Coquille Saint-jacques. Ouverture campagne 2011/2012 : 3 octobre 2011








télécharger 1.11 Mb.
titreCoquille Saint-jacques. Ouverture campagne 2011/2012 : 3 octobre 2011
page1/30
date de publication18.11.2017
taille1.11 Mb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   30
Regard sur la pêche et l'aquaculture

Pêcheurs, conchyliculteurs et aquaculteurs font l'actualité !!!



Coquille Saint-jacques. Ouverture campagne 2011/2012 :
3 octobre 2011

Mangez Moules et Poissons côtiers pour une cure de Carbone

Japon côté Mer : Conseil. Manger du poisson de la côte Ouest !!!

Réforme de la Pêche européenne (PCP) : Analyses et réactions

Mortalité des huîtres 2011 - suivi du naissain, cliquer Ici
Actualités au quotidien des Métiers de la Mer (Revue de presse) :

1-Conchyliculture, pisciculture, aquaculture, algoculture,...

2-Revue de presse de la pêche dans le monde

3-Revue de presse France et Europe

4-

Saumon de Norvège, en maître sur la salmoniculture mondiale...
A-Dates à retenir : Colloque, salon, festival, formation, réunion....

B-Publication, livre, rapport, étude, vidéo,...

samedi 1 janvier 2011

Revue de presse 2011 : Conchyliculture, aquaculture, pisciculture,...



A partir du 2 mars 2011, le revue de presse se poursuit en cliquant
Ici
------ 1 mars 2011 ------
Angleterre : Infection à Bonamia exitiosa



Angleterre : Infection à Bonamia exitiosa sur des huîtres plates sauvages (Ostrea edulis)

Lieu : Turnaware Bar – River Fal, Cornwall,

Date de début : 6 décembre 2010

Date de première confirmation : 21 février 2011

Population atteinte : Une population sauvage d’Ostrea edulis. Des prélèvements ont été effectués car des huîtres collectées dans cette zone étaient dans un mauvais état et non pas suite à une mortalité associée. Les huîtres étaient faibles, montraient une perte de liquide et ne se fermaient pas. Sur trois des 30 huîtres échantillonnées, des parasites similaires à Bonamia ont été observés par examen histologique. La PCR et le séquençage du gène ont confirmé les résultats obtenus par les examens histologiques :

  1. Un cas de Bonamia ostreae (déjà présent et contrôlé dans cette zone)

  2. Un cas de Bonamia exitiosa

  3. Un cas non concluant Il est difficile de savoir si le mauvais état de santé des huîtres peut être attribué à Bonamia exitiosa. Le 21 février 2011, l’IFREMER (Laboratoire de référence de l’UE) a confirmé la présence de B. exitiosa chez un animal.

Autres renseignements épidémiologiques / Commentaires : B. ostreae était déjà présent dans la zone. Une fois la suspicion sur la présence de B. exitiosa établie, des restrictions des déplacements ont été appliquées sur toutes les espèces de mollusques et les mesures initiales s'étendent sur tout l'estuaire de la rivière Fal.

La règlementation actuelle interdit tous les déplacements de mollusques vers, à partir et au sein de la zone de contrôle et prévoit que les mollusques morts soient éliminés en utilisant une méthode approuvée pour l'élimination des déchets de produits dérivés d’animaux de Catégorie 2.

Cette population d’O. edulis peut avoir été soumise au stress due au dragage de la zone pendant l'été 2010 pour gérer un problème d'algues rouges.

Pour plus d'informations : Voir les informations zoosanitaires hebdomadaires de l'OIE en cliquant
Ici

===========
Un médaillé bien dans ses cuissardes !

Arès. Et une médaille de plus ! (Sud Ouest)

L'ostréiculteur arésien éric Dauges a remporté une nouvelle médaille d'or à Paris.

Et une médaille de plus ! La semaine dernière, l'ostréiculteur arésien Éric Dauges a obtenu une nouvelle médaille d'or au concours général du Salon de l'agriculture de Paris ! Il en aurait presque l'habitude puisque c'est tout de même la septième… Ce lundi matin, alors que le vent de nord balaie le petit port ostréicole d'Arès, Éric Dauges n'a pas de coupe de champagne à la main. En fait, il a les bottes aux pieds et il travaille. Parce que les médailles, c'est du travail, avant tout du travail.

Né dans une famille d'ostréiculteurs, il n'a jamais envisagé autre chose que de reprendre l'entreprise familiale. Après la troisième, il n'a pas voulu passer son bac et entrer à l'ENA. Il a plutôt passé un BEP au lycée professionnel de Gujan : « Je suis né dans l'ostréiculture et j'ai toujours adoré ça ! »...

Des huîtres 100 % Bassin....

Éric Dauges revendique sa pureté : « Les 25 tonnes d'huîtres que je produis sont nées, ont été élevées et affinées dans le Bassin. C'est un choix et c'est ma satisfaction. Et je vois bien que ça marche, que les clients sont satisfaits. »...

Éric Dauges ne regrette pas son choix d'une ostréiculture traditionnelle dont le moteur le plus profond est la passion : « Chacun fait ce qu'il veut, mais il faut expliquer aux consommateurs quelles huîtres ils achètent. Les huîtres d'écloserie, c'est de l'élevage, pas de l'ostréiculture. Ces huîtres sont toutes les mêmes, alors qu'elles devraient toutes être différentes. Je gagne moins d'argent, mais ce n'est pas grave. Je suis dans le sens de l'Histoire. J'ai bien fait de suivre mon chemin et de ne pas devenir un marchand de tapis. Avec mes huîtres 100 % Bassin, j'ai la conscience tranquille et le sentiment de me différencier des autres. » Et puis la situation actuelle de l'ostréiculture le renforce dans sa détermination. Cette année, Éric Dauges a posé 14 000 tuiles et 30 000 coupelles de captage. Sur chaque collecteur, il reste 50 à 70 huîtres après la première vague de mortalité d'automne due à l'herpès-virus : « J'arrive à joindre les deux bouts, je ramasse toutes les huîtres. Mais bon, on vit quand même au jour le jour. Je sais qu'au printemps, 60 % de ces jeunes huîtres mourront à leur tour. »...

==================

Marché. Une médaille d'or pour les huîtres Pevedic (Le Télégramme)

Jean-Pierre et Christophe Pevedic (père et fils) arrivent tous les samedis de LaTrinité-sur-Mer (Morbihan) pour vendre huîtres, palourdes et coques.

Ouvrier ostréicole, le père s'est installé en 1993. Il a saisi l'opportunité d'une place qui s'est libérée sur le marché hebdomadaire pour démarrer dans la commune, le 15 janvier 1993. Six ans plus tard, son fils l'a rejoint. Depuis, la société qu'ils ont créée, l'EARL Pevedic et fils, emploie trois personnes à temps complet. Ils viennent de décrocher la médaille d'or catégorie «Fine Bretagne Sud», au salon agricole. Le jury décerne cette distinction après une dégustation à l'aveugle d'une bourriche d'huîtres.....

==================

Aquaculture: La Commissaire Damanaki rencontre les Ministres de cinq pays sans littoral pour discuter de l'avenir de l'aquaculture en eau douce

Communiqué de presse - 23/02/2011

Maria Damanaki, commissaire aux affaires maritimes et de la Pêche, a reçu le 21 février 2011 les ministres de l'Agriculture de la République tchèque Ivan Fuksa, de Hongrie Sandor Fazekas, de Slovaquie Zsolt Simon, d'Autriche Nikolaus Berlakivich ainsi que le Directeur des affaires internationales du Luxembourg Frank Schmidt.

La délégation ministérielle a remis au commissaire Damanaki une "Déclaration commune sur le rôle futur de l'aquaculture d'eau douce et la pêche continentale au sein de la réforme de la PCP. "Les deux parties ont échangé leurs vues sur les perspectives de l'aquaculture d'eau douce et sa contribution à l'approvisionnement de produits de la pêche de haute qualité pour les consommateurs, à la croissance économique et l'emploi dans les zones rurales et à la préservation de l'environnement et de la biodiversité. Ils ont convenu que l'aquaculture d'eau douce devrait être prioritaire dans le cadre de la future politique commune de la pêche et ses instruments de financement.

Les pays sans littoral ont des surfaces d'eau et des réseaux fluviaux importants. Ils possèdent une longue tradition dans l'aquaculture continentale (lacs, étangs, rivières), des plans d’eau qui ont aussi des fonctions non-productives, comme la lutte contre les inondations, la rétention d'eau, l'aménagement paysager et le développement rural. Ils produisent ensemble environ 40.000 tonnes de poisson (3% de la production de l'UE). Ils reçoivent du Fonds européen pour la pêche une aide financière de 81 millions d'euros pour la période 2007-13.

Son plan pour soutenir et promouvoir un secteur compétitif et durable de la pisciculture repose sur deux orientations. Tout d'abord, en facilitant les possibilités d'investissement qui permettront au secteur de se développer au sein de l'UE. Il s'agira notamment d’agir pour réduire les obstacles administratifs ainsi que de promouvoir et de permettre l'aménagement du territoire en prenant en compte les contraintes environnementales. Deuxièmement, en mettant tout particulièrement l'accent sur le financement de l'aquaculture dans le cadre du Fonds européen pour la pêche et de son successeur post-2013. Enfin, des efforts particuliers doivent être pris pour la promotion de l'aquaculture biologique.

=================

Dordogne. Des fermes ouvertes à tous les publics (Sud Ouest)

L'Association des fermes pédagogiques de Dordogne vient de tenir son assemblée générale chez un de ses adhérents : la pisciculture de Boissonnie sur la commune de Douzillac....

Lors de cette assemblée générale, un nouveau bureau a été élu : présidente, Nelly Vauvy, asinerie de Sarlande ; vice-présidente, Delphine Miglinieks, pisciculture de Douzillac ; secrétaire, Tiane Cattet, osiériculture de Saint-Mayme-de-Péreyrol ; secrétaire adjoint, Laurent Aupy, éleveur de chèvres de Busserolles ; trésorière, Martine Seegers, productrice de miel, châtaignes et poulets de Saint-Saud-Lacoussière ; trésorière adjointe, Pascale Masdieu, maraîchage de Champagnac-la-Rivière.

Les fermes pédagogiques homologuées par cette association accueillent les scolaires, centres de loisirs, adultes et personnes handicapées tout au long de l'année. Les agriculteurs font découvrir leurs fermes et leur savoir-faire. Chaque exploitation a une page Internet sur le site : www.asso-fermespeda24.fr
------ 28 février 2011 ------
Arcachon : L'huître en culture suspendue (Sud Ouest)

Patrick Bergerot et Guillaume Flye expérimentent la culture suspendue d'huîtres

Patrick Bergerot est ostréiculteur au Cap-Ferret « depuis six générations ». Ingénieur en informatique, Guillaume Flye vient de changer de vie et de rejoindre son ami sur les parcs à huîtres. Ensemble, ils ont créé la société H2M pour Huîtres des deux mers. Leur idée ? Faire de la culture suspendue ou culture sur table.

« Actuellement sur le Bassin, 80 % des huîtres crèvent (1). Soit on reste les bras croisés, soit on prend le taureau par les cornes », résume Patrick Bergerot. Après s'être rendus en Irlande et pris des contacts au Maroc, les deux associés se sont tournés vers le sud-est de la France où la culture suspendue est très répandue. « J'y vais depuis cinq ans », explique Patrick Bergerot. « J'ai échangé, j'ai écouté et j'ai essayé. »

Liées par du ciment - L'essai est simple. Il consiste à fixer sur des cordes de jeunes huîtres âgées de 15 à 18 mois ayant dépassé l'âge en deçà duquel la mortalité peut les atteindre. L'attache se fait à l'aide de ciment. Les cordes mesurent trois mètres et accueillent en moyenne 120 huîtres. Une table, support sur lequel sont fixées les cordes en immersion, reçoit ensuite 1 200 cordes. Ce qui fait au total un ratio de 144 000 huîtres par table….
=================
Ils ont tourné la page Xynthia (Sud Ouest)

De l'ostréiculture à l'industrie nautique en passant par le tourisme, la tempête Xynthia a frappé de nombreux professionnels il y a un an. Avec plus ou moins de difficulté, ils ont réussi à relancer leur activité. «Après avoir subi en 1999 une tempête comme on n'en vit, soi-disant, qu'une dans sa vie, on pensait être tranquilles. Et puis il y a eu Xynthia. »

Ces deux catastrophes naturelles n'ont pas réussi à décourager les frères Pontac, Mickaël et Rodrigue, jeunes ostréiculteurs à Marennes. Il y a un an, comme onze ans auparavant, la cabane héritée de leur père était inondée. Elle était située à quelques kilomètres au nord de Marennes, au bord du chenal de Mérignac, à Bourcefranc-le-Chapus, d'où part le pont d'Oléron. « Nous avons dû attendre huit jours avant de pouvoir y accéder en voiture. À quelques jours près, nous allions déposer un permis de construire pour l'agrandir. Après le passage de Xynthia, un adjoint au maire de Bourcefranc nous a conseillé de partir. C'est ce qu'on a fait », raconte Mickaël.

« Il faut bien avancer »…

=================

Un an après Xynthia, les professionnels reprennent pied (La Croix)

Une cérémonie est prévue dimanche 27 février à la mémoire des 29 victimes vendéennes de la tempête qui ravagea le littoral dans la nuit du 27 au 28 février 2010, et une messe sera célébrée à la cathédrale de Luçon. Pour les entreprises dévastées il y a un an, l’heure est encore à la reconstruction

3 millions d’euros pour les ostréiculteurs et les agriculteurs

Sur les 40 000 € dépensés, un peu moins de la moitié a été financé par l’État, des fonds européens et le conseil général de Vendée, qui avait prévu 3 millions d’euros pour les ostréiculteurs et les agriculteurs. « On essaie de maintenir l’activité, mais on ne sait pas comment cela va se terminer.» La ferme de Dominique, classée en zone noire, pourrait être expropriée. «Mais je voudrais rester là, je ne me vois pas tout redémarrer à zéro ailleurs.»Tout recommencer. C’est aussi le lot de Rachel et André Bertrand, couple d’ostréiculteurs installés sur le port de L’Aiguillon. L’eau a envahi leur boutique, noyant les moteurs des viviers à huîtres et le matériel de vente. Elle a aussi ravagé l’établissement abritant les claires à huîtres, où ces dernières reposent après la récolte en mer.

La facture, près de 50 000 €, n’a pas encore été payée. « On attend le retour des assurances et c’est très long », soupire Rachel. Après des aides de la Fondation de France et du Rotary Club, qui ont permis d’acheter un tracteur et un élévateur, le couple attend encore 7 500 € de l’État. « On nous demande toujours de nouveaux justificatifs pour boucler notre dossier. » Le moral connaît des hauts et des bas. « On avance au jour le jour, en espérant que la saison estivale soit bonne.»

"On ne repartira vraiment normalement qu’en 2012"

Même sentiment de flottement chez Dominique Mandin, gérant de Plastipêche, une entreprise de construction et de réparation de bateaux. «Tout n’est pas remis en état. On le fait progressivement, en fonction des versements de l’assurance.» En plus des 50 000 € avancés par la région, le gérant a pris 100 000 € sur la trésorerie pour financer la reconstruction de l’entreprise….

======================

Résistance aux pesticides aquacoles (Radio Canada)

Une vingtaine d'organismes canadiens demande au premier ministre Stephen Harper d'empêcher les changements envisagés dans la réglementation de l'élevage du saumon par le ministère des Pêches et des Océans. Selon ces représentants de pêcheurs et d'environnementalistes, le but de ces changements est de permettre à l'industrie aquacole d'utiliser davantage de produits chimiques pour la lutte contre les parasites.

En raison de leur nature nocive, il est interdit de verser des pesticides dans les cours d'eau au Canada. Cependant, les fermes aquacoles obtiennent du fédéral des permis extraordinaires afin d'utiliser des pesticides pour lutter contre le pou de mer. Selon les pêcheurs et les environnementalistes, les pesticides tuent aussi d'autres espèces marines. Le pesticide deltaméthrine, par exemple, était selon eux responsable de la mort de milliers de homards dans la baie de Fundy en 2009. « Les pesticides dans l'aquaculture, c'est toxique. Ça peut faire mal à l'environnement et aux autres animaux dans l'eau, comme les homards. Avec ces règlements, ça se fait plus facile à utiliser les pesticides et ça enlève le pouvoir d'Environnement Canada pour protéger l'environnement marin », affirme Matthew Abbott, coordonnateur du groupe Sentinelles de la baie de Fundy.

L'industrie aquacole défend ses méthodes - L'industrie aquacole voit autrement les changements proposés par Pêches et Océans Canada. Selon la directrice de l'association des éleveurs de poissons du Canada atlantique, Pamela Parker, le ministère cherche à placer des balises plus claires ou à mieux encadrer l'utilisation de pesticides….
=====================
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   30

similaire:

Coquille Saint-jacques. Ouverture campagne 2011/2012 : 3 octobre 2011 icon2011 27 octobre 2011 Cours de biologie

Coquille Saint-jacques. Ouverture campagne 2011/2012 : 3 octobre 2011 iconLa coquille Saint Jacques

Coquille Saint-jacques. Ouverture campagne 2011/2012 : 3 octobre 2011 iconLa coquille Saint Jacques

Coquille Saint-jacques. Ouverture campagne 2011/2012 : 3 octobre 2011 iconLa coquille Saint Jacques

Coquille Saint-jacques. Ouverture campagne 2011/2012 : 3 octobre 2011 iconCampagne 2011-2014

Coquille Saint-jacques. Ouverture campagne 2011/2012 : 3 octobre 2011 icon2011 : Stage pratique saidal en Hygiène Sécurité et Environnement (Superviseur hse) 2011

Coquille Saint-jacques. Ouverture campagne 2011/2012 : 3 octobre 2011 iconNote to my 2011-2012 classes

Coquille Saint-jacques. Ouverture campagne 2011/2012 : 3 octobre 2011 iconNote de service n° 2011-149 du 3 octobre 2011 relative à l'épreuve...
«Si l'autorité médicale atteste d'un handicap ne permettant pas une pratique adaptée, une dispense d'épreuve et une neutralisation...

Coquille Saint-jacques. Ouverture campagne 2011/2012 : 3 octobre 2011 iconLes doctorants de l’ED2 (2011-2012)

Coquille Saint-jacques. Ouverture campagne 2011/2012 : 3 octobre 2011 iconListe des manuels scolaires 2011 / 2012 sommaire








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com