Ça c’est aujourd’hui, tant pis !








télécharger 0.75 Mb.
titreÇa c’est aujourd’hui, tant pis !
page7/13
date de publication31.10.2016
taille0.75 Mb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   13

EDEN

Eden, petit garçon tout d’amour à l'envie…

Dans ses yeux de tendresse, une explosion de vie

Eden, conte et mystère, tout son désir ravit

Notre monde de Paix, nos rêves inassouvis…
Etymologie : Paradis (hébreu)

Fête : 1er novembre

Eden est avant tout affectif. Eden est imaginatif, réceptif, d'une intuition souvent impressionnante, il est épris de magie et de merveilleux. Il se montre impulsif, capricieux, colérique, impatient et il lui faudra des années avant d'apprendre à tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler ! De plus, trop pressé, car passionné, il a tendance à vouloir mettre la charrue avant les bœufs et n'ira pas toujours au bout de ce qu'il entreprend. Par ailleurs, il est quelque peu bohème, fantaisiste et peut manquer d'organisation. En prenant de l'âge, son caractère s'affirmera et il risquera même parfois de devenir tyrannique. Enfant, il a besoin d'être entouré, sécurisé, et demandera beaucoup d'attention et de tendresse. Il sera friand d'histoires, de contes et de légendes qui la fascinent. Il conviendra que les parents soient fermes et exigent d'Eden une certaine discipline, cela dès sa naissance, afin de lui permettre d'acquérir son autonomie.

En effet, en dépit de son caractère attachant, il faudra résister à son charme et à ses babils, pour ne pas l'infantiliser…

17 avril 2014 ©Copyright René DUBOIS

Cet acrostiche était pour le premier petit arrière petit-fils de Wadeck, mon voisin, vous savez, celui qui partageait mes humeurs et qui les partage encore chaque jour !
Nous sommes toujours 18. A quand d’autres amis (es) qui voudraient nous rejoindre ? A demain, avec d’autres si vous le voulez bien.

René

23 avril 2014
24 avril 2014
Hier, c’était un autre jour. Hier, encore une autre journée riche d’émotions, de plaisirs partagés. A la reprise de notre goûter-mémoires, nous n’étions pas nombreux, mais le noyau dur de nos papotages philosophiques a pu reprendre goût à nos élucubrations éclairées parfois du sourire de Kimi. Et puis le soir, à l’assemblée de l’Observatoire Vendéen de la Laïcité, où s’expriment en toute Liberté, en toute Fraternité, en toute Egalité chacun de celles et de ceux qui voudraient penser et vivre notre Société autrement…

lundi 21 avril : nous sommes partis à la plage de la Tranche près du phare et nous avons pu voir l'écluse à poissons. Même si elle est un peu entamée par la mer, elle est très belle et mériterait d'être plus connue. Au fait, qu'elle est sa véritable histoire et quand a-t-elle été construite ? Que ramassait-on dans cette écluse ? Nous aimerions savoir ; y-t-il des légendes, des contes autour de ce site. Amitiés

Jean-Claude 

Une légende, un conte s’écrit toujours d’une part de vérité mêlée d’une part de rêve. Si je trouvais le temps, avec des enfants qui rêvent, avec des anciens qui racontent leur vérité, il ne nous faudrait pas beaucoup de temps pour écrire ce conte de la pêcherie ! Et qui sait à Longeville ou à la Terrière ou … !
HISTOIRE ET PETITE HISTOIRE DE LA VENDEE EN CHANSONS

LA MAREUILLAISE: mars 1793 : l'ouest de la France se révolte. Le 19 mars, une armée républicaine commandée par le général Marcé a quitté Chantonnay au matin avec 2000 hommes, 100 cavaliers et 8 canons. Il traverse Saint-Vincent-Sterlanges, arrive au pont de Gravereau sur le Petit-Lay. Le pont est coupé. On le répare.Sur les deux heures du soir, Marcé franchit la rivière, grimpe une côte et parvient jusqu'à la Guérinière. Devant lui, un ruisseau fangeux coule au fond d'une vallée encaissée, la colonne s'arrête.

Vers les quatre heures, Marcé aperçoit sur les pentes opposées, en avant de la Tanchère, une masse confuse qui descend vers lui. 2 pièces de 8 sont mises en batterie et envoient quelques boulets. Mais le député Niou intervient : - Ne tirez-pas, crie-t-il ; ce sont peut-être les nantais qui arrivent (un bataillon parti de Nantes devait s'avancer à la rencontre de Marcé). Et comme Marcé se montre sceptique : - Tenez... écoutez : ils chantent. Dans le soir silencieux, un air lointain parvenait jusqu'à eux. - C'est la Marseillaise ! je vous le disais bien !

C'était bien en effet l'air de la Marseillaise... mais ce n'était pas les paroles ! On chantait en face des couplets arrangés par l'abbé Lusson, vicaire de Saint-Georges-de-Montaigu.

Marcé en hésitant a perdu un temps précieux et son armée fut mise en déroute. Le bocage s'emplit d'allégresse et la plaine de consternation. Paris,même fut troublé et dit : "Qu'est-ce donc que ces Vendéens ?". La Vendée entrait dans l'Histoire.

                                

                                          LA MAREUILLAISE

 Allons, armées catholiques,

Le jour de gloire est arrivé :

Contre nous de la République

L'étendard sanglant est levé (bis)

Entendez-vous dans ces campagnes

Les cris impurs des scélérats !

Ils viennent jusque dans vos bras

Prendre vos filles et vos femmes

 

Refrain

Aux armes, Poitevins !

Formez vos bataillons

Marchez, marchez, le sang des bleus

Rougira vos sillons !

 

Quoi ! des gueux infâmes d'hérétiques

Feraient la loi dans nos foyers !

Quoi ! des muscadins de boutique

Nous écraseraient sous leurs pieds !

Et leur Rodrigue abominable (Rodrigue : évêque constitutionnel de la Vendée)

Infâme suppôt du démon,

S'installerait en la maison

De notre Jésus adorable

 

Tremblez pervers et vous timides,

La bourrée des deux partis !

Tremblez  ! vos intrigues perfides

Allant enfin se mettre à prix !

Tout est levé pour vous combattre

De Saint-Jean-de-Monts à Beaupréau

D'Angers à la ville d'Airvault

Nos gars ne veulent que se battre

 

Chrétiens ! vrais fils de l'Eglise,

Séparez de vos ennemis

La faiblesse à se

Que verrez en pays conquis ;

Mais ces citoyens sanguinaires

Mais les adhérents de Camus,

Ces prêtres jureurs et intrus

Causes de toutes nos misères

 

O sainte vierge Marie !

Conduis, soutiens nos bras vengeurs !

Contre une séquelle ennemie

Combats avec tes zélateurs !

A nos étendards la victoire

Est promise dès ce moment,

Et le régicide expirant

Verra ton triomphe et notre gloire

Jean-Claude

La République est en danger quand ses valeurs ne sont plus défendues par celles et ceux qui en auraient le plus besoin…
Toute la semaine à devoir me lever à 6 h pour emmener Jordan à l'arrêt de bus, sauf que, en partant à 7 h pour 7 h 02 avec 6 mn de trajet, et bien ça ne l'a pas fait, obligée de l'emmener jusqu'au collège, au rond-point, il est passé juste devant nous ! D'un autre côté, je n'aurai pas à chercher où c'est ce soir, arrivés à 7 h 20, les portes ouvrent à 7 h 25, juste 25 km aux frais de la princesse et autant ce soir puisqu'il n'y a soi-disant pas de bus le mercredi soir, sauf que à 17 h à Renoir, il y avait des bus, normal pour les collèges qui sont ouverts, il faut bien transporter les collégiens qui ont cours, il m'a prise pour une andouille, mais gentiment je le lui ai dit, je crois que sans être négative, je ne suis pas au bout de mes peines avec lui, même si mon mari trouve que je vois toujours le verre à moitié vide, mais avec les ados que j'accueille, c'est une triste réalité. C'est vrai qu'en présence de René, tout va toujours très bien, mais lorsqu'il n'est pas là, Jordan aurait peut-être tendance à vouloir prendre la place du chef, mais je garde la tête froide, même si je ne sens pas très bon, je suis une fille de la campagne, moi et je le revendique haut et fort. 

Concernant ma campagne vendéenne, ça sent le roussi, René a sorti les documents de l'enquête publique pour la Sablière de la Lande, mais on ne nous dit pas tout et le plus important, la carte avec les parcelles ne fait pas partie des annexes, donc il faut jouer aux devinettes, je veux juste savoir jusqu'où ils vont creuser et combien de kg de poussières on va se ramasser par jour, ça n'est pas la mer à boire je crois.

Ca y est, enfin quelques toutes petites gouttes de pluie, j'ai tout de même arrosé mes fraisiers, j'ai ramassé la 1ère fraise belle rouge, eh oui, après 3 semaines de re-plantation, vous voyez bien que ça fonctionne quand même, elles étaient en fleurs lors du transfert, mais le compost y est certainement pour beaucoup.

Bon courage à tous.

Cath.

Il y a tout juste un an j’écrivais au sujet de cette sablière, ‘la mer est revenue’. Aujourd’hui je crois bien que je devrais écrire, ‘l’amer est à venir’…
ANNICK
Annik, la bien-nommée, elle est charme, elle est grâce,

Nymphéa passionnée, elle est tendre tenace,

Naturelle emportée, elle est sans carapace

Instinctive, elle vous aime d'une simple dédicace…

Critique ou magnétique elle se veut efficace

Kiffante, pétillante, c'est la vie qu'elle embrasse…
Etymologie : Grâce (hébreu).

Fête : 26 juillet

Quelle femme énigmatique et mystérieuse ! D'apparence charmante, bien que réservée, voire distante, Annick ne manque pas de séduction. Raffinée, élégante, elle a l'instinct de la qualité et fera preuve d'un goût certain dans son habillement. Elle se montre particulièrement sélective dans ses choix, et préfère demeurer seule plutôt que d'être en compagnie indésirable. Pas toujours adaptable, Annick est une inquiète, facilement tourmentée voire angoissée, encline à se poser des questions et à se compliquer la vie. Cérébrale, introvertie, Annick ressent le besoin de s'isoler et de faire le point en se retirant dans sa tour d'ivoire. Sa sensibilité est forte bien que souvent refoulée, et elle semble beaucoup plus froide ou indifférente qu'elle ne l'est en réalité. Elle manque un peu de spontanéité et les démonstrations ne sont pas son fort. Mais si elle communique peu et mal, elle a en revanche une écoute fine et attentive : son sens de l'analyse est vif et son esprit critique. Susceptible, elle manie pourtant l'humour, bien que parfois dans un sens unique. Sceptique car méfiante et prudente, elle use fréquemment d'ironie, sinon de sarcasmes, s'appuyant parfois trop sur les démarches sensées de son jugement. Il peut toutefois arriver, qu'un jour elle se passionne pour l'étrange, le mystère et se tourne vers l'irrationnel ou la spiritualité. Enfant, Annick est un peu sauvage, trop discrète, trop secrète et craintive. Perspicace et intuitive, elle ressent de bonne heure le tragique de la vie. Très sensible à l'harmonie familiale et à la paix, elle tend à fuir lorsqu'un désaccord surgit. Elle est également allergique à l'injustice, qui la met hors d'elle. Son adolescence est rêveuse, et incommensurable son jardin secret. La musique ou un violon d'Ingres artistique seront d'excellents dérivatifs.
23 avril 2014 ©Copyright René DUBOIS

Nous sommes toujours 18. A quand d’autres amis (es) qui voudraient nous rejoindre ? A demain, avec d’autres si vous le voulez bien.

René

24 avril 2014

25 avril 2014
Hier, c’était un autre jour. Hier, encore une autre journée riche d’émotions, de plaisirs partagés. Et puis comme tous les autres jours un nuage qui obscurcit mon ciel de certitudes et d’espoirs. Il est 15 h. Au carnaval de l’école publique d’Aubigny une femme me salue. Je la connais mais je ne mets plus son nom sur son visage. En fait c’est une enseignante du public d’une commune située à quelques 15 km de là. Je lui dis qu’elle doit être satisfaite d’être ici et de voir les quelques 385 élèves de cette école d’Aubigny accompagnés de quelques 200 parents en fête et heureux, un jeudi après-midi ! « Je suis à 80 % et c’est ma journée de libre. J’accompagne ici mon fils. Ici, ils peuvent faire des activités pas comme nous en milieu rural … » Je comprends mieux aujourd’hui, le pourquoi des difficultés que rencontre la refondation de l’école. Je comprends d’autant mieux aujourd’hui le pourquoi de la volonté des pouvoirs publics qui ont fondé l’école de la République de loger les instituteurs au plus près de l’école où ils exerçaient. L’école n’a pas vocation à être un lieu de services pour les enseignants, où ils vivent. La vocation de l’enseignant est au service de l’école où il exerce.
OK pour les contes de Falongie.

Si tu veux je peux t'aider à les réécrire pour les tous petits, à partir de la semaine prochaine. Dans la journée je t'enverrai les notes que j'ai prises hier

Bisous

Annie

Tu t’y es vite mise

HISTOIRE ET PETITE HISTOIRE DE LA VENDEE EN CHANSONS

En 1815, le retour de Napoléon Ier de son exil de l'ile d'Elbe relança l'insurrection en Vendée. Comme durant la Révolution, les Anglais vinrent débarquer des armes et des munitions pour les Vendéens. Les chefs vendéens Louis de la Rochejaquelein et Canuel occupaient Croix-de-Vie avec quelques centaines d'hommes. Ils reçurent une livraison le 2 juin 1815. Une troupe bonapartiste commandée par le général Grosbon leur tira dessus des dunes de Saint-Gilles. Le combat se prolongea jusqu'à la nuit et reprit avec le jour. Un paysan remarqua Grosbon qui, du clocher de Saint-Gilles, examinait la côte apparaissant de temps à autre à une lucarne. Il ajusta l'ouverture et tua le général d'une balle en plein front. De l'évènement, les maraîchins ont tiré une chanson qui égaya longtemps les veillées.

 

                                LE GENERAL GROSBON

 

Oh ! oh! A bas la République,

Gai ! gai ! vive la Royauté

Oh ! oh ! de Croix-de-Vie à Saint-Gilles

Gai ! gai ! l'débarquement s'faisait

Oh ! oh ! chez Guillon de Saint-Gilles

Gai ! gai ! l'étiant à déjeuner

Oh ! oh ! le général Lamarque (erreur, il s'agit de Grosbon)

Gai ! gai ! monsti dans le clocher

Oh ! oh ! ine balle maraîchine

Gai ! gai ! il poquit le nez

Oh ! oh ! les bourgeois de Saint-Gilles

Gai ! gai ! montirant le chercher

Oh ! oh ! à Olonne, chez Duteille

Gai ! gai ! le l'avant charrié

Oh ! oh ! les médecins dou Sables

Gai ! gai ! védirant le soigner

Oh ! oh ! la médecine fut boune

Gai ! gai ! alle le fit crever

Oh ! oh ! dans le cimenter dou Sables

Gai ! gai ! le l'avant ensablié !

Oh ! oh ! à bas la République

Gai ! gai ! vive la Royauté.

Jean-Claude

Tu vois bien que le vocabulaire de haine n’est pas réservé qu’aux méchants mécréants…
Hier après-midi, nous nous sommes retrouvés, Michelle, Annick avec Kimi son petit-fils de 5ans 1/2, Huguette, René et moi.

René a lu un des contes de Falongie à Kimi, celui de la bête du Troussepoil, très bien raconté mais nous nous sommes vite aperçu qu'il n'était pas à la porter d'un enfant de 5ans, mais plus pour des 8-10 ans. Qu'à cela ne tienne, nous allons les réécrire pour cette tranche d'âge.

Huguette nous a parlé un peu de sa vie. Elle est née à Faymoreau vers les années 35. Elle est arrivée à 16 ans à Longeville pour travailler au Prévent comme cuisinière. Le Prévent était tenu par des sœurs, et recevait des enfants de 5 à 14 ans, atteint d'une maladie pulmonaire, et pour qui l'air pur était recommandé.

C'est au Prévent qu'elle a rencontré celui qui allait devenir son mari, il était peintre en bâtiment, originaire de Longeville, et depuis ils sont toujours longevillais.

Lorsque le B.C.G. est apparu, le Prévent a disparu en tant que tel, et est devenu d'abord une colonie de vacances, puis maintenant il s'appelle "La Rose des Vents" et accueille des adultes lourdement handicapés. Il dépend de l'hôpital Mazurelle de la Roche sur Yon.
Puis René a montré d'anciennes photos à Kimi, en lui demandant de raconter ce qu'il voyait, si c'était comme maintenant, s'il savait ce que certaines de ces photos représentaient. Sur l'une d'elle, il y avait 2 petites filles sur la plage du Rocher, habillées avec des robes à manches longues et des chaussures, une autre avec une tente genre canadienne sous les pins. Pour Kimi ces 2 photos ne représentait pas grand chose, par contre une autre prise aussi sur la plage du Rocher avec tout un alignement de cabines de plages l'a intéressé : des petites maisons sur la plage.

A propos de cette photo Huguette nous a raconté que ces cabines étaient montées pour 2 mois sur la plage. Elles servaient à mettre à l'abri les affaires personnelles, le pique-nique etc., et s'il faisait très beau et que les enfants venaient s'y réfugier, on les obligeait à retourner dehors !

Personne ne prenait la cabine d'une autre, il n'y avait pas de vol, chacun avait confiance en l'autre !

Puis une autre photo a beaucoup intéressé Kimi : des chevaux attelés à des charrettes pleines de "quelque chose", mais il ne savait pas quoi. Annick, Michelle et Huguette lui ont expliqué le ramassage autrefois du goémon qui servait d'engrais dans les jardins. Mais "goémon" c'était quoi ? Après explication il a trouvé : c'était tout simplement des algues !

Nous avons terminé notre petite rencontre en se donnant rendez-vous même heure, même endroit le mercredi 21 mai, et que des anciens et des nouveaux viennent se joindre à nous pour nous raconter encore et encore la vie longevillaise !

Annie

 

 Pour les petits un conte ne doit pas durer plus de 10mn maxi, sinon leur attention se détourne, il faut employer des mots simples, bannir tous les noms propres de lieux

 Une ébauche de la légende Becciacum adaptée à leur tranche d'âge

Il y a longtemps, très longtemps, très très longtemps, P'tit Léon est venu reprendre des forces et guérir, au bord de la mer !

Un soir d'été, fatigué d'avoir marché, il s'endort au pied d'un rocher, à l'ombre d'un pin sur la dune.

Alors, il se met à rêver !

Il y a très, très, très longtemps dans un petit village, pas loin de Longeville vivaient des pêcheurs, des chasseurs, des … Le soir après le travail, ils dansaient, buvaient, chantaient, faisaient la fête toute la nuit.

Un jour, P'tit Léon est venu vivre dans ce petit village !!! Il ne mangeait que les fruits qu'il cueillait, que le poisson qu'il pêchait, et le soir, très fatigué, il allait se coucher !

Une nuit tout le petit village s’est noyé dans la mer ! P’tit Léon a très peur ! Pourquoi ? Que s’est-il passé ?

Alors apparait Falong, le gentil fadet de Longeville. Qui s’approche de lui : « Tu sais, ces villageois étaient des méchants. Quand ils avaient trop mangé et trop bu, ils tuaient tous les gens qui venaient les voir !

 Ce n’est pas vrai ! J’ai peur… 

 Attends ! Regarde qui vient ? « 

Alors, d’un geste de la main, Falong du bout de sa baguette magique fait apparaître une grosse boule blanche, comme un soleil de lumière ! Et de cette boule nait une belle fée, à la longue robe blanche !

«  Bonjour Dame Blanche.

 Bonjour, Falong ! Bonjour, P’tit Léon !

 Bonjour Dame Blanche.

 N’aie pas peur P'tit Léon, retourne te réfugier dans ton rocher, et accroche-toi aux racines de ton arbre, Falong te protègera ! »

P'tit Léon courut vite s'y mettre à l'abri suivi comme son ombre par Falong… P’tit Léon s’endormit…

Alors, une vague énorme, plus grosse que les autres, vint caresser les pieds de P'tit Léon. Il se réveilla, sain et sauf au pied de son rocher, sous son arbre… :

« Le petit village a disparu ! Il est au fond de l’Océan, avec toutes les méchantes gens ! Aujourd’hui tu sais pourquoi, à Longeville, il n’y a plus que des gentils pêcheurs, que de gentils chasseurs, que de gentils … , comme tu m’disais tout à l’heure ! Ici, tout le monde est heureux ou… devrait l’être ! »

J’ai un peu modifié ton texte. Maintenant il faudrait le tester. Kimi par exemple ?
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   13

similaire:

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! iconQuestionnaire plan
«la bande d’adolescents» qui est aujourd’hui un phénomène actuel mais différent, d’où aujourd’hui IL est étudié différemment qu’auparavant,...

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! iconI/ La diversité actuelle et passée des primates
«grands singes» (gibbons, orangs-outans, gorilles et chimpanzés) se limitent aujourd’hui à quelques espèces. Qui plus est, les effectifs...

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! iconL’exposition que vous visitez aujourd’hui concerne l’évolution de...

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! icon2 La protection de l’enfance aujourd’hui et la loi de réforme du 5 mars 2007
«l’enfance» n’est pas reconnue et dès que l’enfant n’a plus besoin de sa mère ou de sa nourrice (soit, vers l’âge de 7 ans), IL est...

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! iconL’agriculture aujourd’hui

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! iconNanobiotechnologies 87 Les nanotechnologies, qu’est-ce que c’est ? 82
«progrès de l’humanité» dans le domaine des biotechnologies au sens large et les problèmes éthiques posés déjà aujourd’hui et probablement...

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! iconLa réactualisation d’aujourd’hui amène l’inventaire à 1620 espèces

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! iconLa Médecine Morphologique et Anti Age a dix ans aujourd hui

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! iconBonjour Danielle. Quel est l’animal que nous évoquons aujourd’hui ?
«d’ingénieur» doublé d’un industriel. IL est maître des forges de Montbard. IL s’intéresse de près à la gestion de son domaine, de...

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! iconPréparons-nous Activité 1 : regardez ces images, que va-t-on faire aujourd’hui ?








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com