Cancer de prostate








télécharger 17.88 Kb.
titreCancer de prostate
date de publication03.02.2018
taille17.88 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > droit > Documentos
CANCER DE PROSTATE


  • Définition

Tumeur maligne de la glande prostatique. Adénocarcinome prostatique dans la majorité des cas.


  • Epidémiologie

  • 1er cancer de l’homme

  • 10% des causes de décès par cancer chez l’homme

  • Fréquence du diagnostic en fonction de l’âge : 10% à 50 ans, 17% à 60 ans, 30% à 70 ans, 40% à 80 ans

Anatomie de la prostate
(d’après Bouchet et Cuilleret ed. SIMEP)


  • Physiopathologie

  • Développement dans la zone périphérique de la prostate

  • Extension vers la capsule prostatique, les vésicules séminales et le trigone vésical

  • Extension générale :

  • lymphatique

  • Métastases viscérales et osseuses

  • Hormono-sensible : évolution freinée lors de la suppression de la testostérone.




  • Facteurs favorisants

  • Facteur hormonal : testostérone ; le cancer de la prostate est androgéno-dépendant.

  • Facteurs raciaux : Incidence : nord-américains > européens > asiatiques

  • Facteurs génétiques : ATCD cancer de prostate ds la famille est retrouvé ds 20% des cas




  • Mode de découverte

  • Elévation du taux de PSA

  • Troubles mictionnels

  • Hématurie macroscopique

  • Extension locorégionale (œdème des MI, phlébite, insuffisance rénale, Rétention Aigue d’ Urines)

  • Métastases révélatrices :

  • Douleurs osseuses

  • Fractures pathologiques

  • Compressions médullaires

  • Métastases pulmonaires ou hématologiques

  • Examen clinique

  • TR +++ (prostate très dure)

  • Examen général

  • Examens complémentaires

  • PSA

  • Biopsies prostatiques sous échographie endo-rectale

  • Scintigraphie osseuse et TDM (thoraco abdomino pelvien), IRM



* Si PSA > 15ng/ml :

  • Scintigraphie osseuse métastases osseuses

  • TDM abdomino-pelvienne  métastases ganglionnaires

  • Classification TNM (tumeur métastatique) simplifiée

  • T1 : tumeur non palpable

  • T2 : tumeur palpable limitée à la glande

  • T3 : tumeur dépassant la capsule prostatique

  • T4 : tumeur fixée ou envahissant les structures de voisinage

  • N + ou – et M+ ou -

  • Score de Gleason : basé sur l’aspect cytologique et histologique de la tumeur (grade 1 à 5)




  • Traitement

  • Objectifs du traitement

  • Curatif

  • Réduction de la mortalité et de morbidité lié au développement local et général de la maladie

  • Palliatif

  • Prolonger la survie

  • Retarder l’apparition des symptômes et des métastases

  • Traiter les manifestations de l’envahissement loco-régional et général

  • Sélectionner les patients pouvant bénéficier d’un traitement curatif : homme jeune avec cancer localisé




  • Tumeurs cliniquement localisées : T1T2 N0M0

  • < 70 ans : Prostatectomie radicale + curage ganglionnaire

  • Voie sus pubienne, Voie périnéale, Coelioscopique

  • Avantage : traitement curatif qui enlève toute la prostate

  • Effets secondaires : impuissance et incontinence urinaire

  • 70 à 75 ans : Ablatherm ; Radiothérapie externe (ou curiethérapie)

  • Doses de 60 à 80 Gy

  • Avantage : moins agressif

  • Effets secondaires: impuissance, incontinence, cystite radique, rectite radique, sténose urétrale → 75 ans

  • Ablatherm (Ultra sons focalisés)

  • Abstention et surveillance




  • Tumeur localement avancée : T3N0M0

  • >70 ans ou espérance de vie < à 10 ans

  • Asymptomatique = surveillance

  • Symptomatique (dysurie) = traitement hormonal

  • < 70 ans ou > 70 ans et espérance de vie > 10 ans

  • Radiothérapie externe

  • Hormonothérapie




  • Tumeur avancée : T4 N0 ou + M0 ou +

La réponse clinique à l’hormonothérapie ne va durer que 2 à 3 ans puis la tumeur va devenir hormono-résistante.


  • Traitement hormonal

  • Castration chirurgicale: ablation des 2 testicules

  • Agonistes de la LHRH : agissent en augmentant la libération de LH aboutissant au bout de 15 jrs à la diminution de testostérone par insensibilisation de l’hypophyse à la LHRH

  • Leucoproréline (Enantone LP 11,25 mg 1 IM ou SC/12 semaines)

  • Goséréline ( Zoladex 10,8 mg , 1 implant SC /12 semaines)

  • Effets secondaires : insuffisance hépatique sévère, gynécomastie, bouffées de chaleur, impuissance, asthénie

  • Antiandrogènes : stoppent la pénétration de la testostérone dans les cellules testostérone-sensible

  • Stéroïdiens et non stéroÏdiens

  • Flutamide (Eulexine 250 mg, 1cpx3/jour)

  • Nilutamide, cp de 50 mg et 150 mg (Anandron 1cpx3/j)

  • Bicalutamide, cp de 50 mg (Casodex 1cp/j)

  • Acétate de cyprotérone, cp de 50 mg (Androcur 1cpx3/j)

  • Effets indésirables : hépatite, gynécomastie, impuissance

  • Modalité du traitement hormonal

  • Traitement continus à vie ou discontinus séquentiels

  • Blocage complet ou agonistes seuls




  • Echappement hormonal

  • Ré ascension du PSA

  • Traitement de seconde ligne

  • Oestrogènes à fortes doses : ST 52 en IV

  • Estramustine (œstrogène + moutarde azotée) (Estracyt gél de 100 mg 4 à 6 /j)

  • Chimiothérapies




  • Traitement des complications

  • Douleurs osseuses métastatiques

  • Radiothérapie (irradiation de 12Gy)

  • Irradiation métabolique par strontium radioactif (Métastron)

  • Obstruction cervico-prostatique

  • Responsable de dysurie sévère et de RAU

  • Hormonothérapie puis REUP

  • Obstruction urétérale

  • Envahissement pelvien entraînant un effet de masse venant comprimer ou envahir les uretères

  • Corticothérapie puis dérivation rénale par sonde urétérale

  • Compression neurologique

  • Radiothérapie et corticothérapie

  • Laminectomie chirurgicale




  • Surveillance et suivi

  • Examen clinique : TR et examen général

  • Dosage du PSA

  • Dosage de la créatinine, RP, écho abdominale, biologie hépatique

  • Scintigraphie osseuse, scanner thoraco-abdomino-pelvien




  • Pronostic

  • Fonction du stade local

  • Grade de la tumeur

  • Présence de métastases

similaire:

Cancer de prostate iconCancer de la prostate

Cancer de prostate icon1. les definitions. La prostate

Cancer de prostate iconLe plus inutile et le plus dangereux des dépistages est celui du cancer du sein…
«Il est facile de démontrer que la radiographie des seins de toute une population féminine particulièrement exposée au cancer provoque...

Cancer de prostate icon1 Histoire naturelle du cancer

Cancer de prostate iconL'examen complémentaire de prédilection du cancer du rein est l'uiv

Cancer de prostate iconLa notion de récepteur à dépendance l’apoptose à l'interface entre Cancer et Développement

Cancer de prostate iconBiologie du Cancer, Recherche Clinique et Recherche en Sciences Humaines et Sociales

Cancer de prostate iconUn médecin accompagne souvent ses malades sur la durée. Son rôle...

Cancer de prostate iconAssociation d’anticorps anti-egfr et anti-her2 : Efficacité pré-clinique...

Cancer de prostate iconLeçons de cancérologie pratique
«Cancer business». Les conclusions déstabilisantes du Dr Jones n'ont jamais été réfutées. (Walter Last, The Ecologist, vol. 28, n°2,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com