Rapport final








télécharger 1.01 Mb.
titreRapport final
page8/43
date de publication02.02.2018
taille1.01 Mb.
typeRapport
b.21-bal.com > économie > Rapport
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   43

Caractérisation du milieu socioéconomique


La population

La croissance de la population au Cap Vert au cours de ces dernières années est caractérisée par l’existence de certains points d’attraction parmi lesquels le plus important est la ville de Praia. Bien que la croissance au Cap Vert soit de 2,4% au cours de la période 1990/2000 (la population est passée de 341.491 habitants en 1990 à 434.625 en 2000) la population de la ville de Praia a augmenté de 4% dans la même intervalle passant de 71.276 habitants à 106.348. Même ainsi on remarque une décroissance de la croissance démographique au Cap Vert par rapport à la tendance au niveau mondial.Avec un taux d’urbanisation de 90%, la ville de Praia et celle de Sao Domingos connaissent une importante poussée de leurs populations urbaines. Cela induit une forte demande en matière d’électrification et de services sociaux de base : c’est ce qui justifie en partie l’augmentation du parc de production en vue de satisfaire la demande.
Structure socio-économique de l’île de Praia

Etant la capitale du pays la ville de Praia a le taux le plus élevé de population employé au sein de l’administration publique et similaire (14,4% auxquels viennent s’associer plus de 6% dans l’éducation et 2% à la santé). Ensuite suivent le commerce et la construction comme principaux domaines d’activités.L’Etat est le plus grand entrepreneur à São Domingos bien que des activités comme l’agriculture, la sylviculture, l’élevage et la pêche aient un poids important (24,3% en 2000). Le taux de chômage en 2000 à Praia était de 18% et à São Domingos de 13%. Il n’ ya pas eu de sondage régionales parce que étant difficile d’évaluer le poids de chaque secteur dans la constitution du PIB pour l’île de Santiago majoritairement dans la ville de Praia. On remarque le grand poids du secteur tertiaire (commerce et services) qui est aussi le domaine qui a évolué à un rythme accéléré. L’industrie est encore embryonnaire au Cap Vert et en termes de consommation énergétique n’a pas un grand poids. Déjà que la consommation en énergie électrique dans le secteur du commerce et des services suit la croissance économique.
Niveau de vie des populations

Le secteur domestique est le principal consommateur d’électricité au Cap Vert. L’augmentation du niveau de vie de la population implique également une augmentation de la consommation par famille. En même temps les conditions de travail s’améliorent, notamment avec l’introduction de la climatisation, des équipements informatiques et autres équipements modernes de bureaux. Les électroménagers les plus utilisés comme la radio, téléviseurs et réfrigérateurs sont les principaux consommateurs d’électricité plus récemment d’autres moins courantes à plus grande consommation (micro- onde, lave- vaisselle et même climatiseur) prennent de l’importance dans le bilan final. Si dans les résidences l’air conditionné n’est pas encore d’usage, la plupart des bureaux possèdent des appareils à grande consommation d’énergie.
Agriculture et maraîchage

Dans la vallée de Ribeira de Palmarejo, à l’Ouest de la Centrale, on trouve La Ferme du Natario, un domaine agricole assez important, avec une exploitation de cultures horticoles, fruitières et la production de grog. D’une manière générale, dans le cadre des problèmes structurels de sécurité alimentaire du Cap-Vert, l’horticulture constitue le seul secteur agricole national durable et en croissance continue. Le poids économique de la filière maraîchère irriguée est en forte croissance depuis le début des années 90 tant au niveau du PIB national que du secteur agricole Le secteur horticole représente actuellement 8.5% du produit intérieur brut et pratiquement les deux tiers du PIB du secteur agricole (effets indirects non-inclus). De plus le secteur horticole a pu limiter dans une grande mesure les importations (bénéfices pour la balance commerciale), tout en assurant une amélioration nette de la nutrition des populations. Le développement de la production permettra de stabiliser les prix et ainsi de contribuer à améliorer l’accès aux produits horticoles et à la stabilisation du coût de la vie au Cap-Vert. La production agroalimentaire s’opère essentiellement dans le secteur informel ou associatif. Outre la vente directe, une faible partie de la production est transformée, soit au niveau familial, soit par des groupes organisés, tels que les coopératives et les associations pour la commercialisation. D’après l’enquête sur la ‘Technologie Traditionnelle de Transformation et Conservation de Produits Agricoles et de l’Elevage’, réalisée en milieu rural dans les années 1993-94, 54% des familles rurales, s’occupent de transformation agroalimentaire1, en particulier dans les secteurs de la canne à sucre, des fruits et des légumes. Les produits de transformation les plus couramment rencontrés sont l’eau de vie et les liqueurs dérivés (SA, ST, SN), les confiseries (SA, ST, FO) et les vins (FO).
Elevage

La production nationale de produits et sous-produits animaux augmente progressivement, ce qui démontre les potentialités du secteur à contribuer à l’économie nationale et locale. La répartition des contributions relatives des sous-secteurs au bilan global est de 13% pour le bovin, 11% pour le caprin, 20% pour le porcin, 24% pour l’aviaire, 26% pour les produits laitiers et 5% de divers.
Pêche

Le secteur de la pêche est un secteur avec une potentialité élevée, notamment pour la création d’emplois. En 1995, le secteur employait près de 6000 pêcheurs, dont 5520 pêcheurs artisanaux, et 2100 vendeuses de poisson. En 2000, le nombre de pêcheurs a légèrement diminué (4283 pêcheurs), alors que le nombre de vendeuses de poisson a augmenté d’environ 67%, passant à 3.500 personnes. Le secteur représentait en l’an 2000, c’est-à-dire 5,2% de la population active. La contribution du secteur de la pêche au PIB fut évaluée à 663 et 1431 millions de ECV, respectivement en 1995 et 2000, dont environ 61% provenaient de la pêche artisanale.
Education et formation

L’éducation est l’un des secteurs qui a connu des réussites significatives depuis l’indépendance du pays en 1975. La réduction du taux d’analphabétisme est très encourageante et se situe actuellement à 15%.

Bien que l’accès à l’enseignement primaire et secondaire soit équilibré entre les deux sexes, le taux d’analphabétisme reste encore plus important pour les femmes et les populations rurales, principalement au niveau des classes d’âge supérieures à 25 ans. Le réseau scolaire a connu une grande explosion à cause des investissements réalisés dans les infrastructures scolaires et la reforme de l’enseignement. L’enseignement formel est obligatoire pour les six premières années de scolarité. A ce titre, l’illettrisme des jeunes (15-24 ans) est en forte régression depuis les années 80 : malgré ces résultats remarquables, il faut noter que l’illettrisme des filles reste deux fois plus important que celui des garçons. L’augmentation des établissements d’enseignement secondaire classique à trois nouvelles régions (Praia, Santa Catarina et Porto Novo), la qualification des ressources humaines et l’attribution au secteur d’un budget représentant 17,7% du budget de l’Etat ont certainement bénéficié aux populations tant urbaines que rurales. En ce qui concerne la formation professionnelle des paysans, au cours du IIIème PND, 5.942 agriculteurs ont bénéficié de formations dans les domaines de la protection végétale intégrée, de la gestion rationnelle de l’eau (irrigation localisée, entretien des infrastructures, entre autres), de l’élevage et santé animale, de l’arboriculture fruitière (plantation, taille, greffage), du maraîchage et aussi de l’éducation environnementale, entre autres.
Santé

Les indicateurs de santé mettent en évidence une nette amélioration de l’état de santé de la population au cours des décennies qui ont suivi l’indépendance. Le nombre de médecins et d’infirmiers a atteint actuellement un niveau acceptable, dans le contexte socio-économique du pays. Le nombre de visites médicales par capita est de 0,9 par an. Cependant, il existe encore des disparités au niveau de la couverture des populations rurales aussi bien au niveau du nombre de médecins et d’infirmiers qu’au niveau des spécialistes. Selon les données du Ministère de la Santé le taux de mortalité générale en 2000 était de 7,6/1000. La distribution de ce taux par sexe est de 8,1/1000 chez les hommes et de 6,9/1000 chez les femmes. Le taux de mortalité maternelle est de 28,2 pour 100.000 enfants nés vivants et celui du taux périnatal est de 29,2 pour 1000 enfants nés vivants. La mortalité des enfants de moins de 5 ans est de 55,5 pour 1000 nés vivants. L’espérance de vie à la naissance était estimée en 2000 à 69,2 ans, soit 65,8 ans pour les hommes et 71,6 ans pour les femmes : en comparaison de 1990, ce niveau indique une amélioration moyenne des conditions de vie de la population. Le taux de probabilité d’apparition des décès avant les 40 ans est de 10,4%. L’analyse des données du recensement de 2000 sur la nuptialité, indique que le pourcentage de la population de 12 ans et plus qui vit en régime matrimonial (mariage) est de 16,8%, en régime d’union de fait est de 22,5%, en divorce 0,4%, en état de séparation 2,5% et 3,5% en état de veuvage. Il faut souligner que dans les deux plus grandes villes du pays (Praia et Mindelo), 80% des enfants naissent hors mariage.

Energie

Au niveau de la ville de Praia qui constitue la capitale du pays le taux d’accès à l’électricité pour les ménages est de 90,3% largement supérieur à la moyenne nationale qui est de 73,5%. Ainsi, la consommation en combustibles ligneux1 pour les besoins culinaires est estimée, en moyenne, à 189 kg/pers/an, avec 31 kg/pers/an en milieu urbain contre 327 kg/pers/an en milieu rural. Pour le charbon, la consommation est identique en milieux rural et urbain, soit 0,2 kg/pers/an soit 32,9% au niveau national et 11,8 pour la ville de Praia.
Accès à l’eau et à l’assainissement

L’accès à l’eau potable est un vecteur de développement : au Cap-Vert, l’accès aux ressources hydriques constitue une lutte constante, tant en termes de quantité, de qualité que de la distance entre la source et le consommateur. L’eau canalisée couvre 37,3% de la population urbaine et seulement 7% de la population rurale. La plus grande partie de la population prend de l’eau au niveau des bornes fontaine, soit 40,7% en milieu urbain contre 53,8% en milieu rural. Enfin, 23,5% de la population rurale puisent de l’eau directement au niveau des sources naturelles et/ou de puits. A Praia seul 47,3% de la population ont accès à l’eau canalisée. Les questions de l’environnement et des ressources ont pris de l’importance au cours des dernières années et la population a pris conscience de la nécessité d’un environnement sain, bien que le chemin à parcourir dans ce domaine, notamment au niveau des comportements et pratiques individuelles et sociales, soit encore long. La pauvreté et les habitudes/traditions de la population en milieu rural constituent des entraves sérieuses dans la mise en place des programmes et des mesures en cours pour la préservation et la gestion durable de l’écosystème fragile du pays. Bien que relativement avancé au niveau de l’Afrique, la couverture de la population avec des systèmes d’évacuation des eaux résiduelles indique que le Cap-Vert présente encore des grandes déficiences en matière d’assainissement. De plus, il existe une grande différence dans l’accès aux systèmes existants entre les populations : en milieu urbain, 20,5% de la population sont reliés à des fosses septiques alors que 17% bénéficient du réseau d’assainissement. En milieu rural, seulement 4% des habitants utilisent des fosses septiques alors que 0,09% sont raccordés à un système d’égouttage : en conséquence, l’évacuation des eaux résiduelles s’effectue principalement en périphérie des maisons (59%) et dans la ‘nature’ (32,5%).
Les paramètres socio-économiques sont résumés dans le tableau suivant :
Accès aux services sociaux de base dans l’île de PRAIA

Accès par ménage %

Cap vert

Praia

Eau canalisée

50.1

47.3

Electricité

73.5

90.3

Gaz pour la cuisine

64.2

85.6

Utilisation du bois

32.9

11.8

WC avec cabinets

56.2

58.5

WC sans cabinets

35.0

29.2

Fosse sceptique

26.5

35.1

Réseau d’égouts

14.3

14.8

Logements précaires

2.427

5.81

Log. improvisés

22.680

8.653

Déficit Habitationnel

38.058

15.474

Pop. Résidente (2008)

507.756

122.804

Ménage

114.945

27.910

(Source : QUIBB 2007 ; projection démographique INE ; IFH /Afrosondagem)

1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   43

similaire:

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final d’évaluation

Rapport final iconRapport final d’execution

Rapport final iconRapport final du projet a 4 (1996-1999)

Rapport final iconRapport final sur l’expérience acquise au niveau national

Rapport final iconRapport final oecd org/pdf/M00025000/M00025632. pdf Juillet 2001...
«Synthèse des questions liées à la façon dont les adultes apprennent pédagogie et motivations»

Rapport final iconFinal exam vocab 2








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com