Centre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale








télécharger 355.46 Kb.
titreCentre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale
page1/10
date de publication20.05.2017
taille355.46 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10


powerpluswatermarkobject9365256
Gerard CLEMENT Page du 27 AU 31 JUILLET 2016 4582.doc14/05/2017


CENTRE RHONE –ALPES D’INGENERIE SOCIALE SOLIDAIRE & TERRITORIALE



REVUE DE PRESSE

Du 27 AU 31 JUILLET 2016



  • « Face à une idéologie fanatique, nous devons réenchanter la nation républicaine »

  • « Daesh nous empêche de voir que la question majeure est politique »

  • COLÈRE ET PEUR APRÈS L’ATTENTAT DANS L’ÉGLISE DE SAINT-ETIENNE DU ROUVRAY

  • Edgar Morin : « Eduquer à la paix pour résister à l’esprit de guerre »

  • Le dialogue social régional pour les TPE en marche

  • Le robot tue-t-il l’emploi ?

  • Un big-bang politique s'impose de toute urgence : lettre à François Hollande

  • [Textile, la nouvelle génération 1/5] L comme Lyonnaise habille Lyon

  • Riposte à Nicolas Sarkozy qui a tant de mal à prendre la mesure des nécessités

  • Aux origines de la croissance

  • Contre le terrorisme, dire non à la guerre!

  • NE PAS SACRIFIER LA LAÏCITE SUR L’AUTEL DU TERRORISME

  • 3 choses à faire face au terrorisme selon Abdennour Bidar

  • Conforter l’état de droit en temps de guerre, c'est renforcer la démocratie

  • Egalité et Citoyenneté : un projet de loi qui se cherche

  • Mission impossible ? La France en guerre contre le terrorisme d’opportunité

  • Les 40 propositions sécuritaires du Parlement

  • Le paritarisme : un monde à « ré-enchanter »

« Face à une idéologie fanatique, nous devons réenchanter la nation républicaine »

LE MONDE IDEES | 26.07.2016 à 11h14 • Mis à jour le 26.07.2016 à 14h49 | Par Frédéric Encel (maître de conférences en questions internationales à Science Po Paris) et Yves Lacoste (professeur de géographie à l'université Par...

L’islamisme radical, avec l’Etat califal islamique (dit Daech) comme fer de lance, mène une guerre implacable au peuple français. Dans ce contexte grave, il convient de se ressouder autour des mots, valeurs et symboles de la Nation et de la République en évitant les accusations faciles et autres inepties argumentaires. Hélas, trois d’entre elles se sont récemment exprimées.

La première est provenue des rangs de la droite dans la foulée du massacre de Nice, via des formules à l’emporte-pièce du style « si tous les moyens avaient été pris, le drame n’aurait pas eu lieu » (Alain Juppé). Quels moyens ? L’expulsion des Maghrébins, l’enfermement à vie des maris violents, l’interdiction de louer des camions pour les repris de justice ? Absurde. Face à la vague terroriste, le gouvernement Valls va aussi loin que l’y autorise l’État de droit, même s’il sera sûrement amené à renforcer en quantité et en qualité le dispositif général ; en attendant, que le premier ministre soit attaqué est d’autant plus injuste qu’il fut parmi les tout premiers à gauche à nommer courageusement et dès le 11 janvier 2015 l’ennemi, à savoir « le terrorisme, le djihadisme et l’islamisme radical », impulsant de nouvelles mesures relayées par un Bernard Cazeneuve dont tous les responsables politiques s’accordent à reconnaître le même sérieux.

La seconde ineptie provient justement de cette gauche angélique ou complaisante qui stigmatise la prorogation de l’état d’urgence sous le double prétexte fallacieux qu’il serait à la fois inefficace et liberticide. Or non seulement celui-ci a déjà permis aux forces de l’ordre et à la justice de gêner ou d’entraver la perpétration d’actes délictueux ou criminels liés au terrorisme, mais encore il n’a manifestement dérangé ni le mouvement Nuit debout des mois durant, ni des dizaines de manifestations syndicales, ni la tenue de l’Euro, et moins encore la libre expression de positions contestataires dans les médias et en place publique. Décidément, on aura connu sous d’autres latitudes ou en d’autres temps nationaux des états d’urgence plus contraignants…

La troisième erreur grave consiste à critiquer comme inutile voire contre-productive l’action militaire de la France en Syrie, en Irak, au Mali et ailleurs contre l’État islamique et ses avatars. Les géopolitologues que nous sommes affirmons que si Daech ne subissait pas les coups de la coalition et notamment de nos Rafale, il conquerrait d’autres espaces, d’autres populations et d’autres ressources, jusqu’à devenir une vraie puissance plus menaçante et déstabilisatrice encore qu’aujourd’hui. En outre, infliger des défaites objectives et visibles sur son terrain originel mais aussi au Sahel, c’est ôter à cette organisation terroriste l’aura conférée par ses premières victoires que des esprits manipulables ou déjà fanatisés avaient interprétée ces dernières années comme un soutien divin. À juste titre, le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian écrivait récemment que nous étions« en guerre » ; elle nous a été imposée et nous devons la mener jusqu’à la victoire.

Idéologie fanatique

Cependant, face à une idéologie fanatique, il est vrai que l’emploi du RAID, des régiments de parachutistes et des forces spéciales, absolument nécessaire, ne suffit pas. L’islamisme radical incarne une forme de romanisme révolutionnaire morbide, opposons-lui pour paraphraser Max Weber, le ré-enchantement de la nation républicaine à travers plus de civisme, de solidarité, d’apprentissage de nos symboles, de revalorisation de notre récit national commun, et tout cela dès l’école. Autrefois perçue à gauche comme ringarde ou apanage de l’extrême droite – un non-sens historique absolu ! – la nation en tant que représentation collective est aujourd’hui plus précieuse que jamais, pour deux raisons.

D’abord c’est bien toute la nation française qui est haïe et frappée par les islamistes pour ce qu’elle est – depuis des siècles et du fait de ses valeurs républicaines et démocratiques assumées –, et non pour ce qu’elle fait – à savoir telle politique intérieure ou étrangère à un instant T. Seuls les« idiots utiles » de l’islamisme pouvaient encore prétendre que ce phénomène était encouragé par le conflit israélo-palestinien, la loi de 2004 protectrice de l’école sur les signes religieux ostentatoires (improprement appelée loi sur le voile), des caricatures de Mahomet ou encore« l’islamophobie », cette imposture si bien flétrie par Charb le directeur de Charlie-Hebdo avant son lâche assassinat par les frères Kouachi. Et à présent, suite aux tueries effectives du Bataclan, de Magnanville et de Nice et après celles ratées du Thalys et de Villejuif, qu’est-ce que les « Je ne suis pas Charlie » de janvier 2015 vont encore nous inventer pour stigmatiser la république et éluder la gravité du fléau islamiste ?

Ensuite, au sein de notre nation républicaine, chacun dispose des mêmes droits et devoirs devant la Loi, « l’expression de la volonté générale » selon l’article 6 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, quels que soient ses origines, convictions, profession, choix spirituels et orientations sexuelles. Précisément tout ce qu’abhorrent nos ennemis fanatiquement racistes, antisémites, misogynes, contempteurs de la culture et des libertés, sur les plans idéologiques mais aussi tactiques ; plusieurs millions de musulmanes et de musulmans participent en effet loyalement de notre modèle et échappent ainsi à leur férule ; on rappellera que trente d’entre eux ont été assassinés sur la Promenade des Anglais le… 14 juillet. Ces citoyens français musulmans ont naturellement toute leur place au sein de la nation et sous l’aile protectrice de la république. Les islamistes, aucune.

Prenons garde de ne pas défendre avec suffisamment de force et de vigueur notre ordre républicain laïc et démocratique ; sous les effets d’une légitime exaspération des Français face au terrorisme, c’est un ordre fascisant et réellement xénophobe qui pourrait bien à terme s’y substituer…

Frédéric Encel et Yves Lacoste publient à la rentrée aux Presses universitaires de France un livre intitulé Géopolitique de la Nation France.

Frédéric Encel (maître de conférences en questions internationales à Science Po Paris) et Yves Lacoste (professeur de géographie à l'université Par...

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/07/26/face-a-une-ideologie-fanatique-nous-devons-reenchanter-la-nation-republicaine_4974786_3232.html#JVeX6PhzljZBdxjF.99
« Daesh nous empêche de voir que la question majeure est politique »

Roland Gori est psychanalyste et professeur émérite de psycho¬pathologie clinique à l’université d’Aix-Marseille. En janvier 2009, il a initié l’Appel des appels – une coordination de mouvements issus des secteurs du soin, de la recherche, de l’éducation, du travail social, de la culture… - dont le but est de fédérer une multitude d’acteurs critiquant l’idéologie néolibérale et ses conséquences sur les services publics notamment.

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages de référence :L’Appel des appels. Pour une insurrection des consciences, Paris, Mille et Une Nuits-Fayard, 2009 ; La Fabrique des imposteurs, Les Liens qui Libèrent, 2013 ; et, plus récemment, L’Individu ingouvernable, Les Liens qui Libèrent, 2015.

Pour le psychanalyste Roland Gori, les auteurs des récents attentas sont les monstres du néolibéralisme. Daesh, estime-t-il, est l’arbre qui cache une crise politique profonde et sans issue immédiate, et qu’il devra pourtant falloir régler pour éradiquer ce terrorisme.

Politis : Comment analysez-vous ce qu’il s’est passé à Nice la semaine dernière ?

Roland Gori : La prudence serait de dire qu’on ne sait pas. Que l’on a besoin de temps pour préciser les données à recueillir par des enquêtes, et de temps pour une analyse multidimensionnelle mobilisant la pensée. Nous avons besoin de temps pour penser ce qui nous arrive, et comment nous en sommes arrivés là. Nous avons besoin de comprendre ce qui rapproche chacun de ces meurtres de masse et ce qui les différencie les uns des autres.

Globalement, nous réagissons trop vite. Ce qui peut être justifié, en matière de protection, de sécurité ou d’assistance, ne l’est plus en termes d’information ou d’analyse. Or, les dispositifs d’information et d’analyse sont eux-mêmes atteints, corrompus par les dérives de la « société du spectacle», du « fait divers » qui permet la marchandisation des émotions et des concepts. Cela n’est pas acceptable moralement et politiquement car cela détruit aujourd’hui les bases sur lesquelles se fondent nos sociétés et participe à fabriquer les tragédies que nous traversons. C’est le fonds de commerce de nos ennemis et de leurs alliés objectifs, et de leurs comparses involontaires.

Quelle est la responsabilité des médias ?

Les médias ont une grande responsabilité dans cette affaire : ils participent à la « star académisation » de passages à l’acte criminel, pour certains immotivés – au sens quasi-psychiatrique du terme – réalisés par des personnalités plus ou moins pathologiques n’ayant aucun rapport personnel avec leurs victimes. Ce qui ne veut pas dire que tous ces meurtres relèvent de la même économie, que tous sont commis par des psychopathes ou des psychotiques. Certains sont authentiquement politiques, d’autres appartiennent au fanatisme « religieux », d’autres encore aux réseaux « mafieux » qui a fait du terrorisme l’occasion de nouvelles affaires rentables.

L’habillage idéologique ou religieux est plus ou moins décisif, déterminant selon les cas : entre les massacres de Charlie, ceux de l’hypercasher, ceux du Bataclan, de Nice ou l’agression des passagers d’un train en Bavière, les motivations ne sont pas les mêmes. Daesh « ramasse » tout, cela sert son entreprise de déstabilisation de l’Occident en frappant le « ventre mou » de l’Europe, en espérant ainsi favoriser les tensions intercommunautaires. C’est l’appel à la guerre civile lancé par Abu Musad Al Suri en 2005 : appel à la résistance islamiste mondiale mobilisant toutes les populations musulmanes afin de frapper les juifs, les occidentaux, les apostats, là où ils se trouvent.

À partir de ce moment-là, tout crime, tout meurtre qui pourrait être « marqué » par un signe d’appartenance communautaire, se voit recyclé comme « combustible » made in Daesh. Cela fait partie de la stratégie de ce groupe et de sa propagande. Nous risquons de valider leur campagne de terreur en donnant une unité et une consistance à des myriades d’actions plus ou moins inspirées par le terrorisme djihadiste.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Centre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale iconCentre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale

Centre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale iconCentre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale

Centre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale iconCentre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale

Centre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale iconCentre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale
«Réinventer le progrès», ou comment concevoir les transitions de l’économie numérique et de l’écologie

Centre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale iconCentre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale
«Les élus deviennent de plus en plus gestionnaires et de moins en moins visionnaires»

Centre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale iconCentre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale
«Ce sont les entreprises réalisant plus de 750 000 euros de chiffre d'affaires qui connaissent les tendances les plus favorables,...

Centre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale iconCentre Auvergne-Rhône-Alpes

Centre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale iconI lancement de l’aap auvergne Rhône-Alpes phrci interrégional 2017

Centre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale iconForum de l’economie sociale et solidaire

Centre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale iconChapitre Ier : Principes et champ de l’économie sociale et solidaire








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com