THÈse pour le diplôme d’État








télécharger 347.83 Kb.
titreTHÈse pour le diplôme d’État
page8/11
date de publication20.11.2017
taille347.83 Kb.
typeThèse
b.21-bal.com > comptabilité > Thèse
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

G.Traitement




1.Traitement ambulatoire



Sur les 186 patientes de cette étude, 94% (n=175) ont bénéficié d’un traitement ambulatoire.

Parmi les patientes ayant été finalement traitées en ambulatoire, 44,6% (n=78) n’ont reçu aucun traitement antibiotique au SAU, 51,4% (n=90) ont reçu une C3G en intra-veineuse, 1 patiente (0 ,6%) a reçu une fluoroquinolone par voie orale et 1 patiente a reçu un autre antibiotique que ceux cités précédemment.
Figure 3 : antibiothérapie à la sortie du SAU



Résistances des fluoroquinolones à l’antibiogramme.

Parmi les 91 ECBU revenus positifs, 18,7% (n=17) présentaient une résistance à l’acide nalidixique après mise en culture. Parmi ceux-là, 15 présentaient également une résistance à l’ofloxacine, et 2 une sensibilité intermédiaire à l’ofloxacine : donc 18,7% (n=17) des ECBU présentaient une résistance aux fluoroquinolones.

Pour 2 ECBU, il y avait une sensibilité intermédiaire à l’acide nalidixique, mais étaient sensibles à l’ofloxacine et autres quinolones.

Il y a eu 2 changements d’antibiotique adaptés à l’antibiogramme : 1 fluoroquinolone pour de l’amoxicilline-acide clavulanique et 1 fluoroquinolone pour de la céfixime.

Parmi les 16 cas de germes résistants à l’acide nalidixique, 14 étaient un E. coli résistant et 2 Klebsiella pneumoniae résistants.

Dans cet échantillon, 19.9% des E. coli étaient résistants aux fluoroquinolones.
Figure 4 : résistance d’E.coli aux quinolones



Les patientes présentant une résistance aux quinolones avaient également un antécédent de pathologie urologique ou néphrologique dans 25% des cas, au moins un antécédent d’infection urinaire dans 16% des cas (mais il n’était jamais précisé si elle était survenue dans les 6 derniers mois), une antibiothérapie datant de moins de 3 mois dans 12,5% des cas et une hospitalisation datant de moins de 3 mois dans 12,5% des cas.

Les facteurs associés avec la résistance à l’amoxiciline et aux quinolones sont présentés dans les tableaux 7 et 8.

Tableau 7 : facteurs associés à la résistance à l'amoxicilline


Caractéristiques

Amoxicilline S n (%)

Amoxicilline R n (%)

Valeur de p

Age

Age < 50 ans

Age 50 ans


18 (26,1)

10 (14,5)


35 (50,7)

6 (8,7)

0 ,04

Antécédent uro-néphro

Oui

Non


6 (8,7)

22 (31,9)


4 (5,8)

37 (53,6)

NS

Antécédent PNA/cystite

Oui

Non


4 (5,8)

24 (34,9)


13 (18,7)

28 (40,6)

NS

Infection urinaire <6mois

Oui

Non


2 (2,9)

26 (37,7)


4 (5,8)

37 (53,6)

NS

Antibiothérapie <6mois

Oui

Non


2 (2,9)

26 (37,7)


4 (5,8)

37 (5 3,6)

NS

Hospitalisation <3mois

Oui

Non


3 (4,3)

25 (36,2)


5 (7,2)

36 (52,3)

NS


Tableau 8 : facteurs liés à la résistance aux quinolones

Caractéristiques

Quinolone S

n (%)

Quinolone R

n (%)

Valeur de p

Age

Age < 50 ans

Age 50 ans


45 (65,2)

10 (14,5)


8 (11,6)

6 (8,7)

0.05

Antécédent uro-néphro

oui

non


6 (8,7)

49 (71)


4 (5,8)

10 (14,5)

NS

Antécédent PNA/cystite

oui

non


12 (17,4)

43 (62,3)


5 (7,2)

9 (13,1)

NS

Infection urinaire <6mois

oui

non


4 (5,8)

51 (73,9)


2 (2,9)

12 (17,4)

NS

Antibiothérapie <6mois

oui

non


4 (5,8)

51 (73,9)


2 (2,9)

12 (17,4)

NS

Hospitalisation <3mois

oui

non


5 (7,2)

50 (72,5)


3 (4,3)

11 (15,9)

NS



Parmi les 16 patientes présentant une résistance aux quinolones, seul l’âge > 50 ans apparait statistiquement significatif (p=0,05), mais avec un OR calculé à 3,38 [IC 95% = 0,81-1,43].

Modification des résultats de l’antibiothérapie après obtention des résultats de l’antibiogramme.

On a constaté qu’un éventuel changement d’antibiotique n’a été renseigné dans les dossiers médicaux que dans 23,7% des cas (n=44/186).

Parmi les dossiers où cette information figurait, il y a avait effectivement eu un changement d’antibiotique dans 25% des cas. Cela concernait pour 36,4% des cas un switch fluoroquinolone (levofloxacine) pour amoxicilline-acide clavulanique, 27,2% switch C3G pour (levofloxacine), 18,2% switch fluoroquinolone (levofloxacine) pour C3G orale (céfixime), et dans 27,2% des cas un arrêt de l’antibiothérapie devant un ECBU revenu négatif.

Les patientes ayant bénéficié d’un changement d’antibiotique l’ont toujours été pour limiter le spectre visé, et non pour des raisons de résistances à l’antibiotique, notamment aux fluoroquinolones.

Hospitalisation



Sur les 186 patientes, 11 ont été hospitalisées pour prendre en charge leur PNA. Il n’y avait pas dans notre échantillon de prédominance des hospitalisations chez les femmes âgées de plus de 65 ans.
Figure 5 : répartition des PNA hospitalisées en fonction de l'âge


Parmi les 11 patientes hospitalisées, 1 seule présentait des signes de gravité à l’arrivée au SAU. Il n’y avait pas d’ECBU réalisé pour cette patiente.

Chez les patientes hospitalisées, 45,5% (n=5) étaient causées par E.coli, 5 patientes n’ont pas eu d’ECBU, et 1 ECBU s’est avéré négatif (9%).
Figure 6 : antibiothérapie au SAU chez les patientes hospitalisées



Figure 7 : antibiothérapie débutée en hospitalisation



1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État de

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplome d’État

THÈse pour le diplôme d’État iconTHÈse pour le diplôme d’État








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com