Couplage des évènements biologiques et géologiques : corrigé tp et exercices








télécharger 48.34 Kb.
titreCouplage des évènements biologiques et géologiques : corrigé tp et exercices
date de publication18.01.2018
taille48.34 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > documents > Documentos

Couplage des évènements biologiques et géologiques : corrigé TP et exercices



I) La limite Crétacé–Tertiaire est marquée par une crise biologique majeure

A) Sur les continents

B) Dans les océans


1) Domaine nectonique et benthique

2) Domaine planctonique

Corrigé TP

- L’identification des microfossiles dans les roches permet de déterminer s’il y a eu des changements dans la biosphère océanique lors de la transition KT

Divers groupes de Foraminifères sont présents :

- dans les marnes du Crétacé, les Foraminifères de grande taille, sont les Globotruncanidés (loges disposées sous forme de disque plat) et les Hétérohélicidés (les loges dessinent une forme triangulaire), quelques Globigérinidés (formes globuleuses) peuvent être présentes.

- dans les calcaires du Palèocène, on remarque que ce sont des espèces différentes de Foraminifères qui sont présentes, celles de grande taille (Globotruncanidés) ont disparu, les espèces de petite taille (Globigérinidés) sont les plus nombreuses

Globotruncanidés - Hétérohélicidés - Globigérinidés sont placées dans le tableau

Au passage de la limite KT, la biodiversité des Foraminifères est diminuée : au CS les 3 groupes sont présents, au Paléocène, seules les Globigérines ont survécu et se sont diversifiées. De plus, la taille des organismes est diminuée, même à l'intérieur du groupe des Globigérines.

La répartition des différents Foraminifères dans les roches encadrant la limite KT, montre une disparition brutale de certaines espèces remplacées progressivement par d’autres espèces, tandis que d’autres sont maintenues.

Bilan C'est donc la simultanéité de la disparition de diverses espèces en milieu marin qui révèle l'existence d'une crise biologique.

On remarque que les organismes les plus touchés sont ceux présents dans la couche d'eau océanique superficielle c'est à dire les organismes du plancton adaptés à un environnement relativement constant (du point de vue paramètres physico-chimiques), les espèces benthiques protégées par la couche d'eau superficielle ont été moins touchées.
Le document : Comparaison des Foraminifères entre benthiques et planctoniques sur le site de Bidart montre une limite paléontologique nette, marquée par:
- la disparition des Globotruncanidaæ et de la plupart des Heterohelicidaæ du Maastrichtien et leur remplacement par les formes du Danien et du Thanétien ( remarque : les Globotruncanidaæ et dans une moindre mesure les Heterohelicidaæ peuvent donc servir à dater les terrains du Maastrichtien, alors que les Globigerinidaæ permettent de dater ceux du Danien et du Thanétien).
- la diminution brutale du rapport Foraminifères planctoniques / Foraminifères benthiques.

La microfaune planctonique est fortement affectée par l'événement Crétacé-Paléocène et incite à évoquer une crise majeure.

C) Diversification des espèces après la crise

Exercice : On se propose d’expliquer la diversification des Mammifères à partir de l’ère tertiaire


Corrigé

1) Les hypothèses pouvant expliquer la sélectivité des extinctions animales sont :

- l'hypothèse de la taille = les animaux les plus gros sont les plus affectés (dinosaures) à cause de problèmes de thermorégulation et de manque de nourriture

- l'hypothèse du milieu de vie = les animaux aquatiques sont moins affectés (poissons, amphibiens, tortues) car ils vivent dans un milieu aux variations thermiques limitées

- l'hypothèse de la chaîne alimentaire = les dinosaures herbivores se nourrissaient de nouvelles plantes, les angiospermes toxiques

Dans tous les cas, les espèces exterminées ne possédaient pas dans leur patrimoine génétique les innovations leur permettant de franchir la crise

2) L'augmentation du nombre de familles est un marqueur de la diversification des mammifères.

D'après le graphe, cette diversification débute à –90 MA, alors qu'auparavant le nombre est stable (environ 10).
Ensuite, le nombre de familles croit de façon exponentielle :

30 à la fin du Crétacé, près de 90 à la fin du Paléocène (10 MA plus tard), 120 familles à la fin de l'Eocène.
2) L'explosion de la diversité des Mammifères au Paléocène et à l'Eocène coïncide avec l'acquisition de 3 innovations marquantes :

accroissement de la taille (début du Paléocène), amélioration de l'efficacité des dents (début de l’Eocène), transformation de l'appareil masticatoire (pendant l’Eocène).

Les innovations génétiques se produisent au hasard et en permanence dans le monde vivant. L'acquisition conjointe de plusieurs innovations génétiques constitue probablement une des raisons à la diversification considérable des Mammifères (radiation évolutive). Ces innovations leur confèrent en effet des avantages qui leur permettent de s'adapter parfaitement à de nouvelles niches écologiques, en particulier celles qui ont été libérées par les groupes disparus après la crise KT, par exemple le Smilodon, tigre à dents de sabre, du tertiaire occupe la niche des grands sauriens carnivores comme le Tyrannosaure (on note d'ailleurs une certaine convergence de formes d'adaptation entre deux groupes: crocs longs et mâchoire puissante, molaires coupantes, griffes). Sans prédation ni compétition de la part des espèces disparues, ces Mammifères, "survivants géniteurs" taxons qui ont survécu à la crise (espèces opportunistes) ont pu conquérir des milieux laissés vacants par les animaux disparus.

Remarque : Au Crétacé, les quelques espèces de Mammifères étaient reléguées dans des niches écologiques réservées à des animaux de petite taille à régime insectivore ou phytophage. Les Mammifères sont connus depuis le début de l'ère secondaire, tel le Morganucodon, de la taille d'un rat.
Conclusion

Ainsi, l'évolution du groupe des Mammifères participe au retour de la biodiversité après la crise KT, grâce à leur potentiel génétique ils réalisent la radiation évolutive post-crise.

Depuis le tertiaire, les mammifères présentent une grande diversité de formes, occupant des niches écologiques variées: un bel exemple est fourni par les Primates.
Le document = Evolution de Foraminifères montre que :

A la fin du Crétacé, de nombreuses espèces de Foraminifères disparaissent, puis au Tertiaire, le nombre d'espèces de chaque groupe devient à nouveau aussi important qu'au Crétacé.
Ce sont donc de nouvelles espèces qui se sont diversifiées: c'est à partir des globigérines de petite taille (Eoglobigerina) que vont se diversifier les espèces du tertiaire. Des groupes nouveaux comme les nummulites vont apparaître.

II) Les événements géologiques à la limite Crétacé-Tertiaire


Exercice : On se propose de repérer les évènements géologiques à la limite KT et leurs relations possibles

avec la crise biologique

Corrigé

1) C'est la découverte d'une anomalie de la teneur en Iridium à Gubbio qui a fait formuler l'hypothèse de l'origine cosmique à la crise KT.

Les arguments en faveur d'une telle origine sont divers :

- l'iridium est un élément rare de la croûte terrestre, mais parfois abondant dans certaines météorites (jusqu'à 500ng /g), la teneur élevée en iridium de la couche d'argile peut donc être reliée à la chute d'un astéroïde. L'estimation de la quantité d'iridium répandue à la surface du globe a fait évaluer son diamètre à 10 km.

Remarque = la distribution plus large de l'iridium de part et d'autre de la limite KT est attribué à sa diffusion dans les sédiments.


Toutefois on ne peut conclure qu'à la présence d'iridium dans l'atmosphère sans rien affirmer quant à son origine.

D’autres éléments présents dans les météorites, platine et or, présentent des concentrations anormalement élevées.

D'autres indicateurs de la collision existent :

- les magnétites nickélifères, très abondantes à la base de la couche d'argile de la limite Crétacé-Paléocène, sont des cristaux d'oxydes métalliques du groupe des spinelles qui n'existent habituellement ni sur la Terre, ni dans les météorites (magnétite, magnésio-ferrite, trévorite).

Ces cristaux ont été synthétisés en laboratoire à partir de fragments de météorites soumis à des conditions semblables à celles de leur pénétration dans l'atmosphère terrestre (gouttelettes de matière météoritique fondue et oxydée lors de la pénétration dans l’atmosphère, arrachée par friction aérodynamique)

C'est donc un argument décisif en faveur de la collision.

La coïncidence entre le pic d'iridium et celui des magnétites nickélifères renforce la validité de l'hypothèse. On a également montré une coïncidence entre le pic des magnétites nickélifères et la diminution brutale du taux des carbonates dans les sédiments.

- le taux élevé de carbonates dans les roches du Crétacé supérieur correspond à l'abondance des Foraminifères planctoniques, leur disparition appauvrit les sédiments en CaCO3, la courbe montre une diminution brutale à la limite KT.

L'augmentation du taux de carbonates après la crise, correspond à l'apparition de nouvelles espèces de Foraminifères planctoniques

- les quartz choqués présentant des défauts sous forme de lames parallèles que l'on ne rencontre que dans certains sites d'impacts météoritiques ou dans les parois creusées par les explosions nucléaires souterraines, témoignent de pression extrême lors du choc. Ils sont interprétés comme des projections de fragments de roches de la croûte continentale lors de l'impact.

Des zircons également choqués associés au quartz montrent qu’ils proviennent d’une croûte continentale de même âge que celle de la péninsule du Yucatan
2) Les arguments en faveur de l'hypothèse d'une origine météoritique de la crise C-T.

- les sédiments marins de la région des Caraïbes et du golfe du Mexique (site de Chicxulub) contiennent une épaisse couche de sphérules de verre millimétriques de même nature que les tectites produites au cours d'impact météoritique, interprétées comme d’anciennes gouttes de roches de la cible fondues lors du choc et refroidies brutalement lors de leur projection dans l’atmosphère

- les mesures gravimétriques sur le site de Chicxulub (côte du Yucatan au Mexique) ont mis en évidence une structure caractéristique d'un cratère d'impact : le motif circulaire foncé du bassin de laves d'impact, très dense est entouré d'une couronne plus claire constituée de brèches. La coupe réalisée à partir des forages pétroliers montre la disposition relative des roches :

centre du cratère :roche fondue de composition voisine à celle d'une andésite, datée de –65,4 MA par la méthode 40Ar/39Ar, fond du cratère : calcaires crétacés reposant sur un socle granitique.

Ces calcaires révèlent que le site de Chicxulub, se trouvait au Crétacé sous une mer épicontinentale.

L'énorme quantité de chaleur libérée lors de l'impact, aurait fondu les roches et une bonne part de la météorite

Ces minéraux choqués et des roches fondues sont présents dans les sédiments de la limite KT, ils sont les vestiges de l’impact de la météorite. Initialement contenus dans les roches de la cible, ces minéraux ont été dispersés sur des surfaces considérables

Contrairement à la matière du projectile (iridium, magnétite nickellifère) qui est distribuée uniformément sur toute la planète, les éléments de la cible (qz choqué, sphérules) sont surtout abondants sur le continent Nord Américain autour du golfe du Mexique et dans la région des Caraïbes.
3) L’origine du volcanisme du Deccan et l’importance de son impact atmosphérique

Les âges des roches prélevées lors d'une campagne de forages océaniques montrent une progression régulière , de l'île de la Réunion aux trapps du Deccan. Cette progression correspond au déplacement de la plaque indienne au-dessus d'un point chaud. L'interruption dans l'alignement des volcans est liée au déplacement de la dorsale Est-Indienne à la suite des modifications de la lithosphère induites par le panache mantellique.

Le point chaud situé à l'origine sous la plaque indienne s'est retrouvé sous la plaque africaine, après avoir traversé la dorsale, il y a environ 40 MA.

La trace de ce point chaud sur la lithosphère océanique = alignement volcanique sous-marin dont l’âge de l’activité augmente régulièrement depuis l’île de la Réunion (volcanisme actif) jusqu’au sud du Deccan (60MA) pas de trace de ce point chaud avant la limite KT

Le volcanisme actuel est loin d'émettre des quantités de lave comparables à celles des trapps, de plus il est effusif et donc peu susceptible d'avoir des conséquences planétaires.

La modélisation de la naissance d'un point chaud permet de comprendre l'évolution de la quantité de lave émise et du type de volcanisme au cours du temps : le panache magmatique présente une tête animée d'une convection interne beaucoup plus volumineuse que la queue, la tête reste reliée à sa source par un mince filet par lequel elle se nourrit.

Les trapps du Deccan correspondent à l'émission des laves de la tête du panache, les archipels volcaniques formés ultérieurement n'étant alimentés que par la queue.

C'est la taille de la tête qui expliquerait l'ampleur des effets dynamiques et du volume de lave estimé à plus d'un million de km3. A sa naissance la tête avait un diamètre de plus de 400 km (épaisseur du manteau), elle a constitué une formidable source de chaleur qui a déformé et aminci la plaque indienne située au-dessus. En traversant la croûte froide et composée de granite (acide) elle a donné naissance à un volcanisme explosif avec émission de gaz (SO2, CO2, H2O) et de cendres d'une importance considérable.

Origine profonde du magma (limite du manteau avec le noyau) qui peut libérer de l’iridium dans ses produits volatils.
4) Les datations permettent de relier ce volcanisme à la crise biologique de la fin du Crétacé

La datation absolue par la méthode K/Ar donne un âge compris entre –63 et –65 MA, est compatible avec la limite Crétacé –Tertiaire mais sa précision insuffisante ne permet pas de mettre en relation ces coulées volcaniques d'une très grande ampleur avec la crise biologique.

La découverte d'un microfossile dans les roches sédimentaires sur lesquelles reposent les premières coulées de basalte permet une datation beaucoup plus précise car ce Foraminifère est caractéristique du dernier million d'années de l'ère secondaire.

L'énorme volume des laves du Deccan (plus de 2000m d’épaisseur sur une superficie équivalente à celle de la France) s'est donc mis en place pendant un demi MA de la fin du Crétacé au début du Tertiaire.

La découverte récente de teneurs en Iridium anormales entre 2 coulées de lave montre que impact météoritique et volcanisme sont associés
5) Conséquences des impacts météoritiques et des éruptions volcaniques à l'échelle planétaire sur le monde vivant

On observe une similitude des conséquences liées aux 2 phénomènes, cosmique et volcanique, de durées pourtant différentes :

l’obscurcissement par le nuage de poussières a pu entraîner dans un premier temps un refroidissement considérable de la planète (hiver d’impact) et un arrêt de la photosynthèse perturbant profondément les réseaux trophiques.

Le volcanisme et l’impact, en partie océanique, ont dû propulser dans l’atmosphère, non seulement de la poussière mais aussi de la vapeur d’eau.

Le CO2 libéré par le volcanisme et la vapeur d’eau qui restent plus longtemps en suspension que la poussière ont dû entraîner dans un second temps un réchauffement par effet de serre.

Le NO2 résultant de la combinaison de l’O et de N2 de l’air par suite du réchauffement de l’atmosphère et le SO2, autre gaz important du volcanisme, ont pu contribuer à le genèse de pluies acides perturbant à leur tour le cycle du C et accentuant ainsi l’effet de serre.

Dans les 2 cas, des nuages de poussière et des changements dans la composition chimique de l’atmosphère et des océans auraient par des effets écologiques en cascade, condamné un grand nombre d’espèces vivantes.

Ces 2 phénomènes peuvent donc avoir des conséquences à l'échelle planétaire et à long terme sur le monde vivant.

* Scénario possible de l’impact météoritique et de ses conséquences à l'échelle planétaire

L'impact serait dû à un bolide de 10km de diamètre ayant frappé une plate-forme marine d'environ 100 m de profondeur sous un angle de 20 à 30° par rapport à l'horizontale.

Le choc aurait provoqué :

la vaporisation de la mer et la libération du CO2 contenu dans les carbonates, la volatilisation des évaporites libérant du SO2 et des aérosols de H2SO4 dans la stratosphère.

L'ensemble de ces éléments aurait :

- tout d'abord abaissé la transmission du rayonnement solaire de 10 à 20%. Ceci aurait entraîné un refroidissement durant plusieurs années (8 à 13 ans)

- suivi pendant 30 à 40 ans d'un réchauffement dû à l'augmentation de l'effet de serre lié à l'abondance du CO2 et de la vapeur d'eau dans l'atmosphère.
D'autre part, des pluies acides liées à la libération de SO2 et H2SO4, auraient abaissé le pH des 100m supérieurs des océans avec des conséquences catastrophiques pour les organismes planctoniques à test calcaire.
Conclusion

La crise KT (-65 MA) entraîna l'extinction massive et rapide d'espèces (Foraminifères) et de groupes systématiques continentaux (Dinosaures) et océaniques (Ammonites)

Certains groupes survivent à la crise (Mammifères), se diversifient et occupent les niches écologiques abandonnées (radiation adaptative).

La conjonction de 2 phénomènes géologiques expliquerait cette crise : l'un est lié à un épisode volcanique exceptionnel (trapps du Deccan), l'autre est associé à la chute d'une météorite géante au Mexique.
III) Les crises biologiques sont des repères chronologiques majeurs dans l'histoire de

la Terre

Exercice: On cherche à montrer que les diverses crises biologiques sont corrélées à un phénomène lié à la

dynamique terrestre et / ou à un environnement d'origine extra-terrestre

Corrigé

1) Les indices de la crise biologique à la fin du Permien

35% des familles d'animaux marins ont disparu à la fin du Permien. Extinctions sélectives :

- les Bivalves et les Poissons, malgré une réduction du nombre de leurs familles au Permien sont peu touchés

- les coraux, Madréporaires et Tabulés dominants au Paléozoïque, déclinent tout au long du Permien remplacés au Trias par leurs descendants, les Scléractiniaires (après une période de quasi extinction de plusieurs MA).

- les derniers Trilobites disparaissent

- 78% des familles de Brachiopodes disparaissent alors que le nombre de genres de bivalves augmente. Ces 2 groupes qui occupaient des niches écologiques très voisines n'ont pas été affectés de la même manière, les Bivalves ont probablement profité de la raréfaction des Brachiopodes.

Les évolutions relatives des 2 groupes peuvent être rapprochées de celles des Dinosaures et des Mammifères au Paléocène.

Sur les continents, pendant les 5 derniers MA du Permien, disparaissent 27 familles sur 37 d'Amphibiens et de Reptiles, dont 15 familles de Reptiles mammaliens
2) Une crise biologique étant une discontinuité majeure séparant des périodes de plus grande stabilité,

on peut repérer les crises majeures dans l’histoire de la Terre et justifier le découpage des temps géologiques

en ères et périodes.

On remarque qu’une crise majeure marque la fin de chaque période et que les pourcentages d’extinctions les plus élevés coïncident avec la fin d’une ère. Parmi les crises majeures on repère la plus grande, à la fin du Permien, celle de la fin du Trias et celle de la fin du Crétacé. D’autres crises sont considérées comme majeures, exemple : à la fin de l’Ordovicien, au Dévonien supérieur
3) Causes géologiques de la crise du Permien et des autres crises

Les causes possibles de la crise permienne (-245 Ma) :

- la dynamique lithosphérique a entraîné la formation de la Pangée, faisant se soulever et asséchant les espaces qui avaient auparavant hébergé des espèces marines. La formation d'un seul continent a modifié les

climats, avec des gradients de température plus prononcés, la variation de température moyenne entre l'été et l'hiver a pu atteindre 50°C à la fin du Permien

- à ces phénomènes lents se sont ajoutées de grandes éruptions volcaniques, en Sibérie et en Chine du Sud.

L'ampleur des trapps de Sibérie laisse penser que les projections volcaniques auraient pu être la cause de glaciations attestées à cette période.

Les groupes fragilisés par les modifications de l'environnement de la fin du Permien auront pu être alors exterminés.

Quelques causes envisagées pour les 5 crises majeures de l'histoire de la biosphère :

- la crise de l'Ordovicien – Silurien (-440 ma)

serait due à un changement climatique rapide : une glaciation aurait provoqué le développement considérable d'une calotte glaciaire sur le continent de Gondwana entraînant une régression marine "glacio-eustatique" d'une grande importance

- la crise Dévonien – Carbonifère (-360 Ma)

serait due à 5 impacts de météorites ou de comètes (astroblème de Siljan en Suède, diamètre = 50 km, de Charlevoix au Canada, diamètre = 46 km) et d'autres contemporains de 15 km de diamètre mis en évidence aux USA, au Tchad et en Russie

- les causes des crises permienne et triasique sont encore mal connues, les hypothèses les plus sérieuses sont : un impact de comète (diamètre de l'astroblème = 70 km, Manicouagan au Québec, teneur en iridium ne correspondant pas à celle d'un cratère d'un impact météoritique, une régression marine généralisée en liaison avec un bouleversement climatique, des éruptions volcaniques majeures (trapps du New Jersey et du Karoo en Afrique australe)

- les causes de la crise KT: éruptions volcaniques majeures des trapps du Deccan, impact météoritique au Mexique

On note que les changements géologiques et les modifications de la biosphère sont interdépendants.
4) Récapitulatif des causes possibles des crises biologiques majeures

Différents évènements géologiques néfastes, de grande ampleur agissant directement ou indirectement sur les milieux de vie, peuvent se conjuguer pour provoquer les crises biologiques.

- Facteurs propres à la Terre liés à sa dynamique interne :

*volcanisme paroxysmal en relation avec les panaches mantelliques et les conséquences de ses rejets dans l’atmosphère sur les climats et la création de pluies acides

*fonctionnement des dorsales et mobilité lithosphérique et leurs conséquences sur la variation du niveau marin, le chimisme de l’eau et les variations climatiques

*magnétisme terrestre, l’effet du champ magnétique s’étend dans l’espace et constitue la magnétosphère qui, comme la couche d’ozone, contribue à protéger la Terre des radiations ionisantes du vent solaire . Les anomalies magnétiques montrent que le champ magnétique terrestre s’est inversé de nombreuses fois au cours des temps géologiques. Or, au cours d’une inversion du champ magnétique, son intensité diminue jusqu’à s’annuler pendant quelques milliers d’années. Le bombardement des particules cosmiques atteindrait alors la surface du globe en entraînant un accroissement des mutations avec des extinctions et des innovations (renouvellement d’espèces)

- Facteurs extra-terrestres se rattachant à la dynamique du système solaire

chocs associés à la chute d’astéroïdes

variations orbitales de la Terre et leurs conséquences climatiques et sur les variations du niveau des mers

Les phénomènes de sommation, de chevauchements et de succession de causes permettent d’expliquer les extinctions en masse.

Les extinctions de masse sont de nature différente parce que toutes les causes n’interviennent pas à chaque fois et qu’elles se combinent de façon différente.
IV) Vers une nouvelle crise ?
On se propose de relier les conséquences des technologies humaines sur l’environnement à travers quelques exemples
Documents : Actions de l'Homme sur l'environnement (p198-199)

1) Les pratiques humaines peuvent porter atteinte à la biodiversité

La biodiversité d'un milieu tel que la forêt amazonienne est directement liée à l'extension de ce milieu.

Or, la réduction annuelle de sa superficie est 1000 fois supérieure à celle qu'elle était il y a 100 ans.

On estime que, depuis l'an 1600, plus de 480 espèces animales (surtout des Vertébrés) et plus de 650 espèces végétales ont disparu sous l'action destructrice de l'Homme.

A ces chiffres, il faut ajouter les organismes inférieurs (Bactéries, Champignons, Arthropodes, Vers) qui constituent notamment la microflore et la microfaune du sol dont le rôle est fondamental dans le fonctionnement des écosystèmes.

On estime à 5400 le nombre d'espèces animales menacées alors que le total des plantes en voie d'extinction à cause de l'Homme atteindrait 26000 espèces.

Un fait nouveau dans l'évolution de la biosphère :

une espèce (la nôtre) est désormais capable de modifier les patrimoines génétiques.

Les conséquences de ce tournant dans l'histoire de la vie sont encore difficiles à prévoir mais il est évident qu'un changement capital est en œuvre sur notre planète.

Par rapport au passé géologique, il se pourrait que les effets soient plus rapides que les conséquences de l'impact d'une météorite géante. La vitesse des changements observés est la particularité majeure de cette influence de l'Homme sur son environnement

2) Conséquences à long terme d'une mauvaise maîtrise des gaz à effet de serre et des dérivés chlorés

L'effet de serre est une accumulation de chaleur dans l'atmosphère terrestre suite au piégeage du rayonnement infrarouge émis par la surface terrestre, par certains gaz qui s'accumulent dans cette atmosphère (CO2, CFC en particulier)

Une mauvaise maîtrise des rejets de ces gaz à effet de serre entraînerait une élévation progressive de la température. C'est bien ce que l'on constate actuellement et les changements climatiques prévisibles pourraient avoir des conséquences très lourdes.

Conclusion

De leur apparition à aujourd’hui, le genre Homo puis l’espèce Homo sapiens ont conquis l’ensemble de la planète en 2,5 MA. Cette extension spatiale s’accompagne d’un accroissement rapide des individus, 6 milliards actuellement, plus de 10 milliards prévus en 2030. La pression due aux activités humaines est responsable au cours de l’ère quaternaire de nombreuses extinctions. Pour la première fois dans l’histoire de la biosphère, une seule espèce exerce une influence directe sur toute la Terre.

L'Homme, produit récent de l'évolution biologique, a les moyens d’avoir une influence sur l’avenir de la planète, exploite les milieux naturels et agit sur la biodiversité, provoquant de nombreuses extinctions. Il se doit pourtant d'assurer la sauvegarde du patrimoine biologique et géologique pour les générations futures.

similaire:

Couplage des évènements biologiques et géologiques : corrigé tp et exercices iconCouplage des événements biologiques et géologiques au cours du temps

Couplage des évènements biologiques et géologiques : corrigé tp et exercices iconTarif régulier vous avez inscrit 85$ alors que c’est 100$ Corrigé...
«9h00» À côté du 4 juin, pour éviter toute confusion, car même si le colloque commence à 9h, les inscriptions quant à elles, débutent...

Couplage des évènements biologiques et géologiques : corrigé tp et exercices iconRecherche 2 : Comment évolue la lithosphère terrestre au cours des temps géologiques ?

Couplage des évènements biologiques et géologiques : corrigé tp et exercices iconCalendrier des éVÈnements date

Couplage des évènements biologiques et géologiques : corrigé tp et exercices iconApplication Cette procédure assure la bonne gestion des événements...

Couplage des évènements biologiques et géologiques : corrigé tp et exercices iconL'énergie de votre corps astral et de tous vos corps subtils est en train de se modifier
Quoi que vous puissiez entendre autour de vous concernant les événements et ce qui vous préoccupe, c'est-à-dire la crise économique,...

Couplage des évènements biologiques et géologiques : corrigé tp et exercices iconAlexandre, le grand hélleniste
«sanctuaires des muses» étaient des centres académiques où les savants pouvaient trouver tous les instruments nécessaires à leurs...

Couplage des évènements biologiques et géologiques : corrigé tp et exercices iconCorrigé 3

Couplage des évènements biologiques et géologiques : corrigé tp et exercices iconAtelier chantier de fouilles… exposition Balade dans l’évolution 15
«font parler» les fossiles des êtres vivants retrouvés dans les entrailles de la Terre et retracent ainsi l’histoire de l’évolution...

Couplage des évènements biologiques et géologiques : corrigé tp et exercices iconVeille media
«A quoi bon arriver quand l'action est terminée» a débarqué à Bakou 11 jours après le début des événements. Le Collectif van vous...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com