Les laboratoires et grandes thématiques de recherche








télécharger 0.63 Mb.
titreLes laboratoires et grandes thématiques de recherche
page4/10
date de publication14.05.2017
taille0.63 Mb.
typeRecherche
b.21-bal.com > économie > Recherche
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

DOMINANte


6B6B

Gestion des Milieux Naturels



45B45Bmots cles

Biodiversité, habitat naturel, milieux humides, études d'impact, gestion patrimoniale, gestion multifonctionnelle, géomatique, impact des changements environnementaux.

46B46BLiens aux domaines

D3
47B47BLiens aux mentions

Responsables de la formation (Département)

Jean-Claude GEGOUT (SIAFEE)
Equipes AgroParisTech impliquées et intervenants exterieurs

Interne :

UMR FAM (AgroParisTech) : Damien Marage, Jean-Claude Gégout, Christian Piedallu

Externe:

Intervenants variés, bureau d’étude Biotope, DREAL

Localisation :

Formation académique : Nancy.

3 semaines de terrain dans un espace naturel sensible (PNR, réserve …).

2 semaines de terrain pour analyser les problématiques liées au changement climatique.

Une semaine de terrain d’analyse des milieux humides



contexte et objectifs

Le domaine d’approfondissement « Gestion des Milieux Naturels » a pour objectif de former des spécialistes de la gestion des espèces et des milieux naturels dans un contexte social où les exigences de conservation et de production augmentent simultanément et dans un contexte environnemental changeant.

Dans ce contexte, le domaine d’approfondissement vise à former des ingénieurs capables d’évaluer la ressource et l’intérêt patrimonial des milieux, d’identifier les mesures de conservation nécessaires et d’effectuer des choix de gestion multifonctionnelle à différentes échelles spatiales et dans des milieux naturels variés en lien avec les acteurs politiques administratifs, et associatifs concernés. La formation utilise à la fois les outils traditionnels utilisés dans l’évaluation patrimoniale des milieux ou la planification de leur gestion et des approches quantitatives récentes peu ou pas encore utilisées par les professionnels : traitement quantitatif et spatialisé des données (SIG, GPS, cartographie numérique, …), modélisation des relations espèces/communautés – environnement ...

Le domaine d’approfondissement est divisé en quatre thématiques principales abordant des objectifs de gestion, des échelles spatiales et temporelles, des outils et des niveaux de perturbations des milieux variés :

La gestion conservatoire des espèces et des écosystèmes sensibles est abordée par l’analyse et la proposition de mesures de gestion d’un espace à fort enjeu patrimonial (réserve naturelle, zone spéciale de conservation du réseau Natura 2000…).

Les impacts potentiels des changements d’occupation du sol sont traités par l’analyse d’études d’impact et la restauration des milieux artificialisés.

L’impact du changement climatique est étudié sous un angle technique qui permet de fournir aux étudiants les outils quantitatifs d’analyse en vue de la gestion à long terme des espèces et des milieux naturels

La gestion de l’eau et des zones humides est menée par une approche à l’échelle du bassin versant. En lien avec les multiples acteurs impliqués, il s’agit d’identifier les enjeux, les analyses et les mesures de gestion à proposer pour assurer la sécurité d’un approvisionnement en eau de qualité.

.

Les modules abordent chaque année des espaces ou des exemples nouveaux dans le cadre de problématiques réelles et sont réalisés en partenariat avec les acteurs professionnels et administratifs concernés.
Compétences cœur de métier de la specialite

Capacité de mise en place d’un inventaire pour l’acquisition et le suivi à long terme de la biodiversité.

Réalisation de diagnostics environnementaux.

Maîtrise des outils d’analyse spatiale et de la géomatique.

Maîtrise de la réalisation de modèles environnementaux de distribution actuelle ou future d’espèces ou d’habitats naturels.

Capacité d’analyse quantitative des informations naturelles pour leur typologie, la prévision de leur réponse à la gestion courante, à des perturbations anthropiques directes, ou aux changements environnementaux à long terme.

Réalisation et analyse d’études d’impacts liées aux milieux naturels.

Capacité d’intégration d’échelles spatiales et temporelles dans la définition des enjeux, l’identification des acteurs et la mise en oeuvre de plans de gestion conservatoire ou multifonctionnelle des milieux naturels

Capacité de gestion de projet

48B48Bdebouches et emplois

Chargé d’étude environnement, expert, chef de projet, ou chef de service pour les : bureaux d’études en milieux naturels, Parcs Nationaux, Parcs Naturels Régionaux, Conservatoires Botaniques Nationaux, Conservatoires Régionaux des Espaces Naturels, Office National des Forêts, ministères, Directions Régionales de l’Environnement, Conseil Régionaux, Conseils généraux, collectivités locales, associations, organismes internationaux..

Recrutement

Effectifs et mode de candidature

Sont prioritaires : les étudiants ayant suivi le domaine 3 ou le domaine 1, parcours forestier.

Non prioritaire : D1 hors parcours forêt

Autre origine AgroParisTech ou autres écoles d'ingénieurs agronomes : candidatures examinées au cas par cas.

Effectif maximum

30

Pré requis éventuels

Connaissances de base requises dans les domaines suivants : botanique et écologie végétale ; statistiques bivariées (régression, ANOVA) et multivariée (AFC) ; géomatique (concepts, manipulation logicielles sur SIG vecteur) ;

Si possible, connaissances de base sur les institutions liées aux milieux naturels et sur la gestion des espaces.
Contenu académique, structure Et modalités pédagogiques (crédits ECTS)

Quatre modules concernant les quatre principales thématiques abordées dans le DA sont organisés avec la mise en œuvre de différentes approches pédagogiques (projets de terrain, approche technique SIG, analyse de données et modélisation, études de cas) dans le cadre d’échelles spatiales variées (espace naturel, bassin versant, région, pays).

  • Module 1 : Inventaire et Gestion des Espaces Naturels Sensibles - Objectif : analyser et proposer une gestion intégrée d'un territoire présentant un fort intérêt patrimonial. - Responsable : Damien Marage - Durée : 5 semaines - Méthode pédagogique : 2 semaines d’enseignement et de préparation au terrain, 3 semaines de terrain avec analyse du milieu et rencontre des acteurs locaux. -

  • Module 2 : Milieux naturels : études d'impacts et restauration - Objectif : Analyser les données écologiques, étudier l’impact potentiel d’aménagements sur les milieux naturels et proposer des mesures d’atténuation ou de compensation des impacts ou, pour les milieux dégradés, proposer des mesures de restauration écologique des espaces. - Responsables : Jean-Claude Gégout, Marie-Reine Fleisch, Bruno Ferry - Durée : 6 semaines - Méthode pédagogique : 5 thèmes sont abordés au cours des 6 semaines : i – échantillonnage et analyse quantitative de données écologiques, ii - évaluation de la valeur biologique des écosystèmes, iii - réponse à des appels d’offre d’étude d’impact, iv - évaluation des études d’impact et mesures de compensation v - restauration de terrains dégradés. Etudes par groupes d'élèves de cas réels issus de bases de données naturalistes ou fournis par les professionnels (bureau d’étude, DREAL).

  • Module 3 : Changement climatique et gestion des espèces et des milieux naturels. - Objectifs : Evaluer l’impact potentiel des effets du changement climatique sur les espèces et milieux naturels, en utilisant les méthodes et outils liés au SIG et à la cartographie prédictive. - Responsable : Christian Piedallu - Durée : 5 semaines - Méthode pédagogique : 1 semaine de cours, 1 semaine sur le terrain : découverte de la diversité des milieux et des acteurs, rencontre avec les porteurs de projets, 2 semaines de mise en œuvre des outils, méthodes et données disponibles pour essayer de répondre aux questions posées, 1 semaine sur le terrain de validation des modèles et restitution. Travail par groupes de 4-8 personnes

  • Module 4 : Bassins Versants et Ressources en Eau (BVRE). Objectifs : analyser les problématiques liées à la gestion de la ressource en eau à l’échelle du bassin versant, diagnostiquer les enjeux pour améliorer et assurer à long terme des ressources hydriques de qualité aux populations. Responsable : Philippe Durand – Durée : 5 semaines avec analyse de bassins versants et rencontre des acteurs. Restitution : rapport écrit et exposé oral

Parcours possibles

Pas de parcours optionnels

Enseignement optionnel

Pas d'enseignements optionnels

Stage

30 ECTS

Projet

Les quatre modules sont évalués en cours et/ou en fin de module. Ils correspondent à 30 ECTS (7.5 par module)

Modalités d’évaluation

Les modules 1, 3 et 4 sont évalués par un rapport écrit et une présentation orale effectuée par groupes devant les acteurs. Le module 2 est évalué par plusieurs rapports et présentations effectués par groupes. La note finale est la moyenne des notes des quatre modules.


DOMINANte



7B7BGestion Environnementale des Écosystèmes et Forêts Tropicales (GEEFT)



49B49Bmots cles

Gestion, sciences sociales, environnement, écologie, forêts tropicales.
50B50BLiens aux domaines

D3
51B51BLiens aux mentions

Responsables de la formation (Département)

Maya LEROY (SESG)
Equipes AgroParisTech impliquées et intervenants exterieurs

Interne :

Équipe Gestion Environnementale des Écosystèmes et Forêts Tropicales (GEEFT) UFR EGPP et enseignants-chercheurs SESG, Centre AgroParisTech de Montpellier - UMR Montpellier Recherche Management, UMR GRED (Gouvernance, Risque, Environnement, Développement),

UMR Eco&Sols (Écologie fonctionnelle et Biogéochimie des sols et des agroécosystèmes).

Externe:

Unité Biens et Services des Écosystèmes Forestiers tropicaux (CIRAD), UMR AMAP (BotAnique et bioinforMatique de l’Architecture des Plantes ), Centre d'écologie évolutive et fonctionnelle (CEFE), UMR EcoFoG (Écologie des Forêts de Guyane), Professionnels du secteur public et privé et ONG

Localisation :

Montpellier



contexte et objectifs

Préparer les étudiants à relever les défis de la gestion environnementale des écosystèmes en particulier des écosystèmes forestiers tropicaux, en leur donnant les moyens de confronter les connaissances en écologie aux enjeux socioéconomiques et politiques de la zone intertropicale. Aujourd’hui, le rôle des écosystèmes tropicaux dans les processus de développement durable renvoie à des problématiques complexes. Ils subissent des pressions jusque là inégalées pour la mobilisation de leurs ressources et l’appropriation de leurs terrritoires, et sont à la fois enjeux d’engagements internationaux pour les services environnementaux qu’ils produisent: conservation de la biodiversité, régulation des mécanismes qui régissent les changements climatiques, lutte contre la désertification, régulation des hydrosystèmes. Ils sont souvent essentiels à la survie des populations locales et à la lutte contre la pauvreté, et confrontés à des demandes multiples parfois difficiles à concillier, dans des contextes de gestion étatique souvent affaiblie. Gérer ces écosystèmes implique donc de comprendre d’une part les enjeux écologiques et techniques permettant la maîtrise de la déforestation, de la conservation des milieux, les interactions forêt-agriculture et l’agroforesterie, la valorisation des produits forestiers y compris non ligneux, etc., et d’autre part les transformations majeures des pratiques de management publiques comme privées qui s’y développent dans une économie de plus en plus mondialisée. Les professionnels qui sont confrontés à ces questions doivent donc être dotés d’une solide formation leur apportant connaissances et compétences dans les domaines des sciences écologiques et forestières et dans les domaines des sciences sociales, économiques et de gestion. La pluralité des acteurs impliqués dans la gestion de ces milieux, y compris des populations locales souvent démunies, l’émergence de nouvelles arènes de discussion sur les modalités de gestion qui dépasse les seules échelles de décision nationale et locale, l’affaiblissement des modes de régulation publique, sont autant de facteurs qui font évoluer leurs métiers. Ces professionnels doivent donc acquérir un sens critique, et des capacités d’innovation en situation multi-culturelle s’ils veulent pouvoir éclairer les choix en matière de gestion de ces milieux.
Compétences cœur de métier de la specialite

La dominante donne accès à 4 grands ensembles de compétences avec de nombreux modules optionnels permettant aux étudiants d’adapter leurs parcours à leurs enjeux professionnels:
- Connaissance des écosystèmes forestiers tropicaux : Ecologie des forêts tropicales, Changements climatiques et forêts tropicales. En optionnel : Forêt tropicale humide (en Guyane), Botanique tropicale, Bois tropicaux, Ingéniérie écologique, Etudes d’impacts environnementaux.

- Sciences et gestion forestières en contexte tropical : Agroforesterie, Sylviculture et aménagement des forêts tropicales, en optionnel : Dendrométrie et inventaire forestier, Aménagement forestier.

- Sciences humaines et sociales pour la gestion des écosystèmes en contexte international : Méthodes d’enquêtes en sciences sociales, Ethno-écologie, Politiques de la nature et stratégies des ONG, Politiques forestières, Economie forestière, Négociation pour la gestion des ressources naturelles,. En optionnel : Socologies de l’action organisée et gestion de l’environnement, Analyse stratégique de gestion environnementale, Stratégies des firmes et chaînes globales de valeur, Approches participatives et anthropologie du développement.

- Maîtrise des outils de l’ingénieur pour la gestion des écosystèmes tropicaux: Langues, Communication scientifique. En optionnel : Systèmes dInformation Géographique, Statistiques sous R, Modélisation et dynamique des systèmes, Formulation et cadre logique de projet.
52B52Bdebouches et emplois

La DA GEEFT s’adresse à des étudiants souhaitant faire carrière à l’international dans les domaines du développement durable, et de la gestion sociale des écosystèmes et des forêts tropicales. Une part significative des enseignements et des problématiques abordées est cependant tout à fait mobilisable dans des contextes hors tropiques. Les employeurs sont des organismes internationaux, des administrations, des collectivités territoriales, des établissements publics, des établissements de recherche, des bureaux d’étude forêt-environnement, des bureaux d’audit (évaluations environnementales, certifications environnementales, finance-carbone, etc.), des cabinets d’expertise de gestion des espaces naturels, des sociétés d’exploitation forestière, des organisations non gouvernementales de développement ou d’environnement. Les types d’emplois visés sont : Chargé de mission en organismes internationaux, Chargé d’étude forêt et environnement en secteur public ou privé, Auditeurs et expert en évaluation environnementale, Gestionnaire d’écosystèmes forestiers, Aménagiste forestier, Responsable de conservation forêt-biodiversité, Chef de projet recherche-développement, Ingénieur en administration publique forêt-environnement.
Recrutement

Effectifs et mode de candidature

L'admission est subordonnée à l'examen des motivations de l'étudiant et de son projet professionnel qui doivent être en cohérence avec les objectifs de la dominante. Prérequis éventuels (langues). Une expérience (stage, etc.) à l’international et/ou dans les pays du Sud est un plus mais n'est pas indispensable.

Ouverture sur un certificat de spécialité

Non pas pour le moment.

Contenu académique, structure Et modalités pédagogiques (crédits ECTS)

Organisation modulaire par semaine ou groupe de semaines pour la plupart des modules. Certains enseignements sont linéaires sur le premier semestre (anglais, communication scientifique).
Tronc commun

Les principaux enseignements relèvent de la connaissance et de la gestion des milieux naturels et des ressources (écologie, problématique des changements globaux, agroforesterie, sylviculture), ainsi que de la compréhension des dynamiques humaines affectant les écosystèmes (méthodes d’enquête, sciences de gestion, sociologie, négociation, ethnoécologie, économie forestière, politiques forestières et environnementales). La communication scientifique, la préparation à l’entrée dans le monde professionnel, et les langues sont également obligatoires.

Les modules sont regroupés dans cinq unités d'enseignement :

- Écologie des forêts tropicales, biodiversité et changement global

- Sylviculture, agroforesterie et aménagement des forêts tropicales

- Sciences économiques et sciences sociales pour la gestion des forêts et de l'environnement en contexte international

- Outils de l'ingénieur

- Stage individuel
Enseignement optionnel

Des modules sont offerts en option, les étudiants pouvant choisir un module parmi deux proposés la même semaine : approche projets/bois tropicaux, forêts tropicales et changements climatiques/érosion et conservation des sols, sociologie des organisations/ingénierie écologique, SIG/statistiques, botanique/dynamique des systèmes. Les modules de sciences et techniques forestières du mois de mars sont optionnels en fonction du parcours antérieur suivi par les étudiants

Stage

Le deuxième semestre est consacré au stage, d’une durée de cinq mois minimum. Ce stage est de préférence réalisé en milieu tropical dans le secteur public ou privé (projet de développement, établissement public, ONG, entreprise). Il est fortement recommandé aux étudiants souhaitant poursuivre en doctorat d’effectuer leur stage au sein d’une institution de recherche. Le projet de stage donne lieu à une présentation devant un jury avant le départ. Le stage donne lieu à la rédaction d'un mémoire et à une soutenance devant un jury.
Parcours possibles

Cette DA n’est pas intégrée dans un parcours. Elle est adossée au domaine 3, mais des passerelles sont possibles pour les élèves du domaine 1.
Modalités d’évaluation

Chacun des modules académiques fait l’objet d’une évaluation selon des modalités qui lui sont propres. Le stage est évalué sur la base d’une production écrite et d’une soutenance oral devant un jury.



1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Les laboratoires et grandes thématiques de recherche icon3-Objet de recherche : 2 grandes orientations 4-1er axe : concerne...

Les laboratoires et grandes thématiques de recherche iconLes laboratoires de recherche en Santé (2010)

Les laboratoires et grandes thématiques de recherche iconLes laboratoires de recherche en Santé (2010)

Les laboratoires et grandes thématiques de recherche icon1. Agréments, autorisations, interdictions
«medilabo» exploite les laboratoires de biologie médicale inscrits sur la liste des laboratoires en exercice dans le département...

Les laboratoires et grandes thématiques de recherche iconDécouvrir, comment dans divers champs et sur des thématiques d'actualité,...

Les laboratoires et grandes thématiques de recherche iconThématiques et terrains de recherche post-doctoral 2015-2016
«Évolution, patrimoine naturel et sociétés», spécialité emts «Environnement : Milieux, Techniques et Sociétés» parcours «Ethnoécologie,...

Les laboratoires et grandes thématiques de recherche iconGeste’Stations – Les saisons du Geste en scène
«une liaison indispensable entre le chercheur et le praticien». Attaché à la recherche de l'homme vivant, Marcel Jousse appelait...

Les laboratoires et grandes thématiques de recherche iconIntro : les grandes mutations

Les laboratoires et grandes thématiques de recherche iconThématiques étudiées & références bibliographiques

Les laboratoires et grandes thématiques de recherche iconChapitre 1 : Les grandes entreprises et la globalisation








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com