Resultats de la mise à jour des connaissances sur les chiropteres d’Algerie








télécharger 325.02 Kb.
titreResultats de la mise à jour des connaissances sur les chiropteres d’Algerie
page4/6
date de publication15.05.2017
taille325.02 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > Biología > Documentos
1   2   3   4   5   6
Nyctalus noctula

Statut IUCN Mondial

Statut IUCN Regional

Statut de protection en Algerie





Protégée

Otonycteris hemprichii ( Peters, 1859 )




Noms usuels : Français : L’Oreillard d’Hempriche

Description et Caractères généraux : C’est une chauve souris de grande taille, caractérisée par ses grandes oreilles, larges à leur base, le tragus est long, brusquement rétréci vers la pointe, les ailes sont grandes et longues, la queue est courte, seule la dernière vertèbre dépasse de l’uropatagium . C’est une espèce saharienne au pelage clair, beige dessus, blanc dessous.

Mensurations corporelles : T+C = 67,5 , Q = 47,5 , P = 11,2 , OR = 40 , AB = 57,5

Mensurations des doigts : III MET = 50 ( 1 PH = 19 , 2 PH = 27,5 ) , V MET = 49 (1 PH = 13,5 , 2 PH = 13,5 )

Mensurations crâniennes : LZ = 14,4 - 14,5 ,MD = 16,2 - 17,1

Formule dentaire : I 1/3 + C 1/1 + PM ½ + M 3/3

Nourriture : Insectivore

Répartition historique : C’est une espèce saharienne connue des régions désertiques. Signalée à Ouargla par Lataste et Dobson en 1880 à Gara Krima ainsi que par par Koenig (1896.) ,Heim de Balsac et Laurent en 1936-1937, signalèrent des excrements à El-Goléa et, en 1965 Heim de Balsac trouva des restes dans des pelotes de régurgitation de rapaces à Djanet. Plus récemment, elle a été signalée par Kowalski et Gaisler (1986) à Abadla, Beni Abbès, Brezina, Djanet où ils récoltèrent respectivement 2, 2, 1, et 1 individu qu’ils ont étudié.


Otonycteris hemprichii

Statut IUCN Mondial

Statut IUCN Regional

Statut de protection en Algerie





Protégée





Pipistrellus kuhlii (Natterer, 1819)



Noms usuels : Français : La Pipistrelle de Kuhl

Description et Caractères généraux : C’est une espèce de couleur claire, présentant un liséré blanc net sur les membranes alaires , le pouce est court, le cinquième doigts es t sensiblement long (41 à 45 mm), l’incisive supérieure externe est très petite, l’incisive interne ne possède qu’une seule pointe. C’est une espèce de moeurs anthropophiles, elle vit également sous l’ecorce de vieux arbres, fréquemment observée en mois d’hiver.

Mensurations corporelles :  T+C = 41 – 44, Q = 31 – 41, P =5 – 7 , AB = 31 - 34

Mensurations des doigts : III MET = 28 - 32,5 ( 1 PH = 11 – 13, 2 PH = 8 – 11) , IV MET = 28 - 31,5

(1 PH = 9 – 12 , 2 PH = 6,5 – 10 ) , V MET = 27 – 31 ( 1 PH = 7 – 8 , 2 PH = 5 – 7 )

Nourriture : Insectivore

Répartition historique : Cette espece était considérée comme etant deux especes distinctes Pipistrellus deserti et Pipistrellus kuhlii , des travaux recents montrerent qu’il ne s’agissait finalement que de la pipistrelle de Kuhl

De la côte à la partie centrale et occidentale du Sahara. C’est une espèce connue au Sud, au Centre et à l'Ouest du Sahara.Elle a été signalée, pour la première fois, de 1934 à 1936 à Djanet par Heim de Balsac .En 1985 Qumsiyeh la signala à Beni Abbès, In Salah, Hoggar, Tamanrasset et In Amguel. Cet auteur a envoyé des spécimens de cette espèce à différents musées, notamment le British Museum of Natural History, le National museum of Natural History de Washington. En 1986 Kowalski et Gaisler observèrent un spécimen à Taghit (Béchar) et à Djanet. , Signalée en 1841 par Wagner d’Alger et d’Oran puis par Loche (1858) à Alger. En 1880 Lataste la signala à Alger, Annaba, Biskra, Tolga, Boussaâda et, en 1885, à Larbaâ, M'Sila et Touggourt. En 1913 Thomas la signala à Aïn Sefra, El-Goléa, El-Kantara au sud de Ghardaïa et Sebseb. En 1922 elle le fut par Foley à Beni Ounif. En 1925,par Thomas à Tamanrasset. En 1983 Gaisler à Djemila (Sétif), Sebseb. En 1985 Qumsiyeh à Aïn Sefra, Constantine et Vesmanis à Djelfa. En 1986 Kowalski et Gaisler à Abadla, Arbaouats, Beni Abbès, Brezina, Messerghine, Foret de M'Sila (Oran), Oran, Sebdou, Sebseb, Taghit, Yakouren.


Pipistrellus kuhlii

Statut IUCN Mondial

Statut IUCN Regional

Statut de protection en Algerie





Protégée

Pipistrellus pipistrellus (Schreber, 1774)



Noms usuels : Français : La Pipistrelle commune

Description et Caractères généraux : Ce sont de petites chauves souris aux oreilles courtes, plutôt triangulaires séparées à leur base, la membrane interfémorale présente un lobe postcalcanéen , elle englobe donc l’éperon. Son pelage est de couleur variable à dominante brune, l’incisive supérieure interne présente deux points, elle est moitié plus longue que l’incisive externe, le cinquième doigts est court (38 à 42 mm). C’est une espèce anthropophile et arboricole , elle vole très tôt le soir, parfois avant le coucher du soleil.

Mensurations corporelles : T+C = 41 - 44 , Q = 31 - 41 , P =5 – 7 , AB = 31 - 34

Mensurations des doigts : III MET = 28 - 32,5 ( 1 PH = 11 – 13, 2 PH = 8 – 11) , IV MET = 28 - 31,5

(1 PH = 9 – 12 , 2 PH = 6,5 – 10) , V MET = 27 – 31 ( 1 PH = 7 – 8 , 2 PH = 5 – 7 )

Formule dentaire : I 2/3 + C 1/1 + PM 2/2 + M 3/3

Nourriture : Insectivore

Répartition historique : Connue seulement de la zone côtière et de l’Atlas tellien. En 1880 Dobson détermina cette espèce collectée par Lataste à Annaba. Kowalski et Gaisler ont retrouvé cette espèce de 1983 à 1986 dans plusieurs localités à  Messerghine, Sebdou, Sétif, Yakouren, où ils ont observé et capturé respectivement 2, 6, 3, et 4 individus.




Pipistrellus pipistrellus

Statut IUCN Mondial

Statut IUCN Regional

Statut de protection en Algerie





Protégée

Pipistrellus rueppellii ( Fischer, 1829)

Noms usuels : Français : La Pipistrelle de Ruppel

Description et Caractères généraux : Elle se distingue des autres pipistrelles par ses incisives supérieures internes qui sont longues et profondément bifides (2 pointes) et une fourrure ventrale d’un blanc pur, le pelage dorsal est brun, les poils étant plus sombres a leur base, la membrane alaire est assez pâle, les membres et la queue apparaissent sombre par contraste.

Mensurations corporelles : AB = 30 - 32,5

Mensurations crâniennes : CB = 11,5 - 12,5

Nourriture : Insectivore

Répartition historique : Connue seulement dans la vallée de la Saoura où elle a été décrite en 1971 par Haymman et Hill et à Beni Abbès où elle a été revue par Gaisler et Kowalski en 1986. Ces mêmes auteurs l’ont observée à Abadla.



Pipistrellus rueppellii


Statut IUCN Mondial

Statut IUCN Regional

Statut de protection en Algerie





Protégée


H
ypsugo savii (Bonaparte, 1837)


Noms usuels : Français : La pipistrelle de Savi

Description et Caractères généraux : Se différencie des autres Pipistrelles par son pelage dorsal constitué de poils foncés à l’extrémité claire, le cinquième doigts mesure (41 à 43 mm), l’incisive externe est plus longue que la moitié de l’incisive interne, et ne présente qu’une seule pointe.

Mensurations corporelles : AB = 33,5 - 36,5

Mensurations des doigts : III MET = 53 - 51,5 , IV MET = 43 - 40,5

Mensurations crâniennes : CB = 13,7 , LZ = 8,8 , MD = 10

Nourriture : Insectivore

Répartition historique : En 1964 Hill mentionna sa présence à Guelt Es-stell et il envoya 2 spécimens au British museum of Natural History. En 1983 Gaisler mentionna sa présence dans les Monts Babors (Sétif), Tikjda et Timgad. Puis en collaboration avec Kowalski en 1986, il la signalèrent à Amentane (Biskra), Bouira et Tikjda où ils remarquèrent respectivement 3, 1, et 3 individus




Hypsugo savii

Statut IUCN Mondial

Statut IUCN Regional

Statut de protection en Algerie





Protégée


Plecotus teneriffae gaisleri ( Benda & Kiefer & Hanak & Veith, 2004 )

Noms usuels : Français : L’Oreillard gris

Description et Caractères généraux : La grande taille des oreilles, reunies à leur base, suffit à différencier l’oreillard gris des autres espèces . Au repos, les oreilles sont rabattues vers l’arrière, seul le tragus , étroit et long, demeure érigé. La queue est longue et dépasse largement de la membrane inter fémorale, le pelage est brun grisâtre sur le dos, gris jaunâtre sur le ventre légèrement plus clair chez les individus du sud du pays.

Mensurations corporelles : T+C = 43 - 45 , Q = 40 - 44 , P = 7,5 , OR = 35 – 38 , AB = 37 - 39

Mensurations des doigts : III MET = 34 ( 1 PH = 14, 2 PH = 18,5) , IV MET = 34,5 ( 1 PH = 9,5 , 2 PH = 11,5)

V MET = 33 ( 1 PH = 10 , 2 PH = 10 )

Mensurations crâniennes : CB = 17, LZ = 9 , MD = 11

Formule dentaire : I 2/3 + C 1/1 + PM 2/3 + M3/3

Nourriture : Insectivore

Répartition historique : Distribué sur la bordure septentrionale de Sahara et les hauts plateaux, elle n’a jamais été signalée sur la zone côtière. Depuis 1858 et 1867 Loche la signala de Blida et en 1913 Thomas envoya au British Museum of Natural History, un individu capturé à Oumach (près de Tolga). Plus récemment, en 1983 Gaisler signala la présence de cette espèce à Sétif et Timgad et en 1984 à Sétif et Tikjda. Kowalski et Gaisler en 1986 le signalèrent à Brezina, Sétif, Tikjda où ils retrouvèrent respectivement 12, 1 et 1 individu. Capturé par Seddiki à la teffedest : mertoutek en 1990 specimen dans formol à l’INA



Plecotus teneriffae gaisleri

Statut IUCN Mondial

Statut IUCN Regional

Statut de protection en Algerie





Protégée


Miniopteridae
1   2   3   4   5   6

similaire:

Resultats de la mise à jour des connaissances sur les chiropteres d’Algerie iconGlossaire, abréviations et autres informations de base Mise à jour : voir nom du fichier
«la mise en œuvre du système de vigilance sur les nouveaux aliments, les compléments alimentaires, les aliments qui font l'objet...

Resultats de la mise à jour des connaissances sur les chiropteres d’Algerie iconGlossaire, abréviations et autres informations de base Mise à jour : voir nom du fichier
«la mise en œuvre du système de vigilance sur les nouveaux aliments, les compléments alimentaires, les aliments qui font l'objet...

Resultats de la mise à jour des connaissances sur les chiropteres d’Algerie icon1travail sur les continuites – mise à jour juillet 2014

Resultats de la mise à jour des connaissances sur les chiropteres d’Algerie iconDocumentation classee sur les tourbieres (fevrier 2014), en complément du livre
«Le monde des tourbières et des marais», par O. Manneville, V. Vergne, O. Villepoux et le Groupe d’Etudes des Tourbières, delachaux...

Resultats de la mise à jour des connaissances sur les chiropteres d’Algerie iconCm (4) Littérature et société
«je» de la focalisation, sur la mise au jour du caractère hiérarchisé et fermé de ce micro-groupe social et sur la démystification...

Resultats de la mise à jour des connaissances sur les chiropteres d’Algerie icon1prise en compte des valeurs de la république mise à jour juillet 2014

Resultats de la mise à jour des connaissances sur les chiropteres d’Algerie iconLes différents conflits que vous vivez chaque jour ont des répercussions...

Resultats de la mise à jour des connaissances sur les chiropteres d’Algerie iconProblème : Comment s’appuyer sur les connaissances de la biologie...

Resultats de la mise à jour des connaissances sur les chiropteres d’Algerie iconLa médecine indique que le sida, ayant officiellement causé 28 millions...
Nécessité d’organiser des "fléaux" contre la population noire. En 1931, des tests sont faits secrètement sur les Afro-Américains...

Resultats de la mise à jour des connaissances sur les chiropteres d’Algerie iconRapporter les résultats sur un schéma








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com