Programme spécifique tl, contrat spécifique ). Des conseils généraux pour organiser son travail (faire des fiches par notion, identifier des problèmes précis, les positions majeures face à eux, …).








télécharger 186.77 Kb.
titreProgramme spécifique tl, contrat spécifique ). Des conseils généraux pour organiser son travail (faire des fiches par notion, identifier des problèmes précis, les positions majeures face à eux, …).
page1/5
date de publication18.01.2018
taille186.77 Kb.
typeProgramme
b.21-bal.com > documents > Programme
  1   2   3   4   5

Cahier de textes numérique – Philosophie – TES-TL 2010/11


Cahier de texte numérique – PHILOSOPHIE – TES/L – Année 2010-11

Professeur : P. Serange – pierre.serange@gmail.com

Note : pour suivre les liens (bleu), cliquer dessus (en maintenant la touche CTRL enfoncée pour certaines versions de Word) – garanti sans virus connu). Les fichiers au format PDF doivent être lus avec Adobe Reader (à télécharger à cette adresse : http://www.adobe.com/fr/products/reader/ ).

Le code couleur est : bleu pour les documents distribués, vert pour le travail « régulier » à faire, rouge pour les préparations susceptibles d’être relevées, surlignage rouge pour les devoirs type bac maison ou sur table, et surlignage fushia pour les événements imprévus (absence, cours annulé, etc.).

Le 06/09/10 (ES+L, 1h) : Présentation générale de la philosophie et de la lettre contrat contenant l’optique de l’année, le programme et les objectifs distribuée (il faut qu’elle soit lue et signée par les élèves et leurs parents et/ou responsables légaux). Fiches de présentation à rendre par mail avec photo pour un suivi personnalisé, pas à pas, de l’élève (chaque élève pourra voir sa progression). Cours interrompu par la photo de classe. Distribution des Feuilles des séances d’introduction (5 textes) avec le plan des séances d’introduction (deux objectifs : méthodologique, par l’apprentissage de la méthode pour expliquer un texte philosophique ; pédagogique, par la délimitation progressive de ce qu’est penser). Lettre-contrat à lire pour le 13/09/10.

(L, 1h30) : Lecture collective et précise du programme et des sujets de juin 2010 (programme spécifique TL, contrat spécifique). Des conseils généraux pour organiser son travail (faire des fiches par notion, identifier des problèmes précis, les positions majeures face à eux, …). Début d’une leçon autour du texte 1 d’Alain (« Penser, c’est dire non »).

Le 07/09/10 (ES+L, 2h) : Suite de la présentation, conseils pour s’organiser dans l’année, discussion autour des plannings des devoirs et de leur fréquence (autour de 9 dans l’année). Lecture des exigences attendues au baccalauréat et de la signification des notes utilisées. Début de la lecture du texte 4 de Jean Lacroix sur la différence entre la méthode philosophique, visant par réflexion l’universel, et la méthode scientifique, visant le particulier. Définition contextualisée du repère Universel / Général / Particulier / Singulier dans ce cadre, et explication de la différence entre notions et repères. T.ES : Trois parties exigées dans le cahier/classeur : une partie cours, une partie devoirs-méthodes, une partie œuvre suivie. Lire le texte 1 d’Alain pour le 09/09/10. Le devoir à rendre pour : le 30/09/10 pour les L et le 05/10/10 pour les ES est donné (explication de texte de Michel FOUCAULT).

(L, 1h) : Sur le texte 1 d’Alain : apprendre à situer et à formuler son problème, et à éviter la paraphrase, par une leçon donnant différents exemples. Quatre parties exigées dans le cahier/classeur : une partie cours, une partie devoirs-méthodes, une partie TD, une partie œuvres suivies.

Le 08/09/10 (L, 1h30) : Suite et fin de la leçon concernant le texte 1 d’Alain.

Le 09/09/10 (ES+L, 1h) : Mise en place, à partir du texte 1 d’Alain (les TL sont amenés à le présenter aux T.ES), de la différence entre Penser et avoir des opinions. Début du « cours » (I°) La philosophie comme exercice du jugement - A) La différence entre la pensée et l’opinion) par ce biais. Pour le 13/09/10, repérer les mots-clés du texte, ce qui surprend ou apparaît paradoxal, les connexions logiques, et définir thème, thèse, problème, et moments du texte.

(L, 1h) : Comment rédiger une introduction ? A partir de l’exemple du texte 1 d’Alain, étudié dans son ensemble, début collectif de rédaction en classe de cette introduction, à finir et à rendre pour le 13/09/10.

Le 13/09/10 (ES+L, 1h) : Corrigé collectif du travail demandé sur le texte 1 d’Alain. Trois préparations sont relevées. A partir de l’examen de ce texte, explication de la pensée comme remise en question de ses propres certitudes. Mise en avant du rôle de la réflexion, comme retour en soi-même pour faire le tri entre ses idées, en lien avec ce qui a été vu dans le texte de Jean Lacroix.

(L, 1h30) : Travail dirigé sur le texte 2 de Kant extrait de Qu’est-ce que les Lumières ? pour appliquer, plus indépendamment (mais encore sous la direction du professeur) le travail exigé par l’explication du texte, et l’accent est mis sur la progression de l’argumentation. Sont aussi évoqués l’importance de l’autonomie ([auto-nomos], loi qu’on se prescrit à soi-même]) dans la pensée, et les risques pris en cas de non-exercice de ce potentiel. Le repère En puissance / En acte est ainsi vu de façon contexualisée, et un exemple d’introduction rédigée sur ce texte est distribué et commenté.

Le 14/09/10 (ES+L, 2h) : Reprise de la définition de la réflexion comme entreprise philosophique. Il s’agit de dire « non » à l’immédiat (repère médiat/immédiat défini dans ce contexte), et savoir quelles sont les idées que nous possédons qui sont fondées. Dans ce cadre, le repère Origine / Fondement est vu, l’origine étant un point de départ temporel ; le fondement un point de départ légitime. Est donnée une première approche du concept de légitimité, dans ce cadre (au sens de « justifié »). Distribution de conseils de méthode ( Introduction ; Développement ) commentés pendant le cours pour l’explication de texte. Travaux relevés corrigés et rendus.

(L, 1h) : Début du travail autonome sur le texte 4 de Jean Lacroix pour rédiger son introduction d’après les conseils donnés. Préparation à rendre pour le 16/09/10.

Le 15/09/10 : Absence due à la journée institutionnelle de l’Enseignement Catholique.

Le 16/09/10 (ES+L, 1h) : Texte de Descartes sur le « bon sens » distribué pour introduire à l’idée que, si tout le monde peut penser, tout le monde ne le fait pas (explication par questions/réponses avec les élèves au fur et à mesure du texte). Repère en acte/ en puissance défini à cette occasion. Texte 2 de Kant extrait de Qu’est-ce que les Lumières ? à lire et à examiner sous cet aspect problématique pour le 20/09. Distribution d’une chronologie purement indicative des philosophes au programme. Un exemple d’introduction rédigée sur ce texte est distribué et commenté.

(L, 1h) : Travaux de préparation relevés sur le texte 4 de Jean Lacroix. Une copie au hasard est lue, et l’élève comme ses camarades doivent repérer, en fonction des conseils donnés, ce qui a été bien ou moins bien réalisé. Des remarques d’ordre méthodologique sont ainsi rajoutées, et le même travail est demandé pour le 20/09/10 sur le texte 5 de Russell.

Le 20/09/10 (ES+L, 1h) : Les T.L. sont invités à animer l’explication collective des ES sur le texte 2 de Kant (pour lequel ils ont eu une leçon). Un travail interactif mais dirigé permet de mettre en avant la spécificité du passage et de passer, au niveau du cours, au B°) S’arracher à ses propres certitudes (Comment échapper à ce que nous-mêmes, par nos habitudes et les personnes que nous avons respectons, pouvons-nous arriver à penser par nous-mêmes ?).

(L, 1h30) : Travaux de préparation rendus sur le texte 4 tandis qu’est reporté au 21/09/10 le travail à faire sur le texte 5 de Russell (pour permettre à chacun d’appliquer les conseils personnalisés donnés sur la copie). Corrigé du travail de préparation rendu. L’idée d’une philosophie toujours « interrogative » est liée avec « la valeur de la philosophie » dont Russell parle dans son texte, qui consiste dans « son incertitude même ». Cette phrase est analysée ensemble pour montrer comment expliquer sans paraphraser, et comment enrichir une explication de textes (sans hors-sujet) par d’autres analyses d’auteur.

Le 21/09/10 (ES+L, 2h) : Nouveau plan de classe. Les T.L. passent au tableau pour exposer collectivement à leurs camarades de T.ES. le travail effectué la veille : comment ne pas paraphraser un texte en l’analysant, et comment faire le lien entre plusieurs texte en restant dans le commentaire d’un texte. C’est l’occasion de faire une leçon, interactive entre les T.L. et le professeur, sur ce texte de Russell, pour mettre en avant l’aspect « libérateur » du doute philosophique qui, par effort de réflexion, permet de se libérer des préjugés (exemples de préjugés relatifs à une époque).

(L, 1h) : Préparations sur le texte de Russell rendues, explication globale du texte en vue d’une présentation aux ES dans l’heure qui suit (décrite ci-dessus).

Le 22/09/10 (L, 1h30) : Distribution du TD n°2 : L’allégorie de la caverne (Platon, République VII, 514 a – 518 b). Objectif : relier les notions d’apparence, de perception sensible, de réalité, de vérité, aux questions de la condition humaine (liberté, bonheur, justice, …). Travail dirigé à partir de questions, représentation au tableau de la caverne, étapes de la libération du prisonnier.

T.L. : Devoir sur table de 2H du 23/09/10 (texte de Descartes (texte commençant par « Un honnête homme », sur le rapport éducation/pensée propre, introduction à faire + un passage précis à analyser comme au sein d’un commentaire).

Le 23/09/10 (ES+L, 1h) : TD n°1 distribué (2p. : un texte de Lewis-Carroll, extrait de De l’autre côté du miroir, trois textes de Descartes [A], [B] et [C] sur le sujet: Peut-on douter de sa propre existence comme être conscient ?. Lecture du texte de Lewis-Caroll, réponses aux différentes questions du TD, la sphère de la subjectivité est abordée, ainsi que la conscience, et la difficulté que l’on a à trancher entre état de veille et état de sommeil. Jusqu’où peut-on douter du monde comme de nous-mêmes ?

(L, 1h) : Suite du TD n°2 : analyse de la portée allégorique du texte, et notamment juste avant le retour dans la caverne du prisonnier. Différents symboles sont ainsi expliqués et rapportés à notre condition humaine.

Le 27/09/10 (ES+L) : Heures passées à accompagner les élèves au cinéma voir Des hommes et des dieux, dans le cadre de la Pastorale du Lycée.

Le 28/09/10 (ES+L, 2h) : A partir des enseignements du TD n°1 (1ère partie sur Alice…), reprise du cours et du I°)B°) : examen du texte de Descartes distribué (début de la Première Méditation Métaphysique) sur la radicalité du doute cartésien. Pour autant, son doute « méthodique » est distingué du doute sceptique (douter de tout sans avoir pour but de fonder un savoir). Scepticisme et « dogmatisme » des personnes « n’ayant jamais pénétré dans la région du doute libérateur » dont parle Russell sont renvoyés dos à dos comme deux extrêmes. Le dogmatisme est défini comme l’attitude consistant à croire que l’on possède la vérité sans s’être interrogé sur cette vérité. Insistance sur le fait que pour Descartes, il s’agit non de remettre en cause une à une toutes nos idées, mais bien avant tout leurs principes (Repère Principe / Conséquence défini dans ce contexte), comme le fait de postuler l’existence du monde. Comparaison de Descartes de sa méthode de doute avec le tri des pommes d’un panier, dont certaines seraient abîmées (dans les Réponses aux Septièmes Objections aux Méditations Métaphysiques). La raison dont parle Descartes semble donc l’instrument par lequel on peut douter. Elle est définie comme faculté de juger, théorique dans ce contexte (du vrai et du faux) comme pratique (du bien et du mal). Ces repères sont donc esquissés. Pour le 30/09/10, lire les textes {A], [B] et [C] du TD 1 partie 2 de Descartes. La question posée est : Pour philosopher, faut-il douter de tout ?

(L, 1h) : Devoirs sur table de 2H du 23/09/10 (texte de Descartes, introduction à faire + un passage précis à analyser comme au sein d’un commentaire rendu. Moyenne : 9.8/20). Suite du TD n°2 (L’allégorie de la caverne de Platon) : insistance sur le parallèle par rapport à notre propre condition, et sur l’attachement des hommes à leur apparence (cf violence), quand le prisonnier retourne dans la caverne et que les autres, dans l’ignorance, se moquent de lui qui seul a vu. Lire la fin pour le 29/09.

Le 29/09/10 (L, 1h30) : Fin du TD n°2 sur l’allégorie de la caverne de Platon : mise en perspective progressive de ses enjeux et des thèmes pour lesquels son utilisation pourrait être pertinente au sein d’un devoir. La question centrale est : pourquoi les prisonniers sont-ils dits « semblables à nous » par Platon ? Distinctions, ici, entre Différence / Identité / Analogie / Ressemblance. Explication de l’accès à l’intelligible par l’âme, dont le corps entrave la contemplation des Idées (définies). Le Bien est expliqué comme cause ultime. Mais comment une Idée peut-elle causer une réalité sensible ? Exemple du livre X de la République et des trois lits : importance de la mimésis (imitation ; l’impact de cette théorie sur la pensée de l’art est évoqué). Une âme qui a vu le Bien le connaît. Dès lors, peut-elle faire le mal ? Non, puisque pour Platon on ne fait le mal que dans l’ignorance du bien (explication de la thèse du Gorgias « Nul n’est méchant volontairement » + mention d’un article de Létitia Mouze à ce sujet). Thèmes de la morale, du devoir et de la justice ici, ce dernier étant explicitement mentionné à la fin par les « tribunaux » comme « ombres de justice », imitations imparfaites de l’Idée de Justice, imparfaites car dirigés par des hommes n’ayant pas contemplé la Justice. Le philosophe, lui, a vu la Justice ; d’où son caractère apparemment ridicule au tribunal (rappel de l’Apologie de Socrate) alors que c’est le seul qui est juste. Parallèle avec le retour du prisonnier, moqué par ses anciens camarades parce qu’il ne distingue pas les apparences.

Le 30/09/10 (ES+L, 1h) : Distribution d’une grille d’évaluation vide correspondant à celles des livrets scolaires de fin d’année, pour comprendre ce qui doit être évalué. A chaque trimestre, l’élève rendra une grille avec les items cochés et une appréciation (dans un but d’auto-évaluation indicative). Explication du rôle du livret scolaire, et des différentes compétences évaluées. Retour au cours C°) De quoi ne peut-on pas douter ? . Examen du texte [A] de Descartes : définition de « connaissance sensible » = « empirique », qui nous trompe parfois (des exemples divers sont pris d’illusions des sens). Suite de l’explication du texte de Descartes, sur la veille et le sommeil (rapprochés du texte de Lewis-Carroll) : cela pousse à douter de la réalité de ce que l’on vit. Texte [B] à lire pour le 04/10/10.

(L, 1h) : Devoirs maison sur le texte de Foucault relevés. TD n°3 : découverte de la notion de perception. Les élèves sont invités à fermer tous les yeux, pendant que le professeur écrit la phrase suivante au tableau : LE BAVRADAGE EST STIRCTEMENT INTERDIT EN PHILSOPHIE. Ils ouvrent les yeux une seconde et doivent dire, après avoir fermé à nouveau les yeux, ce qu’ils ont lus. Aucun n’a vu l’inversion des lettres. D’où l’idée que l’on perçoit avant tout du sens, ce que l’on attend : le rapport sujet/objet est ainsi abordé. Un texte de Bergson est distribué sur cette expérience, parlant de la perception du réel comme hallucination demandant et donnant du sens au réel. Des exemples (illusions d’optique) sont donnés pour mettre en évidence l’aspect d’attente que l’on a face à un objet, et la dimension interprétative de toute perception.

Le 04/10/10 (ES+L, 1h) : Le texte [B] de Descartes est lu et expliqué. L’hypothèse du malin génie est expliquée, montrant la radicalité du doute mis en œuvre par Descartes. Le texte [C], de Descartes aussi, permet néanmoins de montrer que, ce dont on ne peut pas douter, c’est qu’on est en train de douter et donc de penser. Quoi que nous sommes, nous sommes une « chose pensante ». Le cogito est ainsi exposé dans la manière dont il est établi par Descartes, constituant ce qui, en premier lieu, résiste au doute : l’idée que l’homme est un être conscient, et qui peut prendre conscience de sa propre existence comme être pensant (pensée au sens de conscience). Première mise en place du concept de conscience.

(L, 1h30) : Copies rendues (mais reprises pour limiter les tentations de copies par les TS et ES) sur le devoir maison sur le texte de Foucault. Moyenne : 7,5. Le corrigé sera effectué avec les T.ES. Suite de la présentation de la notion de perception, comme rapport interactif entre le sujet et l’objet (insistance, à partir du texte de Bergson, sur l’importance de la mémoire et du contexte). Différentes expériences et illusions d’optique sont distribuées pour insister sur ces points, et sur le fait que percevoir, c’est aussi différencier (c’est-à-dire identifier un objet comme n’étant pas un autre objet). Distribution du plan examiné avec les élèves, ainsi que de sujets du baccalauréat. Introduction à cette notion rédigée, posant trois problèmes que ce plan a pour but de résoudre.

Le 05/10/10 (ES+L, 2h) : Devoirs maison sur le texte de Foucault relevés. Reprise collective du raisonnement du cogito. Dès lors, s’il suffit de raisonner comme Descartes pour trouver les mêmes vérités, à quoi sert la lecture des autres philosophes ? Cela pose la question du statut de la vérité en philosophie et du rapport aux autres pensées. D’où : II°) Le rapport aux autres formes de pensée ; A°) Le rapport aux philosophies antérieures : étude du texte 3 de Vico) : Descartes est un génie, tout le monde n’est pas forcément capable d’utiliser sa raison (=bon sens, lumière naturelle) comme lui. De plus, il a lu les autres philosophes, même s’il ne le montre pas. Du coup, pour ne pas retomber dans le dogmatisme, il est nécessaire de lire les philosophes antérieurs pour penser avec eux ou contre eux, à partir d’eux. Ils sont un moyen de sortir de nos préjugés. Ne doit-on lire que des philosophes pour penser ? Qu’apporte la science, et en quoi diffère-t-elle de la philosophie ? B°) La différence entre sciences expérimentales et philosophie : étude du texte 4 de Jean Lacroix sur la différence et la complémentarité entre la démarche philosophique et la démarche scientifique (sous forme, essentiellement, d’un tableau). La science a pour but de donner des réponses exactes mais particulières (sur une partie du réel : exemple, la mécanique en physique : des réponses exactes sur le mouvement ; la biologie sur les êtres vivants) de par des expériences encadrées par des protocoles expérimentaux (exemple simple donné en cours). La philosophie a pour but d’interroger l’homme de façon universelle, par une méthode que nous pouvons tous reproduire à la suite des philosophes : la réflexion. Elle pose des questions plus que ne donne des réponses. Est mentionnée l’importance de ces premières considérations pour les notions « La raison et le réel », « Théorie et expérience », « La vérité ». Vérification, par ce texte, des acquis de contenu et de méthode par le questionnement mis en place en cours. Texte 6 (de Platon, extrait du Criton) distribué en cours, à lire pour le 07/10/10.

(L, 1h) : Suite du cours sur la perception : des exemples (interactifs, à partir du site http://ophtasurf.free.fr/illusions.htm) sont donnés pour faire peu à peu la distinction entre perception (active) et sensation (passive). Exemple de la main donné par J. Lagneau qui explique en quoi la perception suppose l’identification, par le sujet, d’un objet. La perception, c’est au fond rajouter du sens aux sens. Est ainsi commencé le cours I°) La perception est-elle une activité du sujet percevant ? a) La différence entre perception et sensation .

(L, 1h30) : Distribution d’un travail facultatif (explication d’un texte d’Alain sur la perception). Suite de la distinction entre la sensation et la perception, avec explication du rôle de la conscience, dont une esquisse de définition, comme identité du sujet à travers le temps permise par la mémoire, est donnée. Elle fait passer du divers sensible à l’unité de l’acte de percevoir. Insistance, avec Alain et Kant, sur le fait que les erreurs viennent non des sens, mais de notre « évaluation » comme dit Alain, ou de notre interprétation. Insistance avec Lagneau sur le fait que percevoir, c’est aussi situer un objet au sein d’un espace. Questions : est-ce le sujet qui façonne l’objet (jusqu’à priver l’objet de toute existence en dehors du sujet) ou l’objet qui affecte le sujet (jusqu’à ce que le sujet n’ait plus aucune prise sur ses perceptions ?). D’où b) Le rapport entre objet perçu et sujet percevant . Distribution du TD n°4 (4 textes).

Le 07/10/10 (ES+L, 1h) : Suite du cours : transition : la philosophie ne consiste-t-elle qu’à penser ? N’y a-t-il pas un lien entre la pensée et l’action ? La philosophie n’a-t-elle pas une influence sur la vie du philosophe ? D’où : C°) La philosophie n’est pas que théorique : l’exemple de Socrate. Est examiné pas à pas, après une brève introduction sur le lien Socrate-Platon, ce passage du Criton (texte 6) à la lumière de la conception de la justice exposée dans le Gorgias (« Mieux vaut subir l’injustice que de la commettre », en 469c) sur la proposition d’évasion de Criton et la première réponse de Socrate.

Le 11/10/10 (ES+L, 1h) : Suite et fin de l’examen de ce texte, et notamment de la prosopopée des lois (Socrate faisant parler les lois : il ne peut, en étant fidèle à ses principes, manquer de respects aux lois qui lui ont permis d’être en vie jusque là). Conclusion sur l’engagement de Socrate, et allusion est faite à la survie de l’âme au corps présentée dans le Phédon. Conclusion générale sur cette introduction à la philosophie et à ses différents domaines par les quatre questions résumant la philosophie pour Kant, dans la Logique. Distribution aux TES de l’allégorie de la caverne à lire pour le 12/10/10 (les L présenteront ce texte aux ES).

(L,1h30) : Suite du b) grâce à la lecture du texte de Husserl du TD n°4. Mise en avant de la perspective phénoménologique de la perception : notion d’intentionnalité de la conscience, comme visée et constitution d’objet par le sujet. Le terme de noèse (acte de visée) comme celui de noème (objet visé) sont définis, pour montrer en quoi nous pouvons nous rapporter à un objet autrement que par perception (imagination, conception, souvenir, …). Tout cela est présenté pour mettre en avant le fait que le sujet constitue son objet en l’identifiant comme tel, et, par perceptions successives, nous en avons une meilleure esquisse (exemple pris par Husserl de la table). Pour autant, est expliquée le rôle nécessaire d’une mémoire immédiate pour permettre le flux de l’expérience de perception : percevoir présuppose de se vivre comme sujet unifié. Chaque perception, à chaque instant, est nouvelle, est pousse dans le souvenir la précédente : ainsi, la conscience comme passage est abordée. Pour le 12/10/10 : lire les conseils de méthode de la dissertation ; préparer la présentation de l’allégorie de la caverne aux T.ES. ce même jour.

Le 13/10/10 (L, 1h30) : Le Phèdre de Platon est choisi par les élèves comme œuvre suivie (avec le retour des deux absents). Cours d’apprentissage de la méthode de la dissertation (sujets 1 et 2 au bac) à partir de deux documents : des conseils de méthode, co-rédigés par le professeur et Jean –Jacques Marimbert, PRAG à l’université Toulouse II le Mirail et auteur de livres de conseils de méthodes ; et une dissertation rédigée commentée pas à pas, en note de bas de page, pour mettre en relation conseils théoriques et application pratique pour le sujet « Faut-il douter pour savoir ? ». Le deuxième devoir est fixé pour le 08/11/10, sur le sujet : « Faut-il croire les philosophes ? ».

Le 14/10/10 (ES, 1h) : Notes données sur l’explication de texte de Michel Foucault (avant l’exercice d’harmonisation prévu avec les autres lauréats concours le 15/10/10 à Toulouse). Moyenne très basse : 06,73. Demande d’explications aux élèves, qui reconnaissent en majorité s’y être pris au dernier moment. Différentes stratégies de remédiation sont proposées (inter-correction, travail en groupe, travailler beaucoup plus tôt le devoir donné un mois à l’avance pour poser des questions au professeur, etc.). Après avoir fixé la séance de correction collective du devoir au 18/10/10, nous passons à la problématique du « sujet », en partant des différents sens communs de ce mot. Est dégagée l’idée selon laquelle l’idée de sujet est à relier à l’idée de support, et que, concernant une personne, elle est à comprendre comme une identité ET une différence. La relation sujet/objet est abordée concernant toutes les notions de cette partie du programme (« la conscience », « l’inconscient », « autrui », « le désir ») pour en montrer la pertinence.

(L, 1h) : Suite des conseils de méthode pour la dissertation : les différentes formes (sujet de définition, rapport entre plusieurs concepts, etc..) sont évoquées avec des exemples concrets de plans montrant que jamais un devoir ne doit se réduire à thèse/antithèse/vague synthèse. Explication du fait que c’est par la mise au jour d’une limite concernant une thèse défendue dans une première partie qu’il est nécessaire de passer à une autre étape du raisonnement (qui peut être une précision, un autre aspect non pris en compte au début, bref, pas une simple antithèse). Insistance sur le fait que chaque argument, exemple, chaque partie doivent faire avancer le raisonnement qui doit être cohérent, ce qui exclut les plans thèse/antithèse/synthèse.

Le 18/10/10 (ES, 1h) : Copies du travail sur Foucault rendues aux ES et « définitivement » aux L, avec confirmation des notes après exercice d’harmonisation à Toulouse (moyenne à 6,73 pour les T.ES, avec un élève qui a fraudé et dont la copie a 0,5 et obligation de produire un travail et une retenue et un élève qui n’a rendu qu’une introduction comportant un contresens, dont la copie a 1 ; à 7,5 pour les T.L). Corrigé du devoir, que l’on devra finir à la rentrée (puisque la majorité de la classe part en Irlande).

(L, 1h30) : Conseils de méthode pour préparer la première dissertation, et la manière d’amener un problème et de construire un plan. Mise en avant du rôle des transitions critiques entre les parties, pour proposer un raisonnement cohérent (et non une partie qui dit l’inverse d’une autre, sans aucune nécessité, de façon purement formelle). Plusieurs sujets mettant en lien liberté et bonheur « Suffit-il d’être libre pour être heureux ? », « La liberté vaut-elle plus que le bonheur ? », « Décide-t-on d’être heureux ? » sont examinés précisément pour montrer le danger des plans ne faisant qu’opposer deux thèses, sans problématisation.

Le 19/10/10 (ES+L, 2h) : Absence de la majorité des élèves (voyage en Irlande). Visionnage collectif pour les présents du film Eternal sunshine of the spotless mind de Michel Gondry (2004), pour aider les présents à poser la question du sujet et de son unité et du lien avec la mémoire dans la séance du 21/10/10.

(L, 1h) : Aucun élève…

Le 21/10/10 (ES+L, 1h) : La majorité des élèves est en voyage en Irlande. Avec les présents, à partir du film de Michel Gondry, nous examinons le lien de la conscience et de la mémoire à partir de plusieurs scènes du film. Plusieurs sortes de mémoires sont évoquées : la mémoire immédiate, la mémoire souvenir. La notion d’identité personnelle, et la différence entre vécu intérieur, subjectif, et l’apparence physique, extérieure, sont évoquées, à partir du film et de deux textes, lus en classe, de Locke, extraits du chapitre XXVII du livre II de l’Essai concernant l’entendement humain (le §20 sur la perte de mémoire partielle ; le §15 sur l’expérience de pensée de l’âme d’un prince qui se transposerait dans le corps d’un savetier : différence entre le même homme / la même personne). On formule ensemble une autre expérience de pensée : quelqu’un qui perdrait la mémoire toutes les dix secondes serait-il la même personne ? Non car il lui manquerait le « liant » de son vécu, de son flux de conscience. Le passé (même immédiat) semble donc nous constituer comme sujets, à la fois identiques (nous nous pensons comme le même sujet qui a vécu différents événements à différents moments et dans différents lieux ; un passage du §9 du chapitre de Locke est lu à ce sujet) et changeants en permanence (modification par nos vécus successifs de notre conscience). Distribution des conseils de méthode pour la dissertation à lire pour la rentrée.

(L, 1h) : Aucun élève…
  1   2   3   4   5

similaire:

Programme spécifique tl, contrat spécifique ). Des conseils généraux pour organiser son travail (faire des fiches par notion, identifier des problèmes précis, les positions majeures face à eux, …). iconProposition spécifique d’une action culturelle à long terme pour la M. C. E de Grésillon
«ateliers d’expression libre» pour enfants, et des stages pour adultes, dont les thèmes étaient reliés par une idée comparable à...

Programme spécifique tl, contrat spécifique ). Des conseils généraux pour organiser son travail (faire des fiches par notion, identifier des problèmes précis, les positions majeures face à eux, …). iconLe cancer constitue l’un des problèmes de santé publique à l’échelle...

Programme spécifique tl, contrat spécifique ). Des conseils généraux pour organiser son travail (faire des fiches par notion, identifier des problèmes précis, les positions majeures face à eux, …). iconProgramme d’accueil spécifique pour ces deux classes

Programme spécifique tl, contrat spécifique ). Des conseils généraux pour organiser son travail (faire des fiches par notion, identifier des problèmes précis, les positions majeures face à eux, …). iconCours ppa-6015
«L’approche par problèmes est une approche pédagogique qui consiste à confronter l’élève à des problèmes signifiants et motivants,...

Programme spécifique tl, contrat spécifique ). Des conseils généraux pour organiser son travail (faire des fiches par notion, identifier des problèmes précis, les positions majeures face à eux, …). iconEtude des Déficits en Complément Révélés à l’âge Adulte par une Infection
«complétait» l’action des anticorps, le complément fait partie de l’immunité non spécifique et comporte environ 30 protéines

Programme spécifique tl, contrat spécifique ). Des conseils généraux pour organiser son travail (faire des fiches par notion, identifier des problèmes précis, les positions majeures face à eux, …). iconChapitre II la participation politique
«offre politique» du moment et moins sujets au vote de classe. Plus pragmatiques, plus sensibles au contexte, ils voteraient en fonction...

Programme spécifique tl, contrat spécifique ). Des conseils généraux pour organiser son travail (faire des fiches par notion, identifier des problèmes précis, les positions majeures face à eux, …). iconI. Généralités tp sur lectine Con A. A. Application
«Drug-targetting». On cherche donc à cibler spécifiquement la drogue suivant la tumeur. Mais trouver le vecteur spécifique n’est...

Programme spécifique tl, contrat spécifique ). Des conseils généraux pour organiser son travail (faire des fiches par notion, identifier des problèmes précis, les positions majeures face à eux, …). iconTout d’abord grand merci à Isabelle Archier et à Roland Echinard...
«comme un seul homme», l’esprit sera donc étudié d’abord comme qualité spécifique de l’humanité et ensuite comme manifestation dans...

Programme spécifique tl, contrat spécifique ). Des conseils généraux pour organiser son travail (faire des fiches par notion, identifier des problèmes précis, les positions majeures face à eux, …). iconComité pour le Droit au Travail des Handicapés et l'Égalité des Droits...
«en faveur de l’emploi des travailleurs handicapés» et rétablissement du «Droit au Travail pour tous les handicapés» inscrit auparavant...

Programme spécifique tl, contrat spécifique ). Des conseils généraux pour organiser son travail (faire des fiches par notion, identifier des problèmes précis, les positions majeures face à eux, …). iconCours de Monsieur Mouline par Michaël Roch cm de Stratégie et Qualité
«l’art de positionner ses troupes avant la bataille, d’établir des positions défendables et durables, donc choisir le terrain, le...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com