À sn. A partir de ces adj, on peut généraliser et tirer, à partir de nos résultats, un ensemble de propriétés valables pour la classe entière des adj. Pourquoi ces adjectifs là ?








télécharger 150.22 Kb.
titreÀ sn. A partir de ces adj, on peut généraliser et tirer, à partir de nos résultats, un ensemble de propriétés valables pour la classe entière des adj. Pourquoi ces adjectifs là ?
page1/4
date de publication21.05.2017
taille150.22 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > comptabilité > Documentos
  1   2   3   4
Sémantique lexicale
Une partie analyse sémantique + une partie syntaxe.
Adjectifs prédicatifs : un adjectif qui est employé avec un sujet, qui qualifie ce sujet et qui est rattaché au sujet par le verbe « être » : adjectifs « attributifs ». Sujet être adj.

Tous les adjectifs ne peuvent pas faire partie de cette catégorie : Les produits laitiers.

=> on ne peut pas dire « Un produit est laitier ». => adj relationnels, on ne va pas se préoccuper de ces adj.
On va encore restreindre la catégorie étudiée aux adjectifs qui sont dans la configuration : sujet être adj à sn.

A partir de ces adj, on peut généraliser et tirer, à partir de nos résultats, un ensemble de propriétés valables pour la classe entière des adj.
Pourquoi ces adjectifs là ?

Pierre plaît à Marie. => pronominalisation : Pierre lui plaît. => le pronom se déplace.

Pierre pensé à Marie => « Pierre lui pense ? » => Pierre pense à elle. => le pronom ne se déplace pas.

=> ce type de pronominalisation se déclenche à partir de propriétés bien définies.
Tt un ensemble d'adj vt avec la préposition « à » : sympathique à qqn, sensible à qqn...

pronominalisation : lui est sympathique, lui est sensible...

mais : être attentif à qqn => attentif à lui et non pas « lui est attentif ». Pourquoi ?

Le but est de dégager les propriétés pr résoudre cette pronominalisation différente. => essayer de faire le parallèle avec les verbe avec un complément en « a ».

On va commencer à trier les adj selon leurs propriétés.
Ce sont des adjectifs très peu étudiés.

Pierre est grand. => on dit tjs qu'« être » est une copule, qu'il n'a pas de sens, qu'il sert juste à relier l'adj au nom, que ce n'est pas un verbe, qu'il n'a pas de propriété.

Mais peut être y a-t-il deux éléments « être », des homonymes avec des propriétés différentes ?
On peut démontrer, qu'on peut trouver des adj avec des sujets à arguments internes et arguments externes, comme pour la distinction verbe inergatifs et verbe inaccusatifs. Cela permettra de résoudre le problème de la pronominalisation des adjectifs.
Les adjectifs existent vraiment en tant que catégorie autonome seulement depuis le 18è s. Catégorie jeune. Ils n'étaient pas étudiés avant. Ils étaient noyés dans la même catégorie que les noms => tradition qui remonte à Aristote : ttes les catégories majeures étaient considérées comme des noms. =>exemple dans la grammaire de Port-Royal.

À partir du 15è s, on commence à distinguer les noms substantifs et les noms adjectifs.

« neige » => nom substantif => terme utilisé pr les noms qui renvoient aux choses qui subsistent par elle même. => on peut par abstraction, se représenter le concept de « neige » indépendamment d'autres choses. => contenu autonome.
Mais : « courageux », « courage » : nom qui n'a pas un contenu autonome. On ne peut pas se représenter le concept de courage indépendamment de toute autre chose, sans se représenter quelqu'un qui agit ac courage par exemple.
A part les adj relationnels, les adj se combinent avec « être ». Les adj varient en genre et en nombre. Ts les adj qui vt avec « être » acceptent une variation en degrés : plus grand, plus petit, très grand... varient en « plus » ou « moins ».

Morphologiquement, un adj est lié avec un nom qui a le même sens: fidèle => fidélité, grand => grandeur...
Mais :

Pierre est fidèle à sa femme. => Pierre est fidèle. => le sens reste le même.

Le courage est propre à l'être humain. => « Le courage est propre ? » => ne fonctionne plus avec « être » si le complément disparaît. Propre ne va avec « être » que s'il y a un complément.

« Le courage est très propre à l'être humain ? » => pas possible.

Il n'y a pas de degré.

« Le courage est la propriété de l'être humain ? » => pas le même sens. On ne dit pas que l'être humain est le seul à l'avoir. Alors que c'est le cas dans : Le courage est propre à l'être humain. Il n'y a pas de nom pour l'adj « propre » dans ce sens.
Un type de sujet particulier fonctionne avec les adj du même type que « propre », « habituel »...
Peut être que ces adjectifs sont presque du côté des adverbes, à croire qu'ils n'ont de l'adj, que la forme.

SN être Adj à SN => lui/leur => adjectifs datifs, avec un complément datif.

=> à lui. => adjectifs non datifs.
Le sujet de ces adjectifs :
sujet des verbes d'actions : agent.

Verbes d'action => répondent une question avec « faire ».

Qu'est-ce que Pierre a fait ? Il a dragué la voisine.

« Qu'est-ce que Pierre a fait ?  Il a aimé sa femme. » => pas possible, pas un verbe agentif.
« le faire » :

Pierre drague la voisine. Je le fais aussi.

«  Pierre aime sa femme. Je le fais aussi. » => pas possible.
Ces critères pourraient s'appliquer aux adj. On peut distinguer, avec les adj, des sujets agentifs et non agentifs.

Qu'est-ce que Pierre a fait ? Il a été infidèle. 

« Qu'est-ce que Pierre a fait ? Il a été beau. » => pas possible.
Verbes agentifs/non agentifs :

Verbes agentifs => le sujet est interprété comme un agent => peuvent répondre à une question qui interroge sur les actions. « Qu'est ce que x a fait ? »

verbes nn agentifs => le sujet n'est pas un agent.

Des verbes comme « savoir » ; « détester »... ne peuvent pas répondre à une question du type « qu'as-tu fait hier ? ». => « j'ai su ma leçon » => impossible. => n'est pas un verbe d'action, le sujet n'est pas un agent.
« le faire » :

1) « Frapper ma sœur, je ne le ferai jamais. » => possible

2) « Détester ma femme, je le ferai un jour » => impossible.
Impératif :

1) « Frappe ta sœur ! » => possible

2) « Déteste ta femme » => impossible
Adverbes de manière :

« J'ai délibérément frappé ma soeur » => possible

« J'ai délibérément détesté ma femme » => impossible.

Adjectifs :

On relie souvent les adjectifs à la qualification et on a tendance à penser que la qualification n'a rien à voir avec l'action. On pense que la qualité est l'inverse même de l'action. Il serait donc impossible de trouver dans une même phrase, un adjectif et un sujet interprété comme un agent.

Mais, de même qu'on trouve des verbes à sujets agentifs et des verbes à sujets non agentifs, on peut trouver des adjectifs avec un sujet agentif et des adjectifs avec un sujet non agentifs.

On ne dit pas que c'est l'adjectif lui-même qui est agentif.

On peut appliquer les mêmes tests aux adjectifs.
« Je ne le ferais plus, d'être méchant avec les voisins » => possible

« Qu'est-ce que tu as fait ? J'ai été méchant avec les voisins » . => possible

« Sois  gentil » => possible.

« J'ai été ostensiblement méchant avec les voisins » => possible
« Je ne le ferai plus, d'être manchot » => impossible

« Qu'est-ce que tu as fait ? J'ai été triste » => impossible.

« Sois petit » => impossible

« J'ai été volontairement fatigué hier » => impossible
Quels sont les adj donc le sujet est un agent ?


  1. Adjectifs intransitifs sans compléments : bavard, bruyant.

  2. Adjectifs datifs à compléments: fidèle à, infidèle à, loyal à, déloyal à...

  3. Adjectifs évaluant un comportement : gentil, méchant...

=> Pierre est gentil de nous aider

=> C'est gentil de la part de Pierre de nous aider.

=> identifiables par ces constructions.
Il y a certains adj qui entrent ds cette construction :

sujet (=> agent) être ADJ (complément).

=> un ensemble d'adj pour lesquels le sujet est interprété comme un agent.
D'où vient le rôle « agent » qui est attribué au sujet ?
=> « marcher », « parler »... => verbes d'action. Dans le sens de ces verbes, il y

a le concept d'agir. => c'est cela qui donne le rôle d'agent au sujet.
=> « marche » dérivé de « marcher » prend toutes les propriétés du verbe « marcher : « marche » est une action. Il hérite du sens du verbe. Tout ce qu'on dit du nom est valable pour le nom qu'il a formé.
Or, pour les adj :

on peut démontrer que les adj dérivé d'un nom n'ont pas de sens d'action, ils n'ont qu'un sens de qualité.

« Pierre est d'une grand gentillesse » => génitif de qualité => n'accepte que les noms formés à partir d'un concept de qualité. « Il est d'un sérieux ! ».

Or, on ne peut pas avoir : « Pierre est d'une grand fatigue » => pas une qualité.

L'adjectif n'a pas le sens d'action, c'est un adjectif de qualité.
=> ce n'est pas l'adjectif qui donne son rôle d'agent au sujet psq le nom dérivé de l'adjectif est une qualité et non pas une action.
=> Il n'y a pas qu'une seule forme verbale « être » en français.

En espagnol : « ser » « estar ». (?)

En anglais : deux homonymes de « être » :

  • un « be » qui est vraiment une copule qui n'a pas de sens.

  • un « be » qui a un sens d'action, qui est paraphrasé par des expressions dans lesquelles on retrouve « act... » => agir d'une certaine manière.


En français. Il y aurait deux « être » :

  • une copule qui n'a pas de sens

  • un « être » qui aurait un sens d'action.

=> devant certains adj, « être » serait un verbe d'action.
Pierre est infidèle à sa femme. => Pierre FAIT des infidélités à sa femme.
Pierre est méchant. => Pierre se conduit méchamment. Pierre agit méchamment. Pierre se comporte méchamment. => Pierre fait des méchancetés. => « être » n'est pas la copule ici mais un verbe d'action.
Marie est belle. =>  « Marie se comportement bellement » => impossible.
Cette machine est bruyante. (il existe aussi des agents non humains « l'acide est un agent corrosif. L'acide agit sur les matériaux. » => on catégorise « acide » comme un agent.)

=> Cette machine FAIT du bruit.

On peut ainsi remplacer « être » par « faire ».
=> Marie est triste => « Marie fait de la tristesse » => Impossible.
Verbes sans complément : verbes intransitifs.

Verbes à complément :

  1. COD sans préposition. Pierre aime Marie.

  2. COI avec préposition. Pierre parle à Marie.


Pour les adj :

que des compléments indirects.

Il n'existe pas de compléments directs pour les adj. La complémentation directe est réservée aux verbes.
Pierre est triste de partir. => « être » est la copule. « de partir » => COI introduit par la préposition « de » => « De quoi est-il triste ? »

=> Pierre en est triste.

=> l'élément central est « triste », la complémentation est indirecte => syntaxe d'un adjectif normal.
Pierre est méchant de frapper sa sœur. => « être » est un verbe, ici. On s'attend que « de frapper sa soeur » se comporte comme un COI classique. Mais, on ne peut pas dire « De quoi est-il méchant ? », ou encore « Pierre en est méchant ».

« de » n'introduit pas le complément. C'est le même « de » que l'on retrouve dans des phrases telles que J'envisage de partir. => je l'envisage. => COD. => complément qui comporte un verbe à l'infinitif. => Partir a été envisagé par quelqu'un. Et non pas « De partir a été envisagé par qqn. »

Ainsi :

Frapper quelqu'un est méchant de la part de Pierre. « de » n'est pas une préposition. => COD. Or, on a dit que le COD était l'apanage des verbes. Le sujet étant agentif, le verbe « être » est actif.

S'il y a un COD, il y a forcément un verbe. C'est le verbe « être » à qui on a affaire ici et non pas la copule.
Pierre est d'une grande bêtise. => exprime une qualité. => « bête ».

« Pierre est d'une grande marche » => impossible car « marche » exprime une action.
Pierre est enseignant => pas de déterminant => Pierre enseigne. => sens actif. => Pierre est enseignant mais il n'enseigne plus. => contradictoire. => verbe

=> Pendant des années, mon fils a été prof mais maintenant il fait maçon.  => passage de « être » à « faire » qui ne pose pas de problème tant qu'il y a pas le déterminant.
Pierre est un enseignant =>déterminant => Pierre fait partie de la classe des enseignants. Pierre est un enseignant mais il n'enseigne pas cette année. => possible. => copule.
Linguistique : Introduction à la sémiotique : du lisible au visible
Poly Greimas sur Actants

Poly sur le Petit Chaperon rouge

Années 70-75 sémiotique a bcp travaillé sur le schéma narratif : deux
  1   2   3   4

similaire:

À sn. A partir de ces adj, on peut généraliser et tirer, à partir de nos résultats, un ensemble de propriétés valables pour la classe entière des adj. Pourquoi ces adjectifs là ? iconLe scénario pédagogique
«Matière à réflexion» sur la page 118 du manuel de cours, concernant l’hérédité. Après 5 minutes, demander aux groupes de partager...

À sn. A partir de ces adj, on peut généraliser et tirer, à partir de nos résultats, un ensemble de propriétés valables pour la classe entière des adj. Pourquoi ces adjectifs là ? iconLe scénario pédagogique
«Matière à réflexion» sur la page 118 du manuel de cours, concernant l’hérédité. Après 5 minutes, demander aux groupes de partager...

À sn. A partir de ces adj, on peut généraliser et tirer, à partir de nos résultats, un ensemble de propriétés valables pour la classe entière des adj. Pourquoi ces adjectifs là ? icon5. 26613=un=adj num et art ind*

À sn. A partir de ces adj, on peut généraliser et tirer, à partir de nos résultats, un ensemble de propriétés valables pour la classe entière des adj. Pourquoi ces adjectifs là ? iconActinomorphe (adj) : Fleur présentant une symétrie sur un axe

À sn. A partir de ces adj, on peut généraliser et tirer, à partir de nos résultats, un ensemble de propriétés valables pour la classe entière des adj. Pourquoi ces adjectifs là ? iconGénéralités sur les marqueurs
«à partir de quand» on est malade et à partir de quand on est «bien portant»,tout en sachant que l’on va forcément avoir des «faux...

À sn. A partir de ces adj, on peut généraliser et tirer, à partir de nos résultats, un ensemble de propriétés valables pour la classe entière des adj. Pourquoi ces adjectifs là ? iconNous, biologistes médicaux et dirigeants de laboratoires de biologie...
«en cas de détention de plus de 25 des parts sociales et des droits de vote par des non biologistes, ces derniers pourraient avoir...

À sn. A partir de ces adj, on peut généraliser et tirer, à partir de nos résultats, un ensemble de propriétés valables pour la classe entière des adj. Pourquoi ces adjectifs là ? iconD'après les informations extraites des documents et de vos connaissances,...
«Le temple du soleil», une loupe de grand diamètre concentre ces rayons vers le bûcher sur lequel sont attachés Tintin, le capitaine...

À sn. A partir de ces adj, on peut généraliser et tirer, à partir de nos résultats, un ensemble de propriétés valables pour la classe entière des adj. Pourquoi ces adjectifs là ? iconSciences, Lettres et Arts
«pour servir à l’avancement de la science». Ces instituts de recherche gardent leur corps à -196 °C dans de l’azote liquide. Maintenant,...

À sn. A partir de ces adj, on peut généraliser et tirer, à partir de nos résultats, un ensemble de propriétés valables pour la classe entière des adj. Pourquoi ces adjectifs là ? iconLe découpage du référentiel en situations professionnelles à partir d’un contexte professionnel
«Par compétence on entend un ensemble de savoirs, savoir-faire et comportements organisés en vue d’accomplir une activité de façon...

À sn. A partir de ces adj, on peut généraliser et tirer, à partir de nos résultats, un ensemble de propriétés valables pour la classe entière des adj. Pourquoi ces adjectifs là ? iconLa socialisation, déterminismes et interactions
«bonjour» lorsque l’on rencontre une personne connue ? Pourquoi toutes nos petites querelles ne dégénèrent-elles pas en bagarre ?...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com