Original: anglais / français








télécharger 1.33 Mb.
titreOriginal: anglais / français
page6/56
date de publication17.01.2018
taille1.33 Mb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > comptabilité > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   56

ASIE ET PACIFIQUE

28.Minaret et vestiges archéologiques de Djam (Afghanistan) (C 211 rev)
            1. Décision : 37COM 7A.29

Le Comité du patrimoine mondial,

              1. Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7A,

              2. Rappelant la décision 36 COM7A.25, adoptée à sa 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012),

              3. Réitère sa demande à l’État partie de poursuivre ses efforts pour la mise en œuvre de toutes les mesures correctives adoptées à sa 31e session (Christchurch, 2007), et demande à l’État partie d’actualiser le calendrier de mise en œuvre pour atteindre l’état de conservation souhaité permettant le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril ;

              4. Demande également à l’État partie d’entériner la carte topographique détaillée du bien réalisée en 2012 grâce à une technique d’imagerie satellite stéréo GeoEye, et de soumettre la demande de modification mineure des limites au Centre du patrimoine mondial pour étude par les Organisations consultatives ;

              5. Invite la communauté internationale à poursuivre son soutien technique et financier, en coopération avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, pour s’unir aux efforts de réalisation du programme aux priorités bien définies établi par la Troisième réunion du groupe de travail d’experts de Turin (septembre 2012), concernant notamment le programme de défense contre les inondations de la Djam et de l’Hari Rud ;

              6. Engage l’État partie à poursuivre ses efforts pour élaborer et mettre en œuvre un système de gestion d’ensemble incluant une politique générale de conservation à long terme pour le bien ;

              7. Demande en outre à l’État partie de poursuivre son travail sur la mise en œuvre des mesures correctives adoptées et d’élaborer, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, un calendrier révisé pour la mise en œuvre des mesures correctives ;

              8. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2014, un rapport sur les progrès accomplis dans l’état de conservation du bien et un calendrier révisé pour la mise en œuvre des mesures correctives, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session en 2014 ;

              9. Décide de maintenir le Minaret et vestiges archéologiques de Djam (Afghanistan) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.


29.Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan (Afghanistan) (C 208 rev)
            1. Décision : 37 COM 7A.30
            2. Le Comité du patrimoine mondial,

              1. Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7A,

              2. Rappelant la décision 36 COM 7A.26, adoptée à sa 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012),

              3. Salue l’avancement réalisé par l’État partie dans la mise en œuvre des mesures correctives et dans le renforcement des capacités ;

              4. Prend note des préoccupations exprimées par l’État partie sur l’état critique de la grande niche du Bouddha ouest ;

              5. Prie instamment l’État partie de :

                1. finaliser le plan de gestion en intégrant une stratégie de gestion d’ensemble du bien en tant que paysage culturel,

                2. veiller à ce que le schéma directeur culturel soit diffusé aux différents partenaires concernés intervenant dans la vallée, et

                3. faire appliquer les codes de la construction et la réglementation sur les travaux d’aménagement dans les zones tampons du bien et autres lieux protégés en vertu de la loi afghane de 2004 sur la protection des biens historiques et culturels ;

              6. Encourage l’État partie à établir et à mettre en œuvre une stratégie de renforcement des capacités pour renforcer les compétences nationales en matière de conservation et de gestion d’importants sites historiques et archéologiques dans le périmètre du bien, avec le soutien de donateurs internationaux ;

              7. Renouvelle sa demande à l’État partie, lorsqu’il étudiera les différentes options de traitement des niches des bouddhas, de veiller à ce que les projets soient fondés sur des études de faisabilité incluant :

                1. une approche d’ensemble de la conservation et de la mise en valeur du bien,

                2. uUne philosophie pertinente de la conservation basée sur la valeur universelle exceptionnelle du bien,

                3. des solutions techniques et financières pour la mise en œuvre des projets prévus ;

              8. Renouvelle également sa demande à l’État partie de soumettre des informations détaillées sur tout aménagement prévu dans le périmètre du bien ou à ses abords, en particulier le projet routier de la vallée de Fuladi, au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives, ainsi qu’une évaluation d’impact sur le patrimoine (EIP), conformément au paragraphe 172 des Orientations ;

              9. Demande à l’État partie de poursuivre son travail sur la mise en œuvre des mesures correctives adoptées et d’établir, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, un calendrier révisé de mise en œuvre de ces mesures correctives, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session en 2014 ;

              10. Invite la communauté internationale à continuer à fournir un soutien technique et financier pour la protection et la gestion de l’ensemble du bien, y compris d’éléments tels que Shahr-i Gholghola, Shahr-i-Zuhak et Kakrak, en vue de parvenir à l’état de conservation souhaité ;

              11. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2014, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session en 2014 ;

              12. Décide de maintenir le Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan (Afghanistan) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.


30.Bam et son paysage culturel (République islamique d’Iran) (C 1208 bis)
            1. Décision : 37 COM 7A.31
            2. Le Comité du patrimoine mondial,

              1. Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7A,

              2. Rappelant la décision 3COM 7A.27, adoptée à sa 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012),

              3. Salue les efforts considérables déployés par l’État partie, avec le soutien de la communauté internationale, pour traiter les menaces ayant entraîné l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril et pour mettre en œuvre les mesures correctives ;

              4. Considère que l’État partie a effectué le travail nécessaire pour mener à bien le reste des mesures correctives définies par la mission de suivi réactif d’octobre 2011, et qu’il a maintenant atteint l’état de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril ;

              5. Fait remarquer que le bien reste vulnérable, et recommande que l’État partie veille à effectuer les actions suivantes :

                1. réviser le plan de gestion en vigueur pour y inclure un volet de gestion des visiteurs et des plans d’action dotés de calendriers et de ressources appropriées pour leur mise en œuvre,

                2. contrôler la construction illégale et assurer une protection efficace de la zone tampon par l’établissement et l’adoption de mesures réglementaires,

                3. réaliser une cohérence de la restauration par la définition de directives et de critères pour les interventions, afin de garantir une démarche de conservation équilibrée permettant de maintenir les conditions d’authenticité et d’intégrité du bien,

                4. assurer la sécurité permanente du site avec la participation active des autorités et des communautés locales ;

              6. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015 ;

              7. Décide de retirer Bam et son paysage culturel (République islamique d’Iran) de la Liste du patrimoine mondial en péril.



EUROPE ET AMERIQUE DU NORD

31.Cathédrale de Bagrati et monastère de Ghélati (Géorgie) (C 710)
            1. Décision : 37 COM 7A.32

Le Comité du patrimoine mondial,

              1. Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7A,

              2. Rappelant les décisions 34 COM 7B.88, 35 COM 7A.29, 36 COM 7A.30, adoptées respectivement à ses 34e session (Brasilia, 2010), 35e session (UNESCO, 2011) et 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012),

              3. Accueille favorablement l’avancement de la mise en œuvre du plan du programme de conservation pour le monastère de Ghélati et encourage l’État partie à continuer à appliquer toutes les mesures de conservation pertinentes concernant le monastère de Ghélati, y compris la préparation d’un plan de gestion ;

              4. Exprime son profond regret de l’achèvement de la reconstruction de la cathédrale de Bagrati malgré les précédentes décisions, et considère que la cathédrale de Bagrati a été tellement modifiée que son authenticité a été irréversiblement compromise et qu’elle ne contribue plus à justifier le critère d’inscription du bien ;

              5. Demande à l’État partie de soumettre, d’ici le 1er février 2014, une demande de modification importante des limites, pour permettre au monastère de Ghélati de justifier seul le critère ;

              6. Encourage également l’État partie à demander l’avis du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives pour préparer la modification des limites, et à en soumettre le projet au Centre du patrimoine mondial pour commentaires des Organisations consultatives, d’ici le 30 septembre 2013 ;

              7. Décide de maintenir la cathédrale de Bagrati et le monastère de Ghélati (Géorgie) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.
32.Monuments historiques de Mtskheta (Géorgie) (C 708)
            1. Décision : 37 COM 7A.33
            1. Le Comité du patrimoine mondial,

              1. Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7A,

              2. Rappelant les décisions 34 COM 7A.27, 35 COM 7A.30 et 36 COM 7A.31, adoptées respectivement à sa 34e session (Brasilia, 2010), 35e session (UNESCO, 2011) et 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012),

              3. Prend acte des informations détaillées fournies par l’État partie sur l’avancement réalisé dans la mise en œuvre des mesures correctives et prie instamment l’État partie de poursuivre son travail sur toutes les mesures correctives adoptées à sa 34e session (Brasilia, 2010) ;

              4. Renouvelle sa demande à l’État partie de soumettre un projet de modification mineure des limites d’une zone tampon unifiée du bien pour renforcer la protection du bien et permettre une compréhension claire des zones archéologiques et visuellement sensibles qui l’entourent ;

              5. Note qu’un projet de plan de gestion a été soumis par l’État partie et encourage l’Etat partie à renforcer ce plan en définissant clairement les attributs de la valeur universelle exceptionnelle qui constituent la base de la protection juridique, des processus de planification et de la gestion ;

              6. Note également que l’État partie a arrêté les aménagements inappropriés à l’intérieur du bien et de son cadre et prie aussi instamment l’Etat partie de finaliser le schéma directeur urbain et d’aménagement du territoire, y compris la réglementation de zonage et notamment l’établissement de zones non constructibles, de limites strictes aux droits d’aménagement et d’un plan directeur de conservation qui devra prendre en considération la valeur universelle exceptionnelle du bien, son cadre paysager particulier, ainsi que ses perspectives et associations importantes ;

              7. Encourage l’État partie à d’adopter d’urgence le schéma directeur urbain et d’aménagement du territoire, en tant que mesure essentielle en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril ;

              8. Note avec préoccupation que l’emplacement proposé pour l’usine de traitement des eaux usées aurait un très fort impact négatif sur le paysage fluvial sensible qui constitue le cadre des monuments, et demande à l’État partie de transférer l’usine à un endroit qui n’affecte pas la valeur universelle exceptionnelle du bien ;

              9. Note que l’État partie prévoit d’élaborer une loi nationale sur les biens du patrimoine mondial en Géorgie, ainsi qu’une « Stratégie de programmation 5C sur le patrimoine mondial » ;

              10. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2014, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session en 2014 ;

              11. Décide de maintenir les Monuments historiques de Mtskheta (Géorgie) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.


33.Monuments médiévaux au Kosovo (Serbie) (C 724 bis)

Décision : 37 COM 7A.34

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Décide d’ajourner le débat sur ce point de l’ordre du jour jusqu’à sa prochaine session ordinaire.
34.Liverpool – Port marchand (Royaume-Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord) (C 1150)
            1. Décision : 37 COM 7A.35

Le Comité du patrimoine mondial,

              1. Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7A,

              2. Rappelant la décision 36 COM 7B.93 adoptée à sa 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012),

              3. Rappelant également les conclusions de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de novembre 2011,

              4. Note les informations transmises par l’État partie sur le fait que le secrétaire d’État responsable des collectivités et des pouvoirs locaux a décidé de ne pas examiner les aménagements dits de « Liverpool Waters » au niveau national, et que le conseil municipal de Liverpool avait donné son aval à la demande soumise par le promoteur ;

              5. Réitère sa vive inquiétude quant à la menace potentielle du projet d’aménagement « Liverpool Waters » sur la valeur universelle exceptionnelle du bien, et note également que la mise en œuvre du projet, tel qu’actuellement planifié, porterait irréversiblement atteinte aux attributs et conditions d’intégrité qui ont justifié l’inscription, et pourrait conduire au retrait potentiel du bien de la Liste du patrimoine mondial ;

              6. Par conséquent, prie instamment l’État partie de reconsidérer le projet d’aménagement afin de garantir le maintien de la cohérence des attributs architecturaux et urbanistiques, ainsi que la protection continue de la valeur universelle exceptionnelle du bien incluant les conditions d’authenticité et d’intégrité ;

              7. Note en outre que l’État partie n’a pas encore élaboré de projet d’état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril ni série de mesures correctives et demande à l’État partie de poursuivre les consultations avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives afin d’élaborer cet état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, accompagné d’une série de mesures correctives et d’un calendrier de mise en œuvre ;

              8. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2014, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session en 2014 ;

              9. Décide de maintenir Liverpool – Port marchand (Royaume-Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord) sur la Liste du patrimoine mondial en péril ;


AMERIQUE LATINE ET CARAIBES

35.Fortifications de la côte caraïbe du Panama : Portobelo, San Lorenzo (Panama) (C 135)
            1. Décision : 37 COM 7A.36
            2. Le Comité du patrimoine mondial,

              1. Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7A,

              2. Rappelant la décision 36 COM 7B.102, adoptée à sa 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012),

              3. Prend note des informations fournies par l’État partie sur l’état du bien et sur les mesures mises en œuvre, et regrette que le rapport n’ait pas précisément relié ces informations aux mesures correctives adoptées ;

              4. Se déclare sérieusement préoccupé de l’avancement limité de l’exécution des mesures correctives et prie instamment l’État partie de les mettre en œuvre dans les délais approuvés, en portant une attention particulière à :

                1. la formulation d’un plan d’urgence budgétisé décrivant les interventions prioritaires pour la stabilisation, la conservation et la protection et incluant des calendriers et un classement des priorités de mise en œuvre,

                2. la garantie de mise en place de dispositions de conservation opérationnelles et d’affectation de budgets pour la mise en œuvre du plan d’urgence,

                3. la définition de mesures destinées à lutter contre les empiétements et la pression urbaine ;

              5. Demande à l’État partie de soumettre des informations techniques et graphiques complètes sur le projet de construction d’un mur de soutènement pour le fort de Santiago de la Gloria à Portobelo d’ici le 30 octobre 2013, et de cesser les interventions jusqu’à la soumission à l’État partie de l’évaluation réalisée par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;

              6. Demande également à l’État partie de soumettre des informations claires sur le rôle du Patronato de Portobelo pour la conservation du bien, dans le cadre d’un plan de gestion collectif pour ce bien et pour le Site archéologique de Panamá Viejo et district historique de Panamá ;

              7. Demande en outre à l’État partie d’inviter une mission consultative pour l’aider à établir des directives, à finaliser le diagnostic et à préparer dès que possible un plan général d’urgence pour la conservation ;

              8. Demande par ailleurs à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2014, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session en 2014 ;

              9. Décide de maintenir les Fortifications de la côte caraïbe du Panama : Portobelo-San Lorenzo (Panama) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.


36.Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura (Chili) (C 1178)

Décision : 37 COM 7A.37

Le Comité du patrimoine mondial,

              1. Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7A.Add,

              2. Rappelant la décision 36 COM 7A.33, adoptée à sa 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012),

              3. Prend note des résultats de la réunion internationale d’experts (octobre 2012) et prie instamment l’État partie de les intégrer dans un plan de conservation général pour le bien, incluant des estimations financières des coûts et un calendrier précis pour sa mise en œuvre ;

              4. Reconnaît les progrès accomplis par l’État partie dans la mise en œuvre des mesures de conservation et de gestion et le prie aussi instamment de poursuivre ses efforts en accordant une attention particulière aux points suivants :

                1. poursuivre la mise en œuvre du programme d’interventions prioritaires et obtenir les ressources nécessaires pour des interventions durables,

                2. sur la base du plan de conservation, finaliser et adopter le plan de gestion et veiller à ce que des ressources adéquates existent afin de rendre opérationnel un système de préservation efficace pour le bien ;

              1. Adopte l’état de conservation souhaité suivant en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril :

                1. Les constructions urbaines et industrielles des usines de salpêtre de Santa Laura et de Humberstone ont été stabilisées et leur intégrité et authenticité sont garanties, sur la base d’une stratégie de conservation générale à long terme accordée et d’un plan de conservation. Ces bâtiments témoignent des processus historiques, industriels et sociaux clés associés aux usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura,

                2. Le système de gestion est pleinement opérationnel, doté d’un financement adéquat pour son fonctionnement. Le plan de gestion général, assorti de dispositions de conservation et de gestion pour le bien et sa zone tampon, est entièrement appliqué et mis en œuvre par l’intermédiaire d’un groupe interdisciplinaire, avec la participation des institutions et acteurs sociaux concernés,

                3. Le bien du patrimoine mondial se conforme aux normes de sûreté et sécurité pour les visiteurs et collaborateurs, et les atouts du bien sont convenablement protégés. Sa valeur universelle exceptionnelle est présentée de manière fiable au public, ce qui facilite la compréhension de l’époque du salpêtre et des processus d’extraction,

                4. Il existe une zone tampon, qui est protégée et réglementée ;

              2. Adopte également les mesures correctives et le calendrier de mise en œuvre suivants afin de garantir les conditions d’intégrité et d’authenticité du bien et atteindre l’état de conservation souhaité :

                1. Mesures devant être mises en œuvre dans un délai de deux ans :

Stabilité, authenticité, intégrité, sûreté et sécurité :

                  1. Mise en œuvre continue du programme d’interventions prioritaires (PIP), selon ses définitions de 2005 et 2008,

                  2. Élaboration d’un projet de plan de conservation général basé sur la recherche scientifique nécessaire, une stratégie de conservation claire et des normes de sûreté et sécurité appropriées,

                  3. Mise en œuvre continue de mesures de sécurité et de protection pour le site, en prévenant le vol de matériaux et en poursuivant ceux qui s’adonnent à de telles activités,

Système et plan de gestion :

                  1. Examen, approbation et mise en œuvre initiale du plan de gestion pour la nouvelle période,

                  2. Mise en place d’une équipe de gestion qualifiée,

                  3. Recherche de moyens pour bénéficier de ressources humaines, matérielles et financières appropriées et soutenues,

Mise en valeur du bien :

                  1. Évaluation et définition des exigences de visite et de mise en valeur et amélioration des mesures de sécurité pour les visiteurs,

                  2. Définition et adoption d’une stratégie touristique et d’un plan d’interprétation,

Zone tampon :

                  1. Création d’une zone tampon, en définissant des mesures réglementaires pour garantir sa protection, et lancement de procédures pour obtenir les approbations nécessaires,



                1. Mesures devant être mises en œuvre dans un délai de cinq ans :

Stabilité, authenticité, intégrité, sûreté et sécurité :

                  1. Mise en œuvre totale du programme d’interventions prioritaires (PIP), selon ses définitions de 2005 et 2008,

                  2. Finalisation et mise en œuvre initiale du plan de conservation général, basé sur la recherche scientifique nécessaire, une stratégie de conservation claire et des normes de sûreté et sécurité appropriées,

                  3. Mesures de sécurité et de protection pour le site pleinement opérationnelles,

Système et plan de gestion :

                  1. Mise en œuvre soutenue du plan de gestion et système de gestion pleinement opérationnel en place,

                  2. Plan de gestion articulé avec des instruments de planification locaux et régionaux,

                  3. Ressources humaines, financières et matérielles appropriées et soutenues pour la conservation et la gestion du bien obtenues,

                  4. Contribution stable et continue de la part de l’État pour la conservation et la gestion du bien, dans un cadre de financement partagé (public/privé),

Mise en valeur du bien :

                  1. Stratégie de visiteurs et plan d’interprétation pleinement en place,

                  2. Les installations et les activités du site contribuent à la conservation et à la protection de la valeur universelle exceptionnelle du bien,

Zone tampon :

                  1. Zone tampon pleinement instaurée et approuvée et mesures réglementaires pour sa protection adoptées et appliquées,




                1. Propositions d’indicateurs :

Stabilité, authenticité, intégrité, sûreté et sécurité :

                  1. Nombre d’interventions de conservation adéquates et efficaces effectuées (suivant l’ordre prioritaire arrêté dans le programme des interventions de haute priorité),

                  2. Suivi de l’état de conservation (intégrité matérielle) des bâtiments,

                  3. Évaluation de la conformité et de l’efficacité des interventions pour les bâtiments,

                  4. Adoption du plan de conservation,

                  5. Système de sûreté et sécurité mis en œuvre (gardes, panneaux d’information),

Système et plan de gestion :

                  1. Adoption du plan de gestion,

                  2. Fonds alloués pour les besoins opérationnels, en prenant en compte les sources et les niveaux de fourniture de fonds financiers (privés, publics, générés par le bien, etc.),

                  3. Nombre de collaborateurs travaillant sur le site (aux niveaux professionnel, technique et administratif),

                  4. Plans d’action annuels priorisés découlant du plan de gestion,

Mise en valeur du bien :

                  1. Participation sociale proactive aux efforts de conservation et de gestion,

                  2. Nombre de visiteurs, fréquence des visites, origines et types des visiteurs,

                  3. Satisfaction de la visite,

                  4. Ressources provenant de pratiques de tourisme durable en augmentation,

Zone tampon :

                  1. Carte de la zone tampon adoptée et intégrée aux instruments de planification locaux et régionaux,

                  2. Définition et mise en œuvre de mesures réglementaires pour la zone tampon ;

              1. Demande à l’État partie de fournir trois exemplaires imprimés et une version électronique du plan de gestion dès son achèvement ;

              2. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2014, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des points qui précèdent, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session en 2014 ;

              3. Décide de maintenir les usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura (Chili) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.


37.Zone archéologique de Chan Chan (Pérou) (C 366)
            1. Décision : 37 COM 7A.38
            1. Le Comité du patrimoine mondial,

              1. Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7A,

              2. Rappelant la décision 36 COM 7A.34, adoptée à sa 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012),

              3. Note l’avancement réalisé par l’État partie dans la mise en œuvre des mesures correctives adoptées et le prie instamment de poursuivre durablement ses efforts, de façon à parvenir à l’état de conservation souhaité selon le calendrier prévu ;

              4. Demande à l’État partie de soumettre un rapport sur la stratégie de conservation des surfaces décorées et la stratégie de suivi associée ;

              5. Prie aussi instamment l’État partie d’approuver et de faire appliquer la législation et les réglementations requises pour chaque élément archéologique du bien et pour la zone tampon de manière à leur assurer une protection efficace, et notamment de soumettre les textes juridiques et la stratégie de mise en œuvre qui leur est associée ;

              6. Réitère sa demande à l’État partie d’actualiser le schéma directeur, en y incluant un plan d’utilisation publique et un plan intégral de prévention des risques pour le bien d’ici le 1er février 2014 ;

              7. Prend note des documents intitulés Directives pour un Plan intégral de prévention des risques, Plan de conservation de l’ensemble archéologique de Chan Chan par rapport au phénomène d’El Niño et Directives pour un Plan intégral de prévention des risques dans l’ensemble archéologique de Chan Chan, et demande également la soumission, d’ici le 30 novembre 2013, de trois exemplaires imprimés et d’une version électronique de ces documents au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives pour évaluation ;

              8. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2014, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session en 2014 ;

              9. Décide de maintenir la Zone archéologique de Chan Chan (Pérou) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.


38.Coro et son port (République bolivarienne du Venezuela) (C 658)
            1. Décision : 37 COM 7A.39

Le Comité du patrimoine mondial,

              1. Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7A.Add,

              2. Rappelant la décision 36 COM 7A.35, adoptée à sa 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012),

              3. Reconnaît les efforts de l’État partie pour traiter les problèmes de conservation du bien et l’encourage à poursuivre ces efforts en coopération avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;

              4. Prie instamment l’État partie d’élaborer et d’approuver le plan de gestion du bien, incluant un programme de conservation comportant des priorités à court, moyen et long terme, des dispositions concernant la gestion des risques et des dispositions sur l’usage public, et lui demande de soumettre trois exemplaires imprimés et une version électronique du projet de plan de gestion d’ici le 1er février 2014 pour étude par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;

              5. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, pour étude par les Organisations consultatives, les spécifications techniques et les détails des projets de drainage à grande échelle à l’intérieur du bien, ainsi que la réglementation sur la circulation des véhicules dans la rue Zamora, avant mise en œuvre ;

              6. Réitère sa demande à l’État partie d’actualiser, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, l’état de conservation souhaité assorti de mesures correctives pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, ainsi qu’un calendrier révisé, et de soumettre un projet au Centre du patrimoine mondial d’ici le 30 novembre 2013, pour examen par les Organisations consultatives, en vue de soumettre le projet final au Comité du patrimoine mondial à sa 38e session en 2014 pour approbation ;

              7. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2014, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session en 2014 ;

              8. Décide de maintenir Coro et son Port (République bolivarienne du Venezuela) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

                  Note d’orientation pour la rédaction de l’Etat de conservation souhaité en vue du retrait de biens de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR)

            1. Décision : 37 COM 7A.40

Le Comité du patrimoine mondial,

              1. Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7A.Add,

              2. Rappelant sa décision 35 COM 7C, adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

              3. Accueille favorablement la publication de la Note d’orientation pour la rédaction de l’État de conservation souhaité en vue du retrait d’un bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) ;

              4. Demande au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives de continuer à soutenir les États parties dans l’élaboration et la soumission de DSOCR pour l’ensemble des biens figurant sur la Liste du patrimoine mondial en péril, d’ici sa 40e session en 2016 au plus tard, et considère que les biens devraient être maintenus sur la Liste du patrimoine mondial en péril jusqu’à ce que l’État de conservation souhaité en vue du retrait soit satisfait.

 

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   56

similaire:

Original: anglais / français iconFrançais – Anglais Espagnol

Original: anglais / français iconTraducteur (Arabe-Français-Anglais)

Original: anglais / français iconAcajou à grandes feuilles (Français). Mahogany (Anglais)

Original: anglais / français icon4 Assessment Program Original content © by Holt, Rinehart and Winston....

Original: anglais / français iconSujet, thème, disciplines : comme le jeu en Français, mais en Anglais

Original: anglais / français iconHisham Misbah Traducteur technique Français / Allemand / Anglais / Espagnol

Original: anglais / français iconCe rapport est disponible en anglais et français aux adresses suivantes

Original: anglais / français iconNote : Underground contient certains passages en anglais, ils ont...

Original: anglais / français iconExamen de culture générale en arabe et français ou anglais+ examen...

Original: anglais / français iconRésumé : Noms communs et noms propres. Les points les plus importants...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com