Sud-Ouest du 21 juin 2017 par Isabelle Castéra








télécharger 13.04 Kb.
titreSud-Ouest du 21 juin 2017 par Isabelle Castéra
date de publication20.01.2018
taille13.04 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > documents > Documentos
Sud-Ouest du 21 juin 2017 par Isabelle Castéra
A Bordeaux, un nouvel équipement détecte les cancers par une simple prise de sang
H
ier, dans le laboratoire de biologie médicale de Bergonié, devant le Rarecells, le professeur Patrizia Paterlini-Bréchot, entourée des docteurs Françoise Durrieu, directrice du labo, Antoine Italiano et Julie Blanchi, avec Dominique Rousseau. 
PHOTO THIERRY DAVID/«SO »
Le Rarecells, un système analyseur de cellules tumorales circulant dans le sang, a été inauguré à l’institut Bergonié, le centre de lutte contre le cancer de Bordeaux
Patrizia Paterlini-Bréchot déboule dans le service du docteur Françoise Durrieu, le laboratoire de biologie médicale que cette dernière dirige à Bergonié et qui héberge la technologie ISET. Elle est belle, blonde, vêtue d’un blazer jaune poussin, dont elle se débarrasse pour enfiler la blouse bleue jetable de rigueur. Sans quitter des yeux son engin, le Rarecells, sur lequel roule déjà un tube à essai rempli de sang. Le directeur de Bergonié, le professeur François-Xavier Mahon, l’attend, mais aussi Alain Juppé, le maire de Bordeaux, qui observe le mécanisme d’un air dubitatif : « C’est un hybride entre la photocopieuse et la machine à café ! » claironne la chercheuse italienne. « Pour faire simple, la machine filtre le sang jusqu’à retenir en surface les cellules tumorales, que l’on pourra ensuite analyser. » Presque évident.
L’analyseur Rarecells a été inauguré ce mardi à Bordeaux. Il a été mis au point après quinze ans de travaux par Patrizia Paterlini-Bréchot, oncologue, professeur de biologie cellulaire, à Paris, et directrice d’une équipe de recherche. Soit un mécanisme d’analyse sanguine qui détecte précocement les cellules cancéreuses circulant dans le sang. Il a été acheté par Dominique Rousseau, qui, depuis seize ans, préside une association de femmes mobilisées pour le dépistage des cancers en Gironde – 55 000 euros : que des dons d’usagers. La méthode révolutionnaire ISET permet de prédire très en amont, via une simple prise de sang, le risque de transformation métastatique et donne la possibilité aux médecins de faire un diagnostic avant même que la métastase soit détectée par imagerie.
" Utiliser le sang pour attraper la tumeur "
« Je suis très heureux que l’Institut se dote de cet outil novateur, remarque le professeur François-Xavier Mahon. D’abord parce que je suis hématologue, l’idée d’utiliser le sang pour attraper la tumeur me séduit. Clairement, travailler sur le sang va éviter des gestes chirurgicaux invasifs. L’une des marques de fabrique de l’Institut est de pratiquer des essais thérapeutiques en phase 1, sur des cas de cancers rares, et d’utiliser la radiologie interventionnelle pour analyser des tumeurs par exemple. Nous sommes centre de référence national, et les listes d’attente s’allongent pour avoir accès à cette technique d’investigation. Avec le Rarecells, le système sera fluidifié. »
Dépistage généralisé : trop tôt
Le professeur Patrizia Paterlini-Bréchot a publié un livre début 2017, au titre accrocheur pour le moins, « Tuer le cancer », qui a provoqué un véritable buzz médiatique. Celui qui n’a pas entendu le message à propos d’un test sanguin à 486 euros détectant la présence d’un cancer avant même que la tumeur soit formée était sur la planète Mars. D’ailleurs, lorsqu’elle a entendu l’interview de Patrizia Paterlini-Bréchot, Dominique Rousseau (Comité féminin Gironde) a sauté sur son téléphone, l’a contactée et a pris rendez-vous avec elle. Puis, séduite par l’analyseur sanguin, a préconisé son achat par l’association.
« Un grand pas pour nous », assure le professeur en cancérologie Antoine Italiano. Responsable des essais cliniques en phase précoce, pour lui, cet outil est un atout de plus.
« Nous allons l’utiliser dans le cadre de recherches chez des patients atteints de sarcomes (1) métastatiques. Ils bénéficieront de ce test pour détecter des cellules tumorales circulantes sans que nous ayons à les traumatiser par des gestes chirurgicaux invasifs. C’est un bond en avant. Avec des diagnostics et des pronostics de tumeurs plus performants. Pour autant, le grand public ne pourra bénéficier de ce test sanguin. Pourquoi ? C’est trop tôt. »

"C’est une bonne direction"
Patrizia Paterlini-Bréchot a « vendu » une trentaine de Rarecells dans le monde, dont quelques-uns en France : Paris, Nice, Strasbourg, Bordeaux… Hier, elle a accompagné l’inauguration à Bergonié avec « fierté ». « Je suis d’autant plus heureuse qu’à Bordeaux une chercheuse (NDLR : le docteur Julie Blanchi) prépare une thèse de doctorat sur le projet d’analyse de sarcomes avec le Rarecells. Il va servir à la fois à soigner et à étudier. »
Quant à l’hypothèse d’un test sanguin généralisé, à la manière d’un geste préventif remboursé par la Sécu, comme peuvent l’être les mammographies ou l’analyse de sang, le professeur prend de la distance :
« Nous n’y sommes pas encore, observe-t-elle. Disons que nous sommes dans une bonne direction, que c’est faisable. Il reste du chemin, et cela dépend des financements. »

En 2017, la fédération des centres de lutte contre le cancer, Unicancer, a préconisé deux pistes qui doivent mobiliser les équipes de chercheurs et de soignants sur le terrain : l’e-santé d’une part et l’identification des cellules tumorales de l’autre. Avec cet outil novateur, Bergonié a tapé dans le mille.


  1. Les sarcomes sont des tumeurs cancéreuses qui se développent à partir des cellules des tissus conjonctifs comme les tissus mous (muscles), osseux et viscères.


Des usagers qui se mobilisent
Le Comité féminin Gironde, créé en 2001, a pour mission de promouvoir la prévention et le dépistage des cancers dans le département. Ce collectif organise chaque année depuis treize ans une course, Le Ruban rose, sur les quais de Bordeaux. C’est grâce à ces événements, qui sont aussi l’occasion de collecter des fonds, que des outils techniques peuvent être offerts à l’Institut Bergonié. « Nous arrivons à financer la recherche fondamentale ou les thérapies nouvelles, mais, pour ce qui concerne les outils de recherche et développement, nous n’avons pas de financement. Grâce à cette association d’usagers, nous voilà dotés d’un équipement de pointe et d’avenir », a déclaré François-Xavier Mahon, directeur de Bergonié.

similaire:

Sud-Ouest du 21 juin 2017 par Isabelle Castéra iconSud-Ouest du 26 juin 2015 par SudOuest fr avec afp

Sud-Ouest du 21 juin 2017 par Isabelle Castéra iconSud-Ouest du 11 juillet 2014 par SudOuest fr

Sud-Ouest du 21 juin 2017 par Isabelle Castéra iconSud-Ouest du 19 octobre 2015 par SudOuest fr avec afp

Sud-Ouest du 21 juin 2017 par Isabelle Castéra iconLe programme sep2D : Paris, 11-15 Juin Liste des participants à la...

Sud-Ouest du 21 juin 2017 par Isabelle Castéra iconSud-Ouest du 2 avril 2014 par Michèle Méreau
«Frelons asiatiques : bilan des connaissances et actions de lutte». Cette réunion d'information est proposée gratuitement par la...

Sud-Ouest du 21 juin 2017 par Isabelle Castéra iconLa France est situé à la fin de Europe de l’Ouest. Bordé au nordpor...

Sud-Ouest du 21 juin 2017 par Isabelle Castéra iconSud-Ouest du 15 novembre 2016 par Daniel Bozec
«Une surprise», se souvient Éric Darrouzet, puisque à cette période de l'année la reine est affairée à la ponte exclusive des ouvrières...

Sud-Ouest du 21 juin 2017 par Isabelle Castéra iconSud-Ouest du 15 novembre 2016
«On peut imaginer des colonies plus petites, moins populeuses, des individus moins nourris au stade larvaire.» Un vaste champ d’exploration...

Sud-Ouest du 21 juin 2017 par Isabelle Castéra icon Le dossier de candidature au contrat doctoral 2017, ainsi que le...

Sud-Ouest du 21 juin 2017 par Isabelle Castéra iconLa tomate (Solanum lycopersicum L.) est une espèce de plantes herbacées...
«tomate cerise» (mais la «tomate groseille» appartient à une espèce voisine, Solanum pimpinellifolium L.), et plusieurs milliers...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com