Résumé Cette note de synthèse rédigée en vue de soutenir une habilitation à diriger des recherches (hdr) propose une relecture de mes travaux de recherche sur








télécharger 51.17 Kb.
titreRésumé Cette note de synthèse rédigée en vue de soutenir une habilitation à diriger des recherches (hdr) propose une relecture de mes travaux de recherche sur
date de publication19.01.2018
taille51.17 Kb.
typeRésumé
b.21-bal.com > comptabilité > Résumé


Résumé


Cette note de synthèse rédigée en vue de soutenir une habilitation à diriger des recherches (HDR) propose une relecture de mes travaux de recherche sur la modélisation en physique statistique et en écologie comportementale ayant pour but de dégager des problématiques de la modélisation en sciences expérimentales et de les traduire ensuite en problématiques de la transmission. Dans une première partie, je présente mes travaux en me plaçant du point de vue des modèles que j’ai utilisé plutôt que des systèmes, physique ou biologiques, étudiés. Les problématiques de la modélisation auxquelles je m’intéresse tout particulièrement sont communes à tous ces travaux : le rapport expérience/modèle, l’intervention de l’aléa et la transdisciplinarité. Dans une deuxième partie, je m’intéresse à l’enseignement de la modélisation. Je construis une typologie des fonctions des modèles basée sur le rapport entre modèle et expérience. Cette typologie est construite pour le cas particulier des modèles formels (utilisant un formalisme mathématique, statistique ou informatique). Pour chaque type de modèle, une option pédagogique est proposée, en particulier sur l’usage des simulations. Dans le troisième chapitre, la problématique de la cohérence entre le sens de l’apprentissage et l’usage des technologies est soulevée. J’élabore un outil pour reconnaître ou construire cette cohérence. Puis, un projet d’enseignement des outils mathématiques pour les sciences de la vie, couplé à une recherche expérimentale sur l’usage d’un environnement informatique, est présenté. Enfin, mes nouveaux projets de recherche sont décrits dans les perspectives.



Mots clés : Apprentissage humain – Didactique des sciences expérimentales – Ecologie comportementale – Environnements informatiques – Modélisation – Physique statistique
Remerciements


Je remercie Nicolas Balacheff, Carlos Bernstein et Dominique Pontier qui m’ont fait l’honneur de bien vouloir faire partie du jury et tout particulièrement Arnaud Martin, Christian Orange et Cécile Vander Borght qui ont accepté la tâche de rédiger un rapport sur ce mémoire.
Je remercie Henk Hilhorst qui a dirigé ma thèse au Laboratoire de Physique Théorique et Hautes Energies à Orsay, là où tout a commencé.
Je remercie ceux qui m'ont accueilli dans leur équipe, Mike Moore, Marc Gabay, Michel Peyrard, Peter Young, Marc Mangel, Carlos Bernstein et Patricia Marzin.
Je remercie ceux qui m’ont accordé leur confiance et m’ont permis de devenir membre « permanent » du laboratoire qu’il dirigeait, Jean-Pierre Hansen, Christian Gautier et Nicolas Balacheff.

Merci à Silvio Franz, Tamar Keasar, Mônica Macedot-Rouet et Irène Till-Bottraud pour tous nos échanges intellectuels et amicaux et en particulier Jean-Marie Legay.

Merci aux étudiants qui ont été des collaborateurs privilégiés, Markus Thill, Guillaume Epinat, Isabelle Amat, Marcela Castelo et Clément Maisch.
Merci à toute l’équipe SEED, Cédric d’Ham, Isabelle Girault, Patricia Marzin et Claire Wajeman, éphémère mais solide.
Je remercie mon mari d’avoir participé au développement de plusieurs simulations, mais aussi à ce mémoire en faisant les comptes suivants :
Nombre de jours de recherche effectuées au CNRS depuis 1992 : 2795

Nombre d'heures de nouveaux enseignements dispensés : 264

Nombre de présentations orales effectuées : 48

Nombre de langages de programmation maîtrisés : 4


Dans la liste de publications :
Estimation du nombre de pages d'articles publiées : 960

Nombre de co-auteurs : 27

Nombre moyen d'auteurs par article : 2,73

Pourcentage d'articles publiés dont je suis le premier auteur : 73%

Nombre maximum de citations d’un de mes articles (web of science 2006) : 47

Nombre minimum de citations d'un article (web of science 2006) : 1


Et pour finir :

Nombre de laboratoires m'ayant hébergée six mois ou plus : 7

Nombre de pays visités lors des missions : 15

Enfin, je remercie mes enfants ne pas compter les heures que je passe avec eux et mes parents de ne pas compter les heures qu'ils passent avec mes enfants.


Sommaire


Parcours 7

Introduction 9



Chapitre 1 Problématiques de la modélisation en physique et en biologie



1. Les systèmes désordonnés binaires : modèles pour la physique, outils pour la biologie 18

1.1 Du modèle d'Ising à la biodiversité

1.2 Du modèle Edwards-Anderson à l’évolution des espèce

1.3 Du modèle de Hopfield à l’apprentissage chez les bourdons

1.4.Du modèle de percolation et à la dispersion chez les parasitoïdes
2. Modélisation en écologie comportementale 30

2.1 Recherche d'optimum

2.2 Recherche d'ESS

2.3 Dynamique de population
3. Des problématiques de la modélisation en sciences expérimentales 46

3.1 Le rapport expérience-modèle

3.2 L’intervention de l’aléa

3.3 La transdisciplinarité

3.4 Conclusion


Chapitre 2 Une typologie des fonctions des modèles formels



1. Introduction : quelques définitions 54
2. Unité d'enseignement de modélisation en biologie 56

2.1 Faut-il enseigner la modélisation ?

2.2 Comment enseigner la modélisation à l'université

2.3 Options pédagogiques pour l'enseignement de la modélisation
3. Les modèles vus par les scientifiques qui les conçoivent 64
4. Un cadre théorique pour une typologie des fonctions de modèles 68
5. Les fonctions des modèles 74

5.1 « Calculer » : un modèle pour résoudre un problème ou prédire quantitativement ce qui pourrait se passer

5.2 « Expliquer » : un modèle pour expliquer ce qui est ou ce qui se passe

5.3 « Décrire : un modèle pour reproduire ce qui se passe et/ou prédire qualitativement ce qui pourrait se passer

5.4 « Indiquer » : un modèle pour s’orienter, comprendre, décider et prédire le
sens des choses, des phénomènes
6. Conclusion 86



Chapitre 3 Apprentissage expérientiel de la modélisation en sciences

expérimentales



1. Introduction 90
2. Quel rôle pour les technologies de l’éducation ? Quelle éducation ? 93

1.1 Introduction

1.2 Motivation pour un outil de discernement

1.3 La carte des sens de l’expérience pédagogique
3. Enseigner les mathématiques pour les sciences de la vie 105

2.1 Introduction

2.2 Le contexte du projet MathSV

2.3 L’environnement informatique d’apprentissage MathSV

2.4 Recherche expérimentale

2.5 Méthodologie pour faire évoluer la pédagogie en TT : apprentissage par problème basé sur un environnement informatique


Perspectives 125

Epilogue 135

Références 137

Liste de publications 149

« a scientist's achievement may lie in many different areas: As an innovator (new discoveries, new theories, new concepts), as a synthesiser (bringing together scattered information, sharing relationships and interactions, particularly between different disciplines, like genetics and taxonomy), as a disseminator (presenting specialized information and theory in such a way that it becomes accessible to non-specialists [popularizer is a misleading term]), as a compiler or cataloguer, as an analyst (dissecting complex issues, clarifying matters by suggesting new terminologies, etc.), and in other ways. »

Ernst Mayr écrivant à Will Provine (1979), cité par W. Provine (2005).
Parcours
Au cours de mes premières années universitaires, ma passion pour les mathématiques s’est élargie à la physique quantique qui m’a séduite par les questions épistémologiques qu’elle soulève. Après avoir obtenu une licence de mathématiques à l’université Paul Sabatier de Toulouse, j’ai donc entrepris des études de physique à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Paris, en magistère, puis une thèse de physique statistique (1989-1992) à l’université Paris-Sud. En 1992, je deviens chargée de recherche au CNRS, affectée au laboratoire de physique de l’ENS de Lyon (dirigé par Jean-Pierre Hansen).

Le souci de poser et résoudre des problèmes humains et non de faire de la science désincarnée m’a guidée tout au long de mon parcours et m’a conduite de la modélisation en sciences expérimentales à la didactique et aux environnements informatiques pour l’apprentissage humain (EIAH).

Après huit années de recherche sur des modèles de physique statistique (1989-1997), j’ai étendu le domaine d’application de mes modèles à l’écologie comportementale, où j’ai pu réutiliser certaines méthodes issues de la physique. J’ai commencé à m’intéresser à la modélisation en écologie lors d’un séjour de trois années aux Etats-Unis, à l’université de Californie, Santa Cruz. J’ai continué dans cette voie à mon retour en France, en intégrant le laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive de Lyon dirigé par Christian Gautier (2000-2005).

Au printemps 2001, C. Gautier répond à un appel d’offre INCA de la région Rhône-Alpes et s’engage dans le projet ambitieux de mettre à disposition de tous, sur Internet, les enseignements dispensés par les membres du laboratoire, enseignements dont l’originalité se situe dans l’interdisciplinarité mathématiques/informatique/biologie. Dans ce contexte et en collaboration avec une équipe d’enseignants-chercheurs, j’ai été co-responsable de la conception et la réalisation d’un site web interactif ainsi que d’un dispositif pédagogique innovant (projet MathSV, chapitre 3). Afin de m’impliquer plus complètement dans tous les rôles de l’enseignant-chercheur, j’ai obtenu une délégation d’un an à l’Université Lyon 1 (2003/2004). Le projet MathSV m’a montrée la complexité de telles innovations et m’a questionnée sur ses aspects didactiques, psycho-sociologiques, organisationnels, voire institutionnels, un questionnement qui m’a conduit à envisager une nouvelle orientation de mes recherches. Aujourd’hui, mon objectif en recherche est de modéliser la conception des situations pédagogiques basées sur les environnements informatiques et d’étudier leurs usages par les apprenants concernés. Dans ce but, j’ai intégré le laboratoire Leibniz à Grenoble (dirigé par Nicolas Balacheff), en septembre 2005.

Depuis le début de ma thèse en 1989, mes travaux de recherche sont axés sur la modélisation, avec des modèles phénoménologiques, des modèles mathématiques ou bien des modèles numériques mais, pour la plupart, des modèles probabilistes (chapitre 1). Mes recherches en didactique et sur les EIAH vont donc plus particulièrement se focaliser sur l’apprentissage de compétences en modélisation et de connaissances mathématiques pour les sciences expérimentales, biologiques ou physiques (chapitre 2).

Introduction

Quel rapport les mathématiques entretiennent-elles avec les autres disciplines ? Citons, pour ce qui nous concerne, les interactions croissantes entre biologie et mathématiques, ou plus anciennes entre physique et mathématiques. Un rapport1 récent du Centre de Recherches sur l'Enseignement des Mathématiques (CREM) souligne le contraste étonnant entre l’interaction très forte des mathématiques avec les autres sciences, et le peu de relation de leur enseignement avec les autres enseignements scientifiques. Ces disciplines sont le plus souvent enseignées dans des cours distincts, dans l’enseignement mono-disciplinaire si répandu. Cependant, l’interaction entre les mathématiques et les autres sciences est actuellement un sujet qui suscite un fort intérêt, comme en témoignent notamment les nombreux rapports et colloques des associations professionnelles (comme la Société Mathématique de France, les enseignants de mathématiques des INSA, etc).

La modélisation est une des interfaces entre les mathématiques et la biologie ou la physique. Dans ce mémoire, nous nous intéressons à l’enseignement des sciences expérimentales par les modèles. Cependant, comme le souligne le rapport du CREM, si les programmes scolaires de mathématiques incitent déjà depuis quelques années au rapprochement avec les autres disciplines, « la réalité est sensiblement différentes : il ne suffit pas de décréter la liaison avec les autres disciplines pour qu’elle vive de façon effective, car elle de demande un changement de vision et de pratiques qui n’est pas facile à réaliser. »1 En effet, la mise en oeuvre des programmes de mathématiques des années 70 préconisant « l’étude de situations issues de discipline comprenant une phase de modélisation et une phase d’interprétation des résultats »1 est lente et difficile. Des innovations existent cependant, à tous les niveaux. L’enseignement des statistiques dans les programmes du lycée progresse et ouvre des perspectives de coopération avec les sciences expérimentales. Les TPE (travaux personnels encadrés) qui offrent un cadre institutionnel à la coopération entre disciplines, affichent, pour les années 2006/2007 et 2007/2008, le thème « modèles et modélisation ». Au-delà du baccalauréat, des cursus mixtes physique/mathématiques (e.g. ENS Paris) ou biologie/mathématiques/ informatique (e.g. ENS Paris, Lyon I, Marseille I) commencent à voir le jour.

Déterminer le « sujet » de la modélisation, « c’est le problème de qui ? »

Lorsque l’on parle de la modélisation, il est possible de prendre plusieurs points de vue : celui du chercheur ou de l’expert, celui de l’enseignant ou de l’étudiant, pour ceux qui nous préoccupent ici. Dans un contexte académique, ce sont des expérimentateurs qui adaptent ou utilisent des modèles ou des théoriciens qui les conçoivent. Par ailleurs, il y a ceux qui utilisent ou adaptent des modèles dans des contextes d'expertise : par exemple dans le cadre de la gestion forestière, de la conservation des espèces, de la gestion de pêcheries. Dans le contexte de l’enseignement, différents acteurs sont concernés et cela pose plusieurs questions. Qui prend en charge l’enseignement de la modélisation ? est-ce le professeur de mathématiques, le professeur des sciences de la vie et de la terre ou de physique et chimie, ou bien doit-on construire un cours dédié à la modélisation (et à la simulation qui lui est souvent associé) basé sur la collaboration entre plusieurs de ces professeurs ? Une autre question est celle de savoir qui sont les élèves, ou plus précisément, à partir de quand va-t-on commencer à les initier à la modélisation ? On peut penser que cela débute au lycée, au début de l’enseignement supérieur ou bien seulement au niveau d’un master.

Quels sont les buts de celui qui construit des modèles en physique ou en biologie ? Il peut s’agir de comprendre un phénomène en l’analysant (découper le système, isoler des facteurs, émettre des hypothèses, …), d’expliquer un phénomène par un mécanisme rationnel. Le but peut être aussi de prédire l’existence ou le déroulement du phénomène, les risques, ou de remplacer une expérience par un simulateur (basé sur un modèle). Ces buts peuvent se superposer. Le chercheur et l’étudiant n’auront pas la même démarche mais peuvent partager certains de ces buts. Le chercheur cherche à donner du sens au phénomène, il fait un travail intérieur de modélisation, de formalisation, il transpose son expérience dans un registre formel. L'élève doit souvent apprendre à modéliser des problèmes particuliers et non à modéliser en général. Le chercheur élabore un processus de connaissance et l'élève va éventuellement reproduire ce processus. Leur rapport à la réalité, à l’expérience qu’ils ont de la réalité, peut donc se ressembler. En ce sens, le rapport entre expérience et modèle nous apparaît comme central à la modélisation. La construction de notre compréhension et du sens se fait au travers de nos expériences et de la résolution de situations problématiques.

Analyser les « objets » (les conditions et les composantes) de la modélisation.

Nous parlons de modélisation formelle en sciences expérimentales. Les sciences expérimentales sont la physique, la biologie, la chimie, mais aussi la psychologie, etc. Seules les deux premières seront abordées dans ce mémoire.

Les modèles formels sont essentiellement des modèles mathématiques, statistiques ou numériques. Ils permettent de passer du stade discursif (un modèle verbal) ou schématique (un modèle symbolique) au stade formel, et bien souvent de quantifier des résultats. Dans les deux disciplines citées, la physique comme la biologie, on peut distinguer deux approches : les modèles déterministes et les modèles probabilistes. Il s’agit de deux approches bien différentes bien qu’elles peuvent être utilisées en parallèle sur un même problème (par exemple un problème de dynamique de populations, chapitre 2).

Dans le contexte particulier des sciences expérimentales, le modèle peut être un instrument, par exemple pour les expérimentateurs physiciens ou biologistes. Pour Legay (1973, p26), le modèle est un « outil méthodologique » pour la production de connaissances dont la construction n’est pas forcément complexe mais dont la conception est toujours difficile. La difficulté vient de la complexité de la réalité, ou plus exactement de ce que JM Legay appelle la prise de décision de la complexité (le fait de prendre conscience et de prendre en compte la complexité de la réalité). Nous nous intéresserons dans ce mémoire aux situations d’apprentissage où les étudiants construisent des modèles formels en réponse à des problèmes de science ; la conception de nouveaux modèles formels étant réservée en général aux initiés, chercheurs ou experts. Cette distinction entre construction et conception est analogue à la différence qu’il y a entre construire une maquette avec un kit de construction, plus ou moins complet, dans le but de répondre à une question, et concevoir une nouvelle maquette.

Comment enseigner et apprendre les sciences par les modèles ?

Apprendre la démarche de modélisation formelle comprend en général plusieurs aspects : (i) apprendre à bien poser le problème (énoncer correctement le problème verbalement de manière à pouvoir le formaliser ensuite, sélectionner une stratégie de modélisation appropriée, définir les bonnes variables), (ii) apprendre à traduire une information verbale en modèle formel, (iii) apprendre à analyser des modèles existants, (iv) apprendre à interpréter des résultats, des prédictions du modèle (Gross, 1992).

Le cadre d’apprentissage choisi ici est celui de l’apprentissage expérientiel, autrement dit la prise en compte par l’enseignant de toute la richesse de l’expérience vécue par la personne qui apprend. En effet, l’expérience agit sur l’apprenant, le transforme autant par ce qu’elle lui apprend (le contenu de l’expérience) que par la façon dont elle lui apprend : vivre une expérience ne consiste pas à comprendre un contenu, une pensée, de façon abstraite et désincarnée mais fait aussi appel aux émotions, aux sensations, aux sens. Apprendre se construit avec de nombreuses autres expériences que celles qui sont purement mentales. Dans ce contexte, les moyens pédagogiques pertinents pour nous seront ceux qui permettent de construire des situations « à vivre » par l’apprenant.

On peut alors s’interroger sur ce que pourrait être un apprentissage expérientiel de la modélisation en sciences expérimentales : en quoi faire fonctionner tel ou tel modèle formel témoigne-t-il d’une expérience humaine ? Quel est le cheminement expérientiel (et pas seulement mental) de l’apprenant en situation de découvrir et comprendre un phénomène ? Comment individualiser ce cheminement ? Comment utiliser les technologies et les environnements informatiques comme vecteur de l’expérience pédagogique vécue par l’apprenant, comme « paysage » dans lequel l’apprenant chemine ?

La question des technologies se pose ici pour deux raisons : car elles peuvent être un enjeu de la transformation des situations et des méthodes d’apprentissage et parce qu’elles peuvent contribuer à améliorer la qualité de l’expérience vécue par l’étudiant. En effet, les environnements informatiques, Internet et les autres moyens technologiques actuels, sont une aide précieuse pour créer ces situations « à vivre » par les apprenants. Ces moyens ont des avantages, comme leur flexibilité et leur facilité d’accès, mais aussi leurs capacités multimedia et leur potentiel scénographique.

Les trois chapitres du mémoire.

Premier chapitre :
L’objectif de ce chapitre est de rapporter mon expérience de la modélisation et en tirer des problématiques. Je présente mes travaux en me plaçant du point de vue des modèles que j’ai utilisés, tandis que les sujets de modélisation sont présentés dans quatre encadrés (les systèmes étudiés en physique statistique et en écologie comportementale et les questions de recherche associées). Pour les résultats de ces travaux, on pourra se reporter aux articles joints en annexes. Il y a trois problématiques transversales qui sont mises en avant : le rapport expérience/modèle, l’intervention de l’aléa et la transdisciplinarité. Elles seront ensuite déclinées en questions plus précises dans les chapitres suivants, dans le contexte de l’enseignement et de l’apprentissage.

Deuxième chapitre :
L’objectif de ce chapitre est de construire une typologie des fonctions des modèles à partir d’une analyse du rapport entre modèle et expérience. J’explore le lien entre la manière dont on modélise en tant qu’expert ou chercheur et la manière dont on apprend à modéliser en tant qu’étudiant, et j’admets que ce lien repose sur le rapport entre l’expérience de celui qui modélise et le modèle. La typologie est construite pour le cas particulier des modèles formels (utilisant un formalisme mathématique, statistique ou informatique). Ces fonctions des modèles sont de « calculer », « décrire », « expliquer » ou « indiquer ». Pour chaque fonction, une option pédagogique est proposée, en particulier sur l’usage des simulations. Des pédagogies et des usages des outils de simulations privilégiés pour chaque fonction sont présentés.

Troisième chapitre :
La problématique de la cohérence entre le sens de l’apprentissage et l’usage des technologies est soulevée. L’élaboration d’un outil original est présenté. Il permettra de discerner différentes postures possibles pour l’enseignant en situation de concevoir une expérience pédagogique. Une grande partie de ce chapitre est dévolue à un projet d’enseignement et de recherche sur les outils mathématiques pour les sciences de la vie (le projet MathSV). L’environnement informatique et les choix pédagogiques sont décrits. Les résultats d’une recherche expérimentale à grande échelle, auprès de trois sections de Licence première année de Lyon I, sont discutés. Je termine par l’ébauche d’une méthodologie destinée à élucider le cheminement de l’apprenant en situation de découvrir et formaliser la variabilité statistique (du vivant) et à construire un module pédagogique correspondant.

1 Publié dans le bulletin de l'APMEP n°458, p. 354-374 sous le titre : « L'enseignement des mathématiques en relation avec les autres disciplines. »


similaire:

Résumé Cette note de synthèse rédigée en vue de soutenir une habilitation à diriger des recherches (hdr) propose une relecture de mes travaux de recherche sur  iconRecherche-action Recherche-action, n f. Sens «Recherches dans lesquelles...
«Recherches dans lesquelles IL y a une action délibérée de transformation de la réalité; recherches ayant un double objectif : transformer...

Résumé Cette note de synthèse rédigée en vue de soutenir une habilitation à diriger des recherches (hdr) propose une relecture de mes travaux de recherche sur  iconRésumé : Dans les années 60, une équipe médicale spécialisée en phytothérapie,...
«larges» (tests de floculation). Cette méthode a eu un succès certain, mais une foule de questions restait sans réponse

Résumé Cette note de synthèse rédigée en vue de soutenir une habilitation à diriger des recherches (hdr) propose une relecture de mes travaux de recherche sur  icon2. Recherche et Dialogue (Card. Gianfranco Ravasi) p. 2
«recherche» dans le sillage de l’avertissement qui ressortait dans l’Apologie de Socrate, où Platon plaçait sur les lèvres de son...

Résumé Cette note de synthèse rédigée en vue de soutenir une habilitation à diriger des recherches (hdr) propose une relecture de mes travaux de recherche sur  iconRésumé Synthèse de la recommandation
«Ebola» et une mise en conformité cohérente des structures de soins et des laboratoires de ces esr est en cours

Résumé Cette note de synthèse rédigée en vue de soutenir une habilitation à diriger des recherches (hdr) propose une relecture de mes travaux de recherche sur  iconRésumé Notre recherche consiste à présenter une étude sur les matériaux...

Résumé Cette note de synthèse rédigée en vue de soutenir une habilitation à diriger des recherches (hdr) propose une relecture de mes travaux de recherche sur  iconRésumé Ce stage s’inscrit dans la continuité des travaux du Pr. Zine...

Résumé Cette note de synthèse rédigée en vue de soutenir une habilitation à diriger des recherches (hdr) propose une relecture de mes travaux de recherche sur  iconRésumé Cet article propose une tentative d'«archéologie»
«action située» originelle, le courant de l' «apprentissage situé» et celui de la «cognition distribuée»

Résumé Cette note de synthèse rédigée en vue de soutenir une habilitation à diriger des recherches (hdr) propose une relecture de mes travaux de recherche sur  iconMilieu animal et milieu humain
«Note sur la situation faite en France à la philosophie biologique» l’absence d’une réflexion philosophique sur la biologie, de même...

Résumé Cette note de synthèse rédigée en vue de soutenir une habilitation à diriger des recherches (hdr) propose une relecture de mes travaux de recherche sur  iconRésumé : La fatigue, le stress et la souffrance psychologique constituent...
«burn out» -bien au contraire-, mais que le psychisme humain possède une certaine plasticité et une complexité qui rendent possibles...

Résumé Cette note de synthèse rédigée en vue de soutenir une habilitation à diriger des recherches (hdr) propose une relecture de mes travaux de recherche sur  iconEssais et conférences
«essais et conférences» portant sur les résultats de quelques-uns de nos travaux. Notre nouveau recueil, où se trouvent groupés des...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com