Noter impérativement le plan (et les définitions)








télécharger 34.79 Kb.
titreNoter impérativement le plan (et les définitions)
date de publication06.01.2017
taille34.79 Kb.
typeNote
b.21-bal.com > documents > Note

Table des matières :



ce document contient :

- une page de réflexion théorique : pourquoi prendre des notes ? : page 2 (cf fichier : "La prise de notes dictée.doc")

- une présentation d'abréviations courantes, classifiées : pages 3-4

- Application : un exposé sur le thème : « faut-il croire l'astrologie ? » pages 5-6
(objectif de l'application : tester ses aptitudes à la prise de notes; prendre des notes sur l'exposé et comparer le résultat avec le polycopié du professeur)

ce fichier est :

http://grozouland.pagesperso-orange.fr/PRISE_de_NOTES/prise%20de%20notes.doc

© Grozouland 2011

La prise de notes



1. Constat :


l'appropriation d'un message linguistique, même dans notre propre langue, varie suivant le support :

la lecture silencieuse est quatre fois plus rapide que la parole lue, et la parole est elle-même trois ou quatre fois plus rapide que l'écrit.

Écrire tout ce qu'on entend est donc impossible, et un étudiant ou un lycéen doit apprendre à saisir des notes lors les exposés, cours magistraux ou conférences (qu'on appelle en anglais lecture) qu'il est amené à suivre dans sa vie d'apprentissage.

De plus, dans la vie professionnelle, comme dans la vie d'étudiant, tout le monde est amené à prendre des notes. Ne serait-ce que pour se rappeler et pour imprimer dans sa mémoire ce qu'on est en train d'écouter, ce qui constitue un argument supplémentaire en faveur de la pratique systématique de la prise de notes.

2. Les trois grands principes de la prise de notes :


- noter impérativement le plan (et les définitions) : il est absolument essentiel de noter le plan d'un exposé (grandes parties, sous parties,… ainsi que les définitions).
Attention toutefois à bien repérer aussi les digressions*, qui constituent une pause dans le discours
- noter seulement les mots essentiels : Il est absolument nécessaire de trier parmi les nombreux mots qu'on entend dans une communication orale, celle d'un cours, d'un exposé… Le problème de la prise de notes, c'est de pouvoir se relire : si on note trop de choses, trop de détails, on perd le fil ; et inversement, si la prise de notes est très concentrée, vous risquez de ne plus arriver à relire ce que vous avez noté.

- avoir un système personnel et habituel d'abréviations :

La solution consiste donc à apprendre à prendre des notes, et à procéder de manière progressive : ne prenez pas tout en super-abréviations, vous n'arriverez plus à vous relire ! Entraînez-vous progressivement, pour vous fabriquer votre propre stock de codes personnels, comme une sténographe.

C'est donc à vous de vous construire votre propre système de prise de notes, même si ce système s'inspirera pour l'essentiel d'abréviations de symboles traditionnellement en usage, symboles que nous allons étudier un petit peu dans la suite de cet exposé.

Les abréviations utilisées en prise de notes ne sont pas toutes universelles, vos abréviations seront nécessairement en évolution : quand un mot-clé revient dans un exposé, il faut envisager une simplification croissante de ce mot-clé : si vous travaillez sur les cellules, ou sur les tissus, le terme d'histologie va apparaître : au début vous allez abréger seulement l'élément " -logie", puis très rapidement vous allez parler de "histo-" vous pourrez ensuite abréger en "hist." ou même en "h–". Pourtant, dans d'autres contextes, ces abréviations désignent habituellement " l'histoire" ou "l'homme".

© Grozouland 2010-2011

Les astuces de la prise de notes:




• 1. Reformulation et omission de mots :

Il ne faut pas chercher à reproduire une phrase telle quelle à l'écrit : on doit se la résumer mentalement, et la noter en supprimant les détails non indispensables (adjectifs descriptifs, certaines relatives, compléments cire...) et en adoptant un style télégraphique ou SMS (transformation des groupes verbaux en groupes nominaux).

Exemple : réduction de la première phrase de l'introduction de ce cours : «En cours, parole prof + rapide qu’écrit- élève.»
• 2. Eliminer la fin des mots, et en particulier les suffixes les plus courants :

le point ou tiret collé à la fin du mot [.] ou [–] désignera une fin de mot abrégée :

Au début, il est utile d'avoir un caractère qui vous indique clairement que vs abrégez un mot : cela peut être, à votre goût, le tiret ou le point collé aux lettres.

Exemples :

automatique : automatiq. automatq-

physique : physiq. phys- (on trouvera encore mieux : φys. av. la lttre grcq φ

réconcilier : réconc-er

• Omission de lettres à l'intérieur un mot:

le grand principe de base de l'abréviation est l'omission des voyelles .

Dans diverses langues, en particulier sémitiques, on n’écrit pas les voyelles, (du moins les voyelles brèves). Le lecteur arabisant ou hébraïsant les ajoute, mentalement ou oralement : ceci se retrouve par exemple dans des abréviations bien connues chez nous: "bjr" ou "slt". Remarquez bien qu'en réalité, la lettre –n- de bonjour n'est pas une consonne (mais une partie de la graphie de la voyelle nasale [on] , et que d'autre part, la lettre -t- de salut n'est pas une lettre prononcée.

Attention ! L'abréviation ne correspond souvent pas à la phonétique, mais à l'orthographe : quand on lit, c'est l'orthographe qui fait reconnaître un mot, et non la phonétique. En ce sens l'abréviation "slt" de SMS, une abréviation très claire, n'est pas phonétique, puisque la lettre "t" est purement orthographique, et qu'elle n'est pas prononcée. De même, l'abréviation "ht" pour désigner le "haut" n'a strictement rien de phonétique, mais elle est parfaitement claire. (Raison de plus pour ne pas négliger l'orthographe, qui est le meilleur moyen de distinguer les homophones, donc de donner du sens).

EXEMPLES :

● Suppression de OU.

nous : ns / vous : vs / pour : pr / vouloir : vloir / pouvoir : pvoir / souligner : sligner / tout : tt /jour : jr / toujours : tjrs

● Suppression des sons nasalisés : ON - AN - EN. Avant : avt / dont : dt / donc : dc / comme : c. / comment : co / sans : ss / sont : st / font : ft / temps : tps / long : lg / longtemps : lgtps.

(et parfois de quelques consonnes) d'un mot :[on]

Même : m / développement : dvlpt ou mieux : "dev”/ problème : pb / rendez-vous : r.d.v. / gouvernement : gvt / mouvement : mvt / nombreux : nbx / nouveau : nv / parce que : pcq / parfois : pfs / quelqu'un : qqn / quelque : qq / quelque chose : qqch.

● utilisation de divers symboles ou de maths modernes :

"et" : & / "un, une" : 1 / "paragraphe" : § / " travail" : W / "mort" : t /  : " venir de, avoir pour cause ou origine" /) //  "entraîner" : > /  : "Dieu" en biologie / θ : température /"aucun, rien, absent, ne pas" :  (ensemble vide) / p = page / d = "de"

// : "parallèlement à", "par rapport à" /  ou  "donc" /  "plus haut", "en ht" /  "vient de" /  "plus bas" /

der. = "dernier" /

● quelques mots-outils très courants ( prépositions, adverbes, conjonctions…):

av : "avant" / ap. : "après" / av : "avec" / ss : "sans" / pour : "pour" / vs : contre, versus / ds : "dans" / j.à ou : "jusqu'à" / Pq ? : "Pourquoi ? / pc q : "parce que" / quand : "quand"

3. Divers détails & abréviations récurrentes : de symboles ou de graphies particulières :

A/ suffixes courants:

Exemples :

(les abréviations ci-dessous utilisent beaucoup des lettres mises en exposant)

  • pour "-tion" : t°. (très utilisé) : ex. : récuprt° avec sa variante s° ex. : soumis°.

  • pour "–ique" : -iq.

  • pour –eur : motr : moteur dr : docteur profr : professeur (prof, c'est mieux!)

  • pour "-ment" : -mt : mouvmt : "mouvement"

  • pour "-logie" : -lg ou encore le λ des grecs.

  • pour "multi-" : x-

B/quelques "préfixes" :

  • s. = "sou(s) ex. : s. dir. = "sous-directeur (bien choisir ses abréviations pour ne pas confondre "sous" et "sans")

  • φ , la lettre grecque phi désigne le préfixe "philo-" ou encore la "philosophie" (N.PC. mots en "phyllo-" de la génétiq ou de la bio, à ne pas confondre avec la bioch ou la biomol….


C/ abréviations d'usage, unités de mesure :

    • abréviations courantes de dictionnaires ou de "petites annonces":

exemples :

- cf : confer (mot latin signifiant : reporte-toi à…)

- + : le mot "plus" . ex. : de + : "de plus"

- q. : le(s) mot(s) "que" du français

- en part. : "en particulier" ; spéclt : "spécialement

- pr. : présent

- pl : pluriel / sg ou sing. : singulier

- ppal : "principal"

- j h : jne h : jeune homme / j f …..

- b : "bon" ou "bien"

- b : "bon" ou "bien"

- etc… etc…


    • unités de mesure : exemples :

h , mn, s, km, j, sem, kg km mm cm …, w , N pr Newton, etc …
D/ Symboles (en particulier mathématiques) :

Bon nombre des signes proposés sont issus des mathématiques, mais n’ont pas toujours le même sens.

  • Σ désigne une "somme"

  • Δ ("delta majuscule") note une variation (d'une courbe), ou un écart entre des quantités) mais dans un autre contexte, ce peut être "Dieu"

  • μ [abréviation du micron (x10-6)] s'emploie aussi pour le préfixe "micro" (cf mon tableau des préfixes d'origine grecque ou latine : http://grozouland.pagesperso-orange.fr/GRAMMAIRE/GRANDTABLEAURACINESGRLAT.doc )

  • γ pour giga- ((x109)

  • : "appartient à" /  : "n'appartient pas à" /

  •  "donc" /  "réciproquement

  • < : "plus petit que" , "inférieur à" et > : "plus grand que", "supérieur à


E/ L'initiale des noms propres , dans un cours d'histoire, de géographie, de littérature, d'économie… :

  • N. : Napoléon - d G : de Gaule - P : Pascal - C : César

  • hP : hectopascal (ou haut-parleur, ou HP : Hewlet-Packard)

  • etc… etc…


RAPPEL du PRINCIPE: c'est à vous de vous fabriquer votre propre système d'abréviations.

Remarque pour les Geeks : sous Word (n'importe quelle version) on peut saisir des abréviations transformées par "correction automatique", qui automatiquement remplace par ex. "ds" par "dans" .

On accède aussi à une fonctionnalité analogue avec Alt+F3 (Word 2003, 2007… Dans 2010, c'est très confus, comme d'habitude)

Doit-on croire en l'astrologie ? A FINIR



Présentation :

La plupart des gens lisent leurs prédictions astrologiques dans les journaux, mais quand on les interroge, ils déclarent ne pas trop y croire. L'attitude est évidemment paradoxale et elle ne manque pas de ne nous poser des questions.

1. Historique de la question : les origines de l'astrologie en Occident :


- les chaldéens et les ziggourats

- les sept « dieux-planètes-jours »

- les religions face à l'astrologie :

a) le christianisme : En principe, la Bible interdit toute pratique de divination, sans mentionner expressément l'astrologie (Deutéronome, chapitre 19)

On peut aussi s'étonner de la présence de « mages » , apparemment des astrologues, dans le récit de la naissance du Christ donné par l'évangéliste Luc (épisode des rois mages)

b) l'Islam :
c) religions orientales (bouddhisme, hindouisme…) :

En Orient, la croyance en l'astrologie semble plus spontanée, mais… ce n'est pas le même système de symboles (cf ce qu'on appelle l'"astrologie chinoise")

2. Astrologie et science :


- vocabulaire : astrologie astronomie :

A l'origine astrologie et astronomie sont confondues, et pendant toute l'Antiquité et le Moyen Âge, les deux sont considérées comme étant la même discipline.

De nos jours, avec le développement de la science proprement dite et des techniques d'observation (invention du télescope par Galilée au dix-septième siècle), l'astronomie s'est clairement démarquée de l'ancienne astrologie.

Cependant, de son côté, l'astrologie déclare utiliser des données astronomiques, et ses défenseurs des arguments "scientifiques" :.

- L'influence des planètes :

l'influence de la lune est un phénomène avéré et contrôlé scientifiquement (cf les marées, mais aussi d'autres phénomènes, tels que la variation de la fréquence des suicides suivant les phases de la lune mais aussi des saisons) ; son influence dans l'agriculture pose déjà plus de problèmes et est contestée par certains. Dès lors qu'en serait-il d'une planète beaucoup plus lointaine, et de masse totalement négligeable, telle que Pluton, qui d'ailleurs a été depuis quelques années rétrogradé de son rang de planète au rang de simple astéroïde, mais qui fait toujours le bonheur des devins astrologues.

Mais l'astrologie a du mal à justifier ses "cartes du ciel natal" qui ne tiennent pas compte de la précession des équinoxes.

- la précession des équinoxes :

les « signes » du zodiaque correspondent à des constellations visibles le long de l'équateur céleste. (On entend par équateur céleste l'équateur de la sphère céleste ; la sphère céleste, c'est la vision du ciel nocturne sous la forme d'une sphère telle que le relais un observateur idéal placé sur l'un sur l'autre des pôles de la terre). Quand, il y a 2500 ans, un astrologue observait une planète, il voyait "passer" celle-ci devant une des douze constellations qui forment le zodiaque (zodiaque, comme zone, est un mot grec qui signifie « ceinture » : la ceinture en question étant la bande équatoriale de l'équateur céleste.)

Or, contrairement à ce que croyaient les astrologues ou astronomes de l'Antiquité, les étoiles et l'ensemble de la sphère céleste, (donc en particulier les constellations du zodiaque), ne sont pas fixes, immobiles immuablement dans le ciel apparent, mais ces "étoiles" sont affectées de mouvements divers, dont le principal est, au niveau du zodiaque céleste, une lente rotation : la « ceinture des constellations du zodiaque » (comme l'ensemble de la sphère céleste) tourne lentement sur elle-même, ans environ 25 000. Donc, aujourd'hui, quand un astrologue dit qu'une planète est par exemple dans le signe des Poissons, il commet une grave erreur astronomique parce qu'il utilise des tablettes astronomiques périmées depuis plus de 1000 ans : la planète en question se trouve astronomiquement décalée de trente degrés, c'est-à-dire dans la constellation zodiacale d'à côté !

-Astrologie et psychologie :

l'astrologie s'appuie énormément sur des polarités d'ordre psychologique, par exemple celle de « Mars » par rapport à « Vénus ». En ce sens on pourrait penser que l'astrologie n'est qu'une espèce de psychologie particulière…

3. Les doutes


- l'argument des "jumeaux astrologiques" : …………………

- l'argument concédé : l'astrologie déterminerait "un sixième de la personnalité"

- la question philosophique de la destinée : notre "destinée" est-elle préétablie ? ……………

4. Les raisons de douter du doute :


a) doit-on croire seulement ce qui est prouvé ?

Par exemple, des millions de gens utilisent l'homéopathie, qui n'a pas une base scientifique avéré. Pourtant, on est bien en obligé de constater que l'homéopathie soigne, ne serait-ce que dans certains cas !

b) certaines études statistiques


ce fichier © Grozouland 2011 est accessible sur :

http://grozouland.pagesperso-orange.fr/PRISE_de_NOTES/prise%20de%20notes.doc

similaire:

Noter impérativement le plan (et les définitions) iconLes ordres d’achat par fax ou internet devront impérativement être...

Noter impérativement le plan (et les définitions) icon• Noter vos observations dans un tableau à 2 lignes (Séquence nucléotidique...
«5», en supprimant toujours le 7ème nucléotide et noter vos résultats à chaque fois dans un tableau

Noter impérativement le plan (et les définitions) iconNoter les principaux reliefs

Noter impérativement le plan (et les définitions) iconMise en place du plan d’organisation chez les Vertébrés Acquisition...

Noter impérativement le plan (et les définitions) iconMise en place du plan d’organisation chez les Vertébrés Acquisition...

Noter impérativement le plan (et les définitions) iconAdresse, tél… Date de l’évaluation
«plan d’intervention» ou «plan d’action premiers secours» (en 3 minutes au maximum)

Noter impérativement le plan (et les définitions) icon1. les definitions. La prostate

Noter impérativement le plan (et les définitions) iconLes définitions des termes et locutions

Noter impérativement le plan (et les définitions) iconLe concept des rangs, A, B, c est illustré ici par les pictogrammes...

Noter impérativement le plan (et les définitions) iconI définitions I a Individus vs société
«Tend à comprendre et à expliquer comment les pensées, les sentiments, les comportements moteurs des êtres humains sont influencés...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com