Déf : maladie infectieuse, contagieuse, avec évolution chronique. Alternation de période d’émission et d’évolution. Etiologie








télécharger 33.19 Kb.
titreDéf : maladie infectieuse, contagieuse, avec évolution chronique. Alternation de période d’émission et d’évolution. Etiologie
date de publication31.03.2017
taille33.19 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > droit > Documentos
(SUITE POUMON)


PLEURESIE PURULENTE :
Rarement diagnostiquée
Signes :
- Fièvre

- Frissons

- Transpiration
Biologie :
- Leucocytose augmente

- VSH augmente

- Neutrophilie
Causes :
-Post traumatiques

- Surinfections (=> après une TBK : abcès pulm, infarctus, pneumothorax, infecté)

- Pleurésie purulente secondR après un abcès abdominal

PLEURESIE HEMORRAGIQUE :
Causes :
- Peut être iatrogène (engendré par le médecin)

- après ponction pulmonaire : petites lésions possibles => hémorragies intrapleurales ;

- mais aussi après chirurgie avec le bistourie ;

- Ou post traumatiques :

- Après TBK

- Après embolie

- Pleurésie pleurofibrineuses : malade avec troubles de la circulation ;

  • après thrombopénie => thrombocytes diminue => devient hémorragique


Diagn :
Par ponction = aspect rouge = hématie ++

HYDROTHORAX
Présence de liquide appelé transudat (avec peu de proteines)

S’associe avec IC, cirrhose, Infarctus rénal, dénutrition.
Dans ces conditions, on a moins d’albumine :

- Car pas/moins d’apport

- Perte rénale (diahrée)

- Trouble de synthèse (cirrhose hépatique)
 Hémothorax = sang sans liquide (hémothorax est plus rapide, formation de caillots)
Avec hydrothorax, deux maladies :

En même temps : oèdeme, ascite ;

En deuxième temps : transudat ;
Ps : P. hydrostatique diminue : cirrhose, protéinurie, malnutrition (malabsorption…)
Après une durée variable (jours, mois, années) :

  • dyspnée progressive (le transudat est progressif) ++


Rôle de l’anamnèse très important ici.
Lésions post Infarctus/embolie/TBK

LA TUBERCULOSE :
Déf : maladie infectieuse, contagieuse, avec évolution chronique.

Alternation de période d’émission et d’évolution.
Etiologie : bacille de KOCH (GR+, alcolorésistant)
Transmission :
Par TBK

Viande bovine

Lait (bovine)
Diagn rétrospectif :
Avec intradermoréaction à la tuberculine.

Si est positive, le malade a une primo-infection occulte.


Dépistage radiologique :
- Champs d’inoculations (chancre, « porte d’entrée »)

- Adénopathie satellite (est l'augmentation de volume des ganglions en rapport avec une maladie infectieuse ou d une tumeur)

- Lymphadénite (inflammation des ggl lymphatiques)

TBK primaire ou primo-infection :
Avec complications bénignes :
- Pleurésie ;

- Bronchites (compression)

  • fistules trachéobronchitiques (pas très dangereuses)


Primo infection :
Pneumonie bacillaire

Bronchopneumonie

Méningoencéphalite infectieuse
Signes :
- Toux au moins 3 semaines

- Dyspnée (sans autre cause)

- Amaigrissement

- Fièvre, sous fébrilité

- Nodule érythémateux (érythème noué ou érythème polymorphe)

  • face antérointerne jambe


Radiologie :
Opacité pulmonaire (ronde, unique)

  • intensité sous costale ;


Après arrivent aspect de lymphadénites et adénopathies hilaires, trachéobronchites.
Dépistage existant dans certains pays des cas asymptomatiques : radio thoraciques à faire dans les milieux très touchées par la TBK)
Diagn différentiel :
Signes de la TBK ressemblent un peu au cancer

(cancer = dvmt au niveau des cicatrices)

Le contexte de la maladie est à prendre en compte ;


TBK secondaire :
Forme de l’adulte

La + contagieuse
Manifestations cliniques :
- Fébrilités et sous fébrilités

- Fièvres vespérales (soir) et matinales

- Transpi nocturnes

- Asthénie

- Pâleur

- Amaigrissement

- Toux initiale non purulente ; puis mucopurulente ;

- Crachat : hémoptysie franche (sang uniquement) ou crachat hémoptysique (mucus, cellules et sang)

  • premiers malades à prendre en compte en urgence.

- Douleurs thoraciques parfois

- Dyspnée

  • quand elle est intense, penser aux associations a d’autres maladies (cancer pneumonie, infarctus)


= symptômes ressemblants au cancer.

Signes physiques :
- Râles crépitant et sous crépitant

- Syndrome pleural/ cavitaire/d’obstruction (d’ori bacillaire)
ps :
syndrome de condensation : pneumonie paranéoplasique ;

  • TBK à forme pneumonique


TBK peut détruire la plèvre :

=> pleurésie sérofibrineuse

ou pleurésie hémorragique

  • syndrome pleural



Critères de diagnostic : radiologiques et bactériologiques.
A la radiologie, TBK a plusieurs étapes :
TBK infiltratives nodulaires :

Signes de début, précoce (nodulR, rondes, ou segmentaires)

TBK gazeuses :

Forme avancée

On a des cavités, des ulcérations, extensives

Jeunes (h) ++

Parfois une seule lésion = tuberculome
Puis TBK cavitaire :

La + contagieuse

Lésions cavitaires avec nécrose gazeuse, arrive la liquéfaction des caséum bronchiques.

  • transmission bronchique avec toux


Enfin TBK millaire :

Indifférent de l’âge ;

On a des nodules d’âges différents dans des territoires pulmonaires différents.

Dépistage : test tuberculinique
Test d’hypersensibilité retardée ;

Technique d’intradermoréaction ;

0,1 ml qui contient 2 UI de solution PPD ;

0,5 cm = papulle à faire (surveillance de 72H à faire)
Test négatif => le malade est aNergique. (pas de TBK)

Test positif => autour de 9 mm => vaccination antérieure a été effectuée

=> 1-2 cm => infection, on ne sait pas si la TBK est active.

=> > 18 mm => avec ulcérations et frictions (flictères), signe d’infection active ;
Examen bactériologique :
- Examen : crachat en frottis (3 à 6)

- 3 examens de culture (avec des milieux spéciaux)

PNEUMOTHORAX

Présence d’air dans la cavité péritonéale. Peut être total/partiel.

Compliqué avec des liquides : hydropneumothorax.
Il peut être réalisé, par lésion de continuité des plèvres :

  • communication entre bronche et plèvre ;

  • lésion traumatique : communication avec l’ext.


Clinique : dépend de la quantité d’air.
Début brutal, aigue avec :

- D+

- toux sèche irritative

- dyspnée = tachypnée ;
examen obj :
- cyanose ;

- tachycardie ;

- état G altéré ;

- choc.
inspection : baisse ampliation thoracique
diagn différentiel : entre hyperventilation pulm (++ air poumon) et pneumothorax (air dans les plèvres) ;
radiologie :
- hypertransparence hemithorax ;

- poumon compliqué dans l’hile ;

- espace intercostal s’horizontalise et diaphragme s’abaisse.

Peut être : - spontané (primitif/ idiopathique)

  • ou secondR (cavité, emphysème, cancer, traumatisme)


Emphysème spontané :  jeune (h) avec bulles emphysème qui s’exprime dans la plèvre.

SYNDROMES MEDIASTINALE
Infection des organes du médiastin => symptômes => syndrome mediastinal ;
Patho/étiologie : tumeur bénigne, adénopathie, tumeur mediastinale primitive ou secondR (cancer), maladie inflammatoire.
Patho médiastin > :

  • thyroïde hypertrophié et plonge dans le médiastion > ;

  • adénome parathyr. Peut avoir des tumeurs a coté des structures lymphatiques ( maladie de ODSKIN) ;

  • anévrysme crosse aortique et rarement du tronc brachiocéphalique ;

  • mediastinite = inflammation à coté plèvre mediastinale ;

  • adénopathies médiastinale.


Patho médiastin antérieur :

  • inflammation thymique

  • adénopathies

  • thyroïde plongeante

  • tumeurs des plèvres médiastinales, péricarde

  • anévrysme cardiaque

  • hernie diaphragmatiques antérieur.


Patho médiastin moyen :

  • adénopathie inflammatoire

  • cancer bronchopulmonaire

  • anévrysme aorte ascendante

  • médiastinite


Patho médiastin postérieur :

  • œsophage (cancer, adénopathies, megaoesophage) ;

  • tumeur neurologique ;

  • mediastinite ;


ps : fumeur + hypertensif + pbm œsophage => passer aux maladies vasc

  • faire une écho transoesophagiN



Mediastinite aigue :
CNQ de la perforation œsophage post traumatiq ;

Très grave (endoscopie invasive => diverticules oesophagi1 => perforations)

  • on peut avoir des polypes ;

Etat toxicoseptiques : fièvre + D+ déglutition + dyspnée (qques fois)
Radio :

Médiastin large (air dans le médiastin)

Liquide pleural G
Mediastinite chronique :
TBK, sarcoïdeuse, fongique.

Symptomes : compression des nerfs ou des Vx.

EMPHYSEME MEDIASTINAL :
Air médiastin :

  • perforation (œsophage)

  • trachéobronchite

  • lésion cou/abdomen


symptômes : découverte radiologique ;
ps : air sous cutané => crépitations.
Symptômes : (5)
D+ médiastinales : D+ profonde, rétrosternale avec des sièges fixes avec irradiations ascendantes, avec un caractère continu.

  • on peut confondre avec crises angineuses/infarctus ;


Nevralgie : resultat de l’irritation des nerfs

  • névralgie phrénique (hockey)

  • névralgie intercostale (d+ intenses, et augmentent par moment respiratoire et localisés superficiels à la palpation)

  • qques d+ : parasternal, axillR médian, paraVbal.


La dyspnée : paroxystique, peut se confondre avec asthme bronchique ;

  • d+ permanente inspiratoires, aggravées à l’effort.

  • Peut s’associer avec toux sèche irritative rebelle (toux change avc la position ; nerfs comprimés)


La dysphagie : voie bitorale par compression des nerfs récurrents.
La dysphagie : compression oesophagiN.

Tout ces symptômes s’organisent en syndromes :
Syndrome compression veine cave > :
- Cyanose

- Oedeme thorax >, cou, face

- Circu veineuse région thoraciq >

- Turgescence veines jugulR

  • céphalées, vertiges acouphène (bruits oreille), épistaxis, manifestations psychiques ;

  • étio : lymphome + cancer pulmonaire.


Syndrome compression veine cave < :


  • circu veineuse thorax <, et latero abdominale ;

  • hépatomégalie, œdème, ascite

  • adénopathies tumorales d’ORI infectieuses


Syndrome compression trachée :
- Dyspnée inspi/expiratoires ;

- Cornage espace intercostal, deprimé, étirage

  • bruit caractéristique

- Bruits quand air passe dans l’œsophage ;

- Dyspnée, D+ retroperitonéal.
OBSTRUCTION DES GRANDES BRONCHES
Weezing, D+ associées, genes associés
Compression oesophagiN : régurgitations, dysphagies
Compression des nerfs : (5)
Nerfs récurrents : dysphonie, spasmes glottiques

Nerfs phréniques : hockey rebel et D+ avec irradiation de l’epaule

Ps : epaule G irradié : la rate (rupture ou atteinte)

  • impression de morsure de l’epaule, scapulR/intrascapulR ;

Nerfs VAGUE (X) : tachycardie, bronchospasmes, syalorée ;

Nerfs intercostaux : D+ +++

Nerfs Sympathiques : syndrome Claude bernard Holtner (myose, prose palpébral, enophtalmie)
Ps : poul radial non trouvé (ex : aortite, maladie TAKAIASU,…)

  • on peut penser à une compression


examen objectif : examen ORL, fond de l’œil, endoscopique, neurologique,…

=> examen complémentaire pour diagnostiquer ;

  • 3-5 cm très bien vu dans le médiastin avec ECHO ENDOSCOPIE transoesoFagiN ;

INSUFFISANCE RESPIRATOIRE
Syndrome clinique et biochimique ;

Résultat d’altération de la capacité respiratoire du poumon

Echange gazeux est inadéquate (echange entre capillaire et alvéole)
Hypoxémie < 60 mmhg

Hypercapnie > 45 mmhg

Etiologie :
Altération apport ventilation/ perfusion

  • hypoventilation alvéolaire/altération capacité de diffusion (fibrose, embolie)

quand tu as des fistules avec chancre avec Hausse pCO2 ou sans Hausse.

Il faut toujours mesure l’acidose (ph) ;

Hypoxémie : caractérisé par PaO2 < 60mmhg ;

Se manifeste par :

- cyanose, dyspnée (polypnée)

- cardiaques : arythmies, tachycardies, hypotension art, hypertension pulm (cœur pulm chronique)

- neuropsychiques : céphalés, troubles concentration, état de conscience troublé, comas ;

- digestifs : polyglobulie, asthénie, hypocratisme digital

Hypercapnie : pCO2 > 45mmhg

S’associe avec 

  • hypoxémie ;

  • céphalées + transpirations ;

  • désorientation temporospatial ;

  • peut être confus (avec frissons hyperemique)

similaire:

Déf : maladie infectieuse, contagieuse, avec évolution chronique. Alternation de période d’émission et d’évolution. Etiologie iconÉvolution et grandes acquisitions de la vie
«Nothing in biology makes sense except in the light of evolution» («Rien n'a de sens en biologie sinon à la lumière de l'évolution»)...

Déf : maladie infectieuse, contagieuse, avec évolution chronique. Alternation de période d’émission et d’évolution. Etiologie iconEvolution: science ou fiction ?
«l’évolution est un fait scientifique». Mais un fait est par nature irréfutable, c’est-à-dire qu’il est exact, indéniable, et qu’on...

Déf : maladie infectieuse, contagieuse, avec évolution chronique. Alternation de période d’émission et d’évolution. Etiologie iconL’évolution du web entraîne l’évolution du formateur

Déf : maladie infectieuse, contagieuse, avec évolution chronique. Alternation de période d’émission et d’évolution. Etiologie iconRapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement...

Déf : maladie infectieuse, contagieuse, avec évolution chronique. Alternation de période d’émission et d’évolution. Etiologie iconDéfinition et classification en stades de sévérité de la maladie rénale chronique

Déf : maladie infectieuse, contagieuse, avec évolution chronique. Alternation de période d’émission et d’évolution. Etiologie iconOrigine et évolution de la vie V. De schuyteneer 2004 I. Introduction
«génération spontanée» primordiale dont les évolutionnistes, Charles Darwin en tête, expliquent qu'elle a été à l'origine d'êtres...

Déf : maladie infectieuse, contagieuse, avec évolution chronique. Alternation de période d’émission et d’évolution. Etiologie iconRichard Johnston (traduit de l’anglais)
«l’évolution est un fait scientifique». Mais un fait est par nature irréfutable, c’est-à-dire qu’il est exact, indéniable, et qu’on...

Déf : maladie infectieuse, contagieuse, avec évolution chronique. Alternation de période d’émission et d’évolution. Etiologie iconAtelier chantier de fouilles… exposition Balade dans l’évolution 15
«font parler» les fossiles des êtres vivants retrouvés dans les entrailles de la Terre et retracent ainsi l’histoire de l’évolution...

Déf : maladie infectieuse, contagieuse, avec évolution chronique. Alternation de période d’émission et d’évolution. Etiologie icon1946-01-00 intervention sur l’exposé de A. Borel : «le symptôme mental. Valeur et signification»
«Le symptôme mental. Valeur et signification» en janvier 1946, Groupe de l’évolution psychiatrique, paru dans l’Évolution Psychiatrique,...

Déf : maladie infectieuse, contagieuse, avec évolution chronique. Alternation de période d’émission et d’évolution. Etiologie icon«l’Histoire géologique de la planète Terre et l’évolution de la vie»
«l’Histoire géologique de la planète Terre et l’évolution de la vie» et réclame beaucoup de sérieux et de concentration








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com