Bibliographie p 4








télécharger 354.13 Kb.
titreBibliographie p 4
page1/7
date de publication15.05.2017
taille354.13 Kb.
typeBibliographie
b.21-bal.com > histoire > Bibliographie
  1   2   3   4   5   6   7
Sommaire

08/03/2007

La vigne et le vin en Languedoc Roussillon

  • Chronologie………………………………………………P 2

  • Bibliographie……………………………………………..P 4

  • la révolte viticole de 1907 ……………………………...P 11


La vigne et le vin : autres terroirs………………………………..P 13

La vigne et le vin dans l’Histoire………………………………….P 16

  • Histoire antique ………………………………………….P 16
  • Histoire médiévale et moderne…………………………P 17


  • Histoire contemporaine (XIXe-XXIe siècles)………….P 19

La vigne et le vin : approches thématiques…………………….P 22

  • Vin, économie et législation modernes……………….P 22

  • Viticulture…………………………………………………P 23

  • la vigne et le vin : langues et littératures………………P 26

  • Vin, santé et consommation…………………………….P 28

  • Œnologie…………………………………………………..P 32

  • Vin, mythes et religions…………………………………..P 38

  • Le vin et la vigne : art et archéologie…………………...P 38

VIGNE ET CIVILISATIONS : bibliographie sélective

Dans le cadre du centenaire de la révolte vigneronne en Languedoc-Roussillon de 1907

La vigne et le vin en Languedoc Roussillon

  • Chronologie

~il y a 50 millions d’années : d’après des empreintes de feuilles retrouvées dans des gisements géologiques près de Castelnau-le-Lez, apparition de la vigne à l’état sauvage en Languedoc-Roussillon
~600 avant Jésus Christ : plantation d’un 1er vignoble dans le Sud de la Gaule, par les Grecs. Le vin, exporté vers la Gaule contre de l’ambre ou de l’étain, sert d’abord de monnaie d’échange puis devient une denrée de base de l’alimentation et un aliment sacré, tout comme le pain et l’huile.
IIe s. avant J.-C. : développement du commerce du vin dans la région, parallèlement à la conquête du Sud de la Gaule par les Romains. Il s’agit d’abord de vin importé d’Italie (en témoignent les nombreuses amphores arrivant par mer au port de Narbonne), puis de vin cultivé notamment par les légionnaires, autour des villes portuaires et le long des fleuves jusqu’aux Cévennes.
Sous Auguste (63 av JC-14 ap). : le vin gaulois prend de l’importance dans les échanges. Les Gaulois connaissent sa valeur commerciale et l’augmentent en lui donnant des goûts artificiels (ajout d’herbes et de plantes telles que la gentiane, l’aloès, la sarriette, la lavande, l’anis…) ou en le fumant. Rome, craignant cette concurrence des vins italiens, interdit aux vignerons non Romains de planter la vigne ou l’olivier. Cicéron écrit alors dans le de Republica : nous sommes les plus justes de tous les hommes, nous qui défendons aux nations qui habitent au-delà des Alpes de cultiver l’olivier et la vigne : nous voulons ainsi augmenter la valeur de nos oliveraies et de nos vignobles. Il s’agit d’une mesure économique mais aussi politique, le vin étant symbole de faste, boisson de l’élite et de l’hôte, comme en Mésopotamie antique.
92 : surproduction de vin dans tout l’Empire, l’empereur Domitien promulgue un édit ordonnant l’arrachage en province et limitant la production en Italie. 281 : l’empereur Probus révoque l’édit et le vignoble est restructuré.
Témoignages de cette époque :

-la villa de Loupian, au bord de l’étang de Thau, ornée de mosaïques, équipée de thermes et d’un atelier de potiers

-la villa viticole de Vareilles près de Paulhan, où l’on a découvert 350 dolia d’une capacité de 15 à 18 hectolitres chacun et des chais qui permettent d’estimer la production entre 6 000 et 8 000 hectolitres.
Début du Ve–VIIIe siècles : occupation du Languedoc-Roussillon par les Wisigoths. Le vignoble romain est détruit par les attaques franques sur la région.

Charlemagne (742-814) limite la culture de la vigne pour reconstituer les terres céréalières. Ce sont les moines qui vont sauvegarder le vignoble (terres favorables ; besoins liturgiques, devoir d’hospitalité, soins aux malades). Le Rivesaltes est produit par l’abbaye d’Elne, le Banyuls par les Templiers.
Lorsque l’empire carolingien se disloque, les terres conquises reprennent leur indépendance. Les paysans et les viticulteurs peuvent acquérir les parcelles et se regrouper en corporations à statuts démocratiques et stricts (obligation pour le vigneron d’être domicilié pour permettre le contrôle de ses installations et produits ; interdiction de mélanger vins blancs et rouges sous Philippe le Hardi (1270-1285); respect de l’appellation d’origine). Les liens interprofessionnels entre ces corporations favorisent le commerce (exportation vers le Nord de la France, l’Italie et l’Angleterre). Le vignoble local se développe aussi grâce aux croisés qui rapportent de Terre sainte des cépages inconnus.
XIIIe s. : croisade contre les cathares ; conquête du Languedoc par la France du Nord, le Roussillon relevant alors du royaume de Catalogne. Les vins de la région sont concurrencés par les vins de coupage plus fréquents le Nord.

1350 : Jean II le Bon (1319-1364) promulgue un édit qui interdit le coupage mais la Guerre de Cent ans (armées du Prince Noir dans le sud de la France) provoque une nouvelle dévastation du vignoble.
1553 : édit de Charles IX (1560-1574) limitant l’essor du vignoble occitan. Comme Charlemagne, le roi veut consacrer les bonnes terres aux céréales et nourrir une population en essor. Le vignoble reste néanmoins exportateur. Au XVIe s., à l’abbaye de Saint-Hilaire, un moine découvre la mutation du vin tranquille en vin effervescent, soit le 1r brut, l’actuel Blanquette ou Crémant de Limoux.
Après les désastres liés aux guerres de religion, se développe un Languedoc de la vigne avec comme capitale Béziers. L’essor de la viticulture se poursuit tout au long du XVIIe s. Le Canal du Midi et le port de Sète permettent un transport plus rapide des vins et des alcools. Les exportations sont normalisées (taxation sous Colbert sur les boissons alcoolisées).
XVIIIe s. : développement viticole. Les riches propriétaires se font construire des “ folies ”, entourées de vignes. De nombreuses sociétés d’agriculture naissent et luttent contre le protectionnisme urbain.

1776 : rétablissement de la libre circulation des vins par Turgot, contrôleur général des finances. Le vignoble méridional est alors en tête de la production mondiale.

La Révolution et l’Empire fragilisent toutefois la viticulture (suppression des sociétés d’agriculture et des corporations, blocus des exportations, guerres et difficultés économiques) au point que les sociétés d’agriculture soient rétablies (1798)
1r XIXe : essor remarquable de la production viticole languedocienne, la mise au point de l’alambic (par le montpelliérain Edouard Adam) et l’essor du chemin de fer permettent d’accroître les exportations via Sète et Marseille.

2e XIX : le vignoble est confronté à une série de fléaux :

1852-1860 : fragilisation des récoltes viticoles par l’oïdium, un champignon

1864 : début de la crise du phylloxera, un insecte qui tue les plantes à la racine. En 1873, les ¾ du vignoble sont détruits. Lente reconstruction du vignoble par imports de plants américains, immunisés.

1878 : le mildiou, un parasite, attaque la vigne.

A la fin du XIXe siècle seulement, le vignoble languedocien revient à une production normale.
1905 : loi contre la fraude sur les vins, très demandée des vignerons

1907 : la loi n’est toujours pas appliquée. Un mouvement de révolte prend forme au printemps 2007 et réunit en juin près d’un million de personnes à Montpellier. Le gouvernement de Clémenceau réprime dans le sang la révolte, par des arrestations et le recours à l’armée.

6/1907 : une nouvelle loi est votée, plus ambitieuse que la précédente. Elle oblige à la déclaration en mairie des récoltes et des surfaces des vignes, taxe les sucres et glucoses et rappelle les pratiques seules licites sur les vins.
XXè siècle, évolution du vignoble languedocien afin de suivre les tendances de consommation des Français. Dans les années 80, plusieurs appellations d’origine contrôlée sont définies pour les vins de l’Hérault : Saint Chinian, Clairette du Languedoc, Minervois, Coteaux du Languedoc, Faugères.


  • Repères bibliographiques

Christiane Amiel, les fruits de la vigne, représentations de l’environnement naturel en Languedoc, La maison des sciences de l’homme, Paris, 1985. Planter des légumes entre les ceps, cueillir les plantes sauvages qui poussent dans les sillons etc. ; c'est en analysant ces usages apparemment mineurs et les discours qui les commentent que Christiane Amiel permet de véritablement comprendre l'importance culturelle de la vigne.

Pierre Aussel, Jonquières, un grand domaine viticole languedocien (An 1000-an 2000), Histoire et région, Narbonne, 2003. Passionné d'histoire et de viticulture, le narbonnais Pierre Aussel analyse ici les diverses périodes traversées, sur 1000 ans, par le domaine de Jonquières, situé aux portes de Narbonne, dans le massif des Corbières.

Gérard Badaire, le Sauvignon, cépage noble, Causse et Cie, Montpellier, 1968

Robert Badouin, pour un Languedoc du vin et du tournesol, in revue de l’économie méridionale, t37, n°147, 1989

Pierre Bartoli, la politique de reconversion viticole ; résultats de la prime d’arrachage en Languedoc-Roussillon 1976-79, Station d’économie-sociologie rurale, INRA, Montpellier, 1981

Sur le même thème, une approche pluridisciplinaire de la transformation de la viticulture en Languedoc-Roussillon, INRA, Le Croisic, 1999, consulté le 19/10/2006

http://www.inra.fr/internet/Departements/ESR/vie/animations/Ecospatiale/pdf/touzard.pdf?PHPSESSID=8d65a8415d8fb18784d2f455026651a5.

René Bataillon, l’évolution des résultats technico-économiques des exploitations héraultaises, in revue de l’économie méridionale, n°128, sept-dec 1984

Yves Beaudoin, Languedoc-Roussillon, film, Collection DVD. Volume d’une série de 11 dvd sur les régions vinicoles françaises, dédié au Languedoc-Roussillon (Domaine Vial Magnères, Domaine de Sainte-Barbe, Domaine de l'Aigle, Nezignan l'Evêque, Domaine des chênes, Prieuré Saint Jean de Bébian etc.). Jérôme Baudoin, journaliste à la RVF, et Yves Beaudoin s’efforcent de nous transmettre la passion des vignerons qu’ils ont rencontrés et insistent sur le rôle de l’homme dans le processus de création du vin. Rappel des appellations en introduction (Pierre Bonte)
M Bernard, viticulture et société rurale en languedoc-Roussillon, atlas, Université P Valéry, Montpellier, 1985

Georges Blanc, Clermont l’Hérault et sa région : le raisin de table une production centenaire, in Bulletin du GREC, n°126-127-128, 2005

Denis Boubals, Dans le midi, un vin d’appellation d’origine qui assure la prospérité : le picpoul de Pinet à Pomerols, in Le Progrès agricole et vinicole, 118, n°13-14, 2001

D Boubals, le muscat de Frontignan : vin doux naturel AOC prospère jusqu’à maintenant, in Le Progrès agricole et vinicole, n°22, 1998

D Boubals, la délicate situation du vignoble méridional de la France, in Le Progrès agricole et vinicole, n°118, 2001

Georges M Bouty, De vigne en vigne 3, des rives de l’Hérault aux berges de l’Hudson, Les presses du Languedoc, Montpellier, 1994. Une carrière dans les vins…

Charles Camberoques, dans les vignes…autour du Pic Saint Loup : exposition photos, Bacchanales culturelles, Montpellier, 1982

Jean-Christophe Causse, Guide des caves particulières : domaines et châteaux, La journée vinicole, Montpellier, 1986

Jean Clavel, le 21e siècle des vins du Languedoc : du monde gréco-romain à Internet, Saint-Georges-d’Orques (Hérault) : Journée vinicole, 1999. Un bilan de l'activité du vignoble languedocien, vieux déjà de 2500 ans : son histoire, son expansion, analysée des points de vue économique et événementiel. Une réflexion, également sur l'avenir de ce vignoble alors que les modes de consommation et de communication sont déjà façonnés par les nouvelles donnes des marchés mondiaux via l'Internet

Jean Clavel, Robert Baillaud, Histoire et avenir des vins en Languedoc, Toulouse, Privat, 1985. Jean Clavel, vigneron et historien, remonte ici aux origines du vignoble languedocien : la viticulture grecque et l’implantation romaine tout en s’intéressant à l’actualité et à l’avenir de ce vignoble.

Jean Clavel, Coteaux Languedoc : qualité oblige, Lattes, 1991. Selon J Clavel, l’équipement des caves, les encépagements de qualité, l’évolution de la culture de la vigne languedocienne vers la qualité ne suffit pas. Reste « la bataille de la communication », qui implique selon lui un regroupement interprofessionnel.

Jean Clavel, Réussir : les grands vins du Languedoc-Roussilon, Lattes, 1987

Dir Jean Clavel, Vins et cuisine de terroir en Languedoc, Privat, Toulouse, 1988. Rabelais louait le Languedoc pour sa douceur de vivre et ses produits, Grimod de la Reynière, fondateur de la littérature gastronomique au XIXe, évoquait avec lyrisme la gastronomie locale. Dans cette tradition « terroir », J Clavel présente les meilleurs vins languedociens accompagnés de recettes

Robert Cordonnier, Histoire de la viticulture du Landuedoc-Roussillon, in le progrès agricole et viticole juill 1985, sept 1985, janv 1986

Dominique Couvreur, routes du vin en Languedoc-Roussillon, Hachette, Paris, 2004. Propose douze itinéraires de découverte à travers les paysages viticoles du Languedoc-Roussillon : une description de ses terroirs, ses cépages, ses différents vins, ses villages et son patrimoine architectural, ponctuée de rencontres avec des vignerons.

Gérard Delfau, Sites et vins du pays d’Hérault, Presses du Languedoc, Montpellier, 1987

Hubert Delobette, la longue marche du Midi viticole, Papillon rouge, Villeveyrac, 2006. Présentation de 25 siècles d'histoire de la viticulture dans le Midi de la France.

Louis Dermigny, le prix du vin en Languedoc au XVIIIe siècle, in Annales du Midi, 1964

Alphonse Duponchel (source), les Canaux du Rhône et le phylloxera, in Revue des Deux Mondes, 1885

Pierre Dussine, le statut des vins délimités de qualité supérieure, Journée vinicole, Montpellier, 1961

Henri Fabre, variétés nouvelles pour les vins rouges du Roussillon, in le progrès agricole et viticole, nov 1985

Catherine Ferras, le muscat de Frontignan : un vignoble entre tradition et modernité, ODAC, Montpellier, 2001. Fruit d’un travail historique et ethnologique voulu par la Ville de Frontignan la Peyrade et entrepris voici deux ans par deux chercheurs de l’Office départemental d’action culturelle de l’Hérault, cet ouvrage embrasse plusieurs siècles d’histoire, présente des dizaines de documents et de témoignages inédits, retrace le destin de personnages et de familles encore dans toutes les mémoires.
  1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Bibliographie p 4 iconBibliographie thématique restreinte (1995-2006) Vous pouvez consulter...

Bibliographie p 4 iconBibliographie “Peripherie und Zentrum”
Bibliographie récapitulative” in: Haïti: Lettres et l’être, Toronto: gref 1982

Bibliographie p 4 iconBibliographie p. 22

Bibliographie p 4 iconBibliographie

Bibliographie p 4 iconBibliographie

Bibliographie p 4 iconBibliographie

Bibliographie p 4 iconBibliographie. 69

Bibliographie p 4 iconBibliographie

Bibliographie p 4 iconBibliographie typographie

Bibliographie p 4 iconBibliographie / Webographie








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com