Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens)








télécharger 253.33 Kb.
titreRésumé du projet mémoire (objectifs, moyens)
page4/14
date de publication03.02.2018
taille253.33 Kb.
typeRésumé
b.21-bal.com > droit > Résumé
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14

Epidémiologie, prise en charge et les résultats



Selon l’HAS (Hautes Autorités de Santé) dans la population générale âgée de 18 à 65 ans, l’ensemble de ces troubles anxieux a une prévalence sur 12 mois d’environ 15 % et une prévalence sur la vie entière d’environ 21 %. En France, dans la population générale, chaque trouble individuellement a une prévalence sur un an et sur la vie entière respectivement, pour le TAG : 2,1 % et 6 %, pour le trouble panique : 1,2 % et 3 %, pour l’agoraphobie : 0,6 % et 1,8 %, pour la phobie sociale : 1,7 % et 4,7 %, pour la phobie spécifique : 4,7% et 11,6 %, pour l’ESPT : 2,2 % et 3,9 %. Globalement, la fréquence est deux fois plus élevée chez la femme que chez l’homme.

Pour se donner une idée de l’épidémiologie de l’anxiété et sa répartition dans la population générale nous pouvons nous référer à plusieurs documents.

- Le rapport sur les maladies mentales au Canada, chapitre 4 (pages 59 à 68)

- Prévalence des troubles de santé mentale et conséquences sur l’activité professionnelle en France dans l’enquête “Santé mentale en population générale : images et réalités” (par l’institut de veille sanitaire, aout 2007)

- Publication de l’HAS : Affections psychiatriques de longue durée des troubles anxieux graves, HAS, juin 2007.
Voir annexes 3 et 4
L’anxiété rend déjà la vie du patient plus difficile à gérer au quotidien par les symptômes qu’elle lui impose mais de manière plus discrète, lui enlève de son temps et de sa santé.

Il est évident d’un point de vue social que quelqu’un qui a peur de prendre les transports en commun ou d’aller dans un endroit public aura plus de mal à s’épanouir. L’anxiété isole le souffrant du monde et de la vie sociale, qui pourrait justement l’aider à la surmonter. C’est le cas aussi pour certaines personnes qui sont incapable de trouver ou garder un travail, celles-ci ne pourront pas s’accomplir dans un métier et parfois même subvenir à leurs besoins.

L’évolution rapide de l'approche cognitive et comportementale au cours des trente dernières années a permis le développement de modèles solides et de traitements efficaces des troubles anxieux16. Bien que le TAG soit parmi les plus répandus de ces troubles, il demeure l'un des moins bien traités. Le manque de spécificité des traitements existants serait à l'origine des résultats limités obtenus avec le TAG. Un survol de l'évolution des critères diagnostiques du TAG permet de mieux saisir les difficultés posées par ce trouble, les défis à relever de même que la nécessité de poursuivre la recherche dans ce domaine.

Certains défauts de prise en charge sont dus au fait que les troubles anxieux sont l’extension de ce que la plupart des gens perçoivent comme une inquiétude normale. Ceux qui les éprouvent peuvent craindre que les autres labellisent leur inquiétude ou leur peur excessive comme une faiblesse. En découle une difficulté supplémentaire à une bonne prise en charge des malades : la stigmatisation sociale.

Certains facteurs rendent indispensables la prise en charge des patients dans le domaine de la psychiatrie (ESPT au retour de la Guerre), mais à cause de contextes sociaux culturels particuliers dans notre monde occidental, certains patient souffrants préfèrent ne pas demander de l’aide. Etre anxieux ou déprimé revient à être faible ou lâche, autant qu’être schizophrène revient à être imprévisible et cinglé dans l’esprit des gens.

Revenons à la guerre où les soldats blessés physiquement recevaient des médailles et ceux souffrant de blessures psychologiques recevaient le mépris et la dérision. A l’époque dans les esprits de la population les informations concernant la vie intrapsychique ne faisaient pas partie de la connaissance générale, les recherches étant trop peu avancées. Et même si aujourd’hui les choses changent nous en gardons les traces. Un nombre surprenant de patients souffrants de troubles psychologiques ne veulent pas se faire soigner de peur que l’entourage ne les juge ou de ne plus être crédible dans leur profession. Donc la première des conséquences pour ces personnes et pour nos données, est que cela réduit en quantité et en qualité la prise en charge. Le contexte social influence donc la santé de plusieurs façons.

Pour les patients diagnostiqués et en demande de soins, plusieurs méthodes sont exercées. En médecine allopathique, chinoise, pratique de relaxation, hygiène de vie et thérapies cognitives et comportementales des solutions efficaces à différents degrés et pouvant se compléter les unes et les autres.

Notre médecine occidentale oriente préférentiellement les patients vers l’allopathie (ISRS, antidépresseurs et benzodiazépines, bêtabloquants, neuroleptiques) d’une durée moyenne de deux ans mais totalement adaptée au besoin du patient. Parallèlement aux médicaments une thérapie cognitive est mise en place (surtout pour éviter la rechute). Des recommandations sur la gestion de soi sont fortement conseillées comme les exercices de respiration et une hygiène de vie saine (nombre d’heure de sommeil suffisant chaque nuit, un rythme régulier, des repas équilibrés et réguliers, une vie sociale active, des loisirs …).

Parfois les patients ne peuvent ou ne veulent pas prendre des médicaments, parfois le traitement proposé ne leur convient pas et ils trouvent des solutions dans d’autres médecines (exemple de l’acupuncture en médecine chinoise, ayurvéda…) ou alors se mettent à pratiquer le yoga, le taïchi ou encore la méditation.

Les médicaments malgré leur efficacité notent quelques désavantages notables et parfois lourds de conséquences. Les effets secondaires et indésirables vont de l’inefficacité pour certains patients à l’aggravation de leurs symptômes pour d’autres (5% environ).
Certains peuvent déclencher l’épilepsie, d’autres des troubles moteurs comme ceux retrouvés dans la maladie de Parkinson, engendrant des dérèglements des systèmes endocriniens, métaboliques et nerveux. La plupart du temps on note l’apparition de troubles gastro-intestinaux, centraux, sexuels, hémorragiques, moteurs, dissociatifs, etc…

Autre problème, lors de l’arrêt du médicament, beaucoup de patients connaissent le « syndrome de sevrage ». Chez les patients qui ont reçu quelques jours de traitement ce syndrome concerne déjà 26%, et pour ceux qui ont eu recours à plus de 3 ans de traitement, c’est plus de 80% d’entre eux qui en souffrent17. Lors de cette période, tous ne supportent pas l’arrêt des médicaments et se voient obligés de continuer.

Vient le problème de l’accoutumance, où les solutions chimiques pour le patient finissent par disparaitre, ne laissant plus que les effets iatrogènes négatifs et toxiques pour le corps.
Une fois le corps trop chargé en toxiques, il est difficile qu’il recouvre la santé, de nouveaux symptômes et de nouvelles pathologies apparaissent.

Mais les médicaments agissant sur le système nerveux central commandent aussi le comportement du patient jusqu’à le pousser à la dépendance à d’autres substances toxiques comme l’alcool, le tabac et les drogues (dont nous connaissons déjà les effets indésirables directs et indirects sur la santé) et parfois le conduit au suicide.


1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14

similaire:

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) iconRésumé: Objectifs

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) icon1. resume du projet

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) iconRésumé du projet

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) iconRésumé du projet

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) iconRésumé non confidentiel du projet

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) iconRésumé du projet siric

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) iconRésumé du projet pour un communiqué de presse 14

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) iconRésumé du projet pour un communiqué de presse 14

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) iconRapport par
«Plateforme de ressources et de références» sur le site internet. Point culminant de la première phase du projet, la conférence de...

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) iconMasseur-Kinésithérapeute salarié ou libéral
«groupe» doit être nuancée car on trouve plusieurs types d’association : cela va de la simple mise en commun des moyens tels que...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com