18 Janvier 2008 boutefeu rajoelison








télécharger 25.39 Kb.
titre18 Janvier 2008 boutefeu rajoelison
date de publication18.05.2017
taille25.39 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > loi > Documentos

Parasitologie GB – DCEM

Frédérique de Monbrison

18 Janvier 2008 BOUTEFEU - RAJOELISON


TOXOCAROSE

Toxocara canis – Toxocara canis






  1. Morphologie

Pathologie assez fréquente, liée à la présence chez l’homme de larves d’Ascaris le plus souvent de canidés (Toxocara canis) mais aussi de félidés (Toxocara cati). Ces larves sont également appelées Larva migrans viscérale.
Les signes cliniques vont être liés à la présence de ces larves, on ne retrouvera pas de forme adulte chez l’homme qui va donc constituer un hôte intermédiaire sous forme d’impasse parasitaire. Les enfants seront les plus touchés du fait du risque de contamination par les chats et les chiens qui vont être les hôtes définitifs.
L
arve de Toxocara canis

  1. RÉpartition gÉographique

  • Cosmopolite, avec un léger pic dans les zones tropicales.



  1. Cycle PARASITAIRE

Le cycle parasitaire va être légèrement différent des précédents du fait de la présence de deux hôtes : l’homme et le chien/chat. Le cycle serait identique en présence de Toxocara cati.

Le chiot (1) va occuper le centre du cycle. Il va être contaminé :


  • En absorbant des œufs (2→1) qui se trouvent dans le milieu extérieur. Par la suite, passage tissulaire, puis forme adulte qui se retrouve dans le TD puis élimination d’œufs dans les selles (1→4). Il va donc assurer un cycle complet et constituer le réservoir du parasite.




  • Par voie galactogène (3→1) : lors de la tétée, il absorbe des larves qui vont reprendre le cycle en passant dans la circulation et revenir dans le tube digestif où elles vont donner un adulte.




  • Par voie transplacentaire (3→1) : le chiot naît infecté par les larves qui vont reprendre également le cycle.



Les femelles gestantes peuvent donc elles aussi assurer un cycle complet ; en revanche chez le chien adulte mâle le cycle est interrompu au stade larvaire et les larves meurrent. Il y a donc un caractère hormonal dans le maintien du cycle.

NB : ceci s’explique par le fait que chez l’adulte mâle, le système immunitaire est bien en place et performant, empêchant ainsi la maturation et l’implantation du ver ; contrairement au chiot, où le système immunitaire est immature. Pour la femelle gestant, la tolérance mise en place pour permettre l’implantation du conceptus permet au ver de se développer. (Et oui, immuno quand tu nous tiens !!!)
Pour l’homme, ce sont surtout les enfants qui sont contaminés.
La Toxocarose est aussi appelée « maladie des bacs à sable » : les œufs vont être éliminés dans le milieu extérieur par l’intermédiaire des selles et vont pouvoir se déposer dans la terre, les enfants jouant avec cette terre vont être contaminés par les œufs.
Le parasite n’étant pas d’origine humaine, le cycle ne pourra pas être complet, il va s’arrêter au stade de larves qui vont être retrouvées dans tous les viscères et dans les muscles : l’homme constitue une impasse parasitaire.
D
111

112

113

114

onc, pour résumer
 :

  • Réservoir : chiot




  • Impasse parasitaire : homme, chien adulte mâle.




  • Contamination digestive chez l’homme : par absorption d’œufs embryonnés (il faut, comme pour l’ascaris, une maturation dans le ME pour que les œufs deviennent embryonnés et infestant) provenant des selles de chiots parasités lors de l’ingestion d’aliments souillés, d’eau ou de terre (géophagie).




  • Phase tissulaire (responsable des signes cliniques) : passage dans le foie, les poumons, le cœur, le SNC…
    on en retrouve beaucoup dans les yeux (cf. infra).




  1. Signes cliniques


Définition de la Toxocarose ou Larva migrans viscérale :


L’ensemble des symptômes sont provoqués par la présence ou la migration de larves dans les viscères.
La toxocarose :

  • Prédominance chez les enfants

  • Aussi appelée « Maladie des bacs à sable »




  • Toxocarose commune (la plus fréquente) = de forme asymptomatique car peu de larves

  • Forme mineure : asthénie + manifestations allergiques dues à la présence des larves dans les tissus

  • Forme sévère (enfant) : forte fièvre (39-40°C), signes pulmonaires, troubles neurologiques (convulsions, encéphalites, HTIC…), complications cardiaques (IC, myocardite…).
    Les complications sont dues au blocage des larves dans les viscères qui entraînent une réaction inflammatoire (granulome autour des larves) responsable des symptômes.

  • Forme particulière : oculaire : elle correspond à la constitution de lésions d’uvéites irréversibles (post-granulomateuse) qui amputent le champ visuel par destructions localisées de la rétine.


└► Fonds d’œil





  1. Diagnostic BIOLOGIQUE

La présence d’un stade larvaire implique une très forte réaction de l’organisme :


  • Non spécifique :

    • Hyperleucocytose

    • Hyperéosinophilie ++ (jusque 20Gigaéléments/mm3)
      elle peut persister très longtemps même après guérison de l’infection, stabilisation de la maladie.
      └► sauf dans la forme de toxocarose oculaire STRICTE car il n’y a pas de réaction allergique dans l’œil (extension du SNC).




  • Spécifique :

    • Sérologie : dosage d’Ac dans le sérum ou l’humeur aqueuse si suspicion d’atteinte oculaire.




  • Problèmes des réactions croisées avec d’autres parasites mais les signes cliniques sont tellement évocateurs que la biologie ne fait que confirmer le diagnostic.

  • Pas de diagnostic direct chez l’homme car on ne sait pas où rechercher les larves.




  1. Traitement

  • Médicamenteux :

    • Thiabendazole Mintézol® : décevant car il a du mal à franchir le granulome pour aller agir sur les larves.

    • Traitement symptomatique : Corticoïdes pour diminuer la réaction inflammatoire et les séquelles de la maladie au niveau visuel (traitement de référence dans les infections oculaires).




  • Suivi :

    • Surveillance de la NF

    • Sérologie régulière : 1, 3 et 6 mois après le traitement. On surveille ainsi la stabilité du taux d’Ac afin d’éliminer la présence de parasites encore actifs et vérifier que le traitement est efficace.



  1. Prophylaxie

  • Enfants

    • Lutter contre la géophagie

    • Lavage des mains




  • Chiens

    • Interdire l’accès aux bacs à sable

    • Vermifugation des chiots et des femelles en gestation une fois par an



similaire:

18 Janvier 2008 boutefeu rajoelison icon22 Janvier 2008 boutefeu rajoelison

18 Janvier 2008 boutefeu rajoelison iconBioclinord l'Association des Biologistes Lille, le 11 janvier 2008...

18 Janvier 2008 boutefeu rajoelison iconSemaine du mardi 3 Janvier au vendredi 8 janvier 2016

18 Janvier 2008 boutefeu rajoelison iconApprouvé par Délibération n° 2008/06 du Conseil d’Administration du 30 Avril 2008

18 Janvier 2008 boutefeu rajoelison iconNous présentons ici une première analyse de la Loi Touraine n°2016-41...
«fourre tout», la loi qui vient d’être publiée fin janvier aggrave considérablement la loi Bachelot (hpst), notamment avec la «territorialisation...

18 Janvier 2008 boutefeu rajoelison iconTHÈse pour le diplôme d’État
«loi Veil»(2); cette loi a été reconduite en 1979 et définitivement légalisée le 1er janvier 1980 : elle permettait d’avoir recours...

18 Janvier 2008 boutefeu rajoelison iconQuoi de neuf : janvier

18 Janvier 2008 boutefeu rajoelison iconAteliers decembre, janvier, fevrier

18 Janvier 2008 boutefeu rajoelison iconPhilo & Management, 17 janvier 2012

18 Janvier 2008 boutefeu rajoelison iconProgramme 09 Avril 2008








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com