I avant-propos








télécharger 0.87 Mb.
titreI avant-propos
page4/38
date de publication14.05.2017
taille0.87 Mb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   38

La Guerre



C'est alors que la guerre de 1870 vint mettre un terme à ces préoccupations. Léon Denis avait 24 ans. Exempté du service à cause de sa vue déjà mau­vaise, la Patrie en danger le trouve prêt à répondre à l'appel des armes. Lorsqu'après les désastreuses batailles du début de la campagne, on eut recours à la levée des mobiles, dans les départements qui n'étaient pas sous le coup de l'invasion allemande, il rejoignit, à la Rochelle, les jeunes gens céliba­taires relevant du 26e corps d'armée en formation. De suite, il fut nommé sergent au 1er bataillon de la 1re Légion de la Garde mobilisée d'Indre et ­Loire, puis il prit rapidement du grade, comme s'il avait fortuitement retrouvé une profession jadis exercée.
« En quinze jours, j'appris le maniement d'armes et l'école de peloton de façon à servir d'instructeur aux cadres de mon bataillon. Dans l'espace de six mois, je devins successivement sous-officier, sous-lieutenant et je serais encore monté en grade si la paix n'était sur­venue. »
En dernier lieu, il remplissait avec autorité - s'accordent à reconnaître ses vieux camarades d'ar­mes - la fonction absorbante d'adjudant-major.

Sanglé dans sa vareuse bleu-marine, le visage presque imberbe, le lieutenant Denis nous apparaît, sur une photographie de l'époque, tel que nous aimons à nous le représenter : le menton volontaire, l'air grave et résolu, avant tout, homme de devoir. Rien de dur cependant sous cette austérité. Nous savons, par le témoignage des anciens que sa ponctualité dans le service et le scrupuleux souci d'exécuter les consignes n'altéraient en aucune façon la simplicité de ses manières, son urbanité souriante, son égalité d'humeur que pimentait déjà une pointe de malice gauloise d'un tour très personnel. Ajoutons qu'en plus de ses fonc­tions actives, il tenait le registre des dépenses du mess des officiers de son bataillon. Comme fourrier, ceux-ci ne pouvaient, certes, faire un choix plus heureux,

L'occasion ne manquait donc pas au lieutenant Denis dans le camp de Dompierre. En logement à Chagnolet, il eût pu, le service terminé, chercher un dérivatif à la Rochelle, où nombre de ses cama­rades menaient assez joyeuse vie. Mais de telles dis­tractions n'étaient guère de nature à lui donner contentement. Le labeur pour lui, le plaisir pour les autres. Au reste n'avait-il pas déjà, de la tâche qui l'attendait, le secret pressentiment ? L'occasion voulut qu'à Chagnolet même, la ques­tion spirite fut à nouveau l'objet de ses préoccupa­tions immédiates. Pendant quelques jours, il logea dans une vaste et antique demeure située dans le voisinage du camp. Or, cette maison était hantée.

Impossible d'y reposer.
« Un sergent de ma compagnie étant médium, - écrit-il - je l’emmenai en ce logis par une nuit d'hiver, et nous nous plaçâmes tous deux à une table cherchant à pénétrer le secret de ces manifestations. La table fut bientôt agitée, puis renversée par une force irrésistible. Des crayons furent brisés ; le papier, déchiré. Des coups ébranlaient les murs ; des bruits sourds se faisaient en­tendre. Soudain, la lumière s’éteignit, Un roulement, plus fort que tous les bruits précédents, fit trembler la maison, puis se perdit au loin, dans le silence de la nuit. Avant de quitter cette demeure hantée, nous apprîmes qu’elle avait été autrefois le théâtre de scènes sanglantes9 . »­
Il en fut quitte pour chercher un refuge plus tran­quille. L'ayant trouvé, il convia le sergent médium et quelques camarades à venir y expérimenter en commun. C'était en février 71. On se demandait avec anxiété, ce qu'allait devenir, à l'issue de la guerre, le pays tombé à la merci des Allemands. Après les combats de Monnaie, l'ennemi étant aux portes de Tours, les mobilisés d'Indre-et-Loire avaient vainement adressé une pétition au Général commandant le camp de Dompierre, dans le but de coopérer à la défense de leur ville. Mais la partie était perdue. La chute de l'Empire était imminente. A Chagnolet, dans la chambre du lieutenant Denis, on nourrissait pour la République libérale, que l'on sentait en gestation, le plus pur enthousiasme. La liberté, la fraternité, la tradition reprise des grands principes révolutionnaires allaient, sans aucun doute ramener la concorde nationale et ouvrir sur l'Eu­rope entière une ère de paix féconde. Le 24 du mois, le groupe recevait la communication suivante :
« L'Allemagne et la France attendent avec anxiété le résultat des négociations ; elles attendent l'heure tant espérée de la paix où toutes les familles con­naîtront ceux qui manquent à l'appel du coeur d'une mère ou d'un frère. Ceux-ci maudiront, dans les deux nations, les tyrans qui leur ont enlevé leur soutien et leur seul espoir. Alors à vous de profiter de ces choses pour éclairer vos frères. Faites leur voir la grandeur de Dieu. Prier, consolez la souf­france. En un mot, faites le bien. »
Le 28, un mes­sage sur « les mondes célestes » se terminait par cette phrase prophétique qui a mis un demi-siècle se réaliser :
«Mes amis, un fait solennel s'accomplit en ce moment selon le désir des hommes. C'est la paix qui vient d'être signée et dans quelques jours vos famil­les vous tendront les bras. Avant peu d'années, la Prusse à son tour sera anéantie, humiliée. Priez, Priez. » C'était signé : Lamennais.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   38

similaire:

I avant-propos iconAvant propos

I avant-propos iconBibliographie Avant-propos

I avant-propos iconAvant-propos : présentation du livre

I avant-propos iconSurvivre Une biographie de Jean Rocan par Nicole Boudreau Avant-propos

I avant-propos iconAvant-propos
«prendre au pied de la lettre» certaines interprétations partisanes et parfois dogmatiques

I avant-propos iconRecherche Médicale Avant propos
«Propositions», Journal du Mouvement des Etudiants pour la Paix. Mai-juin 1952, n° 7, p. 1 et 4

I avant-propos iconTable des Matieres Avant Propos
...

I avant-propos icon1973-07-00 déclaration à france-culture à propos du 28

I avant-propos iconA propos des concepts et connaissances scientifiques

I avant-propos iconI quelques grandes convictions 1° a propos du commencement de la vie humaine








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com