Rapports sexuels








télécharger 38.54 Kb.
titreRapports sexuels
date de publication20.05.2017
taille38.54 Kb.
typeRapport
b.21-bal.com > comptabilité > Rapport
MODULE URO-NEPHROLOGIE.

PATHOLOGIES DE LA VESSIE.



Dr BALLEREAU.


31 AOUT 2006.

  1. CYSTITE.



    1. Généralités.

  • Touche les femmes uniquement.

  • Deux types :

    • cystite aiguë.

    • Cystite aiguë récidivante (4 épisodes par an).



    1. Clinique.

  • Symptomatologie :

    • brûlures mictionnelles.

    • Pollakiurie + impériosité.

    • Incontinence urinaire.

    • Hématurie macroscopique.

    • Urines troubles (pyurie).

    • Absence hyperthermie et de lombalgie.



    1. Facteurs favorisant.

  • Rapports sexuels.

  • Ménopause.

  • Manoeuvre endo urétrale.



    1. Examens complémentaires.

  • BU :

    • systématique.

    • Leucocytes +++.

    • Nitrites +++.

  • ECBU non indispensable lors d'un premier épisode, mais à réaliser si :

    • Femmes > 65 ans.

    • Femmes enceintes.

    • Diabète.

    • Immunodépression.

    • Hématurie.

    • Hyperthermie + douleurs lombaires.

    • Hospitalisation récente.

    • Malformations urologiques connues.

    • Cystite récidivante.



    1. Traitement.



      1. Règle hygiénodiététique.

  • Boissons +++.

  • Mictions régulières toutes les 2 à 3 heures.

  • Mictions post coïtale si cystite post coïtale.

  • Hygiène locale : toilette dans le sens antéro-postérieur.



      1. Antibiothérapie.

  • Si cystite simple (femmes de 15 à 65 ans, absence de facteurs de risque) :

    • soit traitement pendant trois jours, mono antibiothérapie (Bactrim*, quinolones).

    • Soit traitement minute (Monuril*, quinolones).

  • Si cystite compliquée : traitement 5 à 10 jours, mono antibiothérapie, même famille d'antibiotiques.



  1. LA CYSTITE RECIDIVENTE.



    1. Définition.

  • Quatre épisodes de cystite aiguë par an.



    1. Facteurs favorisant.

  • Brides hymenéales.

  • valvo-vaginite chronique.

  • Prolapsus génito urinaire.

  • Sténose du méat.

  • Calcul vésical.

  • Tumeur vésicale.

  • Ectropion du méat.



    1. Conduite à tenir.



      1. Interrogatoire.

  • Âge de la première cystite.

  • Fréquence des infections.

  • Facteur déclenchant (coït ?).

  • Traitement déjà mis en oeuvre.

  • Apport hydrique.

  • Antécédents médicaux chirurgicaux.

  • Fréquence des mictions.

  • Antécédents de complications (pyélonéphrite).

  • Qualité de l'hygiène vaginale.



      1. Clinique.

  • Examen gynécologique.

  • Examen urologique : calibrage du méat.



      1. Biologie.

  • ECBU.



      1. Radiologie.

  • Échographie rénale et vésicale.

  • Endoscopie vésicale si suspicion de tumeur.



    1. Traitement.

  • Respect des règles d'hygiène.

  • Éliminer les facteurs favorisant.

  • Antibiothérapie 7 jours après ECBU.

  • Discuter l'antibioprophylaxie (C3G, quinolones).

  • Cystite post coïtale : 1/2 dose d'antibiotiques après les rapports.

  • Antibioprophylaxie intermittente systématique à faible dose.



  1. INCONTINENCE URINAIRE.



    1. Définition.

  • Perte involontaire d'urine par le méat urétral, objectivement démontrable est entraînant un problème hygiénique et social.

  • Traduit un déséquilibre sphinctérien du à une incompétence du système sphinctérien face aux pressions engendrées ou transmises par la vessie.



    1. Généralité.

  • Pathologies fréquentes : 1,5 millions de femmes.

  • 45 à 90 ans.

  • Mécanisme de la continence : double fonction, contenir l'urine entre les mictions et l'expulser sans forcer lors de la miction.

  • Pression urétrale > à la pression vésicale, cet équilibre s'inverse lors des mictions.

  • Mécanisme de l'incontinence :

    • diminution de la compliance vésicale.

    • Contraction vésicale inappropriée.

    • Perte des propriétés sphinctérienne de l'urètre.



    1. Clinique.



      1. Interrogatoire.

  • Ancienneté des troubles, mode évolutif, antécédents.

  • Circonstance des fuites :

    • efforts.

    • Par impériosité.

    • Permanente.

    • Mictions réflexe : énurésie.

  • Abondance des fuites : nombre de protections par jour.

  • Signes associés :

    • pollakiurie.

    • Dysurie.

    • Digestifs.

    • Génitaux.



      1. Examen physique.

  • Statique pelvienne :

    • position gynécologique.

    • Trophicité vulvovaginale.

    • Prolapsus.

  • Fuite à l'effort (toux).

  • Test de Bonney.

  • Testing des releveurs.



      1. Examen neurologique.

  • Sensation de besoin et de miction.

  • Sensibilité périnéale.



    1. Examens para cliniques.



      1. Bilan uro dynamique.

  • Débitmétrie.

  • Cystomanométrie.

  • Profilométrie urétrale.

      1. Examen radiologique.

  • En fonction du mécanisme évoqué :

    • urographie intraveineuse.

    • Urétro cystographie rétrograde et mictionnelle (URCM).

    • IRM dynamique (bilan de prolapsus).



    1. Incontinence d'origine vésicale ou par instabilité.



      1. Généralités.

  • Contraction vésicale involontaire.

  • Urgence mictionnelle, par impériosité, pollakiurie, incontinence urinaire nocturne.

  • Bilan uro dynamique :

    • cystomanométrie : contractions anarchiques.



      1. Traitement.

  • Éviter : café, thé, alcool blanc...

  • Anti spasmodique : Ditropan*= Oxybutynine.

  • Physiothérapie : kinésithérapie Pelvi périnéale.

  • Chirurgical : agrandissement vésical (indication rare).



    1. Incontinence d'efforts ou d'origine urétrale.



      1. Généralités.

  • Dysfonctionnement sphinctérien.

  • Hyper mobilité du col vésical en bas et en arrière.

  • Altération du sphincter :

    • antécédents obstétricaux.

    • Antécédents neurologiques.

    • Antécédents chirurgicaux.

  • Test de Bonney, prolapsus.

  • Bilan uro dynamique : Profilométrie urétrale.

  • Urétro cystographie rétrograde et mictionnelle (URCM) : morphologie et position du col vésical.



      1. Traitement.

  • Rééducation périnéo-sphinctérienne.

  • Chirurgie: bandelette qui soutien l'urètre TVT (Trans vaginale trip), TOT (Trans obturateur trip).



    1. Cystocèle et autres prolapsus.



      1. Généralités.

  • Sensation de tension douloureuse intra pelvienne, de boule vaginale.



      1. Diagnostique.

  • En position gynécologique avec le spéculum.

  • Cystocèle.

  • hystéroptose.

  • Rectocèle.

  • Effet pelote, test de Bonney.



      1. Traitement.

  • Chirurgical par voie haute ou basse.



    1. Autres causes l'incontinence.

  • Fistules vésico vaginales.

  • Diverticule de l'urètre.

  • Cystite interstitielle.



  1. TUMEUR DE VESSIE.



    1. Généralités.

  • Les tumeurs de vessie font partie des tumeurs urothéliales de même que les tumeurs du haut appareil urinaire.

  • 90 % : carcinome à cellule transitionnelle.

  • L'extension se fait en superficie et/ou en profondeur.

  • 3 à 4 % des cancers.

  • Tumeurs chez l'homme > 50 ans.



    1. Facteurs de risque.

  • Tabac +++ :

    • par inhalation de la fumée.

    • Concerne 30 à 40 % des cancers de vessie.

  • carcinogènes industriels :

    • maladies professionnelles.

    • Absorption cutanée.

    • Amines aromatiques et leurs dérivés (benzène, etc.).

  • Autres facteurs :

    • bilharzioses urinaires.

    • Irritation chronique et infection à répétition (calculs de vessie, sonde à demeure).

    • Médicaments : Phénacétine*, Endoxan*.



    1. Diagnostique.

  • Hématurie :

    • toute hématurie chez une personne> 50 ans est suspecte.

    • Typiquement, elle est macroscopique et terminal.

    • Microscopique lors d'une découverte en médecine du travail.

  • Signes urinaires :

    • non spécifique.

    • Le plus souvent irritatif.

  • Signes liés à l'extension métastasique :

    • compression des uretères.

    • Métastases.

  • Examen physique :

    • le plus souvent normal.

    • Toucher pelvien +++.

    • Si signe clinique, souvent tumeurs évoluées.

    • L'examen doit être complet.

    1. Examens complémentaires.

  • Cytologie urinaire :

    • recherche de cellules urothéliales desquamées suspectes.

    • Classification en cinq stades.

  • Échographie vésicale :

    • lésion tissulaire des parois vésicales.

  • UIV :

    • visualise une lacune.

    • Participe au bilan d'extension du haut appareil.

  • Endoscopie vésicale :

    • examen de référence.

    • Réalisé en consultation après contrôle BU.

    • Permet de visualiser la lésion et de la décrire.

    • Recherche d'autres localisations.

  • La résection endoscopie de vessie :

    • but diagnostique : donne l'histologie.

    • But thérapeutique : traitement des lésions superficielles.



    1. Bilan d'extension.

  • TDM abdomino-pelvien sans et avec injection.

  • +/- I.R.M.

  • +/- curage ganglionnaire.

  • Les autres examens ont fait sur points d'appel :

    • scintigraphie osseuse.

    • TDM cérébrale.



    1. Histologie.

  • Carcinome à cellule transitionnelle : 90 %.

  • Tumeurs superficielles 80 %.

  • Tumeurs infiltrantes : 20 %.

  • Grades : facteurs de pronostique.



    1. Évolution.



      1. Tumeurs superficielles.

  • Récidives locales sur le même mode.

  • Progression vers l'infiltration en profondeur.

      1. Tumeurs infiltrantes.

  • Métastases ganglionnaires à distance.

  • Si N+ (ganglions atteints) médiane de survie à 1 an.

  • Métastases dans environ 50 % des cas.

  • Espérance moyenne de survie 50 % à 5 ans.



    1. Traitement.



      1. Tumeurs superficielles.

  • Résection Trans urétral de vessie (RTUV).

  • Instillation endo vésicale :

    • chimiothérapie : Mitomycine C.

    • immunothérapie : BCG.

    • Tolérance difficile.

  • Éliminer les facteurs de risque.

  • Surveillance :

    • cytologie.

    • Échographie.

    • Fibroscopie.



      1. Tumeurs infiltrantes.

  • cystectomie radicale + curage ganglionnaire :

    • cystoprostatectomie totale chez l'homme.

    • pelvectomie antérieur pour la femme.

  • Dérivations cutanées :

    • urétérostomie cutanée.

    • Dérivation non continente : Bricker.

    • Dérivation continente : poche de Koch.

    • Entérocysto-plastie de remplacement.



      1. Cystectomie.

  • Pré opératoire :

    • bilan nutritionnel.

    • Marquage en vue de la stomie.

  • Postopératoire :

    • diurèse.

    • Sonde urétérale 10 à 15 jours (lavage chaque jour).

    • Sonde vésicale : mucus si Entérocystoplastie.

    • Sonde nasogastrique

    • transit.



      1. Chimiothérapie.

  • Exclusive, néo adjuvante ou adjuvante.



      1. Radiothérapie.

  • Association radio chimio possible.

  • N'amène pas à une guérison.0

similaire:

Rapports sexuels iconTP2 Les régulations hormonales
...

Rapports sexuels iconMemoire n°
«Selon les critères de l’oms, un couple est déclaré infertile s’il n’a pas procréé après 2 ans de rapports sexuels non protégé En...

Rapports sexuels iconRapports sexuels à risque pendant le voyage ?
«elle lui avait dit de ne pas aller en Thaïlande mais qu’elle en fait qu’a sa tète». Elle vous dit par la suite que sa fille n’a...

Rapports sexuels icon7. rapports 13

Rapports sexuels iconRapports annuels de performances

Rapports sexuels iconExamen des rapports

Rapports sexuels iconRapports annuels de performances

Rapports sexuels iconCalendrier Rapports des concours

Rapports sexuels iconRapports de l’ep aux techniques corporelles ep, sport et santé dans la societe francaise

Rapports sexuels iconRapports, Recommandations, Déclarations, Propositions, etc. / Berichte,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com