C’est donc cet apprentissage que vous avez codifié ?








télécharger 14.2 Kb.
titreC’est donc cet apprentissage que vous avez codifié ?
date de publication02.02.2018
taille14.2 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > documents > Documentos
RUBRIQUE L’INVITÉ

Arie de Geus et son livre sur l’entreprise apprenante.

ICONO : cf. E. Collignon

CALIBRAGE :

Rédaction :

DOCS JOINTS :

PERSONNES A CONTACTER :

Article à faire relire par  : les interviewés

CHAPO

En septembre dernier, l’association SOL (Société pour l’Organisation Apprenante)  dont Solvay France est membre fondateur, tenait à la DNF sa réunion annuelle internationale à laquelle participaient des représentants de grandes sociétés américaines et européennes comme ATT, Intel ou encore Unilever. Approche du changement et partage des connaissances étaient à l’ordre du jour. Avec un invité d’honneur: Arie de Geus ....
« On n’apprend bien que dans la confiance »
Vous êtes à l’origine du concept d’ « entreprise apprenante ».

Que signifie cette notion ?

Arie de Geus : Le concept d’ « entreprise apprenante » est fondé sur le principe de l’apprentissage continu, individuel et collectif, de tous les membres de l’entreprise. C’est une approche qui place l’homme au cœur de la dynamique de l’entreprise. Pour bien le comprendre, il faut raconter comment nous sommes arrivés à ce concept qui a provoqué pas mal de réaction quand nous l’avons formalisé, dans les années 80. Je travaillais à la Shell et nous connaissions des difficultés avec notre système de planification. Il s’agissait pourtant d’un outil très performant et reconnu : la planification par scénarios. Pourtant, le temps que nous consacrions à prendre des décisions et à les mettre en œuvre était très long. Nous avions notamment du mal à retracer le parcours d’une décision : comment le problème était-il remonté de la base et qu’en était-il advenu ?
Dans une multinationale qui travaille dans plus de 120 pays, cela paraît assez inévitable…

A.G. : C’est en effet difficile à contourner. Nous nous sommes aperçus que cette immense entreprise fonctionnait un peu comme un percolateur. Ça bouillonnait longuement à la base, puis de la vapeur remontait et, très lentement, des gouttes se formaient et aboutissaient finalement à une décision. Or qu’est-ce qu’une décision ? C’est la solution que l’on met en action face à l’apparition d’une nouveauté ou d’un changement dans le monde qui nous entoure. Quand la situation est nouvelle, par définition, la solution est nouvelle. Et le processus par laquelle on la trouve est beaucoup plus un processus d’apprentissage en commun, plutot qu’un processus d’application de connaissances accumulées des participants.

C’est donc cet apprentissage que vous avez codifié ?


A.G. : Oui, c’est le pas suivant que nous avons franchi. Quand nous avons compris que la prise de décision d’une équipe de management était une façon d’apprendre pour ce groupe, un champ très vaste s’est ouvert devant nous. Le processus de l’apprentissage avait été largement étudié par les sciences cognitives. On savait par exemple que la meilleure façon d’apprendre, c’est le jeu. Avec des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT de Boston), nous avons donc mis au point un modèle informatique rappelant d’ailleurs beaucoup certains jeux sur ordinateur qui rencontrent un grand succès aujourd’hui. On pouvait simuler de nombreuses situations dans lesquelles se trouvaient des sociétés du Groupe Shell et véritablement faire jouer leurs responsables avec la représentation de leur réalité. Le résultat a été spectaculaire. La prise de décision par le jeu nous a permis de réduire par deux ou par trois le temps qui sépare l’apparition d’un problème de l’application de la solution choisie.
Vous avancez l’idée que seules les entreprises qui apprennent plus vite que les autres survivent. Quelles sont les autres conditions de la pérennité d’une société ?

A.G. : Pour moi, le mot-clé de la pérennité des entreprises, c’est le mot communauté. A ce titre, Solvay mérite le tableau d’honneur ! J’ai beaucoup étudié des entreprises anciennes, certaines bicentenaires. J’en ai dénombré une quarantaine à travers le monde. Ces entreprises tiennent grand compte de leur environnement, elles sont ancrées dans le monde dans lequel elles vivent et regardent au-delà d’elles-mêmes. Elles ont toutes les caractéristiques d’une espèce animale et leurs règles de vie s’inspirent beaucoup de la biologie.

Concrètement, comment cela se traduit-il dans ces sociétés ?


A.G. : Par exemple par une très forte notion de continuité. L’entreprise a une constance qui va au-delà des hommes d’une génération. Ceux qui y entrent savent qu’ils devront transmettre ce qu’ils reçoivent dans un état au moins aussi bon qu’ils le recevaient. Les jeunes succèderont aux anciens. C’est une donnée admise par tous, qui a pour conséquence que la notion de pouvoir n’a rien d’absolu ni d’éternel : le pouvoir dans une telle entreprise se transmet, chacun le sait. Et ça change tout : les gens sont forcément plus humbles. Une autre notion très importante dans ces entreprises, c’est le sentiment d’appartenance. On sait qui est membre de la société. Pour cela, le langage est essentiel. A la Shell, au Pakistan ou en Amérique du sud, on se reconnaissait, on avait des façons communes de s’exprimer et de se comporter.

En quoi est-ce important ?


A.G. : C’est capital pour la confiance, et donc pour l’apprentissage. Se reconnaître comme les membres d’une même communauté crée un sentiment de confiance. Je vous disais que le meilleur apprentissage, c’est le jeu. Mais on ne joue bien qu’avec des camarades de jeu ! Des camarades, ce sont des gens qui appartiennent à son groupe, qui sont bienveillants et devant qui on peut se montrer faible. Or, pour apprendre, il faut échouer, trébucher, recommencer. Cela ne se fait que dans un climat de confiance. On le voit en observant les espèces animales. Celles qui survivent à des changements de leur environnement sont celles qui apprennent le plus vite. Et celles qui apprennent le plus vite sont les espèces dites grégaires, qui vivent en société, en bande. Le savoir s’y transmet plus rapidement. Le parallèle pour les entreprises est évident.

PARCOURS


Arie de Geus, 74 ans, est un ancien membre du comité de direction du groupe Royal Dutch / Shell, où il fut l’un des pionniers de la planification par scénarisation. Analyste expert des évolutions des entreprises, depuis 15 ans, il écrit, voyage et donne des conférences dans le monde entier. Son livre «The Living Company » a été traduit en 23 langues dont le français, (« La pérennité des entreprises ») le portugais (9 rééditions au Brésil) et le chinois. Il a été primé par la Harvard Business Review et par le Financial Times.

Pour en savoir plus


« La pérennité des entreprises », l’expérience des entreprises centenaires au service de celles qui veulent le devenir. Arie de Geus. Ed. Maxima, Laurent du Mesnil éditeur, collection « Institut du management d’EDF et de GDF ». 332 pages, 28,50 euros.

similaire:

C’est donc cet apprentissage que vous avez codifié ? iconTarif régulier vous avez inscrit 85$ alors que c’est 100$ Corrigé...
«9h00» À côté du 4 juin, pour éviter toute confusion, car même si le colloque commence à 9h, les inscriptions quant à elles, débutent...

C’est donc cet apprentissage que vous avez codifié ? iconGénétique des populations – Génétique évolutive
«classique» : on connait ou on cherche à connaitre le génotype des individus et de leur descendance. «Vous portez l’allèle muté,...

C’est donc cet apprentissage que vous avez codifié ? icon1. alfieri victor. Memoires, écrits par lui-même et traduits de l’italien...
«Vous avez eu un vrai succès. Alphonse Daudet m’a fait part de l’enthousiasme du public qu’il partage. (Pardon de la répétition)....

C’est donc cet apprentissage que vous avez codifié ? iconRésumé : La problématique de la cohérence entre le sens de l’apprentissage...
«J'aime bien faire des expériences et cet été j'ai fait une séance de tir à l'arc.»

C’est donc cet apprentissage que vous avez codifié ? iconLa section d'histoire de l'art de l'Université de Lausanne
«points de ravitaillement» proches des musées, : la Maxicarte vous fera bénéficier de nombreux avantages. Avec plus de 12 restaurants,...

C’est donc cet apprentissage que vous avez codifié ? iconMailto: julie kerespars8457@Gmail. Com
«projet parental» sans parents. Vous ajoutez la loi de la concurrence entre cliniques, les forfaits et formules, et vous avez des...

C’est donc cet apprentissage que vous avez codifié ? iconLes ressemblances physiques: avez-vous des airs de famille?
«cadeau biologique» a servi de base pour construire son bagage génétique, qui est absolument unique dans toute l’humanité

C’est donc cet apprentissage que vous avez codifié ? iconA quel âge avez-vous débuté la course à pied?

C’est donc cet apprentissage que vous avez codifié ? iconBulletin gratuit de liaison de la communauté de la Cathédrale de Papeete n°53/2017
«Par le Seigneur vivant, l’homme qui a fait cela mérite la mort !»… Mais Nathan, aujourd’hui pourrait nous redire la même chose :...

C’est donc cet apprentissage que vous avez codifié ? iconLes fondements de la sociologie
«il existe des obstacles épistémologiques à la vérité». La sociologie est donc un objet de débat et donc Bourdieu dira que c’est...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com