’un côté du corps est gérée par l’hémisphère cérébral opposé.

Le système pyramidal exerce une activité modératrice constante sur l’activité de la boucle gamma (si interruption de la voie pyramidale, la boucle n’est plus sous contrôle et engendre une activité involontaire: hypertonie pyramidale).

  • Le système de motricité involontaire (automatique): système extrapyramidal.

Ces voies de la motricité automatique involontaire sont très complexes. Elles mettent en relation différentes structures anatomiques: le TC, les noyaux gris centraux et une partie du cortex. Elles aboutissent finalement aux mêmes neurones moteurs que ceux activés par la voie pyramidale.



Fig 3 : Schéma général du SN cérébro-spinal
Fig 4 : Coupe transversale de la ME

II.e. LE SYSTEME NERVEUX PERIPHERIQUE

Les centres nerveux du système nerveux central sont reliés aux différents appareils par les nerfs : ensemble des voies de communication. On trouve des nerfs afférents (sensitifs) qui transportent les infos vers le SNC, des nerfs efférents (moteurs) qui emmènent les ordres moteurs du SNC vers les autres appareils, et les nerfs mixtes qui possèdent la fonction sensitive et motrice. Le SNP est constitué des nerfs crâniens, au nombre de 12 paires, ils naissent au TC à partir des noyaux du TC; et de nerfs rachidiens au nombre de 31 paires, ils naissent à la ME (8 paires des racines cervicales, 12 paires des racines dorsales, 5 paires des racines lombaires, 5 paires de racines sacrées et une paire des racines coccygiennes).

Les derniers nerfs rachidiens se prolongent dans le canal rachidien pour former un faisceau de nerfs appelé queue de cheval.
II.f. LE SYSTEME NERVEUX VEGETATIF OU AUTONOME

Le SNA dirige et coordonne les fonctions internes de l’organisme, son fonctionnement est automatique ( involontaire).

L ‘hypothalamus est le centre majeur des régulations végétatives. Le SNA innerve les muscles lisses, les glandes et le cœur et il a comme fonction majeure de maintenir l’homéostasie du milieu intérieur mais il intervient également dans d’autres régulations comme les mécanismes de la reproduction ou dans la vision. On distingue classiquement :

  • Le système nerveux sympathique dont le neurotransmetteur est l’adrénaline

  • Le système nerveux parasympathique dont le neurotransmetteur est l’acétylcholine.

La résultante des effets de deux systèmes contribue à la régulation des effecteurs dans les conditions physiologiques normales.

La plupart du temps ces deux systèmes ont des effets opposés (antagonistes) mais toujours complémentaires.

Schéma recapulatif.


Le Système

nerveux




SNC


SNP


NERFS CRANIENS

NERFS RACSHIDIENS




Moelle épinière


Encéphale


Voies efférentes

motrices

Voies afférentes

sensitives


1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   20

similaire:

Cours de neuro psychiatrie iconMémoires de traduction scientifique (manuel de biologie cellulaire et cours de neuro-anatomie)

Cours de neuro psychiatrie iconI. Introduction : Les maladies neuro-dégénératives

Cours de neuro psychiatrie iconEssais thérapeutiques neuro-oncologie au Centre Léon Bérard

Cours de neuro psychiatrie iconGroupe de Recherche en Psychiatrie

Cours de neuro psychiatrie iconJournées du Livre Blanc de Psychiatrie

Cours de neuro psychiatrie icon1/ Sujet proposé
«Impact de la dénutrition périnatale sur le système neuro-endocrine intestinal»

Cours de neuro psychiatrie iconLes enseignants de Psychiatrie : Laurent schmitt, Philippe birmes, Christophe arbus

Cours de neuro psychiatrie iconLes medicaments module psychiatrie- 1ere année ide – le 06/01/2005 Dr senachal les psychotropes

Cours de neuro psychiatrie icon77 … suivi du No de poste Courrier fac = courrier interne enseignements...

Cours de neuro psychiatrie iconB. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11
«psy» est constitué par l’ensemble des milieux qui cherchent à comprendre comment fonctionne un organisme humain (philosophie, psychologie,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com