I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes








télécharger 1.63 Mb.
titreI. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes
page1/21
date de publication18.11.2017
taille1.63 Mb.
typeSolution
b.21-bal.com > histoire > Solution
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   21












SOMMAIRE




Pages

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes

4

  • Avant l’aide personnalisée, dans la classe

5

Externaliser les aides

Différencier dans la classe

5

6

  • L’aide personnalisée

7

Choisir les élèves

Choisir les enseignants

Choisir le contenu

Choisir l’organisation

7

11

13

14

  • L’élève et les aides

  • Les adultes qui aident

17

20

Complémentarité et collaboration autour de l’élève
Le directeur

Les écrits

Les réunions

Les parents

L’équipe de circonscription

20

23

24

25

26

27

II. Dans la classe : des organisations qui favorisent la différenciation

29

  • Le groupe détaché au sein du groupe-classe

  • L’aide des pairs

  • Les groupes de besoin

  • Les groupes hétérogènes

  • Les ateliers

  • L’individualisation immédiate

  • Le plan de travail

30

31

32

33

34

35

36







III. Dans l’école : une organisation visant l’efficacité

37

  • Des réunions efficaces

  • Un calendrier organisé par le directeur pour l’équipe 

37

38

Les étapes

Exemple d’organisation annuelle pour une école élémentaire

38

39

  • Dans l’école, des structures de concertation

41

Les trois conseils

Equipe pédagogique/Equipe éducative/Equipe de suivi de scolarisation

Réunion de synthèse/Réunion de concertation

41

42

42

  • Dans l’école, les partenaires de la DASES (médecin scolaire, assistant social scolaire)

  • Dans l’école, des documents partagés, simples et utiles

43

44

Le tableau de bord pour tous les élèves de la classe concernant les différents dispositifs

Dans la classe un élève qui a des difficultés : les différents niveaux d’action 

Demande d’aide au RASED et projet d’aide spécialisée

Document passerelle Aide personnalisée/Aide spécialisée

Fiche-mémoire et son mode d’emploi

Fiche de suivi école-collège

Associations d’accompagnement à la scolarité extérieures à l’école : un exemple d’outil de communication

45

46

47

48

49

51

52

  • L’aide personnalisée 

54

Typologie des organisations possibles

Aide personnalisée autorisation des parents : exemples

Aide personnalisée : fiches classe

Aide personnalisée : fiches élèves

54

55

57

59







Pages

IV. L’élève, l’enfant : au cœur de l’action professionnelle

61

  • L’observation centrée sur l’élève

  • Définir l’attitude de l’élève

  • Guide de questionnement concernant le constat suivant : « il ne sait pas lire ».

  • L’entretien avec l’élève 

  • Le projet de l’élève : projet d’aide, projet personnalisé, PPRE

  • Le projet pour l’élève : le PPRE

  • Le rapport à la tâche proposée à l’élève 

61

62

63

64

67

68

69







V. Les parents : faire alliance autour de l’enfant

71

  • Les rendez-vous individuels 

  • Le téléphone

  • Les visites au domicile

  • L’accueil dans la classe le matin

  • La transmission du livret d’évaluation

  • La communication autour du PPRE, du projet d’aide en général

71

73

73

74

74

74







VI. Le cadre réglementaire, les dispositifs, les formulaires officiels

77

  • Principes : textes réglementaires, quelques définitions et repères historiques

  • L’aide personnalisée 

  • Les aides spécialisées

  • Les stages de remise à niveau

  • L’accompagnement éducatif

  • Le PPRE

  • Les projets personnalisés : PPRE, PAI, PAS, PPS (les différences)

  • Les professeurs ressources (itinérants)

  • R’école

  • L’accompagnement à la scolarité : à l’école, hors de l’école

  • Le PRE (programme de réussite éducative) du plan de cohésion sociale

  • Le projet d’école

  • Les documents transmis à l’IEN

77

79

82

87

89

90

95

98

99

100

102

104

105







VII. Ressources 

106

  • Une sélection d’articles : alertes et pistes

106

Gérard Chauveau : « Dix façons de ne pas aider »

Dominique Bucheton : « Des remédiations qui se révèlent être de fausses pistes »

Philippe Meirieu : Quelques alertes concernant la personnalisation

Roland Goigoux : 7 familles d’aide

Bruno Egron : Organisation, accompagnement, actions

106

107

110

111

111

  • Le soutien : un texte ministériel « historique »

  • Lexique

113

116

Soutien

Accompagnement à la scolarité

Remédiation/rattrapage

Etayage

Personnalisation/différenciation/individualisation/individuation

Pédagogie différenciée 

Pédagogie différenciée/Différenciation pédagogique

Programme/Projet

Evaluation

Evaluation/Validation

Compétence/Domaine/Item

116

117

117

117

117

118
118
119
119

120

120

  • Quelques sigles concernant les difficultés scolaires

  • Bibliographie et sitographie

121

123

Le groupe académique auteur de ce guide

124



I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes.


  • Avant l’aide personnalisée, dans la classe

  • L’aide personnalisée 

  • L’élève et les aides

  • Les adultes qui aident


Les questions, les remarques, les objections qui suivent, sont légitimes. Restées sans réponse, elles peuvent être un frein pour agir au mieux avec les élèves. Elles constituent un florilège où chacun se reconnaîtra peut-être : enseignant en classe, enseignant spécialisé, directeur, tout membre de l’équipe éducative, inspecteur, conseiller pédagogique et autres formateurs…


  • Avant l’aide personnalisée, dans la classe 

Externaliser les aides, différencier dans la classe
EXTERNALISER LES AIDES
« Pourquoi différencier ma pédagogie dans la classe, puisque j’ai l’aide personnalisée après la classe pour cela ?»

Les questions que pose effectivement l’externalisation des aides

  • Comment éviter que l'aide personnalisée devienne le seul temps de différenciation, voire qu’elle soit un frein à la différenciation en classe ?

  • Comment prévenir ces attitudes de repli sur l’aide personnalisée, tant de la part de l’enseignant que de l’élève ?

  • Comment éviter qu’elle en vienne même à provoquer une augmentation des exigences et une accélération du rythme des enseignements pendant le temps scolaire en raison d’une possible « compensation », voire « réparation » ?

Des réponses

  • Observer les élèves permet de confirmer qu’ils ont, au fil de la classe, des besoins différents, ne comprenant pas au même rythme.

  • Ne pas en tenir compte risque de ralentir les apprentissages des élèves et de nuire à leur mobilisation au cours des activités.


« Je m’occuperai de lui plus tard. »

Les risques de l’externalisation des aides

L’aide personnalisée conduit parfois le maître à « externaliser » la difficulté. Les conséquences sont dommageables pour l’élève qui, se sentant écarté, décroche et développe des comportements préjudiciables à ses apprentissages :

  • passivité (« Ce n’est pas grave si je ne comprends rien la maîtresse s’occupera de moi ce midi) ;

  • ennui, baisse d’intérêt pour les apprentissages ;

  • gestes d’impatience, commentaires négatifs (« C’est pas intéressant, de toute façon. J’aime pas ça !»), comportements perturbateurs ;

  • dépréciation de soi (« J’y comprends rien, je suis nul, j’y arrive pas. »)

Des réponses 

  • La différenciation est une aide efficace pour remédier aux difficultés dans la classe, pour gérer au quotidien des rythmes de travail et d’effort différents, pour mobiliser tous les élèves.

  • Pour faciliter la mise en place d’aides au quotidien tenant compte des besoins des élèves, des fiches présentent une série de modalités permettant de mettre en œuvre une « pédagogie différenciée » dans la classe voir p.29 .

  • Les deux heures d’aides personnalisées viennent en complément de l’aide différenciée.


DIFFERENCIER DANS LA CLASSE
Les enseignants du premier degré sont dans l’ensemble convaincus de la nécessaire différenciation, mais celle-ci suscite objections, manque d’assurance, voire craintes.
« La pédagogie différenciée, d’accord, mais pas avec un effectif de 30 élèves ! » 

Les réticences

Les craintes ont trait aux difficultés de gestion de groupe et d’organisation.

  • Une préparation individualisée du travail est trop importante (« Je ne vais pas préparer 25 activités ! »).

  • La pédagogie différenciée est souvent envisagée comme du travail en groupe, délicat à organiser (« J’ai déjà du mal à tenir mon groupe-classe, si en plus il faut que j’organise du travail de groupes… »)

  • « Je veux bien mais je ne sais pas comment m’y prendre ».

Des réponses

  • La différenciation ne se résume pas à un travail de groupe ou à une individualisation, comme on le croit parfois.

  • Elle se fonde avant tout sur une observation (de l’élève, de ses réalisations), sur une analyse précise des erreurs, des besoins qui en découlent : c’est un travail essentiel.

  • La différenciation consiste, en poursuivant les objectifs communs à tous, à adapter l’action pédagogique en faisant jouer des variables :

- les situations, les supports et les consignes : avec des tâches différentes pour l’acquisition d’une même compétence ;

- les aides : avec une situation identique, mais en proposant des aides ou ressources ;

- l’organisation de la classe : groupe de besoin, aide des pairs, différenciation en groupes hétérogènes, plan de travail, ateliers 

Voir p.29 la description de ces organisations sous forme de fiches qui montrent les variables sur lesquelles on peut jouer pour répondre aux besoins des élèves qui ne sont pas les mêmes en même temps.

  • Cette pédagogie, parce qu’elle est structurée et structurante pour l’élève, le place dans un cadre rassurant et guidant. Ainsi, la gestion de classe peut tout au contraire s’en trouver facilitée.


« J’ai essayé les groupes de niveaux ; ça creuse les écarts ! »

Des réponses

  • Les recherches le confirment, si la seule réponse de l’enseignant est le recours aux groupes de niveaux permanents dans la classe. Le fonctionnement est alors souvent celui-ci :

- aux bons élèves, des tâches complexes, intellectuellement exigeantes et stimulantes ;
- aux élèves plus faibles : des tâches plus courtes, plus découpées, très simplifiées, pour que ceux-ci réussissent quelque chose.

  • Par conséquent, la réponse n’est ni du côté d’un excès d’homogénéité, ni du côté d’un excès d’hétérogénéité, mais dans l’alternance des types de groupes.


« Les groupes de couleur en maternelle ne relèvent pas de la pédagogie différenciée », dit mon inspecteur.

Les questions que posent effectivement les groupes de couleur tournants 

  • Le fonctionnement traditionnel par groupes de couleur qui tournent immuablement du lundi au vendredi n’équivaut-il pas souvent à un travail collectif retardé, chacun faisant la même chose tour à tour ?

  • Les activités proposées ne sont-elles pas parfois pas assez adaptées au niveau de certains enfants ? Avec une tâche en deçà de leurs possibilités ou au contraire trop difficile ?

  • L’enseignant dirige un groupe et donc tour à tour va pouvoir adapter son action aux élèves qui une fois dans la semaine vont travailler avec lui : les trois autres jours, l’enseignant ne verra-t-il pas que le résultat de l’activité effectuée en autonomie ou avec une ASEM, sans avoir pu observer les élèves la réalisant ?

Des réponses

  • Le fonctionnement en quatre ateliers montre le savoir-faire des enseignants d’école maternelle pour organiser la classe où tous ne font pas la même chose en même temps ; les enseignants d’école élémentaire réticents par rapport à ce type de fonctionnement ne gagneraient-ils pas à s’en inspirer ?

  • Si tous les élèves font une activité autonome pendant que l’enseignant dirige un groupe – ce qui est effectivement une très bonne organisation –, pourquoi dans ce cas ne pas donner la même activité aux trois quarts de la classe, ce qui faciliterait en grand groupe d’une part le lancement de l’activité et d’autre part le dialogue à partir d’une même activité réalisée ?

  • Au lieu de donner à tous la même activité successivement, l’enseignant peut attribuer des activités en regroupant les élèves qui ont le même besoin au lieu de donner, successivement à tous, la même activité. Les groupes de couleurs peuvent alors relever de la pédagogie différenciée, car ils ne « tournent » pas. Par exemple, groupe violet : ceux qui s’entraînent à faire des ronds en tournant dans le bon sens parce qu’ils en ont besoin ; groupe rose : ceux qui s’entraînent à découper parce qu’ils ont des progrès à faire, etc.

  • Voir p.34 des propositions concernant le dispositif des ateliers.


  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   21

similaire:

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconI. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide...

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconI. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide...

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconThèmes émergeant des résultats d’apprentissage spécifiques et des...

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconMasse, volume et concentration : des grandeurs physiques liées aux...

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconQue demander comme examens complémentaires pour confirmer un syndrome inflammatoire ?
«standardisation interne» = le «gbea» : Guide des Bonne Exécution des Analyses. IL impose notamment les critères: de réception et...

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconLe scénario pédagogique
«Matière à réflexion» sur la page 118 du manuel de cours, concernant l’hérédité. Après 5 minutes, demander aux groupes de partager...

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconLe scénario pédagogique
«Matière à réflexion» sur la page 118 du manuel de cours, concernant l’hérédité. Après 5 minutes, demander aux groupes de partager...

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconRéunion questions juridiques
«Nous ne voulons pas voir que les enfants peuvent avoir des problèmes psychiatriques» 34

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconLeçon 1 physique 2
«j’aime comprendre le monde où je vis») pouvoir ultérieurement oser poser des questions sur tout phénomène physique avec des repères...

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconEssai sur quelques problèmes concernant le normal et le pathologique
«Le Cerveau et la Pensée» (1980), in G. Canguilhem, philosophe, historien des sciences, 1992, p. 11 à 33 isbn 2226062017








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com