Ministere de l’agriculture et du developpement rural








télécharger 305.66 Kb.
titreMinistere de l’agriculture et du developpement rural
page1/4
date de publication06.01.2017
taille305.66 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3   4


REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL

Institut National de Recherche Forestière

Baïnem BP 37, Chéraga –Alger. e. mail : inrf@wissal.dz












SAHLI F.

INRF Baïnem


Décembre 2007

Rappel Historique
Le cyprès du Tassili, Cupressus dupreziana A. Camus, Tarout en Tamachek (langue locale), est un conifère endémique du Tassili N’Ajjer (Sahara Central) classé par l’UICN au douzième rang des espèces les plus menacées au monde.

C’est en 1860 que l’ornithologue britannique Tristram a pressenti l’existence d’un résineux d’un genre voisin de celui de Juniperus après examen de bois utilisé par les Touaregs.

En 1864, le géographe Duveyrier a confirmé sur la base de renseignements recueillis auprès de Touaregs de Ghat (Oasis au pied est du Tassili), l’existence du résineux et l’a identifié au Thuya articulata.

En 1925, le forestier Lavauden grâce au capitaine Duprez -premier européen à avoir vu le Tarout-, a retrouvé l’emplacement du conifère et l’a identifié au Cupressus sempervirens forme horizontalis.

En 1926, Camus a établi à partir de fruits, de graines et de rameaux récoltés par Lavauden que le cyprès est spécifiquement distinct et le nomme Cupressus dupreziana en hommage à celui qui l’a découvert.

Depuis sa découverte, le cyprès du tassili a suscité l’intérêt des scientifiques. Les travaux ont traités le plus souvent de sa morphologie, de son dénombrement, de son âge, de sa position biosystématique, phytogéographique et phytosociologique, et de sa conservation en tant qu’espèce en voie de disparition.

Cette espèce saharienne fait l’objet d’un intérêt particulier dans les activités de recherche de l’INRF

1. Peuplement naturel.
Distribution – Ecologie.

Le peuplement naturel actuel est le reste d’un ensemble beaucoup plus important qui occupe une aire très réduite (Duveyrier, 1864, Lavauden, 1926, Barry et al, 1970, Ozenda, 1977). Ces arbres se trouvent presque tous placés dans des lits d’oueds ou dans les éboulis sous une pluviosité qui n’excède pas 30mm par an.

Actuellement, les arbres vivants sont répartis sur une bande de 120 Km de long et 6 Km de large, longeant la bordure sud-ouest du plateau du Tassili entre une altitude de 1430 et 1830m (fig.1) où 68% de ces cyprès sont localisées dans les fonds de vallées (la profondeur du sable est plus ou moins importante) ; Les dalles gréseuses abritent dans leurs fissures 22% des arbres, les crêtes 8%, les Gueltas 2% (Abdoun 2002).
Hethener (1967) distingue la rhizosphère des cyprès par sa grande humidité, sa richesse en matière organique, son rapport C/N élevé et son pH voisin de 7.

Ce cyprès est réputé très résistant à la sécheresse et aux grands froids.




Figure 1. Aire de répartition du Cyprès du Tassili au Sahara central

Cyprès du Tassili (Oued rocailleux) dans son aire naturelle.


Cyprès du Tassili (Oued sableux) Aire naturelle.


Description.

Le cyprès du Tassili « Cupressus dupreziana A. Camus » est une espèce de la famille des cupressacées.

Dans son aire naturelle, le plus haut cyprès atteint une hauteur de 22m avec une circonférence de 12m (Grim 1992). C’est une espèce appartenant au groupe afro- méditerranéen (Allemand, 1979) qui est surtout représenté par le cyprès vert, Cupressus sempervirens et le cyprès de l’Atlas, Cupressus atlantica endémique marocaine.

Tableau I. Les caractères comparés de ces 3 cyprès.

Partie

C. sempervirens

C. atlantica

C. dupreziana

Branches

Longues et étalées courtes ou parallèles au tronc

Courtes, horizontales ou relevées

Courtes, horizontales relevées à l’extrémité

Ramule

Court, cylindrique non distique

Fin et court nettement quadratique

Disposé en un seul plan

Ramule du 2ème ordre

En plusieurs plans

Quadrangulaire en plan ± perpendiculaire. Glandes visibles.

En plan ± perpendiculaire. Glandes peu visibles.

Pollen

27 à 29 micron

28.5 micron

38.5 micron

Cônes

2 à 3.5cm, mucron peu développé

1.8 à 2.2cm, mucron faible ± enfoncé

1.8 à 2.4cm, mucron faible

Graine

Irrégulières, coque épaisse, aile étroite presque orbiculaire.

Brune à aile étroite.

Presque sphérique, régulière, unie, aile large et fine.



Inventaire.

Depuis sa découverte, plusieurs tentatives d’inventaire ont été entreprises. Entre 1950 et 1965, le dénombrement de ces arbres est passé d’une dizaine de cyprès vivants Maire (1952), à 153 arbres en 1961 (Laferrère, 1969 in Barry et al, 1970), bien que le chiffre de 200 ait été donné en 1949 (Bernard, 1953). Lhote en 1964, avance le nombre de 130 arbres. En 1965, Barry et al ont recensé 85 cyprès qu’ils ont décrits de manière à pouvoir les reconnaître.

Entre 1971 et 1972, Grim (CAREF, Algérie), a réalisé le premier inventaire pied par pied. Ainsi, 230 arbres vivants et 153 morts ou couchés par les crues ont été répertoriés. A tout cyprès vu vivant a été attribué un numéro d’ordre conforme à la chronologie de l’observation, et pour chaque spécimen est donnée une description avec notamment indication de la circonférence et de la hauteur totale. Les numéros marqués à la peinture sur le tronc de chaque arbre ou sur un rocher voisin sont encore apparents. Ce travail constitue une donnée de base pour le suivi et la conservation du peuplement naturel.

Tableau II.  Localisation, effectif et indicatif des arbres de cyprès (Grim 1992, 1992, 1993).

Localisation

Nombre

Numéro

Haut max m

Circ.

Max

m

Haut min. m

Circ. Min m

Oued Tamrit

Oued Adjedjoum

Oued Alagh-nadment

Oued Ghiey

Oued Tichouinet

Oued Ingharohane

Oued Amazar

Oued Adjefou

Oued Adhar-takhlit

Oued Idjabbaren

Oued Ihanhadjrutnine

Oued Ibendradjine

Oued Tibdjoudjine

Oued Inghaldjiouen

Oued Igdamen

Oued Tan abou

Oued Tin tatait

Oued Tin harouada

Oued Tin tachkoumt

Oued Tin telmest

Oued Inaourhed

Oued Tafetest

Oued Amassadjou

Oued Tindamine

Oued Ikardafaouene

Oued Tin idjari

Oued Tin amlili

Oued Tagharit

Oued Tinhatim

Oued Assadjene

Oued Inilidj

Oued Tihanked

Oued Aloussarene

Oued Tintaghout

Oued Tassendjouit

Djebel Ourneni

Oued Tiddedj


22

02

01

05

05

29

01

02

06

01

02

10

07

14

02

14

01

15

08

02

01

11

02

01

01

01

01

01

01

01

11

01

02

09

10

01

09

1 à 22

23, 180

24

25 à 28, 84

29, 33

34 à 62

186

81, 164

69 à 74

83

85, 86

87 à 96

97 à 103

104 à106, 122 ; 124, 126 à 128, 154 à 159

107, 108

109 à 121, 124

125

129 à 143

144 à 150, 153

151, 152

165

166 à 176

177, 179

178

181

182

183

184

185

187

188 à 198

199

200, 201

202 à 206, 218 à 221

207 à 216

217

222 à 230

21,5

18

11

22

18,5
3

9
7

15,5

20

11,5

16.5

10

20,5

15,5

7,5

9

15,5

-

8,5

6

9,5

12
7

9

20,5

10

16

20,5

18

4

14,5


6.30
6.10

8.50

8
-

9

13
-
3.90

1.20

-

2,5

-

-
-

-

-
-


-



3

9

-

5

7

9

13

3

4,5

2

-

6,5

5

6

-

2,5

-

-

-

-

10
-

-

9

-

13

5

5

-

4


0.90

3

3.2

0.65

1.90
3.50

2





Entre 1997 et 2001, la mise à jour de cet inventaire basée sur les notes de Grim (1992) par Abdoun, Beddiaf (2002) a donné un nombre total d’arbres vivants de 233 individus. Il a permis également de « délimiter l’aire actuelle de cette espèce, d’évaluer le taux de dépérissements en 30 ans et surtout pour la première fois, d’observer une régénération par la présence de nouveaux jeunes arbres ». La mort de 20 arbres depuis 1972 représente une perte de près de 8% en 30. Ces arbres sont d’âges variables. Leur circonférence varie de 0.70 à 8m.

Tableau III.  Caractéristiques des cyprès morts après 1971 au Tassili N’Ajjer (Abdoun, Beddiaf 2002).

N° de l’arbre

Localité

Substratum

Circ.(m)

Mutilation

Nombre arbres vivants

20

22

28

62

71

78

109

126

155

133

134

138

139

140

141

180

188

199

224

225

Tamghit

Tamghit

Ghiyeye

Ingharohane

Adharn’Taclit

Amazar

Tan Abou

Inghaldjiwen

Inghaldjiwen

Tin Harwidha

Tin Harwidha

Tin Harwidha

Tin Harwidha

Tin Harwidha

Tin Harwidha

Adjedjoum

In Ellidj

Tihankadh

Tiddedj

Tiddedj

O. rocheux

O. rocheux

O. sableux

O. rocheux

Eboulis rocheux

Crête

Reg rocheux

Crête

Sablo-pierreux

O. rocheux

Roche-sable

Roche-sable

Roche-sable

Roche-sable

Roche-sable

O. sableux

O. rocheux

Eboulis rocheux

Dalle

Roche-sable

1

1.5

4.4

0.72

8

2

1.25
6.3

3.76

5

3.2

Importante

Importante

Importante

Pas de trace

Importante

Pas de trace

Peu importante Peu importante

Très importante

Peu importante

Peu importante

Peu importante
Importante

Importante

Très importante

Importante

Importante

Très importante

Importante

20
4

30

5

16

13

13
9
1

9

0

8


Ces auteurs notent que sur la majeure partie de ces cyprès, des traces de mutilations sont visibles. Cependant, quelques arbres ne présentent pas de signe d’intervention humaine. Leur mort peut être imputée à la sécheresse.



Cyprès dégradés (Aire naturelle)

Âge et vitesse de croissance.

En mars - avril 1997, Abdoun et al ont prélevé des carottes sur une trentaine de cyprès parmi les 37 déjà échantillonnés en janvier et décembre 1967 par Borel et Salisse. La croissance radiale sur ces 30 ans, entre 1967 et 1997, varie de 10mm à 73mm pour les jeunes arbres, et de 2mm à 8mm pour les plus âgés ; soit une croissance moyenne annuelle de 0,07 à 0,27 mm/an pour ces derniers et de 0,38 à 2,23mm/an pour les plus jeunes (Abdoun et al, 2005).

Ces auteurs ont observé une interruption de l'activité du cambium pour une période de plusieurs années. Ils notent que ceci pourrait être lié à une adaptation génétique de ces arbres à la sécheresse. Ils donnent par ailleurs une estimation de l’âge de ces arbres qui va de 600 à 2400 ans.
  1   2   3   4

similaire:

Ministere de l’agriculture et du developpement rural iconNote de presentation
«chimie, bio-industrie, environnement» du ministère de l’éducation nationale et de la cpc «des métiers de l’agriculture, de l’agro-industrie...

Ministere de l’agriculture et du developpement rural iconMinistere de l’agriculture et de l’elevage

Ministere de l’agriculture et du developpement rural iconMinistère de l’alimentation, de l'agriculture et de la pêche

Ministere de l’agriculture et du developpement rural iconProgramme de Développement Rural 2007-2013 de la Guyane

Ministere de l’agriculture et du developpement rural iconType d’Opération 44 du Programme de Développement Rural centre val de loire 2014-2020

Ministere de l’agriculture et du developpement rural iconColloque «Le végétal»
«De l'agriculture comme problème à l'agriculture comme solution: des plantes et des hommes»

Ministere de l’agriculture et du developpement rural icon«Trois visions d’un futur réussi pour la France dans son contexte international en 2050» est
«Etat des lieux prospectif…» et «Trois visions…» s’inscrivent dans le cadre du Programme «Transitions de long terme vers une économie...

Ministere de l’agriculture et du developpement rural iconFournitures pour la Formation capa «Services en Milieu Rural»

Ministere de l’agriculture et du developpement rural iconFournitures pour la Formation capa «Services en Milieu Rural»

Ministere de l’agriculture et du developpement rural iconCours «Incidences sanitaires de la réutilisation des eaux usées dans l'agriculture»
«Incidences sanitaires de la réutilisation des eaux usées dans l'agriculture» (3ème cycle)








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com