Declaration de politique generale du premier








télécharger 230.77 Kb.
titreDeclaration de politique generale du premier
page1/8
date de publication14.05.2017
taille230.77 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8
PRIMATURE REPUBLIQUE DU MALI

************ Un Peuple - Un But - Une Foi

CABINET DU PREMIER MINISTRE ************

****************************



DECLARATION DE POLITIQUE GENERALE DU PREMIER

MINISTRE MOUSSA MARA


Bamako, le 29 avril 2014
I ENTREE EN LA MATIERE

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale

Mesdames et messieurs les députés

Mesdames et messieurs

Je souhaite, avant tout propos, en ce moment solennel et combien important pour notre vie politique nationale et pour notre démocratie, présenter à l’ensemble des députés de cette auguste Assemblée mes vives félicitations pour la confiance témoignée en leur endroit par les Maliens qui les ont portés au Parlement. Je profite de la même occasion pour remercier et encourager les députés de la précédente législature qui ne fut pas de tout repos.

Quant à vous, Monsieur le Président, je voudrais vous féliciter particulièrement pour la confiance que vos pairs vous ont accordée en vous portant à la tête du parlement malien au titre de la 5e législature, à un moment particulièrement sensible de notre histoire. Je vous sais homme de dialogue et de principe, un grand serviteur de l’Etat qui a dédié sa vie professionnelle à son pays et a développé des qualités de leadership remarquables. Je n’ai pas de doute que vous serez à la hauteur de cette tâche noble, exaltante mais très difficile, de faire jouer au Parlement toutes ses responsabilités tout en gérant sa diversité avec un sens souhaitable de l’équilibre. Je vous assure de ma disponibilité et de celle de mon Gouvernement à collaborer avec votre Institution conformément à la lettre et à l’esprit de notre Constitution.

Monsieur le Président

Honorables députés

Je voudrais vous remercier très sincèrement pour avoir accepté de répondre favorablement à notre souhait de présenter rapidement la déclaration de politique générale de notre Gouvernement pour marquer symboliquement le démarrage de l’activité gouvernementale en phase avec la mise en place du Parlement, conformément à notre loi fondamentale.

Qu’il me soit permis ici d’exprimer toute ma gratitude à son Excellence Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République du Mali, pour la confiance qu’il a bien voulu témoigner en ma personne pour conduire l’action gouvernementale en cette période particulière de notre histoire. Je voudrais également profiter de cette tribune pour rendre hommage à tous les Premiers ministres qui m’ont précédé et qui ont donné le meilleur d’eux mêmes pour faire avancer notre pays sur la voie de la démocratie et du développement

J’insiste encore une fois sur l’honneur et la fierté que j’éprouve à venir devant votre auguste assemblée, présenter au nom du Gouvernement, la déclaration de politique générale devant conduire le Mali à sortir de la crise et à croire de nouveau en son destin.

La politique qui va effacer des yeux et des mémoires de nos compatriotes les affres de la honte, de la peur, du désespoir, de l’inquiétude sur l’avenir du pays. La politique qui va redonner à notre pays sa dignité et sa fierté.

La politique qui va rendre les Maliennes et les Maliens heureux.

En me présentant devant vous, honorables députés, pour détailler les actions que nous entendons mener dans les mois et années à venir, je mesure le poids de l’histoire, qui fait de cet instant, première déclaration de politique générale d’après crise, l’une des étapes majeures de la restauration de la démocratie malienne et du redressement du pays, après les élections générales réussies de l’année dernière qui ont vu son Excellence Ibrahim Boubacar KEITA, bénéficier de la confiance de nos compatriotes ; confiance confirmée par une majorité confortable à l’Assemblée Nationale. Les femmes et les hommes qui sont au Gouvernement en ont conscience et s’engagent à tout mettre en œuvre pour se hisser à la hauteur de l’histoire et des attentes de nos compatriotes.

Monsieur le Président

Honorables députés

Je voudrais, à l’entame de mes propos, vous demander de bien vouloir observer une minute de silence à la mémoire de toutes celles et de tous ceux, anonymes ou célèbres, simples citoyens ou responsables publics, qui ont été victimes de la crise que nous avons vécu ces deux dernières années.

Merci

Mesdames, Messieurs, honorables parlementaires

Jamais dans notre histoire récente, les Maliens n’ont eu aussi peu confiance en eux-mêmes et en leur pays. Du militaire dépenaillé qui fuit devant l’adversaire, au jeune diplômé, expert en trafics de tout genre en passant par l’agent de l’Etat qui pille les faibles ressources de l’Etat à son seul profit. Sans parler du directeur qui remplit son service de militants incompétents ou encore le commerçant trompant les impôts ou la douane, d’autant plus facilement que certains agents sont complices. Chacun veut tirer la couverture à lui, quitte à la déchirer, au détriment des plus faibles.

Nous en avons été réduits à implorer l’aide des autres et à les applaudir quand ils nous sauvaient de nous-mêmes. C’est le lieu de remercier très sincèrement tous les amis du Mali, la France, le Tchad, la CEDEAO, l’Union Africaine, la communauté internationale grâce auxquels nous avons évité le pire. Même si, j’aurais préféré nous remercier nous-mêmes, nous Armée, nous Gendarmerie, nous Garde, nous Citoyens capables de se sacrifier pour la collectivité contribuant à l’édification d’une nation Forte.

Mesdames, Messieurs, Honorables députés

Faisons en sorte que plus jamais le Mali n’ait besoin de quelqu’un d’autre pour se protéger, se défendre et assurer sa sécurité !

Relevons-nous et engageons nous dans un grand élan de sursaut national pour réaliser ce dessein pour nous et pour nos enfants !

Le sursaut national est plus que nécessaire. Tous ensemble, chacun en ce qui le concerne. Nous avons la charge d’amorcer, d’organiser et d’encourager ce sursaut. Sous l’égide du Président Ibrahim Boubacar KEITA, nous allons nous y employer et réussir.

Mesdames, Messieurs, honorables députés

L’action publique que nous entendons conduire sera orientée par une vision, soutenue par des objectifs clairs et basée sur des initiatives précises dans le cadre du projet présidentiel, choisi par une bonne majorité des Maliens. Voir loin permet d’anticiper, de prévoir les cas de figure et de s’ajuster en fonction des événements et des cas de force majeure. Nous avons été victimes dans le passé récent de cette absence de vision. Nous ne laisserons plus les événements nous surprendre. Tel est le fondement du plan vers un « Mali émergent » souhaité par le chef de l’Etat et que nous allons mettre en place, pour le Mali d’aujourd’hui mais surtout pour le Mali de demain.

Mettre l’accent sur la vision à tracer vers le Mali émergent, le Mali définitivement à l’abri des soubresauts et qui pourra envisager l’avenir avec sérénité, le Malien enfin confiant en lui-même et en ses potentialités !

Tracer la voie vers l’émergence, définir le socle sur lequel bâtir et l’horizon vers lequel s’orienter, un horizon qui dépasse un régime ou un président et vers lequel chacun se doit de tirer le pays, préservant ses fondamentaux, renforçant l’architecture, imprimant sa marque sans remettre en cause l’essentiel. Cette voie sera balisée et partagée avec nos compatriotes !

Mesdames, Messieurs, honorables parlementaires

Comme le Chef de l’Etat l’a dit dans son discours prononcé le mercredi 16 avril lors du premier conseil des ministres de notre gouvernement, le plan vers le Mali émergent n’occultera en rien la gestion des urgences nationales et la mise en place d’actions de développement à incidences plus immédiates sur le sort de nos compatriotes.

C’est tout l’intérêt du programme gouvernemental, autour duquel sera organisé le corps de cette déclaration et qui porte sur la période 2013-2018, sur la base des orientations du Président de la République.

Dans le contexte d’une sortie de crise sécuritaire et institutionnelle consécutive au conflit armé déclenché dans les régions du Nord par des terroristes et au coup d’Etat du 22 mars 2012 qui ont entraîné le délitement des institutions publiques et la déconfiture de l’Etat, le Président de la République a fait part de son ambition de rassembler tous les Maliens autour d’un projet de reconstruction de l’Etat afin que les Maliens deviennent, à nouveau, les maîtres de leur destin et de leur développement. La réalisation de ce projet implique pour chaque Malien, le devoir de conduire une œuvre de transformation économique et sociale qui permette de conjurer les périls que sont l’insécurité dans le Nord du pays, la désagrégation des institutions publiques, la corruption, la dégradation des conditions de vie et la perte des repères moraux qui minent la société.
Le Programme d’Actions du Gouvernement se propose de prendre en charge les priorités du Président de la République à travers le renforcement des institutions et l’approfondissement de la démocratie, la restauration de l’intégrité du territoire et la sécurisation des biens et des personnes, la réconciliation des Maliens, le redressement de l’école, la construction d’une économie émergente et la mise en œuvre d’une politique active de développement social.

Il a commencé à être mis en œuvre depuis sept mois maintenant avec des résultats significatifs : normalisation institutionnelle, forte présence de notre pays sur l’échiquier international à travers un pouvoir légitime animé par un Président actif, visible et portant haut la voix du Mali, restructuration engagée des forces armées et de sécurité avec une unicité de la chaine de commandement, une hiérarchie militaire clairement sous l’autorité du pouvoir politique et un déploiement progressif sur le théâtre des opérations, restauration de l’ordre et de la discipline dans les casernes, amélioration sécuritaire sur le territoire et particulièrement au Nord, retour progressif des réfugiés, redéploiement croissant de l’ensemble de l’administration au Nord (exemple de la présence effective à Kidal d’une bonne partie de l’administration), normalisation des relations avec les partenaires techniques et financiers à travers la reprise effective de l’essentiel des programmes, élaboration et début de mise en œuvre de programmes sectoriels majeurs, dans les domaines de l’éducation, de l’agriculture, de la santé,….Autant d’initiatives qui marquent le retour à la normale d’un pays qui était au bord du précipice il y a seulement deux ans. Il nous revient maintenant de le faire avancer, à pas soutenus et de manière perceptible par tous !II RENFORCEMENT DES INSTITUTIONS

Honorables députés, mesdames et messieurs

C’est une évidence que de rappeler qu’aucune Nation ne peut se développer tant que le tissu économique, social, voire politique, est gangrené par les maux que sont la corruption et l’impunité. La corruption a atteint un état critique qui a fait dire aux plus pessimistes qu’elle est incurable au Mali. Mais, je puis vous assurer qu’il n’en est rien car la centralité de la lutte contre la corruption est au cœur des préoccupations du Président de la République, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEÏTA. Décréter l’année 2014 « année de la lutte contre la corruption », ne procède pas de « l’effet d’annonce », mais bien d’un engagement que mon Gouvernement mettra en œuvre de façon systématique et dans la durée. Il ne s’agit pas d’actions cosmétiques mais bien d’actes forts et profonds qui seront entrepris. La tenue récente à Bamako, les 23 et 24 janvier 2014, du Forum sur la Corruption et la Délinquance Financière, marque la détermination du Gouvernement à lutter efficacement contre ces fléaux. Au cours des travaux qui ont regroupé tous les protagonistes de la lutte contre lesdits fléaux, une décision phare a été prise d’actualiser le Plan National d’Actions 2009-2013 de Mise en Œuvre des Recommandations des Etats Généraux sur la Corruption et la Délinquance Financière pour couvrir la période 2014-2018. Ce sera fait et nous nous engageons à mettre en place toutes les activités prévues depuis 2009. Parmi celles-ci, il y a une politique soutenue de revalorisation salariale dont les effets se feront sentir dès l’année 2014. Parallèlement, nous combattrons fermement et au même titre la petite comme la grande corruption. Il n’y aura pas de différence et les agents de l’administration comme les éventuels corrupteurs sont prévenus.

Le Gouvernement intensifiera la lutte contre la corruption et la délinquance financière avec la soumission prochaine au débat et au vote du projet de loi sur l’enrichissement illicite qui est sur votre bureau, la création d’un organe central chargé de la coordination de la lutte contre la corruption et les infractions connexes, et la mise en place d’un système de recueil et de traitement des informations fournies par les citoyens qui disposeront de plusieurs canaux de dénonciation et d’information des services en charge de la lutte. Nous agirons également sur la prévention par l’adoption de mesures vigoureuses.

Les moyens humains et opérationnels de la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières (CENTIF) seront renforcés afin de mieux utiliser les réseaux financiers pour traquer et débusquer les attitudes financières malveillantes. Nous allons engager une reforme de nos outils de contrôle vers une meilleure optimisation de leurs interventions avec l’allocation de moyens accrus pour améliorer leurs performances.

Dans la continuité de la vision du Président de la République, fondée sur le changement et la refondation institutionnelle, la reforme de l’administration publique occupe une place de choix. Mon Gouvernement redynamisera notre Administration qui s’est affaissée depuis quelques décennies. La confiance entre l’Administration et les usagers s’est amenuisée au fil du temps. Aujourd’hui, plus que jamais, l’opportunité nous est offerte, vous honorables députés et nous de l’Exécutif, d’apporter des solutions idoines à ce drame. Dans cette perspective, il sera mis en place un programme de simplification des formalités administratives, un système de transparence dans la gestion des affaires publiques et une plate-forme d’évaluation des politiques. Nous instaurerons l’égalité absolue de traitement des usagers. Nous élaborerons et mettrons en œuvre un code d’éthique et de déontologie des agents publics ; toute chose, j’en suis convaincu, qui amènera l’usager à renouveler son intérêt et sa confiance aux services publics. Les technologies d’information et de communication seront mises à profit pour accroître la transparence, la réactivité et l’accessibilité de l’administration. Au service de l’usager et à son unique profit !

Et je prends l’engagement et le pari devant vous tous, honorables députés, citoyennes et citoyens du Mali, qu’avec mon Gouvernement, rien ne sera plus comme avant en matière de relations entre l’administration et vous. La priorité au citoyen au début, au cœur et à la fin de nos politiques publiques pour le développement est notre leitmotiv, le fil conducteur de mon action publique et de notre combat politique. En retour, il sera demandé au citoyen de respecter la loi et les règles communes établies. Un pays où les règles ne sont pas respectées est un pays en crise permanente.

Honorables députés,

Est menacé de crise, un pays qui ne suit pas l’identification précise et détaillée de ses propres populations, ne peut distinguer le vrai du faux, le vivant du mort, le propriétaire de l’imposteur, le titulaire de l’usurpateur. Un pays où tout peut être fait avec les pièces administratives à cause d’un dispositif d’Etat civil défaillant et de manière générale d’un système d’identification des citoyens globalement insuffisant. Tout ceci rendant difficiles voir impossibles, les recherches, recoupements, analyses des services de sécurité ou de justice et finissant par décrédibiliser l’Etat. Nous avons tous honte quand les passeports ou les cartes d’identité du Mali sont soupçonnés par les autorités d’autres pays. Nous avons tous honte que des personnes étrangères viennent acheter les documents administratifs maliens pour les utiliser à d’autres fins.

Nous allons mettre fin à cette situation. En faisant en sorte que d’ici la fin de l’année 2015, le dispositif du RAVEC soit la base du système d’état civil en individualisant chaque citoyen et en assurant un seul recensement biométrique, donc infalsifiable, de chaque Malien. Seul recensement servant ensuite de base unique d’établissement de toutes les pièces administratives, pendant toute la vie du citoyen. Dans un second temps nous ferons en sorte que tous les documents d’ordre académique (diplômes, certificats….), judiciaires (casiers judiciaires….), de la vie courante (permis de conduire, recrutement, acte de mariage, protection sociale…), financiers (comptes bancaires,…), patrimoniaux (titres de propriété…) portent le numéro d’identification et puissent de ce fait être tracés et contrôlés, pendant toute la vie des citoyens. C’est ce qui permettra de contrôler plus facilement les déclarations de patrimoine des responsables, situer les parcours des citoyens, tracer chaque citoyen et donc améliorer de manière considérable la crédibilité de l’administration et du pays. Je vous promets que dans deux ans, on ne doutera plus des documents administratifs Maliens !!
  1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Declaration de politique generale du premier iconPolitique et vérité
«Écartons tous les faits» (le géré, l’idéologique) permet ainsi de poser la question de la politique : celle d’une distinction dont...

Declaration de politique generale du premier iconDéclaration de création du sanctuaire Agoa
«Renforcer les mesures de protection/restauration pour les espèces marines menacées ou à protéger et la politique de sanctuaires...

Declaration de politique generale du premier iconIntroduction générale : du choc climatique au choc biologique
«La biodiversité, l’autre choc», en référence à un premier choc, le choc énergétique, dont l’étude des conséquences a été présentée...

Declaration de politique generale du premier iconSa Politique générale est arrêtée par le conseil de surveillance...
«Ty nevez», Résidence «Les Hortensias» et Résidence de «La Petite Montagne»; ainsi que de 10 places d’ accueil de jour

Declaration de politique generale du premier iconTu parles l’anglais? La langue anglaise vient d’où? Vous avez des mots allemands par exemple
«Mayday ! Mayday !» Traduction en français, «Le premier mai! Le premier mai !»

Declaration de politique generale du premier iconGen n° de declaration d’activité – 73 31 06828 31

Declaration de politique generale du premier iconCertipaq Bio d annee declaration

Declaration de politique generale du premier iconChapitre II la participation politique
«offre politique» du moment et moins sujets au vote de classe. Plus pragmatiques, plus sensibles au contexte, ils voteraient en fonction...

Declaration de politique generale du premier icon1973-07-00 déclaration à france-culture à propos du 28

Declaration de politique generale du premier iconBibliographie bottero jean, «Naissance de Dieu»
«la tête», «le commencement» (de l’année : le roch hachana), auquel on a ajouté le préfixe b / «dans». Littéralement, ce premier...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com