Ça c’est aujourd’hui, tant pis !








télécharger 0.75 Mb.
titreÇa c’est aujourd’hui, tant pis !
page4/13
date de publication31.10.2016
taille0.75 Mb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13
13 avril 2014
Hier, c’était un autre jour. 20 h15, je file vers Aubigny prendre quelques photos de la nuite de la danse. Ouest France m’appelle. Ils ont quelques explications à noter du portrait de Pierrot. Je vous le joins en annexe.

 

C'est un plaisir retrouvé de pouvoir lire tes chroniques tous les matins, et les histoires racontées par chacun. A bientôt

Annie 

Tes chroniques, nos chroniques. J’aimerais tant que d’autres nous rejoignent. Faites partager notre livre.
HISTOIRE ET PETITE HISTOIRE DE LA VENDEE EN CHANSONS

                                           LA GUILLANEU (autre version)

 

Nous somm's de bons enfants qui frapp'nt à votre porte

Nous sommes bien en quoi de vous rendre parole

Nous vous rendrons parole assurément )

A l'arrivée du joli mois d'janvier            ) bis

 

Voici janvier venu, couvert de violettes

Toutes les jeunes filles sont remplies d'amourettes

Et les garçons sont remplis de beauté )

A l'arrivée du joli mois d'janvier         )  bis

 

C'est dans cette nuit-là qu'les sorciers s'abandonnent

Et jettent leur poison sur beaucoup de personnes

Nous sommes venus ici pour les chasser )

A l'arrivée du joli mois d'janvier              ) bis

 

N'avez-vous point chez vous un'jeune et jolie fille ?

Faites-là donc lever ; prestement qu'elle s'habille

Nous l'emmèn'rons là-bas dans les verts prés, )

Nous lui apprendrons le joli jeu d'aimer           ) bis

 

N'avez-vous point aussi quelques pièces de volailles ?

Cherchez dedans les nids ; n'apportez pas la paille

Apportez-nous la douzaine et demie ;     )

N'apportez pas les oeufs qui sont pourris)  bis

 

Patron de la maison, descendez à la cave,

La bouteille à la main, les verres sur la table,

Et nous boirons à votre bonn'santé  )

A l'arrivée du joli mois d'janvier      ) bis

 

Les étoiles des cieux nous servent de lumière,

Si nous buvions un coup, nous chanterions plus clair,

Buvons un coup et nous seront plus gais )

A l'arrivée du joli mois d'janvier              ) bis

 

Le porteur de paniers est un honnêt'jeune homme

Qui remercie les gens de tout ce qu'ils lui donnent

S'il ne l'fait pas, moi j'vous remercierai

A l'arrivée du joli mois d'janvier

Nous vous souhaitons un céleste séjour,

Le paradis à la fin de vos jours.

 

Prochain article : la Chasse Galléry

Jean-Claude

Merci de ton assiduité
Pierrot Guilbaud, l’Histoire de la vie Graonnaise d’un homme de caractère
Pierre Guilbaud, est un homme de caractère né, il y a 86 ans au Bois Clos à Chaillé. Là-bas, on l’appelle encore Pierrot, en digne représentant des Guilbaud et des Mandin. En 1958, il s’est marié à Georgette, la fille Camus de Chantemerle de Saint-Vincent. Après quelques années de résidence à La Barre de Montorgueil, ils se sont installés à la Cave : « C’était avant le lac, avant que le barrage n’engloutisse la départementale qui reliait Saint-Vincent à la Glorandière ! » Il a fait tous les métiers, petit paysan, entrepreneur de battage et de labour, prestataire de service pour le Syndicat Agricole de Saint-Vincent, puis il est devenu : « taupier, ramasseur de cornichons, monteur de préfabriqués, …, beaucoup de métiers, beaucoup de travail pour pouvoir pas faire grand-chose ! » Que des métiers disparus, mais qui se justifiaient dans une économie de proximité qui préconisait la mutualisation des moyens ! « Le battage chez Malardeau durait trois mois, du marais, de l’Aiguillon à bien plus au Nord, tous les jours c’était un peu la fête ! Les agriculteurs faisaient appel à nous, ils n’avaient pas le matériel nécessaire pour assurer les grands labours. Taupier ! Droguer 3 000 ha en taupicide. J’en ai fait disparaître des centaines de mille de Sainte-Foy à Cayola, de Saint-Florent à Saint-Vincent! Puis il y a eu le ramassage de tonnes et de tonnes de cornichons, 180 tonnes, de Curzon à Talmont, de La Boissière à Saint-Gilles. Je fournissais les plus grands, Maille, Grey Poupon, … » Il fut donc l’un des derniers taupiers de Vendée « aujourd’hui on les appelle régulateurs de faune ! », l’un des derniers courtiers en cornichons de France « aujourd’hui on fait tout venir de Chine !». Avec Georgette, son épouse, Pierrot revit ces années de labeur et de combat, en parlhange dans le texte, où le « i » est un je, où le « je » se conjugue à la première personne du pluriel. Des regrets ils en ont plein la tête : « l’eau de ma fontaine, est tombée dans le lac ! » et puis ce combat pour l’école publique : « Mes enfants ont été les derniers à fréquenter l’école publique de Saint-Vincent ! Ma fille Valérie, la dernière inscrite à y être entrée. L’école a été fermée en 1977, pour le plus grand plaisir des grandes familles ! J’ai dû emmener mes enfants jusqu’au Moutiers. Je n’ai pas de rancune contre quiconque, mais je suis sûr qu’un jour, elle reviendra… » Le combat pour l’école publique aura été leur dernier combat graonnais. Puis ils se sont retirés dans leur petite maison de l’impasse de la Cave, au bord du lac, près de la Fontaine engloutie. Aujourd’hui, seul, quelques pêcheurs rencontrent Pierrot. Si vous le rencontrez, n’hésitez pas ! Son Histoire vous passionnera… « On n’en faisions davantage que c’que nous faisions aujourd’hui ! »
Depuis aujourd’hui nous sommes 18. Laurent, je t’ai joint à nous… Je t’envoie en pièce jointe, les premières pages de notre livre… N’auriez-vous pas des amis (es) qui voudraient nous rejoindre ?

A demain, avec d’autres si vous le voulez bien.

René

13 avril 2014

14 avril 2014
Hier, c’était un autre jour. C’est bien la première fois qu’une nouvelle exposition permanente de la maison des Libellules, n’est pas inaugurée officiellement par quelques notables ! Les premiers à la visiter ont été une famille de quatre personnes. N’y voyez aucune ironie, aucune indulgence. C’est bien parfois de ne pas être contraint par l’hypocrisie …

Pour être un incompris, je sais parfois décliner mes voyelles :

Un nain bas

Un imbécile

Un imbi

Un nimbo-stratus cucumulus,

Un imbu de sa personne

Un nain soumis qui voudrait se grandir !!!

Un insoumis qui voudrait nous soumettre !!!
Merci René pour ton envoi. Bon dimanche

Laurent

Tu fais partie des nôtres, et tu peux t’exprimer librement

HISTOIRE ET PETITE HISTOIRE DE LA VENDEE EN CHANSONS

 

EPOQUE FRANQUE

                                                 LA CHASSE GALLERY

 

La Chasse Gallery rappelle le temps lointain où les guerriers francs donnaient la chasse aux Sarrazins. Gallery, monté sur un cheval fougueux entraînait derrière lui dans une sarabande vertigineuse, tous les personnages de la superstition moyenâgeuse.

Cette chanson a été attribuée à Benjamin Fillon bien qu'il s'en soit défendu.

 

Entendez-ve la sarabande ?                                                                

Entendez-vous la sarabande ?

O l'est la Chasse-Gallery                                                                     

C'est la Chasse-Gallery

I tchiaulong va passer par bande                                                         

Par ici va passer par bande

Et la garâche et l'aloubi                                                                       

Et la garâche et l'aloubi

Mé feuils, rentrez bé vite                                                                    

Mes filles, rentrez bien vite

V'assitre près de ma                                                                           

Vous asseoir près de moi

Prenez l'ève bénite                                                                             

Prenez l'eau bénite

Et priez saint Micha                                                                            

Et priez saint Michel 

Gallery va t'en teite                                                                             

Gallery va en tête

Monté su in chevaou                                                                           

Monté sur un cheval

Qu'a le corps d'ine beite                                                                      

Qui a le corps d'une bête

Et la péa d'in crapaou                                                                           

Et la peau d'un crapaud

La grolle, de ses ales,                                                                         

Le corbeau de ses ailes

Cope le vent gliacé                                                                             

Coupe le vent glacé

Et dou frèdes rafales                                                                           

Et de froides rafales

Rassoillent le damné                                                                           

Trempent le damné

Dare li, la sorcère,                                                                              

Derrière lui, la sorcière,

Le lutin, le garou                                                                                 

Le lutin, le garou

Galopant la houlère                                                                             

Galopent la truie

Le pitois et le loup                                                                                

Le putois et le loup

La beite pharamine                                                                             

La bê te pharamine

Guitte lé caburauds                                                                               

Quitte les nuages

Per cheurcher la veurmine                                                                   

Pour chercher la vermine

Ou long dou mazureaux                                                                       

Le long des masures

Pis le bége fantôme                                                                             

Puis le beige fantôme

Tot habelié de blianc                                                                           

Tout habillé de blanc

Frère fradet de bôme                                                                            

Farfadet de caverne

Ché roge et revenants                                                                         

Chiens rouges et revenants

Le nain d'humur piésante                                                                     

Le nain d'humeur plaisante

Sivé dou fu follet                                                                                  

Suivi du feu follet

Trelande, saoute et chante                                                                    

Fredonne, saute et chante

Queme in amirolet                                                                               

Comme un rossignol

Cremeilloux de ragage                                                                          

Avide de carnage

Le maître dou soula                                                                               

Le maître du troupeau

Démene pliein de rage                                                                          

Agite, plein de rage

San sabre de verglia                                                                              

Son sabre de verglas

Le vut douner bataille                                                                           

Il veut livrer bataille

Oque le Sarrazin                                                                                   

Contre le Sarrazin

Dan in champ de biaille                                                                         

Dans un champ de chaume

Dou bourg de Saint-Sornin                                                                     

Du bourg de Saint-Sornin

Le fourache infidèle                                                                              

Le sauvage infidèle

Devant li terjou fouit                                                                            

Devant lui toujours fuit

Et, si le maître appelle                                                                          

Et si le maître appelle

En broué s'évanouit                                                                              

En brume s'évanouit

Gallery, torne, torne,                                                                            

Gallery tourne, tourne,

Emporté par sen sort                                                                            

Emporté par son sort

Aqueni, triste et morne,                                                                        

Epuisé, triste, morne,

Le demande la mort                                                                              

Il demande la mort

Mé l'aoube désiraïe                                                                               

Mais l'aube désirée

Enfin fé le temps cliair                                                                           

Enfin fait le temps clair

Et la troupe gelaïe                                                                                  

Et la troupe gelée

Va routir en enfer                                                                                 

Va rôtir en enfer

Per passere tchés nits blianches                                                             

Pour passer ces nuits blanches

Gallery, mes enfants                                                                             

Gallery mes enfants

Chassit tos lé dimanches                                                                       

Chassa tous les dimanches

Et battit lé paysans                                                                                 

Et battit les paysans.

Prochaine chanson : complainte du sire du Poiroux.

Jean-Claude

Enquête à la mare, l’expo dont tu es le héros

Depuis dimanche la Maison des Libellules a déployé ses ailes pour mieux nous faire découvrir un chant d'animal, une empreinte, une plume… Solène, Alice, papa Grégory et maman Nadia, une famille yonnaise, ont été les premiers à découvrir le labyrinthe aux secrets, en naturalistes en herbe pour percer les mystères de la mare ! Que d'indices à identifier pour repérer les bonnes informations Heureusement, ils ont mené l’enquête avec Fleur et Sylvain dans cet univers. Le principe est simple : suivre la piste d’un indice et mener l’enquête dans différents espaces. Au fil de votre parcours, explorer la mare de l’exposition, la tente du grand-père naturaliste, le coin doc’ et bien sûr la mare du jardin de la Maison des libellules ! La tente du grand-père est le domaine de l’amoureux de la nature, avec herbier, collection de plumes, observation d’échantillons … Quant au coin doc’, on y retrouve les informations scientifiques dans les livres et les sites internet. « Enquête à la mare » a été conçue par l’équipe de la Maison des libellules. Anthony Hamon, scénographe, a mis en scène les espaces. De nombreuses associations et particuliers ont participé en collectant des échantillons, précieux indices pour les visiteurs… Maman Nadia, papa Grégory, Alice et Solène : «  C’est la première fois que je viens. J’aime. Tu entends la grenouille qui coasse ? C’est le corbeau qui croasse ! »
Depuis hier nous sommes 18. Laurent, nous a rejoint… N’auriez-vous pas d’autes amis (es) qui voudraient nous rejoindre ?

A demain, avec d’autres si vous le voulez bien.

René

14 avril 2014
15 avril 2014
Hier, c’était un autre jour. Ce devait une journée consacrée à mon jardin et à ma femme, c’était son anniversaire, mais ce fut une journée trépidante du matin au soir ! Dès 8 heures, un appel qui m’annonce que je suis grand-père pour la cinquième fois ! Arsène est né cette nuit… Un mail du collège Piobetta … Un mail d’un Maire battu … Un appel du journaliste des infos de France Culture qui m’a retrouvé suite aux deux articles que j’avais écrits sur Paul Gerbi ! J’ai quand même pu m’occuper une heure de mon jardin, et un peu plus de ma femme. J’ai même fait la vaisselle et préparé le repas de midi ! Un exploit si Le soir j’avais recommencé…
Bonjour,
Je vous remercie pour l'article que vous avez fait paraître dans votre journal. A la lecture de votre texte les élèves du collège  ont été très touchés de retrouver leurs mots. Ils se sont sentis valorisés, importants. On s'intéresse à leur parole ! Leur parole a une valeur !  Ils ont également pris conscience que ce qu'ils font au club journal n'est pas anodin, que c'est pour eux un moyen d'exercer leur pensée et leur liberté. Vous leur avez révélé qu'ils détiennent eux aussi ce pouvoir des mots et après la lecture de votre article ils ont encore plus envie de s'en emparer. Que cette journée vous soit heureuse ! Cordialement,
Isabelle P., Prof-doc au collège S.Piobetta d'Aubigny
HISTOIRE ET PETITE HISTOIRE DE LA VENDEE EN CHANSONS

XIe siècle

Aimery de Bouil, seigneur du Poiroux prit part à la première Croisade en 1096. Son départ, ses combats en Terre sainte, ses malheurs et son heureux retour au vieux castel du Poiroux ont inspiré les troubadours bas-poitevin qui ont composé et chanté la "Complainte du Sire du Poiroux".
COMPLAINTE DU SIRE DU POIROUX
Le jour qu'Aimeri s'en alla

Et que pour la Croix il s'arma

Au beau l'Abri, son chien fidèle

Il donna la garde d'Adèle 

 

REFRAIN

Grands et petits, ô priez tous

Pour notre Aimeri de Poiroux,

De lirou...oux (bis)

Pour notre Aimeri de Poiroux

 

"Dans trois ans je vous reviendrai

"Et plus jamais vous quitterai"

Dit-il, puis, vers la Palestine

Il s'en alla par la Gâtine

 

Dans la Palestine rendu,

Un jour qu'il s'était bien battu

De son cheval sautant à terre

Il dormit à la soulaillère (au soleil)

 

Les infidèles survenant

Le font captif de leur Soudan

Et depuis, couvert de touaille (meurtrissures)

Il ne dormit que sur la paille

 

Au rouge Ulric qu'en sa maison

Il traitait comme un compagnon

Et gouverneur de son domaine

Le preux fit annoncer sa peine

 

Mais Ulric, soudard de l'enfer,

Sans plus tarder passe la mer

Et baillant à Satan son âme

Va, de Poiroux trouver la dame

 

"Madame, pleurez votre sort,

"Dit-il, car votre époux est mort ;

"Est mort sur la terre étrangère ;

"Je l'ai conduit au cimetière

 

"Mécréant, vous êtes menteur !

"Puis-je croire à pareil malheur ?

"- Si je mens, je veux, dame Adèle,

"Brûler dans la flamme éternelle!

 

"-Je ne veux ni boire, ni manger

"Dans la tour je vais m'enfermer"

Et la pauvre dame qui pleure

Ne cessait de dire à toute heure :

 

Grands et petits, ô priez tous

Pour mon Aimeri de Poiroux

De lirou...oux (bis)

Pour mon Aimeri de Poiroux

 

Trois jours, sans boire ni manger

Dame Adèle alla s'enfermer ;

Et dans la tour sanglote et pleure

Ne cessant de dire à toute heure :

 

Grands et petits, ô priez tous

Pour mon Aimeri de Poiroux

De lirou...oux (bis)

Pour mon Aimeri de Poiroux

 

Trois jours, le chien l'Abri

De son chagrin tout alangui

A  la porte faisait la garde

Mieux qu'un guet portant hallebarde

 

Un jour, Ulric se présenta

Pour entrer ; mais l'Abri grogna,

Et, d'un mollet  pris à gueulée

Manqua d'emporter la bouchée

 

Un après, l'Abri rageait

Alors qu'Ulric se prélassait

Ensorceleur de dame Adèle

Il va l'épouser, l'infidèle!

 

Le jour des noces, les paysans,

Les femmes, les jeunes enfants,

Et jusqu'au curé, bon vieux prêtre

Priaient pour l'âme de leur maître

 

La pantouine et son houlier (libertine et débauché)

Dans le lieu saint allaient entrer

Quand l'Abri sautant à la face

D'Ulric, l'étendit mort sur place

 

Or, voici qu'à ce même instant,

Arrivait Aimeri vivant,

Venant tout droit de Palestine

En repassant par la Gâtine

 

"- Holà, dit-il, mon beau l'Abri,

Qu'est-ce donc que l'on fait ici ?

Je suis Aimeri, corps et âme

Vous me croyiez donc mort, Madame ?

 

- Le rouge Ulric nous a menti

Je n'ai plus qu'à mourir ici! "

Et voici la dame qui pleure

Se lamente et dit à toute heure :

 

"- Grands et petits, ô pleurez tous

Pour la recluse de Poiroux!

De lirou...oux (bis)

Pour la recluse de Poiroux".

 

Prochaine chanson : Complainte de madame Béatrix

Jean-Claude
Bonjour, je vous remercie d'être un correspondant du journal du Pays Yonnais à l'écoute, et présent sur les évènements de notre commune.

Un ancien Maire
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

similaire:

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! iconQuestionnaire plan
«la bande d’adolescents» qui est aujourd’hui un phénomène actuel mais différent, d’où aujourd’hui IL est étudié différemment qu’auparavant,...

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! iconI/ La diversité actuelle et passée des primates
«grands singes» (gibbons, orangs-outans, gorilles et chimpanzés) se limitent aujourd’hui à quelques espèces. Qui plus est, les effectifs...

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! iconL’exposition que vous visitez aujourd’hui concerne l’évolution de...

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! icon2 La protection de l’enfance aujourd’hui et la loi de réforme du 5 mars 2007
«l’enfance» n’est pas reconnue et dès que l’enfant n’a plus besoin de sa mère ou de sa nourrice (soit, vers l’âge de 7 ans), IL est...

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! iconL’agriculture aujourd’hui

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! iconNanobiotechnologies 87 Les nanotechnologies, qu’est-ce que c’est ? 82
«progrès de l’humanité» dans le domaine des biotechnologies au sens large et les problèmes éthiques posés déjà aujourd’hui et probablement...

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! iconLa réactualisation d’aujourd’hui amène l’inventaire à 1620 espèces

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! iconLa Médecine Morphologique et Anti Age a dix ans aujourd hui

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! iconBonjour Danielle. Quel est l’animal que nous évoquons aujourd’hui ?
«d’ingénieur» doublé d’un industriel. IL est maître des forges de Montbard. IL s’intéresse de près à la gestion de son domaine, de...

Ça c’est aujourd’hui, tant pis ! iconPréparons-nous Activité 1 : regardez ces images, que va-t-on faire aujourd’hui ?








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com